Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Thomas Piketty, superstar néomarxiste du 21ème siècle

Thomas Piketty, superstar néomarxiste du 21ème siècle

L’énorme succès du livre « Le capital au 21ème siècle  », de Thomas Piketty aux Etats-Unis, où il aurait déjà vendu plus d’un million de copies, démontre que même outre-Atlantique, la question des inégalités taraude la société. Une question qui finira tôt ou tard pour s’imposer davantage politiquement.

L’aboutissement d’un long travail
 
Ce livre, que j’espère pouvoir lire cet été, dont Emmanuel Todd avait dit beaucoup de bien dans Marianne, n’est pas un coup d’essai. Thomas Piketty travaille avec Camille Landais et Emmanuel Saez depuis des années sur la question des inégalités et ils ont publié de nombreux documents faisant état de leur explosion dans la plupart des pays depuis quelques décennies. En France, ils avaient publié tous les trois un très bon ouvrage, « La révolution fiscale  », dont la première partie étudiait précisément la répartition des revenus et de la richesse en France, avant de proposer une réforme fiscale d’ampleur, dont la plupart des principes étaient très intéressants et auxquels on pouvait souscrire.
 
Emmanuel Saez a publié il y a quelques mois des chiffres effarants démontrant que 95% de la croissance des revenus depuis 2009 aux Etats-Unis est allée au 1% le plus riche : la hausse moyenne de 6,1% des revenus se décompose en 31,4% pour le 1% le plus riche et 0,4% pour les autres  ! Dans son livre, Thomas Piketty reprend une analyse développée par Joseph Stiglitz dans son dernier livre, où ils les avaient cités, à savoir que les inégalités sont revenus à un très haut niveau historiquement et qu’elles minent la société et doivent donc être combattues. Pour cela, l’auteur propose un système fiscal plus redistributeur, tant au niveau de l’impôt sur le revenu qu’avec un impôt sur le capital.
 
Un combat éminemment politique

Ces recommandations ont fait hurler les néolibéraux, dont certains osent même en faire un successeur de Karl Marx, eu égard au clin d’œil appuyé du titre de l’ouvrage. The Economist, même s’il reconnaît en partie le travail réalisé d’un point de vue des données, juge le livre plus idéologique qu’autre chose mais sa critique du livre est sans doute bien plus idéologique que ne l’est la pensée de Thomas Piketty. Il ne parvient pas à remettre sérieusement en cause les deux postulats majeurs du livre, à savoir l’augmentation très forte des inégalités depuis quelques décennies et le fait que les revenus du capital sont structurellement plus élevés que la croissance, ce qui mène mécaniquement à sa concentration.

La thèse de Piketty est soutenue par des données remontant sur une longue période, qui démontrent que seules des circonstances exceptionnelles (autour de la Seconde Guerre Mondiale), une très forte croissance et une politique fiscale redistributrice permettent de remettre en cause cette concentration. Mais ce dont les défenseurs du système actuel devraient se méfier, c’est de l’issue politique que ce gouffre financier ne tardera pas un jour à provoquer. En Amérique du Sud, il y a eu Lula et Chavez. Gageons que si les peuples « occidentaux » sont vraiment en colère, ils pourraient bien finir un jour par opter plutôt pour la seconde option que la première, qui me semble quand même préférable.
 
Un grand merci à Thomas Piketty, mais aussi aux personnes avec qui il a travaillé, pour avoir collecté autant de données et les avoir popularisées de la sorte. Ce faisant, il a apporté une contribution majeure à la réflexion économique de notre époque, qui ne restera pas sans conséquence.

Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • leypanou 17 mai 2014 12:12

    Thomas Piketty a été de près ou de loin penseur économique pour le PS, et cela explique en partie les limites de Capital 21, donc dire que c’est un néomarxiste est un peu osé : je partage complètement l’analyse de l’article ci-dessus.


    • CN46400 CN46400 18 mai 2014 08:17

      C’est évidemment pour cela que Piketty n’établit aucune nuance entre la capital qui rapporte, donc qui accroît indéfinimment la fortune, et les pouvoirs qui vont avec, de celui qui le possède et le « capital » qui entretient la vie de celui, et de sa famille, qui le possède ! Chez Piketty, comme au PS, on utilise le mot « capital » pour désigner aussi bien les torchons que les serviettes. Sur ce terrain, Marx est, une fois encore, incontestablement dépassé....


    • Dwaabala Dwaabala 17 mai 2014 15:13

      Certains se demandent même si Marx n’a pas été pas un archéopikettyste.


      • Piotrek Piotrek 17 mai 2014 15:49

        haha très bien dit !

        Marx n’avait pas accès et n’avait pas la technologie pour gerer autant de données. Marx était u théoricien. La vraie force de Piketty c’est qu’il a raisonné en scientifique

        r>g

        Les revenus du capital sont structurellement plus élevés que la croissance, c’est prouvé mathématiquement par l’observation de données historiques... nettement plus efficace qu’une « théorie » et ca fout les chocottes à tous ceux qui promettaient le bonheur par le capitalisme, car eux ils en sont toujours au stade théorique sans preuves en dur !


      • lsga lsga 17 mai 2014 19:48

        dit il en expliquant les théories mathématiques de Marx....

         
        Hey : lisez avant de parler.
         
         

      • G.L. Geoffroy Laville 17 mai 2014 16:25

        Je sais qu’il y a beaucoup de débat sur les chiffres, les statistiques sur lesquels se basent le livre... chiffres objectivement interprétés ou détournés à des fins purement idéologiques ? Je ne saurais argumenter ou contre argumenter ce débat.

        Qu’importe pour moi le creusement des inégalités... Il m’importe que le riche soit plus riche. Le pauvre est-il moins pauvre qu’auparavant ?

        Des inégalités de ce qu’on a, il y en aura toujours. Mais c’est l’inégalité entre ceux qui peuvent s’enrichir (ou être moins pauvre) et ceux qui n’auront aucun espoir de voir leurs conditions s’améliorer.

        Votre Néomarxisme (monopole de l’Etat sur tout les moyens de production, donc de consommation) n’est pas plus la solution que le Néolibéralisme dénoncé (oligarchie politique et économique)


        • lsga lsga 17 mai 2014 19:46

          Alors que l’Europe sombre dans le Fascisme, que même les partis politiques prétendus de gauche (NPA et FdG en tête) sont des partis nationalistes, les USA s’apprêtent à faire le pas du socialisme. 

           
          Franchement : vivement le pacte trans-atlantique, que le prolétariat européen s’imprègne un peu du courant progressiste qui domine outre-atlantique. 

          • Pere Plexe Pere Plexe 17 mai 2014 19:57

            Si l’économie s’appuie sur des constats,sur des faits réels ,si l’observation accompagne la réflexion, il n’est pas désespéré qu’elle mérite un jour l’appellation de science.


            • lsga lsga 17 mai 2014 19:58

              les fachos ont 150 ans de retard sur les marxistes.

               
              Ils commencent à s’en rendre compte. C’est déjà un progrès. 

            • Remi 17 mai 2014 22:37

              Lula et Chavez, des épouvantails pour le Capital.... ?

              Ces gens, surtout pas le premier, n’ont pas remis en cause le système capitaliste. 


              • coinfinger 18 mai 2014 00:09

                Il n’est pas nécessaire d’étre Marxiste , pour comprendre l’importance d’un état des lieux sur la concentration des revenus et du patrimoine , dans une société .
                .On sait depuis longtemps s’est déjà exprimé trés clairement par Aristote dans sa Politique rédit par Montesquieu . Une société qui laisse croitre ces inégalités va à sa perte irrémédiablement , épidémies , invasions , dominance par l’étranger et méme ruine des possédants . Ce n’est ni plus ni moins qu’une calamité , une maladie sociale grave , au diagnostic sévére . La question de savoir si c’est juste ou pas juste , si celui qui le dit (avec des preuves ) a la peste ou pas est tout à fait superfétatoire , ridicule .
                L’évenement c’est que pour la premiére fois il existe une étude sérieuse sur la question et qui précise les choses . Parce qu’autrement toute personne bien informée le savait déjà et méme sans cela le pourrissement moral ambiant est suffisamment révélateur .
                Maintenant tout le monde le sait , la balle est dans le camp des politiques , qu’ils soient de droite ou de gauche , ils savent ce qu’ils ont à faire si effectivement ils sont soucieux du bien commun . Comme il est convenu de l’étre .
                A mon avis rien ne se fera , sauf des réformettes .
                La preuve que Piketty n’est pas subversif , d’ailleurs autrement vous n’entendriez méme pas parler de lui , c’est qu’il n’aborde pas du tout la question des causes . Ce qui serait
                minimal . Simplement il propose des remédes politiques .
                A ceux qui ne supportent méme pas çà , je dis calmement et en toute certitude , préparez vous à baisser votre pantalon , vous allez étre régénéré par du sang Kalmouk , et çà va pas trainer , parce que la concentration des richesses bat tous les records , la crise aussi va battre tous les records .


                • bakerstreet bakerstreet 19 mai 2014 00:47

                  Ce livre vaut surement qu’on s’y attarde.

                  Remarquons tout de même que sa thèse n’est pas révolutionnaire, juste un simple constat des choses, une sorte d’état des lieux de l’appart.

                  Qui voudra louer ce truc plombé par les frais du syndic, et une gestion calamiteuse : Pas d’isolation, les radiateurs à fond, même quand on n’est pas là. Voilà ce qu’on lègue à nos enfants....Je ne parle pas des déchets enterrés à la cave, des fuites de gaz.

                  Le mérite de monsieur Piketty est d’avoir bien fait le tour des choses, et d’avoir l’autorité pour le dire, ce qui n’était pas le cas des locataires bien au courant de ces choses depuis longtemps, mais dont la parole et les emportements ne valent pas grand chose, et ne sont jamais considérés autrement qu’avec mépris.

                  Par quel miracle trouve t’il grâce aux américains, sans se faire taxer de communiste ? Les temps seraient ils en train de changer ? Ou serait il temps de changer de direction au navire qui se précipite vers le gros iceberg ?

                  Dans ce cas, ce message trouvé dans une bouteille tomberait à pic, non ?

                  A une infinité de petits indices, on note une évolution du mastodonte, qui semble avoir lu les contes de la fontaine : La grenouille et le bœuf, plutôt que Karl Marx 


                  • marauder 21 mai 2014 08:15

                    Pikkety est de ceux qui font des études très intelligentes sur le fonctionnement des choses, pour autant, lui meme change-t-il vraiment ?


                    • Shanan Khairi Shanan Khairi 18 novembre 2014 23:56

                      Je trouve proprement hallucinant de se permettre d’écrire un article sur un livre et l’accueil qui lui a été réservé... que l’on n’a pas lu. « Ce livre, que j’espère pouvoir lire cet été, (...) » nous dit l’auteur...
                      Plutôt que de perdre son temps à écrire des articles aussi insignifiants, l’auteur ferait bien de lire ce livre. Peut-être alors aura-t-il quelque chose d’intéressant à nous en dire.
                      Je n’aime pas me poser en donneur de leçon et je suis un fervent partisan de la réflexion et connaissance partagées... mais là on a vraiment un exemple type des dérives du net-citoyen : donner son avis sur n’importe quoi, n’importe comment.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès