Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Taxation : l’exemple suédois moins simple qu’on ne le (...)

Taxation : l’exemple suédois moins simple qu’on ne le dit

L’exemple de la Suède a largement été cité dans le cadre des débats sur la taxe carbone, en particulier par les représentants du parti écologiste. Ils se contentent, habituellement, de répéter que la taxe carbone suédoise atteint 108 €/tonne de CO2. Mais ils oublient de préciser certains points qui réservent des surprises...

Le Tableau 2 compare les prix HT et TTC de l’électricité, du gaz et des carburants autos pour la Suède, la France et l’UE.

Taxe Carbone : La Suède, parlons-en

L’exemple de la Suède a largement été cité dans le cadre des débats sur la taxe carbone, en particulier par les représentants du parti écologiste.

Il est parfaitement exact que la Suède a de très bonnes performances dans le domaine des émissions de CO2. Rappelons, dans le Tableau 1, quelques données permettant de comparer la Suède à son voisin le Danemark et, pour fixer les idées, à la France et à l’Allemagne. Nous raisonnerons en consommations et émissions par tête pour que les comparaisons soient faciles.

 

 

Energie Primaire tep

Electricité kWh

CO2 tonnes

2007/1990 %

Objectif Kyoto%

Suède

5,65

15230

5,32

-9,3

4

Danemark

3,85

6864

10,15

-3,9

-21

Allemagne

4,23

7175

10

-22,4

-21

France

4,31

7585

5,97

-5,8

0

Tableau 1 

Consommations et émissions de CO2 par tête

L’objectif Kyoto fixait la diminution (chiffres négatifs) ou l’augmentation

relatives des émissions de CO2 entre 1990 et 2012.

On voit que la Suède fait 13,4% de mieux que son objectif

et le Danemark est en retard de 17,1%

 

La Suède est, à la fois, le pays qui a les plus faibles émissions de CO2 et celui qui consomme, de loin, le plus d’électricité. De plus, alors que la Suède était autorisée à augmenter ses émissions de CO2 de 4% par le protocole de Kyoto elle les a déjà réduites de 9,3%. Au contraire le Danemark qui, selon les canons « verts » est un élève modèle, qui consomme beaucoup moins d’électricité (plus d’un facteur 2), qui consomme beaucoup moins d’énergie (32%) que sa voisine émet 90% de plus de CO2 qu’elle !

On a souligné l’importance de la taxe carbone de la Suède, sous-entendant que la France devrait l’imiter pour être aussi performante(1). Si cet argument peut avoir une certaine valeur, il est injuste envers les performances de la France dont les Français n’ont pas à rougir puisqu’ils sont en avance de 5,8% sur leur objectif de Kyoto.

La Suède a institué une taxe carbone en 1991 afin de respecter les objectifs qui lui avaient été fixés par le protocole de Kyoto(2). A l’époque l’énergie était taxée par tout un ensemble de taxes. La taxe carbone a remplacé environ 50% de cette taxation de l’énergie. D’une façon générale la taxation sur l’industrie et sur la production d’électricité est inférieure à celle sur les autres secteurs. Partant d’une valeur de 27 €/tonne de CO2 en 1991, la taxe carbone atteint actuellement 108 €/tonnes de CO2. La conséquence la plus importante de cette taxation a été le développement de réseaux de chaleur utilisant des combustibles biomasse.

Actuellement la taxe carbone n’est pas appliquée à la production d’électricité, et une réduction de 50% est appliquée aux autres industries. Par conséquent seuls les particuliers se voient appliquer l’intégralité de la taxe.

Certaines taxes sur l’énergie, et, plus spécifiquement sur l’électricité ont été maintenues :

  • une taxe de 2,5 €/MWh sur l’électricité nucléaire

  • une taxe sur l’électricité payée par les consommateurs domestiques comprise entre 10 et 14 €/MWh

On voit que le système de taxation de la France est proche de la moyenne européenne. Celui de la Suède se caractérise par des taux de taxation très faibles sur l’industrie, compensés par des taux forts sur les particuliers. Cela apparaît très clairement sur la Figure 1 où on compare les rapports entre les taxes sur l’électricité et le gaz prélevées sur les industries et celles prélevées sur les particuliers pour la Suède, la France et l’UE.

 

 

Suède

France

UE (15)

Valeurs 2007

 

 

 

Electricité domestique HT €

108,8

92,1

120,5

Electricité domestique TTC €

171,4

121,1

158,1

Part des taxes %

36

24

24

Electricité industrielle HT €

58,7

54,1

80,3

Electricité industrielle TTC

59,3

70,1

104,4

Part des taxes %

1

23

23

Valeurs 2007

 

 

 

Gaz domestique HT €

54,3

41,1

43,8

Gaz domestique TTC €

95,7

48,4

56,4

Part des taxes %

43

15

22

Gaz industriel HT €

36,8

27,1

31,4

Gaz industriel TTC €

41

32,9

38,9

Part des taxes %

10

17

19

Valeurs 2003

 

 

 

Sans Plomb HT € pour 1000 L

304

285

 

Sans Plomb TTC € pour 1000L

1022

1046

 

Part des taxes %

70

73

70

Gazole HT € pour 1000 L

342

292

 

Gazole TTC € pour 1000 L

860

818

 

Part des taxes %

60

64

58

Tableau 2

Comparaison des taxations des vecteurs énergétiques en Suède, en France et dans l’Union Européenne

 

La Figure 2 compare les taxations suédoises et françaises. On voit encore à quel point la taxation suédoise porte peu sur l’industrie et beaucoup sur les particuliers. Ce choix délibéré explique-t-il en partie la réussite économique de la Suède ? Par ailleurs on voit que la taxation de l’électricité prélevée sur les particuliers est de 50% plus élevée en Suède qu’en France. Cette taxation n’empêche pourtant pas les Suédois de consommer deux fois plus d’électricité que les Français.

Pour le gaz les Suédois sont taxés près de 3 fois plus que les Français. C’est bien cette taxation du gaz qui explique la décroissance des émissions de CO2 par la Suède, en particulier grâce au passage du chauffage au gaz au chauffage au bois dans des réseaux de chaleur.

On voit aussi que la taxation sur les carburants automobiles est comparable en Suède et en France. Ce n’est donc pas ce secteur qui peut expliquer les bonnes performances suédoises.

Ajoutons, pour conclure, que si les Suédois avaient mis en oeuvre la politique de sortie du nucléaire pour laquelle ils avaient voté ils n’auraient sûrement pas réussi à diminuer leurs émissions de près de 9%.

JPEG - 65.9 ko
Figure 1
Rapports entre la taxation sur l’industrie et celle sur les particuliers
JPEG - 78.4 ko
Figure 2
Rapports entre les taux d’imposition sur l’énergie en Suède et en France

 

 

(1)Déclarations de Cécile Duflot et Yannick Jadot

(2)Nous nous inspirons du rapport OCDE http://www.oecd.org/dataoecd/25/0/2108273.pdf


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Bulgroz 18 septembre 2009 19:06

    Merci pour cette intéressante étude.

    Hier Claude Allègre a rappelé que l’émission moyenne de CO2 par tête de pipe était 2 fois supérieure en Allemagne par rapport à la France. Ce que montre votre tableau 1

    Cohn Bendit a rétorqué que c’était un mensonge.

    Comment un gars comme Cohn Bendit peut proférer de telles inepties ?


    • Croa Croa 18 septembre 2009 22:55

      « Comment un gars comme Cohn Bendit peut proférer de telles inepties ?  »

      Ce ne sont pas des inepties mais des mensonges. (C’est lui qui ment mais il le fait bien, la preuve est dans la formule !)


    • taktak 21 septembre 2009 11:59

      Mais cohnbendit ne fait que proférer des invectives et des inepties.
      C’est le niveau Zero de l’honneté politique avec par contre une vraie trajectoire d’oportuniste


    • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 18 septembre 2009 19:57

      Merci de votre appréciation. L’aveuglement de Cohn Bendit et de ses amis est dramatique. C’est la question de la théorie et de l’expérience. La théorie est que le nucléaire c’est le mal, d’une part, qu’il n’y a pas d’autre issu que la réduction de la consommation d’énergie d’autre part. Les faits expérimentaux contredisent cette théorie. L’approche scientifique est de modifier la théorie qui est en contradiction avec les faits expérimentaux. L’approche dogmatique est de nier les faits plutôt que de changer la théorie.
      Pour les écologistes dogmatiques il est impossible que la « vert »ueuse Allemagne qui a tant développé les ENR puisse être moins bonne que la diabolique France avec son nucléaire.
      C’est tragique pour notre avenir.


      • bluelight 19 septembre 2009 11:15

        DCB brasse du vent !

        L’écologie a été instrumentalisée par des ’gauchistes’ (je ne dis pas cela dans un sens péjoratif, seulement pour les désigner) alors que l’écologie est d’abord une valeur conservatrice : conserver l’environnement dans le meilleur état possible .

        Il faudra expliquer à DCB que le problème écologique essentiel est la croissance quantitative démographique et consumériste détruisant la biodiversité et consumant les ressources naturelles .

        De plus il y a interaction entre explosion démographique et société de consommation-consumation, sans explosion démographique il n’y aurait pas assez de travailleurs pauvres ou esclaves à exploiter pour produire biens et services de consommation pour classes moyennes mondialisées boulimiques .

        La caricature c’est Dubaï .

        Les imposteurs comme Hulot, Gore, DCB, Obama, nient ces évidences et préfèrent le catéchisme du changement climatique, et encore, à voir ce que l’histrion Obama acceptera à Copenhague en matière de réduction d’émissions de CO2 .

        Quand Al Gore dit que le changement climatique produira des migrations massives c’est faux, le caractère massif est directement lié à l’explosion démographique et non au changement climatique .

        Si la biodiversité est détruite, peu importera qu’il fasse quelques degrés de plus !

        La protection de la biodiversité et des ressources (les ressources énergétiques n’étant qu’un cas particulier) devrait être la priorité .

        Mais ce n’est pas le cas .

        Car alors il faudrait radicalement remettre en cause la croissance quantitative sur laquelle est fondée la richesse des oligarques et de leurs courtisans les écologistes médiatiques, les oligarques prélévant une partie de la richesse créée par d’autres, par processus de vol légal, étant d’autant plus riches qu’il y a de croissance quantitative .

        Difficile pour les pays riches de donner des leçons aux pays émergents sur la protection des forêts et espaces naturels (Amazonie, Indonésie, etc) quand le Canada détruit les forêts pour extraire du pétrole des sables bitumineux et que les USA rasent les montagnes pour extraire le charbon .

        D’autant plus que le soja du Brésil ou l’huile de palme d’Indonésie sont exportés pour consommateurs d’autres pays, dont les pays riches .

        Les mesures pronées par Hulot et autres écolos médiatiques sont dérisoires, comme d’éteindre la lumière .

        Hulot ferait mieux de dire, ne consommez pas plus de tant de grammes de poisson et de viande par semaine, n’achetez pas telle viande d’élevage concentrationnaire et productiviste ayant une part de déforestation d’Amazonie, lisez les étiquettes et boycottez l’huile de palme ...

        L’écologie bien pensante est un business lucratif et n’est pas la vraie écologie, comme la gauche bien pensante du multiculturalisme relativiste n’est pas la vraie gauche .

        DCB a fini de se discréditer sur la question des valeurs .

        DCB a été coincé sur la burqa .

        DCB, les valeurs ne sont pas négociables, votre pinaillage sur l’interdiction de l’oppression des femmes est dérisoire et ridicule, vous concédez des arguments au totalitarisme pour éviter de reconnaître que le relativisme culturel est une erreur éthique et stratégique .

        Vous devriez pourtant savoir, par votre origine, qu’il ne faut jamais négocier ou concéder quoi que ce soit au ’mal’ .

        Autant il est irréaliste d’imposer à d’autres cultures une transformation radicale en quelques années alors qu’en France le pouvoir de nuisance de la religion a été détruit en plusieurs siècles, autant il est hors de question d’importer des problèmes absolument incompatibles avec les valeurs du libéralisme politique des Lumières et de la République, dont le droit des femmes, dont la laïcité .

        DCB est un bouffon, assez vulgaire, dans un genre différent de celui du président bling bling, mais vulgaire quand même .

        DCB, je n’en ai rien à faire que vous vous intéressiez au football, aliénation de masse comme la religion .

        La beauté de la nature, un ciel étoilé, un coucher de soleil (pourquoi pas sur le site culte de Ségolène Royal ! ) sont plus intéressants qu’un abruti qui court après un ballon, question de valeurs, DCB !

        Alors, DCB, soyez sympa, puisque vous prétendez l’être, épargnez-nous votre familiarité de café du commerce, votre tutoiement .

        Mais DCB est hypocrite, très ’sympa’ de flinguer quiconque le contredit, sans honneur !

        DCB le contorsionniste qui explique que la taxe carbone n’est pas assez élevée en France alors qu’en Allemagne il n’y en a pas et que l’Allemagne rejette deux fois plus de CO2 ne mérite pas le qualificatif d’écologiste .




      • JL JL 19 septembre 2009 11:28

        @ Bluelight, bravo pour cette belle diatribe, je vous plusse abondamment.

        Je retiens l’excellente expression : « société de consommation-consumation »

        On pourrait même dire : « société de consumation », tant les mots consommation et consumation sont aujourd’hui liés intimemant, sont quasiment synonymes aussi bien dans la réalité que dans les discours.


      • bluelight 19 septembre 2009 11:56

        Merci JL
        Consommation et consumation ont la même racine étymologique, tout simplement, il semble .

        à l’auteur
        J’ai oublié de dire en préambule : excellent article !

        en complément au commentaire précédent, il y a un lien entre le fait que DCB n’est pas un vrai écologiste et son relativisme culturel de pinaillage ridicule sur l’interdiction de l’oppression des femmes (d’ailleurs si la gauche veut gagner, il n’y en a qu’un de valable, c’est Valls qui a eu raison face à DCB )

        c’est le relativisme culturel qui interdit de prescrire à l’échelle mondiale des régulations démographiques sur des principes de développement écologique, économique et social durable, de responsabilité démographique, de droits des femmes

        la plupart des pseudo écologistes : Hulot, Jouzel, tel énergéticien conseil arrogant, Gore, et même Lepage, nient les conséquences écologiques dramatiques de l’explosion démographique d’une manière parfois aussi hystérique qu’ils n’ont aucun argument

        Hulot, dont le discours sur les ressources est excellent, n’aurait qu’à plaquer le même discours sur la démographie, mais il s’y refuse, Hulot veut bien vivre de l’écologie, mais pas se faire hara kiri sur l’autel de la bien pensance fût-ce pour l’écologie

        or quand il est dit ’il faudrait tant de planètes pour que telle ou telle consommation soit durable’ il suffit de traduire : puisque le niveau de vie dans les pays émergents augmente, et la question n’est pas de l’éviter, il y a tant de fois trop de consommateurs pour que telle ou telle consommation soit durable

        si l’organisation, la technologie, les valeurs écologistes, permettent l’efficience écologique limitant l’impact écologique individuel, il y a une limite à l’illusion technologique : dans un espace fini aux ressources finies il n’est pas possible qu’il y ait une population toujours en croissance au niveau de vie toujours plus élevé avec un impact écologique maîtrisé et un bien être en augmentation

        l’exemple c’est la voiture électrique qui n’est pas la solution miracle, le processus de production des voitures électriques est très polluant et comment produire toute l’électricité requise ... 


      • bluelight 19 septembre 2009 13:12

        quelle ironie pour les ’écologistes’ qui diabolisent le nucléaire que le nucléaire soit le moyen le plus efficace de produire de l’électricité en masse sans C02 ou presque

        il n’y a pas de débat sur l’hydraulique, pourtant il devrait y en avoir un : les grands barrages détruisent les vallées

        il y a un président bling bling qui veut tout diriger, DCB est un gourou qui veut tout animer

        il vaut mieux un Valls qui représente les valeurs de la modernité

        la taxe carbone est justifiée même si imparfaite pour les mêmes raisons que la TIPP a été créée, moins dépendre d’énergies produites à l’extérieur souvent dans des dictatures


      • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 20 septembre 2009 12:09

        Je sympathise avec beaucoup des points que vous soulevez. Je pense, toutefois, que votre analyse des causes et conséquences de l’explosion démographique est trop schématique.
        L’explosion démographique est, d’abord, la conséquence des progrès de la médecine infantile et périnatale. Les pays développés ont, grosso modo, une démographie stable sinon en décroissance (à l’exception des USA). Actuellement ils n’ont pas vraiment besoin de la main d’oeuvre immigrée (cela changera sans doute avec le vieillissement de la population). La Chine elle même verra sa population décroître. La main d’oeuvre de réserve c’est la population rurale chinoise. L’Inde est sur le même chemin et la fécondité des femmes indiennes décroît assez vite. Le passage d’une forte fécondité à un faible fécondité est la transition démographique. Elle a pris place partout où il est apparu qu’un enfant supplémentaire est une source de dépenses et non de richesses (au sens matériel, bien sûr). Il ne faut pas oublier que les enfants travaillent dès 6 à 7 ans dans les pays les plus pauvres. C’est l’obligation scolaire qui change tout.
        Je partage votre souci concernant la biodiversité. Il me semble que la biodiversité dans les pays les plus riches fait plutôt des progrès ; c’est une forme de luxe. Par contre elle est terriblement menacée dans les océans. Elle l’est aussi dans les pays émergents (mais les Indiens et les Chinois prennent conscience du problème) et dans les pays d’Afrique Noire qui subissent, en fait, une exploitation colonialiste de la part des pays développés et des pays émergents.


      • bluelight 21 septembre 2009 10:14

        Je n’ai pas analysé les causes de l’explosion démographique .

        Ce qui est intéressant est de savoir pourquoi il n’y a pas de débat mondial sur la régulation démographique .

        Sans régulation démographique il est illusoire de minimiser l’impact négatif des populations sur l’environnement le niveau de vie augmentant et la technologie créant plus de besoins qu’elle ne minimise l’impact environnemental, illusoire de résoudre la question des flux migratoires .

        Un reportage de Thalassa a bien montré comment au Sénégal une communauté de pêcheurs vivait très bien jusqu’à ce que l’explosion démographique mette fin à un équilibre écologique, économique, social .

        Si tout ce qui est consommé par les classes moyennes des pays riches devait être produit par ces mêmes classes moyennes et non par des travailleurs pauvres dans les pays riches et dans les pays émergents, alors ces classes moyennes devraient travailler beaucoup plus pour maintenir leur niveau de consommation, et n’accepteraient pas une telle charge de travail !


      • Wrong Orwell Wrong Orwell 18 septembre 2009 20:47

        Cela montre en tout cas que les Suédois ont une approche scientifique (et efficace) du problème et s’embarrassent peu d’idéologie. Ils pourraient peut être l’exposer au parlement européen.Mais faut il le leur préciser.


        • Alain-Goethe 18 septembre 2009 22:59

          Bon article

          Mais le nucléaire n’est cependant pas la panacée universelle..

          @ l’auteur :
          Vous avez travaillé au CEA. moi qq années à Framatome ..

          @ tous : la discussion avec Allègre était un peu hachée, avec des interruptions mutuelles de paroles.
          Ce qui est sûr c’est que les citoyens vont bien devoir admettre cette Contribution Climat Energie


          • Croa Croa 18 septembre 2009 23:03

            Cela confirme ce que l’on savait déjà, à savoir que notre TIPP avait déjà un certain effet. Je remarque que les résultats Français et Suédois sont globalement proches bien que différents quant on entre dans les détails.

            Celà reste toutefois bien peu pour nous sauver ! Nous ne passerons pas, hélas, à la vitesse supérieure d’autant que les objectifs de Kioto restent très éloignés des vrais besoins de réduction.


            • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 19 septembre 2009 00:03

              @Alain
              Les Suédois sont loin du 100% nucléaire. La moitié de leur électricité provient de l’hydraulique. Ils utilisent beaucoup le bois pour produire de la chaleur. Le nucléaire sera sans doute indispensable pour se passer des combustibles fossiles mais pas de manière exclusive. Les ENR auront un rôle important à jouer sans parler des fossiles avec capture et stockage du CO2.
              €tous
              Si vous voulez voir comment on pourrait diviser par 4 nos émissions de CO2 en 2050 sans revenir au Moyen Age, je vous suggère de consulter le scénario Négatep.


              • valdes 19 septembre 2009 06:50

                Une autre chose m’intéresse quant à la Suède, c’est le revenu médian et le revenu moyen par habitant puisque je crois savoir que là-bas, il n’y a pas de revenu minimum et qu’une baguette de pain coûte le double de son prix français. Cela nous permettrait au moins de faire des comparaisons en % entre le prix du carbone que l’on paiera en FRANCE et celui payer en SUEDE car actuellement on nous établit des comparaisons, en omettant sciemment de nous donner TOUS les chiffres.


                • Bulgroz 19 septembre 2009 18:30

                  Je souhaiterais connaître les justifications données par les Verts et les Socialistes (hors les aboiements habituels) pour soumettre l’électricité à la taxe carbone.

                  Je rappelle en passant que les consommateurs actuels paient déjà une électricité surtaxée (TVA, Taxe municipale et départementale) et qui inclue une "charge de service public de l’électricité" (CSPE).

                  Charge qui est sensée compenser les surcoûts liées aux obligations des sociétés de distribution d’électricité dont le Tarif social de l’énergie et les obligations de rachat des « énergies propres ».

                  Le courant produit par les éoliennes est ainsi acheté par EDF à un prix 2 à 3 fois supérieur au coût de production de l’électricité hydraulique ou nucléaire.

                  Le courant produit par les centrales photovoltaïques de 3 à 4 fois le prix moyen de la production.

                  Ces coûts supportés par les clients pour le développement de ces nouvelles filières s’élèvent à 1,5 milliards en 2009 et à 2,5 milliards en 2020.

                  Alors, pourquoi une taxe carbone sur l’électricité ?


                  • Croa Croa 19 septembre 2009 21:57

                    Effectivement cette CSPE peut être considérée équivalente. Cela reste tout de même une solution tirée par les cheveux !

                    Ce qui serait vraiment équitable serait,
                    - de faire payer la taxe à EDF pour ses consommations du fuel, de gaz et de charbon. (Ce qui l’inciterait à privilégier l’hydraulique (historique pour les pointes et nouvelles technologies comme les hydrauliennes comme sources continues.)
                    - De faire payer à EDF tous les frais liés à l’uranium et à ses déchets. (Elle ne paye pas tout.)
                    - Que l’électricité n’étant pas une énergie primaire, il n’y a aucune raison de la taxer ! (Toutefois les taxes payées par EDF constituant une charge, celles-ci se retrouveraient forcément dans le prix de base de l’électricité.)
                    - Que la CSPE soit supprimée car les mesures de soutien aux énergies renouvelables encore peu compétitives pouraient être financée par la taxe carbone, justement !


                  • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 20 septembre 2009 11:01

                    Je ne connais pas le prix de la baguette en Suède, d’autant que les Suédois n’en mangent pas beaucoup car la baguette est un spécialité française (donc un luxe en Suède). Par contre on trouve facilement des données staistiques sur le site de l’OCDE :

                    (http://stats.oecd.org/Index.aspx ?)

                    Par exemple on y trouve un classement des pays de l’OCDE par rapport à l’indice de Gini. Cet indice est une mesure de l’inégalité sociale. S’il est nul on a une société parfaitement égalitaire (tout le monde a le même revenu). S’il est égal à 1 un seul individu a tout les autres rien.

                    Indice de Gini. Les nombres entre paranthèses donnent le classement par rapport à l’égalité sociale parmi les pays de l’OCDE.

                    (1) Dk 0,23 (2) S 0,23 .....(13) F 0,28 ...(15) Allemagne 0,30 ...(20) Japon 0,32 ..(24)UK 0,34

                    On trouve aussi le pourcentage de la population sous le seuil de pauvreté (en 2004) :

                    (1)Dk 5,3% , (2)S 5,3%...(8)F 7,0%, ...(20)D 11%,...(32)USA 17%

                    Le Danemark et la Suède sont donc très égalitaires. D’une façon générale les pays scandinaves ont un impôt sur le revenu très important et très progressif. Il tasse donc les revenus. Ils ont choisi la « flexsécurité » qui assure un revenu correct à tous les chômeurs en attendant qu’ils retrouvent un emploi ou une formation. En contrepartie les licenciements sont faciles et les employés n’ont pas peur de changer d’emploi.


                  • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 20 septembre 2009 12:21

                    Une des raisons avancée est qu’une partie de l’électricité est produite par des centrales thermiques à flamme. La querelle sur le chauffage électrique est emblématique. On fait porter à ce pauvre chauffage la responsabilité exclusive des pointes de consommation et l’ADEME défend le point de vue qu’il faut se placer au niveau européen et qu’il faut donc prendre en compte que les nouvelles centrales qui sont nécessaires pour faire face à l’augmentation de la consommation (due au chauffage électtrique) sont des centrales ....à charbon allemandes !
                    C’est pourquoi le Grenelle a considéré qu’il fallait prendre en considération non pas l’énergie finale, mais l’énergie primaire dans le calcul des consommations de logements.
                    En réalité toutes ces arguties ont été montées pour attaquer le nucléaire qui risquait de se renforcer par la lutte contre les émissions de CO2. De plus il s’agissait de sauver le gaz.
                    Par ailleurs la production d’électricité est soumise au régime de quotas.
                    Il n’y a donc aucune raison d’appliquer une taxe sur l’électricité si ce n’est d’empêcher le développement du nucléaire en substitution des centrales thermiques à flamme (charbon, fioul et surtout gaz).


                  • kleuck kleuck 19 septembre 2009 23:21

                    "Alors, pourquoi une taxe carbone sur l’électricité ?"
                    Parce que la production et la distribution d’électricité est consommatrice de carburants fossiles, à un point tel que l’on rejette moins de polluants en se chauffant au fuel qu’à l’électricité.


                    • bluelight 20 septembre 2009 09:36

                      C’est faux !
                      Se chauffer à l’électricité nucléaire avec des panneaux rayonnants hi tech ou une pompe à chaleur est nettement moins polluant qu’au fioul .
                      Il n’y a pas pire que le fioul .

                      C’est le kérosène qu’il faut taxer .
                      Et la viande .


                    • kleuck kleuck 20 septembre 2009 11:24

                      Cherche un peu, tu verra que tout n’est pas aussi simple et manichéen.La pompe à chaleur enterrée ok, aérienne cà n’est pas rentable dans toutes les régions de France.
                      Pas pire que le fioul....
                      Une chaudière à fuel a un rendement de 98 %, on est très loin au dessus du « rendement » de la filière électrique.


                      • Hervé Nifenecker Hervé Nifenecker 20 septembre 2009 12:33

                        Je n’ai jamais vu un radiateur électrique produire du CO2. L’usage de l’électricité en lui même ne produit pas de CO2. C’est la production de l’électricité qui en est productrice. Ce qu’il faut faire c’est imposer une taxation dissuasive du CO2 produit au niveau de la production d’électricité. Si on ne comprend pas cela pas de voitures électriques, pas de transports en commun électriques, pas de production de chaleur électrique (cuisinières par exemple) etc.


                        • Bulgroz 20 septembre 2009 17:39

                          C’est marrant les écolos avec leurs arguments péremptoires en confondant rendement et émissions... Navrant.

                          Au fait, comment fait on à la Réunion pour remplacer les 10 moteurs diesel totalisant 125 Mw arrivés en fin de vie en 2010 ?

                          hein, les bobos écolos qui sont nombreux à la Réunion et qui ont réponse à tout ?

                          et ben, on va faire une extension de la centrale fuel et une nouvelle tranche au charbon (importé d’Afrique du Sud) plus 2 projets charbon. et ça ne règle le problème que jusqu’en 2014. 

                          Car là, il faut être sérieux, pas question que les bobos écolos arrêtent la clim,

                          C’est marrant, on les entend plus les écolos. Pourtant, on a là un vrai cas d’école.


                          • kleuck kleuck 20 septembre 2009 18:22

                            Sur l’ensemble de la chaine production-livraison-consommation, les énergies fossiles dans le cadre du chauffage créent moins d’émissions de Co² que l’éléctricité dans les mêmes conditions.
                            C’est clair comme ça ?
                            En effet parler du rendement était un raccourci puisqu’il faut intégrer aussi les étapes de fabrication etc.
                            De toutes manières je trouve que cette taxe est idiote inutile et improductive, surtout particulièrement as-sociale et injuste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès