Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Une agonie interminable et inhumaine !

Une agonie interminable et inhumaine !

L’interminable et violente crise souveraine européenne s’est calmée ces dernières 48 heures, du moins pour le moment ou pour l’instant. Le drame s’est déplacé vers les Etats-Unis avec le Président Obama qui a quitté – de manière tout aussi spectaculaire que théâtrale – les pourparlers quant au relèvement du plafond de l’endettement du pays et avec les agences de notation qui – de manière prévisible – remettent en cause le AAA américain. Notre Occident fait décidément pitié – voir mon billet précédent… Ne nous réjouissons effectivement pas trop vite de cette apparence d’accalmie de la tempête européenne car la scission européenne n’est qu’une question de temps !

A ce stade et à de tels niveaux, la masse des endettements des nations européennes périphériques importe peu, elles ne pourront en effet pas survivre sans apports frais en liquidités pour régler leurs frais de fonctionnement ou, tout simplement, les intérêts de leurs dettes. En réalité, leur situation est devenu si inextricable qu’elles ont besoin d’argent frais pour payer leurs dettes existantes car elles ne génèrent à l’évidence pas assez de liquidités pour s’acquitter de leur dû… Madoff et d’autres ont été condamnés pour moins car ceci est tout bonnement qualifiable et digne d’un schéma de Ponzi !

La Grèce, qui cherche donc et à qui l’on impose, de s’endetter plus pour payer ses anciennes dettes, sera – à n’en pas douter – secourue par l’alchimie concoctée par le F.M.I., par la BCE et par les instances de l’Union. Car ces illusionnistes feront appel à tous les artifices possibles afin d’éviter la débâcle de cette nation et ce non pas par générosité ou mus par un brusque sentiment de sollicitude envers son peuple mais simplement car la Grèce, qui ne représente certes qu’un infime pourcentage du P.I.B. de l’Union, en est aussi le pare feu.

Si la Grèce a ainsi besoin de 200 milliards d’Euros environ pour péniblement émerger, il est aisé d’imaginer les sommes nécessaires pour secourir l’Italie qui dispose de la troisième dette souveraine la plus importante au monde, après le Japon et les USA ! L’Italie, qui doit lever quelque 1’400 milliards d’Euros ces cinq prochaines années, sera immédiatement suivie – ou précédée ? – par l’Espagne sachant que ces deux nations, prises ensemble ou même séparément, seront absolument impossibles à renflouer du fait de leur taille mastodontique.

Que pourraient en effet faire ces pauvres responsables européens – qui se noient déjà dans le verre d’eau grec – en cas de sévère tourmente italienne et/ou espagnole… ? En d’autres termes, les autorités de l’Union, trop conscientes de leur impuissance à juguler ces « Too Big To Bail” que seraient des pays autrement plus importants par la taille que la petite Grèce, en sont à maintenir artificiellement en vie cette pauvre nation exsangue au lieu de lui offrir la seule porte de sortie honorable et salvatrice pour sa population meurtrie, à savoir la faillite…

Donc : suite au prochain épisode, dans quelques jours ou tout au mieux le mois prochain.


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 14 juillet 2011 12:55

    Les États, donc nous, ont investi des centaines de milliards pour soutenir l’activité. Ce qui a eu comme résultat l’envolée de l’endettement public. Nos gouvernants sautent sur l’occasion pour nous dire que cela va rendre indispensable les réformes que l’on repousse depuis 20 ans : à commencer par les retraites, puis la sécurité sociale. Les banquiers ont ruiné la planète, les contribuables ont payé prés de 3000 milliards de dollars pour éviter l’effondrement du système, et l’on nous dit que les retraites vont être baissées et la sécu réformée car il n’y a plus d’argent pour les payer. Ceux qui sont responsables vont s’en sortir sans soucis, et les autres vont devoir se serrer la ceinture. Jusqu’à quand allons-nous l’accepter.Lire :

    http://2ccr.unblog.fr/2010/11/07/sus-a-la-crise/


    • PhilVite PhilVite 14 juillet 2011 16:07

      Plutôt 100 %...pour simplifier les calculs. Car pendant l’apocalypse on va avoir la tête ailleurs...


    • JL JL 15 juillet 2011 10:26

      D’accord avec Kerjean , et je dirai même plus :

      Je préfère encore la menace d’un chaos momentané à la certitude de l’esclavage pour mes enfants

      C’est parce qu’ils ont réussi à faire que la peur, leur peur change de camps qu’ils peuvent continuer de nous terroriser, ou plutôt, de diffuser ces discours terrorisants, je dirai même, terroristes.

      La peur ne doit pas changer de camp, elle doit seulement retourner du coté de ceux qui l’entretiennent et qui jouent avec le feu et nos vies.


    • Bigburn 14 juillet 2011 14:04

      La seule porte de sortie des états c’est le défaut de paiement ou la faillite, appelez ça comme vous vouler .
      Ce n’est plus a démontrer que la dette est voulue par les préteurs qui s’enrichissent constamment et de plus en plus sur les intérêts générés par cette dette, c’est un fait .
      L’état est pris à la gorge et n’a plus de marge de manœuvre, il en vient a privatiser a tout va et a dézinguer le service public en nous expliquant que c’est pour notre bien et qu’il n’y a pas d’autre solution ... Mon cul, tout ceci est voulu, le seul but est de détruire l’état pour que tous les puissants de ce monde puissent enfin avoir la main mise sur toutes les richesses et nous faire marner comme des ânes .
      L’histoire est un éternel recommencement, et la on est dans la période de la pré-guerre ou pré-révolution .
      ça ne devrait pas tarder a péter, et tant mieux ...


      • Ruut Ruut 14 juillet 2011 17:14

        Par kerjean, je partage votre avis,

        Je préfère encore un chaos momentané à la promesse de l’esclavage pour mes enfants.


        • TheMogwai 14 juillet 2011 17:33


          De toutes façons je ne vois pas trop ou est le problème.

          Tout cela est complètement virtuel, cet argent que l’on prête n’a aucune existence réelle. Ce ne sont que des lignes affichées sur des écrans d’ordinateurs. Et si ça n’existe pas pourquoi s’en préoccuper ?

          Je propose que la Grèce (et les autres) fassent défaut. A partir de là les financiers peuvent continuer à jouer avec leurs ordinateurs. De toutes façons ils sont assurés contre les défauts de paiements non ? Ils se feront rembourser cet argent qui n’existe pas par leurs assureurs avec de l’argent qui n’existe pas plus. Il parait même que des personnes qui ne détiennent aucune dette se feront rembourser aussi parce que l’on peut assurer quelque chose que l’on a pas dans leur monde merveilleux.

          A partir de là on a d’un coté les financiers qui jouent à celui qui a la plus grosse (de dette hein !) et d’un autre coté les autres qui débarrassés de cette engeance peuvent se remettre à vivre dans un monde réel.


          • Miaw Miaw 14 juillet 2011 18:36

            vous être a côté de la plaque l’argent existe bel et bien l’argent virtuel tout le monde le répète comme un perroquet ...


            si la Grèce fait défaut les banque ferons défaut et vous perdrez votre trésorerie de même pour votre employeur et donc -> vous devenez clochard :)
            sauf si l’État prête au banque ...

            la Grèce comme d’autre pays font n’importe quoi depuis 30 ans avec leur budget le problème est la les financiers ne sont pas la cause (par contre la Grèce devrai fixer le taux d’intérêt au taux d’inflation et sortir de l’euro puis dévaluer de moitie et se désendetter ...)

          • TheMogwai 14 juillet 2011 19:40


            C’est bien ça en effet .... tout est dans le « sauf si l’état prête aux banques ».

            Donc un état prête à une banque au taux de 1 à 2% en ce moment si j’ai bien compris laquelle banque prête à la Grèce à un taux entre 6 et 15% suivant la durée actuellement !!!

            On comprend parfaitement que la Grèce soit dans la crotte ! Et que ce n’est en aucun cas la faute des financiers ! Des frais de gestion sans doute !

            La Grèce aurait été bien plus avisée de se preter à elle même ça lui aurait évité quelques menus frais. Mais au fait c’est pas comme ça que ça se passait avant que quasiment tous les pays n’aient un problème de dette ???? Mais les financiers n’y sont pour rien ils n’ont jamais voulu ça eux !!!

            Et la marmotte pendant ce temps là ... ben elle a plus de chocolat à emballer mais c’est pas grave parce qu’elle a plus les moyens d’acheter du papier alu.


          • marc 14 juillet 2011 21:04

            Donc un état prête à une banque au taux de 1 à 2% en ce moment si j’ai bien compris laquelle banque prête à la Grèce à un taux entre 6 et 15% suivant la durée actuellement !!!

            Actuellement, j’ai entendu 28% ! ! Mieux que la Mafia


          • lloreen 14 juillet 2011 19:05

            Pour vous donner une idée du « problème » :

            http://www.youtube.com/watch?v=FxzQrPmTClg&feature=player_embedded

            Surtout, n’oubliez pas de faire tourner et d’informer autour de vous !!!!

            Le problème est celui que décrit parfaitement Monsieur Chouard !!Nous acceptons (enfin, pas moi...) comme une évidence ce qui est une ARNAQUE MONUMENTALE CONTRE CHACUN D’ENTRE LES HONNETES CITOYENS !!!

            http://www.youtube.com/watch?v=FxzQrPmTClg&feature=player_embedded

            Mettre fin à cette escroquerie c’est mettre fin aux calamités qui s’abattent sur le globe tout entier (famines, guerres, désespoir de générations) et personne d’autre que les honnêtes gens (les autres ont tout à perdre, évidemment !!!) ne feront quelque chose contre cette perversion !

            Nous le devons à nos enfants, petits enfants et à nous mêmes !!!!


            • Néo-Résistant Néo-Résistant 14 juillet 2011 21:02

              @ lloreen

              Entièrement d’accord avec vous !

              C’est tout le système libéral qui est mis en accusation ; actuellement, le système TINA (There Is No Alternative) fonctionne à plein grâce à la complicité des médias complices des politiques et des financiers, « on est obligé de... » on ne peut pas faire autrement...«  »Nous devons être compétitifs..." nous enferment à chaque fois dans des non-choix ; la seule solution est effectivement de briser ce cercle vicieux et repartir sur des bases saines !

              Comme le dit très justement «  Ruut » ce sera peut-être le chaos pendant quelque temps, mais ce sera, je le pense, la promesse d’un monde meilleur pour nos enfants !

              http://twitter.com/NeoResistant


              • Pyrathome Pyrathome 14 juillet 2011 23:00

                Soyez patient monsieur Santi, le cancer et la gangrène progressent inexorablement.......
                Encore une dernière transfusion m’sieur Bernanke ! pleeeeaaase !!
                Prolonger le moribond le plus possible, ce n’est pas encore le bon timing pour trépasser.....


                • Caleidoscophase Caleidoscophase 15 juillet 2011 11:32


                  l’actualité ces derniers jours donne encore plus de poid au souverainisme en passant en revue tout ce qui n’a pas fonctionner au sein de l’Europe depuis Maastricht à aujourd’hui !

                  La disparité évidente depuis le commencement du processus élargi de l’ensemble de ses états font de l’Europe une entité incapable de décider ,fonctionner , et s’inscrire dans le présent tout en donnant des perspectives d’avenir aux peuples qui la forment !

                  Et la seule existence de voix (toujour plus nombreuses) s’élevant dans le sens d’un retour à des valeurs nationales souverainistes démontrent l’obsolecence de la construction européenne !

                  à ceux qui restent attachés à des valeurs qui s’effritent un peu plus chaque jour ,l’Europe ne garantit pas l’avenir des peuples mais les affaiblit un peu plus chaque jours tout en les acculant à des situations inextricables de chomages ,d’endettement et de remise en cause de leurs acquis sociaux ainsi que des abberations mécaniques sur le terrain , la territorialité et le monde rural en particulier ! 

                  Défendre l’Europe actuellement ( sous couvert de l’éventuelle garantie de la paix entre l’Allemagne et la France par exemple voire d’autres peuples ...) est de l’ordre du sophisme
                  méme si un temps cette affirmation a pu faire illusion , car à l’heure ou les bases de la construction européenne sont ébranlées par l’agencement des intérèts financiers et des dettes souveraines , rien ne garantit plus rien dans cette construction .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès