Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Un dollar faible est-il réellement dangereux pour les Etats-Unis (...)

Un dollar faible est-il réellement dangereux pour les Etats-Unis ?

La plupart des économistes tendraient à penser qu’un dollar faible peut avoir de lourdes conséquences pour l’économie américaine. Mais le déclin du dollar est-il si dangereux qu’on voudrait le faire croire pour les Etats-Unis ?

L’hebdomadaire ’’l’Expansion’’ revient sur un sujet très à la mode dans son dernier numéro : Le déclin du Dollar. L’article propose un tour d’horizon des différents avis que l’on peut trouver à ce sujet dans la presse américaine.

L’Expansion revient entre autres sur les propos de William Anderson, de la Foundation For Economic Education, qui expliquait la semaine dernière que le gouvernement américain était en train de transformer le Dollar américain en Dollar du Zimbabwe...

Il analysait la chute du Dollar, expliquant que son déclin est du au fait que les investisseurs ont désormais compris que les Etats-Unis ne sont plus un refuge économique. Il est vrai, comme nous le soulignons dans un précédent article, que les banques centrales investissent de moins en moins dans le dollar, au profit de l’Euro. En effet, au second trimestre 2009, le Dollar ne représentait que 37% des investissements des banques centrales, contre une moyenne de 63% sur les dix dernières années.

Larry Kudlow, un autre économiste américain, relève quant à lui que sur les six derniers mois le dollar a perdu 15% alors que l’or a gagné 150 dollars, faisant ainsi un parallèle inquiétant avec ce que nous avions connu dans les années 70, où la hausse de l’or et l’inflation avaient littéralement étouffé les marchés action.

Mais ce n’est pas le cas aujourd’hui, rappelle David Malpass, du Wall Street Journal. L’indice Standards and Poors a effet presque doublé entre 2003 et 2007. Les investisseurs institutionnels, ceux qui ont emprunté pour investir, ont donc touché le jackpot. Mais les capitaux ont fuit les Etats-Unis, freinant la croissance, et dégradant le marché de l’emploi, pour en arriver à la situation catastrophique qui bride actuellement la reprise américaine.

Malpass note également que les loyers, ainsi que les prix de l’énergie et de l’alimentation ont augmenté plus vite que les salaires, concluant en précisant que le PIB en euros des Etats-Unis a chuté de 25% depuis l’an 2000, tandis que celui de l’Allemagne, par exemple, affiche une hausse de 4% sur la même période.

Mais un dollar faible ne présente pas que des inconvénients, et peut même dans certains cas se révéler bénéfique.

Le coût de la dette américaine, qui a atteint les mille milliards de dollars, est en effet amoindri lorsque inflation et dollar faible conjuguent leurs impacts. Timothy Geithner, secrétaire d’Etat au Trésor US, a donc beau clamer que les Etats-Unis veulent un dollar fort (comme début octobre au G7), tout le monde peut se rendre compte que le gouvernement américain ne fait rien pour soutenir sa monnaie, comme le prouve la Fed, qui n’a pour l’instant aucune intention de relever ses taux...

De plus, vu sous un certain angle, un dollar faible peut être bénéfique à l’emploi américain. En effet, une monnaie faible rend les exportations meilleur marché et donc plus solides, ce qui profite à l’économie américaine en général. Mais un dollar faible implique également que la main d’oeuvre américaine devient moins chère, ce qui permet de rapatrier des postes délocalisés aux Etats-Unis.

Fred Bergsten, du Peterson Institute, note également que la fuite des capitaux provoquée par la faiblesse du dollar permet de rétablir un certain équilibre financier, et rappelle que c’est l’afflux de capitaux étrangers qui avait contribué au surendettement et à la sous évaluation des risques qui ont plongé les Etats-Unis dans la crise.

Enfin, il faut aussi souligner que le fait que les investisseurs préfèrent l’Euro (considéré comme un actif risqué) au dollar (valeur refuge) est signe que la confiance est revenue, et que l’optimisme bat son plein !

Toutefois, il semble plus sage d’attendre de voir concrètement la reprise avant d’y croire, selon nous...

Copyright (c) 2009 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Jurassix Jurassix 22 octobre 2009 12:59

    L’$US gardera son aura tant que les matières premières seront évaluées et négociées en USD. Et parmi toutes ces matières, la baril, qui est LA matière première qui peut faire plonger une économie aujourd’hui, reste évalué en USD.

    Et soyons réalistes : le dollar qui baisse, c’est une catastrophe pour l’industrie européenne, automobile et aviation notamment. Pour le peu de marchés qui sont traités, les marges fondent.

    Exemple : un américain dont le pouvoir d’achat baisse ne pourra pas acheter une auto allemande, de 40.000 €, qui coutait 50.000USD il y a un an, et qui « coute » aujorud’hui 60.000 USD. Du coup, si le constructeur maintient son prix de 50.000USD, cela fait 33.000€. Si la marge est de 25% à 40.000€ (soit 10.000€), à 33.000€, il ne gagne que 3000€ par vente...
    Raisonnement uniquement valable si le véhicule est importé.

    C’est une forme de protectorat, ne soyons pas dupes.


    • plancherDesVaches 22 octobre 2009 16:53

      Je ne comprends pas votre dernière phrase : « Toutefois, il semble plus sage d’attendre de voir concrètement la reprise avant d’y croire, selon nous... »
      Alors que la reprise est là !!!!

      Oui, bien là :
      http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2851
      http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2852
      http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=7749
      http://contreinfo.info/breve.php3?id_breve=7745
      http://www.pauljorion.com/blog/?p=5647

      Mais, les sauveurs sont ici aussi :
      http://online.wsj.com/article/SB125616828727300265.html?mod=WSJ_hps_LEFTWhatsNews

      En fait, oui : un dollar qui ne vaut plus rien est dangereux pour les US :
      Ils vont se mettrent tous les pays encore plus vite à dos et l’Euro aura intérêt à baisser si nous ne voulons pas payer pour eux.
      On va être sympa, on va leur laisser le choix du pire.


      • ProfesseurForex.com profix 22 octobre 2009 17:05

        Bonjour,

        Vous dites que la reprise est là, mais tout dépend de la définition que vous donnez à ’’reprise’’. Si pour vous cette définition se limité à ’’hausse du PIB’’, alors peut-être que la reprise est là effectivement.

        De notre côté, nous préférons garder le terme ’’reprise’’ pour les cas où la croissance est assez forte pour entrainer un cercle vertueux entrainant lui même baisse du chômage, relance durable de la consommation, etc...

        Mais malheureusement, beaucoup d’économistes s’accordent sur le fait que les ’’débuts de reprise’’ que l’on constate actuellement sont loin d’être suffisants pour entrainer ce genre de spirale bénéfique...

        Bonne journée
        ___________________________
        L’équipe ProfesseurForex.com


      • plancherDesVaches 22 octobre 2009 17:20

        Madame Lagarde a dit que la reprise était là, donc, je ne vois pas de raison que ce ne soit pas vertueux.
        Libéralement votre.
        Bonne journée auto-réalisatrice à vous.


      • plancherDesVaches 22 octobre 2009 21:18

        Ne vous donnez plus la peine de répondre, entreprendre est aussi noble que la démocratie : tous deux repris et exploités...


      • plancherDesVaches 22 octobre 2009 18:05

        Désolé Villitruc.

        Le mien a été votre esclave en travaillant pour vous et j’ai suivi la même voie.


      • plancherDesVaches 22 octobre 2009 18:32

        Je ne JOUE pas, Tilimachin.

        La baisse de la masse salariale n’est pas une uthopie et la concentration de capital identique à celle de 1929 qui empêche toute circulation d’argent pourrait, éventuellemnt, vous ouvrir l’esprit.
        J’ai connue UNE entreprise communautaire...

        Mais la situation actuelle n’est plus à l’ouverture d’esprit, mais au sauvetage de plumes. Bien matériellement à vous.

        Ne vous donnez plus la peine de répondre, entreprendre est aussi noble que la démocratie : tous deux repris et exploités...


      • plancherDesVaches 22 octobre 2009 21:10

        Travailler sans compter ses heures... Vous allez presque me « découvrir » si je vous dis que je n’ai jamais compter mes heures tout simplement parce que :
        - j’aime mon travail.
        - j’ai horreur de compter mes heures.

        Et ce n’est pas parce que j’ai trois patrons de sociétés dans ma famille que vous allez me faire croire que je ne connais pas le problème. Et ils le connaissent autant que moi.

        Ne perdez pas votre temps avec moi, sauvez vos plumes, c’est tout ce qu’il vous reste libéralement à faire.


      • plancherDesVaches 22 octobre 2009 21:18

        Ne vous donnez plus la peine de répondre, entreprendre est aussi noble que la démocratie : tous deux repris et exploités...


        • BA 23 octobre 2009 00:42

          Jeudi 22 octobre, le même jour, trois informations hallucinantes  :

          1- Première information  :

          Selon le rapport «  Vaccins et vaccination : la situation dans le monde  », publié par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’UNICEF et la Banque mondiale, le taux de vaccination chez les tout-petits n’a jamais été aussi élevé avec 106 millions d’enfants vaccinés en 2008. Malgré cette hausse, le rapport déplore qu’un bébé sur cinq ne soit toujours pas protégé contre les maladies graves. Il faudrait en effet un milliard de dollars supplémentaire par an pour garantir des vaccins à tous les enfants de 0 à 1 an des 72 pays les plus défavorisés.

          http://www.famili.fr/,la-vaccination-en-hausse-dans-les-pays-pauvres,363,53909.asp

          2- Deuxième information  :

          Etats-Unis  : le nombre de pauvres est situé entre 40 et 47 millions. En pourcentage, la pauvreté touche entre 13,2 % et 15,8 % d’Américains.

          http://www.msnbc.msn.com/id/33395012/ns/us_news-life/

          3- Troisième information :

          Le Congrès des Etats-Unis a adopté jeudi, après un vote au Sénat, le texte final du projet de budget 2010 de la Défense, quasi-conforme aux demandes de l’administration et autorisant celle-ci à dépenser jusqu’à 680 milliards de dollars.

          http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=a285d615612e9422d8c863b18f0fd23c


          • lechoux 23 octobre 2009 11:01

            La 307 Peugeot, c’est pour donner le change aux 5 fois le SMIC ?


            • faxtronic faxtronic 23 octobre 2009 14:18

              Mlle Vilistia.

              Vous ferez partie du prochain tombereau, toute innocente que vous etes, car le nettoyage doit etre totale pour eviter les rechutes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès