Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Une Réserve ayant épuisé ses réserves !

Une Réserve ayant épuisé ses réserves !

Les crises et les dépressions se suivent, 1987 aux USA, la décennie perdue au Japon, l’implosion des valeurs technologiques en 2000, la grande liquéfaction des années 2007 à 2010 (ou plus ?) … et le story telling de nos autorités ne bouge pas non plus d’un pouce ! Immanquablement, celles et ceux à qui nous avons confié la direction de nos destinées nous expliquent la manière dont ils comptent nous sortir du marasme, prétendant en détenir les clés… En fait, ils ne racontent plus aujourd’hui d’histoires qu’à eux-même car nous sommes parvenus au bout du chemin : c’est le cul-de-sac.

Après une première mi-temps initiée en 2008 (qui faisait encore quelque illusion) où la Réserve Fédérale US se lançait à corps perdu dans le « quantitative easing », terme sophistiqué qui revenait tout simplement à racheter du papier valeur émis par des institutions en perdition. Après avoir réduit ses taux directeurs à zéro. La Fed vient de franchir la semaine dernière le Rubicon ultime affichant ainsi son intention d’acquérir du papier valeur émis par la Trésorerie Américaine ! Et pour cause car la croissance US espérée à 3% en 2011 a été révisée en baisse par la majorité des observateurs avisés qui la voient à peine dépasser la moitié de ce chiffre l’an prochain. Sachant que le chiffre déterminant n’est pas celui de la croissance US mais bel et bien celui du rapport catastrophique entre l’endettement des Etats-Unis et leur P.I.B. : en effet, le point de non retour est définitivement dépassé puisque le seuil fatidique des 90% a été dépassé !

La Fed a-t-elle seulement compris que cette crise ne pouvait se régler par de simples baisses de taux d’intérêts et autres injections de liquidités ? Car cette crise, qui est d’abord financière, ne sera résolue que par une reprise nette de la consommation ou/et par un boom des exportations. 

En attendant, la désormais impuissante Réserve Fédérale US, se retrouve aujourd’hui dos au mur pour avoir épuisé l’ensemble de l’attirail à sa disposition : fiasco de sa politique monétaire, fiasco de sa politique fiscale, fiasco des stimuli, liquéfaction de l’immobilier, secteur privé qui se maintient à peine à flots.

Le Roi est nu.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Jimmy 17 août 2010 13:11

    Beaucoup de gens se demandent actuellement si nous allons avoir de l’inflation ou de la déflation, chaque terme a ses partisans.
    Et vous, vous votez quoi ?


    • Michel Santi Michel Santi 17 août 2010 13:16

      entre l’inflation et la déflation, j’opte pour ... la stagnation


    • El Nasl El Nasl 17 août 2010 13:45

      Bonjour,

      Michel Santini :" Car cette crise, qui est d’abord financière, ne sera résolue que par une reprise nette de la consommation ou/et par un boom des exportations. "

       cette crise est d’abord une crise énergétique avec pour conséquence une crise financière .
       
       Toute activité humaine consomme de l’énergie . L’énergie que nous consommons est à 80 % d’origine fossile dont 36 % pour le pétrole qui est le plus facile d’utilisation et qui contient la plus grande densité d’énergie .
       localement les usa ont peaké en 1970/71 10 Mb/j pour arriver à 6 Mb/j alors qu’ils consomment environ 20 Mb/j . le coût d’importation revient à environ 400 milliard de dollars par an !!
       Ajoutons le coût des guerres au MO qui sont toutes les deux en rapport avec le pic pétrole actuel ( plateau ondulé) .

       Au niveau financier le rendement se situe à plusieurs niveau .
       i) amélioration des rendements énergétique des machines de productions
       ii) diminution du coût de l’énergie
       iii) diminution du coût salariale .
       
       
      le i ) évolue très lentement
       
      le ii) faut comprendre qu’on ne paye jamais le capital pétrole mais uniquement la chaîne d’humain qui va de ceux qui extraient le pétrole à ceux qui le livrent en passant par ceux qui le transforment . Le prix du barril ayant été quasiment stable pendant plusieurs dizaines d’années augmente depuis une dizaine d’année à cause de la montée en puissance de l’Asie (et d’autres ) et parce que nous étions proche du pic . Le prix devrait exploser dans les 5 à 10 ans dans l’entrée en déplétion . Pour Certains pays non producteur c’est tout simplement la pénurie au bout du chemin  ! 

      le iii) uniquement par délocalisation ou décroissance dans les pays développés avec un coût salarial qui augmente dans les pays en développement .

       bref nous arrivons à la fin de l’ère d’un pétrole abondant et bon marché ,ce qui va contraindre énormément la finance basé sur le profit à haut rendement mais pas qu’elle , il y a aussi nos niveaux de vie et sûrement la démographie . Les usa étant un grand pays (longue distance à parcourir ) , ayant de grande ville étalée , et ayant l’habitude d’utiliser de lourd véhicule ont ,auront structurellement plus de difficulté à s’adapter . 

       équation de Kaya

         


      • Alain-Goethe 17 août 2010 18:00

        @ El Nasi

        Merci du lien vers équation de Kaya.
        ça mérite d’être lu attentivement !

        Soleil vert ?? un jour ou l’autre ...

        @ L’auteur : vos articles sont assez sérieux en général


        • El Nasl El Nasl 17 août 2010 19:41

          Alain-Goethe :«  Soleil vert ?? un jour ou l’autre ... »

           il y a déjà et il y aura des tensions ...
           les pistes pour améliorer les perspectives :
           -Essayer de changer certaines de nos habitudes et en parler autour de soi . Bon faut avouer ce n’est pas évident . 
           - un contrôle démographique plus contraignant .
           - dans la discussion sur l’équation de Kaya il explique à la fin que si on maintient les indicateurs en l’état il faudrait la chose suivante , qu’il démontre impossible , en l’espace de 50 ans multiplier par 7 le mix énergie renouvelable + nucléaire pour être dans les clous . En conclusion et c’est là une piste , il dit qu’il faudrait se séparer de l’indicateur PIB qui n’est plus adapté à la situation . Si aujourd’hui on comptabilisait l’épuisement des ressources non renouvelables ( énergie fossile , matière minérale ) , les ressources renouvelables ( halieutique , bois etc ) ,et enfin la pollution crée par nos activités , nous serions déjà en décroissance .
            Donc faut se munir d’un nouvel indicateur ,autre que le PIB , qui donnerait le sens de la croissance . 

            à noter cet article


        • pmxr pmxr 18 août 2010 10:18

          Quand il n’y a plus de foin dans les rateliers ... les ânes se battent ! jMahleureusement ca risque d’arrivé en France ( vu la repression organisée en plus)... et la perte du triple A de l’économie  smiley


          • piroliat 18 août 2010 10:31

            entre l’ inflation, la déflation, la stagnation, l’ hyperinflation, la stagflation,                       j’ opte pour l’ or. 
            c’ est la fin du papier sauf pour les toilettes et pour la fed qui en a besoin
            pour sa planche à billets. chantons en coeur, « c’est la reprise »


            • Yvance77 18 août 2010 12:18

              Bonjour

              M. Santi je vous cite : "fiasco de sa politique monétaire, fiasco de sa politique fiscale, fiasco des stimuli, liquéfaction de l’immobilier, secteur privé qui se maintient à peine à flots."

              Question simple et sans doute idiote : comment voyez-vous la suite au USA en définitive ?

              Bie à vous


              • Yvance77 18 août 2010 12:23

                Re,

                J’adore ce terme de « quantitative easing » et la définition que vous en donnez.

                Pour les non anglophones « to ease » se traduit par « tranquiliser ».

                Dans le jargon des financiers cela à un côté : « dormez braves gens ... on se charge de vous dépouilliez ».

                A bientôt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès