Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Trois pistes pour sortir de la crise

Trois pistes pour sortir de la crise

En pleine crise financière, il est important de prévoir un plan de sortie de crise pour que la France reste une puissance économique non négligeable et que l’Europe garde sa compétitivité économique.

Pour redresser notre économie, il parait pertinent de suivre trois directions particulières : (1) cesser de se concentrer uniquement sur les grandes entreprises, (2) miser sur le développement durable, (3) développer les technologies de l’information et de la communication (TIC).

Soutenir les PME, PMI, ETI

De nombreux candidats à l’élection présidentielle proposent dans leurs programmes d’améliorer les aides aux PME et PMI qui payent beaucoup de taxes alors qu’elles sont essentielles pour l’économie française et particulièrement créatrices d’emploi. Elles irriguent le tissu économique locale et structurent des pans entiers de nos territoires. Or en France, les politiques économiques avantagent bien souvent les gros groupes. On ne sortira grandis de la crise qu’avec une forte politique d’aide aux PME et PMI, qui sont moins fragilisées par la spéculation.
 
Moins connues, les entreprises de taille intermédiaire (ETI) ont été particulièrement résistantes à la crise. Une étude réalisée par KPMG, cabinet français d'audit, d'expertise comptable et de conseil, explique ainsi que seulement 13 % de ces ETI ont vu leur chiffre d’affaires diminuer sur les trois dernières années, période d'intense crise économique. Une résistance qui justifie donc un soutien important en faveur de ces ETI, d'autant plus que ces entreprises sont les plus à même de conjuguer capacité d'innovation et pénétration des marchés étrangers.
 
Dynamiser le développement durable

« La crise actuelle aura peut-être, en définitive, permis d'asseoir une des conditions majeures permettant de faire passer le développement durable d'un slogan à une réalité économique », explique Corinne Lepage. En effet, depuis la crise financière, de nombreuses personnalités politiques considèrent que cette crise a prouvé les limites de notre système financier qu’il faut revoir sous le signe du développement durable.
 
Au-delà de cette prise de conscience, le développement durable permet de relancer les investissements, de motiver la recherche et de créer de nouvelles professions. Le Grenelle de l’environnement l’a bien compris : en approfondissant ses aides au développement durable, l’État compte booster un nouveau secteur dynamique et concurrentiel en France. L’apparition de nouveaux secteurs est toujours motrice de dynamisme économique pour les pays qui y investissent.
 
Développer les TIC
 
Les TIC représentent l’avenir de notre économie. L'économie numérique constitue d'ailleurs un secteur stratégique du programme "Investissements d'avenir". Avec l’avènement puis l’omniprésence de l’Internet, les TIC exercent une forte influence sur toutes les franges de notre économie. Ceux qui investissent aujourd’hui dans ces TIC seront de futurs leaders tandis que ceux qui les laissent de côté se mettent dans une future position de dépendance. Même les évolutions sociétales s’adaptent désormais à ces nouvelles formes de communication.
 
Par ailleurs, comme pour le développement durable, dès lors qu’il s’agit d’un secteur en construction, tout est à y faire et il peut donc être un facteur énorme de croissance. Enfin, ces TIC sont particulièrement importantes dans une économie de sortie de crise en termes d’emploi. Car ces évolutions technologiques ne peuvent être créées et/ou approfondies sans investissements dans la recherche ni utilisées sans une main d’œuvre spécialisée.

Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 24 septembre 2011 12:43

    ouai ouai 20 ans de retard,

    l’entreprise se termine, le travail est mort !


    le problème est politique, il serait temps de se réveiller : mais il est tard aussi L’état – de l’économique

    • Philippe MEONI Philippe MEONI 24 septembre 2011 18:38

      J’ai la nette impression que vous manquez cruellement d’informations au sujet de « la crise » que vous semblez gravement sous-estimer...
      Reportez vous aux nombreux articles de Paul Jorion, Frédéric Lordon, Jacques Sapir, Naomi Klein... entre autres...
      Analysez les faits, l’histoire et l’évolution des discours lénifiants de nos politiques pour vous apercevoir que loin d’être une crise, c’est une guerre politico-économique et le système, pour lequel vous proposez vos « solutions », tant prétentieuses qu’inutiles, est à l’agonie...
      Vous vous apercevrez certainement sous peu de la curie des multinatonales bancaires US lors des adjudications de tout ce qui deviendra privatisable en Grèce...
      Imaginez vous les conséquences, ou sinon, passez un moment pour relire l’histoire du Chili dans les années 70, puis de l’Argentine, trente ans après, et du Moyen Orient pour comprendre que notre lutte doit aller bien au delà de ce que vous proposez dans ligne droite de la démagogie ambiante...
      Je ne sais pas quel est votre âge, mais pensez bien que le modèle de société virtuelle que nous avons laissé se créer, basée sur le consumérisme et le gaspillage tire à sa fin, parce que, notamment, l’ère du pétrole « bon marché » est désormais révolue...


      • Kalki Kalki 24 septembre 2011 19:16

        Non ...

        il y a l’énergie ... vous aussi vous vivez dans un monde virtuel

        Il y a l’énergie, la force de travail surabondante

        et toute la nourriture qu’il faut, et il est possible de tirer encore un peu la production , et de faire produire meme dans les villes, memes dans les habitations.. et de limiter la démographie

        le problème n’est que POLITIQUE ...

        ou alors il y aurait quelque chose d’autre ... ... a vous de trouver


      • Peretz Peretz 27 septembre 2011 20:46

        A l’auteur ? C’est parfaitement exact. mais très insuffisant : il faut réguler la finance internationale et réparer les injustices, tout en redynamisant la croissance. Il y a du boulot.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès