Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Stress tests bancaires : résultats dans 10 jours...

Stress tests bancaires : résultats dans 10 jours...

Dans dix jours, l'ABE et le BCE rendront publiques leurs conclusions portant sur les stress tests auxquels ont été soumis 124 banques européennes. De ces futures informations dépendent bien des évolutions de la conjoncture sous douze mois.

La vulnérabilité éventuelle des banques n'est pas une mince affaire : elle doit être traitée avec précautions et même prévenance tant les enjeux sont d'importance. Or, il est probable que sur l'échantillon d'établissements soumis à " une revue de la qualité des actifs " (AQR ), tant l'ABE ( Autorité bancaire européenne ) que la BCE risquent de hisser un pavillon rouge sinon orange ce qui démontrera leurs rectitudes, leurs efficacités de contrôleurs de dernier ressort mais induit le risque réel et tangible d'envoi aux marchés de signaux négatifs à fondement auto-réalisateur.

De mauvais bruits ont ainsi circulé concernant une banque italienne mais aussi une importante banque allemande. Selon une dépêche Reuters ( Rome/Francfort, 25 Septembre ) : " L'Autorité européenne des marchés financiers (Esma) a demandé aux banques de la zone euro de traquer toute rumeur sur les résultats des tests de résistance que la Banque centrale européenne (BCE) leur fait subir, a-t-on appris de sources au fait du dossier "

Le 26 octobre, nous saurons de quoi il retourne. Nous aurons la liste des banques dont l'exposition aux risques est potentiellement excessive et obère leurs facultés de résistance aux chocs exogènes, qu'ils soient économiques ou financiers.

Nous avons déjà eu l'occasion d'exprimer notre pleine approbation quant au système de supervision bancaire

qui est un outil de type premium pour qui veut être assuré de la qualité du bilan d'un établissement financier. Tel est bien le prix à payer face à la défiance consistante et persistante de certains investisseurs depuis 2008. Défiance qui rejaillit sur nos vies du quotidien car une banque plongée dans le nombrilisme légitime de l'assainissement de la qualité de ses créances n'est pas un acteur promouvant pour le financement de l'économie réelle d'où les foyers repérés de "credit-crunch" dénoncés ici et là, y compris par une autorité telle que le gouverneur Christian Noyer. " Nous avons fait beaucoup de réformes mais le crédit, en tout cas le crédit bancaire n'est pas au rendez-vous (...) Mais le crédit bancaire reste atone. " ( C. Noyer : Aix-en-Provence, le 5 juillet 2014 ).

Formons donc le vœu que la transparence améliorée qui viendra du 26 octobre permette d'enclencher une spirale vertueuse vers la confiance et non l'application de la théorie du cygne noir du fait de banques au comportement contestable. Ceci a existé et l'Espagne de l'affaire Bankia aussi.

A ce sujet, il est parfois commis une commodité de langage : on parle de risques " assez provisionnés " ce qui n'est plus le cadre que les normes IFRS imposent. Il convient en effet de se référer à la notion de pratiques de dépréciation. En France, l'article 322-5-1 du PCG ( Plan comptable général ) définit les conditions de constatation des dépréciations. Clairement, il doit y avoir engagement d'un test de dépréciation quand des indications de perte de valeur se font jour.

Mais nous sommes ici au nœud gordien de la question. La combinaison des articles 322-5-3 du PCG et R 123-178-5° du Code de commerce impose de constater une dépréciation si la valeur actuelle ( le plus haut des valeurs vénale et d'usage ) est " notablement inférieure " à la valeur nette comptable. Or ce vocable n'a pas, à ce jour, donné lieu à un encadrement règlementaire. Oui, il y a donc marge d'interprétation possible et marge conséquente pour un éventuel jongleur par opposition à un établissement rigoureux.

15 jours après le 26 octobre, d'aucuns auront une pensée émue pour le premier anniversaire du départ de l'estimé grand auditeur français que fût Edouard Salustro. De mes travaux avec lui ( qui accepta de préfacer mon premier livre public de libres contributions économiques ), je retiens que nous étions à l'unisson sur le caractère non vertueux de cette souplesse rédactionnelle. " Notablement " n'est guère précis et il faut de surcroît le remettre dans le contexte moderne de la dématérialisation de la tenue des comptes qui peut porter atteinte à la sécurité des procédures. ( Comptabilité et Droit comptable, Edouard Salustro et François-Denis Poitrinal, page 689 ).

De surcroît, les praticiens de l'audit bancaire savent bien que le bilan n'est qu'une partie de l'exposition aux risques. La question de la supervision et de sa puissance investigatrice se jugera, au long cours, sur ses capacités à éclaircir le hors-bilan des banques dont un expert a écrit en termes aussi précis qu'incontestables.

"Une activité notable du banquier est la prise ou réception d'engagements significatifs (opérations de hors-bilan) sans qu'il y ait transfert de fonds. Il peut en découler que ces engagements ne génèrent pas d'écritures comptables dans les systèmes généraux. La non-prise en compte de ces éléments peut être difficile à déceler", Jean-Luc Siruguet, in "Le contrôle comptable bancaire" (Revue Banque Édition : page 86).

 

Avec ce genre d'épée de Damoclès, cela nuance la portée des exigences de ratio de fonds propres dits durs ( CET1). Or, les tests de résistance sont principalement des revues d'actifs ( y compris sur l'ensemble des détentions de dettes souveraines ? ), des examens de conformité aux dispositifs règlementaires ( Bâle II puis Bâle III ) et des analyses d'impact de chocs exogènes.

 

S'agissant des chocs exogènes, il convient de rappeler, en ces temps hélas heurtés de géopolitique, que les tests micro-prudentiels enregistrent les risques d'atteinte à l'intégrité de la banque ( cyber-attaques, intrusion terroriste ) et la pertinence des PRA ( plan de reprise d'activité ) qui sont un coût croissant.

 

A ce stade, deux points d'importance sont livrés à la sagacité du lecteur.

D'une part, beaucoup a été écrit sur le risque systémique mais rien ne permet de l'appréhender avec un vrai niveau de précision. D'abord, parce que la propagation est une notion complexe en économie ouverte et interdépendante. Puis, parce que selon mes travaux, le risque systémique est consanguin de l'effet de bord. " Il s'agit de la modification d'une propriété lors de l'approche ( au propre ou au figuré ) d'une valeur. Bien souvent, l'étude des phénomènes se fait en négligeant l'effet de bord ". ( citation Wikipédia ). D'autre part – et c'est un point capital – les conclusions des stress tests vont nécessairement faire évoluer les modèles économétriques de la BCE voire des autres banques centrales. En clair, la cartographie du 26 octobre sera un élément de reparamètrage des DSGE : dynamic stochastic general equilibrium models.

Convenez que c'est une affaire d'importance en ces temps d'atonie du crédit, de " panne d'activité " ( Ministre Sapin ) et de menaces déflationnistes persistantes.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 16 octobre 2014 17:39

    Si les banques sont stressées leurs clients vont payer les anti-dépresseurs .... Bonjour la facture ....


    • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 17:50

      Je vous remercie d’avoir résumé en deux lignes mes développements. D’autant que vous avez énoncé les enjeux avec grande clarté.


    • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 19:58

      Désolé si je n’ai pas été clair. Retenez seulement que ces stress tests vont conduire à modifier l’architecture des modèles de la BCE qui influent sur nos vies quotidiennes. Cordialement.


    • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 20:04

      Désolé si je n’ai pas été clair. Retenez seulement que ces stress tests vont conduire à modifier l’architecture des modèles de la BCE qui influent sur nos vies quotidiennes. Cordialement.


      Normalement CES stress tests sont supposés être mieux « aboutis » que leurs prédécesseurs.....

    • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 17 octobre 2014 08:55

      Bonjour,

      Je partage assez largement votre approche.
      La matière est trop sérieuse pour faire un pari mais en revanche j’accepte l’augure que vous puissiez avoir totalement raison.
      Bonne fin de semaine.
      Cordialement.

    • Norbert 17 octobre 2014 14:41

      Pour la forme il y en aura sûrement une, au maximum 2, pour être sermonnée afin de « crédibiliser » l’opération d’enfumage.


    • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 17 octobre 2014 14:43

      Enfumage est péjoratif. En revanche, je pense qu’il y en aura plus que deux. Evidemment tout dépend la profondeur des reproches. Cordialement.


    • Piotrek Piotrek 16 octobre 2014 19:44

      Bon je ne sais pas vraiment pas ou commencer.

      Les banques vont présenter ce qu’elles veulent à ces stress test.
      Elles vont être contrôlées par des amis.
      Dexia aura peut-être un mot d’excuse de papa Noyer comme au printemps

      Un bon stress test aurait été d’y envoyer des hommes en uniforme épaulés par des limiers des délits financier et de leur donner carte blanche. La on aurait senti le stress.

      Formons donc le vœu que la transparence améliorée qui viendra du 26 octobre permette d’enclencher une spirale vertueuse vers la confiance et non l’application de la théorie du cygne noir du fait de banques au comportement contestable.

      Non non, le Black Swan c’est quand il arrive une chose que l’on pensait impossible. Ca c’était en 2008. Maintenant on a vu, bien compris l’ampleur du truc et l’on estime que depuis 2008 tout a changé pour le mieux.

      Vous pensez ?

      Les banques n’ont pas changé leur comportement depuis 2008. Spéculation, Vampirisation du cycle économique en période de crise, responsabilité directe dans la montée des extrémismes politiques dans toute l’Europe.

      Et le pompon ?

      Les banques ont arrêté de prêter, non seulement un tas de boites ne peuvent plus investir mais elles meurent car on leur a coupé leur trésorerie. Elles ne servent plus à rien, elles confisquent à la société, elles agrippent sur les fonds publics...

      Les tests sortiront, on vous dira que c’est pas terrible mais que c’est pas un drame. On fera semblant d’y croire, pour pas perdre tout ce que l’on possède. Car tout le monde est au courant : les liches du forum de boursorama, des commentateurs sur BFMTV (et c’est même pas O. Delamarche)
      D’ailleurs même le parti communiste a décidé de distribuer des fascicules sur le fonctionnement bancaire à la place de leurs tracts habituels.

      On compte à rebours en fonction du nombre de personnes qui se mettent au courant. Je me suis mis à chercher des guillotines d’occasion sur le bon coin.

      Bonne chance à tous


      • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 20:03

        Bonsoir,

        Si je pensais que tout a changé depuis 2008, je n’aurais pas écrit cet article.
        De même, il y aura peut-être d’autres évènements à valeur de cygne noir au débouché de ces stress tests.
        Venez dans mon coin de Morvan, les guillotines pour spéculateurs, il nous en reste.
        Cordialement.

      • Piotrek Piotrek 16 octobre 2014 20:04

        La suite de la vidéo, pour faire plaisir aux camardes smiley


      • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 20:09

        Bonsoir,

        Si je pensais que tout a changé depuis 2008, je n’aurais pas écrit cet article.
        De même, il y aura peut-être d’autres évènements à valeur de cygne noir au débouché de ces stress tests.
        Venez dans mon coin de Morvan, les guillotines pour spéculateurs, il nous en reste.
        Cordialement.

        P.S Comment avez réussi à savoir que les Dozeries au coin du feu sont ma madeleine de Proust ?

      • Piotrek Piotrek 16 octobre 2014 20:06

        Venez dans mon coin de Morvan, les guillotines pour spéculateurs, il nous en reste.Cordialement.

        Formidable, et croisons les doigts pour dans 10 jours smiley


        • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 20:07

          Yeeep ! smiley


        • asterix asterix 16 octobre 2014 20:46

          Merci de votre article ; Monsieur. J’en retire que tous ne sont pas pourris dans le monde bancaire, ce qui gravite autour du monde bancaire.
          Cordialement, comme vous dites


          • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 22:09

            Sensible à votre appréciation.

            Bien à vous, JYA.

          • ecolittoral ecolittoral 16 octobre 2014 22:05

            Il n’y aura pas de surprise !

            Avec Yellen qui annonçait hier que les progrès de l’économie sont modestes voire légers(doux euphémisme)

            Avec les bourses, toutes les bourses, qui effectuent des « corrections ».

            Je vois mal super Mario en ajouter une couche.

            En supposant que les « corrections » soient temporaires, sinon les 10 jours, risquent d’être longs, très longs. 

            Je pense à cette banque portugaises ou l’action ne vaut plus, ce soir 16 octobre, que 7 centimes d’euro !!!! Si encore c’était la seule à plonger....

            Le stress test est déjà ,en cour...mais pas à la BCE.

            La surprise, c’est en ce moment.


            • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 22:12

              Ecolittoral, j’approuve la teneur de votre propos et pour être clair, j’ai hésité à étoffer ma contrbution dans votre sens mais j’ose penser que nous n’allons pas « tomber de l’armoire ».


              « Je le crois parce que je l’espère » ( Léon Blum ).

              Cordialement.

              • Citrik_Elektrik Citrik_Elektrik 16 octobre 2014 23:03

                Rien à voir mais c’est pas malin de leur part d’avoir appelé leur autorité bancaire ABE (et anglais EBA). Du coup je pensais que l’ABE (la vraie https://www.abe-eba.eu/) participait aux tests. Vue quelle est détenue par les banques elles-mêmes je sentais le mauvais coup.


                • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 16 octobre 2014 23:15

                  Pourquoi faire simple ? smiley


                • BA 17 octobre 2014 11:57

                  Vendredi 17 octobre 2014 :

                  En zone euro, huit pays européens sont en faillite.

                  1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 314,801 milliards d’euros, soit 174,1% du PIB.
                  2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2120,143 milliards d’euros, soit 135,6 % du PIB.
                  3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 220,696 milliards d’euros, soit 132,9 % du PIB.
                  4- Irlande : dette publique de 202,920 milliards d’euros, soit 123,7 % du PIB.
                  5- Chypre : dette publique de 18,206 milliards d’euros, soit 112,2 % du PIB.
                  6- Belgique : dette publique de 404,248 milliards d’euros, soit 105,1 % du PIB.
                  7- Espagne : dette publique de 989,925 milliards d’euros, soit 96,8 % du PIB.
                  8- France : dette publique de 2023,7 milliards d’euros, soit 95,1 % du PIB.

                  Dans le cas de la France, il y a un tout petit problème :

                  Les gérants de l’assurance-vie des épargnants français ont placé ces centaines de milliards d’euros dans les obligations de l’Etat français.

                  Sans le savoir, les Français qui possèdent de l’assurance-vie ont investi leurs économies dans la dette publique française !

                  Mais il y a des Français qui savent, eux, comment est placée l’assurance-vie. Et ces Français quittent le navire avant le naufrage : ils se débarrassent de leur assurance-vie avant de tout perdre.

                  Lisez cet article :

                  Natacha Valla (ex-Goldman Sachs) sur l’assurance-vie : « Moi je n’en ai plus ! »

                  Une alerte de plus, on vous aura prévenus… Quand Natacha Valla, l’ancienne directrice de la recherche économique de Goldman Sachs, reconnaît que l’argent placé sur les contrats d’assurance-vie est depuis longtemps évaporé… et qu’il faudra bien prendre les pertes, d’une façon ou d’une autre

                  [cliquer sur l’image pour accéder directement à 59mn41].

                  http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/10/16/natacha-valla-ex-goldman-sachs-sur-lassurance-vie-moi-je-nen-ai-plus/


                  • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 17 octobre 2014 12:29

                    Bonjour,

                    Vous posez de manière fidèle les éléments liés à la dette publique en Europe et à l’identité de ses détenteurs.
                    N’étant pas un homme d’argent, j’ignore une partie de ce que vous abordez mais je le prends en compte dans ma veille documentaire.
                    A ce titre, je vous en remercie.
                    Cordialement, JYA.

                  • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 17 octobre 2014 12:30

                    A la réflexion, il est possible que je détienne des assurances-vie. JYA.


                    • Trelawney Trelawney 17 octobre 2014 14:06

                      A la réflexion, il est possible que je détienne des assurances-vie. JYA.

                      Vous nous faites un article sur l’économie et vous ne savez pas où sont placées les votre. Ca n’est pas très sérieux tout cela.

                      Donc si vous avez un contrat d’assurance vie, vous pouvez et devez le clôturer si vous ne voulez pas tout perdre d’ici un an. S’il a moins de 8 ans vous serez imposé sur les plus value et il faudra vérifier si votre contrat vous impose des frais de sortie.

                      Comme le dit la personne plus haut. Quand la France sera en cessation de paiement (c’est à dire fin 2015) ce sont les contrat d’assurance vie qui vont morfler en premier. Ce qui en ont se retrouveront avec 0 euro dessus (tant pis pour leur retraite complémentaire). Alors les stress teste dans tout ça .........


                    • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 17 octobre 2014 14:16

                      Ma famille étant originaire du MORVAN, tel un paysan à l’ancienne, je sais fort bien où sont mes picaillons. Les impôts aussi, si cette autre question vous intéresse.

                      Cela étant, merci pour vos conseils.
                      Cordialement, JY Archer.

                      • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 18 octobre 2014 22:29

                        Attendons de voir !


                        Tout va bien : vous avez su résumer la situation. Bravo ! smiley)

                      • Jean-Yves ARCHER Jean-Yves ARCHER 27 octobre 2014 08:47

                        Bonjour,

                        Je me demande si vous ne résumez pas un peu vite mes écrits. C’est votre droit comme j’ai la liberté de penser que vos critiques pourraient être plus établies.
                        Pour le reste, vous avez mis dans le mille : je donne plus de conseils que je ne les vends car « l’argent, cet argent qui corrompt tout » m’indispose.
                        Tolérance et tempérance, donc.
                        Bonne semaine, JYA.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès