Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Une taxe Tobin Européenne ou rien !

Une taxe Tobin Européenne ou rien !

   A moins de 3 mois de l'échéance électorale, le chef de l'Etat, qui s'était engagé à mettre en place la taxe Tobin, n'en a jamais été aussi proche. Cette taxe, inventée par James Tobin en 1972, consiste en une taxation de l'ensemble des transactions financières. Pourtant, Nicolas Sarkozy, il y a 12 ans avait qualifié cette taxe "d'absurdité". Pour quelles raisons a t-il changé d'avis ? Quelles sont les points positifs et négatifs de cette mesure ?

  En ces temps de crise, tous les moyens sont bons pour réduire la dette publique, c'est sans doute, la raison principale du changement d'avis de Nicolas Sarkozy à propos de la taxe Tobin. En effet, le président semble être dans une optique de taxation afin de rééquilibrer à tout prix le budget Français, ce qui explique cette prise de position favorable par rapport à la taxe sur les transactions financières. 

 A noter, que l'Assemblée nationale a déja adopté le principe d'une taxation des transactions financières en novembre 2001 mais à deux conditions, une entrée en vigueur seulement si les autres pays de l'Union Européenne l'adopte et un montant maximal de 0.1% sur les transactions financières internationales.

 L'annonce de la probable mise en place de cette mesure continue d'être fortement remise en cause, néanmoins, Nicolas Sarkozy a affirmé que la France "n'attendra pas que tous les autres soient d'accord pour la mettre en oeuvre", il semble donc être particulièrement convaincu de la réussite de la mesure. Effectivement, la taxe créée par le prix Nobel d'économie de 1981, peut paraître tout à fait appropriée à la situation actuelle. En effet, cette mesure prévoit d'appliquer une taxe infime sur l'ensemble des transactions financières, pour, dans un premier temps, bénéficier d'importantes rentrées d'argent. Selon une étude de 99 Partners Advisory, une taxe de 0.0085 % sur toutes les transactions financières pourrait rapporter 12.5 milliards d'euros par an à la France, soit plus de deux fois le déficit de la branche maladie de la sécurité sociale. Puis, dans un second temps, cette mesure permettrait de réguler les marchés financiers en décourageant la spéculation excessive. La taxe Tobin, représenterait ainsi, de nouvelles ressources fiscales loin d'être négligeables et une réduction de la spéculation excessive freinant l'instabilité des marchés.

 Cependant, la mesure présente quelques limites. En effet, le président souhaite une mise en œuvre rapide de cette taxe en raison des présidentielles qui approchent à grands pas. Toutefois, l'Allemagne, qui n'est pas contre cette taxe, souhaite obtenir un consensus à propos de cette mesure au sein de l'Union Européenne. Or, l'obtention de ce consensus entre les 27 semble compromis puisque l'Angleterre y est hostile en raison d'une taxe similaire déjà existante dans ce pays, appelée la "Stamp Duty Reserve Tax". De plus, d'autres pays pourraient suivre l'Angleterre comme le Danemark qui considère que si seule l'Union Européenne met en œuvre la taxe Tobin, cela pourrait s'avérer être un danger économique. Autrement dit, un consensus au sein de l'Union Européenne dans les 3 mois à venir semble irréalisable. Ainsi, si le chef de l'État, désire continuer et instaurer cette taxe coûte que coûte, il devra certainement le faire seulement en France, au moins dans un premier temps. Or, dans ce cas de figure, la finance étant un secteur omniprésent de nos jours, nous pourrions assister à des destructions d'emplois massives et à une fuite des capitaux.

 Ainsi, excepté si la France parvient à imposer sa vision au monde et en particulier à l'Union Européenne, la taxe Tobin permettrait à court terme des ressources fiscales importantes, mais à moyen et à long terme pénaliserait le système financier Français et de façon inéluctable son économie.
                                                                      K.G


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Yvance77 9 février 2012 10:24

    Salut,

    Extrait du billet : « En ces temps de crise, tous les moyens sont bons pour réduire la dette publique... »

    Et bien non, pas tous. Ceux qui seraient utiles et touchant les copains du conducator, ne seront jamais à l’ordre du jour ou votés aux deux chambres. Les salopards d’en haut seront toujours bien protégés par la raclure présidentielle.


    • Kevin Gaignoux 9 février 2012 20:54

      Effectivement, ma formulation n’était peut être pas très clair, mais je voulais dire par là, que dans la conjoncture, le gouvernement recherche à tout prix de quelle manière réduire la dette, et est prêt à beaucoup de mesures pour cela.

      Pour ce qui est de votre critique du gouvernement, j’essaie de rester le plus objectif qu’il soit et ne me lancerais pas dans une telle discussion. 

      • Kevin Gaignoux 9 février 2012 20:59

        (n’était peut être pas très claire)


      • Wàng 11 février 2012 23:27

        Sur la taxe Tobin, une remarquable émission de Georges Lane et François Guillaumat :

        http://lumiere101.com/2012/01/17/la-taxe-tobin/

        D’une manière générale, taxer l’épargne comme se le vantait François Fillon récemment face à Martine Aubry, est une mesure profondément destructrice. L’épargne, ce sont les impôts et les emplois de demain. taxer le capital revient donc à moissonner à la première germination.

        La taxe Tobin ajoute à cette dimension une prétention complètement fausse de stabiliser la finance qui sert de paravent, et surtout la volonté de converger à un état mondial pour entraver la concurrence entre états, et ainsi parvenir enfin à l’Internationale Socialiste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Kevin Gaignoux


Voir ses articles







Palmarès