Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Uber, ou l’économie asservissante

Uber, ou l’économie asservissante

Dans les contes de fée ultralibéraux, Uber, c’est la révélation de l’économie collaborative, qui permet à des chômeurs de trouver une activité, de renverser des rentes de situation. Mais en fait, Uber, comme bien des entreprises de la nouvelle économie sont des mercenaires qui cherchent à rançonner les consommateurs, financés par les marchés, qui viennent de lui accorder 1,15 milliard de plus.

 
Des modèles d’affaire basés sur une rente brutale
 
Les chiffres disponibles font tourner la tête : Uber a fait à peine 663 millions de chiffre d’affaires au premier semestre 2015 pour près d’un milliard de pertes  ! Pourtant, l’entreprise vaudrait 60 milliards et elle obtient des sommes phénoménales pour financer sa forte croissance : 3,5 milliards de dollars du fond souverain d’Arabie Saoudite, et un prêt de 1,15 milliard ce mois-ci. Tout ceci paraît totalement ubuesque : pourquoi les marchés financent-ils aussi généreusement une entreprise qui génèrent des pertes abyssales et qui n’a pas démontré de capacité à générer des profits ? Un site évoque des prévisions faramineuses pour 2019 : Uber devrait réaliser la bagatelle de 22 milliards de dollars de chiffre d’affaires et pas moins de 8 milliards dollars de profits. C’est ce qui explique les levées de fond actuelles.
 
Comme d’autres entreprises issues de la nouvelle économie, des années, voir des décennies auparavant, Uber suit un modèle d’affaire très simple. Plusieurs principes de base : identifier un marché existant, ou en devenir, où l’entreprise pourrait acquérir une position tellement dominante qu’elle pourra imposer ses prix et ainsi générer des profits considérables, une rente de situation. Idéalement, c’est un modèle aux actifs les plus légers possibles, qui peut exploiter les actifs des autres, pour consacrer ses moyens à une conquête agressive de parts de marchés. Enfin, il vaut mieux s’établir sur un marché fragmenté d’un point de vue de l’offre et de la demande, pour devenir l’acteur dominant. Ainsi, on peut imposer ses prix, aux fournisseurs comme aux clients à terme, après avoir été agressif au début.
 
C’est aussi la logique des sites de réservation en ligne d’hôtel, ou de livraisons de plats à domicile. Le client y gagne dans un premier temps du choix, ou même des prix et du service (dans le cas d’Uber). Le site peut assez rapidement imposer ses conditions à ses fournisseurs car ces derniers ne peuvent plus se passer du volume d’affaires apporté par le site. Ainsi, Uber peut baisser autoritairement de 20% la rémunération de ses chauffeurs en France. Une fois la position monopolistique établie, le site pourra alors augmenter les prix à sa guise, comme il le teste déjà sur les créneaux les plus demandés. Et malheureusement, cela est intrinsèque à cette économie car les clients ne peuvent pas toujours garder plusieurs fournisseurs et les marchés sont là pour financer le plus fort, dans une quête auto-réalisatrice.
 
En un sens, cette nouvelle économie, dans le cas de Uber, c’est au final un dispositif assez sophistiqué qui permet d’asservir tous les chauffeurs de l’entreprise, qui doivent acheter eux-même ce dont ils ont besoin pour travailler, le tout pour une rémunération qui peut être abaissé de 20% du jour au lendemain, mais aussi un asservissement des clients, à partir du moment où ils ne passent plus que par Uber. L’objectif est simple : faire en sorte de dominer le marché pour asservir complètement clients et chauffeurs. Et ce n’est pas tout : les taxis sont les victimes collatérales de l’ascension subventionnée par les marchés de Uber, qui opère à grandes pertes pour éliminer toute concurrence. Et pour couronner le tout, ces entreprises savent faire ce qu’il faut pour frauder légalement le fisc des Etats où elles opèrent
 

Malheureusement, parce que nous croyons aux contes de fée communiqués par ceux qui profitent de ces modèles d’affaires, nous laissons faire ces mercenaires financés par des marchés voraces qui ont compris la logique asservissement de cette nouvelle économie. Merci à la Hongrie de se distinguer en mettant en place une législation si contraignante qu’Uber vient d’annoncer son départ du pays.

 

Moyenne des avis sur cet article :  3.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 19 juillet 10:21

    "les taxis sont les victimes collatérales de l’ascension subventionnée par les marchés de Uber, qui opère à grandes pertes pour éliminer toute concurrence. Et pour couronner le tout, ces entreprises savent faire ce qu’il faut pour frauder légalement le fisc des Etats où elles opèrent. "
    le taxi est cher car le tarif est décidé par l’état. la licence est cher car le taxi le décide.
    une fraude n’est pas légale.


    • Spartacus Spartacus 19 juillet 12:13

      C’est vrai que le souverainiste préfère les gens au chômage a se branler que de voir la possibilité pour eux de s’en sortir par un job libre.


      Le souverainiste, c’est comme le gauchiste...Fonctionnaire, c’est l’idéal de vie.
      Il est content que quand les autres ne peuvent gagner plus que lui statutairement...

      Vivre de la gamelle de l’état et la réticence aux changements archaïque jusqu’au ridicule.

      Vous n’y pensez pas ma bonne dame ?
      Traverser la rue pour aller chercher un Job ? Trop dangereux...Imaginez le risque que vous courrez avec ces voitures......Pour preuve, les hôpitaux sont plein d’accidentés.


      • flourens flourens 19 juillet 12:43

        @Spartacus
        on a bien compris que le modèle spartacus c’est la jungle, une place t’attend chez les bonobos, chiche que tu mettes tes paroles en accord avec tes actes, au lieu de profiter de la sécu, des congés, de la retraite, des bonnes routes, d’une bonne nourriture, tout cela avec l’argent des autres, cela doit t’être insupportable, alors vite quitte cet enfer bolchévique


      • Jean Pierre 19 juillet 15:32

        @Spartacus
        Les entreprises comme Uber ou Amazon (et il y en a d’autres) utilisent les infrastructures publiques de chaque pays ou ils s’installent sans participer au financements de ces mêmes infrastructures (grâce à l’implantation de leurs sièges sociaux au Luxembourg ou ailleurs). Elles ne participent pas non plus au financement social puisqu’elles font appel à des « semi-indépendants » (indépendants quand il s’agit de payer les charges et les achats, mais totalement assujettis en matière de tarifs et d’obligation diverses).

        Le résultat de cette situation c’est la disparition progressive des entreprises concurrentes pour finir dans une position dominante
        Un libéral cohérent devrait défendre le principe d’une concurrence saine, c’est à dire à charge égale. Mais êtes vous un libéral cohérent ?
        Par ailleurs le bilan en matière de création d’emploi de ce genre d’entreprise est négatif. Elles tuent plus d’emplois qu’elle n’en génèrent.
        Dans vos réponses, laissez tomber votre refrain sur les fonctionnaires, la rente, la caste etc. Je suis indépendant et j’en ai assez de financer, via les taxes et les impôts, l’enrichissement de ces pseudo-entreprises qui vampirisent nos sociétés de la même façon que les pirates d’autrefois parasitaient les échanges maritimes.

      • Spartacus Spartacus 19 juillet 17:05

        @flourens

        Si l’on reste sur le plan ridicule métaphorique, l’inverse étant la loi dans un poulailler.
        Qui est le véritable ennemi si ce n’est celui qui engraisse ses poules pour mieux leur prendre le fruit de leur ponte ou les manger avec des frittes et de la mayonnaise ? 
        C’’est l’Etat et non autrui.

        N’inverse pas les rôles. Ta vie n’est pas la mienne. Je ne suis pas à, charge. Je ne suis pas dans une caste corporatiste hypocrite
        C’est moi qui paye ta retraite pas toi qui paiera la mienne. Toi comme statutaire t’es à charge. Pas moi.

        Quand a mettre les paroles avec les actes, Merci mais j’ai pas de leçons à recevoir, comme je suis libre-libre-libre. J’ai réalisé assez de cessions de mes créations de richesses pour ne pas attendre l’assistance des autres qui vivent dans l’illusion que la vie c’est le manque d’ambition sans le risque et la vie misérabiliste à se contenter du minimum en dépendance à charge des autres...

        Je n’ai pas cette déférence et dépendance à ces assurances. Et mon argent n’est pas une charge sur la société comme le tiens, celui d’un statutaire qui c’est contenté de vivre aux dépens des autres ;
        La route ? Elles existent depuis l’invention de la roue.  Je paye des impôts. Je ne dois rien a personne.

        Si la sécu est si belle pourquoi ta caste cotise a des régimes spéciaux ?
        L’hypocrisie ou l’intelect de profiter de la gamelle à charge des autres ?
        La sécu n’est qu’une vulgaire assurance de mauvaise qualité auquel on a ajouter le mot « social » pour faire croire que c’était un truc FOR-MI-DABLE qui n’a jamais soigné personne
        Les donneurs de leçons n’y cotisent même pas de la même facçon. La retraite pour ces hypocrites ce sont des régimes de privilégiés spéciaux....

        Ca fait quoi d’être un privilégié statutaire ? qui simplement parce qu’il a réussit un concours ou un piston dispose de plus de droits sociaux que les autres ?


      • Spartacus Spartacus 19 juillet 17:14

        @Jean Pierre
        Ha mon bon Jean Pierre. 

        La gamelle, la gamelle, les taxes, les taxes crie le statutaire en voyant les autres ne pas cracher au bassinet de sa gamelle.
        Qu’importe que les autres aient un job. Le statutaire ne veut égoïstement que sa gamelle de privilégié soit plus remplie que celle des autres.

        Bien évidemment un statutaire comme toi est tellement « sôôôôô-lîîîîîî-daiiiiie » trouve tout à fait normal de ne pas financer le régime général, de ne pas cotiser aux régime chômage UNEDIC et disposer a titre personne de régimes spéciaux non cantonnés à charge sur l secteur marchand....

        Quand à la situation de départ ou l’état limite les entrées du nombre de taxis, critiquer UBER sur un monopole. L’aveugle critique le borgne.
        Uber n’est pas la seule compagnie sur le marché....Le savez vous ?
        Il n’existe pas de marché en monopole qui ne soit possible sans que l’état limite.

      • Jean Pierre 19 juillet 19:13

        @Spartacus
        J’ai eu des tas de métier parfois comme salarié parfois comme entrepreneur. Je n’ai jamais été « statutaire » ou fonctionnaire ou quoi que ce soit de ce genre. Votre rengaine, que vous ressortez a chaque fois que vous ne savez plus répondre, tombe à coté du sujet. 


        Je ne vois aucune raison valable pour que certaines entreprises agissent sur le même marché dans des situations totalement différentes. Uber utilise la voie publique comme n’importe quelle entreprise du secteur. Il n’y a donc aucune raison que cette entreprise ne soit pas enregistrée là ou elle opère et pour qu’elle ne paie pas les mêmes charges que ses concurrentes (ni plus, ni moins). C’est cette égalité qui donne un sens positif à la concurrence.

      • Xenozoid Xenozoid 19 juillet 19:25

        @Jean Pierre


        c’est surtout la licence qui pause probleme, pas uber,donc le taxi corporatiste


      • simir simir 20 juillet 08:19

        @Spartacus
        Me fait bien marrer avec son job libre.
        La liberté du renard libre dans le poulailler libre.
        Spartacus il a du dans sa jeunesse être recalé à un concours de fonctionnaire. Cela a tout chamboulé dans sa tête.


      • bourrico 7 20 juillet 08:33

        @simir

        Spartacul est un âne qui n’a que cette tribune pour braire.
        Si c’était quelqu’un d’intelligent, il serait ailleurs.

        Il y a de nombreuse caricatures comme ça ici, des types tellement bêtes qu’ils passent pour des buses partout ailleurs, AV les accueille, c’est le coté social de ce site, le coté sanatorium.

        Vu de dehors c’est amusant de voir ce troupeau de QI d’huîtres se prendre au sérieux. smiley


      • Spartacus Spartacus 20 juillet 08:52

        @Jean Pierre
        Ce n’est pas une entreprise franco Française, mais mondiale. Elle met son siège là ou elle veut.

        Elle se pilote de partout et une activité immatérielle.
        Les paradis fiscaux sont en général des pays très riches.....

      • Jean Pierre 20 juillet 15:06

        @Spartacus
        Elle a bien évidemment le droit de s’installer ou elle veux. Mais son activité (transport par route) n’est aucunement immatérielle. Ses chauffeurs utilisent le voie publique qui est un bien matériel commun et les bénéfices d’Uber, rendus possible par cette utilisation d’une infrastructure publique, doivent être imposés sur un pied d’égalité avec les autres entreprise. C’est une question d’égalité en matière de concurrence. 

        Les gouvernement sont dépassé par l’évolution des techniques et tardent beaucoup trop et réagir face à ces méthodes qui ruinent le tissu économique.
        « Les paradis fiscaux sont en général des pays très riches ». Evidemment puisque leur modèle économique consiste à siphonner les richesses crées ailleurs. Madoff aussi était très riche. Je n’en fait pas un modèle économique généralisable ou défendable.

      • Alren Alren 19 juillet 13:07

        C’est vrai que le souverainiste préfère les gens au chômage a se branler que de voir la possibilité pour eux de s’en sortir par un job libre.

        J’adore s’en sortir par un job libre ! je ne savais pas que Spartacus était chauffeur de VTC !

        Sérieusement : Y a-t-il des gens désireux d’utiliser un taxi à Paris qui doivent y renoncer faute de véhicules ?

        Si la réponse est non globalement, car même si l’attente est très longue parfois, si seul le taxi peut satisfaire le besoin de déplacement, les clients l’attendront quand même, alors Uber ne donne du travail à certains, les VTC, qu’en en retirant à d’autres, les chauffeurs de taxis traditionnels. Il n’y a donc pas création d’emplois mais partage du travail entre travailleurs et ex-chômeurs.

        (Tiens, il serait intéressant de demander aux PDG, chers à Spartacus, s’ils veulent bien partager leur travail et ... leurs revenus !)

        L’analyse de Laurent Herblay est parfaitement juste.

        Uber est l’illustration polémique récente d’un phénomène déjà ancien puisqu’il existait déjà sous l’Ancien Régime avec les Fermiers Généraux, c’est celui du courtage, qu’on pourrait aussi appeler « l’intermédiation économique ».

        Les Fermiers Généraux avançaient à la couronne l’argent des impôts et obtenaient en retour le droit de se rembourser avec une marge de profit scandaleuse (une véritable maffia avec ses cogneurs) sur le peuple du Tiers-état, surtout le petit peuple des campagnes.

        Mais il y a eu aussi et il y a toujours les courtiers en blé, en vin, les grossistes, les mareyeurs, qui ne prennent pas les risques de la production ni les difficultés de la vente au détail. Ils se sont toujours distingués par un faible nombre d’employés et par un gros chiffre d’affaires.

        Les cours particuliers étaient dispensés autrefois par des professeurs indépendants et rémunérés directement par des familles. Aujourd’hui, grâce ou du fait d’internet, il faut payer une intermédiaire qui ne fait rien d’autre qu’une mise en relation grâce à un ordinateur.

        Dans sa quête effrénée et parfois désespérée de profit, le capital recherche avidement d’autres sources de profits sans investissements sérieux.

        Il en a trouvé un avec la complicité du gouvernement, c’est le compteur Linky.

        Quand cet appareil, consommateur permanent d’énergie, espion, émetteur d’ondes dangereuses, sera installé de force dans les foyers, les consommateurs captifs devront choisir une société privée intermédiaire qui leur vendra au plus cher l’électricité produite par EDF et acheminée sur le réseau public.

        S’il veulent bien sûr, avoir l’électricité à la maison ...


        • Spartacus Spartacus 19 juillet 17:38

          @Alren


          Une vraie réponse de gauchiste..

          Vouloir que l’emploi soit un « privilège »....

          T’es tu posé la question con.....Que gagne un chauffeur UBER ?

          C’est environ 3600€/mois net....(Déclaré) plus peut être des pourboires...

          Pour des personnes peu diplômées, qui dans ta caste statutaire oiu la gamelle est fonction de la corporation, ne passerait pas le diplôme ou ne serait pas pistonné...

          Et vous caste de statutaires crachez sur eux parce qu’ils ont un moyen de s’en sortir sans passer par la case de ne pas demander a vous pour gagner sa vie....

          A vomir les gauchistes, à vomir......Enfermés et atrophiés intellectuellement des réalités dans leur prison d’emploi privilégiés....


        • foufouille foufouille 19 juillet 21:37

          @Spartacus

          C’est environ 3600€/mois net....(Déclaré) plus peut être des pourboires...
          pas vraiment non.
           smiley

        • Jean Pierre 19 juillet 23:40

          @Spartacus
          La difficulté, pour les chauffeurs de VTC, c’est que, sur ces sommes, il leur faut encore déduire 20 % de commission et 10 % de TVA. « Le salaire est maintenant autour de 1 200, 1 500 euros maximum par mois », estime Mourad. Non loin de lui, Akim s’énerve : « En ce moment, moi, c’est plutôt 800 ! » Et pour atteindre ces revenus, encore faut-il compter jusqu’à 10 heures de travail par jour !

          J’ai l’impression que vous confondez le chiffre d’affaire et la rémunération. C’est un peu désolant quand on peux donner des leçons d’économie.

        • Spartacus Spartacus 20 juillet 08:47

          @Jean Pierre


          Faut pas croire les misérabilistes.....
          Ca fait plus de 1 ans que j’ai l’application et utilise le service. 
          Réserve donc un UBER et discute avec les chauffeurs...La vraie vie c’est plus instructif que la propagande Mediapart ou Le monde.

        • foufouille foufouille 20 juillet 11:04

          @Spartacus
          sauf que pas mal de taxi ne gagnent pas autant .............
          uber, c’est beaucoup moins.


        • Jean Pierre 20 juillet 14:53

          @Spartacus
          Les chauffeurs sont pieds et point liés à Uber. Au fur et à mesure que les taxis vont perdre des parts de marché, le chiffre d’affaire des chauffeurs Uber va monter et Uber va diminuer progressivement la part revenant à ses chauffeurs (c’est déjà commencé). Ils feront ainsi de plus en plus d’heures sans améliorer, voire en baissant, leur rémunération nette. Pendant ce temps Uber aura à la fois augmenté sa marge sur les courses et acquis une position dominante par l’élimination de la concurrence. C’est en pariant sur cette future élimination des concurrents que des investisseurs continue d’apporter des capitaux à une entreprise qui travaille pourtant à perte. 

          Les chauffeurs doivent donc au plus vite monter une coopérative et financer leur propre plate forme informatique qui leur permettra de se passer d’Uber.

        • Jeekes Jeekes 19 juillet 13:44

          Mouais...


          Et il en pense quoi, le chauffeur de taxi salarié d’une grosse taule ?
          Payé à coups de pieds dans le cul et qui fait des heures à en plus finir ?

          Paske UBER = merde, d’accord. Et ces boites d’esclaves sus-nommées, c’est mieux ? 

          • Ruut Ruut 19 juillet 14:19

            En gros c’est une guerre des monopoles et des prix abusifs entre uber et les taxis.
            Car les Taxis sont tout sauf a tarif raisonnables.
            Les transports en communs même combat.


            • zygzornifle zygzornifle 19 juillet 14:43

              il faut uberiser la France pour permettre aux sans dents de plus en plus nombreux d’avoir accès a des tarifs plus justes ....


              • flourens flourens 19 juillet 14:51

                @zygzornifle
                c’est l’effet boule de neige, tu appauvris les gens pour leur faire des prix moins cher, du coup ils en redemandent et tu les appauvris encore plus, sinon le système bloque
                je ne comprendrais jamais les gnous qui ne jurent que par le moins disant, le toujours plus bas, vous ne pouvez pas ne serait ce qu’une minute penser à ce que serait de tirer les gens vers le haut


              • Nei (---.---.168.40) 19 juillet 16:20

                @flourens

                C marrant, tout le monde dit ça Jusqu’au jour où leur activité est ubérisée et la, comme par magie les gens se plaignent


              • zygzornifle zygzornifle 19 juillet 16:23

                @flourens


                quand on vit au RSA et au centime près on est pour uber si les autres ont les moyens qu’ils dépensent comme bon leur semble .....que l’on me tire vers le haut et je dépenserai plus et pour l’instant vive les produits chinois notre uberbridé car c’est grâce a eux que les « sans dents » n’ont pas un appartement vide et non aux produits Français pour bobos-écolos-socialos ..... 

              • zygzornifle zygzornifle 19 juillet 16:28

                @flourens


                 Free était un précurseur dans l’uberisation du net et du mobile et c’est grâce a lui que les autres fournisseurs ont cassés leurs tarifs et c’est tout bon pour le consommateur , on pourrait aussi classer les liddle et autres en uber , a Nice ils sont pleins comme quoi la clientèle uberbouffe a de l’avenir ....

              • flourens flourens 20 juillet 11:41

                @zygzornifle
                pour free cela implique une croissante à l’infini, quand tout le monde aura un portable dans chaque poche, on fait quoi, et puis la on parle de superflu, on a créé un besoin, comme le disent les guignols, nous c’est la pomme, vous c’est les poires, ou comment rendre indispensable ce dont on peut se passer, et puis c’est une loi du marché, plus il y a de clients moins c’est cher, on joue sur la masse et le patron de free est milliardaire, il a trouvé les bonnes poires, on mange mal mais on a un portable, le triomphe de la pub
                et bien sur que l’uberbouffe a le l’avenir, quand tous les salariés seront à 50€ mois, il faudra bien qu’ils trouvent du pas cher, et tu ne parles pas des restaus du coeur, des millions et des millions de repas, voila une affaire qui marche, vite tous aux restaus du coeur, c’est ton voeux le plus cher, et la les patrons pourront s’enrichir vraiment, car maintenant, c’est triste de les voir dépérir


              • simir simir 20 juillet 15:49

                @zygzornifle
                Je n’ai pas l’impression que chez Free on paye moins que chez Orange.
                De plus c’est pas chez Free mais chez Orange que l’on a poussé des centaines d’employés au suicide (Ils partirons volontairement ou par la fenêtre . Didier Lombard)

                Mauvais exemple


              • CN46400 CN46400 20 juillet 09:21

                Uber, pourquoi pas, mais à une condition :

                Qu’on explique comment seront financé la santé, les retraites, le goudronnage des rues, des routes, la police, l’armée, les écoles...etc


                • flourens flourens 20 juillet 11:32

                  @CN46400
                  pour la police et l’armée, t’inquiètes on trouvera toujours du pognon, pour le reste, inch halla


                • bourrico 7 20 juillet 11:50

                  @CN46400


                  T’as de ces questions toi .... les mulets comme Spartachiottes ne s’embarrassent pas avec ce qui les dépassent et leur demanderaient de réfléchir un tant soit peu.
                  Il n’abordera même pas le sujet, c’est caractéristique des dogmatiques, ça récite le petit livre rouge en boucle sans rien comprendre à rien.
                  Ce genre de tocard nuisible à tendance parasitaire a une vision étriquée, et se satisfait de sa médiocrité car il n’est pas câble pour la percevoir.


                • Yaurrick (---.---.213.65) 20 juillet 12:16

                  @CN46400 : Vous savez qu’il y des pays largement moins collectivistes que la France et que c’est pas la misère comme vous le pensez... en faite c’est le contraire, ils sont bien plus riches, cf l’Australie, le Canada, la Nouvelle Zelande, la Suisse.

                  La France est en paupérisation car c’est un état obèse, qui écrase son peuple à coups de lois absconses et des taxes à n’en plus finir.


                • simir simir 20 juillet 16:42

                  @Yaurrick
                  Cela veut dire quoi ils sont plus riche ?
                  Qui s’approprie cette richesse ? Sans interêt cette remarque.
                  Par contre une étude du PNUD de l’ONU ne montre pas une meilleure qualité de vie dans ces pays par rapport à la nôtre surtout en matière de pollution.
                  Rejets de CO2 en tonnes par habitant :
                  Australie 16,5 Canada 14,1 France 5,2 NZ 7,1 seule la Suisse fait un petit peu mieux que nous 4,6
                  Mortalité infantile en pour 1000 Aus 3,4 NZ 5,2 Can 4,6 Suisse 3,6 nous sommes meilleurs avec 3,5
                  Espérance de vie à la naissance : Aus 82,4 FR 82,2 NZ 81,8 Suisse 83
                  Non vaccination au DTC en % age 1 an : Aus 8 Can 2 FR 1 NZ 7 Suisse 2

                  Et j’arrête là mais le tableau est consultable par tous et vous pouvez dire ce que vous voulez mais seuls des chiffres officiels peuvent prouver quelque chose.
                  Et pour les taxes c’est dans vos cauchemards seulement et pour les entreprises du CAC 40 elles sont largement compensées par les allègements de cotisation et par le CICE par exemple (40 milliards/an) et diverses fraude aux cotisations et fiscales (80 milliards/an)

                  Vous voyagez de temps en temps ? allez voir en Belgique les impôts pour les salariés y sont beaucoup plus élevés que chez nous et l’on paie des taxes sur les véhicules diesels, sur les auto-radios, sur les chiens... Les ordures ménagères sont hors de prix et iles frontaliers viennent déposer leurs poubelles en France. Le CG de mon département a communique là-dessus et pris quelques mesures.
                  Oui nous avons de bons services publics que le gouvernement s’emploie à casser et qui ont fait l’admiration à l’étranger


                • Zip_N Zip_N 20 juillet 12:54

                  Uber c’est un arbre qui cache la foret. Le low cost est partout : Easy jet, YouTube...en baissant les bénéfices et en restructurant ils arrivent à obtenir de la concurrence. Internet a favorisé ce passage. 

                  « le tout pour une rémunération qui peut être abaissé de 20% du jour au lendemain, »

                   Pour le transport de la musique, Youtube c’est pas 20% de rémunération en moins par rapport au cd du jour au lendemain, c’est beaucoup plus.


                  • Zip_N Zip_N 20 juillet 13:32

                    Quand les supermarchés sont apparu la concurrence avec les petits détaillants était rude. Je crois que la situation commerciale est pareil avec Uber. Si les gens mangent pour moins cher (avec l’arrivée et l’utilisation des supermarchés) il est logique qu’au bout de la chaine les paysans aient moins d’argent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès