Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > TVA sociale : surtout un moyen de réduire les déficits budgétaires sur le (...)

TVA sociale : surtout un moyen de réduire les déficits budgétaires sur le dos des particuliers…

La TVA sociale était une proposition initiale de campagne de Nicolas Sarkozy mais elle est restée en sommeil léthargique depuis 2007, après notamment les dégâts collatéraux occasionnés au second tour des élections législatives. La crise aidant, la voilà ressortie du chapeau à cent jours de la prochaine présidentielle.

Sous l’appellation de « TVA sociale », avant tout une formule de communicant à destination du « bon peuple », le but consiste à augmenter un peu plus les impôts indirects afin de réduire le déficit des budgets de l’Etat et de la Sécurité sociale, de compenser la diminution des recettes dues aux baisses d’impôts consenties aux plus fortunés et aux exonérations de charges accordées aux entreprises…

La taxe à la valeur ajoutée a été inventée en 1954 par un haut-fonctionnaire français de l’Inspection des Finances, Maurice Lauré. De simple taxe sur le chiffre d’affaires des entreprises, elle a été étendue en 1966 au commerce de détail par Valéry Giscard d’Estaing. La TVA est le principal impôt indirect qui correspondait environ à 48 % des recettes budgétaires de l’Etat en 2011 (130 milliards € sur un budget total de 272 milliards €).

Incorporée au prix, elle apparaît au bas de chaque ticket de caisse, le taux normal de 19,6% étant appliqué à la très grande majorité des produits de consommation et services. C’est l’impôt le plus injuste de tous. Pour un achat de 100 €, c’est près de 20 € qui sont reversés à l’Etat par le vendeur, une somme identique pour tous, RMiste comme cadre supérieur…Pour le conseil économique et social, le taux d’effort des 10% des ménages les plus pauvres est de 8,1% et celui des 10% les plus aisés seulement de 3,4% !

Nicolas Sarkozy et François Fillon, proposent aujourd’hui d’étudier à nouveau les modalités de sa mise en place. En quoi cela consiste-t-il ? Il s’agit de majorer le taux de TVA pour freiner la pénétration des produits importés, la différence avec l’ancien et le nouveau taux étant utilisé pour financer la Protection sociale. De nouvelles exonérations de charges pourraient être ainsi accordées aux entreprises, les exonérations actuelles (30 milliards € au total) compensées en partie. Dans cette optique, plusieurs dizaines de milliards d’euros passeraient à la charge des consommateurs !

La TVA « sociale », revient donc à alléger le coût du travail pour mieux résister à la concurrence internationale. Une partie du financement de la Sécurité sociale par les entreprises bascule ainsi vers les ménages, via une baisse des cotisations patronales. C'est ce qu'a appliqué notamment l'Allemagne depuis le 1er janvier 2007 avec 1 point sur les 3 de hausse du taux normal de TVA (de 16 à 19%) consacré au financement de la protection sociale. Les deux autres points servent à combler les déficits publics.


En France, les organismes de Sécurité sociale, dont les URSSAF concernés au premier chef par cette affaire, retiennent plutôt l'hypothèse d'une hausse de la TVA de deux points qui s'accompagnerait d'une baisse des cotisations patronales pour les entreprises et de la CSG pour les salariés.

Mais l’architecture de ce projet ne garantit en rien que la hausse de la TVA viendrait abonder les budgets sociaux ou augmenter le salaire net des salariés. Il est possible, sinon probable, que cette nouvelle recette vienne aussi combler le trou des déficits publics. Le doute est également entretenu sur le pourcentage d’augmentation qui varie de 1 à 5 points ! Certains membres de la majorité présidentielle évoquent même un taux qui pourrait être de l’ordre de 5 points. Si tel est le cas, la TVA principale passerait alors de 19,6% à 24,6%.

Cette réforme de la TVA est en outre très délicate à appliquer économiquement et comporte de nombreux risques. D’abord celui de freiner la consommation des ménages, principal moteur de la croissance française mais aussi celui, non négligeable, que les entreprises ne répercutent pas dans leurs prix les allégements de charges sociales.

Concernant le financement proprement dit de la Sécurité sociale, le président de la République et le Premier ministre répètent régulièrement qu’il n’y a que deux pistes pour résorber le déficit cumulé historique de 29,8 milliards € des régimes de base et du fonds de solidarité vieillesse (FSV) : la création de la TVA « sociale » ou l'augmentation de la CSG. Mais il existe une troisième voie qui consisterait à créer une sorte de cotisation universelle de Sécurité sociale, tous régimes et tous risques confondus pour remplacer les cotisation salariales et patronales actuelles.

La part des salaires dans la richesse produite chaque année ayant baissé de 10 points ces trente dernières années et les différentes prestations maladie, familiales ou vieillesse étant accessibles à tous les citoyens, le principe de solidarité nationale exigerait que soient mis à contribution l’ensemble des revenus des personnes physiques. L’actuelle CSG pourrait donc être fusionnée avec l’impôt progressif sur le revenu. C'est d'ailleurs une proposition de réforme du PS mais François Hollande vient d'annoncer qu'elle s'étalerait jusqu'à la fin du quinquennat...

La « CSG entreprise » aurait également des effets bénéfiques sur l’emploi, en particulier pour les PME souvent étranglées par les contraintes imposées par les « donneurs d’ordre ». Plusieurs syndicats sont pour cette raison, favorables à cette nouvelle assiette qui serait de surcroît beaucoup plus stable que l’assiette salaire. La confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) et l’Union patronale artisanale (UPA) y sont particulièrement favorables, à la différence du MEDEF. Mais cette piste sera sans doute écartée par Nicolas Sarkozy lors du prochain sommet social...

Aujourd'hui, au terme de ce quinquennat, la France compte 4,5 millions de chômeurs en incluant les DOM, 1 215 000 chômeurs supplémentaires depuis 2008 ! A cela, il faut ajouter trois millions de salariés précaires, trois millions de salariés à temps partiel, huit millions de personnes pauvres gagnant moins de 950 € par mois !

Dans un pays comme la France où les impôts indirects (TVA, TIPP et taxes diverses) représentent 65% des recettes budgétaires de l’Etat, l’augmentation de la la TVA est un non-sens économique et va accroître encore les inégalités sociales, déjà très grandes.

Cette politique économique et fiscale ressemble, à s'y méprendre, à celle de Margaret Thatcher ou de Georges Bush qui s’étaient fait, hier, les champions de la hausse de la fiscalité indirecte, de la baisse des impôts sur le revenu et de la quasi-disparition des droits de succession pour les familles les plus aisées...

Photo Creative Commons : TVA par Wikimédia (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:US-TennesseeValleyAuthority-Logo.svg)

Les réactions les plus appréciées

  • Gabriel (---.---.---.98) 18 janvier 2012 16:17
    Gabriel

    Vite, vite, vite avant de partir un petit cadeau aux entreprises avec un énième allègement de charges. Les consommateurs paieront cette surtaxe de TVA qui n’ira jamais remplir les caisses du social. Souvenez vous de la taxe sur les alcools et le tabac qui devait renflouer les caisses de la sécurité sociale, c’est passé ou ? Le hold up continu…

  • Laulau (---.---.---.37) 18 janvier 2012 16:45
    Laulau

     Les prix on augmenté de 2,5% en 2011 mais le gouvernement ne veut pas relever à 2,75 % le taux du livret A, sous pretexte que l’inflation devrait baisser dans les prochains mois.
    Et le même gouvernement parle d’ augmenter la TVA avant mars cette hausse de la TVA va peser sur les prix, c’est l’évidence.
    Pas un journaliste pour relever la contradiction ?

  • Gabriel (---.---.---.98) 18 janvier 2012 18:05
    Gabriel

    Peut-être peut on commencer par enlever le bouclier fiscal, taxer les transactions boursières dont la volatilité est égale ou inférieur à un mois (spéculation), taxer les bonus, retraite chapeaux et autres parachutes dorés, taxer les produits importés de pays sans protection sociale. Développer le formidable gisement d’emplois verts, relancer le logement, arrêter de matraquer les artisans et les petites PME avec des charges abusives car elles sont le seul employeur actuellement (Voir l’Allemagne que Nabot premier récite comme un mantra sans jamais en suivre l’exemple…) Faire participer les banques qui engrangent des milliard de bénéfice à l’effort collectif, diviser par deux le nombre des élus qui coûtent un fortune à la nation, interdire le cumul des mandats, contrôler les dépenses du président et de ses ministres, faire la chasse à tous les placards dorés de la république ou une bande de sangsue sont payés royalement à rien foutre, chasser le lobbying de l’assemblé et de sénat, etc etc.. Je continue ? Déjà avec cela, croyez moi, vous allez récupérer pas loin de 500 milliards que nous a coûté le quinquennat de l’inutile…

  • ROBERT GIL (---.---.---.175) 18 janvier 2012 16:33
    Robert GIL

    Un salarié perçoit un salaire net chaque mois, mais ce qui rétribue son travail c’est le salaire brut, c’est à dire un salaire socialisé qui permet entre autre de payer l’assurance maladie, la formation, les allocations familiales, le chômage, les retraites, la maternité… Le patronat appelle cette partie du salaire une charge alors que c’est notre protection sociale ! Cette part du salaire représente aujourd’hui 400 milliards d’euros L’instauration de la TVA «  sociale  » est destinée à remplacer cette partie du salaire payée par les employeurs par un impôt indirect payé pour l’essentiel par les salariés. Accepter cette TVA sociale, c’est accepter une diminution importante des salaires et à terme la destruction de toute notre protection sociale. Les retraites chapeaux, les stocks options et les parachutes dorés ajoutés aux dividendes des actionnaires ne sont-elles pas les vraies charges des entreprises ?.....
    http://2ccr.unblog.fr/2012/01/05/tva-sociale-baisse-des-salaires/


Réagissez à l'article

53 réactions à cet article

  • devphil30 (---.---.---.62) 18 janvier 2012 14:44
    devphil30

    Votre article est très juste mais le schizophrène est dos au mur alors il nous ressort son discours favori de l’action mais c’est surtout l’action dans la précipitation pour faire croire mais plus personne ne le crois..


    Philippe 
  • posteurfou (---.---.---.86) 18 janvier 2012 14:50
    posteurfou

    On appuie sur replay et on écoute ..Crdt ..

  • Gabriel (---.---.---.98) 18 janvier 2012 16:17
    Gabriel

    Vite, vite, vite avant de partir un petit cadeau aux entreprises avec un énième allègement de charges. Les consommateurs paieront cette surtaxe de TVA qui n’ira jamais remplir les caisses du social. Souvenez vous de la taxe sur les alcools et le tabac qui devait renflouer les caisses de la sécurité sociale, c’est passé ou ? Le hold up continu…

    • epapel (---.---.---.74) 18 janvier 2012 17:25
      epapel

      Je ne suis pas pour la TVA sociale, mais il faudra trouver quelque chose pour combler simultanément les déficits publics et du commerce extérieur.

      Et comment voulez-vous combler le déficit commercial si on n’améliore pas la compétitivité des produits soumis à la concurrence extérieure ?

    • Gabriel (---.---.---.98) 18 janvier 2012 18:05
      Gabriel

      Peut-être peut on commencer par enlever le bouclier fiscal, taxer les transactions boursières dont la volatilité est égale ou inférieur à un mois (spéculation), taxer les bonus, retraite chapeaux et autres parachutes dorés, taxer les produits importés de pays sans protection sociale. Développer le formidable gisement d’emplois verts, relancer le logement, arrêter de matraquer les artisans et les petites PME avec des charges abusives car elles sont le seul employeur actuellement (Voir l’Allemagne que Nabot premier récite comme un mantra sans jamais en suivre l’exemple…) Faire participer les banques qui engrangent des milliard de bénéfice à l’effort collectif, diviser par deux le nombre des élus qui coûtent un fortune à la nation, interdire le cumul des mandats, contrôler les dépenses du président et de ses ministres, faire la chasse à tous les placards dorés de la république ou une bande de sangsue sont payés royalement à rien foutre, chasser le lobbying de l’assemblé et de sénat, etc etc.. Je continue ? Déjà avec cela, croyez moi, vous allez récupérer pas loin de 500 milliards que nous a coûté le quinquennat de l’inutile…

    • epapel (---.---.---.74) 18 janvier 2012 18:50
      epapel

      Je vois que vous êtes très fort pour prendre de l’argent aux autres, mais pour produire des trucs vendables vous faites comment ?

    • Gabriel (---.---.---.7) 18 janvier 2012 21:33
      Gabriel

      Vous savez lire et vous comprenez ce que vous lisez ?

  • ROBERT GIL (---.---.---.175) 18 janvier 2012 16:33
    Robert GIL

    Un salarié perçoit un salaire net chaque mois, mais ce qui rétribue son travail c’est le salaire brut, c’est à dire un salaire socialisé qui permet entre autre de payer l’assurance maladie, la formation, les allocations familiales, le chômage, les retraites, la maternité… Le patronat appelle cette partie du salaire une charge alors que c’est notre protection sociale ! Cette part du salaire représente aujourd’hui 400 milliards d’euros L’instauration de la TVA «  sociale  » est destinée à remplacer cette partie du salaire payée par les employeurs par un impôt indirect payé pour l’essentiel par les salariés. Accepter cette TVA sociale, c’est accepter une diminution importante des salaires et à terme la destruction de toute notre protection sociale. Les retraites chapeaux, les stocks options et les parachutes dorés ajoutés aux dividendes des actionnaires ne sont-elles pas les vraies charges des entreprises ?.....
    http://2ccr.unblog.fr/2012/01/05/tva-sociale-baisse-des-salaires/

    • epapel (---.---.---.74) 18 janvier 2012 17:20
      epapel

      C’est pour ça qu’il vaut mieux prélever directement sur les revenus méthode CSG car les cotisations sociales patronales sont plafonnées pour la sécurité sociale.

    • Croa (---.---.---.58) 18 janvier 2012 22:25
      Croa

      Ce qui rétribue son travail c’est le salaire total (ce qu’il coûte), le « salaire brut » n’est qu’un truc virtuel inférieur au salaire total qui n’a qu’une utilité comptable, à savoir de laisser des traces dans la comptabilité des entreprises et aussi dans les papiers conservés par les salariés.

      Une partie du salaire est immédiatement et librement disponible pour le salarié, c’est le salaire net.
      L’autre partie du salaire est versée aux caisses sociales. Elle assurent les couvertures dont le salarié aura besoin.

      Le « salaire brut » a une autre utilité qui consiste à faire croire que les entreprises financent en partie les assurances sociales ou qu’elles auraient des « charges » indues à supporter, or rien n’est plus faux !

    • LeManu (---.---.---.33) 19 janvier 2012 10:10
      Emmanuel Aguéra

      Vous confondez salaire brut et salaire brut + part « patronale ».
      La part que le salarié reverse (env.25%, non ?) devrait en théorie suffire à l’assurer tous azimuts.
      Le patron devrait en théorie payer pareil au prorata de ce que chacun perçoit... ou s’octroie !
      Mais allez savoir pourquoi (c’est ce pourquoi qui m’intéresse) ça ne suffit pas.
      Alors on fait payer le patron, c’est à dire l’entreprise : joyeux... Mais qui d’autre ?

      Je n’en sais rien pour ce qui est des mastodontes du cac40, mais je sais et tout le monde s’accorde à dire que manœuvrer une pme, par les temps qui courent, mène plutôt sous les ponts qu’à la Barbade.

      C’est très con car sous les ponts, y’a pas beaucoup de boulot ni de feuille de paye, bien que cette position soit à durée indéterminée.

      Dans ces conditions on va rigoler, juste pour dire... (en parlant de "diminution importante des salaires et à terme la destruction de toute notre protection sociale").

      Y’a besoin d’activité, d’emplois et de consommation... N’en augmentons pas le coût, ce n’est pas le moment. La protection sociale a besoin d’un nouveau contrat social et il est légitime de penser que la TVA proposée est un système injuste ; mais à contrario handicaper l’activité c’est contresigner la fin du système qui nous endette chaque seconde un peu plus. Plus de dette mais plus de sécu non-plus...

      Et à ceux qui redoutent la baisse du pouvoir d’achat qu’induira cette TVA, disons que forcément, augmenter le coût du travail entrainera l’augmentation des produits en conséquence, ça reviendra au même, sauf qu’on ira acheter à l’étranger... la belle affaire ! On augmente le déficit extérieur et on coule nos PME, joli le programme....

  • nicolas flamel (---.---.---.214) 18 janvier 2012 16:34

    A fond d’accord avec cette analyse.

    Si la majoration de TVA appliquée aux aquisitions intracommunautaires est en défintive une opération neutre pour les importateurs lorsqu’ils remplissent leurs CA3, Il n’en va pas de même pour les importations extracommunautaires auxquelles on envisage de l’appliquer.

    Dans ce cas en effet, l’importateur acquitte la TVA (éventuellement majorée) lors de l’introduction en territoire français, et ce, aussi bien sur les produits revendus que ceux qu’il garde en stocks.

    De surcroît, il acquitte sa propre part de TVA lors de la facturation sur débits de la part de produits qu’il transforme et revend. Il ne récupère en trésorerie la totalité de la TVA reversée qu’à partir du moment où le montant de ses factures a été effectivement encaissé.

    En d’autres termes ceci augmente mécaniquement des charges financières qu’il répercute intégralement, à la fois sur ses prix hors taxes et sur ses prix TTC payés par l’acheteur final.

    En définitive, le projet actuel de TVA sociale et l’utilisation faite d’une éventuelle augmentation de TVA dans le projet FN ne sont apparemment rien d’autre que bonnet blanc et blanc bonnet et toujours au détriment des mêmes.

    • epapel (---.---.---.74) 18 janvier 2012 17:17
      epapel

      Pas besoin de démonstration pour conclure qu’à la fin c’est le consommateur qui paye.

    • bernard (---.---.---.37) 18 janvier 2012 18:34
      bernard

      Devise Shadok...

      Pour qu’il y ait le moins de mécontents possibles...
      Il faut toujours taper sur les mêmes !  smiley =======>  smiley

    • bernard (---.---.---.37) 18 janvier 2012 18:36
      bernard

      Et lui,
      C’est un drôle de shadok !
      Le pire de tous !
       smiley  smiley  smiley

    • nicolas flamel (---.---.---.214) 18 janvier 2012 18:56

      @ epapel.

      Au contraire, et pour répondre à @ Gabriel (voir ci-dessus) il n’est pas inutile de remettre les choses à leur juste place en rappelant qu’en matière de TVA, les entreprises, en particulier les TPE et PME n’ont d’autre choix que d’endosser bien involontairement (et avec la plus extrème ponctualité dans les versements) le rôle de percepteur pour le compte d’un créancier privilégié qui est ce qu’il est.

      Une augmentation significative du taux de TVA est d’abord une contrainte directe sur la trésorerie d’une entreprise. Si celle-ci connaît déjà des difficultés de trésorerie (cessation de paiement d’un gros client, rupture anticipée d’un contrat de fourniture pluri annuel,...) et que sa banque ne suit pas, c’est d’abord et avant tout l’emploi des salariés qui constituera la « variable d’ajustement ».

      Est-ce vraiment ce que l’on cherche ? 

       

    • Croa (---.---.---.58) 18 janvier 2012 22:44
      Croa

      « Une augmentation significative du taux de TVA est d’abord une contrainte directe sur la trésorerie »

      Absolument pas, le stock de marchandise en magasin ayant été payé avec l’ancienne TVA, l’opération est blanche à stock constant car ces ventes vont couvrir la suite.

  • Laulau (---.---.---.37) 18 janvier 2012 16:45
    Laulau

     Les prix on augmenté de 2,5% en 2011 mais le gouvernement ne veut pas relever à 2,75 % le taux du livret A, sous pretexte que l’inflation devrait baisser dans les prochains mois.
    Et le même gouvernement parle d’ augmenter la TVA avant mars cette hausse de la TVA va peser sur les prix, c’est l’évidence.
    Pas un journaliste pour relever la contradiction ?

    • epapel (---.---.---.74) 18 janvier 2012 17:15
      epapel

      Au contraire c’est cohérent, le maintien du taux du livret permet à l’État d’économiser 1,5 milliards, le résultat est donc similaire à l’ajout d’une taxe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès