Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Tentations protectionnistes

Tentations protectionnistes

 En ce début de nouvelle année, Les Echos rapportent une information inquiétante. Le patron d’Alstom Transport, Philippe Mellier, dénonce dans le Financial Times la fermeture progressive du marché chinois aux fournisseurs étrangers. Bien que réfutée par les gouvernements, la tentation protectionniste est présente dans de nombreux esprits.

Les Echos rapportent les propos tenus par le dirigeant du groupe français dans le cadre d’une interview publiée sur le site du quotidien économique britannique. “Comme on s’y attendait, le marché (chinois) se ferme graduellement pour laisser les entreprises chinoises prospérer”, “Si le marché se ferme aujourd’hui, nous ne pensons pas que ce soit une bonne idée que les autres pays ouvrent leurs marchés à une telle technologie parce qu’il n’y a plus de réciprocité“.

Philippe Mellier rappelle que les trains chinois utilisent des technologies dérivées de celles des étrangers, fournies en général à condition qu’elles ne servent pas hors de Chine. Or, dans le cadre de son marché intérieur très prometteur en raison des dimensions hors normes du pays, les autorités chinoises souhaiteraient privilégier les trains de conception chinoise.

Dopée par les transferts de technologie et des coûts de main d’oeuvre imbattables, l’industrie chinoise notamment du fret ferroviaire est suspectée de vouloir prendre pied à l’étranger. Le jeu est dangereux. Avec 38 % de son PIB dépendant des exportations, la Chine est devenue dépendante des marchés américains, européens et japonais.

Au mois de novembre les exportations Chinoises ont enregistré leur première baisse en sept ans. Selon la Banque mondiale, la croissance de l’empire du Milieu devrait tomber de 11,9 % début 2007à de 7,5 % en 2009. Un chiffre qui ferait rêver la vieille Europe mais qui suscite des cauchemars pour les autorités chinoises. Ce simple ralentissement risque de faire vaciller un géant économique aux pieds d’argile dont l’équilibre repose sur une croissance à deux chiffres. Moins de croissance, signifie la fermeture ou la mise en difficulté de pans entiers de l’économie tournés vers l’exportation avec à la clef, un risque réel de troubles sociaux.

Face à la crise deux approches s’opposent. L’une largement minoritaire qui prône un protectionnisme intelligent. L’autre, dominante, hantée par le spectre de la récession de 1929.

En France, Emmanuel Todd voit dans le protectionnisme,  la dernière chance de la démocratie européenne.  Il est convaincu que l’effondrement de l’économie financiarisée et celui des Etats-Unis sont « des tendances lourdes ». Son analyse est antérieure à la crise. Le politologue dénonce le concept du libre-échange hérité de Ricardo, économiste du XIXe siècle, selon lequel le libre-échange permet à chaque pays de se spécialiser dans les productions pour lesquelles il est le mieux placé, cette spécialisation profitant in fine à tout le monde. Selon Emmanuel Todd, les deux grandes puissances émergentes (Chine et Inde) du fait de leur poids démographique, n’ont aucune raison de se spécialiser et peuvent donc concurrencer sans limite les concurrents occidentaux, jusqu’à épuisement de ceux-ci.

La solution, pour Emmanuel Todd, réside dans la formation d’une entité économique étendue à toute l’Europe mais protégée de la « mondialisation » par de solides protections douanières. C’est ce qu’il appelle un « protectionnisme européen raisonnable ». Le politologue est partisan de l’économie de marché et des échanges, mais estime qu’un protectionnisme bien compris, à l’échelle d’entités cohérentes, est une des façons de vivre le marché. Toujours selon lui, la constitution d’un bloc européen, auquel serait associée la Russie, est un projet internationaliste qui prendra une génération, stimulera la productivité du Vieux Continent et donnera à l’Union européenne l’occasion de « s’accepter comme centre de gravité du monde et de faire son travail de deuil sur la puissance américaine ».

A l’inverse, dans un article publié le 26 décembre dans Les Echos (Résister au protectionnisme), Eric le Boucher s’interrogeait pour savoir si la leçon de l’histoire, celle de 1929, a été retenue. Même si la situation de 2009 diffère largement des années 30, le journaliste estime que le danger est bien présent. “En 2009, le danger restera gros. Parmi les hommes politiques, la rhétorique de la « protection » et la dénonciation des importations, bref de « l’étranger responsable des malheurs », reste une tentation permanente parce que facile. C’est traditionnellement vrai en Russie ou en Argentine, mais aussi en France, où Nicolas Sarkozy a créé un « fonds souverain » pour défendre l’industrie française, et aux Etats-Unis, où le thème de la mondialisation a poussé Barack Obama à promettre de réviser les politiques libre-échangistes.”

A défaut de parler de “protectionnisme”, un mot qui fait peur, les Etats s’engageraient dans un néo-protectionnisme. Un protectionnisme détourné, dépoussiéré, qui a défaut d’instaurer des barrières, consisterait à fausser la concurrence pour renforcer les économies nationales. La nouvelle politique agricole commune défendue par la France au nom de la « sécurité » alimentaire tout comme les gigantesques plans de sauvetage des banques et de l’industrie automobile sont aux yeux d’Eric le Boucher, des mesures à caractère protectionniste.

A tort ou à raison, Eric le Boucher estime que la vraie menace, viendra comme en 1930 d’Amérique et des choix futurs de Barack Obama. Sa crainte, largement partagée, est celle d’un bégaiement de l’histoire.

En 1929 une loi, le Smoot Hawley Act , est à l’étude qui entend augmenter les droits de douanes sur des centaines de produits et de marchandises importés aux Etats-Unis. En dépit d’une pétition de plus de 1000 économistes et d’une soirée à la maison blanche passée par Henry Ford à inciter le Président à opposer son veto, Hoover signe finalement le Smoot Hawley Act le 17 juin 1930. A partir de là, tout s’effondre. Les autres nations engagent des représailles protectionnistes et les coûts des entreprises américaines s’envolent du fait des nouveaux droits de douanes sur les biens intermédiaires importés.

S’ajoute à cela la question de la spécialisation décrite avec talent par l’économiste Emmanuel Martin. En très simplifié, on n’utilise par exemple pas le même nombre d’intermédiaires et de machines pour produire 100 voitures ordinaires et pour en produire un million. Dans le deuxième cas, on utilise des machines plus complexes, avec des procédures de production plus complexes. Ainsi, des investissements importants en machines et/ou en sous-traitance ne peuvent être rentabilisés que par un marché très étendu, pas et surtout plus par un marché rétréci par des mesures protectionnistes réciproques.

Que retenir de tout cela ? Au moins une chose : face à des situations aussi complexes, méfions-nous des discours et solutions simplistes.
 


 

 

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Internaute Internaute 3 janvier 2009 11:12

    Les députés ont sombré dans la tentation du mondialisme depuis une trentaine d’années et nous en voyons tous les jours le résultat.

    Il faut se méfier des solutions simplistes qui consistent à croire que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, seul un pouvoir mondial peut régler tous nos problèmes et la meilleure façon d’y arriver est de faire du monde entier un seul grand marché, les inégalités disparaissant rapidement par une hausse généralisée du niveau de vie dans les pays sous-développés.

    Cette semaine, la dernière usine de velours à Amiens, Cosserat, vient de fermer définitivement. Son directeur explique que le velours sort d’Amiens entre 6 et 8 euros le mètre alors que par la faute des députés, des présidents de régions et des présidents des conseils généraux, le velours chinois arrive au Havre à 2 euros de mètre. Dans les semaines précédentes, la dernière usine de ski en France a été fermée à Rumilly car les tchèques peuvent vendre chez nous moins cher et sans payer de taxe grâce à nos députés. Ils le peuvent uniquement parceque les députés ont votés les lois pour que cela ait lieu. Récemment c’est aussi la dernière usine de moutardde à Amora qui a disparu. La liste des morts sur le champ de bataille économique est est interminable.

    Nos usines sont plus importantes que nos députés.

    Qu’est-ce que Moreigne a à répondre à cela ?



    • Henry Moreigne Henry Moreigne 3 janvier 2009 11:31

      La démocratie ou l’économie ... c’est la question posée au peuple allemand dans les années 30 avec le résultat que l’on sait. je vous invite à regarder l’instructive vidéo en lien ci-dessous :

      http://www.dailymotion.com/video/x798ov_partie-1comment-la-crise-de-29-fit_news

      HM


    • Henry Moreigne Henry Moreigne 3 janvier 2009 11:40

      la suite de la première vidéo : l’économie ou la démocratie

      http://www.dailymotion.com/video/x79bqp_comment-la-crise-de-29-fit-lit-du-n_news


    • Internaute Internaute 3 janvier 2009 11:57

      Si j’ai bien compris, les mondialiste vont nous agiter l’épouvantail Hitlérien pour nous faire gober plus de mondialisme. Si l’on n’est pas d’acccord avec eux, c’est que forcément on est nazi. CQFD.

      Si c’est cela leur seule défense elle est plutôt creuse.

      Que dites-vous aux ouvriers de Cosserat ? de relire Mein Kempf et de s’estimer heureux !


    • Henry Moreigne Henry Moreigne 3 janvier 2009 12:40

      Allons, allons pas de mauvaise foi ! Ne faites pas les questions et les réponses. Je dis simplement que nous traversons une période trouble et qu’il faut veiller à ne pas reproduire les erreurs du passé, ni sombrer dans un manichéisme réducteur pour expliquer une situation complexe.


    • paul 3 janvier 2009 15:58

      Opposer démocratie et économie est abbérant, comme choisir entre la peste et le choléra .
      Autre fléau du capitalisme fou ,l’actionnariat dont le principe est simple : prendre le controle des affaires
      rentables, presser le citron des salariés (réduction des coûts) pour assurer une rentabilité croissante,
      jusqu’au point de rupture où l’affaire n’est plus rentable .Et aussi en raison d’une législation du travail et d’une
      fiscalité jugées trop contraignantes par ces investisseurs.Ces données étaient bien prévisibles dès le départ.
      Donc les délocalisations sont bien la suite logique de la sacrée loi du marché ,déréglementé et incontrolé.


    • bob 4 janvier 2009 11:11

      Hitler a pourtant ete largement subventionne par des entreprises etrangeres.
       smiley


    • paul 3 janvier 2009 11:33

      La concurrence libre,oui, mais non faussée , impliquerait de lutter à armes égales .Or les pays émergents
      ne financent pas, à travers leurs productions, la protection sociale à laquelle nous tenons .
      Conséquences : écrasement des salaires, délocalisation, chomage. La menace de boycot qu’agite parfois la chine est elle sérieuse ? Si l’importateur que nous sommes de plus en plus, veut retrouver un tissu industriel
      et des droits sociaux, il lui faudra bien modifier quelques régles du libre échange à tout crin, en cours dans
      le modèle européen actuel .


      • caramico 3 janvier 2009 14:13

        Faites comme moi, n’achetez pas les merdes faites en Chine.
        Je privilégie : le made in France, à défaut le made in Europe, quitte à consommer moins en quantité. Parce que les six sous que j’aurais économisé sur un produit, je les paye au centuple en taxes et impôts sociaux.
        Et si je peux un petit peu emm... ceux qui délocalisent, pourquoi ne pas s’en priver.


        • licorne 4 janvier 2009 15:38

          moi je prefere privilegierle : produit, transformé, assemblé, en france plutot que le MADE IN france.... 


        • Yannick Harrel Yannick Harrel 3 janvier 2009 14:20

          Bonjour,

          Il faut corriger certains points :

          • Le protectionnisme est un ensemble de recettes préconisées par des gens du terrain à l’origine, et qui ont été compilées pour en faire un corpus plus consistant au début du XIXème siècle (en même temps que le libéralisme se dessinait par les plumes de Smith, Ricardo, Say, Bastiat etc. au passage). Notamment par Friedrich List qui fut l’un des acteurs de l’essor économique Allemand du XIXème siècle.
          • Le protectionnisme ne saurait être réduit à la caricature que de doctes journalistes et experts en donnent. Il est évolutif, et a pour principal but de permettre à des entreprises naissantes de pouvoir aborder le marché mondial dans la force de l’âge. Pour d’autres industries c’est leur importance stratégique pour l’Etat qui justifie une protection particulière (ex. le nucléaire). Enfin, dans le domaine des secteurs à haute plus-value et d’un impératif de qualité, le protectionnisme est aussi une réponse efficace : la quantité s’effaçant devant la qualité.
          • Le protectionnisme se combine bien mieux avec l’impératif social que le libéralisme qui est lui antinomique.
          Tout est surtout question de dosage et d’opportunité d’actionner les leviers du protectionnisme, sans quoi ce dernier engendrerait le conservatisme et la dégradation de la qualité des produits.

          Cordialement

          • Internaute Internaute 3 janvier 2009 16:28

            Il y a beaucoup à dire sur la dégradation des produits comme cause du protectionnisme. On peut déjà constater que toutes les civilisations antiques se sont développées en vase clos. Par conséquent le protectionnisme (de fait) n’a pas été source de régression.

            A l’inverse, la mise en concurrence fait que seul le moins-disant va rester sur le marché. La baisse des coûts de production est faite par deux moyens - la baisse des coûts sociaux d’où baisse des salaires, délocalisations et importations, et deuxièmement la baisse de la qualité. Pour ne prendre qu’un exemple, l’industrie de la maille ne produits plus que de la merdouille à cause de la concurrence. Des exemples comme celui-là il y en a des centaines. La concurrence n’est à la rigueur utile qu’au sein d’un bloc économiquement homogène, par exemple le marché commun de l’Europe des 12.


          • Internaute Internaute 3 janvier 2009 16:29

            erratum... lire "comme conséquence du protectionnisme".


          • Philou017 Philou017 3 janvier 2009 16:47

            "Tout est surtout question de dosage et d’opportunité d’actionner les leviers du protectionnisme, sans quoi ce dernier engendrerait le conservatisme et la dégradation de la qualité des produits."

            Je suis completement en desaccord là-dessus. Dans les années 50-60, on était dans un contexte relativement protectionniste et les produits étaient de grande qualité. A comparer avec la camelote vendue à tous les niveaux aujourd’hui.

            Ce qui fait la qualité d’un produit, c’est la relation producteur-consommateur et surtout la philosophie du marché.
            Dans une économie où les producteurs sont proches des consommateurs, la qualité est élevée, parce que les consommateurs peuvent directement sanctionner les producteurs.
            Dans une économie ultra-libérale, seul le prix de vente compte. On vend de la camelote partout. Si une camelote est de tres mauvaise qualité, on en echete une autre un peu moins mauvaise.
            Si la philosophie du marché est de vendre de bons produits à un prix correct, on le fait. Dans le marché libéral, seul les objectifs de marketing comptent.


          • Marc Bruxman 3 janvier 2009 16:24

            				

            								
            				
            					Cette semaine, la dernière usine de velours à Amiens, Cosserat, vient de fermer définitivement. Son directeur explique que le velours sort d’Amiens entre 6 et 8 euros le mètre alors que par la faute des députés, des présidents de régions et des présidents des conseils généraux, le velours chinois arrive au Havre à 2 euros de mètre.

            Deux choses :
            • Oui nos députés sont responsables, mais pas de la façon que vous dites. Nos députés sont responsables parce que les charges sociales et taxes sur notre territoire sont énormes et que du coup nos entreprises ne peuvent plus lutter face aux importations chinoises. Si l’état était moins gourmand en impot et taxes et qu’il y avait moins d’administrations et de réglementations inutiles votre velours d’Amiens serait à des tarifs beaucoup plus bas et il aurait encore une chance décente de se vendre surtout si la qualité est légérement supérieure. 
            • Dans le cas ou vraiment une production étrangére est moins chère vous devez mettre en regard le nombre de consommateurs (qui bénéficieront d’une baisse de prix) et le nombre de personnes affectées par le démantélement. On ne peut pas pour protéger 200 ou 300 personnes faire payer un produit plus cher à 63 millions de Français car dans ce cas nous y sommes tous perdants. 
            N’oubliez pas enfin que beaucoup d’entreprises françaises sont exportatrices et/ou fortement présentes à l’étranger. Si les étrangers appliquent les mêmes recettes protectionistes que vous préconisez on est dans une vrai merde. 
            Dans les semaines précédentes, la dernière usine de ski en France a été fermée à Rumilly car les tchèques peuvent vendre chez nous moins cher et sans payer de taxe grâce à nos députés. Ils le peuvent uniquement parceque les députés ont votés les lois pour que cela ait lieu.

            Les Tchéques sont dans l’union européenne. A suivre votre raisonnement, on a qu’a foutre des barrières douanières aux portes de l’ile de France parce que les Auvergnats produisent pour moins chers que les Parigots ;)

            Et par ailleurs, si vous mettez les pieds en Tchèquie vous verrez que ce n’est pas du tout le tiers monde ou quoi que ce soit. Prague n’a plus grand chose à envier à Paris. 

            Non ce que n’ont pas fait nos députés et qui est condamnable c’est une forte restructuration de l’administration française de sorte à baisser les impots et notamment les impots qui portent sur le travail comme les charges sociales. Tant qu’il y aura en France un secteur public non productif aussi démesuré on se fera bouffer nos entreprises. Mais ce ne sont pas les autres qui sont méchants ce sont nous qui sommes nuls. 

            Récemment c’est aussi la dernière usine de moutardde à Amora qui a disparu. La liste des morts sur le champ de bataille économique est est interminable.

            Cela a toujours était ainsi, il y a des entreprises qui meurent et des entreprises qui naissent. Et vous savez depuis le temps que des entreprises ferment, heureusement que d’autres se créent sinon on serait TOUS chomeurs. 

            Nos usines sont plus importantes que nos députés.

            Le libre échange est dans votre intérêt. Sans lui vous payeriez vos téléviseurs, vos GPS, vos skis, vos téléphones portables et tout ce que vous utilisez 3 fois le prix. 

            C’est comme l’histoire de la license 3G de Free. Le gouvernement ne veut pas la filer car cela créerait dixit Martin Bouygues 30 000 suppressions d’emplois dans le secteur de la téléphonie mobile. Mais donc pour protéger ces 30 000 personnes, ce sont 63 millions de Français qui vont payer leur téléphones beaucoup plus cher. 

            Le libre échange est le meilleur ami du pouvoir d’achat quoi qu’en disent les protectionistes !



            • Internaute Internaute 3 janvier 2009 18:22

              Il serait trés intéressant d’avoir la matrice des échanges entre les 30 pays faisant le plus de commerce international. C’est essentiel pour en tirer des ratios et voir qu’elle est l’importance réelle de tel ou tel échange commercial. Malheureusement, malgré les milliers de fonctionnaires surdiplômés que l’on paye, personne n’a produit cette matrice. C’est pourtant un outil de gestion macro-économique indispensable. Pour chaque case de la même matrice il en faut une autre détaillée par secteur d’activité (agriculture, textile, etc..)

              Vous vous dites que c’est bien d’acheter moins cher des produits importés. On les paye avec la dette qu’il faudra bien un jour rembourser. Moi je dis qu’il vaut mieux payer un peu plus cher et créer de la richesse chez soi. Au vu de la façon dont le niveau de vie est en chute et dont le complexe politico-médiatique noie le poisson chaque fois que l’on parle du mondialisme, je me dis que j’ai sûrement raison.


            • earth75 earth75 4 janvier 2009 10:37

              Bonjuor,

              Je voudrais savoir si vous êtes vollontaire pour travailler, en France, avec le salaire d’ un Tchéque, car moi ca m’ arrangerait beaucoup de payer mes biens et service moins cher..... ?

              Mauntenant je préfere payer 3* plus chere ma télévison au lieu de payer des impôts pour aider les chômeurs qui n’ ont pas de travail à cause des délocalisations. Maintenant si les Chinois entre autres, avaient un niveau social aussi élevé que la France, je suis pas sur que leurs produits seraient aussi peu chére.......

              Il est aisé de prôner le libéralisme mais qui est volontaire pour que son enfant travail dés l’ âge de cinq ans pour fournir des ballons de football dans les magasins de sport occidentaux.


              Je suis pour un libéralisme oû chaque pays aura peu ou prou les mêmes taxes et impôts ; et là on verra qui est le meilleur, qui va trouver le process donnant le prix le moins élevé.

              Je suis pas sur que les chinoises tavaillant 12 h/j ont quelques compassions bien heureuses en pensant que grâce à leur état d’ esclave, nous occidentaux, pouvons acheter des télévisions pas chére.

              De toute façon, les seuls gagnant de la mondialisation sont les instrielles et leurs actionnaires, les importateurs qui profitent du systéme tout en apprauvissant les peuples, endétant nos pays, polluent à vitesse grand V la planéte. Car n’ oublions qu’ il est bien beau de produire dans des pays ou mére nature est aussi respectée qu’ une petite fourmie que l’ on écrase vilement.....


              Pour info, le prix moyen à la production d’ une pair de tennis de grande marque en Chine : 6 euros ; pourquoi je paies aussi chére mes tennis ? ha oui c’ est à cause des taxes, c’ est vrai mais les importateurs sont innocents, ils ne font que de petites marges les pauvres.....





            • Le péripate Le péripate 3 janvier 2009 16:51

               Le protectionnisme est une très bonne idée.... qui rend la contrebande éminemment lucrative. En contre-partie, l’état embauche des fonctionnaires et des douaniers, qu’il faut payer, en augmentant les impôts ou la dette, et dont l’action est limitée par la corruption, l’inanité des lois, et la taille des frontières. Les autres pays usent de rétorsion, et nos produits se vendent mal à l’étranger. Je trouve que c’est une idée très raisonnable.


              • jeanclaude 3 janvier 2009 18:12

                Je ne maîtrise pas assez tous les aspects de la question pour avoir une conviction ferme, quoique je vois surtout les difficultés à mettre en oeuvre unilatéralement un protectionisme.

                Je dis attention aux partisans du protectionisme. Il y aura automatiquement des mesures de rétorsion. Et ces mesures, lesquels de nos produits touchent-elles ? Les plus élaborés, ceux que nous arrivons à vendre à l’étranger.

                Si nous perdons ces marchés à fortes plus-values, par qui notre économie interne se porte bien, ce serait irréversible et je ne vois pas comment nous regagnerions des parts de marché dans un second temps.

                Un protectionisme européen serait l’espace à protéger le plus restreint pensable. Faire du protectionisme national n’a pas de sens, car la taille de ce marché pour des entreprises, des produits, des services nouveaux, ne serait jamais assez grande pour que les investisseme,nts à faire assurent un produit-servive de coût compétitif. resterait à convaincre nos voisins européens.

                La façon dont Marc Bruxman commente les entreprises qui ont fait faillite fait froid dans le dos - si on pense aux salariés touchés. Mais ce type d’analyse est nécessaire. Pourquoi sauver une entreprise de moutarde, de skis ou de velours, si par des barrières douanières rencontrées à l’exportation (en rétorsion) leurs productions ne sont plus écoulées à l’étranger ? Donc uniquement en France. A un prix compétitif du fait que la moutarde, les skis, le velours étranger seraient taxés. Déjà je ne suis pas sûr que les entreprises de confection, d’ameublement, de transformation de velours nationales y trouveraient leur compte. Les consommateurs français accepteraient-ils de voir leur choix restreint ?

                Peut-être que je pose des questions naïves. Si elles ne le sont pas, ce serait aux partisans du protectionisme de me répondre comment tout cela fonctionnerait. S’ils n’ont pas de réponse, ils prennent une lourde responsabilité de proposer des solutions qui ne donneraient pas le résultat escompté.

                NB : protectionisme signifierait aussi fin de la libre circulation des capitaux, de l’épargne. Là aussi, avec l’interpénétration des capitaux, comment cela se gérerait-il ? 40% des capitaux de nos grosses entreprises sont étrangères, si je ne me trompe. Faudra-t-il les bloquer ?




                • Internaute Internaute 3 janvier 2009 18:36

                  Vous vous placez encore dans un contexte où nos entreprises ne travailleraient que pour l’exportation. Jusqu’à preuve du contraire, 90% de l’activité est nationale ou avec nos proches voisins comme l’Allemagne. Les mondialistes mettent exprés le volume de nos échanges avec l’Allemagne dans le même sac que le volume de nos échanges avec la Chine afin de gonfler les chiffres et de nous faire croire qu’on est foutu si on se protège. Tout ce qu’on risque est une pénurie de chaussettes le temps que Kindy rouvre ses portes en France.

                  Bruxman se gausse de 200 ouvriers en détresse en minimisant les dégâts. Je vous rappelle que 98% des entreprises françaises sont des PME de moins de 250 salariés qui représentent 55% de l’emploi. A cahque faillite, les chiffres seront toujours faibles mais ce sont des milliers qui disparaissent et avec elles les sous-traitants dont on ne parle pas.

                   La protection de nos marchés n’empêche pas nos entreprises de s’installer ailleurs pour être compétitives sur les autres marchés. Le cloisonnement des marchés est une nécessité. C’est trés bien que Renault s’installe au Maroc pour vendre en Mauritanie. Mais qu’il s’installe au Maroc pour économiser les coûts sociaux et revendre en France est une escroquerie que nos députés et les fonctionnaires de l’UE ont mis en place.

                  Personne ne parle d’un protectionnisme au niveau français. C’est encore la même histoire que traiter les gens de nazis. Il me semble qu’un premier cercle au niveau de l’Europe des 12 et du Canada serait déjà pas mal. Un deuxième engloberait l’Europe de l’Est et la Russie. Si les lois de l’UE ne conviennent pas, on les change. Aprés tout ils n’ont eu aucune gêne pour changer notre constitution dans notre dos et pour nous mettre en concurrence libre et faussée avec les esclaves du tiers-monde.


                • jfbiz 3 janvier 2009 18:41

                  Je ne pense pas que le protectionisme soit une arme efficace pour notre pays.

                  Aussi bizarre que cela puisse paraitre, la meilleure solution me semble une augmentation sensible du taux de TVA.... avec des garanties de transparence.
                  Prenons une augmentation qui rapportent 100, et exigeons que l’état rembourse 100 :

                  - prise en charge par l’état d’un % des charges sur les salaires en dessous du smic (*)
                   - redressement de minimaux sociaux (vieillesse, RMI, ...)
                  Ces points sont à discuter en trouvant un consensus au niveau national.

                  Au final, on a redistribué un peu plus aux plus défavorisés, c’est déjà pas mal, et ça peut aider la gauche à accepter l’idée), et surtout, mécaniquement, on remonte nos taxes sur les produits importés. On redonne un peu de compétitivité à nos entreprises.

                  Le Danemark y a pensé pour se sortir du marasme (TVA 25%), l’Allemagne a relevé son taux de 16 à 19%... (l’une des conséquences a été la baisse des importations depuis la France !)
                  Certains diront qu’il s"agit de protectionisme déguisé (oui, et alors où est le problème ?), d’autres que c’est (c’était !) un projet de Sarkozy (TVA sociale)...

                  L’aspect social de cette mesure n’échappera à personne

                  (*) : cette part doit être la + grosse pour limiter l’inflation, elle doit s’appliquer sur tous les salaires pour rassurer tous les travailleurs, et être limitée par un plafond.




                  • Jean Lasson 3 janvier 2009 20:03

                    Il ne faut jamais écouter Jacques Attali. Il se trompe à peu près tout le temps et si complètement, sur tous les sujets, qu’on peut à la rigueur écouter ses prévisions pour être bien sûr qui n’arrivera pas smiley

                    Exemple : dans l’interview ci-dessus, il cite la croissance mondiale des années 2000, qu’il situe à un niveau d’environ 5%, alors que la France, cette minable, cette pouilleuse, n’a pas dépassé 2% dans la même période. Lourd sous-entendu de la pensée unique néolibérale : il faut "libérer la croissance" en cassant les protections sociales, en privatisant ce qui reste et vous allez voir ce que vous allez voir, nous ferons 5% ou 6% de croissance, comme le Royaume-uni (et, si je ne me retenais pas, je dirais 10% au moins !)

                    Seulement voilà, la réalité est "légèrement" différente. Le poids des Etats-Unis dans la croissance mondiale est prédominant. Officiellement, ceux-ci ont eu environ 4% de croissance en 2004 et 2005. Mais 80 % de ce "brillant" résultat est dû à un procédé suicidaire qui, heureusement, n’existe pas en France : le Mortgage Equity Withdrawal (MEW). Grâce au MEW, les ménages avaient la possibilité d’emprunter aux banques l’argent correspondant à l’augmentation de la valeur de leur maison. Cet argent emprunté a été consommé. En 2005, le MEW a alimenté la croissance US à hauteur de plus de 800 milliards $. Si l’on soustrait cette somme de la croissance américaine, celle-ci retombe sous les 1%, voire est négative certaines années. Pas de quoi se vanter et la France a fait mieux !

                    PS : pour ceux qui se demanderaient pourquoi le MEW est dangereux et à éviter, il suffit d’imaginer ce qui se passe quand la valeur des biens immobiliers cesse de croître : plus de MEW possible, mais il faut bien sûr rembourser ce qui a déjà été emprunté, c-à-d plus que la valeur du bien quand celle-ci a baissé, ce qui est le cas aujourd’hui. Pratiquement aucun des utilisateurs de MEW n’y parvient et beaucoup ont perdu ou vont bientôt perdre leur maison. On estime qu’entre 6 et 8 millions de ménages ont déjà perdu où vont perdre leur maison. Beau résultat qu’il est en effet urgent d’imiter chez nous !




                    • bobbygre bobbygre 9 janvier 2009 22:40

                      C’etait une promesse de Nicolas Sarkozy pour les présidentielles.
                      Bah, encore une promesse qu’il n’a pas tenue mais tiens, pour une fois, on ne lui en veut pas.


                    • Jean Lasson 3 janvier 2009 20:05

                      [...] pour être bien sûr de ce qui n’arrivera pas.

                      Pardon pour la coquille smiley


                      • Forest Ent Forest Ent 3 janvier 2009 20:51

                        Pas une surprise :

                        http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=47542

                        En 2009 comme en 1930, le protectionnisme viendra d’abord des US, et achèvera le drame que le libre-échange a introduit.


                        • oj 4 janvier 2009 02:00

                          remplacez PROTECTIONISME par PROTEGER SA NATION ; il sera dejà plus facile de faire des choix de société ; choix qui ne sont plus faits par ceux qui majoritairement constituent cette Nation.






                          • Islamo Confucianiste 4 janvier 2009 04:02

                            Moi, j’ achètes Chinois, parce que c’ est moins cher. Si c’ est pas Chinois, c’ est made in Taïwan, Malaisie, Vietnam ou Thaïlande. Par contre, j’ aurais aimé du Made in Corée du Nord et du made in Biélorussie. Par contre, méfiance quand c’ est made in India (démocratie).


                            • JL JL 4 janvier 2009 10:59

                              L’auteur commence son propos ainsi : ""En ce début de nouvelle année, Les Echos rapportent une information inquiétante."" Inquiétant peut-être Mr Moreigne, mais inquiétant pour qui ?

                              Vous écrivez : ""Face à la crise deux approches s’opposent. L’une largement minoritaire qui prône un protectionnisme intelligent. L’autre, dominante, hantée par le spectre de la récession de 1929.""

                              La première, le protectionnisme intelligent serait tout simplement de démocratiser les décisions de l’OMC. Qu’au lieu de laisser les multinationales y faire la loi, les décisions y soient prises à l’unanimité des voix selon le principe : un pays concerné une voix pour les décisions. Aujourd’hui, les pays pauvres ne sont même pas présent lorsque des décisions les concernant y sont prises. Voir entre autres mon article "L’OMC, le bras armé de la main invisible". Au passage je remarque qu’un article qui traite du protectionnisme sans évoquer une seule fois l’OMC ne saurait être sérieux.

                              L’autre approche que ne cite pas explicitement l’auteur, est j’imagine celle que préconise d’Eric Le Boucher inénarrable protecteur des forts, et dont le titre de l’article cité est à lui seul un modèle de novlangue : "Résister au protectionnisme", une sorte d’oxymore : résiste-t-on à un gilet pare-balle ?

                              Il me paraît évident que le "libre échange" profite aux pots de fer contre les pots de terre. Il me paraît évident aussi que l’alternative imposée aux pots de terre par les pots de fer soit "peste ou choléra" : blocus économique ou pillage sans merci des ressources naturelles. D’un coté l’Afrique qui se voit offrir des décors de cartons pâte en échange de ses richesses naturelles (*), de l’autre Cuba qui a lourdement payé pour le savoir, de 50 années de blocus économique.

                              La globalisation capitaliste est un leurre, tous les pays pauvres le savent désormais. Et ce n’est pas le vice président équatorien qui me contredira, lui qui a dit : "la société équatorienne n’a pas à rembourser les " dettes illégitimes " laissées par des gouvernements aux ordres d’organismes financiers internationaux, eux-mêmes au service des créanciers privés." 

                              L’Equateur met la finance sur le banc des accusés et répudie sa " dette illégitime "

                              (*) Pour en savoir plus, écouter "Terre à terre", l’émission de Ruth Stégassy du 3/1/9 sur France Culture : "industries extractives en Afrique : l’Europe mine l’Afrique". Le témoignage de Thérèse Mékombe (Pte de l’association des femmes juristes du Tchad) est particulièrement accablant.


                              • bob 4 janvier 2009 11:09

                                Bon article qui souligne des tendances lourdes engagees depuis 40 ans pour favoriser l’economie et dont on voit le resultat. Par ailleurs, la notion de crise actuelle est differente de celle de 1929. La grande crise a laisse une grande quantite de personnes sur le carreau, sans ressources et sans logement. Nous en sommes encore loin malgre le mouvement de panique souhaite par la caste dominante pour recuperer leurs fonds perdus.

                                Le protectionnisme financier engendrerait un regard plus soigne sur la provenance et la destination des capitaux. Vous pouvez imaginer ce qu’en penseront les delinquants et criminels ( au sens large ). Pour ces gens la, il est vital d ’arreter un controle des capitaux : C’est peut etre ce qui explique cet terreur nee de l’expression "protectionnisme".


                                • bob 4 janvier 2009 11:16

                                  La France ( la majorite des francais) a plus interet a se lancer dans un protectionnisme national et de se doter d’une economie forte que de s’ouvrir a des produits de qualite douteuse, souvent rappeles pour des raisons sanitaires, et depourvus de toute tracabilite.
                                  Les cols-blancs qui souhaitent la mondialisation ne consomment pas les produits vendus en France et exportent leurs capitaux vers des cieux plus serein.


                                  • bob 4 janvier 2009 11:21

                                    Quant a la resolution de la crise par l’eviction d’Hitler ( mort il y 63 ans ), elle est pathetique et temoigne d’un intellectualisme et d’un humanisme inapproprie. Il est vrai que des despotes assassins continuent a sevir dans le monde mais les resistants d’un criminel mort ( il y a 63 ans je le rappelle) sont plus nombreux que ceux qui peuvent encore agir contre les vivants.
                                    Ceci dit la difference entre les deux est peut-etre le courage.

                                    PS : Bravo pour ceux qui ont vote Sarkosy et ont le toupet de se pretendre resistant.


                                    • bob 4 janvier 2009 11:26

                                      En ce qui concerne, Le Boucher, n’oublions pas qu’il s’agit d’un journaliste remunere par les echos ( journal financier ). Il n’a aucun niveau d’expertise et obeit comme l’employe qu’il est.
                                      Faut-il lui jeter la pierre parce qu’il fait son travail ?
                                      Faut-il le considerer comme un expert alors qu’il ne l’est pas ?


                                      • Marc Bruxman 4 janvier 2009 15:42


                                        Je voudrais savoir si vous êtes vollontaire pour travailler, en France, avec le salaire d’ un Tchéque, car moi ca m’ arrangerait beaucoup de payer mes biens et service moins cher..... ?

                                        Vous caricaturez, le chomage est grosso modo stable depuis plus de 10 ans (avec des périodes de hausse et de baisse). Vu le nombre de licenciements, cela veut donc dire qu’il y a aussi des créations d’emplois. Et donc il y a recyclage, des emplois disparaissent (ceux qui ne sont plus compétitifs) et d’autres qui correspondent à de vrais besoins apparaissent. 

                                        Mauntenant je préfere payer 3* plus chere ma télévison au lieu de payer des impôts pour aider les chômeurs qui n’ ont pas de travail à cause des délocalisations.

                                        Que l’on applique cela et vous risquez bien de vous retrouver certes avec du travail mais pauvre. Par ailleurs une bonne partie du problème du chomage est lié au cout extrémement élevé du smic en France. Et cela explique aussi pour partie les délocalisations. 

                                        Vous allez me hurler dessus, je sais. Mais l’Allemagne a un SMIC par branche souvent plus faible que le notre et ce n’est pas un pays pauvre loin de la. 

                                        Maintenant si les Chinois entre autres, avaient un niveau social aussi élevé que la France, je suis pas sur que leurs produits seraient aussi peu chére.......

                                        Vrai et d’ailleurs, l’est de la Chine est déja trop cher pour produire, alors ils délocalisent à l’Ouest. Plus tard ils délocaliseront ailleurs... 

                                        Il est aisé de prôner le libéralisme mais qui est volontaire pour que son enfant travail dés l’ âge de cinq ans pour fournir des ballons de football dans les magasins de sport occidentaux.

                                        C’est une question de niveau de développement et vous le savez très bien. Personne n’est volontaire pour cela, mais les boulots "de merde" finissent par trouver preneur chez des gens qui seraient encore plus misérables sinon. Puis au bout de quelques années ces gens se sont enrichis et d’autres prennent le relai. Il y en a encore pour quelques années

                                        Je suis pour un libéralisme oû chaque pays aura peu ou prou les mêmes taxes et impôts ; et là on verra qui est le meilleur, qui va trouver le process donnant le prix le moins élevé.

                                        Pourquoi les mêmes taxes et impots ? Un pays qui payent beaucoup de fonctionnaires est donc un modèle à suivre ? C’est au contraire l’efficacité qu’il faut privilégier. Vous auriez pu me dire à niveau d’IDH commun mais la même niveau de taxe et d’impot c’est du masochisme. Les taxes et l’impot c’est de la perte sèche. 

                                        Je suis pas sur que les chinoises tavaillant 12 h/j ont quelques compassions bien heureuses en pensant que grâce à leur état d’ esclave, nous occidentaux, pouvons acheter des télévisions pas chére.

                                        Non mais ils savent un truc c’est qu’ils bossent avant tout pour eux. Leur pays s’enrichit fabuleusement grâce à ca !

                                        De toute façon, les seuls gagnant de la mondialisation sont les instrielles et leurs actionnaires, les importateurs qui profitent du systéme tout en apprauvissant les peuples, endétant nos pays, polluent à vitesse grand V la planéte. Car n’ oublions qu’ il est bien beau de produire dans des pays ou mére nature est aussi respectée qu’ une petite fourmie que l’ on écrase vilement.....

                                        Vous êtes un des gagnants de cette mondialisation mais vous ne voulez pas le voir. Mais bien sur c’est plus simple pour se donner bonne conscience de dire que l’on y perd. 

                                        Pour info, le prix moyen à la production d’ une pair de tennis de grande marque en Chine : 6 euros ; pourquoi je paies aussi chére mes tennis ? ha oui c’ est à cause des taxes, c’ est vrai mais les importateurs sont innocents, ils ne font que de petites marges les pauvres.....

                                        Au hazard :

                                        • La conception. 
                                        • Le marketing (une grosse partie du cout sur une paire de Nike). 
                                        • La pub
                                        • Les taxes effectivement. 
                                        • L’importateur. 
                                        • La distribution. 
                                        Que cela soit made in France ou made in China, la production est une très faible part du cout total d’un produit. 


                                        • JL JL 4 janvier 2009 16:37

                                          Bruxman : ""Le libre échange est dans votre intérêt. Sans lui vous payeriez vos téléviseurs, vos GPS, vos skis, vos téléphones portables et tout ce que vous utilisez 3 fois le prix. ""

                                          C’est ça, on achète des GPS et des skis tous les jours. peut-être ? En revanche, expliquez nous pourquoi le libre échange n’a pas fait baisser l’alimentation et le logement. Je vous signale même que ces deux postes qui représentent la quasi totalité des dépenses des ménages français ont singulièrement augmenté ces derniers temps. L’acquisition d’une maison de piètre qualité représente aujourd’hui 33 % du revenu d’un ménage, et cela pendant plus de la moitié de sa vie active. Le reste passe essentiellement en nourriture. S’ils n’ont pas les moyens de s’acheter leur logement, ils sont condamnés à payer un loyer qui absorbe 30% de leur pouvoir d’achat pendant toute sa vie ! Quant aux chômeurs, c’est bien simple : ils n’ont qu’à bouffer des écrans cathodiques dont plus personne ne veut, hein !?

                                          Alors, les télé, les GPS, les skis, je vous les laisse. Quant aux téléphones portables, ils ne sont pas assez chers. Un gadget qui ruine les pays d’Afrique (voir ’Coltan’) avant de crâmer les cervelles des jeunes générations pour dire "allotéou" à tout bout de champs devrait être vendu cent fois plus cher qu’il ne l’est.

                                          Les politiques d’abonnement sont monstrueuse, qui prévoient même la gratuité si on accepte des messages publicitaires. "Le sommeil de la raison engendre des monstres" disait Goya : la société du spectacle et de l’objet à endormi la raison des peuples, et vous Bruxman, vous êtes le prosélyte de ces monstres que sont les multinationales et les institutions internationales à leur botte, à commencer par l’OMC.

                                          Ps. Un article qui critique le protectionnisme sans évoquer l’OMC n’est pas sérieux : peut-être est-il destiné à endormir les lecteurs ? A moins que l’auteur ne soit lui-même en train de rêver.  smiley


                                        • earth75 earth75 4 janvier 2009 17:44

                                          Bonsoir,

                                          Je constate que dans l’ ensemble on est d’ accord.

                                          Mais si vous êtes candidat pour travailler pour six francs six sous afin de permettre à des grassouillets d’ oocidentaux de pouvoir changer de télévision tout les six mois, moi je ne le suis pas.

                                          Quand à admettre que pour avoir un confort matériel confortable, il faut tolérer l’ esclavage moderne, là je suis pas d’ accord. Je suis papa d’ une fille de 2 ans et vous peux te dire que je vais me battre que son avenir sera autre chose que de broder du cuir dans une usine pour 200€/mois........


                                          Je suis pas pour l’ autarcie ( à supposer qu’ on pourait le faire ) mais avec le niveau de décalage énorme de dépense social d’ un pays à un autre, il ne peux y avoir de concurence saine ; cela il faut l’ admettre et ne pas l’ oublier.

                                          Que veut-on pour modéle de société :

                                           - zéro, société avec des supers riches qui on tout et un peuple mondiale qui n’ a rien.

                                           - un, une société oû les biens et les services sont fait localement ( moins de transport, pas de dumping social,....), une société ou lorsqu’on se léve le matin, c’ est pas pour trimer pour une s------e d’ actionnaire.

                                          De toute facon on est tous des dindons de la farce ; cette crise est artificielle, les entreprises en profitent pour fermer en France pour rouvrir ailleurs oû la main d’ oeuvre coutera beaucoup moins chére..... C’est vrai qu’ on poura toujours créer de l’ emploi à 100€/mois, étant tous chômeur, il y aura plein de candidats.........


                                        • Marc Bruxman 4 janvier 2009 20:10


                                          @Earth75 :

                                          Moi aussi je vais me battre pour que mes enfants (que je n’ai pas encore) aient une vie heureuse. La seule différence je pense c’est que j’ai admis (peut être à tord) que la société était inégalitaire et que l’on ne peut pas le changer, tous les essais ayant conduit au désastre. Après tout c’est humain. Et il reste largement de quoi faire ici même dans un monde ouvert. Je bosse dans l’informatique et je gagne très bien ma vie. On a pourtant les Indiens qui font de la concurrence et de façon plus dangereuse, les pays comme la Roumanie ou l’Ukraine (Parce qu’autant j’ai toujours vu du mauvais boulot venu d’Inde autant les Roumains et les Ukrainiens savent travailler). 

                                          Bref il est possible via la formation personelle et/ou les études de bénéficier de la mondialisation sans en patir. Et ca ne nécéssite pas forcément un Bac + 51 : Je connais des gens qui n’ont pas le Bac et gagnent bien leur vie dans l’informatique parce qu’ils ont appris à faire un boulot. 

                                          Et cas plus étrange, un tailleur de pierre (eh oui ca existe encore !) qui se fait bien payer pour faire du boulot chez des riches. (Bon la, le mec a peut être pas Bac + 50 mais c’est un vrai expert). 

                                          Bref, il y aura toujours des métiers qui rapportent !

                                          @JL :

                                          C’est ça, on achète des GPS et des skis tous les jours. peut-être ?
                                          En revanche, expliquez nous pourquoi le libre échange n’a pas fait baisser l’alimentation et le logement.
                                          Je vous signale même que ces deux postes qui représentent la quasi totalité des dépenses des ménages français ont singulièrement augmenté ces derniers temps.


                                          Les statistiques vous font mentir :
                                          http://www.journaldunet.com/economie/indicateurs/repartition-depenses-de-consommation/index.shtml

                                          Logement + Bouffe c’est grosso-merdo 40% en moyenne des dépenses, en augmentation continue pour le logement, en baisse pour la bouffe sauf sur la période 2006 - 2008 (mais sinon cela baissait en continue depuis plus de 10 ans). La baisse va reprendre prochainement. 

                                          On remarque par contre que l’habillement baisse d’un point sur 1996 - 2006 (Merci les importations chinoises), et d’ailleurs la plupart des postes de dépenses sont en baisse. Seuls augmentent :

                                          • Le logement donc. Mais avouez quand même que les appartements ne peuvent être importés de Chine ou d’Inde ;) Et dites vous bien que la spéculation venu des pays étrangers ne joue que sur quelques zones très recherchées et déja fort cher. Même dans de la banlieue parisienne chic vous trouverez peux d’Anglais ou de Saoudiens pour chercher un pied à Terre. Pourtant cette banlieue est chère ! 
                                          • Loisirs et Culture
                                          • Hotels, Cafés et Restaurants : Pour ces deux derniers secteurs, on voit que la baisse des prix des biens de bases que vous regrettez a permis aux Français de s’offrir du "superflu". Je préfére largement acheter des fringues made in china et aller au spectacle par exemple ;)
                                          • Santé : Augmentation modérée liée au vieillissement de la population (0.1 % d’augmentation). 
                                          • Communication (Lié aux nouveaux usages comme Internet et le Téléphone Mobile apparus durant cette période). 
                                          • Education : Logique vu malheureusement la piétre qualité de l’école publique. 
                                          L’acquisition d’une maison de piètre qualité représente aujourd’hui 33 % du revenu d’un ménage, et cela pendant plus de la moitié de sa vie active. Le reste passe essentiellement en nourriture.

                                          Faux donc voir les stats plus haut. 

                                          Alors, les télé, les GPS, les skis, je vous les laisse. Quant aux téléphones portables, ils ne sont pas assez chers. Un gadget qui ruine les pays d’Afrique (voir ’Coltan’) avant de crâmer les cervelles des jeunes générations pour dire "allotéou" à tout bout de champs devrait être vendu cent fois plus cher qu’il ne l’est.

                                          Ils vont continuer de baisser malheureusement pour votre vision du monde. Cela dit faut pas s’étonner d’être inemployable quand on refuse le progrès. 

                                          Les politiques d’abonnement sont monstrueuse, qui prévoient même la gratuité si on accepte des messages publicitaires. "Le sommeil de la raison engendre des monstres" disait Goya : la société du spectacle et de l’objet à endormi la raison des peuples, et vous Bruxman, vous êtes le prosélyte de ces monstres que sont les multinationales et les institutions internationales à leur botte, à commencer par l’OMC.

                                          Oh horreur ! Des pubs ! Ben vous avez le choix, gratuit ou payant, pub ou pas pub. Y’a pire quand même ! Faites gaffes quand même parce qu’Agoravox que vous lisez en ce moment est justement financé par la pub ! 30% de remise sur votre véhicule neuf qu’ils me disent en haut de cette page ;) Avant que vous m’en parliez je n’avais même pas regarder la pub mais bon la je me devais d’aller voir. J’en suis encore choqué. On est bien une société de gens trop bien nourris pour que l’on s’offusque pour des choses aussi insignifiantes. 


                                        • JL JL 4 janvier 2009 23:55

                                          Bruxman : ""Logement + Bouffe c’est grosso-merdo 40% en moyenne des dépenses""

                                          Peut-être, mais ça c’est la moyenne. Je peux même vous dire que pour moi, c’est moins de 40 %, et pourtant je suis bien logé et je ne me prive de rien.

                                          Le revenu moyen c’est 1900 euros. Ce qui veut dire que "logement + bouffe" en moyenne, ça fait 760 €.

                                          Le salaire médian c’est 1500 euros : ça veut dire que la moitié de la population gagne moins de 1500 €. Et pour eux, fatalement, ce poste "bouffe + logement " dépasse 40 % . Normal : si la moitié est en dessous de la moyenne - on a beau avoir de solides revenus, on n’a qu’un estomac - l’autre est au dessus, c’est mathématique. 

                                          Les statistiques c’est bien joli, encore faut-il savoir les interpréter. Regardez donc une répartition des revenus, et dites moi si quelqu’un qui gagne 100 000 € par mois en dépense 40 000 pour mager et se loger ! Dites moi si quelqu’un qui gagne 1000 € peut se loger et manger pour 400 euros !?


                                        • Marc Bruxman 5 janvier 2009 01:25


                                          Le revenu moyen c’est 1900 euros. Ce qui veut dire que "logement + bouffe" en moyenne, ça fait 760 €.

                                          Ce qui parait en effet raisonable, même si il y a de fortes disparités régionales... 

                                          Le salaire médian c’est 1500 euros : ça veut dire que la moitié de la population gagne moins de 1500 €. Et pour eux, fatalement, ce poste "bouffe + logement " dépasse 40 % . Normal : si la moitié est en dessous de la moyenne - on a beau avoir de solides revenus, on n’a qu’un estomac - l’autre est au dessus, c’est mathématique.

                                          Oui cela dit, il faut plutot raisonner sur les revenus des ménages (et la j’ai pas les stats) que sur les salaires individuels. Sur le poste logement notamment la vie à deux apporte des avantages significatifs... D’ailleurs votre raisonnement n’inclut pas les revenus de transferts comme les allocations familiales, l’allocation logement et autres qui diminuent sensiblement les couts et auquels seuls les familles à bas revenus ont droit. Ce n’est pas négligeable de mémoire sur un loyer de 700 € en Région Parisienne, l’APL ca fesait 200 €. 

                                          En gros vivre célibataire avec un seul smic en région parisienne (1000 €) est vachement plus dur que de vivre à deux avec deux smics. Le premier cas est financièrement très chaud, le second est plus que gérable. 

                                          Les statistiques c’est bien joli, encore faut-il savoir les interpréter. Regardez donc une répartition des revenus, et dites moi si quelqu’un qui gagne 100 000 € par mois en dépense 40 000 pour mager et se loger ! Dites moi si quelqu’un qui gagne 1000 € peut se loger et manger pour 400 euros ! ?

                                          Oui les stats sont toujours incomplétes et laissent passer des cas "particuliers". Il y a aussi des gens qui gagnent beaucoup et décident de s’endetter pour acheter la maison de leur rêves et vont parfois dépasser les fameux 33% (car quand tu as un gros salaire, le banquier est plus laxiste sur ce point la). Une famille qui a 6K€ par mois de revenus pourra (enfin pouvait) convaincre son banquier d’avoir un remboursement de 3K€ par mois pour s’acheter un gros pavillon en banlieue parisienne. Inversement d’autres plus modestes ont pu hériter d’un logement propriété de la famille depuis longtemps, etc, etc, ... Donc oui les stats ne prennent pas en compte tous les cas. 

                                          Mais vous conviendrez que même en prenant le médian à 1500 € ces 760 € représentent grosso merdo 50% du revenu et ce n’est donc pas la quasi totalité loin de la. 

                                          Après qu’il y ait des gens qui sont fortement dans la merde, il suffit de regarder à coté des bouches de métro pour le savoir... Mais on ne peut malheureusement pas adapter toute la société pour s’adapter au petit pourcentage d’échecs. Le système fonctionne pour une grande majorité et on a quand même la chance de pouvoir se payer sorties et loisirs et de vivre pour la plupart très correctement. Et franchement quand j’en parles avec mes parents, certes ils n’avaient pas peur du chomage ni de l’avenir mais matériellement ils avaient l’air vachement moins chanceux que nous ! Reste à savoir à combien on évalue le prix de l’insouciance... 



                                        • JL JL 5 janvier 2009 08:49

                                          Mon pauvre petit Bruxman, j’ai probablement l’âge de vos parents, sinon plus. Et j’ai connu le temps où une famille d’ouvriers pouvait vivre décemment avec un seul salaire. Si cela ne ferme pas votre clapet prétentieux, alors continuez à pérorer, mais sans moi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès