Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Tiens ! Revoilà la crise...

Tiens ! Revoilà la crise...

La crise, ce mot qui fait trembler gouvernements et citoyens, a déjà par le passé, frappé plusieurs fois.

Personne n’a oublié celle de 1929, au cours de laquelle, suite au krach boursier, les valeurs avaient perdu en moyenne 1/3 de leur cote et des gens y avaient perdu la vie.

Puis, en 2007, est arrivée la « crise des subprimes », provoquée par les activités risquées de la banque Bear Stearns.

Et récemment plusieurs économistes nous préviennent de l’imminence d’une nouvelle crise…

La crise des subprimes a eu des conséquences dramatiques, provoquant une hausse importante de la pauvreté, le nombre de personnes vivant au dessous du niveau de la pauvreté passant de 7,8 millions à 8,2

Baisse donc du niveau de vie, donc du pouvoir d’achat, et par effet boule de neige, crise dans les entreprises qui vendent moins, produisent moins, licencient, faisant ainsi baisser le pouvoir d’achat des ménages …cercle vicieux sans fin dont les conséquences ont perduré jusqu’à aujourd’hui. lien

Or Michel Santi, ce membre des économistes atterrés, et pas seulement lui, nous annonce l’imminence d’une nouvelle crise.

Évoquant un cataclysme monétaire et financier, l’économiste explique par quels mécanismes cette crise va se produire.

Pour lui, « cette gigantesque reflation orchestrée à coup de 10 à 12 trillions de dollars injectés dans le système a été la source principale ayant autorisé une euphorie globale puisque 80% de la hausse des marchés boursiers depuis 2009 est redevable de baisse de taux quantitatives des banques centrales (…) c’est une lourde erreur de croire que la réserve fédérale US pourrait simplement être remplacée par la Banque Centrale Européenne (BCE) et par la banque du Japon (…) en réalité la source principale du cataclysme à venir est ailleurs… ».

Il explique que, contrairement à la FED, ni la BCE ou la Banque du Japon n’ont pas la faculté d’imprimer des dollars, rappelant que les marchés obligataires (60 trillions de dollars) dépassent largement les marchés de la dette européenne et japonaise combinée.

La hausse des taux d’intérêt US se répercutera sous forme de séisme sur le marché de la dette de ces pays, également libellée en dollars.

Comme la BRI (banque des règlements internationaux) a calculé que l’ensemble des engagements non américains se montaient à plus de 9 trillions de dollars fin 2014, soit une augmentation de 50% depuis 2009, les difficultés et autres retards de paiement ne seront que le moindre mal enduré par les pays émergents, lesquels subissent l’effondrement du prix des matières premières, réduisant ainsi leurs revenus, et les mettant dans l’incapacité de régler leurs dettes.

D’autres, comme Mallence Bart Williams enfoncent le clou, affirmant que nous n’aidons pas l’Afrique, mais que, bien au contraire, c’est nous qui nous servons d’elle… vidéo

Cette chute du prix des denrées alimentaires, du prix du pétrole réduira la masse des pétrodollars en circulation, provoquant une vente forcée des investissements à l’étranger des producteurs de matières énergétiques, et aura un effet négatif sur les économies européennes et américaines.

Et l’économiste de conclure : « le spectre de déstabilisation financière mondiale se profile ». lien

Il peut bien sur se tromper, d’autant qu’on se souvient que Christine Lagarde, alors ministre de l’économie affirmait en 2007 : « le gros de la crise est derrière nous »…alors que la crise ne faisait que commencer. lien

Michel Santi n’est pas le seul à nous alerter, Édouard Tétreau, chroniqueur aux «  Echos », fait le constat que l’occident est placé dos au mur d’une crise financière majeure, et affirme que nous n’avons rien retenu des leçons de la crise de 2008. vidéo

Et les économistes de tout bord d’enfoncer le clou : « on est assis sur un baril de poudre, la question est simplement de savoir quel sera le détonateur », déclare Marc Touati…et Christophe Dembik d’ajouter : « les marchés sont à nouveau dans une phase d’exubérance irrationnelle  »…

Même son de cloche chez d’autres économistes.

« L’argent pas cher pousse à faire des bêtises » souligne Christophe Nijdam…et la présidente de la FED, Janet Yellen, rappelant aux opérateurs les règles de prudence à déclaré : « la valorisation des Bourses aujourd’hui est généralement assez haute, et il y a risques dans ce domaine ».

Paul Jorion en remet une couche : « les règles de prudence imposées aux banques par les accords de Bâle III ne sont absolument pas à la mesure du problème  ». lien

Quand au FRU (fonds de résolution unique) destiné à amortir la défaillance d’une banque européenne, sa dotation de 13 milliards, sur les 55 prévus au départ sera largement insuffisante si une crise aiguë survient, et comme le rappelle Pierre Erlanger dans un article récent paru dans « Capital  » : « les financiers ont trouvé le moyen de contourner les règles qui les gênaient. Ils ont par exemple mis en place un système parallèle baptisée « shadow banking » qui fonctionne de gré à gré, en dehors de toute règle prudentielle. Entre 60 000 et 75 000 milliards de dollars y transiteraient. Dans le même esprit, les « dark pools » se sont multipliés. Environ 15% des transactions boursières se feraient désormais dans ces « chambres noires » incontrôlables, qui ouvrent la porte à tous les abus ». lien

Mais alors que faire ?

Y a-t-il moyen d’échapper à ces graves prévisions, et de sortir de ce système sans issue ?

C’est la question que s’est posé Édouard Tétreau.

Il s’en est ouvert dans un livre (au-delà du mur de l’argent/éditions Stock). lien

« Acceptez vous passivement que votre gérant de fonds continue d’investir sans pénalités dans des pays pratiquant la peine de mort ? Dans des entreprises qui font travailler des enfants indirectement, ou directement ? Dans d’autres qui massacrent notre environnement ? Est-ce un placement humainement responsable d’investir dans une multinationale abusant des paradis fiscaux pour payer le moins d’argent possible aux états – et donc appauvrir ainsi notre capacité à nous protéger (police, défense), nous soigner (hôpitaux publics), éduquer nos enfants ? Des paradis fiscaux qui sont aussi des lessiveuses d’argent sale, où les noms les plus estimables côtoient narcotrafiquants et terroristes ? Il n’est pas nécessaire d’attendre un effondrement pour dessiner les plans d’un nouvel édifice  ». lien

Hélas pour la France, ce président que nous avons choisi en 2012 semble bien avoir oublié sa déclaration de guerre lorsqu’il désignait le monde de la finance… ses guerres sont maintenant vraisemblablement ailleurs, et ses explications laborieuses manquent de conviction.

Cette vidéo pleine d’humour le démontre bien.

C’est peut-être pour ça que naissent régulièrement des mouvements, se disant souvent « apolitiques », comme par exemple « la transition  », né le 17 janvier 2016, et qui déclare : « comme 3 français sur 4, nous ne voulons plus ni de Hollande, ni de Sarközi, et nous ne voterons pas Le Pen ».

Il y en a d’autres, comme par exemple l’association « voix de gauche » lancée par Philippe Noguès, député breton et frondeur du PS qui a récemment claqué la porte de son parti… ajoutons-y « le mouvement commun », sous la houlette de Cécile Duflot Pouria Amirshahi, Laurent Baumel, Pascal Cherki, et Pierre Laurent, qui se veut un Podemos à la française…lien

Il y a eu aussi « nouvelle donne » qui semble être hélas en mauvaise posture…lien

Mais tous ces nouveaux mouvements qui émergent, au lieu de se disperser, ne devraient-ils pas se rassembler, afin d’avoir une chance de s’imposer, et de changer la donne ?

Mais pour conclure sur le chapitre des banques, comme dit Pierre Rabhi, mon vieil ami d’origine africaine : « le lion ne prélève pas au-delà de ce qui lui est nécessaire, il n’a pas besoin d’entrepôts, ni de banques d’antilopes  ». 

L’image illustrant l’article vient de tpe-crise-entreprise

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

t’as pas mille balles ?

1000 € pour tous…utopie ou nécessité ?

le salaire du bonheur

Que les gros salaires lèvent le doigt

Elle est poubelle la vie ?!

Nos rêves seront vos cauchemars

Totnes enlève le haut

Le triomphe de l’utopie

L’argent par les fenêtres

La fable du « ruissellement »

La fable du modèle allemand

Au doux pays de l’autarcie

L’odeur nauséabonde de l’argent

Travailler ? Moi jamais !

Mon village en utopie

L’homme jetable

Salauds de pauvres


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • colere48 colere48 22 janvier 10:49

    Tiens ! Revoilà la crise...

    Tiens ! Revoilà cabanel...

    et les incantations....
    Yaka, yanapa,yaveka, yfodra, yapuka, yreska,yakapa, yoraka, yzonka, yfokon, yfolferfer


    • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 11:21

      @colere48
      vous oubliez faux Q

      ou faut qu’on
       smiley

    • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 janvier 16:56

      @olivier cabanel


      Olivier, vous faites ici, sans le dire, l’analyse critique d’une philosophie qui dit que la vie sur terre consiste à réussir des projets économiques.

       

      Votre petit dessin illustre parfaitement cette philosophie, laquelle impose un système politico-économique ou économico-politique engendrant tout naturellement, très logiquement, des « crises » qui n’en sont pas vraiment.

       

      Votre article devrait donc être titré "Tiens ! Revoilà une crise interne".

       

      Le seul « économiste » sérieux est ici celui qui n’en est pas un, votre ami d’origine africaine, le respectable philosophe humaniste de vos toutes dernières lignes.



    • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 23:18

      @Pierre Régnier
      en effet, personnellement je pense qu’une vie réussie ne passe pas par la réussite de projets économiques.

      et Pierre Rabhi donne clairement la ligne que, à mon humble avis, devrions tous suivre.


    • Robert GIL Robert GIL 22 janvier 11:33

      La crise est un super prétexte pour exacerber l’obsession pour le coût du travail, mais pas du capital. La compétitivité elle-même (maintes fois invoquée) n’est-elle pas une notion floue désignant la capacité d’un pays et de ses entreprises à affronter la concurrence ? En privilégiant une compétitivité par le bas – en réalité dévaluation interne – qui consiste à baisser les prix à l’exportation tout bonnement en diminuant les coûts à la production. Le débat public se concentre donc sur le coût du travail tandis que le coût du capital n’est jamais évoqué, alors que les revenus nets distribués représentent aujourd’hui 10 % de la valeur ajoutée des sociétés non financières. Ce niveau historiquement record depuis la Seconde Guerre mondiale, par rapport à 5,5% en 1999, permet de conclure que la part dévolue aux actionnaires a donc crû dans des proportions considérables ces douze dernières années. Autrement dit, la complainte patronale faisant de la baisse du taux de marge la raison profonde des faibles investissements et du moindre effort en matière de recherche et développement ne tient pas la route. Elle passe en effet sous silence la part de plus en plus lourde que les entreprises choisissent de distribuer aux propriétaires de capital, quelle que soit l’intensité de la crise économique et financière...lire la suite


      • BA 22 janvier 11:53

        Mardi 12 janvier 2016 :

        Le ministre allemand du développement  : « 8 à 10 millions de réfugiés sont en route. »

        « Seulement 10% des réfugiés en provenance de Syrie et de l’Irak ont atteint l’Europe jusqu’à présent, et 8 à 10 millions d’entre eux sont encore sur le chemin. »

        Cette déclaration, c’est celle du ministre allemand du Développement, Gerd Müller (CSU), auprès du journal Bild am Sonntag.

        http://www.bild.de/politik/inland/dr-gerd-mueller/erst-zehn-prozent-der-fluchtwelle-ist-bei-uns-angekommen-44081514.bild.html

        Qui sont les quatre cavaliers de l’Apocalypse ?

        Pour l’année 2016 en Europe, les quatre cavaliers de l’Apocalypse sont :

        - la crise des réfugiés

        - le terrorisme

        - la montée des populismes

        - la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

        Manuel Valls et Jean-Claude Juncker ont eux-mêmes annoncé la couleur :

        en 2016, la zone euro et l’Union Européenne risquent de se disloquer.

        Jeudi 21 janvier 2016 :

        Davos : Manuel Valls craint une « dislocation du projet européen. »

        Le Premier ministre a évoqué la possibilité d’une « dislocation » de l’Union européenne, ce jeudi depuis le Forum économique de Davos.

        Le chef du gouvernement, qui s’exprimait avant une intervention du Premier ministre britannique David Cameron, a évoqué le risque d’une « dislocation du projet européen » à « très court terme », dans « les mois qui viennent », évoquant tour à tour « crise des réfugiés, terrorisme, montée des populismes et le potentiel Brexit, soit la sortie du Royaume-Uni de l’union ».

        http://www.lexpress.fr/actualite/politique/davos-manuel-valls-craint-une-dislocation-du-projet-europeen_1755867.html

        UE : si Schengen s’effondre, l’euro sera menacé, dit Juncker.

        « Si l’espace européen Schengen de libre circulation venait à disparaître, c’est la monnaie unique, l’euro, qui serait rapidement menacé », a déclaré mercredi à Strasbourg le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

        http://www.zamanfrance.fr/article/ue-si-schengen-seffondre-leuro-sera-menace-dit-juncker-19628.html


        • zygzornifle zygzornifle 22 janvier 13:14

          elle est comme Copé, on la fout a la porte et elle revient par la fenêtre.....


          • HELIOS HELIOS 22 janvier 13:19

            ... si l’Europe (UE) s’effondre, c’est que ce n’était peut-être pas le bon modèle !


            Une structure approuvée par la majorité de ses citoyens et dirigées par des gens compétents, peut rencontrer des difficultés mais ne sera jamais remise en cause et ne s’effondrera pas.

            Alors les propos de Valls ne sont que bruit, comme sa précédente sortie sur la guerre civile !

            Quand a encenser un futur parti ou simplement un think tank ou Cecile Duflot serait supporter, cela laisse entrevoir immédiatement le niveau de réflexion et surtout la viabilité de l’action !!!

            Allez, zou, on efface et on recommence : on attend encore une article sérieux dans ce contexte d’actualité !

            Bonne journée a tous, y compris évidement, a l’auteur !

            • Jason Jason 22 janvier 16:05

              @HELIOS
              Voilà qui me paraît bien péremptoire. Ainsi, d’après vous « Une structure approuvée par la majorité de ses citoyens et dirigées par des gens compétents, peut rencontrer des difficultés mais ne sera jamais remise en cause et ne s’effondrera pas. » Ce qui gêne ici c’est le terme approuvée, hautement contestable quant aux conditions de cette « approbation ». Donc, la structure du IIIème Reich, l’URSS de Staline, sans oublier celles de Franco, de Salazar, et d’autres, se seraient effondrées faute de soutien populaire, ce qui est faux !

              Par ailleurs, je ne crois pas, contre l’avis de M. Valls, que la sortie de l’UE de la Grande Bretagne sonne le glas de l’Europe, ni que la fin des accords de Schengen, comme le soutient M. Juncker signifie la fin de l’Euro. Le système du tout ou rien qui sous-tend l’UE ne fonctionne pas de toutes façons. Une hypothèse d’une cause unique soulignée par ces deux responsables n’est qu’une fable pour les ânes et les petits enfants ! les causes de l’effondrement de l’UE seront multiples et n’auront rien à voir avec les Cassandres ou prophéties à la mode.

               Il reste les bons vieux traités, par secteurs, comme cela avait été le cas lors de la formation du Pool charbon-acier à la fin de la 2ème guerre mondiale. Demandez les nouveaux traités ! Demandez... ! Les troupeaux de juristes et de sauveurs improvisés se pressent déjà aux portes.

              Post scriptum : à l’auteur : regardez sous : Cycles de Kondratiev et vous aurez une idée de la nature de la bête.


            • olivier cabanel olivier cabanel 23 janvier 08:57

              @HELIOS
              de toutes évidence, cette Europe n’est pas le modèle souhaité.

              tant qu’il n’y aura pas au moins un smic européen, de la main d’oeuvre bon marché viendra prendre des emplois dans les pays plus riches, lesquels vont du coup s’appauvrir, privés de plus en plus d’emplois, donc de pouvoir d’achat, dont de baisse de l’activité des entreprises, donc suppressions supplémentaires d’emplois...une chute sans fin...

            • julius 1ER 23 janvier 17:20

              de toutes évidence, cette Europe n’est pas le modèle souhaité.

              tant qu’il n’y aura pas au moins un smic européen, de la main d’oeuvre bon marché viendra prendre des emplois dans les pays plus riches

              @olivier cabanel

              oui mais quel modèle les gens veulent-ils ????
              un modèle plus libéral/ capitaliste ou un modèle plus social/socialiste ????

              je crois que le faux/cuïsme ou schyzophrénie comme modèle a de beaux jours devant lui !!!

            • rhea 1481971 22 janvier 14:47

              Normal les banques sont sur pyramide de Ponzi de crédit, l’équation d’une pyramide de Ponzi est une équation différentielle du 1er ordre, à voir les commentaires les gens qui dans leur vie ont résolu des équations différentielles sont plutôt rares et il faut une feuille de papier et un stylo car avec un ordinateur c’est impossible. Une pyramide de Ponzi il faut l’alimenter en permanence. Si le consommateur demande moins de crédit, le mot d’ordre aux entreprise est de relancer l’investissement, or il n’y plus d’entreprise qui peuvent s’autofinancer , donc elles empruntent. Il faut regarder le film « La banquière » vous aurez une idée du résultat dans l’avenir.


              • gaijin gaijin 22 janvier 17:27

                salut olivier
                la crise ?
                moi ma première crise j’avais 6 ans ( 73 ) depuis j’en ais vu je sais pas au juste ......une chose est sure j’ai vécu plus longtemps en crise que le reste du temps
                alors bon .....la prochaine ? chouette je savais même pas qu’on était sortis de la précédente ( celle de 2008 qui devait pas toucher la france et finir en 2010, 2011 , 2012 là on a loupé l’occase de la fin du monde mais on a aussi cessé de parlé de la fin de la crise ça commençait a se voir .........
                bon maintenant on a l’état d’urgence, ça change mais c’est pareil : on sait pas quand ça finit .......mais on sait où, quand il y a urgence et que ça sent la merde en général ça finit aux chiottes ......enfin vaut mieux ....( moi j’dit ça j’dit rien ......faites comme vous voulez .....m’enfin bon ....)

                y à le pote michel la haut y te donne le bonjour ( tu lui rendra )

                https://www.youtube.com/watch?v=kYO9OUOBItg
                « parait que la crise ça rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres ......je vois pas en quoi ça change de d’habitude »

                 smiley


                • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 23:26

                  @gaijin
                  oui, c’est assez bien vu comme résumé.

                  la crise en effet ne fait qu’accentuer le fossé qui sépare les riches des pauvres ;
                  mais notre but est il d’être riche ?
                  riche financièrement
                  et si la richesse était autre.
                  et si nous devrions imaginer d’autres alternatives que celle d’une « réussite sociale » ?
                  il serait temps que chacun réalise que nous devons changer de paradigme.
                  merci de ton commentaire


                • gaijin gaijin 23 janvier 07:36

                  @olivier cabanel
                  oui changer de paradigme ...........mais les riches eux ils veulent pas et comme ils possèdent les armées , les polices , les partis politiques , les médias, les écoles .............
                  on n’est pas rendus ............
                  ce qui n’ empèche bien sur pas d’essayer


                • olivier cabanel olivier cabanel 23 janvier 09:00

                  @gaijin
                  c’est tout l’intérêt des riches de partager plus équitablement la richesse.

                  les plus pauvres, privés d’un minimum de revenu consomment de moins en moins, et du coup les entreprises s’appauvrissent... les actionnaires aussi.
                  s’ils étaient dotés d’une parcelle d’intelligence, ils arrêteraient de se tirer des balles dans le pied.
                  seul la mise en place du RDB pourrait changer la donne.
                  mais ce n’est que mon modeste avis.
                   smiley

                • raymond 2 22 janvier 18:11

                  Par moment je me demande si un bon orage magnétique ne serais pas la solution au moins on retournerai à l’age de pierre et cela serait très positif pour notre povre planète. Bon ce soir j’ai picolé !


                  • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 23:27

                    @raymond 2
                    hips !

                    l’age de pierre ?
                    je ne sais pas....
                    l’age de la sagesse, je pense que c’est un peu mieux.
                    et, bonne nouvelle, il n’est jamais trop tard pour commencer.

                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 janvier 18:30

                    B’jouratous,
                    « podemos », traduction en zunien « yes we can » donc méfiance. Ce parti est soutenu par les grands médias du tv show où il n’y a de place pour aucun petits.
                    Le FN, petit parti né en 8O a mis trente ans à arriver au sommet, mais est désormais bourré d’opportunistes prêts à prendre la valise de billets le soir de la victoire et adieu les belles promesses.
                    Les petites formations perdantes mettront peut être trente ans pour enfin sortir la tète de l’eau, mais il en sera de mème de leur composition corrompue et pourtant, si tout le monde votait pour les ptites formations perdantes, c’en serait fini des dominants. Allez courage, on a plus 3O ans devant nous  !
                    Qui sait gagner est un malin, qui sait perdre est un homme ! André Prévot 1913.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 23:31

                      @Lisa SION 2
                      pas si simple chère Lisa.

                      pourtant il y a un espoir
                      le monde change, tout est histoire de vibration, 
                      je remarque que de nombreux humains se réveillent.
                      je ne lis pas dans le marc de café, de toute façon illisible, mais je pense que la goutte d’eau devrait bientôt faire déborder la vase.
                       smiley

                    • soi même 22 janvier 19:37

                      Le propre d’une pensé sénile est de pas voir que l’on n’est plus dans les mêmes paramètres de ce que l’on pense avoir appréhender un jour par rapport au constat de l’instant que l’on dénonce certes avec justesse et en même temps ce que l’on dénonce ne peut être que stérile est destructeur, car en aucun cas cela répond réellement à ce qui est véritablement demander... !

                      Si ce m’est que flatté son ego de son importance vacuité..... !

                       


                      • Le421 Le421 22 janvier 20:08

                        Le constat est simple et triste.
                        Tous ceux qui se présentent comme de grands économistes et ont pignon sur rue à la télé comme dans les assemblées de tout genre ne sont que des Stavisky en puissance.
                        Ils vivent sur la bêtise, non, la connerie des petites gens qui les écoutent et qui souvent les badent ou les élisent même.
                        Il faut apprendre à se désolidariser de ce ramassis d’escrocs, faire comme le préconisait Cantona, virer son pognon, aussi peu que ce soit, des banques et ainsi de suite.
                        Notre force n’est pas dans ce que nous faisons, nous, les petits, les négligeables, mais dans ce que nous refuserons de faire à l’avenir.
                        Revenir à des valeurs essentielles. Se dire en permanence : « Ce machin, en ai-je vraiment besoin ? »

                        Et là, mes amis, mes frères, on va leur semer un bordel comme ils n’ont jamais vu.
                        Un magnat du pétrole n’est un magnat que parce que vous roulez avec votre voiture sans trop y regarder. Sinon.
                        Les politiques n’ont de puissance que celle que vous leur donnez.
                        En fait, ce sont des blaireaux !!


                        • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 23:35

                          @Le421
                          oui, je suis d’accord.

                          Cantona bien éclairé sur le sujet avait proposé autre chose :..videz vos comptes (pour ceux qui en ont encore), changez vos modes de fonctionnement, oubliez l’ancien système ;
                          partage, échange, solidarité, etc 
                          et surtout ne pas baisser les bras.
                          le système est moribond, il suffit de lui donner le coup de grâce.
                           smiley

                        • Le421 Le421 23 janvier 09:01

                          @olivier cabanel
                          Et à ce sujet, je dis souvent que le merdier dans lequel nous évoluons, en réalité, nous en sommes collectivement responsables...
                          En tant qu’engagé en politique, dans un mouvement alternatif de gauche* (je vois les sourires pointer !!), j’essaie d’apporter tout ce que je peux pour convaincre mes concitoyens.
                          Malheureusement, j’ai découvert que l’abrutissement est généralisé.
                          On ne réfléchis plus, on « smartphone » !!
                          Tous ces zombies qui errent dans les rues en parlant à leur oreillette ne voient plus celui ou celle qui est à côté d’eux.

                          *Depuis 60 ans, je n’ai jamais vu la gauche au pouvoir en France et je ne la verrais jamais.
                          Mais, puisque ça semble plaire à la majorité...


                        • olivier cabanel olivier cabanel 23 janvier 09:06

                          @Le421
                          j’irais plus loin... la révolution française n’a pas encore eu lieu.

                          1789 a été un échec
                          1791 aussi
                          la commune aussi
                          la grande bourgeoisie s’est simplement débarrassé de la monarchie pour imposer la sienne.
                          on ne peut pas appeler ça une révolution.
                           smiley

                        • soi même 24 janvier 19:54

                          @olivier cabanel, C’est quoi une Révolution ?
                           smiley


                        • Sozenz 22 janvier 22:12

                          Apres les commentaires de Robert Gil et Gajin , je pense que l on sait où nous en sommes ^^

                          La crise,
                          ce mot qui fait trembler gouvernements et citoyens,

                          mais pour juste reprendre un petit truc .... ça fait trembler qui ?
                           euhhhhhhhhhhh .... le peuple surement .
                           les autres ....

                          Franchement.... monsieur Cabanel..  smiley
                          Je pense même que la femme de l ancien dirigeant grecque (M. Tsipras) le faisait plus trembler que la crise . rhaaaaaaaa , les femmes !!  smiley


                          • olivier cabanel olivier cabanel 22 janvier 23:37

                            @Sozenz
                            ah les femmes !... bien sur, bien sur.

                            un humour décalé, j’imagine ?
                             smiley

                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 23 janvier 01:06

                            Bonjour Olivier,
                            .
                            L’histoire à démontre qu’un empire à une durée de vie d’environ 250 ans ou 10 générations puis il finit par s’effondre ....
                            A la fin on fini par détruire les services publics ou les riches se disputent le bulletin , ... un autre signé est l’énorme augmentation de la disparité entre les riches et les pauvres, ... la dévaluation de la monnaie, ....
                            .
                            Les romains étaient constamment divertis par les combats de gladiateurs, et les politiciens les savaient.
                            Chaque fois qu’il avait un mal-être du peuple, ils organisent un grand événement.
                            Et c’est pour cela aujourd’hui qu’aux U.S.A. par exemple, vous trouverez une immense mise en avant de tout type de programmes télévisées,
                            qui distraient le gens de tout ce qui est réellement en train de se passer.
                            .
                            Le sport est important pour cela, comme lorsqu’il y avait les gladiateurs.
                            .
                            Concrètement, on nous a fait plonger dans une léthargie et la plupart de gens l’ont accepté, malheureusement.
                            .
                            Il y à six étapes qu définissent un empire ...
                            .
                            Un reportage fort intéressant à regarder sur les empires :
                            https://www.youtube.com/watch?v=zJQ_ibkD78Q
                            .
                            .


                            • olivier cabanel olivier cabanel 23 janvier 09:03

                              @eau-du-robinet
                              oui, une léthargie évidente du peuple

                              mais jusqu’à quand ?
                              le peuple tunisien s’est tu pendant 5 ans, et semble sortir de la léthargie...
                              l’eau de la bassine dans laquelle se baigne la grenouille française est de plus en plus chaude,
                              elle s’est habituée à cette montée en température, mais il y aura un moment ou elle devrai sortir de sa léthargie, si elle en a encore la force...
                               smiley

                            • elpepe elpepe 23 janvier 01:59

                              oui l Europe et le systeme en place de la dette va s effondrer, plutot une bonne nouvelle, car un modele injuste, anti democratique, et mafieux
                              La mauvaise nouvelle est que l on a rien prevu pour le remplacer, et surtout pas planifier la chute de l ancien regime, alors le chaos en 2014 a bien plus de consequence qu au XXiem siecle, chaud devant, esperons que l improvisation sera au RDV,
                              Valls vient de retourner sa veste et couper le cordon avec mou du gland, remaniement de gouvernement dans les semaines a venir, je parie sur ce Forum, il y a des preneurs ?
                              Accrochez vous au mat 2016, je mets mes couilles sur la table, mais c est le grand soir


                              • Clojea Clojea 23 janvier 13:57

                                Salut Olivier. Merci pour l’article. Multiples facettes que cette crise fabriquée de toutes pièces par nos gouvernants. Depuis 2008, les médias nous parlent chaque jour de la crise. Chaque jour que Dieu fait. D’une part, çela a donné un blanc seing aux gouvernants pour augmenter les impôts, ainsi qu’à l’industrie agro alimentaire pour tout augmenter, mais aussi aux braves gens lambda pour ne plus consommer ou mal consommer. ( exemple donner de l’argent aux hypermarchés mais plus aux petits commercants etc...). Tout ceci n’est que l’œuvre d’un gouvernement mondialiste voulu par une clicque de financiers et de politiciens sous l’égide des USA, avec l’accord passif ou actif de pas mal de citoyens. Bien à toi.


                                • olivier cabanel olivier cabanel 23 janvier 14:18

                                  @Clojea
                                  pas mieux !

                                  merci
                                   smiley

                                • olivier cabanel olivier cabanel 23 janvier 14:17

                                  @ tous

                                  une vidéo à ne pas rater

                                  • gaijin gaijin 23 janvier 18:54

                                    @olivier cabanel
                                    on se demande s’il faut en rire ou en pleurer mais c’est a peine caricaturé ...............a ressortir bientôt la« présidentielle » pour élire le gouverneur de l’état américain france devrait nous en fournir l’occasion


                                  • Gauche Normale Gauche Normale 23 janvier 17:02

                                    C’est sûr que pour tous ceux qui ont cru en la propagande des médias sur telle ou telle reprise aux USA, en Espagne, en France... la chute est raide. Eh oui, la crise capitaliste continue ! Les multinationales du monde entier continuent de faire payer aux populations la baisse (le plus souvent fantasmée) de leurs profits pour maintenir rémunérations et dividendes.


                                    Les gouvernements en sont totalement complices. Et je ne pense pas qu’il en sera autrement avec un Podemos au pouvoir : celui-ci a clairement soutenu le virage à droite de SYRIZA au nom de la « solidarité ».

                                    Ça ne m’inspire aucune confiance. Je crois plus que jamais que nous n’obtiendrons que ce que nous arracherons. N’attendons pas poliment qu’on nous donne le droit de vote (c’est-à-dire, de choisir entre un bourreau ou un tortionnaire).

                                    • olivier cabanel olivier cabanel 24 janvier 10:59

                                      @ tous

                                      le conseil d’un pro !

                                      • confiture 25 janvier 10:51

                                        @olivier cabanel
                                        enfin Olivier ! un prévisionniste qui a les mains dans le pot de confiture et qui affirme qu’il va y avoir une crise sans donner de période ?


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 25 janvier 11:34

                                        @confiture
                                        dans l’article, la plupart des experts évoquent « une imminence »...

                                        c’est quand même assez précis, non ?
                                         smiley

                                      • armand 25 janvier 20:10

                                        @olivier cabanel
                                        imminence mon cul ! les prédictions de crises n’arrètent pas, cela devait être en octobre ( par un hyper spécialiste) puis rien puis etc etc qu’il y ait les ingrédients d’une crise , évidement,mais tout change tout le temps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès