• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Synthèse chiffrée des voies de financement d’un Revenu de (...)

Synthèse chiffrée des voies de financement d’un Revenu de Base

Cet article synthétise les différentes voies de financement proposées dans le livre blanc du Mouvement Français pour le Revenu de Base (MFRB). Chacune des mesures ci-dessous peut être discutée, mais elles constituent un panel d'outils complémentaires les uns aux autres, permettant d'aboutir à un Revenu de Base (RB) décent, et tendant à ne léser aucune tranche de la population. La formule finale sera probablement un choix politique qui les intègrera toutes, dans une certaine mesure.

 

Quelques repères

  • 450€/mois pour 65 millions de Français = 351 milliards d'€/an

  • 850€/mois pour 65 millions de Français = 660 milliards d'€/an

 

Malgré ces sommes élevées, on ne peut regarder le coût brut sans prendre en compte les effets redistributifs. L’argent que l’Etat investit revient immédiatement dans ses caisses par hausse de la TVA, de l’impôt sur le revenu, de la CSG, etc... Au final, il donne pour reprendre aussi vite, mais en fournissant à tous la garantie que quoiqu'il arrive, chacun disposera d'un filet de sécurité pour faire face aux aléas de sa vie, et construire ses projets sans le souci de l'emploi qui disparaît. Toutes les autres questions relatives au RB sont traitées ici.

Le tableau ci-dessous présente les principales voies envisagées par le MFRB pour financer le Revenu de Base. Chacune d'elles est détaillée plus bas.

 

Voies de financement chiffrées Contribution (€/mois/habitant)   Voies de financement non chiffrées
Suppression du RSA 12   Augmentation de la TVA
Suppression des bourses étudiantes 2,5   Taxes sur les rentes publiques
Suppression des APL 23   Socialisation des monopoles de réseaux
Baisse envisageable des coûts de la sécurité sociale, au vu des expérimentations passées de RB* 38   Economies d'Etat, par les suppressions de postes rendus caducs par le choc de simplification du au RB, et une politique de mécanisation/virtualisation
Suppression des niches fiscales 100   Lutte contre l'évasion fiscale
Création monétaire 100    
Suppression de l'assurance chômage 80    
Forfaitisation des retraites 80    
Taxation progressive du patrimoine, à 1,52% en moyenne 200    
Taxe sur le trading haute fréquence 10    
Taxe carbone 10    
Total 655,5    
       
Complément : Réforme de l'impôt sur le revenu /CSG Entre 450 et 1000    

 

1 – Voies de financement chiffrées

  1. Suppression des aides existantes

• RSA : 10 milliards/an (contribution de 12€/habitant/mois)

 

• Bourses étudiantes : 2 milliards/an (contribution de 2,5€/habitant/mois)

 

• APL (p114) : 18 milliards/an (contribution de 23€/habitant/mois). Le MFRB s'oriente plutôt pour une fusion des aides au logement avec un RB, car :

   - Le montant des aides au logement dépend du loyer payé. Deux études ont ainsi montré que ceci avait causé une hausse des loyers, car si le locataire payait la même chose, le gouvernement payait en revanche plus cher. Ce sont donc surtout les propriétaires qui jouissent de ces aides personnalisées. Un RB financé par une taxe sur l'immobilier permettrait d'aller dans le sens d'une stabilisation des prix.

   - Il existe beaucoup de mécanismes d'aides au logement qui s'empilent et sont au final très lourds, voire illisibles.

 

Cependant, sans un RB à 750€/mois (c'est la somme du RSA + APL de la zone 1 à 293€/mois, la plus chère, pour un célibataire), il restera préférable de maintenir des aides au logement familialisées.

 

Baisse envisageable des coûts de la sécurité sociale* : Suite aux expérimentations déjà menées en Amérique du Nord, on a pu constater une baisse des dépenses de sécurité sociale de 8,5%. En France ce budget étant de 350 milliards/an. On peut envisager à terme une économie de 30 milliards sur la sécu, donc 38€/habitant/mois.

 

  1. Suppression des niches fiscales

Les niches fiscales ont pour but d'influer positivement sur un aspect social, souvent afin de créer des emplois, via perfusion fiscale. On peut ainsi bénéficier de réduction d'impôts en cas d'embauche d'une femme de ménage, etc ... On chiffre les pertes des niches fiscales sur l'Impôt sur le Revenu à 70 milliards * (le livre blanc du MFRB le chiffre à 40 milliards). En ajoutant le CICE, on monte à 80 milliards. Donc contribution à un peu plus de 100€/habitant/mois.

 

Pour les associations qui ne jouiront plus du don défiscalisé, il sera à voir si cette contribution pourra être compensée par le RB lui-même (ex : associations de lutte contre la misère), ou par une hausse du bénévolat que le RB impliquera. Certaines versions de RB sont proposées, permettant d'en conserver certaines / d'harmoniser leur existence avec le RB.

 

  1. Création monétaire

A l'heure actuelle, les banques impriment l'argent ex nihilo, par le système d'emprunt : on injecte de l'argent dans le système, via un individu qui rembourse un emprunt avec taux d'intérêts. Le taux d'intérêt est fixé par la BCE, plus ou moins élevé selon le besoin d'argent dans l'économie.

 

Cet argent pourrait être imprimé par la banque centrale (et il semble que ce soit sérieusement étudié par la BCE *), et reversé aux citoyens, profitant ainsi directement à l'économie réelle. Au vu de la quantité d'argent créée tous les ans, on chiffre cette voie de contribution au RB à un peu moins de 100€/habitant/mois. Ceci serait en outre un très puissant outil de contrôle de l'inflation : en cas d'excès/de manque de monnaie dans le système, il est possible de réduire/augmenter cette voie de financement dans le montant du RB. (D'autres informations sur le RB et la création monétaire ici *).

 

 

  1. Réforme de l'assurance chômage (p117)

En 2014, le montant maximal du chômage est de 7 000€/mois. Cependant, la personne est tenue de retrouver un emploi rapidement. Et l'assurance chômage ne protège pas durablement, contrairement au RB. Lorsqu'une personne au chômage retrouve un emploi à temps réduit, 70% de ses revenus salariaux sont déduits de ses allocations chômage, ce qui peut être désincitatif dans certains cas. Le MFRB propose 2 solutions :

    • 1 – Si le RB est suffisamment élevé (admettons ... 900€/mois *), on pourrait considérer qu'il est acceptable de reverser les allocations chômage au financement du RB (incluant les 4 milliards de dépenses actuelles à l'aide à l'insertion/réinsertion professionnelle). On chiffre la contribution de ces allocations à environ 80€/habitant/mois. Pour les hauts salaires qui perdraient trop en niveau de vie s'ils tombaient au chômage - surtout en cas d'emprunt immobilier à rembourser -, il est proposé d'augmenter les primes de licenciement pour ces profils, ou de souscrire à une assurance chômage privée.

    • 2 – Développer les droits de tirage sociaux (p 122) : Les travailleurs cotisent à une « caisse de tirages sociaux », et peuvent utiliser sur demande, lorsqu'ils ont suffisamment cotisé un « droit de tirages sociaux » pour changer de voie professionnelle, financer une formation, un projet associatif, une année sabbatique, … Les droits ne sont pas conditionnés à la recherche d'un emploi. Ils sont limités, proportionnels au montant cotisé par le travailleur. Ils sont ouverts au travailleur licencié comme à celui qui démissionne. Le travailleur qui n'aurait pas utilisé tous ses droits pourrait partir à la retraite plus tôt.

 

 

  1. Forfaitisation des retraites

Chacun touche un « RB retraite » à partir de l'âge de la retraite, de 1 300€/mois. Le montant moyen de la retraite actuelle étant 1 492€. On part ici du principe qu'une fois à la retraite, chaque retraité est aussi actif que son voisin. Il est donc discutable que celui qui a eu la chance de faire une carrière longue et bien payée soit infiniment mieux payé que ses pairs retraités. Celui qui aura été bien payé pendant toute sa carrière pourra mettre de côté pour sa retraite pendant sa vie, s'il pense en avoir besoin.

 

Proposer ce montant permettra de contribuer à hauteur de 80€/habitant/mois au financement du RB.

 

 

  1. Taxation du patrimoine

Le patrimoine total des Français représente 10 400 milliards d'€. De nos jours, 10% des Français concentrent entre leurs mains la moitié des richesses du pays, tandis que la moitié la plus pauvre en possède moins de 7%.

 

Il est proposé de taxer le patrimoine, de façon progressive, afin que les petits patrimoines ne soient pas lésés dans leurs efforts à acquérir ce qu'ils ont : on pourrait imaginer que les patrimoines de moins de 50 000€ ne paient rien.

 

Contribution au RB : Il est proposé de taxer de façon progressive ce patrimoine, à hauteur de 1,52%* du patrimoine total (ce montant est discutable. Il peut être moins élevé, et l'est plus dans le livre blanc : 1,79%). On obtient une contribution de 200€/habitant/mois. Les gagnants sont ceux qui travaillent, et ont un faible patrimoine. Les perdants ceux qui ont un fort patrimoine, et ne travaillent pas.

 

Le patrimoine immobilier est taxé, sans être le seul, afin que cela ne soit pas une incitation à convertir son patrimoine vers un autre secteur. sur l'immobilier, il est notamment proposé d'augmenter la taxe foncière, afin d'inciter les citoyens à vendre/louer leurs maisons/appartements. Ce qui pourrait faire baisser les prix des locations actuelles, loi de l'offre et de la demande oblige.

 

Le montant et la progression de la taxation peut être moindre ou supérieur à celui proposé, selon ce qui semblera juste au décideur politique.

 

 

  1. Taxe sur le trading Haute Fréquence (loi Tobin)

Il a été chiffré que la contribution à un RB ne serait pas de plus de 10€/habitant/mois (p 89).

 

 

  1. Taxe Carbone

Cette taxe devait être mise en place en 2011, avec pour objectif de rapporter 6 milliards d'€/an. Donc contribution d'environ 10€/habitant/mois au RB.

 

 

  1. Réforme de l'impôt sur le revenu / Réforme de la CSG

Pour la majorité des propositions de RB, dans un but de simplification, l'impôt sur le revenu est individualisé, et le quotient familial supprimé. Trois grandes propositions de réformes sont envisagées :

 

      1. 9. 1 Financement via l'impôt sur le revenu uniquement

• Impôt sur le revenu à taux unique, de 25%, dès le premier € gagné : A l'aide d'une base de donnée développée par Thomas Piketty concernant un échantillon représentatif de 10 000 foyers Français, l'économiste Marc de Basquiat montre dans une modélisation que cette mesure permet de financer un RB de 450€/habitant/mois. Celui-ci pourrait être versé sous forme de crédit d'impôt : ceux qui gagnent peu toucherait dès lors un "impôt négatif". Ici une vidéo très pédagogique pour l'expliquer.

 

Autre suggestion * (Non présente dans le livre blanc) : Le revenu moyen des Français est de 1700€/habitant. Il est proposé un impôt sur le revenu très fortement progressif, afin que 60% des revenus soient taxés en moyenne : 0,6 x 1700 €/habitant = 1 020€/habitant/mois.

 

 

      1. 9. 2 Financement du RB par une hausse de la CSG

Proposition n°1 : Le livre blanc du MFRB explique qu'un accroissement de la CSG à 23% contribuerait à hauteur de 465€/habitant/mois (p 38).

 

Proposition n°2 : L'économiste Baptiste Mylondo montre qu'un accroissement de la CSG à 37 points contribuerait à hauteur de 800€/habitant/mois (p39).

 

      1. 9. 3 Fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG, et augmentation du prélèvement total à 37% *

Dans le tableau ci-dessous (extrait de cette page), les 5 premières colonnes présentent la situation de plusieurs personnages dans le système actuel, les 3 dernières leur situation avec RB financé par cotisation à 30% dès le permier € gagné :

  Revenus bruts CSG (8%) Impôt sur le revenu RSA + AL Revenus nets Revenu de Base Cotisation au RB (30% du revenu Brut) Revenus net
Pierre 0€ 0€ 0€ 750€ 750€ 750€ 0€ 750€
Paul 2250€ -180€ -90€ 0€ 1980€ 750€ 750€ 2250€
Jacques 4500€ -360 -475 0€ 3665€ 750€ 1500€ 3750€
Etat   540€ 565€ -750€        
CRB           -2250 2250  

 

On observe que si les dépenses de l'Etat sont bien plus élevée dans le cas du revenu de base, ceci est équilibré par des cotisations plus forte. Cette explication "avec les mains" montre au passage que la situation change peu pour beaucoup d'individus.

 

 

2 – Voies de financement non chiffrées, mais potentiellement importantes

     2.1 Taxation sur l'héritage (p93)

Thomas Paine constatait déjà en 1795 que « les inégalités de patrimoine sont l'une des premières causes d'inégalité des revenus et des chances  », dans le cadre de ses propositions de financement de RB. Les terres étaient sources de richesses, ceux qui n'en n'avaient pas étaient sujets à la très grande misère dès la moindre crise. Plutôt que de collectiviser les terres, il propose de taxer les héritages à hauteur de 10% pour financer un RB.

 

Cette proposition rejoint le paragraphe 1.6, qui montre à quel point le système actuel introduit un déséquilibre de répartition des richesses dans la société Française.

 

 

     2. 2 Réforme de la TVA

Deux possibilités :

 

      2. 2. 1 Augmentation de la TVA pure et simple

La TVA est augmentée pour financer le RB, causant au passage une perte de pouvoir d'achat. Cependant, si la TVA est un impôt injuste dans le système actuel, tout le monde n'ayant pas les moyens de la payer, elle l'est beaucoup moins dès lors que chacun dispose d'un RB.

 

      2. 2. 2 Augmentation de la TVA via baisse des cotisations sociales

La hausse de la TVA est compensée par une baisse, voire suppression des cotisations sociales (TVA sociale), le prix final à payer à la caisse étant le même. En effet, ces cotisations sont actuellement comprises dans le prix, l'employeur étant chargé de les reverser à terme au gouvernement comme impôt. Reverser les cotisations sur la TVA permettrait de rendre les entreprises des secteurs intenses en travail beaucoup plus compétitives. Le salaire « super-brut » (coût total qu'un employeur doit payer pour un employé) est abaissé. On réduit ainsi le coût du travail, sans diminuer le pouvoir d'achat, ni réduire le financement de la protection sociale. Ceci permettra de créer des emplois, ce qui n'est pas un but en soi dans le cadre du RB, mais est toujours intéressant car permet d'augmenter les opportunités pour les travailleurs de trouver un complément de rémunération.

 

Certaines entreprises pourraient en profiter pour élever leurs prix : on compte sur la libre-concurrence, et les associations de consommateurs pour suivre les prix. Il est même suggéré que l'Etat les administre provisoirement, durant la transition. En fusionnant toutes les cotisations sociales vers la TVA, on obtient une TVA de 50% du prix du produit, sans changer son coût final à la caisse. Le tableau ci-dessous* est issu du documentaire "Le Revenu de Base" (à 1h16), alliant TVA à 50%, et impôt sur le revenu progressif.

RB (€)

Salaire (€)

Total (€)

Payé en
TVA (€)

Impôt
Sur le
Revenu

Taux
d'imposition

1000

0

1000

500

-500

"-50,00%"

1000

500

1500

750

-250

"-17,00%"

1000

1000

2000

1000

0

0

1000

2000

3000

1500

500

17,00%

1000

4000

5000

2500

1500

30,00%

1000

8000

9000

4500

3500

39,00%

 

L'accroissement de la TVA devrait faire monter les prix des équipements à forte valeur ajoutée, notamment ceux participant à la course à la consommation (TV, ordinateur, électronique, jouets, vêtements, voitures, …). D'une certaine façon, il s'agit de fiscalité écologique. Taxer l'automatisation peut revenir à augmenter la TVA sur les produits à forte valeur ajoutée. Cette réforme pourrait contribuer à faire passer à une société de la location plus que de l'achat. La TVA pourrait être particulièrement plus élevée sur les « biens de statuts » (luxe, produits ostentatoires, etc …). De plus, la TVA n'est payée que lorsque l'entreprise vend son produit, ce qui n'est pas le cas des cotisations sociales. Cette réforme de la TVA avantagerait donc les jeunes entreprises qui n'ont pas encore beaucoup vendu. 

 

Si le RB était financé par la TVA, il n'y aurait plus de travail au noir, car tout se finance par le passage à la caisse.

 

 

     2.3 Suppression des postes caducs de fonctionnaires et autres employés de l'Etat

La mise en place du RB implique un choc de simplification socio-fiscal, et pourra s'accompagner d'une politique de mécanisation/virtualisation des emplois qui peuvent l'être. Aussi, beaucoup d'emplois ne seront plus nécessaires au sein du gouvernement.

 

Suivant différents résultats d'études, le nombre d'emplois pouvant disparaître d'ici 15 ans varie entre 10% et 45% du total des emplois. Ceci dépendra très probablement du choix politique qui sera effectué : choisira-t-on d'encourager ce phénomène, ou de l'enrayer autant que possible ? On peut appliquer cette fourchette de 10%-45% au budget que l'Etat consacre à ses employés, pour obtenir un ordre de grandeur de contribution au financement du RB *.

 

     2.4 Taxe sur les rentes publiques

En Alaska, il est inscrit dans la constitution que les ressources en hydrocarbures appartiennent aux Alaskiens : ceux-ci reçoivent ainsi tous les mois un chèque issu de la rente pétrolière de 125 $/habitant/an. En Iran, un petit RB a été développé en 2010 pour remplacer les subventions sur la nourriture et l'essence. L'essence y est vendue au prix international. Une initiative écologique (les gens gaspillent moins l'essence car elle est plus chère), économique (car l'Etat vend l'essence plus chère) et sociale (car pour beaucoup de foyers modestes, la priorité est sur d'autres choses que l'achat d'essence : nourriture, logement, etc …).

 

De façon générale, on pourrait proposer une rente d'état sur l'ensemble des richesses : Minerais, bois, terres, etc …

 

 

     2.5 Taxe sur la robotisation

Ceci peut être mené via une augmentation de la TVA, sur le secteur des produits à forte valeur ajoutée. Cependant aujourd'hui, ce n'est plus tant la machine qui réduit le nombre d'emplois que le logiciel, plus difficile à taxer (p 88). Une authentique "taxe sur la robotisation" ne serait ainsi pas évidente à mettre en place.

 

Si cela venait à se faire, mais que les propriétaires des machines décidaient de délocaliser au Bangladesh pour ne pas payer, cela pourrait être l'occasion de redonner un souffle au projet Européen : A travers une politique Européenne plus protectionniste, on peut taxer les importations de ceux qui refusent de rester en Europe *.

 

 

     2.6 Socialisation des monopoles des réseaux

Certains géants du net se trouvent en état de monopole absolu, et parviennent à payer peu d'impôts par optimisation fiscale : Google, Facebook, Amazon, Uber, AirBnB, … Cependant, on peut se demander si les rentes mirobolantes dont ils jouissent peuvent être justifiées par le seul mérite d'avoir inventé et lancé ce réseau. Pendant les 30 glorieuses, les monopoles de réseaux (EDF, GDF, SNCF, France Télécom, La Poste, …) étaient des monopoles publics. On pourrait imaginer qu'Amazon, Facebook, Google, etc, deviennent propriété publique, au vu de leur situation de monopole incontestable, et de leur rôle de quasi-service public. Ces socialisations ne concernant que les entreprises dans un état de monopole total.

 

Ainsi, tout comme il existe un Amazon Chinois (Alibaba), un Facebook chinois (Weibo), et un Google Chinois (Baidu), il serait possible de créer de tels réseaux Européens permettant de récupérer ces rentes de monopoles, et de les redistribuer sous forme de RB.

 

     2.7 Lutter contre l'évasion fiscale

D'après les chiffres du sénat, ce sont entre 30 et 50 milliards d'€ qui échappent tous les ans au gouvernement par le biais de l'évasion fiscale. Il est difficile d'estimer le montant exact, potentiellement plus élevé. Cette économie pourrait également être un contributeur significatif au financement du RB.

 

* : L'auteur se permet de prendre quelques (toutes petites) libertés par rapport au texte originel du livre blanc, signalées par un *


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 23 janvier 10:47

    il faudrait aussi supprimer le Sénat, la moitié des Députés des ministres écrémer parmi les 560 000 élus de la république etc.....


    • Nyspelache 23 janvier 12:00

      @zygzornifle Bonne idée, à rajouter dans la partie « voies non chiffrées mais potentiellement importantes » ;)


    • @Nyspelache
      connaissez vous le FICOBA organisme des finances chargé d’espionner les comptes des travailleurs pauvres qui doivent quelques dizaines d’euros a un huissier..............

      ARME FATALE DES HUISSIERS QUI PEUVENT CONTROLER LE DEBIT OU CREDIT DES PETITS RETRAITES qui peuvent ainsi faire oublier QUE CET ORGANISME MACRONIEN avait pour 1ère mission de traquer le nlanchiment d argent le travail clandestin organisé le milieu !!

      EN 2016 UNE LOI PERMETTANT LES CONTROLE DES COMPTES DES DEMANDEURS D4EMPLOI A ETE VOTEE ET JAMAIS PROMULGUEE le gouvernemnt de macron a fait marche arrière

      quand fillon detourne ce qu’il veut bALKANY A 3 VILLAS POUR L HIVER .. 2 AUX ILES 1 AU MAROC

      qui disait il faut faire payer les pauvres ils sont beaucoup plus NOMBREUX PIERRE DAC ?????

    • @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE suite et fin

      COMPLEMENT : en appliquant cet espionnage aux riches et aux politiques qui blanchissent leurs détournements on pourrait mettre en PLACE UN REVENU MINIMUM DE 500 EUROS facilement

    • petit gibus 23 janvier 11:03
      Merci à l’auteur
      qui permet en dehors de toutes déclarations intempestives et démago
      que l’idée poursuive son chemin

      • Nyspelache 23 janvier 12:23

        @petit gibus
        à votre service ;)


      • Pere Plexe Pere Plexe 23 janvier 18:29

        @petit gibus
        Je ne suis pas un farouche partisan de ce revenu universel.

        Mais il faut bien reconnaître que le niveau des attaques faites à ce projet est d’une rare malhonnêteté.
        D’une rare indigence.
        Du péremptoire « c’est impossible » au vicieux « ça encouragera la paresse » rien d’argumenté ni de réfléchi. 
        Oui le financement de cette mesure serait d’importance.
        Mais ceux qui hurlent « trop cher » oublient (ou font mine d’oublier) que le coût du social est aujourd’hui d’un tiers du PIB c’est à dire environ 750 milliards.
        Revoir le système d’aides sociales, complexe et peu efficace, ne parait pas aberrant.
        Et le disqualifier d’office du fait de son coût (500 milliards ?) un non sens sinon une manipulation !

        Le summum de la mauvaise foi est sans doute atteint quand des responsables (?) politiques s’offusquent que mamie zinzin ou B Arnault toucheraient, eux aussi, quelques centaines d’euros...
        Argument choc de la part de ceux qui, par le biais de niches fiscales, ont permis à ces personnes d’économiser des millions d’euros !


      • rocla+ rocla+ 23 janvier 11:16

        Oui oui , et les entreprises avec robots les démonteront et iront dans 

         d’ autres pays où les gens  ont pas ce genre d’ idées ... 





        • Nyspelache 23 janvier 11:59

          @rocla+ Vous m’avez mal lu je pense ;). Lisez le point 2.5


        • Pere Plexe Pere Plexe 23 janvier 17:47

          @Nyspelache

          Revoyez votre niveau d’exigence à la baisse :
          Lire ? et pourquoi s’efforcer de comprendre tant que vous y êtes ?

          L’éructation simple et définitive se passe parfaitement de l’un et plus encore de l’autre... 


        • SamAgora95 SamAgora95 23 janvier 12:09

          En réalité le revenu de base a pour objectif principal de rassurer et de supprimer l’angoisse liée à un éventuel manque de ressource financière.


          Or c’est cette angoisse qui est le moteur de l’innovation, de la créativité et au finale de la création de richesse, supprimer cette angoisse et la société finira inexorablement par dépérir et la création monétaire par se tarir.

          Autrement dit, le RB c’est le serpent qui se mort la queue !

          ----------------------

          Par ailleurs, si j’ai droit à un revenu de base pourquoi irais je vider les ordures des autres à 4h du matin accroché à l’arrière d’un camion poubelle qui pue ? On pourrait se faire la même réflexion sur 100 autres métiers du même type ! qui occupera ces emplois sans lesquels la vie en société serait impossible !

          • rocla+ rocla+ 23 janvier 12:16

            @SamAgora95


            Entièrement de votre avis 

          • Nyspelache 23 janvier 12:22

            @SamAgora95 Un RB sera justement l’occasion de ré-hausser les salaires faibles : Votre éboueur sera en capacité d’aller voir son employeur, en lui disant « j’ai de quoi vivre. Si vous voulez que je fasse votre travail, augmentez ma paie indécente pour ce travail difficile ».

            Par ailleurs, Facebook, Linux, Whatsapp, Harry Potter, et bien d’autres ont été développés par des personnes au chômage (ou des étudiants), qui ont pu exercer pleinement leur créativité sans la crainte de ne pas savoir ce qu’ils allaient avoir à manger à la fin du mois. La mise en place du revenu de base permettrait ainsi d’encourager la créativité, bridée en ce moment par un système d’emploi aliénant. Elle permettrait de développer des initiatives comme Wikipédia, tout le monde associatif, etc ...


          • joletaxi 23 janvier 12:31

            @SamAgora95

            mais la gauche fraternelle , épaulée par les zozos verts ouvriront les frontières à tous les miséreux qui seront heureux de venir profiter des restes de notre prospérité.

            Hollande qui s’incline devant la sépulture de Allende, sa « répudiée » la dingo du Poitou qui s’extasie sur les miracles de Cuba, et le quinoa boy qui rêve de Chavez, ça se présente bien je trouve


          • Pere Plexe Pere Plexe 23 janvier 17:57

            @SamAgora95
            « c’est cette angoisse [manque de ressource financière] qui est le moteur de l’innovation, de la créativité et au finale de la création de richesse »


            ...ben alors il faut d’urgence prendre la fortune des patrons du CAC40 (des actionnaires fortunés, des assujettis à l’ISF...), non ?

            Ah ben non c’est que les crève misères qui ont « besoin » de cette angoisse...c’est connu que les patrons c’est plus le confort rassurant des parachutes dorés qui les stimules.


          • hervepasgrave hervepasgrave 23 janvier 17:58

            @SamAgora95
            Bonjour et bravo !
            qui irait vider les poubelles ? peut-être que là il y lieu de revaloriser les salaires,non ! crois tu qu’un trou du cul comme toi mérite plus que tous ceux qui font ces métiers là ? Et oui ! nous arrivons dans une drôle d’ère ,les sales mentalités s’affichent de plus en plus sans vergogne.« touche pas au grisbi ! » si l’idée du revenu de base est la seule alternative pour que le capitalisme persiste. Nous voyons bien qu’avant même d’être mise en œuvre les perversions sont en marche.La critique n’est pas faite pour que cela soit annulée ,mais bien pour que cela se mette en place de manière drastique et implacable.Des calculs vraiment à côté,car pour qu’un revenu de base existe il faudrait changer le fonctionnement de la société.Si cela parait évident que c’est une chose , qui doit se faire.Il faudrait d’abord voir les gains et les pertes.Mais même s’ils équilibrent les finances ,la perte est ailleurs certainement ? Il faudrait regarder dans les prévisions a plus ou moins long terme. Pour s’apercevoir que le capitalisme cherche à faire de nouveaux marchés et de juteux bénéfices a l’encontre de tous.
            Alors,pour que cela soit un progrès ;il faut surtout revoir le fonctionnement de la société. Pour que la société tourne rond .Peut-être faut-il que chacun mette la main à la pâte et pourquoi pas dans la merde,histoire d’avoir régulièrement la réalité en face des yeux.Mais rassures toi ,c’est en marche et tu n’auras pas de désagrément. smiley cestpasgrave


          • Nyspelache 23 janvier 20:29

            @hervepasgrave

            Un RB sera justement l’occasion de ré-hausser les salaires faibles : Votre éboueur sera en capacité d’aller voir son employeur, en lui disant « j’ai de quoi vivre. Si vous voulez que je fasse votre travail, augmentez ma paie indécente pour ce travail difficile ».

            Par ailleurs, Facebook, Linux, Whatsapp, Harry Potter, et bien d’autres ont été développés par des personnes au chômage (ou des étudiants), qui ont pu exercer pleinement leur créativité sans la crainte de ne pas savoir ce qu’ils allaient avoir à manger à la fin du mois. La mise en place du revenu de base permettrait ainsi d’encourager la créativité, bridée en ce moment par un système d’emploi aliénant. Elle permettrait de développer des initiatives comme Wikipédia, tout le monde associatif, etc ...


          • hervepasgrave hervepasgrave 23 janvier 20:47

            @Nyspelache
            Bonsoir, ton commentaire est du même tonneau. La résistance a une avancée réelle est nombreuse.
            .
             Tout cela est de l’enfumage ! Je ne vois aucun progrès.Car si le revenu universel tel que décris par tes soins ,je n’en vois pas l’intérêt ,une augmentation déguisée des salaires sur le compte des contribuables.Il ne faudrait pas toucher au business,« non mais des fois » C’est révolutionnaire ,avant-gardiste !? .
             Beaucoup de bruit pour que rien ne bouge. Ce qui est plus certain c’est que la couche supérieure de ces gens là monsieur eux se satisferont de ne pas se mouiller pour quelques biftons et fermerons les yeux sur le reste. Nous vivons une période vraiment formidable.A qui le tour ? cestpasgrave


          • Nyspelache 23 janvier 21:18

            @hervepasgrave
            Il y a plusieurs progrès. Parmi d’autres :

            - Disparition du problème chômage face à la mécanisation/robotisation. Aujourd’hui, on estime qu’entre 10% et 45% des emplois disparaîtront d’ici 15 ans (voir le point 2.3).
            - Choc énorme de simplification fiscal : Il n’y a plus de bourses étudiantes, de RSA, le système de chômage et de retraites peut être simplifié (voire supprimé), etc ...
            - Gros choc de simplification pour les entreprises. Le code du travail pourra être ré-écrit, pour tenir sur 2 pages. Plus de garantie de l’emploi à promettre
            - Dé-aliénation d’un travail, qui souvent n’a pas un grand sens pour celui qui l’exerce. Chacun devient enfin libre de construire les projets qui lui tiennent à coeur : lancer l’entreprise dont il rêvait depuis longtemps mais ne faisait pas par peur de quitter son travail, lancer un projet social/solidaire, juste prendre soin de sa famille et des gens de son quartier, 
            - Bien meilleures possibilités de construction de projet personnels, sans contrainte de ne pas être savoir de ce qu’on gagnera dans 1 mois (parce que le CDD prend fin, parce qu’on n’est pas sûr de pouvoir renouveler les droits à telle aide sociale, parce qu’on n’est pas sûr de trouver un travail, ...)
            - Boom de créativité : Facebook, Linux, Whatsapp, Harry Potter ont été développé par des étudiants ou des chômeurs, qui avaient la garantie d’avoir un revenu tous les mois, et ont complètement pu exercer leur créativité. Un revenu de base, permettrait d’encourager des initiatives comme wikipédia, qui est une encyclopédie bien plus consultées que toutes les encyclopédies payantes, dont la vente contribue pourtant au PIB (contrairement à Wikipédia !)


          • Nyspelache 23 janvier 21:22

            @hervepasgrave
            Il y a plusieurs progrès. Parmi d’autres :

            - Disparition du problème chômage face à la mécanisation/robotisation. Aujourd’hui, on estime qu’entre 10% et 45% des emplois disparaîtront d’ici 15 ans (voir le point 2.3).
            - Choc énorme de simplification fiscal : Il n’y a plus de bourses étudiantes, de RSA, le système de chômage et de retraites peut être simplifié (voire supprimé), etc ...
            - Gros choc de simplification pour les entreprises. Le code du travail pourra être ré-écrit, pour tenir sur 2 pages. Plus de garantie de l’emploi à promettre
            - Dé-aliénation d’un travail, qui souvent n’a pas un grand sens pour celui qui l’exerce. Chacun devient enfin libre de construire les projets qui lui tiennent à coeur : lancer l’entreprise dont il rêvait depuis longtemps mais ne faisait pas par peur de quitter son travail, lancer un projet social/solidaire, juste prendre soin de sa famille et des gens de son quartier, 
            - Bien meilleures possibilités de construction de projet personnels, sans contrainte de ne pas être savoir de ce qu’on gagnera dans 1 mois (parce que le CDD prend fin, parce qu’on n’est pas sûr de pouvoir renouveler les droits à telle aide sociale, parce qu’on n’est pas sûr de trouver un travail, ...)
            - Boom de créativité : Facebook, Linux, Whatsapp, Harry Potter ont été développé par des étudiants ou des chômeurs, qui avaient la garantie d’avoir un revenu tous les mois, et ont complètement pu exercer leur créativité. Un revenu de base, permettrait d’encourager des initiatives comme wikipédia, qui est une encyclopédie bien plus consultées que toutes les encyclopédies payantes, dont la vente contribue pourtant au PIB (contrairement à Wikipédia !)

          • hervepasgrave hervepasgrave 23 janvier 21:37

            @Nyspelache
            Bonsoir beau rêveur, Oui ! les jeunes démarrant leur vie avec 500€ voir 1000 seront a même de créer ? il auront des réserves ,un pécule ,ils auront les moyens de réinventer le fil a couper le beurre,mais il faudra faire vite ,les prix augmentent vite aussi. oui !oui je commence a y croire. Avec des garanties aussi humaine ,la vie sera joyeuse ,créative !
            Et puis la simplification sera aussi une aubaine,plus de patrons,plus d’obligations nickel chrome. Il suffira de consulter les petites annonces d’internet et d’avoir beaucoup de temps libre ; certainement beaucoup de temps sans emploi eh ! le rêve,l’imagination sera créateur.Les problèmes ,quel problèmes, no ! problemo ! et puis cela sera vraiment chouette car il n’y aura plus de scandales,ce sera vide ,plus de coupables,nickel de chez nickel. A ne pas manquer cette tranche de vie future. Je reste sur les fes...cestpasgrave ! Au fait tu fais parti de cette population là ? je dis cela en passant ,dès fois que.


          • Nyspelache 23 janvier 21:47

            @hervepasgrave
            Vous avez beau l’exprimer par la caricature, je sens que vous avez saisi une partie du raisonnement ;)


            Alors on a plusieurs études un peu / beaucoup catastrophistes sur la situation de l’emploi, et on fait rien ?? L’alternative, c’est de faire comme en Allemagne, c’est-à-dire de créer des « jobs à 1€ », payés une misère.

            Les théoriciens du capitalisme prévoyaient il y a 80 ans « qu’en l’an 2000, il y aurait des machines partout, et nous pourrions passer notre temps à la pêche avec nos enfants ». Nous tendons effectivement vers cet état de fait. Pourquoi vouloir obstruer cette évolution normale ?

          • hervepasgrave hervepasgrave 23 janvier 22:04

            @Nyspelache
            re, mais qui pourra aller à la pêche ?
             Avant d’aller 80 ans en arrière l’an 2000 était déjà imaginé comme le futur. C’est beau les rêves,mais ils excluent beaucoup trop de monde,les oublient facilement.
            « Comme l’Allemagne » ,pfou ! crois tu que cela ne pourrais pas se faire demain ? Les théoriciens du capitalismes sont les théoriciens des capitalistes ,mais pas ceux de l’humanité ! Votre évolution n’est pas réaliste pour tout le monde,vous anticiper déjà la mort des gens ,d’une génération en cours.Il est vrai que la dépopulation est dans l’air du temps.Là il faudrait faire un autre calcul,pas financier ,mais humain. Il y a un déséquilibre sans équivalent. Le futur que vous entrevoyez est « reserved » Nous vivons a une époque ou l’on ne vois que ce que l’on veut bien voir ,le reste est « deletable » Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs .Cestpasgrave !


          • Nyspelache 23 janvier 22:21

            @hervepasgrave
            « C’est beau les rêves, mais ils excluent beaucoup trop de monde » -> Pour rappel, le revenu de base universel est universel ;).


            Avant l’instauration de la sécu, des congés payé, du droit de vote des femmes, on entendait répéter à tour de bras que c’était utopique... Le revenu de base fait partie de ces nouvelles idées « utopiques »

            Après, je suis bien d’accord avec vous qu’on s’oriente tout droit vers de très graves événements :/

          • hervepasgrave hervepasgrave 23 janvier 22:44

            @Nyspelache
             Une petite dernière avant la route. Le revenu de base n’est pas une utopie,mais certainement
            une partie d’un ensemble.Et cela ne peux pas s’accorder avec le capitalisme.Rien ne peux fonctionner avec le capitalisme et l’économie tel que cela existe.Le gâteau est réservé, ce qu’il reste doit suffire,alors avec cela gérez tout ce que vous voulez.C’est a peu près cela. et je suis grandement généreux.
            Alors ce n’est même pas un placebo qui adviendra ,mais bien une destruction programmée. Mais wouh ! comment faire comprendre cela ? cestpasgrave bonsoir.


          • SamAgora95 SamAgora95 24 janvier 10:14

            @hervepasgrave

            Le revenu de base ne sera viable que dans une société entièrement robotisée, nous en sommes à des centaines d’années, à ce moment là c’est effectivement tout le fonctionnement de la société qu’il faudra revoir.

            L’humanité n’est pas une caste à l’image d’une fourmilière, les bébés ne naissent pas patron, éboueur, policier etc....opposer les individus ne veut donc rien dire, si un individu ne tire pas des bénéfices d’une activité il l’abandonne, tout simplement, le patron dont les salariés coûtent trop cher fermera son usine et se mettra au RB.
            Si les salaires augments, tout le reste suivra, au finale avec le RB vous parviendrait à peine à vous acheter une baguette, si celui-ci est réévaluer pour suivre l’inflation qu’il a lui même crée, il se produira un effet boule de neige une réaction en chaîne qui mènera à l’implosion de la société.



          • hervepasgrave hervepasgrave 24 janvier 15:20

            @SamAgora95
            Bonjour ,bien au contraire ,pour être réaliste il faut traduire ce que tu dis a l’envers et là nous aurons un soupçon de réalité.
            Quand tu parles d’une société robotisée ,ce n’est pas de celle-ci qu’il faut parler.C’est de l’enfumage pas plus.Mais plutôt de parler des automates informatiques. Car la société actuelle pousse les gens a être individuel ,et a ne dépendre que d’elle..Mais dans les faits et la réalité qu’est-ce ?
            Vivre au dépend du virtuel, et n’ayant que des fantômes pour maitres et dirigeants. Comment dès lors se plaindre et remédier aux problèmes ,les causes d’une déchéance et d’une servitude programmée,voila le résultat final.
            Tu dis que nous naissons pas éboueurs,policier etc... Vision assez étroite de l’égalité des chances. Déja il y a eut l’abandon de l’éducation publique à l’éducation privé payante .Deux poids deux mesures.Quel sens aigu de la justice et de l’impartialité ,bravo ! Aujourd’hui nos nouveaux artisans/cultivateurs/maraichés .... sont tous issus de métier du fric ,belle reconversion, n’est-ce pas !
            Et puis plus nous avançons dans le temps ,plus les places sont réservées aux proches ,par pistonnage,par groupement d’intérêt .Hum ! l’égalité et le choix de nos bébés.Aie ! la lutte des classes est perdu disait le milliardaire il y a déjà quelques années.
            Si les salaires augmentent ,oui ! c’est la logique implacable du marché depuis la nuit des temps.
            Tu ne peux convaincre qu’une petite strate de la population. Demande donc aux jeunes,a moins que tu ne te mélange pas ou que tu vis reclus ! Alors le problème du Rb n’est pas pas le souci principal pour les population.Certainement et surement c’est pour l’intérêt des dirigeants qui espèrent faire une transition relativement paisible sur un très court terme ,pour quel but final ? devine ? cestpasgrave !


          • Clocel Clocel 23 janvier 12:34

            Le revenu de base est la continuation du projet capitaliste qui n’est pas viable.

            Il contribuera à rendre supportable,(car vous l’aurez !), l’insupportable.

            https://www.youtube.com/watch?v=lHujBHqNSBg

            Friot a parfaitement identifié le piège.


            • Nyspelache 23 janvier 12:56

              @Clocel
              C’est une vieille accusation de la gauche radicale. Je ne suis pas fondamentalement contre le salaire à vie, mais la société n’y est pas encore prête : dans la version du salaire à vie de Bernard Friot, chaque entreprise doit reverser ses revenus à l’Etat, qui les redistribue ensuite aux citoyens. Pour pouvoir faire ça, il va falloir lancer un coup d’Etat simultanément sur l’Elysée, Matignon, le quartier de la Défense et toutes les entreprises de France, car aucune entreprise n’acceptera de reverser leurs bénéfices à l’état.


            • Clocel Clocel 23 janvier 13:29

              @Nyspelache

              Donc, votre conclusion, soumission totale aux diktats des entreprises et des banques ?

              Mais dites-moi, où est la démocratie dans tout ça ?

              Moi je veux bien puisque nous ne sommes pas prêts, selon vous, mais à quoi bon maintenir l’illusion ?

              Qu’allez-vous faire dans l’isoloir puisque vous admettez implicitement que le véritable pouvoir est ailleurs ?

              Pas las d’attendre le bon vouloir de nos Maîtres ?


            • Pere Plexe Pere Plexe 23 janvier 17:58

              @Clocel
              Rendre supportable serait donc un grave travers ?


            • Anatine 23 janvier 18:32

              @Clocel

              Intéressant.


            • Nyspelache 23 janvier 20:34

              @Clocel
              Au vu de la voie de financement proposée pour le salaire à vie, il va falloir un coup d’Etat, très violent, qui va causer beaucoup de morts, et que personne n’est prêt à porter.


              Vous avez les effectifs militaires et la capacité d’organiser cette révolution ? Moi non ...

            • rocla+ rocla+ 23 janvier 13:04

               Car aucune entreprise n’acceptera de reverser leurs bénéfices à l’état.


              Pourquoi  les entreprises devraient prendre en charge la misère 
              du monde , la misère des incapables , des handicapés et autres ?

              Une entreprise c ’est pour faire des profits .

              Alors que le socialiste  voudrait faire main basse , comme
              un voleur  sur ce qui ne lui appartient pas . 

              Cher Nyspelache , au lieu de prétendre dépouiller les entreprises 
              il y a mieux à faire , 

              Vous pouvez en créer  des entreprises , à la manière de ceux 
              qui prennent des risques et qui mouillent leur chemise .

              Votre hold-up organisé su le plan légal  est le fait de petits truands 
              qui voudraient légaliser le vol et la prévarication légale . 

              • Nyspelache 23 janvier 13:27

                @rocla+
                Ne vous énervez pas, lisez les 17 voies de contribution envisagées, vous verrez qu’il y a largement de quoi financer ça sans racketter les entreprises :).

                En outre, si des libéraux comme le prix nobel d’économie Milton Friedman, ou la Silicon Valley dans son ensemble y sont favorables, c’est que le monde de l’entreprise y trouve intérêt : Celui de simplifier drastiquement le code du travail qui tiedrait dès lors sur 2 pages (plus de garantie d’emploi à promettre aux employés, etc ), et de ne pas être bridé par un système socio-fiscal illisible, qui les pointe du doigt pour embaucher même s’ils n’ont pas de besoin.

                Si vous voulez créer des entreprises, militez pour un revenu de base : Combien de personnes souhaiteraient lancer leur entreprise, mais ont trop peur de quitter leur emploi, et que leur entreprise plante au final ? Avec un revenu de base, on a un filet de sécurité, et on se lance sans crainte !


              • Rmanal 23 janvier 14:23

                Merci pour votre article qui montre que l’argumentaire de Valls, qui ne voit que les dépenses en cachant les recettes dues aux suppressions d’autres reversements sociaux, n’est qu’un fumisterie de politique politicienne. Le RU n’est pas en plus, il vient en remplacement d’un système Français incompréhensible pour le commun des mortels.
                Par exemple, lire http://www.lepoint.fr/economie/vers-un-revenu-de-base-pour-tous-11-01-2016-2008659_28.php


                • Spartacus Spartacus 23 janvier 16:52
                  L’auteur a besoin d’une gamelle...Il bave d’en recevoir un peu plus tous les mois et incite a cette perpective.

                  Il est prêt a pomper les bénéficiaires de RSA et les aides aux plus faibles.

                  Il veut sous le prétexte d’aider tout le monde faire le passager clandestin de la réparation de cette hérésie.


                  Taxer les autres, imposer les autres, et en croquer....

                  La France en plein délire de la tyrannie redistributive....



                  • jpm jpm 23 janvier 17:32

                    @Spartacus

                    Si vous preniez le temps de lire sereinement les propositions de l´auteur, vous verriez qu´il ne s´agit nullement de faire payer aux plus pauvres, ni meme forcement de taxer davantage les plus entreprenants... mais au contraire de simplifier et d´ encourager la reprise d´activite et l´entreprenariat individuel. 

                    Pour information, dans le cadre actuel du RSA activite, une personne qui reprend une activite pour gagner 100 euros, verra son RSA se reduire de 38 euros. Il ne lui reste que 62 euros sur les cent euros qu´il a gagne... ce qui peut s´apparenter a une forme de prelevement de 38% sur ses revenus.

                    Cela montre bien, qu´un revenu de base de 500 euros par mois (equivalent de l´actuel RSA), finance par un prelevement a la source de 30% sur tous les revenus des le premier euros, resterait plus avantageux et plus incitatif a reprendre un travail.

                    Il convient donc de se renseigner (en lisant cet excellent article par exemple), et de reflechir, avant de critiquer sans comprendre ce que pourrait apporter un revenu de base a l´economie de notre pays.


                  • samuel 23 janvier 18:50

                    @Spartacus

                    A votre corps défendant, votre réflexion représente très bien comment les classes laborieuse se représente le travail actuellement.

                    Une contrainte que bon nombre de personnes souhaiteraient quitter si elle avait accès à un revenu de subsistance.

                    Comment aller faire un travail de merde pour 1000€ si on vous donne 800€ pour vivre vos passions ?

                    Vous pouvez traiter les gens de branleurs mais les gens qui font les métiers difficiles pour manger et qui ne s’épanouissent n’iraient plus travailler pour vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nyspelache


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès