Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Succès pour Gallois

Succès pour Gallois

Certes il était hasardeux d’évoquer le fameux rapport Gallois avant même sa parution, même si le Figaro en avait indiqué les grandes lignes. Un organe de presse ne remplacera jamais l’originale ; on peut au moins l’espérer. Remarquons, maintenant, alors que la parution est effective, que le quotidien ne s’était guère fourvoyé. Les indications précises qu’il donnait sont au rendez-vous.

La deuxième remarque se dirige vers l’auteur lui-même, Louis Gallois. On ne peut que saluer la clarté de son rapport et surtout l’indépendance avec laquelle il a dû le rédiger. Il est certain qu’après les « fuites » dans le Figaro, les demandes pour édulcorer devaient être fortes en particulier sur le chiffrage des efforts à réaliser, les fameux 30 milliards. Sans doute quelques précautions de langage ont été adoptées, mais rien sur l’essentiel ne semble avoir été modifié. C’est tout à l’honneur de ce grand « patron » qui pense à gauche et qui fut un homme très proche de Jean-Pierre Chevènement.

La troisième remarque tient aux commentaires prématurés qui entouraient l’avenir escompté dudit rapport. Nombreux étaient ceux qui prédisaient « l’enterrement de première classe » pratiqué par un gouvernement embarrassé par le document. Ce n’est semble-t-il pas le cas. Jean-Marc Ayrault après un très court temps de réflexion, un séminaire » gouvernemental, a dès le lendemain de la parution donné les pistes effectivement retenues. On pourra bien sûr gloser sur tel ou tel abandon, telle ou telle approximation, mais il ne serait pas juste de parler « d’enterrement »

Louis Gallois, lui-même se déclare satisfait des décisions prises. « Ce qui me paraissait essentiel était de dire que la compétitivité était une priorité nationale et je pense que cette idée est passée », explique l'ancien président d'EADS, jugeant le programme annoncé par le premier ministre « extrêmement ambitieux ». « L'impact des 20 milliards d'euros - (de crédit d'impôt)- est peut-être plus important dans la mesure Ayrault que dans la mesure que je proposais », juge-t-il. Le système de « crédit d’impôts » remplace en effet la baisse des cotisations sociales préconisée par Gallois.

La droite a donc tort de critiquer cette première étape de la mise en œuvre du rapport : « l’usine à gaz » de Pécresse prête à rire quand on connaît les « usines à gaz » de ceux qui sont aujourd’hui dans l’opposition. Quand on se rappelle également le sort réservé au rapport demandé à Jacques Attali dont on retrouve de nombreuses notions chez Gallois.

En revanche, l‘opposition peut en effet se gausser du recours à l’augmentation de la TVA (voir le tableau ci-dessous) même si la baisse de la TVA réduite essaye de faire passer la pilule, le bilan global est bien un prélèvement par cette taxe d’un montant de plus de 2 milliards d’euros.

Quand on se rappelle les hurlements du candidat Hollande et il y a encore un peu plus d’un mois les dénégations péremptoires du Premier Ministre. Opposé à NKM dans l'émission des paroles et des actes, il avait déclaré péremptoire "qu’il n’y aurait pas d’augmentation de la TVA jusqu’à la fin du quinquennat. Car, avait-t-il expliqué, c’est un impôt injuste". On a donc le droit, pour le coup, de rigoler un bon coup. Nous terminerons toujours par la même formule qui décidément, en ces temps difficiles, fait florès : « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis » Certains ajoutent, perfides, « disent les imbéciles quand ils changent » !

"Il n'empêche que les mesures annoncées sont salutaires, à la fois en termes de symbole et de signal. Certains regretteront que l'application concrète du projet n'aura lieu qu'à partir de 2014, alors que c'est maintenant qu'il faut redémarrer la machine. Mais le signal est incontestablement positif si l'on examine les principales propositions."

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 7 novembre 2012 09:36

    les politiques de baisses des cotisations (mal-nommé charges par le patronat) ne sont bonnes, et encore sous certaines conditions de croissance, que pour les entreprises exportatrices. Pour le reste c’est du flan..................

    voir :
    http://2ccr.unblog.fr/2012/07/09/ou-sont-passe-nos-usines/


    • ourston 8 novembre 2012 00:43

      Les baisses de cotisations sont favorables aux entreprises exportatrices et aux entreprises qui n’exportent pas mais sont soumises à la concurrence étrangère sur le marché intérieur. La France a exporté pour 429 mards € en 2011. En terme d’emplois, cela fait beaucoup. Mais elle a importé davantage : 498mards . Ramené à un PIB de 2000 mards €, on voit que la question du commerce extérieur est centrale dans la lutte contre le chômage.

      Il y a un lien entre le déficit de l’Etat et des organismes sociaux et le déficit du commerce extérieur : les emplois perdus se traduisent par une baisse des recettes fiscales et une hausse des dépenses sociales. 


    • ZenZoe ZenZoe 7 novembre 2012 11:00

      Que les sceptiques se rassurent.
      Déjà, rien d’immédiat, les mesures prendront effet en 2014. D’ici là, l’eau peut couler sous les ponts.
      Ensuite, il est presque certain que le rapport va franchir la ligne d’arrivée bardé d’amendements et de dérogations qui le videront de toute substance.

      En France, on peut s’en réjouir ou le regretter, mais c’est décidément « plus ça change, plus c’est la même chose ».


      • Traroth Traroth 7 novembre 2012 14:58

        Je n’ai pas l’impression que les choses soient comme il y a 10 ans. Le clodo en bas de chez moi qui bossait chez Peugeot Aulnay non plus...


      • exocet exocet 7 novembre 2012 14:48

        Tonimarus 45
        « bonjour—succes pour galois defaite pour la france d’en bas !! »

        C’est faux : le rapport Gallois préconise entre autres 10 milliards d’euros d’allègements des charges sociales salariales, c’est à dire sur ce que l’on retire au salarié.

        A moins que pour tonimarus, la France d’en bas ce ne soient pas les gens qui se lèvent tôt le matin pour aller trimer à l’usine, le plus souvent pour un SMIC.....


        • Traroth Traroth 7 novembre 2012 15:01

          Tant qu’il ne tombe pas malade, qu’il ne se retrouve pas au chômage et qu’il meurt avant d’arriver à l’âge de la retraite, c’est très bon pour le salarié, effectivement.


          Vous croyez que les cotisations sociales servent à quoi ???

        • Traroth Traroth 7 novembre 2012 14:55

          « ce grand « patron » qui pense à gauche » : Oui, c’est pour ça qu’il veut offrir 30 milliards aux entreprises sans aucune contrepartie concrète. C’est pas très clair, pour vous, le sens du mot « gauche », hein...


          • alain_àààé 7 novembre 2012 16:03

            je suis surpris que l auteur n ais pas développé plus les mesures qui vont entré avant la fin de l année je prendrais le cas de dizaines ou plus de personnes comme moi j ai déja perdu ma pension d invalidité comme d autre j ai une augmentation de 10pour cent sur l impot sur le revenu j ai quitté ue région qui a été nommé a la télé ou je vais^payé 10 pour sur taxe habitation et fonciere pour la derniere fois


            • xmen-classe4 xmen-classe4 7 novembre 2012 22:08

              baisser les impôts, c’est compétitif , houba....

              le crédit d’impôts ne concerne que les ménages au revenu les plus faible.

              le credit d’impôts ne serra pas appliqué et ne représentera que 200 millions, un truc du genre.
              faut remplir la déclaration et renoncer aux « 20% » automatique de réduction ?

              la TVA est augmenté de manière trop molle pour que l’importation soit surtaxé suffisamment pour être « dans la même catégorie » dans la compétition contre les produits français.

              ils voullaient donner des formation en aprentissage pour tous ceux qui travaillent dans l’industrie.

              • xmen-classe4 xmen-classe4 7 novembre 2012 22:20

                le socialiste est fou, 70,4 milliards d’euros de déficit commercial cumulé (25 milliards sans le petrole) et ils veulent relancer l’économie par la consommation....



                • cliquet 11 novembre 2012 16:18

                  Rapport d’enarque nourri à la pensée unique. La compétitivité n’est qu’un aspect du problème de la mort industrielle de la France. Les libéraux l’évoque en permanence car ils savent bien que la baisse des charges va diminuer les recettes de l’Etat sans qu’il puisse électoralement diminuer ses dépenses. Un sac Vuitton est loin d’être « compétitif » et pourtant il se vend avec profit. L’argument de la compétitivité serait recevable si nous étions encore capables de concevoir et fabriquer des produits concurrents, ce qui, hélas, n’est plus le cas général.
                  Regardez autour de vous et, parmi les objets que vous apercevez, demandez vous quelle est leur origine ?
                  Il faut avant tout retrouver notre potentiel inventif et industriel que nous avons laissé en déshérence car il était plus facile et plus rentable de spéculer que chercher à fabriquer de nouveaux produits...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès