Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Une bulle sur les obligations d’Etats ?

Une bulle sur les obligations d’Etats ?

Le titre de cet article peut paraître surprenant mais lorsque l’on sait de qui vient cette "rumeur" on peut s’inquiéter....

En effet, dans un document de 22 pages envoyé aux actionnaires de Berkshire Hathaway, société qu’il gère avec Charlie Mungner, Warren Buffet, l’homme le plus fortuné du monde selon Forbes avec, officiellement, 62 milliards de dollars américains dénonce une bulle sur les emprunts de l’Etat américain dans les termes suivants :

Lorsque l’histoire financière de la décennie sera écrite, on parlera certainement de la bulle Internet de la fin des années 1990 et de la bulle immobilière des années 2000. Mais la bulle des bons du Trésor américains observée fin 2008 devrait être regardée comme tout aussi extraordinaire


Déjà en 2003 Warren Buffet dénonçait les dérivés de crédit en les qualifiant "d’arme de destruction massive", propos qui ne s’est avéré vrai que 4 ans plus tard...

Ajoutant ensuite :

Se cramponner au cash ou aux obligations d’Etat de long terme avec les rendements actuels est sans aucun doute la pire des stratégies d’investissement si elle est poursuivie longtemps


En effet, le cours des obligations évolue à l’inverse du rendement servi. A un rendement faible correspond un cours élevé pour une obligation. Mais si le rendement vient à remonter, il entraîne mécaniquement une baisse du cours coté, entraînant une perte en capital, et peut rendre des emprunteurs insolvables.

De même il avertit :

le marché a aujourd’hui d’autant plus de difficultés à fixer un prix adéquat sur des actifs peu risqués qu’il bénéficie d’injections massives de la part des autorités. "En termes de poker, le Trésor et la Fed ont ’fait tapis’. La médecine économique qui était infligée à la cuiller a récemment été dispensée au baril. Ces dosages, impensables par le passé, auront certainement un effet désastreux"

Terrifiant. Encore plus car dans une interwiew à Capital Fabienne Girard Tokay étend la bulle à l’ensemble des pays de l’OCDE :

une bulle sur les titres d’emprunts d’Etat de l’ensemble des pays de l’OCDE est en train de se former. La hausse continue des derniers mois témoigne d’un sentiment caractéristique de toute bulle financière : l’illusion qu’une classe d’actifs est dépourvue de tout risque.

Le marché fait preuve d’un excès de pessimisme...

Les plans de relance annoncés ces dernières semaines vont se traduire par un gonflement de l’endettement des Etats. Le marché finira par intégrer l’augmentation du risque de défaut de paiement et exigera de meilleurs rendements

Paradoxalement cela pourrait arranger l’affaire des banquiers selon elle :

La mauvaise nouvelle c’est que la charge de la dette des Etats va augmenter. La bonne nouvelle c’est que les taux à long terme augmenteront plus que les autres. Cette évolution sera très favorable pour les banques car elle leur permettra de reconstituer leurs marges et donc leur fonds propres.

D’ailleurs, en Novembre l’Allemagne a du mal à placer ses obligations faute de preneur selon le Financial Times.

Ainsi la rumeur de la failite de l’Etat américain court sur internet, la Californie le serait déjà suite aux énormes besoins des Etats pour la relance.
La courbe de l’endettement (futur) des Etats-Unis est... spécial :

http://img17.imageshack.us/my.php?image=2images.png

2009 n’est pas un bon cru pour les obligations d’Etat....


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • JL JL 6 mars 2009 11:29

    Si une banque nationale profite de la faillite son Etat, alors je crois que l’on peut nommer ça un "coup d’Etat financier", ou encore, "coup d’Etat en col blanc" comme on dit délinquance en col blanc".


    • plancherDesVaches 6 mars 2009 14:11

      Effectivement, monsieur Renève.
      Et comme dans toute religion, le père Bufett est considéré comme un pape, au pays de la finance.
      Surfer sur la vague : on ne prête qu’aux riches, c’est aussi mettre les états à leur place : dérisoire.
      Ca risque de se retourner contre lui. Il n’aura plus d’excuse pour demander leur protection. Le jour où...

      Une scorie dévalant les pentes abruptes du volcan de mon imagination... :
      Le Bufett des familles ne l’aurait-il pas un peu en travers de la gorge que le "grand" Obama impose plus les super-riches... ?

      Ceci sous toute réserve. Mais j’ai souvent des intuitions féminines... (seulement les intuitions, je précise)(parce que les femmes sont...juste des hommes avec un physique différent)( ha ha, vous avez espéré une guerre : loupé smiley)


    • plancherDesVaches 6 mars 2009 14:16

      Veuillez retirer un t et ajouter un f à chaque fois que je parle du "génial conducteur des foules".
      Cela vous coûtera la modique somme de 42 dollars par rectification, je prends aussi les espèces dont la future des Pays du Golfe.


    • plancherDesVaches 6 mars 2009 16:14

      Et bien oui, Léon.
      Nous pouvons, vous comme moi, constater que la spéculation étant assez en panne de fric, elle prend ce qui passe à l’horizon.
      Je vous rappelle agréablement les emprunts russes....
      Toujours en discussions in the little héxagone...
      Il est vrai qu’en tant que gosse de riche, j’ai à la fois honte de cette position, et suis en même temps heureux que les riches se cassent la g... figure. smiley
      Je fis figure d’exception : je n’ai aucun besoin d’être riche. Bien au contraire.


    • Jason Jason 6 mars 2009 13:50

      Bonjour Philipe,

      Bonne argumentation classique des mécanismes des emprunts d’Etat. Mais l’histoire économique est jalonnée de bulles et d’effondrements spectaculaires (c’est toujours le cas vu les sommes en jeu) de la part des états emprunteurs. Avez-vous pensé à introduire le facteur de l’inflation dans le mécanisme ? Car lorsque l’inflation augmente le revenu de la rente diminue, c’est ce qui a causé la fin de l’époque des rentiers au moment de la guerre de 14.

      je lis en ce moment l’excellent livre de Niall Ferguson : "The ascent of Money" qui est parsemé de tels exemples. A méditer. Et l’article ici soulève des points intéressants malgré qu’on ne parle que très peu de ce sujet qui dérange.

      Cordialement


      • Jason Jason 6 mars 2009 14:12

        Excuses, je voulais dire : Bonjour Philippe


      • Jason Jason 6 mars 2009 14:17

        Philippe,

        D’accord avec vous, mais les récessions des années trente étaient accompagnées d’inflation ; si le même phénomène se reproduisait en ce moment ne risque-t-il pas de paralyser les emprunts d’Etat et de créer une immense insolvabilité ? C’est absolument effrayant.


        • plancherDesVaches 6 mars 2009 14:33

          Boaf, Jason..
          En quoi cela serait-il efrayant ?
          Il n’existe plus d’Allemand ayant vécu 1933 pour nous rappeler qu’il fallait 1 milliard de Deutchmarks pour acheter un steack.
          Nous n’avons que le souci qu’il est maintenant plus difficile de faire avancer les locomotives avec du café, comme le faisait le Brésil à l’époque.
          Je vais vous laisser pour une heure, le temps de demander à mes ingénieurs de voir si on peut faire tourner une centrale nucléaire avec du café.
          Je reviens juste aprés. See you soon.


        • plancherDesVaches 6 mars 2009 14:48

          Tudieu : le doublement du f devrait être interdit et considéré comme un crime contre l’humanité dans les accords de "genève".
          Qui devrait être rebaptisé "gerêve"... de gros sous... smiley


        • plancherDesVaches 6 mars 2009 16:27

          Ha.. Monsieur Renève, là, vous êtes à coté de la plaque.

          L’ensemble des liquidités injectées par les états est le millième, (voire moins) de tous les papiers imprimés appelés "actifs"....

          Moi être singe négociateur d’investissements réels. Toi y’en a pas connaître réel. Ni même investissement, juste exploitation de l’humain, je pense.

          Faudra-t’il un chaos complet pour que vous puissiez comprendre qu’une certaine honnêteté et surtout une honnêteté certaine soit rentable... ?

          Je n’espère pas votre réponse, mais je la connais : oui. Là, vous serez obligé smiley


        • Jason Jason 6 mars 2009 17:49

          @ plancher DV,

          Si ce n’est effrayant, prenez votre "time-machine" et allez voyager dans la Russie des années 80 ou encore parcourez l’histoire économique de l’Argentine qui a connu quatre différentes devises et une douzaine de banqueroutes sur obligations d’Etat en cent ans.

          Si vous êtes contribuable, salarié, ou que sais-je encore tributaire du sytème économique ambiant, vous avez beaucoup à craindre. Vous ne rigolerez plus et ne raconterez pas de salades sur le café et les locomotives du Brésil ou les steaks à un trillion de Reichsmarks.

          Riez pendant que vous le pouvez encore. Je vous laisse plancher sur ceci : le rire et la monnaie ont-ils qqch. en commun ?


        • K K 6 mars 2009 15:09

          Ca sent la manipulation de cours


          • Thomas, le Cimbre Thomas Rudolf 6 mars 2009 16:21

            Comme mon site est cité je préfère vous mettre directement sur la voie :

            Site >>> Rénovez Maintenant 67, journal d’un Cimbre


            • Jason Jason 6 mars 2009 16:42

              Au Cimbre du 67,

              Ah, je vois, vous publiez sur internet, il s’agit donc d’un Cimbre-post ?


            • Adrian Adrian 6 mars 2009 20:10

              Dans vos articles pour expliquer la crise actuelle vous utilisez les mêmes arguments que les libéraux ( politique monétaire , Fannie&Freddie parapublique etc....) tout en dénonçant le néolibéralisme dans cet article par exemple. Drôle de paradoxe pour un socialiste.


            • Thomas, le Cimbre Thomas Rudolf 7 mars 2009 00:00

              Sur mon site j’écris que le tout c’est du Ponzi, etc...

              Sur les forums du net, on ne prend que ce que l’écran de 17 pouces - que l’on ne fait pas défiler - vous montre, on se la pète, on bafouille une critique, on est content et on zappe. On s’est assumé.

              Ce genre de "débat" se nourrit de lui-même, pas du contenu des apports.


            • Thomas, le Cimbre Thomas Rudolf 6 mars 2009 16:58

              Oui sur internet.

              C’est justement pour éviter ces cascades stériles de copinage.

              Car de tous ces commentaires ci-dessus par exemple, il n’y a rien à tirer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Adrian

Adrian

Étudiant.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès