Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Uramin : le lent poison nucléaire ?

Uramin : le lent poison nucléaire ?

Il y a quelques jours, le journal le Figaro titrait : "Areva, le dossier qui va empoisonner l'automne du gouvernement", et il a raison. La société va mal, très mal. Avec 694 millions d'euros de perte au premier trimestre 2014, Areva joue les scaphandriers et la descente n'est pas terminée. L'EPR finlandais, Fukushima, un Directoire défaillant, autant d'explication pour tenter de comprendre la situation catastrophique du groupe. Pourtant, le sujet qui dérange, et qui a plombé les comptes d'Areva de près de 5 milliards d'euros, est soigneusement évité.

L’affaire Uramin empoisonne la vie des dirigeants d’Areva autant qu'elle dérange l'Etat, actionnaire à 87% de la société, qui ne trouve ni excuses, ni pistes pour expliquer les milliards perdus dans cette transaction fumeuse.

Tout commence en 2007, quand le groupe public nucléaire achète, investissements ultérieurs compris, cette start-up canadienne pour un montant total d'environ 5 milliards d'euros. Fin 2011, la valeur de la société Uramin dans les comptes d'Areva est de zéro.

En 2007, Daniel Wouters, un banquier belge, spécialiste des financements miniers, met en contact la direction d’Areva avec une société canadienne d’extraction d’uranium, Uramin, pour lui permettre d’internaliser les approvisionnements du groupe.

A l’époque, le prix de l’uranium est orienté à la hausse et Areva cherche à sécuriser son approvisionnement. C’est dans ce contexte que le banquier belge à la réputation douteuse présente Stephen Dattels (CEO d'Uramin) au groupe public français.

En l’espace de quelques mois, la vente est officialisée, le prix payé, l'argent public envolé et les actifs acquis rapidement dépréciés.

La sécurité du groupe s'interroge, tardivement.

Suivant un premier rapport de la société d'intelligence APIC, Sébastien de Montessus, alors patrons des mines, et le général Jean-Michel Chéreau, alors chef de la sécurité, sollicitent la société suisse Alp Services et son directeur, Mario Brero.

L'enquête démarre au début 2011 et doit faire la lumière sur cette transaction. Le dossier est sensible, politique, secret. Mario Brero est pris dans la tourmente et renvoyé devant le tribunal correctionnel. Jugé le 16 mai dernier en compagnie de Sébastien de Montessus, Mario Brero est exempté de toute peine et le second relaxé.

Mais l'affaire Areva, la vraie, n'est pas terminée.

Certains journalistes, comme Olivier Drouin, regrettaient au sortir de ce premier volet judiciaire que les parlementaires n'aient pas « jugé utile de creuser la piste de l’escroquerie » qui mène en dehors de l'hexagone.

Saisi du dossier depuis cette année, le Parquet national financier a finalement effectué 11 perquisitions, notamment au siège d'Areva, chez Daniel Wouters, ou encore chez Anne Lauvergeon, ancienne directrice d'Areva, et son mari, Olivier Fric.

Dans son livre "Radioactif", la fiction très réelle de la transaction Areva/Uramin, l'auteur Vincent Clouzet estime que cette affaire se résume à une grande opération de rétro-commissions ; reste à savoir quels furent les vrais bénéficiaires... si tant est que le gouvernement français souhaite le savoir.

Crédit Photo : TV5 Monde


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 22 octobre 2014 08:18

    Ah mon dieu......quand je pense que nous aurions pu ne pas aller sur ce chemin..oui mais voila, la fuite de la vie , vie que ce qui nous reste de cerveau ne peut pas vivre car ce programme n’ inclus pas la fin , ni le non connu de lui meme...amène à cette sorte de désastre planétaire ou la laideur relative de nos villes n’est que le reflet de la laideur de nos cerveaux.......

    quel est le lien avec Areva...

    mais ma pov dame, tout est lié..il y a une seule bobine de fil et si l’on tire sur le bon bout ,toute la pelote se défait....

    la science ,et les hommes derriere , science qui allait propulser les homes vers le mieux, nous entraîne vers le fond et qui pour moi est définitivement maudite depuis Hiroshima, elle est démoniaque.bien sur .pas dans le sens ou il y aurait un démon avec des pieds fourchus et un enfer, non gardons cela pour les croyants qui ne savent pas que croire veut en fait dire : je ne sais pas...

    le rendez vous des humains se situe à la porte du pire....mentalement d’abord.....les cerveaux et les yeux sont cernés par cette non vie, au delà du maquillage et des sourires, le vide destructeur est la norme....voila ce qui arrive de nier le destin du corps qui est de mourir....car vous ne le savez pas mais ce point précis à un rôle catalyseur chez l’humain, au niveau du cerveau...çà et la souffrance sont deux catalyseur puissants pour ouvrir l’intégralité du cerveau, qui n’est alors pas du tout ouvert pour faire pire mais autre chose....

    notre descente aux enfer est comme une dernière « chance » offerte par mère nature, si si, ..dans ces visions étranges qui tombent de nulle part, une vision se partage elle n’est pas personnelle ,sinon elle n’arrive jamais, il y avait inclus dans notre psyché un compte a rebours pour notre espèce....qui ne veut pas être parti de la création....mais carrément aujourd’hui se prends pour LE CRÉATEUR, la schizophrénie parfaite !! dans le sens originel du mot avant sa prise en otage par les psycho blabla.. : division de la réalité.....

    l’arrogance est cependant encore a son comble.....

    vous savez que l’arrogance cache la peur de vivre......genre je fais le kéké mais la mort qui peut être là à chaque instant me terrifie .....

    c’est là ou je perds contact avec ce qui est....pour vivre ce que je veux....LA FAUTE, on n’avait pas ce choix là.....
    cela dit chaque individu peut aller sur un autre chemin,mais c’est pas facile car on y rencontre le futur qui est impermanent dans le sens ou ce qui est n’est plus l’instant d’après, on y rencontre le non connu de nous, alors là ce non connu est énorme de l’ordre de 1 pour l’infini...

    plus je suis un spécialiste, moins je vis..........car on ne voit pas que la competition cache une élimination....qui de par sa nature amène un ordre unique partout, avec une personne qui dirige ou élimine les autres....

    vous savez très sincèrement les animaux qui sont dans le mouvement voulu par Mère Nature sont vivants, nous non !! on refuse ce mouvement pou essayer d’imposer le notre..Areva est un des monstres........créée par nous...


    • JL JL 22 octobre 2014 09:08

      On apprend que plus de 60 sénateurs et députés sont en délicatesse comme ils disent, avec le Fisc. 15% !

      Ce taux étendu à la population, ça donnerait combien de capitaines d’industrie (re-comme ils disent) ?

      Tous pourris et riz pour tous, comme on dit en Chine !

      Mais chez nous, ça ne les fait pas rire, et pour cause.


      • Doume65 22 octobre 2014 14:27

        60, ça fait 6,5% des 925 parlementaires, pas vraiment 15.

        Faudra revoir tes maths. smiley


      • lsga lsga 22 octobre 2014 12:47

        Le nucléaire n’est pas rentable économiquement. Il serait temps que les proNuke l’admettent. 


        • eau-du-robinet eau-du-robinet 22 octobre 2014 14:45

          Bonjour,
          .
          «  L’affaire Uramin empoisonne la vie des dirigeants d’Areva autant qu’elle dérange l’Etat, actionnaire à 87% de la société,... »
          .
          "Tout commence en 2007, quand le groupe public nucléaire achète, investissements ultérieurs compris, cette start-up canadienne pour un montant total d’environ 5 milliards d’euros. Fin 2011, la valeur de la société Uramin dans les comptes d’Areva est de zéro."
          .
          Donc c’est nous les contribuables qui devrons payer à la fin pour boucher le troue de 5 milliards d’euros... Merci à la MAFIA du nucléaire !!!


          • Le421 Le421 22 octobre 2014 18:03

            C’est quand même marrant !!
            Tout ce qui gagne, genre autoroute, on privatise...
            Tout ce qui perds, comme par hasard, c’est nationalisé majoritairement.
            Et si ça perds pas, des aigrefins hors de portée s’en chargent, en versant au passage des commissions à ceux qui pourraient leur chercher des noises...
            Ca baigne dans le bonheur.
            Et nous, les clampins ?? On cotise !!


          • Pierre29 Pierre29 22 octobre 2014 17:08

            Tant que les instruments de mesure du coût de l’électricité en provenance des centrales nucléaires ne seront pas les mêmes que pour n’importe quel autre moyen de fournir de l’énergie, les résultats seront biaisés et le débat impossible.
            Coût en recherche et développement, coût de traitement des déchets, coût du démantèlement d’une centrale, coût de son entretien, risques pour les populations et donc plans de secours qui en découlent, coût de transport sécurisé des combustibles et de leur extraction, etc... Complétez la liste.
            S’il en fallait encore, en voici une nouvelle démonstration éclatante.
            Sans une prise de conscience citoyenne collective, nous devrons nous contenter des regrets et de l’amertume que ne peuvent que susciter un tel gâchis et une telle tromperie.
            Laisser croire que l’abandon du nucléaire signifie le retour à la bougie est une pure escroquerie intellectuelle qui empêche de réfléchir et de faire les bons choix. Nous en payons tous déjà le prix et nous allons continuer à en payer longtemps le prix.


            • Le421 Le421 22 octobre 2014 18:06

              Nous en payons tous déjà le prix...
              Ah oui ??
              On n’en est qu’au balbutiement.
              Quand ça va merder pour de bon !! Au moins, y’aura moins de gens qui viendront immigrer dans le pays. Le FN se frottera les mains...  smiley


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 23 octobre 2014 00:41

              Billet incomplet.

              Il eût été intéressant de développer les points suivants :

              -Quid des études techniques préliminaires menées sur les trois sites uranifères d’Uramin situés à Ryst Kuil (RSA), Trekkopje (Namibie) et Bakouma (RCentrafricaine) et les surévaluations hasardeuses de ces acquisitions ?

              -Qui surveillait quoi ?

              -Qui a donné son accord ?

              -Quid du rôle de l’APE (Agence des participations de l’Etat) et du document de due diligence technique reçu par ladite APE ?

              -Quid des pénalités relatives à l’inexécution du contrat avec la Chine ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

PierreDretio


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès