Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Un travail mal partagé

Un travail mal partagé

Au mois d’août dernier, l’Insee a publié un rapport dans une indifférence quasi générale.
Dommage, car il nous apprend des choses étonnantes.

21,5 millions de Français sont inactifs (dont 9 millions d’hommes), soit près de la moitié sur la population française âgée de plus de 15 ans (49,4 millions).

C’est l’un des pourcentages les plus important d’Europe. http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1206

Bien sûr, par d’habiles calculs, le gouvernement s’entête à nous convaincre que ça va mieux, que le chômage est stabilisé.

Il n’en est rien.

Dans ces 21,5 millions d’inactifs, il y a bien sûr des femmes ou des hommes au foyer, qui ont une activité, mais le nombre de réels inactifs Français est bien plus important que celui des Européens (en moyenne), d’après l’Insee.

En effet, il y a réellement 2,2 millions de Françaises et de Français qui ne travaillent pas, au sens défini par le Bureau international du travail.

Dans ces 2,2 millions, une partie n’a pas d’emploi, une autre n’en recherche pas ou n’est pas disponible pour en occuper un.

A cela, il faut ajouter ceux qui ont un emploi à mi-temps et qui n’entrent pas dans les chiffres du chômage, même si leur travail ne leur donne pas les moyens de subsister.

3 millions de travailleurs occupent un emploi précaire et près de 20 millions occupent un emploi à durée indeterminée.

Les emplois protégés ne représentent que le tiers des emplois salariés (6,5 millions).

Voilà le tableau réel de la France.

Bien sûr, les agriculteurs travaillent 59 heures par semaine, les artisans, commerçants, chefs d’entreprise 55 heures et les cadres 44 heures.

Mais 41 % des jeunes qui ont un emploi partiel souhaiteraient travailler plus.

Il y a donc bien une fracture importante :

Une France qui travaille beaucoup et une France qui voudrait travailler plus.

Si l’on compare au reste de l’Europe, il n’y a pas de quoi être fiers.

Si le taux d’emploi des Français de 15 à 64 ans était le même que celui des Danois (77,4), des Néerlandais (74,3), des Suédois (73,1) ou même des Anglais (71,5), 10 % supplémentaires de Français seraient au travail, ce qui représente plus de 3 millions de travailleurs.

De quoi régler le problème du chômage !

Il ne s’agit dont pas de travailler plus pour gagner plus, mais surtout de ne pas faire travailler plus ceux qui travaillent trop et de donner du travail à plus de Français.

Ce qui rend obsolète la question des 35 heures.

Comme chacun sait la croissance d’un pays dépend du nombre d’habitants qui ont les moyens de consommer.

En d’autres termes, si notre croissance est en panne, c’est que les Français n’en ont plus les moyens.

Bien sûr, à cela vient s’ajouter le prix de l’énergie qui ne cessera de monter, comme l’a démontré dans un documentaire passionnant un groupe d’experts : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1206

Que ce soit le pétrole, dont il reste bien sûr des poches exploitables, mais à grande profondeur, donc de plus en plus cher à exploiter,

Ou le nucléaire, qui n’assure pas notre indépendance énergétique, puisque nous achetons la plus grande part d’uranium en Afrique, la France aurait dû depuis longtemps se tourner vers d’autres énergies, moins polluantes.

Ce nucléaire est sur la sellette depuis l’accumulation des accidents de cet été, les dépassements financiers pharaoniques des deux EPR, les défauts de constructions, les centrales sur le déclin que l’on rafistole comme on peut.

Merci à l’Insee de nous avoir ouvert les yeux et dommage que le gouvernement n’en tienne pas compte.

Car comme disait un vieil ami africain :

« Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens ».

Documents joints à cet article

Un travail mal partagé

Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (95 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • JL JL 16 septembre 2008 15:13

    Bonjour, bien sûr j’approuve ce que vous dites. Mais convenez-en : comment voulez vous faire baisser le coût du travail s’il n’y a pas la peur du chômage ? Et comment voudriez-vous faire peur aux travailleurs s’il n’y a pas un fort taux de chômage ?

    Il y a peu de temps, un président disait  : "contre le chômage, nous avons tout essayé". En réalité, il suffirait de faire le contraire de ce qui a été fait par les gouvernements de droite.

    De la même façon qu’on fait pression sur les salariés pour baisser le coût du travail, on fait pression sur les petites entreprises en leur imposant un même taux de charges que sur les entreprises florissantes.

    Ce matin, Peyrelevade disait que l’on doit baisser les charges sur les entreprises exposées à la concurrence étrangère, c’est pourquoi il en est ainsi. Si la mondialisation n’existait pas, les capitalistes l’inventeraient.


    • olivier cabanel olivier cabanel 16 septembre 2008 16:04

      JL

      d’accord avec vous,
      c’est en effet ce que l’on peut traduire du fond de l’article,
      ils ont la solution depuis longtemps, mais ils préfèrent mettre la pression sur le travailleur,
      lequel de peur de ne plus trouver de travail, coincé entre ses crédits, et ses envies joue profil bas,
      corvéable a merci, comme on dit,

      je voulais surtout mettre en évidence le fait que les statistiques de l’INSEE sont souvent très mal lues, volontairement ou pas,

      de toutes fàçon, sans vouloir noircir le tableau inutilement, avec la crise financière grave qui se profile, rien ne va aller en s’arrangeant,
      il aurait fallu réagir il y a 30 ans...

      merci de votre commentaire en tout cas,


    • Viv 16 septembre 2008 15:14

      Merci pour ces chiffres.

      Cependant votre conclusion sur le nucléaire n’est pas appuyée par ce qu’il y a au dessus, elle arrive un peu comme un cheveu sur la soupe...

      Mais ça ouvre la porte à l’idée que l’écologie peut être un secteur dans lequel investir pour nous redynamiser.

      Le proverbe final fait peur : si je me retourne, je vois que la France sort de 14 ans de miterrandisme, 12 ans de chiraquisme, et s’enfonce dans le néo-libéralisme sarkozien... regarder en arrière n’apporte donc pas vraiment de réponse !

      ++


      • RilaX RilaX 16 septembre 2008 15:23

        Si, ca nous montre deja ce qu’il ne faut pas faire !


      • olivier cabanel olivier cabanel 16 septembre 2008 16:07

        Viv,

        je comprend votre réaction sur "le cheveux sur la soupe",
        mais comme vous le dites ensuite, tout est lié,

        le secteur de l’énergie est la clef de tous les problèmes, et je pense qu’on a raté le coche dans les années 70, en misant tout sur le pétrole et le nucléaire,

        aujourd’hui l’addition arrive, et elle est plutot salée, non ?

        merci de votre commentaire.


      • olivier cabanel olivier cabanel 16 septembre 2008 16:10

        Rilax,

        pour etre plus pessimiste que vous (ce qui n’est pourtant pas dans ma nature) je dirais, "ce qu’il ne fallait pas faire".

        on voit aujourd’hui que le chateau de carte financier de l’ultra libéralisme est en train de s’écrouler,*
        la faute aux décideurs politiques, mal conseillés, qui ont choisi l’option "dans le mur".


      • RilaX RilaX 16 septembre 2008 16:25

        "ont choisit" ou "choisissent" ?
        Non parceque le mur s’approche tous les jours plus vite ...


      • olivier cabanel olivier cabanel 16 septembre 2008 17:00

        Rilax,

        je vous propose cette phrase :
        "nous sommes lancés à grande vitesse sur l’autoroute du progrès, devant nous il y a un mur, et il est trop tard pour freiner",
        référence à un article précédent (et devant nous il y a un mur) au cas, ou vous ne ne l’auriez pas lu ?
        cordialement,


        • Tintin Tintin 16 septembre 2008 16:05

          C’est 21.5 millions de 15 ans et plus, c’est à dire retraités inclus.

          Comme il y a plus de chômage et que la retraite arrive plus tôt qu’ailleurs, il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il y ait plus d’inactifs en France qu’ailleurs.

          Ce qui caractérise le marché du travail en France, c’est qu’il existe effectivement un fossé important entre ceux qui ont un emploi permanent (CDI, fonctionnaires) et les autres (CDD, précaires, chomeurs).

          Les 35h n’ont pas aidé à "partager" le travail, par contre, elles ont je pense augmenté le stress parmi certaines catégories de salariés (PME) souvent confrontés à la même charge de travail mais avec un temps plus court pour le réaliser. Au passage, nous sommes également les plus gros consommateurs d’antidépresseurs.

          Il ne peut y avoir à mon sens partage du travail sans partage du risque lié au chômage, sinon la sécurité des uns (non sans stress), fait l’insécurité des autres (avec stress). D’ou la nécessité d’unifier le code du travail avec par exemple un contrat de travail unique qui fixe les mêmes seuils pour tous les salariés en terme de temps de travail hebdomadaire, durée de préavis, période d’essai, etc.

          Malheureusement dans la réalisation de cette idée lumineuse, ce qui à la base se voulait être un droit plus homogène, donc plus simple et plus juste, semble tendre vers une nouvelle usine à gaz fatalement inefficace et injuste.


          • olivier cabanel olivier cabanel 16 septembre 2008 16:16

            Tintin,

            je ne suis pas économiste,
            j’ai seulement lu d’une autre manière les statistiques de l’INSEE,
            elle fait la démonstration qu’il aurait été possible d’erradiquer le chomage si, il y a quelques années, on s’était orienté différemment, au lieu de chercher des poux ou il n’y en avait pas,
            les 35 heures justement.

            en tout cas je trouve votre conclusion tout à fait pertinente.

            merci du commentaire,


          • chmoll chmoll 16 septembre 2008 16:27

            il est vrai qu’une majorité de français (es) de débrouillent,que ce soit dans la mécanique, maconnerie,depannage de presque tout,bricolage de façon a tout faire eux mème

            ça s’comprend surtout actuell’ment

            résultat,ils ne font plus appels aux entreprises quelque soit leur taille leurs fonctions,ça donne des entreprises,garages ect ect au carnet de commande quasiment vide,

            faillite -chomage- économie en berne


            • LE CHAT LE CHAT 16 septembre 2008 16:36

              ah , les mauvais français qui bossent au noir pour personnellement eux même sans payer de cotisations ! smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 16 septembre 2008 17:09

              Chmoll,

              (vous avez de la parenté avec le grand Eddy ?)

              vous évoquez le système D, mais j’aurais de la peine a critiquer ceux qui veulent à tout prix s’en sortir, au lieu d’etre obligé de vendre tout, et d’habiter la rue...

              un économiste allemand, dont j’ai oublié le nom, avait une idée que l’on pourrait qualifier d’utopique, et pourtant.
              il proposait de salarier tous les sans emplois a hauteur de 1500 euros.
              sans la moindre contrepartie.

              son calcul est simple : les femmes et hommes sont sans emploi puisqu’ils ont été remplacé par "des machines" (ordinateurs, robots etc...)
              la marge bénéficiaire de l’entreprise qui les a remplacé serait toujours la même, voire meme plus importante, puisqu’on ne salarie pas une machine,
              puisqu’une machine ne connait pas la grève...
              a part, bien sur, une panne...
              donc théoriquement son calcul tient la route,
              la conséquence directe serait que ceux qui n’ont plus de travail resteraient consommateurs, et donc soutiendraient la croissance,

              c’est résumé en quelques mots, mais l’idée est là,
              j’en avais d’ailleurs fait un article il y a plusieurs mois (je crois que le titre était "travailler nuit gravement à la santé),

              merci de votre commentaire


            • olivier cabanel olivier cabanel 16 septembre 2008 17:13

              au Chat,

              le chat a encore fait mouche avec son humour que j’apprécie,
              à+


            • Bobby Bobby 16 septembre 2008 18:49

              Bonjour,

              En effet, garder un certain pouvoir d’achat aux plus démunis tient probablemnt d’un saine économie... et d’un humanisme qu’il est largement difficile de faire admettre... et pourtant !

              C’est l’antipode de la politique actuelle, c’est peut être une voie de réflexion ? peut être faudrait-il virer tous les pantins au pouvoir qui semblent aussi incompétants qu’irresponsables... mais je ne suis pas économiste !.. mais je ne suis pas militaire !... Y-a-t’il encore une place pour l’homme dans notre environnement social ?

              bien cordialement.


            • ARFF 16 septembre 2008 19:24

              le principe d’un revenu universel sans condition est le seul qui puisse nous sortir de la merde, mais cela impliquerait pas mal de changement aussi dans les mentalités humaine lobotomisées depuis des milliers d’années...

              De plus, redistribuer l’argent sans travail marche aussi sans la question de la mecanisation , peu importe que le travail des machines ou les activités des gens soit l’equivalent de l’économie d’aujourdhui. Le but n’est quand meme pas de faire perdurer le systeme meurtrier et devastateur actuel !

              Pour ma part, je ne vois aucune raison, mais alors aucune, dans le mode de fonctionement de la société dans laquelle on vit, aucune raison de travailler. 
              Je n’ai pas à perdre ma vie dans un ascenseur social en panne, je n’ai pas à trimer pour engraisser 10% de la population mondiale et en enfoncer 3 millards dans la misère, je n’ai pas à travailler pour les TALIBANQUES, je n’ai pas à gacher ma vie pour la croissance française et l’augmentation de la masse monetaire mondiale.

              Je suis né pauvre, et je ne vois aucune raison de trimer pour rattrapper ça alors que d’autres naissent riches, ou est la logique ? Le mérite s’acquier-t-il dés la naissance ? je ne vois non plus aucune explication à ce qu’un immigré sénégalais devrait se crever le cul 2 fois plus pour esperer que ses enfants aient une education convenable .

              Cela ne m’empeche pas d’etre actif et d’aider plus de gens avec mes activités non rémunérées ( et mon RMI) que la plupart des ministres du gouvernement français.

              Une mère au foyer avec 3 enfants travaille-t-elle moins qu’un secrétaire d’etat à l’integration ? je ne pense pas , dans le cas de celles que je connais , c’est plutot du 24h/24.Dans ce cas pourquoi n’aurait-elle pas droit elle aussi à sa part du gateau monetaire ? Ou est la logique ?

              Qu’y a t-il de si metaphysique dans le travail pour que la simple évocation de son abolition rende la plupart des gens furieux.

              Vous parlez d’inactifs, mais vous en connaissez beaucoup vous des inactifs, des gens qui foutent rien. ?
              Ce mot n’est pas le bon . Ce n’est pas le travail qui est mal partagé mais l’argent.


              L’argent ne vient pas du seigneur, il ne vient pas du travail non plus , il est juste crée par les banques, alors distibuons le equitablement et regardons ce qui se passe ....



            • chmoll chmoll 16 septembre 2008 16:48

              si si j’paye ma coti tous les ans a l’amicale pecheurs du coin


              • raki 16 septembre 2008 18:40

                ayant une bonne dose d’intuition,il me semble que le travail dans sa forme traditionnelle comme moyen "naturel" de subvenir a ses besoins est comdamné a disparaitre (travail fixe,salaire fixe horaires fixes etc.je ne dis pas que c’est mieux ou moins bien je ne sais pas),
                mais j’observe que nous quittons la valeur travail comme valeur organisatrice et dominante de la société,
                les générations montantes sont familieres avec des périodes d’inactivités,se qui a pour conséquence
                de développer un état d’esprit "nomad"dans le rapport au travail aussi ces générations se sont rendus compte que l’inactivité pouvait être aussi une source de véritable "richesse",assouvissement de la curiosité,créativité,temps pour soi,pour cuisiner sainement,être présent aux enfants pour ceux qui ont un "role" éducatif",temps pour la sexualité,pour la connaissance de soi et du monde,disponible pour les autres etc...d’ou l’intérêt de développer une société fonder sur le don de soi,la gratuité,la qualité de vie et en valeur dominante le bien être émotionel,physique,mental et je dirais même spirituel.
                Donc en effet il est interressant de penser à un revenu citoyen universel de vie mais il "faut" pour cela franchir un seuil psychologique qui impose une remise en question importante.
                L’espéce humaine n’est surement pas a son dernier stade d’évolution,et le cadeau que fait l’économie et ses valeurs de possessions sont d’amener jusqu’à l’absurde,les valeurs du paraitre,de l’épuisement des ressources,de la dévotion à l’entreprise etc...L’avenir n’appartient pas a ceux qui se lévent tôt
                mais à ceux qui pensent en terme de bien être et en art de vivre,dimension qui n’échappe jamais au ressenti...
                Derriere l’apparence ombrageuse du futur proche c’est une époque lumineuse qui se redessine...


                • olivier cabanel olivier cabanel 16 septembre 2008 18:50

                  Raki,

                  j’aime bien votre dose d’optimisme,
                  mais pourquoi pas,

                  à l’évidence, il semble quand même que nous allons vers des moments difficiles, dont il est possible que nous nous relevions, et que nous tournions une page bientot,
                  mais comme on dit dans ces cas là, il y aura "des effets collatéraux",

                  j’en veux pour preuve les meilleures estimations en matière de climat, puisqu’on nous annonce de partout (mission TARA par exemple, ou NASA) la fonte totale des banquises, des glaciers pour fin 2012.
                  avec en prime le ralentissement du Gulf stream, voire son arret total,
                  la fonte des banquises provoquera une montée des eaux que les experts ont de la peine a évaluer (ils restent dans le flou=entre 7m et 300m(!) )
                  d’autre part, le calcul a été effectué qu’une seule montée des eaux "déplacera" 100 millions de personnes, ce qui n’est pas rien.

                  si l’on ajoute à cela les autres soucis, financiers, ou environnementaux, on peut etre moins optimiste que vous, mais ceci dit, plus tard, il est possible comme vous le décrivez très bien que nous rentrions dans une autre époque, avec un fonctionnement différent.

                  et comme disait Kipling, je crois, c’est une autre histoire.


                • HELIOS HELIOS 17 septembre 2008 01:22

                  Quand la mer monte... (air connu)... je m’adresse au message de l’auteur que je salue également au passage.

                  J’aimerai lui dire deux choses :

                  La premiere c’est qu’on ne peut pas parler d’ecologie en employant le calcul de "l’empreinte ecologique" quand ça arrange et avoir une vision pontuelle quand cela n’arrange pas. Je m’explique, quand les ecologistes veulent demontrer que quelque chose est ecologiquement cher il presentent l’ensemble de l’empreinte ecologique depuis la matière première jusqu’a l’élimination. Or, pour le Nucleaire, il ne font pas la même demarche... enfin il la font mais apres avoir demander qu’on coupe le process au milieu. Mme Voynet a exigé qu’on ne poursuive pas la recherche et l’exploitation des surgénérateurs (comme superphénix) dont le but etait d’utiliser les dérivés de l’uranium comme combustible apres retraitement et qui accessoirement permettait aussi de "bruler" les dechets inutilisables... le reliquat inexploitable et formant les dechets ultimes etant alors tres faible. Cela dit c’est bien hypocrite d’attaquer le nucleaire sur ces point, y compris de parler de dangerosité de la filière alors que les incidents sont vraiment mineurs.

                  La seconde concerne le revenu universel a 1500 euros, ou a n’importe quel montant d’ailleurs. Cette demarche est quasiment impossible a mettre en oeuvre. en effet, si ce revenu existait, il faudrait que le salaire de ceux qui travaillent, donc qui font un effort supplementaire, soit plus important. Rapidement, le montant universel deviendrait un salaire minimum . Tres rapidement aussi, et connaissant les mecanismes predateurs de tout marchands, les prix augmenteraient pour essayer de capter le "surplus" de pouvoir d’achat de ce revenu. en effet aujourd’hui, aussi bien les services que les produits ont un prix calculés non pas sur leur valeur réelle, mais sur une valeur de "marché" qui est en fait le prix maximum que vous pouvez payer... une sorte de vente aux enchères permanente. Dans ces condition le pouvoir d’achat se reduit a acheter quelques produits/services minimum et indispensables qui captent tout d’autant qu’ils sont plus indispensables.
                  Votre système ne peut fonctionner que dans un système ou ne s’applique pas la loi de marché et ou les prix sont encadrés pour que le revenu universel puisse couvrir les besoins minimum et que la personne qui le reçoit puissent arbitrer dans ses dépenses. Actuellement il n’y a plus d’arbitrage possible puisque même pour le smic, un couple n’arrive pas a vivre.

                  Enfin, j’aimerai vous parler de la mer.... votre information :... entre 7 m et 300 metres, arret du gulf stream etc... sont des phantasmes d’écologistes angoissés. Pourquoi ? parce que même en laissant fondre toutes les glaces de surface pour que l’eau aille a la mer, la geometrie , matière peu soumise a interpretation, n’offre qu’une augmentation globale et uniforme de 70 cm environ. A cela il faut rajouter evidement la dilatation de l’eau du a la temperature, qu’on peut considerer comme tres faible dans le cas de l’eau, augmentant vraissemblablement de 3% a 5% le volume reporté sur la surface ce qui ne devrait pas faire dépasser, dans le pire des cas, le metre. Bien sur la terre etant ronde et surtout tournant sur son axe, l’eau a l’equateur, par la force centrifuge creera une sorte d’anneau (augmentation de la hauteur estimée a environ 50% soit 1,5 m, mais en même temps faisant diminuer la hauteur des autres endroits proportionnellement j’usqu’au pole. on estime toujours que l’augmentation au 45eme parallele serait de l’ordre de 20 cm maximum (toujours dans le pire des cas). Quand au gulf stream, tant que la terre tournera et que l’eau sera liquide, les couches chaudes seront a la surface et les froides en profondeur. Les couches polaires froides etant plus denses et donc plus lourdes, toujours par la force centrifuge ont tendance a etre emportées vers l’equateur en restant au fond et se rechauffent en voyageant. arrivée a l’equateur elle remontent en se rechauffant encore et se retrouvent en surface poussant l’eau dont elle vient occuper la place. Ces couches superficiellent deplacées plus chaudes et plus legères restent en surface et remontent donc a l’envers vers le pole où elles vont se refroidir, s’alourdir et couler refaisant ainsi le cycle.
                  Pour arreter le gulf stream, il faut une couche de glace de surface suffisament epaisse sur une portion significative (que je ne connais pas) pour que les echanges thermiques s’effectuent a tous les niveaux et tout au long de l’arc materialisant le chemin du gulf stream limitant ainsi le diferentiel de temperature entre le fond et la surface bloquant donc le courant . C’est pas encore joué, n’est-ce pas, donc le Gulf Stream a encore de beaux jours devant lui d’autant que même dans ce cas de figure, on pourrait imaginer une inversion du gulf stream du a la pression et a la caracteristique toute particuliere de l’eau qui a un volume minimum a 4° C, et c’est comme cela que je peux vous assurer, sans jamais y avoir été qu’au fond de la mer l’eau est justement a 4° ! Pas la peine de vous decrire le mecanisme d’inversion, l’eau du fond etant dans ce cas plus legere que celle de la surface, c’est elle qui remonterait vers le pole.

                  Enchanté de vous avoir lu, Bonne nuit.


                • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 08:15

                  Hélios,

                  merci de votre intervention,
                  elle appele plusieurs réponses.

                  concernant la montée des eaux, et la date supposée de fin de la fonte des banquises, permettez moi de vous renvoyer a un article que j’ai écris la dessus (après nous le déluge).
                  vous y verrez, sources sérieuses a l’appui qu’il ne s’agit pas de ma part d’une vue de l’esprit,
                  meme chose pour le Gulf Stream, (l’agonie du Gulf Stream).on y apprend que D’après Richard Seager, climatologue de l’Université de Columbia, le Gulf Stream pourrait s’arrêter d’ici 20 ou 200 ans, selon les modèles.

                  Il est connu que la température a augmenté de 0,6% en un siècle, et qu’elle est en train de monter en puissance, or le réchauffement de l’eau provoque la montée du niveau des océans.

                  Ceci s’ajoute à la fonte des glaciers continentaux, et des glaciers de l’arctique.

                  Ces glaciers libérant d’énormes quantité d’eau douce refroidissent les courants.

                  L’effet de serre contribue aussi à l’augmentation de la pluviométrie de l’Atlantique Nord.

                  Tous ces phénomènes conjugués pourraient provoquer l’arrêt pur et simple du Gulf Stream, puisqu’un important apport d’eau douce diminuerait d’autant la densité de l’eau entre l’océan arctique et la mer de Norvège.

                  Au mieux, le Gulf Stream ne dépasserait pas le niveau des Açores.

                  Le dernier refroidissement remonte à 8200 ans et il serait du, d’après l’étude sédimentaire, à un apport massif d’eau douce dans l’Atlantique Nord lequel aurait interrompu, ou ralenti la circulation des courants marins.

                  Or si le Gulf Stream ralentit, la mer absorbera moins de CO2, et cela augmentera la production de gaz a effet de serre, provoquant l’accélération de la fonte des glaciers, et un apport supplémentaire d’eau douce dans les eaux salées des océans.

                  le dernier déluge d’il y a pres de 10 000 ans a provoqué la montée des eaux de 300 mètres, (deux scientifiques que je cite dans mon article en ont apporté la preuve en analysant les couches sédimentaires de la mer noire.

                  quand a nucléaire, je vous invite a lire le commentaire de Jonas, expert en sécurité dans le domaine nucléaire notamment, et a lire un article très documenté que j’ai écrit sur ce sujet (l’insécurité nucléaire regne).

                  bien cordialement à vous.


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 16 septembre 2008 21:27

                  Article très pertinent

                  au Pays Bas, il suffit de se déclarer réfractaire au travail pour bénéficier d’une alloc plus convenable que notre RMI

                  Vous avez raison, le pb de la croissance, c’est pas la faute aux inactifs mais au manque de solvabilité des gens.



                  • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 08:24

                    Bernard Dugué,

                    merci de votre appréciation,

                    on pourrait même aller un peu plus loin dans l’analyse, en se posant une question :

                    la croissance est-elle un modèle raisonable ?
                    est il cohérent de faire tout pour pousser la consommation toujours plus loin ?
                    ne devrait-on pas aller vers au contraire "une consommation citoyenne".
                    quelle pourrait elle etre ?
                    est il cohérent, au nom du profit maximum d’envoyer des pommes de terre se faire laver en italie, éplucher en espagne, couper en allemagne, cuites en belgique et consommées en france ?
                    est il cohérent de vouloir manger des fraises en plein hiver ?
                    ne pourrait on imaginer consommer sur place les produits qui y poussent ? en respectant les saisons, ce qui éviterait les cultures sous serres, traitées chimiquement de façon abusivent, déclenchant souvent cancers et leucémies ?

                    mais j’ai peur qu’il soit un peu tard pour faire machine arrière.

                    si l’on peut constater que l’idée communiste a été une erreur, non pas par la philosophie de partage qu’elle véhicule, mais par la mauvaise utilisation qui en été faite,
                    on peut constater aujourd’hui que le capitalisme va lui aussi dans le mur.

                    on a trop souvent oublié dans notre pays trois mots qui sont pourtant sur le fronton de nos mairies :
                    Liberté (voir edvige !)
                    Egalité ... sans commentaires
                    Fraternité : elle se limite aujourd’hui a quelques générosités (déduites des impots) en versement aux "resto du coeur" dont Coluche avait dit clairement à l’époque qu’il ne fallait pas que cela s’érige en systeme mais qu’il revenait à l’état a prendre le relais,
                    on voit ce qu’il en est.

                    encore merci de votre commentaire.


                  • JONAS JONAS 16 septembre 2008 22:47

                    Olivier bonsoir,

                    Je tiens à préciser pour nos ami(e)s lecteurs, que notre amitié repose sur une conception commune de l’écologie des moyens de production d’énergie, mais que nous ne sommes pas solidaires politiquement parlant. Ne pas faire en conséquence d’amalgame entre nous dans cet autre domaine, car mon ex-métier m’a rendu incisif, agressif et parfois arrogant. Cela ne signifie pas que j’ai raison, mais lorsqu’on est très exigeant pour soi-même, on l’est toujours trop pour les autres. L’amitié repose sur la franchise et le respect de l’opinion de l’autre, c’est celle qui existe entre Olivier et moi.

                    Olivier, je trouve ton article très intéressant et édifiant, les chiffres donnent un éclairage éblouissant et révélateur sur une situation désastreuse. Ces la même choses pour ceux de la Cours des Comptes, qui subissent le même sort, personnes n’y prêtent attention et pourtant ! Il faut croire que nos dirigeants de gauche et de droite s’en accommodent et n’ont aucun intérêt à ce que la situation s’améliore. Effectivement, pour le remplacement des travailleurs par des machines, on pourrait inclure dans leurs amortissements le salaire de ceux qu’elles remplacent. C’est malheureusement sans compter l’appétit insatiable des entreprises, qui pour toujours réaliser des bénéfices mirifiques, en arrivent à délocaliser pour payer moins cher les employés irremplaçables par des machines.

                    Nous avons sans le savoir, créé une bombe capable de renvoyer tous les hommes dans les cavernes d’où ils sont sortis il y a que quelques milliers d’année. Sa charge est la démographie galopante et le détonateur le climat, qui jouera un rôle décisif à très courte échéance, dérèglement exponentiel aidant. J’ai pris au passage le cheveu dans la soupe, je viens de lire un article sur le dernier Sciences & Vie, concernant le prolongement de la vie de nos centrales électronucléaires, c’est l’accident majeur annoncé à brève échéance. Les entreprises qui ont fabriqué les pièces maîtresses de ces « bijoux » ont pour la plupart disparues. Avec elles, les outils et surtout le savoir faire, on ne trouve plus facilement des soudeurs, des ajusteurs et autres ouvriers hautement qualifiés pour les réaliser. Résultat on bricole ou on attend en espérant que celles en fonctionnement résistent… ! En fait, on joue à la roulette Russe avec la santé, voire la vie de milliers de personnes. Pour rassurer les citoyens, on fait croire que mes collègues en services, sont en mesure de maîtriser tous les accidents, ce qui est un mensonge grave.

                    J’ajoute que le taux de radioactivité que je surveille régulièrement, ne cesse d’augmenter dans la vallée du Rhône et dans la région PACA et que, même si heureusement nous sommes très loin de la DMA (Dose Maximum Admissible), il n’en demeure pas moins que nous respirons les isotopes artificiels de ces passoires, car les fuites comme les erreurs ne soustraient pas, mais elles s’additionnent… ! La radioactivité naturelle étant relativement stable, actuellement, en prenant en considération cette dernière, le taux actuel a plus que doublé, ce qui signifie, que nous encaissons la différence.

                    Désolé de te, et de vous souhaiter une bonne soiré avec des nouvelles pessimistes, mais honnêtement, je ne peux pas faire autrement.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 08:03

                      Jonas,

                      merci de ton commentaire,
                      il est important car tu a été un professionnel de la sécurité, notamment en matière nucléaire, et ton témoignage est essentiel.
                      je sais que l’on me reproche parfois d’etre très antinucléaire de base, et que je ne suis au fond qu’un journaliste bénévole et militant, et lorsqu’un commentateur vient appuyer d’une façon si catégorique que toi mes propos, je ne peux que m’en réjouir,

                      en effet, en france, nous ne sommes pas à l’abri d’un accident nucléaire majeur.
                      le brave peuple français fait malheureusement trop confiance aux pronucléaristes mensongers ;
                      ils profitent de moyens de communication importants, et font tout chaque fois pour calmer, et tenter de rassurer.

                      j’en veux pour preuve les derniers accidents (et non pas incidents) du Tricastin.
                      si l’on lit attentivement les critères INES qui déterminent l’importance de l’accident, on se rend compte très vite que ce qui s’est passé dans la vallée du Rhône a été largement sous-évalué.

                      dans la colonne "conséquence à l’extérieur du site", on peut lire :
                      "rejet mineur, exposition du public de l’ordre des limites prescrites"
                      n’est-ce pas ce qui s’est passé au Tricastin, et meme au dela, puisque les limites ont été dépassées ?
                      or cette description est classée 4, vous avez bien lu 4, sous le terme d’ACCIDENT.

                      il y a donc tentative de camoufler la réalité, on peut appeler aussi cela un mensonge.

                      en tout car, Jonas merci de ta contribution, et a bientot sur un autre article ?


                    • Christoff_M Christoff_M 17 septembre 2008 03:50

                       merci pour ces chiffres et les éclaircissements...

                      une limite je comprends votre orientation... est ce que le nucléaire est un problème ou est ce que le problème n’est pas ailleurs ?!

                      l’utilisation des grands projets de l’état, pour créer des niches à emplois pour amis et l’utilisation quleque peu "négligente" de l’argent des français !! il y eut les memes gabegies chez EDF et GAZ de France.... alors Areva...
                      Dés qu’un secteur gagne de l’argent en France il devient propre à tous les dérapages, puis redevient privé ou est racheté en difficulté !!

                      On sait les milliers d’emplois que cela coute...

                      Figurez vous qu’au début de ma vie j’étais étudiant naif à l’IUT de Caen et je pensais travailler au GANIL qui se créait juste à coté, graand accélérateur.... un projet qui engloutit pendant des années des crédits au développement et à la recherche et qui n’a pas vu le jour !! restait la Hague mais après des ennuis de santé d’un ingénieur de ma famille, beaucoup de bruit négatifs, je décidais de changer de domaine car je ne trouvais pas de débouchés en rapport avec mon diplome !! j’étais pourtant passsionné d’optique, de physique et par l’études des particules ; mais voila à l’époque mon diplome était trop nouveau et les entrepreneurs ne le connaissait pas bien !!

                      Je reviens au problème soulevé il y a de grosses incohérences dans les formations en France, je sais qu’il est tres difficile de trouver des stages valables débouchant sur une vraie qualification...

                      par contre les stages bidons prolifèrent meme en 2008 avec des organismes subventionnés qui ne forment à rien de concret !!

                      N’est ce pas cela le gros problème de la France, le gaspillage de milliards dans le secteur de la formation avec une anarchie totale et des clones ne formant à rien de réel !! en Allemagne et dans d’autres pays du Nord, l’apprentissage sérieux existe, les boites s’engagent... c’est loin d’etre le cas dans de nombreuses grosses boites françaises qui touchent pourtant des sommes colossales de l’état français pour des formations fictives !!

                      Je ne citerais qu’un exemple à Bayard Presse en un an quatre semaine de formation, chez Quebecor Europe ou ce qu’il en reste : une semaine de formation en six ans !! Avec un état tres "complice" avec les grands groupe depuis SARKOZY et PARISOT... Qui donne des aménagements aux grands groupes pour s’installer, qui ne les suit pas sérieusement, qui leur verse des crédits et des aides dues aux nombreuses lois dépassées, spécialité française !! et qui les aide en cas de liquidation, tout bénefs pour les groupes d’actionnaires étrangers qui ont droit à tous les avantages possibles, sans aucun engagement de leur part !!

                      Nous avons été repris avant 2000 nous étions 80 par une multinationale, ces personnes n’ont pas investi, ont viré par charettes successives, ont fini par faire fuir les meilleurs et la clientèle et dépot de bilan en 2007 !!

                      Je trouve lamentable qu’un gouvernement qui se dit défenseur de l’emploi, laisse faire et meme plus, donne des avantages exorbitants par rapport à de petits employeurs français, à des requins internationaux dépeceurs de boites !! Ce gouvernement d’avocats d’affairesne me dit rien de bon pour notre pays et notre économie...


                      • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 07:53

                        Christoff M
                        merci de votre commentaire,
                        j’aime beaucoup cette approche, et elle vient à mon sens ponctuer mon article, je vous en remercie,

                        au sujet du nucléaire, effectivement je considère que le nucléaire n’est pas LE problème, mais UN problème,
                        si vous avez eu le temps de visionner le documentaire dont je donne le lien en fin d’article, (pétrole et écran de fumée) vous comprendrez mieux ma position.

                        je crois qu’avec le pétrole et le nucléaire nous avons fait fausse route des le départ,
                        le pétrole est un carburant, au même titre que le diamant.
                        qui aurait l’idée de bruler des diamants dans sa chaudière ?
                        pourtant nous avons gaspillé cette richesse monumentale qu’est le pétrole en en brûlant en quelques décennies la quasi totalité.
                        le pic est déja largement dépassé, et nous sommes dans la pente : il va etre toujours plus cher, puisque toujours plus rare (il y avait hier soir sur arté un documentaire trés éclairant à ce sujet)
                        une fois de plus allez visionner le petit film dont je donne le lien (57 minutes)

                        quand au nucléaire, il était choisi dans les années 70 à la place d’autres projets bien moins dangereux environnementalement parlant.
                        le choix a été fait par un certain Valéry Giscar, lequel avait épousé une fille Empain Schneider, que tout le monde connait bien dans le monde pronucléaire...
                        ce nucléaire qui devait nous donner une indépendance énergétique nous rend dépendant pour 70% du continent africain.
                        il présente d’évidents problèmes de sécurité : j’ai écrit un article la dessus très documenté prouvant que nous ne sommes pas à l’abri d’un accident nucléaire majeur en France.

                        en tout cas, merci pour votre commentaire.


                      • ARFF 17 septembre 2008 08:18

                        C’est quand bizarre que les gens bloquent sur l’histoire du nucleaire... mais bon sang de bon soir et mille milliard de sabords !

                        TOUT EST LIE !

                        tout est lié, ohé du bateau ! nous vivons dans une planéte mondialisé ou votre tout petit télephone portable est responsable de la destruction d’hectares de forets primaire en afrique, ou votre pull fait marcher l’esclavage au bangladesh...

                        formations "vraies" en allemagne ou pas , ça l’empeche pas d’etre en recession vu que la finance mondiale tire les ficelles de tout, et donc y aura plus de chomeur a la clé...

                        bref...evidement que le choix du nucleaire a été une connerie...connerie qui arrangera pas le futur...que cela crée des boulots a court terme ou pas . Et donc s’en ressent dans l’economie, l’ecologie, la fee du logis etc...

                        O emploi, dieu des dieu, permet moi faire crever la planete pour toi !
                        Permet moi d’enfouir mes dechets chez les plus pauvres,
                        pour me payer la télé...

                        Emplois de collabos ouais ...


                      • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 08:27

                        ARFF

                        merci de votre intervention lyrique et passionnée,
                        j’adore,
                        c’est tellement bien dit.

                        vous avez mille fois raison,

                        au fait, est-ce qu’il vous arrive de publier des articles sur AV, je serais interessé de les découvrir ?
                        si ce n’est pas le cas, c’est dommage pour nous tous.
                        a mon humble avis.


                      • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 13:48

                        Parkway,
                        bien sur l’uranium est acheté,
                        mais ce n’est pas si simple,
                        prenons le Niger par exemple.
                        les Touaregs viennent de lever une armée de 3000 hommes pour se battre contre AREVA.
                        ils ont déja pris des places fortes gouvernementales,
                        non pas qu’ils soient anti-nucléaires, mais ils n’acceptent pas de se voir voler leur sol, polluer leur santé, sans en avoir en échange quelques compensations financières.
                        vous voyez le tableau ?
                        çà laisse mal augurer de la suite,
                        a moins que la France envoie des soldats (ce qu’elle a déja fait, mais non pour combattre, juste pour soutenir le dictateur en place(cherchez la nuance))
                        *


                      • JL JL 17 septembre 2008 10:00

                        Les "élites" sont aux multinationales ce que les classes compradores sont aux empires. Si le fichier Edvige amalgame petits caïds, leaders syndicaux et gratin de la société civile ce n’est pas un hasard. Si l’on comprend qu’un pouvoir ploutocratique surveille les deux premières catégories, il est plus difficile de comprendre pourquoi il surveille ses ’élites’. C’est pour les récompenser dit-il. En réalité, c’est pour détecter les éventuels traîtres.

                        Arff dit :"" nous vivons dans une planète mondialisé ou votre tout petit téléphone portable est responsable de la destruction d’hectares de forets primaire en Afrique, ou votre pull fait marcher l’esclavage au Bangladesh... ""

                        Cela c’est le faux discours écologique. Accuser les consommateurs et ne pas remettre en cause le libéralisme économique est une imposture, puisque le libre arbitre des consommateurs est le principe fondamental de l’économie de marché !


                        • ARFF 17 septembre 2008 11:05

                          euh...désolé si je me fait mal comprendre assez souvent , et c’est la raison, pour repondre à Olivier Cabanel, pour laquelle je n’écris pad d’articles, ceux ci n’auraient ni queue ni tete, tout au plus comme vous dites "un lyrisme passionné".

                          Pour repondre à JL, là où je me suis mal fait comprendre, c’est qu’il est evident que je sur-chie le liberalisme, sauf que je ne fait pas la difference entre les elites et la masse, pour moi ce sont exactement les memes...

                          je ne crois pas vraiment aux theories qui ferait que le monde serait dirigé par quelques puissants qui controlent tout et blablabli et blablabla... L’economie est certes dirigée par les TALIBANQUES, en toute collaboration avec les vieilles elites bourgoises et segnieuriales d’atan (ce sont d’ailleur souvent les memes), mais le monde, le vivant, est maltraité par l’humain, sans distinction de races, de sexe, de religion, de riches ou de pauvres.

                          Si certaines orientations economiques ont été prise par le passé, elle l’ont été par les elites avec l’aval de la masse qui ne voit jamais plus loin que son propre interet, son argent et son boulot ( comme les elites).

                          De la meme maniere que dans les pays ou les femmes subissent la domination violente des hommes, ce sont souvent les meres qui sont les plus ferventes defenseuses de la tradition, les travailleurs sont les plus ardents defenseurs de leur esclavage, désirant plus que tout que les génerations futures en chie autant qu’eux , votant sempiternellement (lorsqu’il ont le droit de vote) pour le candidat qui maintiendra en vie leur frustrations.

                          C’est pour ça que si un Revenu Universel sans conditions est envisageable, le probleme de sa mise en place ne viendra pas forcement des patrons. Cela n’empeche pas qu’il est , à mon avis pour l’intant, le seul projet viable pour debuter un changement de civilisation...





                        • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 11:41

                          ARFF,

                          vous vous mésestimez,
                          sur que vos articles auraient du succes,
                          mais bon, c’est vous qui voyez,

                          bravo pour la trouvaille "talibanque" : c’est de vous ?

                          en tout cas, je partage tout a fait votre analyse,
                          à+
                          cordialement


                        • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 11:49

                          JL,

                          edvige va au dela de ce que vous décrivez,
                          j’ai publié sur ce site, au début aout, un article "big brother est arrivé",
                          à ce moment, les réactions face a ce decret scandaleux étaient peu nombreuses, et la pétition n’avait recueilli que 70 000 signatures,

                          edvige est le fichage généralisé de tout ce qui est susceptible de faire de l’ombre a sarko,
                          voire de surveiller ceux qui seraient tentés de le faire, sans toute fois l’avoir fait,
                          si vous avez manifesté une seule fois, contre un projet gouvernemental, vous serez visés par edvige.

                          il y avait avant edvige plus de 6 millions de français surveillés, si edvige est confirmé, le chiffre va etre bien plus important.


                        • Le chien qui danse 17 septembre 2008 11:50

                          Je vous "plussoie" Arff...


                        • Le chien qui danse 17 septembre 2008 12:14

                          Il est sur que la situation pourrait inciter à de grand changement, nous pouvons au minimum l’espérer. Remplacer l’esprit de compétition et de privatisation par l’esprit coopération et de mutualisation serait d’un grand secours pour réorienter le destinée humaine.
                          Bon il n’est pas interdit de rêver, ou du moins pas encore...

                          Il me vient souvent à l’esprit que ce "barnum" général n’est que le fruit, depuis que l’homme est conscient de lui-même, du rapport à la mort. On construit on détruit, on apporte la vie et on tue et ça sur un mode compulsionnel depuis le début, héritage émotionnel de l’apparition de la conscience de soi peut-être.
                          Si l’on vivaient dans un monde appaisé et constructif, il nous faudrait traité le renouvellement et l’évolution de manière réfléchie. Ce serait d’une grande responsabilité, mais exigerai une démarche de renouvellement intérieur de la part de chacun, passer à une conscience de soi réfléchie impose une maîtrise des passions.
                          Nous en avons déjà un exemple avec l’euthanasie et les passions qu’elle déchaine. Quand il faudra traiter le problème de la natalité, vu la démographie galopante et que l’humanité "peut" être encore là pour plusieurs millénaires les passions vont être durement secouées aussi.
                          Il ne sera plus l’heure que ce soit les industriels et autres financiers qui guide la marche du monde.
                          Mais rien n’est sur, notre fascination refoulée pour la mort "peut" aussi tout faire basculer...

                          (C’était juste une petite intervention sans prétention)


                        • ARFF 17 septembre 2008 12:39

                          merci à vous pour votre article ! )

                          oui TALIBANQUES c’est de moi :)

                          ça resume tout non ? les Tailibans utilisent l’Islam (soumission) comme instrument de domination , Les Talibanques font exactement la meme chose avec la religion Travail/argent, sauf que de ces deux organisations terroristes ce sont les deuxieme les plus meurtriers :)





                        • olivier cabanel olivier cabanel 17 septembre 2008 13:51

                          au "chien qui danse"

                          votre intervention va plus loin que vous ne le supposez,
                          je l’apprécie sincerement,
                          elle pose les vrais questions (a mon humble avis)

                          encore merci.


                        • Le chien qui danse 17 septembre 2008 14:46

                          Merci de votre appréciation, j’apprécie aussi vos articles.


                          (je me suis relu, excusez moi pour les fautes et la syntaxe...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès