Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Spéculation, profits : le casino bancaire continue !

Spéculation, profits : le casino bancaire continue !

Il y a bientôt cinq ans, on nous annonçait une moralisation du capitalisme. Même les libéraux dénonçaient les abus du système bancaire. Mais aujourd’hui, quand on voit les profits records des banques étasuniennes ou l’amplification des pratiques spéculatives, on constate que presque rien n’a changé.

 
L’anarchie bancaire continue
 
La lecture de l’actualité financière est effarante : on se croirait revenus en 2007 ! Les banques étasuniennes affichent des profits records, les particuliers ont accès aux pratiques spéculatives les plus toxiques, et le Luxembourg adopte un dumping législatif pour attirer les capitaux. Comme le rapporte ce papier d’Atlantico, le duché européen s’adapte aux nouvelles règles européens qui permettent de commercialiser ses produits dans toute l’UE. Le Luxembourg contourne les règles de transparence avec son nouveau statut de société en commandite simple, qui protège l’identité de ses dirigeants…
 
Outre-Atlantique, les banques ont annoncé des profits records : JP Morgan, +31% ; Citibank, +42% ; Bank of America, +63% ; Morgan Stanley, +74% ; Goldman Sachs, +101%  ! En un petit trimestre, ces cinq banques ont amassé la bagatelle de près de 12 milliards de dollars de profits ! L’examen plus détaillé des comptes de résultat indique que les résultats nets représentent entre 10 et 20% du chiffre d’affaire, pas vraiment le signe qu’il s’agit d’une industrie très compétitive (demandez aux constructeurs automobiles qui se battent pour quelques pourcents) mais plus d’une oligarchie qui vit d’une rente.
 
Pour parachever ce sinistre tableau, le Monde a publié un dossier excellent et effarant sur les produits dérivés que les banques vendent désormais à leurs clients. Où l’on apprend que tout le monde peut désormais avoir accès aux produits créés par cette finance folle et inconsciente. En clair, alors que les précédents produits ne permettaient qu’un effet de levier de 50, les CFD (Contracts For Differences) permettent un effet de levier de 400 : avec un capital de 100 euros, on peut parier sur 40 000 euros  ! Et il n’est même pas forcément nécessaire de posséder les titres !
 
Ils n’ont vraiment rien appris !
 
Ce qui se passe est doublement affligeant. Tout d’abord, il est bien évident totalement anormal que le monde financier commercialise de tels produits. Car concrètement, quand on parie sur 40 000 euros avec seulement 100 euros, si les titres perdent 10%, alors, l’investisseur perd 3 900 euros, 39 fois ce qu’il a misé  ! De tels placements sont parfaitement représentatifs des « innovations » de la finance qui créent des risques systémiques massifs en cas de crise des marchés. Il est incroyable que les banques les commercialisent moins de 5 ans après avoir été proches du bouillon.
 
Mais il est encore plus effarant que nos dirigeants laissent faire cela. Il devrait être interdit de jouer de la sorte. L’utilisation de l’effet de levier doit être soit totalement interdit, soit très sérieusement encadré, dans des proportions qui garantissent que même en cas de crise majeure, le système entier ne risque pas de tomber par terre. A ce titre, cela montre bien que les différentes lois bancaires votées aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ou en France ne servent pas à grand chose et qu’elles n’ont en aucun cas mis fin à cette économie de casino, malgré la crise financière récente.
 
Pas étonnant du coup que les banques fassent des profits considérables dans un tel contexte. Tant que les marchés se porteront bien, ces produits dégageront sans doute des profits juteux. Mais encore une fois, ce système ne pourra fonctionner que tant que les marchés seront en hausse. Et encore une fois, une richesse artificielle va être créée, qui aidera nos économies à sortir timidement et de manière illusoire de la récession, jusqu’à ce que cette nouvelle bulle explose, sans doute de manière encore plus violente qu’en 2008. Il faut espérer qu’alors, de nouveaux Roosevelt se lèveront pour nous en tirer.
 
Le plus extraordinaire, c’est que tout a été dit au sujet de la crise financière de 2008. Les raisons de la crise sont claires. Les principes d’une réforme de la finance aussi. Et les idées de réforme ne manquent pas. Mais nos dirigeants (PS comme UMP) ont encore une fois trahi notre confiance.

Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 29 juillet 2013 12:11

    Un des derniers exemples de l’emprise de cette pieuvre en France est la récente main-mise sur les livrets A avec la complicité de politiques cyniques aussi irresponsables que corruptibles et qui imposent une légalité amorale avalisant leurs turpitudes ! 


    • vieux grincheux 30 juillet 2013 05:30

      Bonjour à TouTEs, juste un petit rappel pour l’ auteur :


      Ne pas confondre ANARCHIE ET ANOMIE. Ce que tu décries comme « anarchie » dans le sens de « chaos » ne rend pas justice aux Pourfendeurs Libertaires des EXPLOITEURS.

      L’ anarchie comme son étymologie le désigne c ’est l’ ORDRE SANS LE POUVOIR...c ’est l’ aboutissement d’ un long processus d’ évolution et de méditation sur la Condition Humaine qui postule que « la Liberté de chacun n ’existe que si elle étend celle de l’ Autre à l’ Infini » (M Bakounine)

      Si on analyse bien cet aphorisme, on y trouvera une exigence de changement d’ incidence du regard quant à nos visions du monde, l’ Anarchie est dynamique et demande des efforts, notamment dans la prise de conscience que SEULS NOUS N ARRIVERONS A RIEN et que toutes les grandes avancées de l’ Humanité ont été des oeuvres collectives..la plus importante, l’ Imprimerie ayant été un rude combat entre les accapareurs de connaissance (les religieux cf le roman d’ Umberto Eco « le nom de la rose ») et les tenants de la Connaissance pour tous.

      Quant aux Banksters, ce sont à l’ évidence des VOLEURS, le principe même de la Banque est du VOL...On comprend mieux les motivations de Bonnot et de Raymond la Science, non ?

      KONSELEDIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISEU !!!!

      VG Passeur cognitif à but non lucratif

    • appoline appoline 31 juillet 2013 11:19

      Ils voudraient mettre le feu aux poudres, qu’ils ne s’y prendraient pas différemment. Où veulent ils en arriver ? Il est sûr d’une chose, c’est qu’ils n’ont pas imaginé que eux aussi sont dans le même bain, imbus qu’ils sont d’eux-mêmes. Le pauvre lui, n’a rien à perdre


    • SALOMON2345 29 juillet 2013 12:30

      Trop longtemps, par candeur ou pire naïveté, l’on a pu croire qu’en dissertant sur les pensées philosophico-politiques, en cherchant des systèmes comme-ci, en apportant des réponses comme çà, en évoquant l’humanisme en plus, bref, en réfléchissant au bonheur des gens l’on pourrait par du bon sens et de la bonne volonté, y parvenir : erreur funeste !!! 

      Face à des voyous de toute nature, aucune parole - fut-elle évangélique - ne sera entendue ! Crédules « bisousnours » que nous sommes, aucune éthique, aucune morale, ne saura freiner les appétits voraces de ces dangereux dingues : un peu comme ceux qui sur les autoroutes vous collent aux fesses et vous doublent plein phares, sans souci de la sécurité des autres ! Quelque radars que vous installiez, ils s’en foutent : ils foncent !!! 

      Le fric, la Banque, le Pouvoir, c’est idem et la raison n’est pas de ce monde là et tout cela est bien effrayant car si vous relisez l’Histoire, tous les malheurs qui s’y trouvent racontés, proviennent de la cupidité, mais là où le danger est grand c’est que nous sommes passés de la massue via l’arbalète à la bombe A... et H, et on ignore l’antidote à ces horreurs !!!

      • vieux grincheux 30 juillet 2013 05:44

        Non Salomon, ton analyse est partiale....


        Un seul exemple suffira pour invalider ta thèse et je le regrette : Le Petit Humain ne pourrait survivre sans SOLIDARITé.....Il est le seul « animal » à avoir besoin de soins et si sa mère meurt en plein désert il est condamné....à moins qu’ une louve passant par là....mais ça, c ’est dans les Romans....

        Si on reflechit bien à la trajectoire qui nous a amené au XXI eme Siecle, elle est jalonnée d’ extraordinaires efforts COLLECTIFS pour la SURVIE.

        Se regrouper, en village, devenir sédentaire et mettre les récoltes en silos surélevés en empêchant les rats d’ acceder est une OEUVRE COLLECTIVE.....L’ Imprimerie en est une autre, et enfin l’ Internet. 

        Pour quelques salopards ( et on les connait) qui foutent le bordel, il y a une majorité de CitoyenNEs plein de bonne volonté mais qui se sont mis dans des situations inextricables comme des crédits sur 30 ans et qui ne peuvent par orgueil ou par pragmatisme se DEJUGER. Celà ne prouve pas qu’ ils ne se libereraient pas de ces jougs Travail-Famille-Credit si l’ occasion leur en était donné...

        KONSELEDIIIIIIIIIIIIIIIISEU !!!

        VG Passeur cognitif à but non lucratif

      • SALOMON2345 30 juillet 2013 09:26

        Le vieux grincheux

        Jamais je n’ai dit que monde n’était peuplé que de « salauds » et cupides « enfoirés », mais j’ai seulement souligné qu’effectivement le travail collectif à été souvent dans l’Histoire, détruit par quelques voyous, ripoux seulement animés par les folies du pouvoir et les addictions sans freins ni scrupules à la fortune !

        Pour se rafraîchir le disque dûr, je conseille à tous les visiteurs d’aller à la rencontre de Henri Guillemin sur YOU TUBE, afin de connaître en vrai l’histoire, telle que si les peuples en avaient connaissance, la révolution, populaire, celle-là, serait pour demain !

        Cet homme (décédé) fin lettré et chrétien de gauche, est d’une intégrité absolue et il possède le talent narrateur des Decaux et autres conteurs du genre, pour rendre accessibles tous les imbroglios de l’Histoire, cachés par les « grands » de ce monde !

        Visite de ce sage VIVEMENT CONSEILLÉE !!! Si vous avez quelque temps devant vous, vous ne regretterez pas ces minutes ou quelques heures de révisions historiques, elles ne seront jamais perdues mais seront un réel gain pour votre connaissance de l’histoire, l’origine des guerres et autres saloperies, alors présentées comme pour le bonheur de tous... mais au profit d’intérêts bien particuliers !


      • Marc JUTIER Marc JUTIER 29 juillet 2013 12:58

        Laurent tu me plais !

        Je ne t’ai pas encore inclus dans mon gouvernement, mais si tu es d’accord, je te prends !

        Proposition de gouvernement : http://marcjutier.over-blog.fr/proposition-de-gouvernement

        Je crois que nous sommes d’accord :

        1/ déclarer banqueroute comme le préconise Frédéric Lordon dans « Vive la banqueroute » (Fakir éditions)

        2/ nationaliser les banques sans indemnités pour les actionnaires

        3/ mettre en place la réforme monétaire du 100 % Money

         

        Crise finale du capitalisme ou 3e Guerre Mondiale ? Françaises, Français, réveillez-vous ! : http://bit.ly/10hQCJg (4,6k J’aime)

        Ce que nous vivons, ce n’est pas une crise, c’est la plus grande escroquerie de l’histoire de l’humanité ! Il est plus que temps de nous réveiller et de foutre un bon « coup de pied au cul » aux banksters, aux multinationales et aux psychopathes qui dirigent le monde ! Ces fous veulent nous amener à une confrontation planétaire juste pour ne pas perdre le pouvoir. […]. Réveillons-nous ! cette crise monétaire est virtuelle puisqu’elle est basée sur une monnaie créée ex-nihilo (à partir de rien) par les banksters qui contrôlent la Fed. […]

        - Pétition « Pour que l’argent serve au lieu d’asservir » : http://chn.ge/MMb6En (889 signataires)

        - Le programme : « Non-violence et force de la vérité (NVFV). Un nouveau paradigme, une nouvelle civilisation… » :

        . Le texte complet en un seul clic : http://bit.ly/13ePmsy 

        . En 11 sections sur le blog de FC : http://fraternitecitoyenne.blog4ever.com

        . Version abrégée : http://bit.ly/13yXkeO

        - Page fb de Marc JUTIER : http://www.facebook.com/pages/Marc-JUTIER/135883499757467 (+ de 1000 supporters. Merci de cliquer « J’aime »)

         

        Nous aurons sûrement l’occasion de nous rencontrer un jour ou l’autre ! Bien à toi et bon été.

        Marc JUTIER – Ingénieur, auteur et président de Fraternité Citoyenne. Membre du PS et mandataire de la Motion 4 (S. Hessel) pour la Dordogne.

        One page : http://bit.ly/15qSP8y – Site : http://www.jutier.net – Blog : http://marcjutier.over-blog.fr 

        Articles : http://bit.ly/e9hUtA – Livres : http://www.priceminister.com/nav/Livres/kw/marc%20jutier

        Vidéos : http://wn.com/marcjutier / http://www.agoravox.tv/auteur/marc-jutier / http://www.youtube.com/user/MarcJutier

        Documents : http://fr.scribd.com/marc_jutier

        Groupe Fraternité Citoyenne sur fb : http://on.fb.me/10Qefbn (+ de 2000 membres)

         

        Pour ne pas oublier quel logiciel, ceux qui dirigent notre pays, ont dans la tête !

        Washington sur Seine ? Ces ministres de François Hollande qui ont été formés par les Américains La French American Fondation est connue pour sa formation, les « Young Leaders », réservée à une dizaine de jeunes surdiplômés chaque année. Sur les huit socialistes sélectionnés comme Young Leaders depuis François Hollande en 1996, six rentrent dans son gouvernement cette semaine. Le plus « atlantiste » n’est pas toujours celui qu’on croit..

        http://www.atlantico.fr/decryptage/gouvernement-hollande-formation-plus-atlantiste-qu-on-pourrait-croire-benjamin-dormann-366638.html


        • John_John John_John 29 juillet 2013 13:15

          « 1/ déclarer banqueroute comme le préconise Frédéric Lordon dans « Vive la banqueroute » (Fakir éditions) » >> C’est une mauvaise idée (d’ailleurs que Lordon le propose devrait vous mettre la puce à l’oreille), tout simplement parce que l’instabilité bancaire n’est pas inévitable, mais que surtout qu’une faillite bancaire est pire que son évitement. 

          « 2/ nationaliser les banques sans indemnités pour les actionnaires » >> Ruiner des millions de petits porteurs par pure idéologie, et en violation évidente de la constitution et du droit de l« homme à la propriété ? Oui, bien sur, j’allais vous le dire, tout à fait faisable et moral.

           »3/ mettre en place la réforme monétaire du 100 % Money" >> La monnaie est endogène, c’est ainsi qu’elle colle aux besoins de la société civile, c’est comme ça depuis des siècles. Le 100% money met le money supply entre les mains des plus incompétents en matière de gestion du money supply, sans parler du simple fait que c’est un système intrinsèquement déflationniste, demandez aux grecs ce que ça veut dire. De loin la pire idée depuis l’étalon-or. Je voudrais foutre un pays en l’air je m’y prendrais pas autrement.

          Bref, vous êtes complètement fou. 


        • Jimmy 29 juillet 2013 13:42

          @ john john
          déclarer banqueroute parce qu’on ne va tout de même pas payer à vie et même laisser aux générations suivantes des dettes illégitimes, en outre l’effondrement total de l’économie est souhaitable parce que c’est la seule alternative à notre mise en esclavage
          on ne vas pas ruiner des petits porteurs par idéologie ? vous êtes sérieux ? on a déjà doublé l’endettement de la France pour renflouer les banques, ils ont joué, ils ont perdu, d’ailleurs ne vous moquez pas du monde, les petits porteurs où êtes vous pour les défendre quand ils se font refiler des produits pourris ?
          quand on nationalise les banques sans indemnités ce ne sont pas des petits porteurs qui sont lésés, ce sont les quelques familles qui restent dans l’ombre, vous vous appelez Rothschild ?
          quant à votre point 3 parlez français on vous répondra


        • Marc JUTIER Marc JUTIER 29 juillet 2013 14:00

          Avant de me traiter de « fou » sachez tout de même que la réforme du 100 % Money a été préconisée par Maurice Allais, notre seul prix Nobel d’économie smiley


          Admettons que nous indemnisons les véritables petit porteurs ...
          mais franchement et de façon générale, je n’ai pas beaucoup de compassion pour les petits porteurs qui veulent jouer aux capitalistes !

          Quand à la banqueroute ou « défaut souverain », il va finir par s’imposer un jour ou l’autre !
          Pensez vous sincèrement que la France va rembourser 1870 milliard d’euro ? 
          Le service de la dette est de 50 milliard d’euro par an soit l’équivalent du budget de l’éducation nationale ! et cette dette a pour origine la loi du 3 janvier 1973 transformé en article 103 (Maastricht) puis 123 (Lisbonne)... 
          Un jour ou l’autre, que cela vous plaise ou non, il va falloir foutre un bon coup de pied au cul des banksters ! et faire en sorte que la création monétaire soit une fonction régalienne à 100 %  il est totalement inacceptable moralement que la planche à billet soit privatisée ! mais lisez plutôt mon dernier article !!


        • John_John John_John 29 juillet 2013 14:05

          déclarer banqueroute parce qu’on ne va tout de même pas payer à vie et même laisser aux générations suivantes des dettes illégitimes« >> Ces dettes ont été contractées par un gouvernement démocratiquement élu, elles ne sont illégitimes que dans votre esprit empreint d’idéologie. Pour toutes les institutions internationales, nos partenaires commerciaux, et tous les porteurs de dette, l’Etat s’est engagé à rembourser et il a le devoir de le faire. Ceci dit, si vous compreniez la finance, vous sauriez qu’une dette publique n’a pas vocation à être remboursée, et que de toute façon on peut réduire son montant tout en faisant des déficits, il suffit d’avoir suffisamment de croissance.


           »en outre l’effondrement total de l’économie est souhaitable parce que c’est la seule alternative à notre mise en esclavage« >> N’importe quoi.

           »on a déjà doublé l’endettement de la France pour renflouer les banques« >> Non, c’est faux. L’intégralité de l’argent prêté aux banques a été remboursé, et l’Etat a même engrangé un profit sur l’opération. Aujourd’hui l’endettement public ne sert qu’à combler les déficits publics, eux même essentiellement assimilables aux déficits des systèmes sociaux (vous savez le »modèle social que le monde nous envie mais personne ne copie« ). La France emprunte tous les jeudi matin, elle tend la sébile aux marchés pour que ceux-ci payent nos retraites et nos soins. Faire défaut, ça veut dire que les marchés refuseront de nous prêter, ça veut dire que nos retraités crèveront de faim et que nos médecins ne seront plus payés. Si vous voulez en endosser la responsabilité, libre à vous, mais n’engagez pas celle des autres, merci bien.

           »d’ailleurs ne vous moquez pas du monde, les petits porteurs où êtes vous pour les défendre quand ils se font refiler des produits pourris ?«  >> J’y étais également, et ma position sur les banques n’a pas changé : leurs dirigeants doivent être punis, et les banques démantelées en plusieurs banques plus petites, en concurrence, et avec une responsabilité actionnariale accrue.

           »quand on nationalise les banques sans indemnités ce ne sont pas des petits porteurs qui sont lésés, ce sont les quelques familles qui restent dans l’ombre, vous vous appelez Rothschild ?« >> Et voilà la théorie du complot qui ressort, c’est quoi la suite, les illuminatis et les chemtrails ? les petits hommes verts ? BigFoot qui empêche l’Etat de bien gérer ses finance c’est ça ? J’espère que vous ne comptiez pas être crédible

           »quant à votre point 3 parlez français on vous répondra" >> Etudiez la macro-économie et vous comprendrez.

        • Marc JUTIER Marc JUTIER 29 juillet 2013 14:14

          Laisse tomber Jimmy ! tu perds ton temps avec John John, c’est un troll libéral ... 

          va voir sa fiche : 
          - aucun article publié et 450 commentaires postés !!

        • Marc JUTIER Marc JUTIER 29 juillet 2013 14:18
          L’UE va financer des « trolls » pour contrer les eurosceptiques en vue des élections de 2014 : http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/l-ue-va-financer-des-trolls-pour-130702
          Attention, vigilance maximum, ils arrivent !

        • John_John John_John 29 juillet 2013 14:26

          « sachez tout de même que la réforme du 100 % Money a été préconisée par Maurice Allais, notre seul prix Nobel d’économie » >> Et alors ? Ca reste une horrible idée qui foutrait notre économie par terre par la déflation et empêcherait mécaniquement toute croissance. Maurice Allais en parlait dans le cadre de la théorie quantitative de la monnaie, qui stipule que si on augmente le money supply on crée de l’inflation, et que l’inflation est une mauvaise chose. On sait depuis que non seulement cette théorie n’est pas vérifiée dans un système à monnaie endogène comme le nôtre, mais aussi que l’inflation n’est pas si dramatique que ça contrairement à la déflation (puisqu’elle est contrôlable, et que le pouvoir d’achat s’y adapte beaucoup mieux). Ces découvertes sont plutôt récentes, du moins dans leur acceptation mainstream. Il n’y a aucun doute qu’un homme aussi intelligent que Maurice Allais (libéral et capitaliste, comme tous les gens comprennent l’économie), y aurait souscrit également.

          « mais franchement et de façon générale, je n’ai pas beaucoup de compassion pour les petits porteurs qui veulent jouer aux capitalistes ! » >> C’est bien là votre tort. D’une, on ne « joue » pas au capitaliste, tout le monde est capitaliste, si vous avez un compte en banque, vous êtes capitaliste, si vous avez de l’épargne, une maison, une voiture, c’est du capital, vous êtes capitaliste. Ensuite, le problème de l’inégalité, c’est justement que le capital n’est pas bien réparti, précisément parce qu’il n’y a pas assez de petits porteurs, autrement dit le capital possédé par la plupart des gens n’est pas assez important ! l’avenir de la solidarité publique, c’est précisément sur ce point, surtout au fir et à mesure où les chaines de ponzi publiques s’effondrent et sons remplacées par des systèmes plus sains de capitalisation. 

          Quand à la banqueroute ou « défaut souverain », il va finir par s’imposer un jour ou l’autre !« >> Non, pas nécessairement. Les pays occidentaux ont déjà eu des dettes bien supérieures, et s’en sont sortis sans banqueroute.

           »Pensez vous sincèrement que la France va rembourser 1870 milliard d’euro ? >> Elle n’a pas à les rembourser, c’est le principe de la dette publique, on fait rouler. l’existence de la dette permet de proposer des actifs sans risques aux marchés pour calibrer les taux d’intérêts et offrir des refuges liquide à court-terme, c’est une bonne chose, il faut de la dette publique.

          « Le service de la dette est de 50 milliard d’euro par an soit l’équivalent du budget de l’éducation nationale ! » >> En baisse depuis 95, et qui de toute façon peut être encore rabaissée quand l’Euro disparaitra enfin.

          et cette dette a pour origine la loi du 3 janvier 1973 transformé en article 103 (Maastricht) puis 123 (Lisbonne)...« >> N’importe quoi, ça c’est la théorie du complot et c’est parfaitement infondé, vous avez des explications partout sur Internet. 

          Un jour ou l’autre, que cela vous plaise ou non, il va falloir foutre un bon coup de pied au cul des banksters ! » >> Nous sommes d’accord, mais nationaliser une banque, ça veut dire l’enlever des mains de bandits (les banquiers) pour la mettre entre les mains de plus gros bandits encore (les élus et les énarques technocrates), en quoi serait-ce souhaitable ? Virer les bankster, c’est facile, il suffit de restaurer de la concurrence sur le marché, et responsabilsier les actionnaires. Ce n’est pas à l’Etat de jouer le banquier, il n’est même pas capable de se gérer lui-même, et vous voudriez qu’il gère notre argent ? Mais LOL ! J’aurais plus confiance en mon chien !
           
          et faire en sorte que la création monétaire soit une fonction régalienne à 100 % il est totalement inacceptable moralement que la planche à billet soit privatisée ! « >> Vous ne savez pas de quoi vous parlez. Vous n’avez visiblement pas compris l’endogénéité de la monnaie, et surtout vous croyez à tort que l’Etat représente la société civile alors qu’il ne se représente que lui-même. Un point important, on a prouvé qu’une autorité centrale ne pouvait pas gérer le flux d »information inhérent à un système décentralisé. C’est la raison pour laquelle la planification économique est impossible et que le socialisme ne peut pas marcher. Qu’un Etat mis sous tutelle, par le peuple et pour le peuple (en opposition avec l’Etat despote actuel), se rapproche de la banque centrale et établisse des règles de politique monétaire (par exemple poursuivre un PIB nominal à croissance fixe) est une idée. Le secteur privé s’occupe ensuite d’allouer la liquidité au mieux, voila une bonne collaboration public-privé. Mais nationaliser le money-supply !? Les seuls pays qui l’ont fait sont ceux du bloc soviétique. Je ne pense pas avoir à faire un dessin pour expliquer les conséquences. Le money supply est endogène au secteur privé, et c’est le seul moyen de l’adapter aux demande de crédit des entreprises, je ne peux que vous suggérer de vous renseigner là dessus.


        • le naif le naif 29 juillet 2013 14:26

          @ John_John

          Lorsque l’on parle de dette illégitime, il s’agit d’une notion juridique reconnue dans le droit international, faites des recherches sur le sujet.

          Si je mange un sandwich, je ne vois pas pourquoi, je devrais payer la note de celui qui dine au Fouquet’s.... C’est exactement de cela qu’il s’agit. Les profits sont privatisés, mais les pertes mutualisées. L’Islande a dit merde à ses créanciers, elle n’en est pas morte, bien au contraire, encore faudrait-il des politiques qui agissent pour le bien des peuples et non pour celui d’une petite oligachie.


        • le naif le naif 29 juillet 2013 14:32

          Marc JUTIER 

          "Laisse tomber Jimmy ! tu perds ton temps avec John John, c’est un troll libéral ... 

          va voir sa fiche : 
          - aucun article publié et 450 commentaires postés !!"

          Argument à deux balles, j’ai postés plus de commentaires encore, sans éprouver le besoin de publier, chacun son truc, ça ne veut pas dire que je troll pour autant....

          Ceci dit si quelqu’un est prêt à me payer pour ça.... faut voir (humour)

          Pour le reste je suis d’accord avec vous


        • libertus 29 juillet 2013 14:36

          « Laisse tomber Jimmy ! tu perds ton temps avec John John, c’est un troll libéral »

          -> quelqu’un qui n’est pas d’accord avec vous et démontre que vos arguments sont faux est un troll ? Je suppose qu’il faudrait lui couper la parole ? Bravo au néo-socialisme et son coté liberticide de plus en plus prononcé.

           


        • John_John John_John 29 juillet 2013 14:45

          le naif


          Mais nous sommes d’accord. Cela dit il faut comprendre quelque chose : les subprimes sont une création politique et étatique du gouvernement Clinton. C’est la volonté politique qui a assuré les banques d’un renflouement lorsque ça péterait. C’est ce qu’il s’est passé. Punir les banquiers qui ont joué ce jeu, punir les politiciens qui en ont bénéficié, punir les régulateurs qui n’ont pas fait leur job, c’est nécessaire, et c’est un scandale que ça ne soit pas fait. Mais il ne faut pas oublier que des tas de banques n’ont pas eu de problèmes. Car, plus petites, elles n’ont jamais eu de caution de remboursement, et se sont montrées responsables. Le problème ne vient pas tant des banques que du cadre réglementaires dans lequel elles évoluent qui les incitent à être responsable. La meilleure régulation, c’est la peur de la faillite. Si on renfloue les banques, il faut les disloquer en pleins de petites banques, responsabilisées et suffisamment capitalisées. A aucun moment nous n’avons besoin de faire appel au plus corrompu et incompétent des gestionnaires, l’Etat. 

          L’Islande est un petit pays, les répercutions de la faillite de son système bancaire ne sont pas aussi importantes que celle d’un pays plus gros comme la France, voire les USA. De plus, l’islande est souveraine monétairement, ce qui change beaucoup de choses.

        • le naif le naif 29 juillet 2013 15:19

          @John_John

          "Les subprimes sont une création politique et étatique du gouvernement Clinton. C’est la volonté politique qui a assuré les banques d’un renflouement lorsque ça péterait. C’est ce qu’il s’est passé. « 

          Nous sommes d’accord sur ce point, il ne s’agit nullement d’un accident de parcours, mais bien d’une crise provoquée et même préméditée.

           »Punir les banquiers qui ont joué ce jeu, punir les politiciens qui en ont bénéficié, punir les régulateurs qui n’ont pas fait leur job, c’est nécessaire, et c’est un scandale que ça ne soit pas fait.« 

          Nous n’en sommes même plus là, à ce stade, il s’agit d’un vœu pieux


           »Mais il ne faut pas oublier que des tas de banques n’ont pas eu de problèmes. Car, plus petites, elles n’ont jamais eu de caution de remboursement, et se sont montrées responsables.« 

          Dans une crise systémique le bon grain est emporté avec l’ivraie et ce sont les too big too fail les plus pourries qui s’en sortent temporairement...

            »Le problème ne vient pas tant des banques que du cadre réglementaires dans lequel elles évoluent qui les incitent à être responsable. La meilleure régulation, c’est la peur de la faillite. Si on renfloue les banques, il faut les disloquer en pleins de petites banques, responsabilisées et suffisamment capitalisées.« 

          C’est exactement ce que préconisait Lordon en 2008/2009, c’est exactement le contraire qui a été fait....

           »A aucun moment nous n’avons besoin de faire appel au plus corrompu et incompétent des gestionnaires, l’Etat. « 

          Ce n’est pas parce que la plupart des Etats sont corrompus, que l’Etat est le problème, il ne t’aura tout de même pas échappé que les passerelles Privé/Public sont un énorme problème. Sous De gaule la finance était sous contrôle et la banque au service de l’économie, sous Pompidou/Giscard, changement de cap et oh surprise c’est à partir de ce moment que la dette est apparue..... et depuis peu importe les alternances, ça n’a pas cessé...


           »L’Islande est un petit pays, les répercutions de la faillite de son système bancaire ne sont pas aussi importantes que celle d’un pays plus gros comme la France, voire les USA. De plus, l’islande est souveraine monétairement, ce qui change beaucoup de choses."

          Peu importe qu’il s’agisse d’un petit pays ou d’un grand, souviens toi des menaces de la GB et des Pays Bas à l’époque... et quoi ??? Rien, Les Islandais par contre ont changé de constitution, poursuivi leurs banquiers véreux et même les politiques corrompus.... compare la situation avec la Grèce... Quand à la souveraineté monétaire tu prêches un convaincu, tant que nous n’aurons pas retrouvé la notre, nous ne pourrons rien faire. S’il y a bien un pouvoir régalien de l’Etat, c’est celui de battre monnaie. C’est pourquoi contrairement à toi, je ne pense pas que l’Etat soit le problème, mais bien la solution, encore faut-il avoir à sa tête de vrais Chefs d’Etats et non des marionnettes.

          Le remède à la crise c’est d’arriver à virer toute la clique actuelle et de trouver des hommes et femmes ayant le sens de l’Etat et du bien commun avec une vraie vision politique pour le pays, mais là commence l’Utopie....

        • Le vengeur 29 juillet 2013 18:58

          @john_john :
          "C’est la raison pour laquelle la planification économique est impossible et que le socialisme ne peut pas marcher.’
          C’est la raison pour laquelle les plans industriels des 30 glorieuses ont si bien fonctionné ?
          Quel rapport entre l’économie planifiée (qui peut être libérale/capitaliste) et le socialisme ?

          Encore le postulat dogmatique de la droite qui part du principe que tout ce qui critique le système capitaliste ultralibéral actuel est forcément stalino-trotskiste mangeur de petits enfants... Ça devient pathétique.


        • John_John John_John 29 juillet 2013 20:55
          le naif 

          « il ne s’agit nullement d’un accident de parcours, mais bien d’une crise provoquée et même préméditée. » >> Je ne pense pas non, c’est juste un tas d’incompétent qui se sont fait piéger par leurs politiques. La théorie du complot, c’est du vent.

          « Nous n’en sommes même plus là, à ce stade, il s’agit d’un vœu pieux » >> En effet. Pour moi c’est une des raison de plus de l’illégitimité de l’Etat, et donc des impôts qu’il lève : il ne remplit pas sa partie du contrat social, pourquoi le peuple devrait-il remplir la sienne ?

          « C’est exactement ce que préconisait Lordon en 2008/2009, c’est exactement le contraire qui a été fait.... » >> Corporatisme et colbertisme en action. Big business et Big government vont de pair. Si on veut réduire l’impact négatif de certaines très grosses entreprises, il faut réduire l’Etat. 

          « Ce n’est pas parce que la plupart des Etats sont corrompus, que l’Etat est le problème » >> Si, précisément. S’il est corrompu, il pose problème, puisque la corruption est un problème en soi

          « il ne t’aura tout de même pas échappé que les passerelles Privé/Public sont un énorme problème. » >> Bien entendu, puisqu’il y a d’autant plus de raison de corrompre l’Etat que celui est étendu. Moins d’Etat, moins de risques de corruption

          « Sous De gaule la finance était sous contrôle et la banque au service de l’économie, sous Pompidou/Giscard, changement de cap et oh surprise c’est à partir de ce moment que la dette est apparue..... et depuis peu importe les alternances, ça n’a pas cessé... » >> Non sequitur. Il faut analyser ça comme le passage de l’étalon or à des taux flottants, dès 71. 


          « compare la situation avec la Grèce... » >> Les conséquences de l’Europe et de l’Euro

          Quand à la souveraineté monétaire tu prêches un convaincu, tant que nous n’aurons pas retrouvé la notre, nous ne pourrons rien faire. S’il y a bien un pouvoir régalien de l’Etat, c’est celui de battre monnaie.« >> Je suis d’accord 

           C’est pourquoi contrairement à toi, je ne pense pas que l’Etat soit le problème, mais bien la solution » >> non sequitur. Il faut mieux d’Etat et ça passe quand même par son régime

          « encore faut-il avoir à sa tête de vrais Chefs d’Etats et non des marionnettes. » >> Quand l’Etat contrôle la moitié de l’économie, c’est inévitable.

          Le remède à la crise c’est d’arriver à virer toute la clique actuelle et de trouver des hommes et femmes ayant le sens de l’Etat et du bien commun avec une vraie vision politique pour le pays, mais là commence l’Utopie.... " >> Exactement, de l’utopie. La réalité, c’est réduire l’Etat à une portion congrue de sa taille actuelle, suffisamment réduite pour que son influence ne puisse pas trop faire de dégat. Et ce n’est pas compliqué, il suffit de prendre exemple sur les pays libéraux : Nouvelle Zélande, Suisse, Suède,, Singapour, Hong Kong, etc.

        • John_John John_John 29 juillet 2013 21:02

          Le vengeur 

          «  C’est la raison pour laquelle les plans industriels des 30 glorieuses ont si bien fonctionné ? » >> Non sequitur. YUn « plan industriel », ce n’est pas une « économie planifiée ». De plus, les poncifs des 30 glorieuses, je les ai suffisamment entendu, alors pour faire court : 

          1/ Les 30 glorieuses, c’est une dépense publique et des prélèvement moitié moins important qu’aujourd’hui (moins de 30% du PIB, à leur plus haut niveau)

          2/ Les 30 glorieuses, c’est une démographie jeune et une population active peu chère

          3/ Reconstruction d’après guerre + rattrapage des US

          Donc, quoi que vous en pensiez, les 30 glorieuses est une des époques les plus libérales de l’histoire de France. La suite, c’est l’étatisation, la dépense publique qui monte vers 57% du PIB, et donc la fin de la croissance et le début de la corruption, comme prévu.

          Quel rapport entre l’économie planifiée (qui peut être libérale/capitaliste) et le socialisme ?« >> Le socialisme, c’est la planification centrale et la fin de la propriété privée. On a montré pourquoi c’était impossible à faire fonctionner, et pourquoi c’était immoral.

          Encore le postulat dogmatique de la droite qui part du principe que tout ce qui critique le système capitaliste ultralibéral actuel est forcément stalino-trotskiste mangeur de petits enfants... » >> N’importe quoi.


        • foufouille foufouille 29 juillet 2013 21:55

          "

          1/ Les 30 glorieuses, c’est une dépense publique et des prélèvement moitié moins important qu’aujourd’hui (moins de 30% du PIB, à leur plus haut niveau)

          2/ Les 30 glorieuses, c’est une démographie jeune et une population active peu chère

          3/ Reconstruction d’après guerre + rattrapage des US"

          et une inflation maitrisé



        • vieux grincheux 30 juillet 2013 06:05

          @ John John le Libertarien


          On sait depuis l’ Antiquité que le Pouvoir corrompt, et tu as l’ air de le découvrir....désolé mon John john, mais si t’ es liber-t’ as rien compris au problème....car le problème c ’est cet acharnement à vouloir quantifier, évaluer, disséquer ce que la Nature nous donne GRATUITEMENT.

          T’ as déjà essayé de calculer combien coûterait le dessalage des eaux de mer que la nature nous donne Gratosse en les transformant en bonne eau de pluie fécondante ? Essaie, tu vas voir que VEOLIA SE FOUT DE NOTRE GUEULE.....

          Bref, si on te suit, il faudrait 5 planètes pour vivre comme aux U Ass Holes et 3 comme un franchouille...donc la DECROISSANCE s ’ impose en « occident » et la Croissance pour ceux qui en ont besoin....je developpe ça ici :http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/la-libre-entreprise-est-128402

          Une piste : (re) Lis Fourier !!!!! EN ROUTE POUR LA GRATUITé !!!!

          Vive la Sociale !!!!

          Ni dieu, ni maitre, ni comte, ni sponville, ni tocqueville

          Ni exploiteurs, ni exploités TOUS ASSOCIéS

          KONSELEDIIIIIIIIIIIIIIIIISEU !!!!

          VG Passeur cognitif à but non lucratif

        • Le vengeur 31 juillet 2013 16:38

          @John_john...
          « Donc, quoi que vous en pensiez, les 30 glorieuses est une des époques les plus libérales de l’histoire de France. »

          Effectivement, avec les principales banques et assurances nationalisés, ainsi que tout le secteur de l’acier, du charbon, le plan quinquennal, un état providence, il s’agit sans aucun doute de la période la plus libérale de l’histoire...
          Je me marre.

          Ah oui j’oubliais, la sécu,l’assurance chômage, les 3 puis 4 semaines de congés payés, etc... Vraiment très libéral.


        • devphil30 devphil30 29 juillet 2013 13:39

          Pas évident de lire votre article tant il est composé de lien vers votre blog ....


          La publication d’article ne doit pas ressembler uniquement à une campagne de promotion personnelle

          Philippe 

          • Innsa 29 juillet 2013 14:20

            Suite aux suprimes et aux différentes malversations, les banques ont reçu des milliards d’argent public et aucun dirigeant n’a été condamné (par exemple à rendre l’argent gagné malhonnêtement)
            Je ne vois vraiment pas pourquoi ils n’en profiteraient pas. Ce qui était vrai hier l’est encore aujourd’hui : On ne peut pas laisser les banques faire faillite car elles sont au cœur du système. Si les banquent tombent, c’est tout le système économique qui tombe par conséquent toute la société.
            A la place de wall street, je ferais la même chose : Spéculation pour gagner un max puis crise, puis sauvetage avec l’argent public puis spéculation pour gagner un max.

            Je pense que le peuple devrait commencer par arreter de penser que les hommes politiques professionnels (ceux qui vivent de la politique) vont faire quelque chose pour eux.
            Tout partis confondus, ils sont là pour le pouvoir et vivre très confortablement avec l’argent public (voir leurs salaires). Pour cela, ils doivent se mettre au service des « grands »

            Si le peuple comprend ça, il comprend aussi qu’il n’y qu’une seul solution : faire la révolution pour l’instauration d’une démocratie : pouvoir au peuple et non pouvoir ente les mains des partis politiques, des enarques, des polytechniciens, des opportunistes, des fils et filles De etc.

            tant que le peuple sera convaincu qu’en allant voter pour des hommes politiques professionnels (en leur faisant un chèque en blanc pour 5 ans) il a du pouvoir, rien ne changera.
            Pouvoir au peuple ne veut pas dire déléguer son pouvoir à des hommes dont c’est le métier de faire de la politique.


            • millesime 30 juillet 2013 06:00

              « si les banques tombent, tout le système économique tombe »...on ne peut pas laisser les banques faire faillite...
              et pourquoi pas ? ce sont les arguments des financiers qui ont convaincu les politiques, mais pourquoi ce serait tout le système économique qui tomberait si une banque fait faillite ?
              il me semble que la réforme bancaire a été escamotée au détriment de la société alors qu’il faudrait instaurer ce qu’avait réussit à réaliser Roosevelt aux US avec la loi Glass Steagall.
              http://millesime.over-blog.com


            • Cassiopée R 29 juillet 2013 16:14

              On a plein d’informations dans des tas de domaine, on sait même les alternatives pour s’en prémunir dans de nombreux cas.

              Et pourtant l’heure n’est plus au progrès et au défi humain comme la surexploitation des ressources naturelles, le réchauffement climatique, la baisse temps de travail en rapport avec une nouvelle redistribution des richesses, la vie sociale se limite à des chiffres à l’argent pour les actionnaires.


              • Jean-Louis CHARPAL 29 juillet 2013 16:24

                Plus les banksters se remplissent les poches, plus la misère s’accroit.

                C’est logique. Les rentiers parasites, comme des vampires, sucent le sang des travailleurs, salariés ou non, de l’économie réelle.

                Ce qui est moins logique, c’est que la plupart des politiciens depuis 30 ans, partout dans le monde, aient donné un tel pouvoir aux apprentis sorciers de l’économie virtuelle de casino.

                Ce qu’ils ont fait a un nom : haute trahison ! 


                • John_John John_John 29 juillet 2013 21:03

                  La richesse, ce n’est pas un gateau. Si je m’enrichis, je ne prive pas quelqu’un d’autre de cette richesse.


                • libertus 30 juillet 2013 09:01

                  « je cherche depuis longtemps la façon de m’enrichir sans voler personne, sans exploiter mon prochain mais même en travaillant 24h sur 24 je n’y parviens pas »

                  -> non, sans rire, vous pensez vraiment que toute personne qui vend quelque chose est forcément un voleur ou un exploiteur ? Vous n’avez jamais pensé à suivre une thérapie ?

                   


                • libertus 30 juillet 2013 17:14

                  « Ai-je dit que tous les commerçants multiplient tous les prix par quatre ? Ceux qui ne le font pas s’enrichissent rarement. »

                  -> ah bon, les commerçants spécialisés dans le discount multiplient les prix par 4 ? Ils vivent dans la pauvreté ?

                  Les commerçants qui multiplient les prix par 4 « abusivement » restent rarement longtemps sans concurrents, donc ce n’est absolument pas une manière de faire fortune autrement qu’en réalisant « un coup ».

                  Pour faire fortune, il faut identifier un besoin, et trouver comment y répondre efficacement. Majoritairement, ce ne sont pas les voleurs ou les exploiteurs qui font fortune, ce sont ceux qui rendent leurs clients heureux.

                  Si vous êtes convaincu que majoritairement les commerçants sont des voleurs, c’est que vous n’avez pas compris ce qu’est le commerce, ou que vous avez vraiment besoin d’une thérapie (un père commerçant ? racontez moi votre enfance).

                  Et bien sur, je vous rappelle qu’il n’y a pas que le commerce dans la vie. Je connais plusieurs artisans, agriculteurs ou restaurateurs par exemple qui sont « très aisés », mais ils bossent beaucoup et bien, c’est une solution très simple aussi pour la réussite, mais pour ça il faut en être capable.

                   


                • titi 31 juillet 2013 00:19

                  « Mais beaucoup le font. Vous n’en connaissez pas ? »

                  Il est aussi important de différentier la marge brute de la marge nette...


                • BA 29 juillet 2013 17:35
                  Mardi 23 juillet 2013 :

                  Neuf pays européens sont en faillite.

                  A propos des défauts de paiement des pays européens, lisez cet article :

                  Patrick Artus : « un défaut est inévitable pour les pays les plus vulnérables de la zone euro »


                  A propos des défauts de paiement des pays européens, Jean-Marc Vittori écrit :

                  Réfléchir à l’effacement des dettes publiques.


                  A propos des défauts de paiement des pays européens, Romaric Godin écrit :

                  L’automne sera placé sous le signe de la restructuration des dettes publiques dans les pays périphériques de la zone euro. Même si officiellement, il ne saurait en être question, l’idée fait en effet son chemin. Rajouter de la dette du MES (Mécanisme européen de stabilité) à de la dette pour « sauver temporairement » ces pays comme cela a été le cas depuis 2011 ne saurait être une solution durable. Mais comment restructurer une dette ? L’histoire donne un certain nombre de pistes. Et permet également d’évaluer les conséquences de ces défauts.


                  1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 305,291 milliards d’euros, soit 160,5 % du PIB.

                  2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2034,763 milliards d’euros, soit 130,3 % du PIB.

                  3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 208,284 milliards d’euros, soit 127,2 % du PIB.

                  4- Irlande : dette publique de 204,054 milliards d’euros, soit 125,1 % du PIB.

                  5- Belgique : dette publique de 394,220 milliards d’euros, soit 104,5 % du PIB.

                  6- France : dette publique de 1870,294 milliards d’euros, soit 91,9 % du PIB.

                  7- Espagne : dette publique de 922,828 milliards d’euros, soit 88,2 % du PIB.

                  8- Royaume-Uni : dette publique de 1385,701 milliards de livres sterling, soit 88,2 % du PIB.

                  9- Chypre : dette publique de 15,342 milliards d’euros, soit 86,9 % du PIB.


                  • Xenozoid Xenozoid 29 juillet 2013 19:21

                    d un autre côte je vois pas pourquoi ils se generaient, entre les lois de la jungle et les autres ,moi je ferais pareille,profiter du chien en vadrouille et accuser le maitre ,y a pas photo,je choisis la rage


                    • julius 1ER 29 juillet 2013 19:30

                      merci à Laurent Pinsolle,

                      c’est bien de remettre les choses en perspectives, et de rappeler que le laisser faire est de rigueur,cette crise est terrible et nos gouvernants vraiment pas à la hauteur des enjeux, ce qui est tout simplement terrifiant !!!!!
                      tout cela va mal finir malheureusement !!!!!

                      • Le421 Le421 30 juillet 2013 16:00

                        Pourquoi malheureusement ?? Ce sera une occasion unique de redresser le bateau. Et puis, à quoi servira d’avoir des fortunes si il n’y a plus rien à acheter...
                        Survivrons ceux qui savent se servir de leurs dix doigts. Ce ne sera que justice !!
                        Quand on est mort, les lingots d’or ne servent plus à grand chose, croyez-moi.


                      • millesime 29 juillet 2013 20:27

                        Nous vivons une période que l’on peut qualifier « d’historique » : le capitalisme meurt sous nos yeux et nous entraine dans sa perte. Une finance fondée sur des paris sur les fluctuations des prix s’est nourrie sur le corps affaibli d’un monde ayant cessé de compter sur la richesse pour vivre à crédit, s’effondre.
                        Après un temps de latence, elle entraîne à sa suite les Etats qui s’étaient portés à son secours.
                        Les peuples sont appelés à régler l’addition : il n’est question que de plan de rigueur et de luttes contre les déficits publics.
                        La protection sociale conquise sur une siècle vole en éclat, à la place, la précarité et le chômage progressent d’une marche inexorable (les emplois perdus le sont à jamais).
                        quelle initiative prendre alors ?
                        Le monde auquel nous aspirons est l’inverse de celui, qui petit à petit, s’est installé dans nos vie et pire encore se trouve à présent logé à demeure dans nos têtes.
                        Le temps n’est-il pas venu de désamorcer la machine infernale ? d’affirmer que le commerce humain n’est pas celui de l’argent ? de faire advenir la solidarité là où la rivalité règne en maître ?
                        de promouvoir un double respect : celui des humains dans leur diversité, les uns vis-à-vis des autres, et celui d’eux tous réunis, envers la planète qui les accueille et leur dispense ses bienfaits ?
                        « Penser global pour agir local » ont dit à juste titre, les écologistes.
                        le moment est venu d’agir aussi globalement :local et global, l’un ne va pas sans l’autre.

                        (extrait d’un article de Paul Jorion et François Leclerc paru le 22 mars 2010) (déjà)

                        http://millesime.over-blog.com


                        • millesime 29 juillet 2013 20:42

                          En 2009 le Gouverneur de la Banque Centrale chinoise a publié un article remarquable sur le système monétaire international dans lequel il soulignait que pour la première fois dans « l’Histoire » (avec un grand H) monétaire mondiale, un monnaie nationale,( pour ne pas la nommer, le dollar), servait de monnaie de réserve ,et qu’il considérait cela comme une véritable anomalie, de sorte que tôt ou tard il fallait réviser le système monétaire international (trouver une monnaie de réserve :il suggérait le bancor).
                          C’est certes au grand damne des Etats-Unis qui ne veulent pas entendre parler d’une révision du système monétaire international, mais le Gouverneur de la Banque centrale chinoise n’a jamais été contredit depuis.. !
                          http://millesime.over-blog.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès