Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Un an de régime d’auto-entrepreneur : pour ou contre ?

Un an de régime d’auto-entrepreneur : pour ou contre ?

Bientôt un an que les décrets d’application concernant le statut d’Auto-Entrepreneur sont sortis. Le statut d’auto-entrepreneur, statut élaboré par Hervé Novelli a fait depuis couler beaucoup d’encre et déchaîner les ondes. Créé dans le but de simplifier fortement le lancement mais aussi l’interruption et la cessation d’une activité à but lucratif, ce statut s’adresse à tout porteur de projet qui souhaite créer une activité complémentaire ou lancer une activité à moindre frais avant, en théorie, de basculer sur un autre régime juridique et fiscal et ainsi relancer l’économie.

Vidéo : 

Aujourd’hui, quel regard porter sur ce statut ? A-t-il vraiment fait ses preuves ? Arnaque ou vrai tremplin ? Ce soir, sans langue de bois, petit sondage avec mes invités ; pour ou contre le statut d’auto-entrepreneur ?

INVITES :

  • Yves BROUSSOUX : Président de la CCI du Loiret
  • Gérard MORIN : Président de la CMA du Loiret
  • Manuel GREAU : Représentant de l’Ordre des Experts Comptables de la région d’Orléans (CROEC) et expert comptable au sein du cabinet COGEP
  • Quintino VELASCO : Auto-Entrepreneur Tino Services

Emission présentée par Lucie Brasseur


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • charlesmarc 14 avril 2010 09:56

    La plupart des personnes avec qui j’ai eu l’occasion de discuter de la formule ’autoentrepreneur’ étaient sous informées et croyaient tenir la solution miracle et rentable pour lancer leur activité. Mais la compréhension des limites (à commencer par l’équation : moins de cotisation sociale = moins de protection sociale) n’est pas là. Beaucoup de précarité en vue pour ceux qui se seront lancés sans comprendre ...


    • Alpo47 Alpo47 14 avril 2010 10:17

      Ce statut n’est concevable que pour le court terme et afin de tester la viabilité d’une activité.
      Sinon, et comme le souligne le commentaire précédent, peu de cotisations, notamment de retraites = très peu de pension.
      Mais, ne serait ce pas là, la bonne manière de forcer le plus de gens possible à travailler jusqu’à la fin de leur vie ?
      Tout bénef ... pour les caisses de l’Etat.


      • pingveno 14 avril 2010 10:44

        En effet et j’irais même plus loin. Pour bien fonctionner ce statut devrait être réservé à une seconde activité (pour tester sa viabilité comme vous dites) après quoi soit vous démissionnez de votre poste principal et vous consacrez à cette activité à plein temps et avec un statut plus convenable, soit vous continuez en auto-entrepreneur en acceptant les limites, soit vous arrêtez.
        Et pour avoir un garde-fou supplémentaire, réserver ce statut au service des particuliers et non des entreprises.
        Si ça marchait comme ça j’y serais 100% favorable.

        Au lieu de quoi c’est du pain béni pour les entreprises qui plutôt que d’embaucher préfèrent forcer les travailleurs à se mettre en auto-entrepreneurs pour se dégager de toute la législation du travail.


      • ddacoudre ddacoudre 14 avril 2010 10:19

        bonjour

        j’avoue que je ne me suis guère intéressé au sujet tant pour moi il avais un goût de déjà vu, a l’époque ou l’on poussait les salariés à devenir mandataires économiques, puis il y a eu les aides aux créations d’entreprises, et aujourd’hui, les auto entrepreneurs.
        le problème n’est pas de savoir si c’est un tremplin ou une arnaque, c’est de prendre conscience que l’on recherche toujours les mêmes solutions qui n’ont pas fonctionné sous une nouvelle appellation.
        c’est la circulation de la monnaie et sa disponibilité qui permet de créer de l’activité et non une appellation, quelle est la différence entre un salarié a 3000 euros mensuel ou un auto entrepreneur pour la même sommes, c’est le statut social qui permet a ceux qui utilisent ces auto entrepreneurs de se dégager des contraintes réglementaires sur l’emploi de salariés, comme au temps des autres applications. cela s’appelle tourner en rond pour ne pas osez dire que personne ne veut payer la prospérité des autres dont il retire un revenu.

        cordialement.


        • Visiteuse de Souvenirs Visiteuse de Souvenirs 14 avril 2010 10:49

          Auto-entrepreneur, je le suis depuis peu. Aurais-je de mauvaise surprises ? Je verrais bien.

          Le bénéfice que j’en retire est un incroyable bien être de ne plus à avoir à chercher un travail. Quand je me présente je ne suis plus demandeur d’emploi mais offreur de services et d’un coup ça change tout. Je suis à nouveau respectée, on me prête attention, mes idées plaisent, c’est valorisant.
          Ce « statut » qui n’en est pas vraiment un, me donne des ailes et je le préfère 100 fois mieux à celui de demandeur d’emploi. Car être au chômage n’apporte pas plus en terme de retraite. Alors plutôt que de ne rien faire, je fais ce que j’aime.

          C’est bien d’annoncer une émission mais on peut la voir où, ou l’entendre où et à quelle heure ?


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 avril 2010 11:21

            Bravo visiteuse de souvenirs .

            Bonne chance à vous .


          • Jean-paul 14 avril 2010 15:51

            @visiteurse des souvenirs

            C’est comme une therapie pour vous que devenir auto entrepreneur ou c’est pour faire de l’argent ?


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 avril 2010 10:55

            J’ ai compris , ceux qui veulent pas entreprendre préfèreraient qu’ on leur envoie le pognon directement par la poste .

            Ils trouvent des milliards de raisons pour rester au chaud .

            Si il y a 35 ans en arrière ce statut avait existé j’ aurais commencé plus tôt à mon compte .
            Seulement faut avoir plus que de l’ écriture comme certains . Faut juste franchir le pas .
            Et c ’est là que l’ on voit ceux qui critiquent tout et n’ importe quoi , que la vraie vie c ’est pas assis sur une chaise derrière un ordi .

            J’ ai bon ?


            • pingveno 14 avril 2010 12:24

              Alors prenons un exemple, je bosse indirectement pour une grosse institution.
              Celle-ci refuse de travailler avec tout fournisseur incapable de faire un dépôt de garantie inférieur à 1 million d’euros. Aucun travailleur indépendant ne pouvant faire ça, restent comme possibilités :
              - être salarié chez une grosse société qui a l’institution pour client
              - être salarié d’une petite société qui fait de la sous-traitance pour une société moyenne qui crée un consortium avec plusieurs sociétés moyennes qui sous-traite pour une société plus grosse qui a l’institution pour client (mon cas actuellement)
              - me mettre comme indépendant mais ne pouvant proposer mes services directement à l’institution, je dois les proposer à une petite société qui fait de la sous-traitance pour une société moyenne qui crée un consortium avec plusieurs sociétés moyennes qui sous-traite pour une société plus grosse qui a l’institution pour client (cas de certains de mes collègues)

              Dans cette situation, se mettre comme indépendant, c’est juste garder les emmerdes pour soi, les risques pour soi (on n’est pas salarié donc en cas de maladie ou de désaccord avec le client, on ne touche rien), pour un bénéfice réduit puisque la société à laquelle on propose ses services prend une grosse commission au passage.

              A part ça oui mon boulot est sur une chaise derrière un ordi.
              Je me mettrais bien en auto-entrepreneur mais certainement pas pour travailler pour un client, plutôt pour monter un site d’e-commerce par exemple. Si ça marche je passe à un statut de type SARL, sinon je continue mon activité actuelle.


            • Le chien qui danse 14 avril 2010 16:07

              Il fleure de vos propos comme un parfum de mépris, me trompe-je ?


            • M.Junior M.Junior 14 avril 2010 12:33

              A première lecture, comment ne pas féliciter l’arrivée de ce statut avec la liberté d’entreprendre ?
              Adieu paperasses et démarches, pas de CA, pas de charges, rarement, nous aurons lu un argumentaire de vente aussi efficace.

              Dès sa venue, les économistes crient à l’imposture, exprimant qu’il s’agit d’un statut pour des revenus complémentaires et non existentiels. Ils n’auront plus de tribune dans la presse.

              Le gouvernement cesse de communiquer sur l"intégralité des chiffres de l’auto-entrepreneuriat en aout 2009 pour se centrer sur le nombre de création d’entreprise, entretenant le doute et la suspicion.

              Une étude universitaire pour le CNRS et l’université paris X viendra confirmer que la nature même du statut de l’auto-entrepreneur ne permet pas de se développer durablement.

              Pourtant la communication continue, les demandeurs d’emplois y voient leur salut, comment ne pas applaudir leur courage de se lancer en pleine crise, comment ne pas être consterné devant leur échec si prévisible ?

              D’autres statuts existent qui permettent de réfléchir, de maturer son projet, de mettre toutes les chances de son côté pour réussir cet acte volontaire et courageux d’être entrepreneur dans un pays qui ne facilite pas les avantages pour les TPE et PME mais accordent tant de largesses aux grands groupes.

              L’auto-entrepreneur est seul, sans lieu de socialisation pour augmenter son réseau comme peuvent l’être les pépinières d’entreprise ou les entreprises de portage salarial.

              Faire croire à des femmes et des hommes qu’ils pourront seuls assurer leur lancement et leur développement est une honte.

              30 articles pour faire le point sur le statut


              • titi 14 avril 2010 12:57

                « Faire croire à des femmes et des hommes qu’ils pourront seuls assurer leur lancement et leur développement est une honte. »
                Pourtant c’est bien ce que font les gens en EURL...


              • M.Junior M.Junior 15 avril 2010 08:07

                Titi

                Tu fais bien de faire cette remarque. J’aurais du développer davantage les différences entre auto-entrepreneur et les autres statuts.
                La maturation du projet, une idée de départ est partagée par des dizaines de personnes mais lors de sa transformation en activité économiquement rentable, il n’en reste plus qu’un en général.

                L’auto-entrepreneur, c’est « J’ai une idée, je la mets en œuvre sans charge et sans réflexion ».

                Avec les autres statuts, c’est plutôt « J’ai une idée, je réfléchis aux différentes solutions de mise en œuvre, j’écoute les contradicteurs, je laisse maturer le temps des démarches, je passe à l’action en ayant réuni plus de chance de mon coté ».


              • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 avril 2010 13:21

                Plus personne ne veut prendre de risques .

                Chez les médecins seulement 10% se mettent en libéral .

                On est un pays d’ assistés conjoncturels .


                • Jean-paul 14 avril 2010 15:49

                  Allez expliquer a votre banquier que vous voulez prendre des risques .
                  On est un pays avec une bureaucratie machiavelique ,des charges sociales qui sont extremement lourdes ( tous les 3 mois le fameux cheque a l’URSSAF ).Bref apres 2 ans de galere nombre d’entreprises mettent la cle sous la porte .
                  Il faut donc une bonne dose d’inconscience pour se mettre a son compte .ou etre expert en comptabilite .


                • TSS 14 avril 2010 17:47

                  Chez les médecins seulement 10% se mettent en libéral .

                  Où vont les autres ? pas dans le public en tous cas car la majeure partie des medecins ,y

                  compris les specialistes, dans les HP viennent en general du moyen orient ce qui permet à l’etat

                  français ,à connaissances egales et parfois même superieures,de les sous payer... !!

                  par contre, des medecins liberaux,il y en a un tous les 200 m dans le midi pour soigner les

                   bobos des memeres emperlousées.

                   


                • xa 15 avril 2010 10:29

                  rocla

                  Vous confondez médecin libéral (par opposition à médecin salarié d’une structure comme un hopital, une clinique, ...) et médecin à honoraires libres (conventionné secteur 2 ou hors convention).

                  65% des médecins exercent en libéral, c’est à dire en cabinet et non en structure hospitalière.

                  Concernant le secteur 2 (conventionné à honoraires libres), en 93, 30% des médecins libéraux (soit 20% des médecins) étaient en secteur 2. Cette proportion est en régression du fait de limitations posées par les gouvernements sur 1) la possibilité de se déclarer en secteur 2 initialement et 2) la possibilité de passer d’un secteur 1 (conventionné à honoraires non libres) à un secteur 2.

                  Les hors conventions sont très peu nombreux, puisque presque non remboursés.


                • Le chien qui danse 14 avril 2010 13:35

                  Mais cessez de prendre les gens pour des neuneux, bien sur que ce statut va décevoir bon nombre de candidats et qu’il les fera réfléchir à la création d’activité mais bien d’autres vont faire leur chemin.

                  C’est un statut qui permet pour beaucoup de sortir de l’horizon du salariat, certes rien ne se fait seul et ce statut ne retire en rien la difficulté d’entreprendre mais il soulage et permet l’accès à l’entreprise individuelle au minimum.
                  Comme déjà débattu sur d’autres post à ce sujet, rien n’empèche de le faire évoluer sans en renier les principes de base qui sont l’accès à tous et à partir de rien, sauf bien entendu, du courage (entre autres).

                  Le fait de permettre un choix entre salariat et auto-salariat est une bonne chose, après pour ce qui est des protections sociales elle sont certainement discutables et ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain serait déjà une attitude un peu plus positive.


                  • foufouille foufouille 14 avril 2010 14:44

                    y a des pieges
                    surtout avec le CA limite et en cas de depassement direct eurl
                    et l’urssaf qui compte au mois
                    et le manque de formation minimum ( un CA est pas un benefice net )
                    les bureaucrates (caf, popaul) connaissent pas non plus le CA
                    sinon pas de paperrasses
                    au premier euro un trimestre de retraite de
                    si pas de CA, limite dans le temps

                    le plus gros probleme sont les qui sous traite aux auto entrepreneur
                    en cas de client unique c’est un contrat de travail


                    • titi 14 avril 2010 15:20

                      @foufouille

                      Merci de rappeler qu’en effet, en France il existe le déli de « marchandage ».
                      Le donneur d’ordre exclusif d’un indépendant/sous traitant peut à tout moment voir sa relation requalifiée en contrat de travail.
                      Seules les sociétés d’interim ont une dérogation. Pas les auto entrepreneurs...

                      Donc pour ce qui est de l’argument de l’utilisation de ce statut pour « forcer » les gens à partir et les refaire travailler après c’est du pur fantasme


                    • foufouille foufouille 14 avril 2010 16:23

                      @ titi
                      non c’est reel
                      ca arrive reellement
                      et meme a l’embauche
                      j’ai deja vu ce genre d’annonce

                      les cdd par lot de 30 ne sont « normalement » pas autorise non plus

                      il suffit de 2ou 3 societes bidon pour contourner le probleme


                    • Le chien qui danse 14 avril 2010 16:04

                      Ce statut concerne des gens qui pensent disposer d’un minimum de savoir faire dans une pratique particulière.
                      Ce statut leur permet d’avoir une activité simple sans engagement lourds et en totale indépendance ;
                      Un patron tient ses salariés par la sécurité de l’emploi (très relative de nos jours) enfin bon vous êtes employé et si tout se passe bien il n’y a pas de raison de perdre votre emploi.

                      Un auto-entrepreneur est un salarié indépendant point barre.

                      Et je suis d’accord avec Fifi, forcer les gens à partir pour les reprendre après à moins cher est pur phantasme.


                      • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 avril 2010 16:12

                        C ’est rigolo , beaucoup disent être exploités , certains critiquent sans arrêt le boîtes dans lesquelles ils bossent , et presque personne est attiré par la liberté d’ entreprendre .

                        Coincés dans la tête ?


                        • ZenZoe ZenZoe 14 avril 2010 17:00

                          Le statut d’AE est une excellente chose. Il faut le prendre pour ce qu’il est effectivement : un tremplin pour tester une nouvelle activité et se constituer une clientèle, ou une activité de complément. Il permet d’avoir un Siret, de faire des factures et d’être clair avec les impôts. On se plante, on arrête. On intéresse des clients, on continue. On peut même changer de statut si les revenus augmentent bien et devenir une « vraie » entreprise".
                          Bien sûr, des dérives sont déjà là. Il n’y a qu’à aller sur le site de Pôle Emploi et voir les pseudo-offres (qui ne sont en fait que des demandes de prestations). Mais c’est aux gens à choisir et ne pas confondre les deux statuts.
                          Salarié, on a une certaine sécurité de l’emploi, des congés payés et des horaires fixés par la loi (théoriquement) mais on subit le fameux lien de subordination.
                          Entrepreneur, on doit se bouger, on est dans une relative précarité, mais on travaille quand on veut, comme on veut, où on veut, sans recevoir d’ordre de quiconque.
                          A chacun de voir !


                          • foufouille foufouille 14 avril 2010 17:09

                            "Dans Le Travail en prison (éditions Autrement, 2010), Gonzague Rambaud et Nathalie Rohmer ont enquêté sur le business carcéral. En 2008, 16000 détenus ont travaillé dans les prisons, majoritairement rémunérés à la pièce, sans contrat de travail, pour en moyenne 3,90 euros de l’heure. Si les entreprises profitent allègrement de cet eldorado économique, elles ne se vantent pas de leur présence dans les prisons françaises. « Pas besoin de le crier sur tous les toits », indique poliment la direction d’une d’entre elles. Une fois démasqués, certains grands noms de l’industrie se retranchent derrière leurs sous-traitants, d’autres feignent de découvrir l’information, beaucoup ne se souviennent plus de rien, ou alors admettent qu’« il y a très très longtemps... » Making-of de l’enquête, avec le récit de quelques cas caractéristiques d’amnésie."

                            http://www.le-tigre.net/Les-entreprises-et-la-prison.html

                            le reve du medef et des libertasplusrien


                            • Visiteuse de Souvenirs Visiteuse de Souvenirs 15 avril 2010 00:02

                              Oh ! quelle honte ! Les pauvres malheureux prisonniers !

                              Si il y a un catégorie de gens que je ne plain absolument pas ce sont eux. Ils avaient qu’à réfléchir avant d’agir !

                            • foufouille foufouille 15 avril 2010 09:21

                              justement nos lois qui interdisent ca
                              la prison est donc une zone de non droits
                              endroit ou on peut finir pour un motif bidon


                            • foufouille foufouille 15 avril 2010 09:56

                              et tu devrait lire la source
                              on parle de rentabilite


                            • TSS 14 avril 2010 17:38


                              l’auto entrepreneur ou un saut d’un siècle en arriere !!

                              mon arrière grand père etait tacheron maçon à son compte, le client achetait les fournitures

                               ,et lui avait le materiel et louait ses bras et son savoir faire !!

                              je connais des gens qui sont « ouvriers independants »,je ne vois pas bien la difference !!

                               


                              • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 avril 2010 17:42

                                il n’ est de pire sourd que celui qui ne veut rien voir ...
                                 
                                Mon arrière-arrière-arrière-arrière grand-père était marié à mon arrière-arrière-arrière-arrière grand-mère .


                                • TSS 14 avril 2010 18:04


                                  elle avait bien du courage parce que ....si vous lui ressemblez  !!


                                • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 avril 2010 18:09

                                  Elle était quatre fois plus pire que moi ......

                                  de loin on aurait dit TSS ..... smiley


                                  • TSS 14 avril 2010 18:20

                                     Elle était quatre fois plus pire que moi .....

                                     vous ecrivez comme vous faisiez le pain... !!


                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 avril 2010 18:22

                                      je sais m’ adapter au niveau de mes interlocuteurs ..... smiley


                                      • patdu49 patdu49 14 avril 2010 19:00

                                        l’auto entrepreneur c’est surtout bien pour les déjà riches, les + aisés, qui en veulent encore un peu + dans la poche etc ... les cumulards etc ..

                                        sinon c’est plutot la merde, la paupérisation du travail, (+ de travailleurs pauvres)

                                        -pas de cotisations chômage
                                        -pas de congés payés
                                        -pas de protection accident du travail
                                        -etc .. « salaria déguisé » .. pas de CE, etc ..
                                        -concurrence déloyale etc ..
                                        -encore + la porte ouverte au travail au black, car possibilité de se faire connaitre, par pubs dans des journaux gratuits, etc ... ensuite le liquide pas déclaré, rien de + simple dans bien des domaines ..

                                        et pour les + pauvres qui se lancent, c’est souvant des mauvaises surprises, comme perte d’APL etc ... avant même d’avoir fait le moindre centime d’euro ..

                                        bref perso je suis archi contre ce statut, trop d’abus, trop de dérives, trop de chomeurs qui s’inscrivent en pensant :

                                         « il vont moins me péter les couilles à pôle emploi avec leurs convocations etc, ou parfois on nous infantilise, ou parfois on nous culpabilise, ou parfois on nous force sous menaces de radiations à accepter n’importe quoi »


                                        • Le chien qui danse 14 avril 2010 19:22

                                          Oula ! faut sortir le dimanche, ça aère....


                                        • foufouille foufouille 14 avril 2010 19:55

                                          pas d’ac patdu49

                                          y a pas de paperasses
                                          ca permet de faire un petit boulot en plus
                                          bon faut deja avoir un boulooot ................


                                        • Visiteuse de Souvenirs Visiteuse de Souvenirs 15 avril 2010 00:05

                                          FAUX ! Pôle emploi ne vous lâche pas quand vous êtes auto entrepreneur. Que Né Ni. Tout les mois il faut faire son rapport.


                                        • titi 15 avril 2010 07:22

                                          - pas de cotisations chômage
                                          -pas de congés payés
                                          C’est le cas de tout gérant d’entreprise. Qu’il soit seul ou qu’il est 1 000 salariés.

                                          -pas de protection accident du travail
                                          Sur ce point je vous accorde le doute...

                                          -etc .. « salaria déguisé » ..
                                          pas de CE, etc ..
                                          Ouuuuuuuuuuaaaaaaaaouuuuuuuuuuuuuhhhh. Super grave. Y a pas de CE !!!
                                          Et pas de ticket restau !! Ca c’est sur c’est l’exploitation de l’homme par l’homme puisque y a pas de place de ciné pas cher.
                                          Je vais vous apprendre un truc : la plupart des entreprises n’ont pas de CE ni de ticket restau.

                                          -concurrence déloyale etc ..
                                          Là je suis d’accord. En particulier je trouve les auto entrepreneurs peu informé concernant leur responsabilité civile professionnelle alors que c’est un centre de cout important ches les artisans.
                                          Du reste ce n’est pas une nouveauté : ca m’a bien fait rigolé quand Raffarin avait créé la SARL à 1 euros.... sachant qu’une RCP est obligatoire (1 500 euros/an) ainsi que les services d’un expert comptable (1 500 euros/an pour la prestation minimale) ca fait déjà 3 000 euros dans la vue sans avoir produit le moindre euros.

                                          -encore + la porte ouverte au travail au black
                                          Vous rigolez ? Tous les travailleurs font du black. Qu’ils soient salariés, indépendants, patrons de SARL. 
                                          A rapporter à la question que je pose sur un autre fil : pourquoi les sociétés préfère avoir recours à l’interim même sur de très longues durées à un cout x 2,5 ? On peut donc ajouter pourquoi les artisans s’auto-justifient de travailler au black ?


                                        • patdu49 patdu49 15 avril 2010 07:53

                                          c’est ce que je dis, trop de chomeurs « pensent que » .. alors que pas sytématique.

                                          cela dit, j’imagine, qu’il doit y avoir bon nombre de radiations quand même, de désinscriptions de pôle-emploi.

                                          un RSAste, par exemple, qui justifie, d’un revenu de 50% d’un smic ou +, n’est pas tenu de justifier de recherches d’emploi.

                                          contrairement à - de 50% d’un smic, un travailleur pauvre est tenu de chercher autre emploi, ou emploi(s) supplémentaire(s), pour améliorer ses revenus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès