Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Une reprise oui, mais une reprise faible, inégale et temporaire

Une reprise oui, mais une reprise faible, inégale et temporaire

Depuis quelques semaines, il semble entendu que notre pays est sorti de la récession. S’il est probable que la croissance sera légèrement positive l’an prochain, en revanche, il faut avoir en tête que non seulement cette reprise sera faible, mais qu’elle sera aussi inégale et temporaire.

Une reprise faible
 
C’est sans doute une conséquence de la crise que nous traversons depuis 2008, mais on a fini par se satisfaire de chiffres de croissance totalement dérisoires. Le gouvernement se félicite d’une prévision de croissance qui atteindra environ 1% en 2014 ! Quand on songe que la population de notre pays croît d’environ 0,6% par an, cela signifie que la croissance du PIB par habitant sera à peine positive, et que nous resterons encore largement en-dessous du niveau de 2007. En outre, avec 1% à 1,5% de croissance du PIB par an, il ne sera pas possible de réduire significativement le niveau du chômage ou de permettre une progression du pouvoir d’achat. Au mieux, la progression du chômage sera stoppée ou il baissera un petit peu. Et le pouvoir d’achat, au mieux également, stagnera.
 
Une reprise inégale
 
On pourrait se dire qu’avec une légère progression du PIB, théoriquement tout le monde devrait en profiter. Malheureusement, ce qu’on voit aujourd’hui, c’est que la croissance est complètement inégale, à savoir que seulement 1% de la population en profite, comme le souligne Joseph Stiglitz, qui a contribué à inventer le terme des 99%, ou Emmanuel Todd dans son livre « Après la Démocratie  ». La meilleure preuve, c’est l’envolée de 25% de la fortune des 500 personnes les plus riches de France en 2012, alors que le pouvoir d’achat reculait comme il ne l’avait jamais fait depuis 1945. Les autres bénéficiaires de la croissance, ce seront les multinationales qui sont les grands bénéficiaires de cette mondialisation qui leur permet de maximiser leurs profits par les délocalisations, la désertion fiscale et le chantage aux subventions et aux aides. 99% des Français ne verront pas la couleur de cette reprise.
 
Une reprise temporaire
 
Le torrent de liquidités déversé par les banques centrales pour aider le secteur bancaire est une des raisons pour lesquelles nous sommes sortis (certes, de manière illusoire) de la récession. En effet, cet argent contribue à soutenir les cours de la bourse et de l’immobilier, créant un effet richesse pour une partie des ménages et des entreprises, soutenant la croissance par un effet de ruissellement, même si 99% de la population n’en recevra que des miettes. En revanche, du fait de réformes financières insuffisantes, tous les mécanismes qui avaient mené à la crise de 2008 sont à nouveau à l’œuvre et devraient donc aboutir à une nouvelle grave crise financière. Toute la question est de savoir si cela aura lieu en 2016 ou en 2019… En effet, les banques savent parfaitement influencer les règles en leur faveur (notamment sur Bâle 3), les innovations qui provoqueront la crise sont déjà là (dark pools, ETF, trading à haute fréquence…) et les premiers signes de bulle sont déjà là, notamment en Chine.
 
Oui, il y a aura sans doute une petite reprise économique dans les mois, voire années à venir. Mais cette reprise sera triplement illusoire : elle sera trop faible pour dynamiser l’emploi et le pouvoir d’achat ; elle sera inégale et ne bénécifiera qu’à une infime minorité ; et elle ne sera que temporaire.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • howahkan Buddha 11 septembre 2013 13:51

    *Va falloir étudier la mode de gouvernance des rois...Genre Louis XIV...guerres et palais somptueux..
    « ils » essayent d’y retourner...mais je me dis pourquoi tant de haine ? oh c’est très simple la haine de sa vie donne la haine des autres..comme échappatoire illusoire qui ne marchera jamais..

    Cela dit croire que l’extérieur va amener la paix intérieure est pure illusion, tous problèmes matériels réglés par magie ..clac !! reste à l’humain a regarder le pire de ses cauchemar : maman je veux pas mourir.... ! mais qui dans une partie non consciente pour notre état de veille superficiel est : je veux que ça continue et zut la mort m’empêche d’aboutir à ce projet = démence....en tres simple..la partie du cerveau que l’on utilise ne peut absolument pas voir donc comprendre cela.....

    et que va faire l’humain, ? et bien il va reconstruire exactement la même société que celle ci..parce que il va refaire la même chose c’est à dire qu’il va essayer de fuir l’absolu de la mort du corps..et rebelote et dix de der ...courage fuyons dans tout et n’importe quoi..

    Je dis que nous ne savons non seulement quel est le problème, mais en plus nous n’avons aucune idée de ou, comment chercher...donc on n’est pas du tout sur le chemin pour solutionner quoique ce soit...ce n’est pas l’économie le problème, l’économie n’est que le résulta de la relation entre humains..... c’est l’homme et son cerveau auquel il manque un bout qui ne marche plus, celui qui est connecté avec la Sagesse Universelle...au delà du temps..si si smiley, c’est cet homme et sa psyché démoniaque qui est le vecteur de toute cette démence....attaquer seulement l’économie c’est se tromper de coupable.......l’économie n’a pas d’énergie propre ,elle est juste le reflet de notre démence...X par 7 milliards,sauf exceptions mentalement totalement en dehors de cette demence..


    • Peretz1 Peretz1 11 septembre 2013 19:03

      Entièrement d’accord. Et encore, il peut y avoir un retour de bâton important, étant donné la baisse générale des pays émergents.


      • lemouton lemouton 11 septembre 2013 19:26

        « il semble entendu que notre pays est sorti de la récession »..

        euhhh..mais... smiley
         moi je ne gagne pas plus, il y a toujours autant de chomeurs ds mon entourage, les prix ne cessent d’augmenter, et chaque jour amène un nouvel impot (justifié ou pas)..

        mhouais.. je ne comprends pas ..
         faut dire que je suis un peu, et même beaucoup plus bourrin que mouton.... smiley


        • Claudius Claudius 11 septembre 2013 19:35

          Sleepwalking to extinction, no panic


          • colza 11 septembre 2013 21:51

            Une prévision de croissance de 1% ?

            A combien près ?
            Entre +2 et -2%, +3 et -3% ? 
            C’est juste un discours politique pour faire croire qu’ils savent où ils vont et comment.
            Ils sont pathétiques !

            • Yohan Yohan 12 septembre 2013 10:51

              Je ne sais pas où vous voyez une reprise. La méthode Hollande consiste à afficher un optimisme béat de façade, misant sur un effet placebo. « Nous ressentons un frémissement positif dans l’économie, le chômage va reculer dans un an » la bonne blague (l’année est passée, pas grave, on recule de 4 mois). 

              J’interroge autour de moi des chefs d’entreprises, et tous me disent que c’est mou du genou. Attentisme encore de mise En réalité, ce semblant de reprise est un effet du réassort dans l’industrie. Encore faut-il que les commandes arrivent.
              Ce n’est pas en augmentant la pression fiscale qu’on va restaurer la confiance.
              Re visionnez le face à face Hollande/Sarkozy des présidentielles, on voit mieux les mensonges

              • ZenZoe ZenZoe 12 septembre 2013 12:02

                Un quart ou même un demi point de croissance, de quoi bailler d’ennui, vraiment.
                Mais surtout, avant de scruter au microscope les frémissements de la courbe, on devrait s’interroger plutôt sur le concept même de croissance. Parce que là, cette croissance-là, c’est 1% qui s’enrichissent, 99% qui galèrent de plus en plus dans le monde entier. Pas de quoi remonter le moral aux gens, bien au contraire. La croissance, méfiance !
                Les politiques seraient plus inspirés de nous parler d’une économie qui profiterait à tous, la seule qui vaille, croissance ou pas croissance. Ils feraient mieux de nous parler de justice sociale, de répartition des efforts et des richesses. Ils feraient mieux d’oeuvrer pour réduire les écarts hallucinants entre salariés et patrons. Rappelons-nous ce slogan SNCF il y a quelques années qui pourrait s’appliquer à la fameuse « croissance » : « le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous ».
                Sinon, la croissance au fond, à quoi bon ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès