Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Un système économique au service de l’humain

Un système économique au service de l’humain

A l’heure où la financiarisation de l’économie plonge le monde entier dans des crises sans précédent, à l’heure où de nombreuses voix s’élèvent pour réformer le système économique actuel auquel s’accrochent des dirigeants politiques au service du capital plutôt que de leur population, un collectif de citoyens de la province de Liège, en Belgique, annonce la mise en place par ses soins d’une monnaie complémentaire qui préfigure ce que pourrait être un système économique au service de l’humain plutôt que du capital.

Les conditions

Le collectif liégeois insiste sur le fait qu’il s’agit d’une initiative citoyenne qui ne pourra en aucun cas être récupérée par le politique, coupable à ses yeux d’avoir cédé à la finance privée le droit de battre monnaie qui appartenait au peuple, et encore moins par la finance qui pompe à son profit, via les intérêts de la dette, toutes les richesses produites par les entreprises, les travailleurs et les Etats.

Ce collectif va fonder une Association Sans But Lucratif (en abrégé ASBL) dont le nom sera « Club Robin » et dont le rôle consistera à émettre cette monnaie complémentaire, baptisée « robin ».

L’expérience pratique ne démarrera que lorsque 100.000 consommateurs et 5.000 commerces de la Province de Liège auront fait la demande d’une carte « Robin », carte à puce semblable à une carte bancaire, et, pour les commerçants, du lecteur adéquat. Aucun paiement n’est exigé avant que ces quotas soient atteints.

La province de Liège compte un peu plus d’un million d’habitants, tous conviés, à partir de l’âge de 8 ans, à entrer dans le système. Plus de 80% de cette population participent à la vie associative. Le concept du robin créera une synergie entre ces associations, les commerces de biens et services, les producteurs et les consommateurs que sont par ailleurs les citoyens.

Même si l’ASBL Club Robin ne démarchera que les associations, les producteurs, les commerces et les habitants de la province de Liège, elle acceptera les inscriptions venant de partout ailleurs, car elles pourraient servir de rampe de lancement à des Clubs Robin dans d’autres provinces belges, départements français ou autres découpages géographiques dans d’autres pays.

Son vœu est en effet que des Clubs Robin se forment un peu partout sur le même modèle, ce qui renforcerait de manière spectaculaire l’efficacité du système


Les principes du système

Le fondement du système consiste à considérer que le PIB ne prend en compte qu’une petite partie de la création de richesses, celle qui débouche sur une rentabilité immédiate, sans prise en compte des conséquences souvent onéreuses qui, au contraire des bénéfices, sont socialisées.

Le Club Robin considère comme richesse ce qui est utile à l’humain ou à la planète, évitera des débours à court, moyen ou long terme et n’est pas pris en compte par le système actuel.
La justification économique se mesure par exemple à la différence de rentabilité entre, d’une part, un père de famille qui a perdu son emploi, devra être assisté, cessera d’être crédible aux yeux de ses enfants, verra son ménage se désunir, se réfugiera dans l’alcool ou dans la criminalité et, d’autre part, un père de famille disposant d’un emploi correctement rémunéré, exerçant pleinement ses rôles de parent-éducateur, consommateur et contribuable, nécessaires respectivement à la communauté, au commerce et à l’Etat.

Les robins sont donc destinés à rémunérer les créations de richesses de nature humanitaire, sociale, écologique, culturelle et sportive non professionnelle.
S’ajoutant à la monnaie officielle, ils augmentent bien entendu le pouvoir d’achat global de la population tout en assurant une meilleure redistribution des richesses.

Pour le lecteur qui voudrait comprendre tous les aspects du système, nous recommandons ce livre électronique gratuit qui contient des liens vers des vidéos intéressantes et ce site :
http://www.club-robin.org/robinliege/index.html  
et http://www.club-robin.org/province/


Relance de l’emploi

Une différence fondamentale entre la conception d’une richesse dans le système capitaliste et dans le système humaniste du robin se remarque dans le domaine de l’emploi.

Le système capitaliste n’a pas besoin d’emplois mais seulement d’une force de travail, de préférence exercée par une machine. Le salaire du travailleur est considéré comme un mal nécessaire et tous les moyens sont bons pour le réduire : restructurations, délocalisations, statuts précaires… La financiarisation du système fait monter en bourse les entreprises qui dégraissent la masse salariale et chuter celles qui n’en peuvent se défaire.

Pour le système humaniste du robin, l’emploi est au contraire fondamental. Il ne se chiffre pas seulement en différence entre un coût en allocations de chômage et une recette fiscale mais aussi aux conséquences statistiques liées aux licenciements en termes de désunions, démission parentale, alcoolisme, toxicomanie, criminalité sur plusieurs générations avec toutes les dépenses y afférentes.

C’est pourquoi le Club Robin remboursera en robins les salaires bruts payés aux travailleurs par les entreprises situées sur son territoire et livrant leurs produits aux commerces de la province.

La contrepartie est que ces producteurs acceptent en paiement d’une fraction du prix de leurs fournitures les robins des commerçants comme ceux-ci accepteront les leurs et ceux des autres consommateurs.

Grâce à cette mesure, la province rend ses producteurs plus compétitifs que ceux qui délocalisent puisqu’ils retrouvent l’intégralité des salaires versés. Le Club Robin en attend logiquement la création d’emplois et donc une augmentation du pouvoir d’achat global en euros.

Même si cette mesure était d’usage dans le monde entier, il n’y aurait plus nulle part de pertes d’emplois dues à l'existence, ailleurs, d'une main d'oeuvre exploitée.



Sortir de l’endettement

Pour permettre aux débiteurs de se reconstruire plus rapidement un avenir et d’honorer leur responsabilité envers leur famille, et aux créanciers de retrouver plus rapidement et sûrement leur créance, le Club Robin permettra aux créanciers d’annuler la dette du débiteur et de retrouver immédiatement leur créance en robins.

On peut donc en attendre une réduction de la pauvreté et la fin des faillites en cascades dues aux créances impayées.

Par ailleurs, les dons en euros aux personnes en difficulté et aux associations à vocation humanitaire, écologique, sociale, culturelle ou sportive amateurs sont remboursés en robins au double de leur valeur de sorte que chaque consommateur peut ainsi accroître son budget mensuel du montant de ses dons et que ces personnes et associations puissent survivre à l'austérité.

Chacun peut donc augmenter son pouvoir d’achat de 20 à 30%


Accélérer la mutation écologique

Le Club Robin compte aussi rembourser les travaux d’isolation entrepris par les particuliers pour diminuer la facture d’énergie ainsi que les achats d’équipements fournissant de l’énergie propre (panneaux solaires, éoliennes) ou de tout produit destiné à dépolluer.
Il espère ainsi influer sur la consommation individuelle et contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Il existe d’autres domaines d’application du robin, par exemple le remboursement des cotisations des enfants dans des mouvements de jeunesse, clubs sportifs ou activités artistiques où ils recevront une formation ou encore la vente sur un site du Club Robin de produits biologiques et des biens immobiliers 100% en robins mais l’espace nous manque pour tout évoquer.

Allez lire ce livre et visitez le site et vous comprendrez que ce système aurait pu empêcher la crise de 2007 et ses conséquences actuelles.

Vous comprendrez aussi qu’il serait aujourd’hui un véritable remède contre les affres de l’austérité et un outil susceptible de relancer la croissance.

Comme quoi, il y a plus d'idées dans les têtes de citoyens que dans celles des candidats à la Présidence française.
 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • LE BENEVOLAT ON A DONNE PENDANT 40 ANS............

    syndicaliste je vais plus loin les maires ...36600 ...ont une bonne partie de leurs missions faites par des assos de bénévoles...sorp..biblios...prevention...

    ILS NE PARTAGENT PAS.. (leurs bonnes indemnités).ET DONNENT DES MINIS SUBVENTIONS
    366600 MAIRES ET 3000 COMMUNAUTES DE COMMUNES EN PLUS

    ENCORE UN MENSONGE.......LES 3000 COMMUNAUTES DEVAIENT REMPLACER LES 36600 COMMUNES...ON GARDE LES DEUX POUR FAIRE PLAISIR AUX ELUS NOTABLES DE L UMP...ET ASSEZ RAREMENT DU PS.

    L ALLEMAGNE A 16 LANDERS..300 CICRONSCRITTIONS.80 MILLIONS DHABITANTS ET 8 MINISTRES
    NOUS AVONS 600 DEPUTES 400 SENATEURS ET 35 MINISTRES NON BENEVOLES A 17 MILLIONS D EUROS/AN..PIECE.... 1 elu pour 100 habitants 1 pour 1000 aux usa......

    autre mensonge....les mères de famille de 3 enfants élevant leurs enfants devaient avoir des trimestres de PENSION...VERIFIEZ LE....C EST BIDON...ELLES ONT LES TRIMESTRES QUI NE COMPTENT PAS POUR LE CALCUL DE LA VRAIE PENSION..BENEFICE...000000000000 MERES BENEVOLES 0+0 =0


    • SNOOP 17 mars 2012 11:08

      @TOUSENSEMBLE...

      dans la « santé sociale » tu étais le... patient ? smiley


    • benevole 17 mars 2012 13:56

      C’est mon pseudo qui vous dérange ? Parce que je ne crois pas avoir parlé des bénévoles dans cet article bien qu’ils fassent effectivement l’objet d’une rémunération en robins dans le projet.

      A propos de pseudo, je trouve le vôtre admirable, comme l’émission de Marc Emmanuel d’ailleurs et j’apprécierais que vous l’illustriez en encourageant vos concitoyens à soutenir « tous ensemble » une initiative citoyenne qui a précisément pour but de mieux redistribuer les richesses, de rendre aux citoyens un contrôle économique et politique sur leur propre vie, et de donner une valeur à ce qui nous est utile mais n’est jamais pris en compte par les financiers.


    • @snoop arrete de sniffez...

      rigole...rigole...on verra bien qui rigolera en dernier

      150000 kamarades a la BASTILLE I...........INVALIDE A 90% JE NE PEUX MEME PAS Y ALLER...AVEC MA MINI RETRAITE .LE TRAIN EST TROIS FOIS TROP CHER.


    • Richard Schneider Richard Schneider 17 mars 2012 10:58

      à bénévole :

      Heureux de vous retrouver sur ce site ! Bel article, intéressant, pédagogique et surtout positif. Vous essayez de montrer qu’il y aurait peut-être des moyens pour s’extirper de cette vase ultra-libérale qui engloutit les peuples.
      Encore bravo.
      Amicalement,
      RS

      • benevole 17 mars 2012 14:14

        Bonjour Richard,

        Heureux de vous retrouver encore parmi les commentateurs de mes articles !

        Oui, il existe des moyens mais ce n’est pas gagné d’avance. Lire et écrire ne suffisent plus. Il faut partager les liens de cet article le plus largement possible et utiliser à cet effet la commande « partager » qui se trouve sous le livre jusqu’à ce que 10% au moins de la population soit informée des avantages qu’elle aurait à s’inscrire au système.

        Et surtout, il faut s’engager soi-même, avec sa conscience, dans cette voie constructive avant que les souffrances liées à l’austérité qu’on nous prépare ne déclenchent émeutes, violences et révolutions qui, faute d’alternative, déboucheraient sur le chaos ou un avenir incertain.

        Amicalement
        JMF


      • kiouty 17 mars 2012 12:03

        Oui ca mérite une lecture plus approfondie, même si il y a un côté un peu naïf. Le problème est quand même la valeur du robin par rapport à la monnaie réelle, l’émission de robins et donc l’inflation et la perte de valeurs du robin suite à l’émission d’autres robins. J’aurai tendance a dire a priori et avec des préjugés certainement monstrueux, que si l’initiative a ete conçue dans le cadre qui a été décrit (prise en compte de la situation familiale d’un pere de famille salarie qui perd un emploi) mais sans aucune theorie monetaire venant soutenir et montrer l’interet de la demarche, et sans aucune prise en compte du monde de l’entreprise, ca risque tout simplement de faire pshitt. je ne suis pas convaincu par l’argument du pere de famille. 

        On m’aurait parle des degats ecologiques que generent les entreprises, du chomage crees lorsqu’elles delocalisent, et donc de chiffrer dans le PIB les couts sociaux et environnementaux (horreur !! frein a la croissance !!! interventionnisme d’etat ignoble !!!!), j’aurai trouve ca beaucoup plus credible.

        • benevole 17 mars 2012 14:47

          Bonjour Kiouty

          Il n’est pas facile de résumer en un article les 78 pages de la brochure et les innombrables pages du site club-robin.org mais vous y découvrirez que les dégâts écologiques et le coût du chômage provoqué par les délocalisations et autres formes d’économies sur la masse salariale sont bien pris en compte dans leur principe. Il est certes impossible de chiffrer ces coûts parce qu’ils ne portent pas que sur une génération, parce qu’ils se portent sur plusieurs postes de dépenses (santé, sécurité, administration...) .

          Nous ne les retranchons pas du PIB, mais nous incluons tout ce qui donne lieu à rétribution en robins dans le PDH (produit du développement humain) et affirmons que cela doit donner lieu à émission monétaire. Et vous constaterez que ce qui donne lieu à rétribution en robins est précisément ce qui évite les coûts liés aux dégâts que vous avez cités.

          Concernant l’élimination des robins , vous découvrirez en bas de cette page les différents moyens qui ont été prévus.


        • credohumanisme credohumanisme 19 mars 2012 10:50

          @ l’écureuil  TOUSENSEMBLE retraité FRONT DE GAUCHE EX DP sante social

          J’en ai un peu assez de vous entendre crier en majuscule. Ne pouvez vous écrire comme tout le monde ?

          Merci d’avance smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès