Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > USA / Le coup de grâce de la crise immobilière : le grand crash s’en (...)

USA / Le coup de grâce de la crise immobilière : le grand crash s’en vient

LEAP2020, prévoit, pour l’été 2009 (voir les pages de mon blog), l’effondrement de l’économie américaine, de ses banques et de sa monnaie.

Je vous invite à livre cet article publié le 21 avril 2009 aux USA, qui concrétise complètement cette prévision et dont vous n’avez pas entendu parlé en France, normal car chez nous tout va bien, Sarko a la « Banane » !

060206budget-us_n.jpgJe vous invite à livre cet article publié le 21 avril 2009 aux USA, qui concrétise complètement cette prévision et dont vous n’avez pas entendu parlé en france, normal car chez nous tout va bien, Sarko a la "Banane" !

"En mars, l’accélération du mouvement à la baisse des prix de l’immobilier indiquait qu’il y aurait de plus importants ajustements à venir. Les tangentes sont plus fortes que jamais - presque perpendiculaires.

Les prix de l’immobilier ne sont pas en baisse, ils s’effondrent et ils s’effondrent sérieusement. Maintenant que le moratoire sur l’éviction a pris fin, les Avis de défaut [de paiement] (NOD) ont grimpé à leurs plus hauts niveaux historiques.

Dans 4 à 5 mois, ces avis vont devenir des saisies créant une autre série de saisies.

Les analystes du marché prédisent qu’il y aura 5 MILLIONS DE NOUVELLES SAISIES ENTRE AUJOURD’HUI ET 2011.

Il s’agit d’une catastrophe plus grande que l’ouragan Katrina.

La sidérante augmentation du chômage et la hausse des saisies rendent certain que des centaines de banques et d’institutions financières vont être contraintes à la faillite.

Quarante pour cent des propriétaires en défaut de paiement ont déjà évacué leurs maisons. Il n’y a rien qu’Obama puisse faire pour les faire rester. Pire encore, seulement 30 pour cent des [maisons] saisies ont été remises en vente suggérant ainsi encore plus d’entourloupettes au sein des banques. Où sont donc passées les maisons ? Ont-elles tout simplement disparues ? "

600,000 « MAISONS DISPARUES ? » la suite sur Mondialisation.ca

par Mike Whitne
Mondialisation.ca, Le 23 avril 2009
 
--------------------------------------------------------------------------------------
 
Que peut faire OBAMA ? une seule chose et qui aurait dû être réalisée depuis le début de la crise, permettre aux propriétaires de pouvoir rembourser les banques de leur prêt immobilier, donc subventionner les ménages américains et non les Banques.
 
Car au final c’est quoi ces actifs "Toxiques" détenus par les banques et autres institutions financières : ce sont des crédits hypothécaires qui valaient "100" avant la crise et qui ne valent plus que 50, 40, 30 ou 10, car les emprunteurs n’ont plus les capacités de rembourser d’où les saisies immobilières.
 
Il est facile de comprendre que si OBAMA avait permis aux emprunteurs de redevenir solvables et de pouvoir, ainsi, rembourser leurs prêts, les fameux "Actifs" auraient retrouvé, de fait, leur valeur "100".
 
Je ne comprends pas ce système où il est moral d’aider les banques avec de l’argent public, mais pas les contribuables, alors que de fait en agissant ainsi les banques voyaient leurs "actifs" redevenir solide !
 
Cherchez et réfléchissez à qui profite ce système où ce sont les états qui sauvent les banques !

La mécanique financière mise en place est d’une terrible perversité !
 
Pour ceux qui aiment les chiffres : 6 millions de propriétaires aidés par l’Etat Américain à hauteur de 1 Millions de Dollars chacun ( cela fait déjà de belles maisons !), sur 30 ans cela fait 200 Milliards de dollars par an à sortir pour l’Etat, tout à fait supportable par le budget de celui-ci (pour mémoire Budget US = 2 770 milliards de dollars américains pour l’année financière 2007, et surtout rien à voir avec les 1 700 milliards sortis immédiatement pour les Banques et assurances, en grosse majorité. 

Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • wesson wesson 6 mai 2009 13:09

    Bonjour Arthur,
    pas tout à fait, pas tout à fait

    Les banques sont en train de planquer sous le tapis cette montagne de dettes, tout du moins, c’est ce qu’elles essaient de faire.

    tout simplement parce que une banque est une structure opaque centralisée, qu’il est donc plus simple de contrôler et de bidouiller. L’objectif, c’est d’effacer purement et simplement cette dette, sans que cela ne se voit. Et pour y arriver, on commence par oublier les maisons saisies, et pour mieux les oublier, on commence par y mettre un coup de buldozer dessus.

    Le problème est que, de l’autre coté de la dette, il y a des titres. Et comme la dette représentait un risque, le titre exposait une rentabilité exceptionnelle. Ne pas payer ces titres, c’est justement révéler le pot-aux-roses.

    Et c’est là ou justement, la compensation de cette montagne de créance aura besoin de l’argent du contribuable, de BEAUCOUP d’argent. Ce n’est finalement qu’une tentative de dilution des dettes sur l’ensemble des contribuables. Si l’idée peut vous paraitre séduisante, malheureusement les chiffres sont tellement énormes que même le contribuable du siècle prochain pourrait ne pas y suffire.

    Et nous en sommes là, un immense mensonge pour essayer de sauver un système à l’agonie.


  • plancherDesVaches 6 mai 2009 14:51

    Bonjour Wesson.

    Pour apporter de l’eau à votre moulin, voilà où ils en sont aux US.
    http://blogduglobe.wordpress.com/2009/04/28/illustration-de-la-gravite-et-de-labsurdite-de-la-crise/
    (blog de Monsieur Bunker)

    Ainsi, ils préfèrent détruire le réel afin d’essayer de sauver le virtuel. Leur virtuel, surtout.
    Cela se nomme : « pragmatisme ».
    Mais cela pourrait s’habiller des mots : éthique, freedom, « industrie » financière, juste-correction-des-marchés, diminution-de-la-pauvreté-mondiale,.... j’en passe, car il y a tellement de propagande qu’il est maintenant impossible de tout citer.

    Le plus dangeureux est qu’ils vont tout faire pour essayer de sauver ce hold-up planétaire.
    Quitte à faire une guerre qu’ils perdront.
    Car, étant dirigés par une élite de requins qui se croient à l’abri, ils seront même disposés à envoyer leur peuple contre le premier « terroriste » qui semblera leur résister.

    Que faire maintenant pour que leur peuple se réveille et prenne conscience...


  • TALL 6 mai 2009 18:30

    Bonjour Arthur Mage

    J’avais vu juste, et c’est loin d’être fini smiley

    Autre indicateur fiable de la reprise, c’est qu’Agoravox annonce pour la 479e fois la fin des USA et du capitalisme pour bientôt. C’est donc le moment idéal pour acheter, il y a des statistiques là-dessus. smiley


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mai 2009 05:57

    Le but de cette crise est : a) de faire disparaître un surplus de monnaie qui compliquerait l’équation, maintenant que la gouvernance va s’exercer autrement, et b) de mettre a jour la structure industrielle désuète et de réassigner la main-d’oeuvre. On va aussi repenser la démocratie qui a perdu toute crédibilité. On en reparle l’an prochain à cette date.


  • TALL 7 mai 2009 14:14

    Bonjour Mage

    L’envolée boursière a commencé en mars avec les bons résultats de début d’année de certaines grosses banques US, dont Citygroup et Bank of America. Résultats qui ont été pas trop mal confirmés depuis. Du coup, ça se répercute sur le secteur bancaire en général, et comme les banques sont les moteurs du crédit, et donc de l’économie réelle, la bourse anticipe la reprise. Avec peut-être un peu trop d’enthousiasme, mais bon ...

    Personnellement, je viens quand même de vendre aujoud’hui car je crains que le rapport de la RBS du 1er trimestre qui doit sortir demain ne soit pas aussi bon qu’espéré.

    En fait, d’une manière + générale, je pense que ce sont les résultats bancaires du 2e trimestre ( qui sortiront en juillet ) qui devraient être décisifs sur la réalité de la reprise. Peut-être que je rachèterai en juin donc ... ou demain direct si le rapport de la RBS est bon.

    Petit rappel des règles d’or des paris :
    1) les conseilleurs ne sont pas les payeurs
    2) ne parier que de l’argent qu’on peut perdre

    A + smiley


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mai 2009 20:19

    @ Tall : désolé, mais il y a un fait nouveau. Une source TOTALEMENT CREDIBLE vient de publier un rapport prouvant que les 25 plus grandes américaines ont VOULU cette crise. Ce rapport est évidemment la dernière touche au complot pour détruire la confiance et le système financier. J’envoie un texte sur ce sujet. Il sera demain sur mon blogue



    Pierre JC Allard


  • l'ours l’ours 6 mai 2009 12:41

    Bonjour.

    • A propos,c’est toujours les petits,les ouvriers,ceux qui ont peu de pognon qui doivent payer la crise des bourges. Au mois de septembre 2008 en Belgique quand herman brother une banque us à fait faillite,Dexia et Fortis on pèrdues des millions d’euro si pas des milliards d’euro. Du jour au lendemain les gros dirigeants de ce monde ont sortis des milliards d’euro pour sauver les banques et qui est ce qui paye les pots cassés,le contribuable,on est des cochons payeurs dans cette sociétée ou règne en force libéralisme et capitalisme. Au usa, y a des personnes qui ont tout perdu,travail,maison,voiture,y à des quartiers a l’abandon,c’est dingue. La question que je me pose c’est quand est ce que les gens vont sortir dans la rue pour couper la tète de tout ses gros riches qui prènnent les ouvriers et les pauvres pour des torchons,qui sont juste bon a èssuyer leurs èrreurs de la finances. Les usa n’ont pas assé d’argent pour sauver leurs pays,ils sont allé trop loin,beaucoups trop loin,l’engrenage est lancé c’est la fin : d’un système et meme d’une civilisation. Une dèrnière chose,obama est un con qui ne sauvera rien,aucun président n’est jamais arrivé a rien,je vois pas pourquoi lui il y arriverait,tous les memes,ce qui est triste c’est que ce sont les autres pays qui doivent payer les pots cassés des usa. De toute façon le géant au pied d’argile que sont les usa vont s’éffondrer et jètteront leurs or et argent par les fenètres,la question est de savoir quand et comment ?? Comme je l’ai déja dit sur agoravox : qui vivra,vèrra !!!!

    • JL JL 6 mai 2009 12:41

      Ce n’est pas une crise dont il s’agit, c’est d’un coup d’Etat planétaire, si l’on peut dire.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 mai 2009 20:21

        @ JL : Tout à fait.. Voyez mon commentaire à Tall ci haut. Maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?


        Pierre JC Allard

      • Candide Candide 6 mai 2009 12:57

        Eh ben, en voilà un article documenté, fouillé et impartial. Bref, si comme dis l’Ours, les usa devaient jeter l’or et le dollar et tout et tout par les fenêtres, je vous conseille d’être en dessous.

        Sinon tout va bien ici, on bosse, dans six mois on en sera sorti et on regardera la france et les petits français continuer à dire des conneries et donner des leçons au monde sans se les appliquer eux-mêmes . 
        Bizzare qu’Avox laisse passer ce genre d’article.....

        • Ungh Ungh 6 mai 2009 17:29

          Un bref coup d’oeil sur la carte de la crise en France et tout le monde sera convaincu que dans 6 mois ça repart. Sans compter les PMI-PME ou les emplois de type chauffeurs routiers qui ne peuvent être répertoriés.

          J’aimerais bien avoir la même pour les USA, histoire d’en être convaincu aussi ...


        • Candide Candide 6 mai 2009 17:59

          Je vis aux USA et quand je dis qu’ici ça va repartir je parle de ce que je vois tous les jours. Peut être que je me trompe, mais il me semble que les vrais problèmes sont devant pour l’Europe et surtout pour la France.

          Ma réaction est provoquée par ces articles qui ne cessent de critiquer l’Amérique et qui ne voient même pas ce qui se passe chez eux en France.

        • plancherDesVaches 6 mai 2009 19:43

          Certes.

          Ainsi faudrait-il que vous voyez ce qui se passe en France.

          Passez le bonjour à Chwarzy, en passant. Car lui, le grand guerrier, mais intelligent quand-même, a l’air de flipper sec, au niveau finances.

          Je ne vous enverrais pas de carte postale, elles coûteront bientôt le prix d’un lingot d’or. Mais le coeur y est.


        • patroc 6 mai 2009 13:02

           En france, les dossiers de surendettement explosent, les arriérés de loyers HLM s’entassent, les diffèrements de remboursements d’emprunts se multiplient.. La pauvreté gagne ici aussi..


          • wesson wesson 6 mai 2009 13:17

            Bonjour patroc

            « La pauvreté gagne ici aussi.. »

            meuuuuhhh noooon !

            petite précision, c’est une statistique portant sur 2006, donc en pleine période de croissance ... Histoire que nos amis de droite ne viennent pas nous expliquer que « c’est la faute à la crise môndiale et aux socialocommunistes tout ça » !

            rappelez-moi qui était déjà ministre en 2006 ?


          • ZEN ZEN 6 mai 2009 13:32

            « Les banques sont en train de planquer sous le tapis cette montagne de dettes »

            Tout à fait Wesson. C’est aussi ce que je lis depuis plusieurs mois. La bourse fait illusion...
            Dépensez votre argent. Dans quelques mois, à la suite de l’effondrement du dollar et des conséquences prévisibles sur l’euro, vos économies ne représenteront plus grand chose...
            Cela va être un terrible choc.


            • TALL 6 mai 2009 18:35

              Encore des promesses ... smiley


            • ZEN ZEN 6 mai 2009 13:35

              Même La Tribune affirmait il y a peu :
              «  »...les banques ne disent pas la vérité sur la réalité de leur situation. Et les autorités financières sont complices de ce grand mensonge, pour éviter de créer la panique..."


              • batman67200 6 mai 2009 14:07

                Tout à fait d’accord avec vous. Même si sur quelques détails, il y a encore de quoi discuter (Merci à Wesson pour les explicatifs smiley ), le fond du problème reste le même : Une lame de fond repassera. Le première crise de l’immobilier n’était que la 1ère phase.


                Jérôme

                • LE CHAT LE CHAT 6 mai 2009 14:42

                  moralité , il vaut mieux avoir des milliards de dettes que d’être en retard de quelques traites sur sa baraque ! aux states , les banques sont bien moins patientes que chez nous et on est très vite jeté à la rue et la maison bradée à même pas moitié prix !


                  • TALL 6 mai 2009 18:56

                    Salut le chat

                    Sauf que justement, l’administration Obama est en train d’intervenir maintenant dans l’immobilier US en faisant de la médiation entre créanciers et proprios endettés, avec des garanties d’état, des plans de paiement, etc ...
                    Et c’est ce qu’on aurait dû faire depuis longtemps, mais avec ce con de Bush, évidemment, rien n’a été fait.
                    Car non seulement cette intervention est + humaine, puisqu’elle diminue le nombre de gens jetés à la rue, mais en +, c’est la parade la moins coûteuse contre la dévalorisation de toute la pyramide de titres qu’on a créés sur base de ces emprunts hypothécaires, et qui a provoqué le crash.
                    En clair, ça coûte beaucoup moins cher d’intervenir en amont de la cascade, là où le débit est le moins fort.


                  • Colure Colure 6 mai 2009 15:11

                    « Il parait que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c’est une crise. Depuis que je suis petit, c’est comme ça. » Coluche


                    • robin 6 mai 2009 15:28

                      On commence à comprendre à quoi devaient servir les 600 camps de la FEMA construit depuis quelques années !

                      COmme disait Viviane Forrester dans son « horreur économique » après l’élimination économique des pauvres....leur élimination physique est sur les rails !


                      • raminagrobis 6 mai 2009 20:06

                        Bonsoir,

                        Ds son livre « le Rapport Lugano » paru en 2000 chez Fayard, Susan George décrit un plan prévu pour protéger le capitalisme, en éliminant les pauvres par divers méthodes.

                        Cdlt.


                      • goc goc 6 mai 2009 15:39

                        le plus comique de l’histoire (si j’ose dire), c’est que le fait d’avoir une tangente presque à la verticale, fait que dès qu’elle se redresse un peu, on crie a la fin de la crise.

                        et c’est ce qu’il se passe en ce moment, par exemples les bourses mondiales remontent parceque les resultats financiers des entreprises sont .. moins mauvais que prevue. Vous avez bien lu, elles ne sont pas meilleures, elles sont juste moins mauvaises. En gros au lieu de couler à pic, le titanic s’enfonce en douceur dans la mer.

                        De meme, on a annoncé cette semaine la reprise dans le secteur de l’immobilier, Pour traduire, avant on construisait mille maisons par jour, puis avec la crise on est passé a dix/jour, et là on vient de passer a 15, donc ca y est c’est la fin de la crise !!


                        • l'ours l’ours 6 mai 2009 16:43

                           @ Candide,

                          T’as rien compris a mon commentaire,un jour ils jètteront leurs or et leurs argent pas les fenètres ses gros ricains et tu auras beau à te mettre en dessous pour ramasser leurs bien ça n’aura plus de valeur. Et la crise mondiale touche tout les secteurs,y a pas un seul secteur qui est épargné,le chomage économique pend aux nez de tout le monde,tu te prends pour un super héros ou quoi.
                          Si t’aimes pas les Français c’est ton choix,mais avant tout,agoravox est un site d’èxprèssion,c’est plutot tes commentaires qui sont a revoir. Salutation.

                          • 3°oeil 6 mai 2009 16:44

                            faut pas s’inquieter,les bilderbergs se réunissent pour notre bien le 16 mai en Grèce,on va savoir le pourquoi du pied de guerrre de la police pour le 30 juin..


                            • EXPAT456 6 mai 2009 17:26

                              Si l’on considere que la crise est venue par l’immobilier US, l’analyse d’une reprise imminente aux USA n’est pas une aberration totale :
                              http://www.adef.org/statistiques/index.htm
                              ... toutes choses egales par ailleurs (...)
                              Sauf que toutes choses ne sont pas egales par ailleurs avec les degats collateraux subits depuis !

                              http://liberalisme.equitable.over-blog.com/


                              • pendragon 6 mai 2009 18:08

                                La personne, qui prédit outrancièrement la catastrophe pour les autres, pense en fait à sa propre fin inéluctable.


                                • TALL 6 mai 2009 18:45

                                  Cela fait déjà des mois qu’on chante ce genre de contine sur avox : la fin des USA, du dollar, de la livre et du monde capitaliste pour bientôt.

                                  Mais est force est de constater, sauf alzheimer aigu, que toutes ces prédictions ne se vérifient jamais, ce qui oblige tous nos économistes-citoyens distingués à reporter sans cesse la date du Grand Soir.

                                  Moi qui m’étais déjà préparé à la fin du monde en stockant des peaux d’ours et des silex, maintenant je commence à désespérer, et il va falloir que je les revende à la brocante bientôt.


                                  • Pierre 6 mai 2009 21:55

                                    Avez vous remarque TALL que Jhon Lloyds, grand partisant de la fin du monde americain, a change sont avatar tout recemment ?

                                    un moyen de preparer une porte de sortie ?...

                                     smiley

                                    P.


                                  • TALL 7 mai 2009 13:54

                                    Bien sûr Pierre, et il le fait sciemment.
                                    Je le soupçonne même depuis le début d’être un cybion-man
                                    Impossible à démontrer, of course


                                  • Marc Bruxman 6 mai 2009 19:57

                                    Bien sur qu’une deuxième vague va arriver à l’été ou l’automne. Cela ne fait pas grand doute. Maintenant la société s’est ajustée relativement vite à la nouvelle donne et grâce à cela les profits n’ont pas trop mal résistés à la première vague. En tout cas mieux que prévu. Le fait de s’être préparé au pire va aider à amortir la deuxième vague du moins pour les entreprises solvables.

                                    Pour les autres, certaines comme GM sont déja quasiment à l’arrêt, leur faillite ne changera pas grand chose.

                                    La reprise arrivera plutôt en 2011 ce que tous les économistes savent déja sauf ceux payés par le gouvernement. D’ici la, cela va être pénible. Mais le marché libre s’adapte relativement vite à une nouvelle donne, donc après 2011 on y verra plus clair sur ce qui va vivre et ce qui va couler lentement. Pour les structures sous controle directe de l’état c’est beaucoup plus inquiétant...

                                    Pas la fin du monde, mais la fin d’un monde. Mais on devrait s’en tirer avec des dégats limités. La principale victime sera juste l’état providence qui risque de se trouver bien mal en point vu la dette astronomique qu’il y aura lorsque la crise sera terminée. Meme si les socialos reprennent le pouvoir en 2012 ils seront sans aucun moyen d’action en France et risquent bien de devoir faire eux mêmes le boulot que Sarkozy n’aura pas osé faire. Cette remarque vaudra également pour le Modem.

                                    Cela créera surement des tensions durant la période 2012-2015 puis vraissemblablement un bigbang politique lorsque les réformes seront devenues obligatoires et ne pourront plus être différées. Au niveau du marché, la situation risque de rester difficile durant toute la décénnie car les ajustement liées à la raréfactions du crédit seront suivies par les ajustement liées à la réduction du poids de l’état dans l’économie.

                                    Au niveau social enfin, la décénnie risque d’être assez sombre avec une incompréhension de plus en plus grande du public de ce qui se passe. Les retraités et le début de la génération X, grands perdants risquent de faire parler d’eux. La génération Y et les suivantes continueront leur petit bonhomme de chemin comme si de rien était, juste dans une ambiance un peu plus austère qu’avant.

                                    Je pense que ce n’est pas avant le millieu des années 2020 que le système se sera stabilisé et que l’on connaitra alors un retour a un calme relatif.


                                    • Montagnais Montagnais 6 mai 2009 20:02

                                      Gardez-les bien Monsieur Tall, vos articles pour « la fin du monde », gardez-les biens, vous avez pris des précautions somme toute pas très coûteuses, au nom du principe du même nom..

                                      Et même que les silex pourront vous servir face aux légitimes revendications de la multitudes de travailleurs à 4 Fifelins par jour, un milliard et demi à moins d’un Fifelin par jour même, sur notre petite planète « mondialisée ». Il ne s’agit pas de crier au loup, d’annoncer des catastrophes et de s’en réjouir. Il s’agit des chiffres du BIT (ILO). Quant aux conclusions définitives à tirer de cette gigantesque différence de potentiel (au sens physique, electrique), libre à vous de les mettre en chanson sur l’air des lampions.

                                      Candide ? C’est vous le bosseur heureux et contant ? Félicitations.. Continuez...


                                      • Pierre 6 mai 2009 21:49

                                        Les lecteurs d’Agoravox sont grand fans de LEAP2020.

                                        Beaucoup oublient que le LEAP, en Septembre 2007, avait predi une guerre avec l’Iran avant la fin de l’annee (2007).

                                        Ils avaient predi l’euro a deux dollars avant la fin de l’annee 2008.

                                        Ils avaient predi la loi martiale aux US avant la fin de l’annee 2008.

                                        Ils disent que 80% de leurs previsions sont justes, mais j’ai peur que ce soit les 20% restant qui sont significatives et montre qu’il faut se montrer tres prudent avec eux.

                                        Mon avis est que leurs constats sont tout a fait justes mais les extrapolations qu’ils en font sont a prendre avec « pincettes ».

                                        P.


                                        • wesson wesson 6 mai 2009 22:52

                                          Bonsoir Pierre,
                                          vous avez parfaitement raison, il faut se méfier des prédictions du LEAP, dont personnellement je trouve une tendance à son autopromotion dans ses propres colonnes assez détestable. Toutes les 5 phrases, il en placent une pour dire à quel point il ne s’étaient pas trompé, et c’est franchement pénible.

                                          Cependant, concernant la situation immobilière américaine, les informations alarmistes qui ne proviennent pas d’eux regorgent pour un peu que l’on se donne la peine de lire l’anglais.

                                          Comme par exemple cet article d’aujourd’hui. Pour les non anglophones, ça raconte que 22% des foyers américains n’arrivent plus à payer les échéances de la maison, et ce taux passe à 33% pour les maisons hypothéquées.

                                          Pour bloomberg, 21.8% des propriétaires sont dans l’incapacité de faire face, avec 17% d’entre eux qui doivent plus que le prêt original - parce que dans le bestiaire des prêts américains il y en avait dont les remboursements annuels ne couvraient pas les seuls intérêts, ce qui provoque un capital principal à rembourser en constante augmentation. Toujours selon bloomberg, 14.3% de ces emprunteurs sont encore dans cette situation d’augmentation constante du capital principal.

                                          Pour faire court et synthétique, 1 acheteur à crédit sur 4 n’a plus de quoi à payer sa maison, aux états unis. Je ne sais pas le dire autrement que trivialement, Il n’y a pas besoin d’être chercheur au LEAP pour comprendre que sous peu la merde va toucher le ventilateur, et que tout le monde va en prendre.

                                          Petite précision encore de l’article mentionné, selon un sondage récent, 31% des foyers se déclarent prêt à remettre en vente leur baraque à la première embellie du marché immobilier. Autrement dit, même en cas d’embellie, c’est pas demain la veille que les maisons vont reprendre de la valeur, de même que les titres qui y sont adossés.


                                        • Marc Bruxman 6 mai 2009 23:31

                                          Pour faire court et synthétique, 1 acheteur à crédit sur 4 n’a plus de quoi à payer sa maison, aux états unis. Je ne sais pas le dire autrement que trivialement, Il n’y a pas besoin d’être chercheur au LEAP pour comprendre que sous peu la merde va toucher le ventilateur, et que tout le monde va en prendre.

                                          Le fait que leur balance de crédit soit supérieure à la valeur du bien ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas payer. Cela veut juste dire qu’ils ont fait une très mauvaise affaire. Si vous achetez un bien 130 000 $ qu’il n’en vaut que 70 000 $ alors qu’il reste 100 000 $ a rembourser sur le crédit, cela ne veut pas dire que vous avez été licencié. Vous pouvez surement encore payé. Par contre un truc est sur, vous avez mal joué.

                                          Cela dit, aux USA, un crédit n’est garanti que par le bien qu’il couvre et donc une fois la maison saisie, la banque ne peut plus rien réclamer. Ce qui veut dire concrétement que l’occupant peut retourner sa baraque à sa banque lorsque sa participation devient négative. Et même qu’il peut avoir fortement intérêt à le faire. Les ricains appellent cela « jingle mail » (par rapport au bruit des clés dans l’enveloppe). Avec les prêts « no money down » (sans apport personnel), il y a encore moins de barrière psychologique à faire cela... Et donc les banques risquent de perdre grave à ce petit jeu.


                                        • wesson wesson 7 mai 2009 03:25

                                          @ Marc Bruxmann

                                          Bonsoir,

                                          "Cela dit, aux USA, un crédit n’est garanti que par le bien qu’il couvre et donc une fois la maison saisie, la banque ne peut plus rien réclamer."

                                          même si effectivement c’est souvent le cas, ce n’est pas systématique.

                                          Et comme vous le dites, le problème n’est pas la valeur de la maison qui se corrige, mais plutôt la capacité à faire face aux échéances du crédit.

                                          Ou plutôt des crédits, tant tout était fait pour en refourger plus.

                                          Au menu vous aviez les Mortgage Equity Withdrawal (MEW - on vous prête la valeur de votre maison moins ce qu’il reste à payer dessus, c’était censé servir pour diminuer l’endettement, ça a surtout été utilisé pour recharger les cartes de crédit), les HELOC (un prêt ou vous remboursez ce que vous voulez quand vous voulez, pourvu que tout soit payé au bout d’un certain temps, le tout couplé à des déductions fiscales pour attraper encore plus de gogos), les Pay-Option ARM (vous ne payez que des intérêts réduits et rien du capital pendant quelques années, une vrai invitation à spéculer sur le prix de la maison), les Subprimes - j’ai pas besoin de détailler, les Alt-A mortgage (des Subprimes avec des emprunteurs juste un peu plus solvable donc un teaser rate un peu plus long), etc etc.

                                          En définitive, les américains ont été littéralement bombardés de propositions de crédit dont ils se sont gavés comme des poulets en batterie. ça a nourri la bulle immobilière qui a provoqué in fine un endettement moyen dépassant 80% du revenus, une situation tout simplement intenable ! comme la dette est reine, maintenant que la fée crédit est partie tout le monde doit passer à la caisse et ils ne peuvent tout simplement pas, d’ou vagues successives de faillites immobilières.

                                          Ainsi, les subprimes en gros c’est fait, les ARM c’est ceux qui arrivent, les Alt-A c’est pour 2010-2012, et les MEW comme les HELOC, c’est plus en fait des secondes hypothèques, qui viennent encore aggraver un peu plus la situation. Pour situer, nous en sommes actuellement à 20% de ces crédits vaudoux qui sont arrivés au reset, reste en gros 80% qui vont s’étaler sur au moins les 5 prochaines années. En extrapolant les pertes actuelles, la douille totale pourrait se situer entre 8000 et 10000 milliards de dollars - pour l’immobilier seulement !

                                          Le hic dans votre raisonnement, c’est que perdre sa maison, ce n’est pas aussi anodin que glisser des clés dans une enveloppe. Son toit, c’est en général la dernière chose que l’on perds, quand tout le reste est déjà perdu. La perte de sa maison a des conséquences directes sur sa consommation. On ne paie plus d’impôt locaux ni nationaux, on ne paie plus d’électricité, ni de gaz, ni d’internet, on rembourse plus les autres crédits et surtout on a plus accès à aucun crédit. Bref, on consomme à minima et quand à garder son job, vaut mieux pas que le patron sache ...

                                          J’ai l’impression que vous croyez que la vague de faillites personnelles qui s’annonce aura des conséquences limitées au seul prix de l’immobilier. Si c’est le cas, c’est amha faire preuve d’une extraordinaire naiveté. La finance, ça n’a pas la politesse des tours du WTC qui tombent toutes droites sans faire de dégats autour ( ! ). Quand ça s’écrabouille, ça part dans tous les sens, et ça détruit tout sur son passage.

                                          Maintenant, ce que nous avons à juger, c’est la capacité de nos gouvernements et de leur soutient objectifs, les médias, à passer ces informations sous silence.


                                        • ffi ffi 6 mai 2009 23:23

                                          Pourquoi avoir subventionné les banques et non les ménages ?
                                          En fait, la crise des crédits hypothécaires n’est qu’une goutte d’eau dans le désastre bancaire. Les milieux financiers sont certes prédateurs, mais ils ne sont pas inintelligents.

                                          Alors, pourquoi tant de dettes ? Quand des investissements non rentables sont faits, les retours sur ceux-ci sont absents. La dérégulation totale de la finance, a fait se créer un immense marché, avec des lois sur mesure (c’est-à-dire l’absence de loi). Les milieux financiers l’ont souhaité, voulu, arguant du fait que plus grand était le profit monétaire, plus grande était la richesse.

                                          C’est assurément vrai d’un point de vue individuel, mais cela est faux du point de vue de la société. J’ai cherché les champs où pousse l’argent, les mines d’où sont extraites carte de crédit, je ne les ai pas trouvés. La monnaie est faite par les hommes, pour les hommes.

                                          La finance s’est industrialisée, sophistiquée, perfectionnée. Elle a émis des titres, des valeurs de toute sorte sur tout et n’importe quoi. Les CDS, les subprimes, les titres sur les dettes, les titres sur les titres, des produits dérivés (80 fois le PIB mondial)... Un empilement de papier. Des monnaies parallèles, mais virtuelles. Toutes ces valeurs, ne sont vraies que par le contrat de celui qui y souscrit, elles sont donc pas totalement réalisées. Elles sont dans l’attente d’un remboursement, éventuel, en attente des retours sur investissement.

                                          Las, toute une société ne peut vivre de l’industrie de l’argent, sinon, la finance vit en circuit fermé, produit une quantité de papier-financier sans valeur. Il faut bien que quelques uns produisent parfois aussi quelques bien échangeables (une cargaison de pétrole est vendue 18 fois sur le marché avant d’être acheminée). Puisque dans le même temps, ces génies de la finance ont largement détruit les infrastructures de production, seules productrices de richesses tangibles, pour les convertir en titre-papier, la quantité de bien physique à échanger s’est réduite. Par conséquent, les titres-papiers ne valent plus rien !

                                          L’argent n’est allé qu’à l’argent, il n’a pas financé des projets d’avenir, mais a « consommé », « consumé », pillé, les infrastructures de production, s’emmenant à la faillite. Quelle ironie. L’idéologie du gain immédiat à court terme a abouti à transformer les usines en des tonnes de papier sans valeur.

                                          Et que font les gouvernements ? Loin d’y remettre bon ordre, ils tentent de sauver le système en émettant ... du papier. Il y a bien quelques immeuble qui sont repeints, on fait quelques trous dans les routes et un rond-point par-ci par là, les ouvriers sont priés de s’exciter et de s’affairer, mais c’est dans une organisation totalement anarchique. Comme la frénésie s’empara des passager du Titanic ?

                                          Le propre des icebergs, c’est bien que leur partie immergée peut s’étendre beaucoup plus loin que l’on ne le croit.

                                          Cet excès de confiance dans la possibilité de production infini de titres-papiers et la confusion culturelle entre ce qu’est le signe de la richesse et la richesse mène le monde à la faillite.

                                          Emmettre encore d’avantage de papier-monnaie n’y changera rien. C’est le symptôme que cette confusion persiste.

                                          Pourtant, il y a une contradiction flagrante d’avec la police de la pensée économique libérale, qui clamait haut et fort que l’état ne devait pas posséder la capacité de création monétaire, car il en abusait, que cela engendrait l’inflation et donc qu’il fallait la réserver aux banques commerciales privées.

                                          Les banques en ont grandement abusé. L’inflation depuis l’Euro s’explique donc par cela. Pire, toujours moins de production (beaucoup moins) et toujours plus de monnaie (beaucoup plus), cela va avoir des conséquences gravissimes : c’est potentiellement hyperinflationniste (à l’hiver 2010 ?).

                                          Il semble que cela soit la voie choisie. Une hyperinflation pour ne pas avoir à rembourser les dettes, faire sombrer le système monétaire, puis nécessité fait loi, une monnaie mondiale, dirigée par les oligarques rescapés du massacre, une banque centrale mondiale, un fascisme financier global où une poignée de banquiers décident de tout dans la destinée du monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès