Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Surcouf n’est plus à vendre, Surcouf est à « disparaitre (...)

Surcouf n’est plus à vendre, Surcouf est à « disparaitre »

Les dégâts, occasionnés par le capitalisme sauvage et désordonné, sont une fois de plus la source de souffrances et de graves difficultés pour des hommes et des femmes dont le seul tort est d’être salariés de cette enseigne là. Surcouf n’est plus à vendre, car Surcouf est condamné à la liquidation pure et simple.

C’est malheureusement un feuilleton à plusieurs épisodes. Déjà en 2009, il y a trois ans le dénommé François Pinault (l’homme le plus riche d e France) avait décidé de se débarrasser de l’enseigne de distribution de matériels High Tech et informatique. Comme aujourd’hui, il cherche encore à couler deux autres prestigieuses enseignes de France : La Fnac et la Redoute.

Bref, en 2009 le groupe dit PPR (Pinault Printemps Redoute) a cédé Surcouf à un autre patronyme des célébrités richissimes de France, à Hughes Mulliez, petit fils du fondateur du groupe Auchan. Vous savez bien cette famille qui habite en Belgique pour payer moins d’impôt ! Mais qui achète à prix d’or des résidences secondaires en France pour leurs vacances.

En 2010, le groupe avait affiché une perte sèche de 20 millions d’euros sur un chiffre d’affaire de 160 millions d’euros. Ce résultat avait été immédiatement suivi par l’annonce d’un plan social et la fermeture de deux magasins.

Depuis février de cette année, l’inquiétude est grande dans le groupe qui emploie encore 390 personnes et dont le siège social est à Lille. Car l’entreprise est en redressement judiciaire. Un pâle espoir s’était manifesté dans le cours du mois de juin avec le projet de sauver au moins trois magasins à Paris (Haussmann), à Bordeaux (Mérignac) et à Lille (Molinel), projet qui n’a pas abouti.

Depuis il semble qu’aucun candidat à la reprise ne se soit manifesté. De sources sûres en provenance du comité central d’entreprise, qui s’est tenu aujourd’hui, le mandataire judiciaire a annoncé, que dans ces conditions, il ne lui reste plus qu’à prononcer la mise en liquidation de Surcouf dès ce mercredi au tribunal de commerce. Ce n’est, ni plus ni moins que l’annonce de la fin de ce groupe et la mort sociale de ses 390 salariés.

Quel bel exploit capitalistique, le propriétaire Hugues Mulliez n’ayant pu déclarer que : « Malgré de nombreux contacts et échanges avec de potentiels repreneurs, le délai court imparti et la complexité des cessions de baux n'ont pas permis de répondre à nos attentes notamment en terme de préservation d'emplois »…cette déclaration de la direction nous laisse pantois.

Désormais le risque majeur, somme toute bien orchestré, c’est qu’une fois les salariés licenciés un repreneur se manifeste pour les seuls actifs de l’enseigne.

Et pour n’étonner personne : la direction n’a pas souhaité communiquer pour l’instant, selon la formule, hélas, trop consacrée !


Moyenne des avis sur cet article :  3.71/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Pelletier Jean Pelletier Jean 10 octobre 2012 12:19

    @Parkway,

    Pourriez vous, pour une fois, engager un débat, sans gros mot ! et echanger en respectant votre interlocuteur !
    http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


  • esteban 10 octobre 2012 12:49

    Quel débat ?

    Je vois pas trop ce qu’on peut débattre, ce qu’il y a de bien dans ce que vous faites.... Vous votez pour des traitres, vous soutenez des traitres, vous écrivez pour des traitres ! Super, débattons en voyons ! Comme c’est intéressant ! Comme si vous alliez admettre que vos chevaux de course sont en réalité des tocards ! Pire, que ce sont des chevaux de bois !

    Le PS a signé des deux mains pour le massacre libéral / néolibéral.

    Comme ils sont drôles avec leurs articles de crédibilisation de ces guignols en jetant la faute sur les autres.... et ils voudraient des débats.... Mwahahahahahah

    Moi je n’ai pas voté pour ces enfoirés, je peux me regarder dans une glace, MOI. Vous non, sauf que vous n’avez aucun honneur, alors ca vous passe au dessus de la tête.


  • Pelletier Jean Pelletier Jean 10 octobre 2012 14:32

    @Esteban,

    Même chose, est-ce raisonnable toute cette violence, vous allez vous faire du mal !
    On peut ne pas être d’accord et se respecter..... je ne supporte plus l’arêne politique !
    http://jmpelletier52.over-blog.com/


  • esteban 10 octobre 2012 14:51

    Non évidement.
    Mais pourquoi est-elle engagée par ceux qui sont censés gouverner ce pays et représenter son peuple par lequel ils sont mandatés ?

    TSCG / MES contre le peuple, c’est une sacrée violence quand même, vous ne trouvez pas ?
    Voler la souveraineté du peuple l’est également non ?

    Vous vous rendez compte, ces gens vendent notre pays pour un monnaie de singe, pour éviter qu’ils votent des budget en déséquilibre de plus de 3% ! Alors même que c’est ce qui a pu sauver les banques en 2008, et alors même que depuis 1973, personne ne les oblige à le faire !

    Si ca c’est pas de la violence, je mange mon tablier.


  • Roubachoff 10 octobre 2012 17:17

    @L’auteur

    Savez-vous ce que disait Sartre à Camus : « Si vous êtes fatigué, allez vous reposer. » Si vous ne supportez plus l’arène politique, que fichez-vous sur ce site ?

    « Crevures » et « vous vous foutez » des injures ? On vous donne à lire les manuels de Nadine de Rotschild, au PS ? 


  • esteban 10 octobre 2012 21:07

    Tient l’auteur ne répond pas.
    On doit recevoir sa bouillie sagement, sans rien dire, et sans avoir le droit d’avoir un peu d’assaisonnement.
    En même temps, c’est compréhensible, soit il admet qu’il a voté pour des traitres, soit il se tait à jamais ou enfonce une porte ouverte en prenant soin de glisser son lien de blog (ne perdons pas l’essentiel de vue).


  • Ardant 10 octobre 2012 22:59

    Il faut faire comme ci-joint, regardez comment il faut procéder

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8if4NyKKc9Y


  • Ardant 10 octobre 2012 23:06

    Excusez moi je me suis trompé, voici le bon lien que je voulais vous montrer

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=14JH5-Tia5k


  • Pelletier Jean Pelletier Jean 12 octobre 2012 11:22

    à tous Estaban... Calmos,

    Encore une fois merci pour le mépris, les insultes et parfois un peu d’humour (heureusemen)t.
    http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


  • votre poste est incompréhensible, et surtout Les dégâts, occasionnés par le capitalisme sauvage et désordonné 

    les pertes de Surcouf, c’est « le capitalisme sauvage » ou bien juste la traduction de la baisse de fréquentation ?

  • Yohan Yohan 10 octobre 2012 11:11

    Lorsque j’ai connu Surcouf paris à ses débuts, ils avaient tout pour eux, de la vente à l’après vente, des personnels compétents, réactifs, en tout cas au début. Puis la concurrence chinoise locale est arrivée (cf, la quantité de boutiques à proximité) et puis l’E.commerce et le service a décliné, tout comme à DARTY ou à la FNAC qui n’ont plus guère de personnes compétentes pour conseiller mais primées cependant pour vendre certains produits au détriment des autres. A ce petit jeu, on finit toujours pas trouver plus malin que soi et surtout moins cher (cf boutiques en ligne). La valeur ajoutée du magasin de quartier ne fait plus guère la différence face à eux, c’est une réalité à laquelle on doit se préparer. Vous tapez sur Pinault, c’est tellement facile, mais c’est bien l’internet qui tue ce genre de business et non leurs patrons qui ne font que repositionner leur capitaux face à un marché mondialisé et en constante évolution. Regardez autour de vous, la moindre idée de business lucratif est aussitôt copiée. Du coup, les magasins innovants n’ont que quelques bonnes années à vivre avant d’être torpillés par la concurrence. IKEA est un des rares a avoir réussi à mettre ses concurrents à bonne distance mais un jour, il trouvera son maître.


    • Fergus Fergus 10 octobre 2012 11:45

      Bonjour à tous.

      Assez d’accord avec Yohan sur le constat qu’il fait. Cela dit, pour ce qui est du Surcouf de Paris 12e, il est directement en concurrence sur place avec les nombreuses asiatiques qui vendent moins cher les mêmes produits.


    • jef88 jef88 10 octobre 2012 13:02

      d’accord avec Yohan et Fergus
      il y a 2 problèmes :
      - les prix
      - la dimension et l’agencement qu magasin ...pour perdre son temps ? pas mieux !


    • ddt99 ddt99 14 octobre 2012 10:37

      Cette disparition n’a rien de surprenant, car Surcouf est mort le jour ou les propriétaires de la Fnac ont racheté l’enseigne et qu’ils ont voulu faire de Surcouf une FNAC bis. Rangement trop cartésien, limité au niveau des produits et augmentations des prix en conséquence.

      Moi aussi j’ai connu Surcouf à ces tous débuts rue Philipe Auguste.

      Son déménagement et agrandissement avenue Daumesnil lui a été profitable de longues années après ce déménagement, malgré la multitude de petites boutiques de chinois gravitant autour, car Surcouf avait un style qui lui était propre à l’image de son slogan : « la foirefouille ».

      Et en ce temps-là, les prix n’étaient pas plus élevés que chez les chinois du quartier et apportaient au client la garantie d’achat d’une grande enseigne.

      Le système Fnac, bien ordonné et dépouillé ne pouvait que mener à la mort de Surcouf, car ses clients des premiers jours aimaient le coté « foirefouille » de Surcouf, ou l’on pouvait trouver vraiment ce que l’on venait chercher à un prix raisonnable, même du matériel d’occasion et un bon atelier de réparation, etc.

      Les clients de Surcouf, s’ils avaient voulu aller à la FNAC, ils seraient allés à la FNAC et non pas chez Surcouf.

      Selon moi c’est la vraie raison de la mort de Surcouf, moi-même, j’ai déserté ses rayons pour toutes ces raisons, et je ne pense pas être le seul.

      La vente en ligne est un phénomène beaucoup trop récent, elle n’a fait que l’achever.

      Les gens qui s’étonnent aujourd’hui de ce genre de disparition de société sont les mêmes qui s’étonnent que la France soit endettée de 1700 milliards d’euros.

      La mort de Surcouf était prévisible dès l’achat de cette enseigne par la FNAC, comme l’était la désertification de l’industrie française et que la dette de la France était aussi prévisible dès les années 1980.

      Voire les articles :

      La Française des jeux et la délocalisation de l’impression des tickets à gratter

      La crise ! Quelle belle invention !

      Un grand homme a dit :

      « Prévoir c’est gouverner »

      Il faut croire que personne ne gouverne la France depuis longtemps, puisque personne ne prévoit rien, ils se laissent dépasser par les événements.

      Un autre homme illustre a tout prévu, même l’après lui, n’a-t-il pas dit :

      « Après moi, la chienlit »

      Il ne s’était pas trompé, et pauvre de nous, car elle est loin d’être fini. 


    • dixneuf 14 octobre 2012 20:48

      Nuance : ce n’est ps « prévoir c’est gouverner » mais « gouverner c’est prévoir » smiley


    • Hijack Hijack 10 octobre 2012 11:46

      Cette enseigne a tjrs été hyper mal gérée ... j’ai dû y entrer 2/3 fois(depuis plus de 12 ans) ... et me sauver à chaque fois ...
      Il était clair qu’il ne fait pas le poids, ni par rapport à la Fnac par exemple ... ni par rapport à n’importe quelle grosse enseigne.
      Et si on ajoute internet, Surcouf y était mort/né !!!


      • Le péripate Le péripate 10 octobre 2012 11:57

        Quand Surcouf embauchait, est-ce que c’était aussi du capitalisme sauvage ?


        • Roubachoff 10 octobre 2012 17:18

          Couillon !


        • Le péripate Le péripate 10 octobre 2012 19:47

          Couillon c’est gentil, j’ai entendu pire. J’imagine que ça veut dire que quand Surcouf embauchait c’était capitalisme chéri.


        • au lieu de dire « couillon », repondez à la question !


          Surcouf a 15 ans. Quand Surcouf était né, avec la bulle Internet, en gros, c’était le capitalisme ultra libéral ? 

        • Roubachoff 12 octobre 2012 23:48

          @ Le péripate

          Bien sûr que c’était du capitalisme sauvage. Les grandes enseignes du type Surcouf ont tué le commerce de proximité, et aujourd’hui, le commerce online assassine les grandes enseignes. Pourtant, une légion de crétins s’extasient sur les « emplois crées » par les sociétés innovantes. Alors que l’important, c’est le différentiel entre emplois créés et emplois détruits. Pour couper cours aux leçons d’économie pompeuses, précisons que je ne porte aucun jugement moral sur le processus. Le fait est que les progrès des sciences et des techniques, aujourd’hui, réduisent l’espace disponible pour les êtres humains. Les histoires de « compétitivité » et d’« esprit d’entreprise » sont des fadaises à l’usage des gogos et des salopards qui profitent de leur stupidité.

           


        • Le péripate Le péripate 14 octobre 2012 11:26

          Oui Roubatchov. Donc a quel moment cela a commencé ? Avec l’invention du feu probablement, voire avant avec la première pierre taillée, ce qui est même antérieur à sapiens.

          Peut-être même avec la première division cellulaire.

          En effet, pour vous le monde est un drame.


        • TDK1 TDK1 10 octobre 2012 11:58

          Bon, concernant Surcouf, j’ai moi aussi vécu le démarrage, j’habitais à deux pas. Ca a démarré en flèche, un magasin, puis deux, juste à côté, puis les deux réunis, puis le déménagement avenue Daumesnil.. Le concept était bien. C’était un marché où les sociétés avaient un stand et où on trouvait tout. Absolument tout. Pas toujours au moins cher, bien sûr, mais lorsqu’on allait chez Surcouf, on était sur de trouver ce qu’on cherchait. Plus le conseil, les cours pour apprendre à monter son PC, les kits, bref, cela correspondait à un vrai besoin auquel le net ne répond pas. 


          Maintenant si le pleurnicheur de service (l’auteur de l’article) est si convaincu que cela que Surcouf peut et doit vivre, pourquoi il ne crée pas une Scop avec ses copains employés et qu’il ne fait une offre de reprise sans suppression d’emplois ?

          • esteban 10 octobre 2012 12:50

            Le PS signe des deux mains pour le capitalisme sauvage.

            Cet article d’un supporter du PS est un gag ambulant.

            C’est un quoi, un article burlesque ?


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 10 octobre 2012 14:34

              c’est quoi ce commentaire, un couac burlesque ?

              http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


            • esteban 10 octobre 2012 14:46

              Je sais pas trop si c’est un couac, je me demandais si l’hémisphère gauche cérébrale communiquait avec l’hémisphère droite. Des fois je me demande si vous vous souvenez que vous êtes un électeur du PS, qui le revendique, et qui en faisait le prosélytisme quand le baleineau Hollande était en campagne.

              Donc je me demande si vous êtes pas en train de monter un joli concours de cirque. Vous savez, du genre, un pèle les oignon, et l’autre pleure. Bien sûr tout ça sur le dos des gens qui vont perdre leur travail et se retrouver sur le carreau (cf. vos pleurnicheries ci-dessous). Mais si ca vous intéressait réellement, vous ne voteriez pas pour Hollande, le PS, et cette Europe ultra-libérale et financière. Or vous le faites, alors prenez-vous en à vous-même. D’ailleurs moi c’est ce que je fais, je m’en prends à vous, car vous êtes de loin plus responsable que moi, d’autant plus que c’est vous qui venez vendre votre soupe.


            • foufouille foufouille 10 octobre 2012 13:33

              au debut c’etait pas cher
              apres c’est devenu un piege a cons bien plus cher que le petit revendeur en zone industrielle


              • Pelletier Jean Pelletier Jean 10 octobre 2012 14:35

                je note avec attention tous ces commentaires « acharnés et proclamatoires » et je constate pas un mot, pas un seul sur ces employés qui vont perdre leur travail...

                merci les gars pour votre sens de la compassion.

                http://jmpelletier52.over-blog.com/ 


                • esteban 10 octobre 2012 14:40

                  La compassion des hypocrites, ils en ont que faire.
                  C’est mieux d’y penser quand vous votez.


                • reprendrelamain reprendrelamain 10 octobre 2012 14:52

                  Il y en a 1000 par jour qui perdent leurs emplois…les autres espèrent que la faucheuse tapera à la porte du voisin, çà ne mérite pas de compassion !  


                • iris 10 octobre 2012 15:03

                  de toutes les entreprises privées c’est comme les humains
                  naissance -vie -mort
                  le problème c’est l’argent pour vivre -
                  les tribunaux de commerce , les administrateurs sont là pour faire vivre une poignée de gens interessée par le moribond-
                  peu de redresseurs judiciaires par département et qui ne sont là de temps en temps-qui écoutent le patron défait et controlent la trésorerie pas les dépenses ou celles qui les interessent...
                  et vous voulez qu’avec ce système les entreprises se redressent.... 
                  le monde des affaires dans notre système actuel c’est la jungle et la lutte du pot de terre contre le pot de fer.....


                  • titi 12 octobre 2012 00:17

                    « les administrateurs sont là pour faire vivre une poignée de gens interessée par le moribond »

                    C’est malheureusement exact.

                    Avoir ses entrées au greffe permet de renouveler ses équipements à vil prix.


                  • Abou Antoun Abou Antoun 10 octobre 2012 17:13

                    Il a eut raison pour Surcouf, il aura raison pour la FNAC & la Redoute. Pourquoi ? mais parce que la France est en voie de sous développement (dilution dans la mondialisme) et donc la consommation de la classe moyenne est appeler à se réduire comme peau de chagrin.
                    C’est bien cela la bonne analyse. Comme la crise (qui n’est pas une crise) arrive ce sont les classes moyennes qui vont être laminées. Si vous êtes dans le business il faut vendre soit des produit de base (du pain du lait, du pinard) soit des produits de grand luxe. Les premiers parce qu’il faut bien que les gens vivent, les seconds parce que classes aisées ne sont jamais touchées par aucune crise (vraie ou fausse).


                  • foufouille foufouille 10 octobre 2012 16:01

                    surcouf est en perte de vitesse depuis longtemps
                    les employes le savaient bien


                    • Tipol 10 octobre 2012 16:32

                      Ben, je n’ai jamais compris comment le magasin de Lille pouvait tenir le coup sans être sous perfusion. J’ai surtout vu là une réalisation de gens qui se sont fait plaisir avec des idées fausses sur leurs espérances.
                      Les riches propriétaires investisseurs bien scolarisés feraient mieux de moins écouter les donneurs de leçons économiques et d’écouter davantage le bon sens de la vie.


                      • travelworld travelworld 10 octobre 2012 16:32

                        Lorsque ma fille était plus jeune, elle devait avoir 12 ans, elle en a 24,, je l’ai emmenée chez Surcouf, elle m’a dit : Papa ne me ramène jamais dans ce magasin !!!!
                        Quelle perte de temps, une vrai punition !
                        Ils n’ont pas su prendre le virage internet, à temps,comme la Fnac d’ailleurs avec son SAV souvent complétement dépassé (3heures pour changer un ordi il y à 3 mois à Bourges),Les vendeurs sont devenus des vendeurs de boites, bref le modèle économique à changé, les propriétaires des magasins, Mulliez et Pinaut n’ont pas réagit à temps, les employés paieront de leurs emplois leur mauvaise stratégie, place à Pixmania et à Rue du commerce !


                        • Abou Antoun Abou Antoun 10 octobre 2012 17:08

                          Bref, en 2009 le groupe dit PPR (Pinault Printemps Redoute) a cédé Surcouf à un autre patronyme des célébrités richissimes de France, à Hughes Mulliez, petit fils du fondateur du groupe Auchan.
                          Auchan écoule sa propre camelote dans ses hypermarchés (et ce n’est pas rien), ajoutez y le réseau Boulanger et Top Office et vous verrez que la famille Mulliez a plus de point de vente qu’elle ne peut en gérer. Le reste est de la logique capitaliste pure.
                          Le problème de Surcouf est qu’il n’a jamais su correctement se placer soit au niveau des prix soit au niveau de la qualité ou des spécialités. Il fut un temps où les claviers nationaux de tous les pays ne se trouvaient pratiquement que chez Surcouf. Il fut un temps aussi où les bons systèmes sons pour ordi et les logiciels de musique se trouvaient difficilement ailleurs que chez Surcouf. Peut-être que Surcouf n’a pas suffisamment joué la carte de la spécialisation, il est vrai qu’avec les échoppes chinoises tout autour la lutte pour les prix était perdue d’avance.
                          Il me semble, pour les dernières visites que j’ai fait à Surcouf vers 1995, on y trouvait exactement ce qu’on trouvait partout ailleurs en plus cher.


                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 10 octobre 2012 17:18

                            J’aime bien le Surcouf de ses débuts à Paris ....

                            A Bordeaux ça été différent, je pense que les responsables des achats aux sein du Magasin Surcouf n’ont pas toujours choisi les bon produits, peux de nouveautées !

                            Ils ont aussi négligé (écarte) les demandes des professionnels (par exemple la vente des serveurs) !

                            J’ai par contre toujours aprécié les contacts avec les vendeurs (clientèle) qui été excellent contrairement au Magasin Cybertek -Mérignac ! 

                            Maintenant nous avons aussi materiel.net à Bordeaux, donc le concept diffère, pas de stock, mais livraison sous 48h en général, et les deux vendeurs (notamment François) sont très sympas et ils donnent les bon conseils ( sans forcing de vente). Un très large choix de produits fait qu’on achète régulièrement chez eux ...

                            OUI je regrette quand même la fermeture de Magasins Surcouf.

                            Et quel est le moral de cette histoire, évitez de vous faire racheter par un grand groupe, car cela finira forcement par des licenciement ( les actionnaires veulent toujours plus en plus de bénéfices )... ils sont rien, mais strictement rien, à foutre des employées !


                            • esteban 10 octobre 2012 21:05

                              Je pense qu’il est interessant de préciser que l’auteur est un militant socialiste revendiqué, qui a mené ici une campagne de propagande pro-Hollande durant la campagne des dernières présidentielles. C’est son droit le plus strict et il n’est pas question ici de le remettre en cause.

                              Le soucis c’est quand finalement, il vient écrire des papiers de plaintes des conséquences des politiques menées par son parti, le PS, et son homologue l’UMP. En gros, ces gens créent eux même les sujets qui permettent de détourner l’attention (TCSG/MES en l’occurrence dans ce cas-ci), de se faire réélire dans l’imposture la plus totale, pour ensuite voter à l’assemblée nationale des textes que les français ne veulent pas, et pour lesquelles ils n’ont pas été mandatés.

                              Difficile ensuite de les laisser venir pleurnicher et se faire passer pour des gens emplis de compassion. Bravo Pelletier ! J’ai adoré l’effet spécial grosse larme de crocodile outré.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès