Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Tout n’est plus possible chez IKEA

Tout n’est plus possible chez IKEA

 Tout n’est plus possible chez IKEA[1]. Mars 2012, la Direction centrale de la police judiciaire française enquête sur la plainte du syndicat FO pour « utilisation frauduleuse de données personnelles » contre le géant suédois IKEA France dans le cadre de soupçons de surveillance illégale de salariés et de clients. En raison du climat ambiant régnant entre les salariés et quelle que soit l’issue donnée à ce procès IKEA France affronte donc une situation de crise en communication interne rejaillissant en externe. Mais quel est donc le profil type du salarié d’IKEA France révélateur d’une « faiblesse » communicationnelle interne ?

Des travailleurs uniques et collaboratifs

Dans une première partie du site ikea.fr (mars 2012), les communicants décrivent l’héritage suédois qui doit « beaucoup aux origines de IKEA, au Småland, dans le sud de la Suède, où les gens ont la réputation de travailler dur, de vivre avec de petits moyens et de tirer le meilleur parti de leurs ressources limitées[2] ». La présentation officielle de ce géant de l’ameublement permet donc de mieux saisir l’image de la société qui demande à ses salariés d’œuvrer sans compter (travail le dimanche, les jours fériées, le soir…), sans attendre de salaire important (faibles moyens) et de ne pas bénéficier d’aide (contrat éventuellement précaire…) dans la réalisation de leur travail qui exige néanmoins qu’il soit mené efficacement et avec profit pour l’entreprise. 

La lecture de quelques autres pages de la même interface sociale comprend différentes informations écrites qui définissent les qualités requises pour le salarié potentiel du géant suédois. Elles annoncent effectivement que « le dernier magasin IKEA ouvert à Avignon compte 21 nationalités différentes ». Si de nombreuses entreprises se glorifient avec raison de cette ouverture symbole d’avancée et d’échanges, il est néanmoins intéressant de se questionner sur les objectifs qui poussent la direction des ressources humaines d’IKEA à employer autant de personnes à l’identité administrative mais aussi culturelle différentes dans un lieu où la clientèle locale (Avignon) ne requiert pas de multiples compétences linguistiques. Cet acte d’ouverture et d’internationalisation non justifié sur le site web laisse donc penser aux inconvénients possibles. En effet, avec autant de personnels aux pratiques linguistique et culturelle différentes, il est envisageable que des échanges d’informations ne permettent pas la cohésion interne des salariés (situation de précarité due à la rotation, impossibilité de cohésion…). Le géant de l’ameublement valorise donc l’aspect transculturel de sa société et souhaite « apparaitre comme un ensemble homogène[3] » dans la diversité sans pour cela proposer de manière évidente des actions de communications internes aux salariés convoquant la création de liens relationnels entre eux.  

Enfin, toujours sur ce même site, l’entreprise suédoise annonce recruter des « collaborateurs uniques, travailleurs et enthousiastes[4] » mais prévient -grâce à un test à réaliser en ligne- que certaines valeurs « que vous estimez importantes peuvent ne pas exister chez nous[5] ». Dans ce cas, comme IKEA indique posséder « une culture unique » reposant sur « l’ouverture aux influences pertinentes[6] » et que les salariés doivent « travailler de façon collaborative[7] » certains cadres de la direction se seraient-ils alors inspirés de techniques spécifiques leurs permettant d’obtenir des conseils et des informations privées sur certaines personnes contre le respect le plus élémentaire du droit à la vie privée : des soupçons d’espionnage du personnel et de la clientèle pesant en ce moment même sur le groupe en France ?

Ikea possède une culture unique

En l’absence d’une communication claire et rapide, l’entreprise ne risque-t-elle pas de voir affaiblir son image au pire au travers elle, celle culturelle et sociétale du Royaume de Suède ? Si, quelques années auparavant, la condamnation à 30000 euros d’amende pour destruction d’espèces protégées[8] avait marqué les esprits un certain temps, si la fondation Ikea placée en partie dans des paradis fiscaux a aussi déclenché de nombreux scandales en Suède, ces répercussions médiatiques et communicationnelles avaient été traitées rapidement permettant aux clients comme aux salariés d’IKEA de fermer rapidement les yeux sur les activités contradictoires du géant suédois.

En raison de cette dernière affaire présupposée d’espionnage, le premier distributeur mondial de meubles et d’articles de décoration, plusieurs fois mis en doute et condamné dernièrement subit donc des problématiques communicationnelles. L’image de marque de cette multinationale souffre ; Si une gestion de crise n’est pas habillement et rapidement menée en communication, il est probable que rejaillissent des impacts négatifs importants tant en interne (souffrance au travail, maladie, délai d’exécution plus long, affaiblissement des cadres…) qu’en externe (baisse de la qualité de l’image, baisse des ventes…). A moyen terme donc, les relations internes comme les campagnes de communication à venir tenues par l’entreprise du Royaume du Suède risquent d’être transformées en sa défaveur. En effet, le géant suédois ne promet-il pas que « tout est possible chez Ikea » et que « vous ne trouverez rien de comparable ailleurs[9] » ...

JAUFFRET Marie. Consultante en communication. Nice. Mars 2012


[1] Slogan campagne 2012 « Tout est possible chez Ikea », http://www.ikea.com/ms/fr_FR/jobs/simply_ikea/possible.html (06 mars 2012)


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Yvance77 14 mars 2012 17:27

    Salut,

    De toute façon, il n’y a pas à se montrer surpris. C’est la logique et la finalité de toutes ces boites et grands groupes. « Business is business » et par tous les moyens possibles, y compris ce qui flirtent avec la légalité ou l’enfreignent carrément.

    De Walt Mart à Carrefour, en passant par Virgin... tous ont cette volonté de fliquer la race de fainéants que sont leurs employés. Les rendre corvéables à souhaits est leur credo. Sans oublier le divin manager charger de distribuer les coups de schlague. Celui sur lesquelles les directions comptent pour venir servir leurs bas et vils instincts.

    L’univers du travail n’est plus un lieu d’accomplissement depuis toujours an fait, sauf à vivre de sa passion et de ses mains.


    • restezgroupir44 restezgroupir44 14 mars 2012 17:49
      Un travailleur est un esclave à temps partiel. C’est le patron qui décide de l’heure à laquelle il vous faut arriver au travail et de celle de la sortie - et de ce que vous allez y faire entre-temps. Il vous dit quelle quantité de labeur il faut effectuer, et à quel rythme. il a le droit d’exercer son pouvoir jusqu’aux plus humiliantes extrémités. si tel est son bon plaisir, il peut tout réglementer : la fréquence de vos pauses pipi, la manière de vous vêtir, etc. Hors quelques garde-fous juridiques fort variables, il peut vous renvoyer sous n’importe quel prétexte - ou sans la moindre raison. Il vous fait espionner par des mouchards et des chefaillons, il constitue des dossiers sur chacun de ses employés.




      • Cedric Citharel Cedric Citharel 15 mars 2012 12:30

        Et pour un scandale comme celui d’IKEA désormais public, combien de grosses boîtes continuent à louer les services de sociétés de renseignement privées en toute impunité  ?

        Les barbouzes gangrènent le système économique, médiatique et politique.

        En Suède, un tel scandale aurait entraîné la démission du directeur, mais en France, on se contente de juger les lampistes, qui n’ont plus qu’à rouvrir leur société sous un autre nom tandis que les donneurs d’ordres jouent les oies blanches...


        Quelques exemples supplémentaires dans
        http://www.edkiro.fr/on-les-croise-parfois.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

JAUFFRET


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès