Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Vers un exil massif de cadres ?

Vers un exil massif de cadres ?

La loi sur la rénovation de la démocratie sociale votée à l’Assemblée poussera-t-elle des cadres à s’expatrier pour trouver des conditions de travail plus favorables à l’étranger ?

C’est donc fait, le projet de loi sur la rénovation de la démocratie sociale a été adopté par l’Assemblée nationale.

Le volet temps de travail, ajouté unilatéralement au texte par le gouvernement, instaure, hors accord collectif, un « plafond » moyen de 235 jours annuels pouvant aller jusqu’à 282 jours, au lieu de 218 jours actuellement.

C’est une véritable régression sociale pour les cadres, car cette modification de la loi supprime tout simplement les RTT, ces jours de repos instaurés pour compenser le fait que les cadres dépassent les 35 heures sans compensation financière. Pire, ces derniers devront même travailler les jours fériés pour atteindre le plafond de 235 jours.

De plus, ces 17 jours de travail supplémentaire seraient payés 10 % en plus, ce qui est tout simplement ridicule. Pour un salaire d’environ 2 500 euros net par mois, ces 10 % représentent tout au plus 250 euros en plus sur l’année.

250 euros pour 17 jours travaillés ! (car n’oublions pas que les RTT et les jours fériés étaient eux aussi payés).

Quant au plafond maximum de 282 jours, cela reviendrait pour le cadre à travailler 6 jours sur 7 toute l’année et de ne plus avoir que ses 25 jours de congés payés. Autant dire que nous sommes revenus au droit social d’avant 1936 !

Et la loi sur le pouvoir d’achat du 8 février 2008 concernant le rachat des RTT n’est déjà plus d’actualité vu que ces derniers sont condamnés à disparaître.

La solution pour les cadres ?

On peut penser que pour s’opposer à ces dérives graves, les cadres devraient s’organiser en syndicats sur le lieu de travail et ainsi peser sur les négociations d’entreprises.

Mais au vu du très faible taux de syndicalisation des cadres (moins de 5 %), l’autre solution sera bien évidemment de s’expatrier.

Les cadres en France bénéficient de salaires inférieurs à leurs voisins suisses, anglais, luxembourgeois. Mais, en contrepartie, ils disposent de plus de jours de repos dans l’année.

Si cet avantage social venait à disparaître, il n’y aurait plus aucune raison pour un cadre de rester travailler en France.

Les jeunes diplômés, par exemple, qui n’ont pas encore fondé de famille en France, n’hésiteront pas à aller voir ailleurs tant les conditions sociales ne sont plus favorables en France.

Espérons que le Sénat mette quelques verrous à cette loi avant l’adoption définitive.


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (192 votes)




Réagissez à l'article

114 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 9 juillet 2008 12:37

    Pour comparaison : salaire brut annuel moyen en Belgique (tout confondu) : 50.000€. Mais comment font les bleges ? Alors si les cadres français veulent bien s’expatrier, nul besoin d’aller loin


    • faxtronic faxtronic 9 juillet 2008 13:50

      Exact, vive la belgique, et on manque de cadre


    • Gzorg 9 juillet 2008 19:33

      Ouais mais il y a quand même vachement de Belges !


    • Stephan Hoebeeck Stephanesh 10 juillet 2008 06:41

       @ Yohan 

      Le sytème fiscale belge est différent...

      50000 € brut = 22000 € net



    • Yohan Yohan 10 juillet 2008 07:57

      21000 moyen net en France avant impôt. Concernant le net belge, il me semble bien que c’est impôt compris qui est prélevé à la source ?


    • Reflex Reflex 10 juillet 2008 09:29

      @ Yohan
      Les cadres belges te béniraient forcément si aux 50.000 euros annuels brut de salaire, ils ne devaient défalquer que l’imposition sur le revenu et les cotisations de sécurité sociale françaises. Ce n’est, hélas, pas le cas.
      A tel point que nombre de travailleurs belges se domicilient en France et que les travailleurs français se ruent sur les emplois frontaliers belges puisqu’ils sont imposés en France.
      Ainsi, une entreprise chimique implantée à Virton (Belgique), non loin de Longwy, compte-t-elle 70% de travailleurs domiciliés en France !


    • Trashon Trashon 9 juillet 2008 13:22

      ha ha ha voila comment travailler plus pour gagner moins .... merci qui hein ?



      • Zalka Zalka 9 juillet 2008 13:31

        Exil massif ? Bof. Disons plutôt une intensification d’un jeu de chaise musicale. Les petites entreprises "profitant" de cette modification vont l’appliquer risquant ainsi de voir foutre le camp leurs cadre. Les grosses entreprises ne se risqueront probablement pas à faire ce choix.

        Dans mon secteur, c’est encore plus flagrant : les assurances manquent d’actuaires. Sucrer les RTT, c’est devoir remplacer tout le service, en mettant des offres d’emploi fort peu alléchantes du fait des conditions.

        En tous cas, c’est sûr que ça va gueuler.


        • Lapa Lapa 9 juillet 2008 13:38

          vous éxagérez un peu quand vous citez une regression sociale d’avant 1936 (il n’y avait pas de congées payées à l’époque ; il en reste toujours 5 semaines actuellement). De même d’autres pays paient mieux mais le marché de l’emploi est plus volatile et surtout ils n’ont souvent que 2 semaines de congées payées (et encore c’est mal vu de les prendre). Je ne parle même pas des potentiels cadres dans les pays comme l’Inde qui sont payés 3 francs six sous pour du boulot technique équivalent ingénieur chez nous. Bref, l’elodorado n’est pas forcément ailleurs, d’autant plus qu’une expatriation n’est pas toujours facile à vivre.

          Après ce sera la loi de l’offre et de la demande...si les entreprises veulent attirer des cadres performants (des fois que ça les intéressent), elles devront établir des propositions intéressantes.

          Il n’en reste pas moins que cette loi est une véritable régression pour les cadres, surtout vu les compensations financières. y’a eu des grèves nationales dans d’autres secteurs pour beaucoup moins que ça ; mais le gouvernement sait pertinemment qu’il risque pas de manifestation sur ce sujet.

          Espérons que le Sénat....


          • JPC45 9 juillet 2008 13:43

            L’auteur devra revoir ses calculs : 2500 Euros par mois avec une majoration de 10% ne donne pas 250 Euros ! comme la base est annuelle, il faut prendre le salaire annuel ! donc pour 2500 par mois, ça fait 30 000 Euros soit en prenant 10%, ça fait 3000 Euros (ou 250 Euros par mois).


            • JPC45 9 juillet 2008 13:47

              donc en rajoutant 17 jours, les cadres qui passeraient à ce nouveau forfait devrait voir leur salaire augmenter de 1 mois de salaire. Finalement, cela revient à travailler plus en touchant le même taux horaire.

              On ne peut pas parler de régression sociale mais on ne peut pas dire que ce soit un progrès.


            • Lapa Lapa 9 juillet 2008 13:53

              le "vrai" calcul n’est il pas :

              2500/30*17*1,1 soit environ 1558 euros pour 17 jours ? et encore le calcul des 10% doit se faire sur le salaire brut évidemment, faut pas réver...


            • jondegre jondegre 9 juillet 2008 13:53

              2500x12 = 30000 euros
              soit (30000/218) 137 euros nets par jour

              L’augmentation sera de (235-218)x137 eurosx10% = 233 EURO net d’augmentation

              CQFD


            • JPC45 9 juillet 2008 13:57

              ? c’est incroyable de voir le manque de culture mathématique de certains ? et si les jours supllémentaires n’étaient pas payées avec une majoration de 10% vous en déduisez avec votre calcul qu’il y aura 0 Euros payés au titre de ces jours ?


            • JPC45 9 juillet 2008 13:59

              A Lapa, le vrai calcul serait plutôt : 30000/218*17*1.1=2573 Euros donc environ un mois de salaire (pour environ un mois suplémentaire de travail)


            • Fatah 9 juillet 2008 14:03

              Les RTT et jours fériés sont déjà payés à la base. Je veux bien admettre mon erreur si, disons pour une journée travaillée on gagne 150 euros, alors 17 jours travaillés en plus, 150*17+10% = 2805 euros en plus.
              Mais dans ce cas il faut que le salaire soit toujours basé sur un forfait de 218 jours et non plus sur 235.


            • JPC45 9 juillet 2008 14:05

              Le forfait est focément basé sur les 218 jours car c’est par rapport à lui que ce calcule les 10% de majoration.


            • Voltaire Voltaire 9 juillet 2008 14:10

              Rappelons qu’il s’agit là de cadres payés au forfait. Comme plusieurs commentaires l’indiquent, les RTT sont déjà payées. L’accroissement de salaire est donc de 10% du salaire des journées travaillées supplémentaires (et non du salaire total). Si l’on prend une base médiane de 15 jours travaillés supplémentaires, pour un salaire net de 3000 euros/mois, cela représente 150 euros pour une année, qui seront imposables...


            • jondegre jondegre 9 juillet 2008 14:15

              mais non JCP45,

              l’augmentation, c’est la majoration de 10% sur les 17 jours supplementaires.

              Quelqu’un qui passe de la semaine de 4 jours (pour elever ses enfants par exemple) a la semaine de 5 jours dira-t-il qu’il a ete augmente ?
              bien sur que NON !

              Les fraises voient-elles leur prix augmenter lorsque l’on en achete 1Kg pour 8 EUR au lieu d’une barquette de 500g pour 4 EUR ?


            • JPC45 9 juillet 2008 14:21

              Heureusement Voltaire votre raisonnement est faux.
              D’ailleurs les syndicats ne se trompent pas en proposant une majoration de 25% (et non de 10%) comme les autres catégories


            • sisyphe sisyphe 9 juillet 2008 15:35

              Ben oui, mais la loi prévoit une augmentation de seulement 10%, au gré des entreprises.

              Le néocon JPC 45 en profite, de nouveau, pour se jeter sur des chiffres (interprétés, bien entendu), pour justifier, une fois de plus, une mesure de totale régression sociale.


            • sisyphe sisyphe 9 juillet 2008 15:39

              Vous allez pouvoir faire tous les calculs possibles, JPC 45, en les trafiquant, va essayer de vous démontrer, contre toute vérité, que cette mesure est, finalement positive.
              Les néocons n’hésitent devant rien pour essayer de justifier des mesures de totale régression sociale.


            • JPC45 9 juillet 2008 15:43

              bla bla bla... rien de nouveau dans votre esprit estriqué !


            • sisyphe sisyphe 9 juillet 2008 16:21

              ET vous, non seulement rien de nouveau, mais vous vous enfoncez de plus en plus dans votre fange de neocon, mon pauvre

              Quand vous aurez appris à remplacer les chiffres qui occupent l’intégralité de votre cerveau, par un minimum d’honnêteté et de réflexion, asseyez vous, parce que vous risquez d’être pris d’un effroyable vertige...


            • Papy 30 Papy 9 juillet 2008 23:00

              La majoration de 10 % ne s’applique pas sur la totalité du salaire mais seulement sur les 17 jours supplémentaires dans l’année.
              Sachant qu’un mois comporte en moyenne 20 jours ouvrables, la majoration annuelle est donc de 10 % de 17/20 du salaire mensuel, soit, pour un salaire mensuel de 2500 euros : 212,5 euros.
              Pour 17 jours de travail, c’est Byzance !!!
              Merci qui ?


            • Collongues 10 juillet 2008 08:59

              Et si vous évoquiez (à votre sujet bien évidemment !) le manque de culture "orthographique" ? Un vrai florilège en deux lignes !!!


            • xa 10 juillet 2008 11:09

              Ouh là.....

              On travaille 17 jours de plus et ils ne sont pas payés au taux du jour + 10%, mais à taux du jour -90% ???


              Pour voltaire, les RTT sont incluses dans les 218 jours. votre argument ne fonctionne pas concernant les 17 jours suivants. Ils seront bien payés en plus (encore heureux qu’une journée travaillée soit payée).


              Un cadre à 30000 euros annuels pour 218j (ce qui inclut RTT, jours fériés et vacances) qui effectuera ces 17 jours supplémentaires touchera 32573,3 euros sur l’année. Soit à peu près un mois de salaire supplémentaire ....... pour à peu près un mois de travail supplémentaire. En fait on le paye 19 jours pour 17 travaillés.

              Donc jondegre, les jours complémentaire ne seront payés que 250 euros de plus que les jours normaux, mais au final le cadre touche quand même bien 2580 euros de plus à la fin de l’année.

              Reste que ce n’est effectivement pas une augmentation de salaire, qui serait à travail égal. Ici, il s’agit d’un travail complémentaire qui permet de faire rentrer plus d’argent sur le compte. D’une augmentation du volume de travail. Bref "d’un deuxième travail". C’est bien suffisant de dire que c’est travailler un mois de plus pour avoir à peine plus d’un mois de salaire en plus.

              Ca ajoute d’ailleurs le problème "et si au bout de 3 ans on annule les 20j de rab, comment font ceux qui en ont besoin pour boucler leur budget ?" C’est déjà le cas avec les HS (défiscalisées ou non), quand l’ets n’en a plus l’utilité et quelle annule ces HS.



            • Gilles Gilles 10 juillet 2008 11:55

              heu vous avez tous tord je crois

              les rtt et jours fériés sont déjà PAYES mais chomés. Dorénavant ils seront travaillés

              ils ne faut donc pas croire qu vous recevrez double paie. Juste 10% en plus sur 17 jours et effectivement autours de 250-300 €/an


            • xa 10 juillet 2008 12:15

              Gilles...

              Ne vous en déplaise les RTT sont incluses dans les 218 jours. Dans les 218 jours, il y a les jours travaillés et les RTT et les congés payés.

              Donc les 17 jours supplémentaires permettant d’atteindre les 235 jours sont bien supplémentaires et donc payés en sus du salaire annuel.


              On a donc bien une augmentation du nombre de jours travaillés, qui induit une augmentation du cumul de salaire touché sans augmentation à travail égale (puisque le taux horaire n’est pas touché).

              Démontrez moi qu’en travaillant 235 jours, un salarié à 30000 euros touchera 30250 euros. Si vous avez raison ce sera facile. Sinon, c’est que vous vous trompez.


            • fab’ 10 juillet 2008 15:16

              A priori, la situation est assez claire, mais je me trompe peut être (dans ce cas, vous pouvez me démentir, mais sur la base de référence précise) :

              - > Aujourd’hui le cadre (au forfait) travaille pour un certain salaire (mettons 50 000 euros pour simplifier), qui correspond à son forfait. Actuellement, le forfait correspond à 218 jours.

              - > Demain, le fofait, le cadre touchera toujours son salaire de 50 000 euros, pour un forfait entretemps redéfini à 235 jours. Cependant, comme il aura dépassé les 218 jours, les salaires correspondants au 17 jours effectués au delà des 218 seront majorés de 10%, soit un surcroit de revenu de 17/235 * 0,1 * 50 000 = 361 euros. Sans doute beaucoup moins après la fiscalité.

              Car (de ce que j’ai compris) les jours en dépassement des 218 ne sont pas des "heures sup’", ce ne sont pas des "jours supplémentaires" : ils sont compris dans le forfait puisque, désormais, celui-ci se monte à 235 jours.
              On prévoit simplement d’accorder un bonus de 10% pour ces jours là.
              C’est là que se situe le point clef : ces 17 jours de plus, n’étant pas des heures sup (puisque compris dans le forfait nouvelle manière) ils n’ouvrent pas droit au payement supplémentaires, mais à une simple majoration (anecdotique) de leur rémunération.


              Si c’est le cas, on peut donc tout juste espérer que les cadres concernés auront la possibilité de renégocier leur salaire.


            • xa 10 juillet 2008 15:34

              Non non. Vous n’avez pas compris.

              Pour les salariés non cadre le plafond est au delà de 40h hebdomadaire. Cela signifie-t-il qu’ils ont le même salaire pour 44h que pour 35h ? Non. Cela veut dire qu’ils peuvent travailler, mettons 44h par semaine, dont 35h en régime normal, et 13 en régime HS, sauf bien sûr s’ils sont en annualisation (auquel cas, ce sont les heures au delà d’env. 1600h effectuées qui sont considérées comme heures sup).

              Ce qui est en discussion, c’est de modifier les possibilités de dépassement du forfait de 218 jours. Je cite "la rémunération à partir du 219ème jour étant majoré de 10%". La loi est claire sur le forfait de 218j, et l’article en question n’est pas amendé (enfin pas à cette heure ci, peut être le sera-t-il et dans ce cas, il faudra refaire les calculs pour prendre en compte la nouvelle durée légale pour les cadres).

              Il s’agit donc bien de jours supplémentaire. Le salaire initial sera négocié sur 218j, définira donc une rémunération journalière, et les jours au delà de 218 seront payé à cette rémunération + 10%. Donc pour un salaire initial de 30000 euros, on passe à 32500 et des bananes .... mais pour 3 semaines de travail supplémentaires.

              On aura donc une situation comparable aux salariés non cadres. Au delà de 218 jours, on est en "heures supplémentaires majorées de 10%". D’ailleurs, il y a là une injustice puisque le non cadre est majoré de 25%.


              Après, il restera le problème classique des recruteurs, qui trouveront le moyen d’annoncer un salaire globalisé, incluant ces jours supplémentaires. Mais c’est déjà le cas aujourd’hui (certains recruteurs comptent les tickets restaurant en faisant un équivalent brut).


            • Ronfladonf Ronfladonf 9 juillet 2008 13:58

              "De plus, ces 17 jours de travail supplémentaire seraient payés 10% en plus, ce qui est tout simplement ridicule. Pour un salaire d’environ 2500 euros net par mois, ces 10% représentent tout au plus 250 euros en plus sur l’année."

              Excusez moi, je suis naïf, mais... 2500 € /mois x 110% => 250€ de plus par mois et non par an si je ne m’abuse...

              Bref, si je reprend le dévbut de la phrase, "Ces jours seront payés seulement 10% de plus" ce sont bien des jours PAYES en plus et la paye de ces jours est bien majorée de 10%... non ?


              Eclairez moi de vos lumières si je me trompes, n’hésitez pas...


              • JPC45 9 juillet 2008 14:02

                oui c’est complètement faux car de plus ne tiens pas compte des 17 jours (on peut 30 jours et ça ne change rien à la démenstration de l’auteur !)


              • jondegre jondegre 9 juillet 2008 14:44

                Il faut bien comprendre, que pour parler d’augmentation de salaire, il faut se baser sur le salaire horaire ou plutot sur le salaire journalier pour les cadres.


                - Cas numero 1 :
                D’apres Voltaire, comme les RTT sont deja payes, on majore juste de 10% 17jours par an ce qui fait en gros 250 EUROS par an pour un salaire de cadre moyen de 2500 net par mois. Ce qui correspond dans les faits a une baisse de salaire journalier (250 EUR en + pour 17 jours de travail en +).


                - Cas numero 2 :
                L’entreprise rajoute 17 jours a 110%, ce qui fait une hausse de salaire de 250 EUROS net par an pour un salaire moyen de 2500 euros net par mois.


              • Christophe Christophe 9 juillet 2008 14:30

                Pour le calcul, c’est assez simple puisque la majoration ne s’applique qu’aux jours supplémentaires réalisés.

                Sur une base de salaire annuel de 30 000€, il faut donc ramener en salaire journalier, l’année étant de 218 jours (point de référence) ce qui donne un salaire journalier de 137,61€.

                A chaque jour de travail au-delà de ces 218 jours, il faut prendre en compte la majoration de 10% ; soit un salaire journalier de 151,38€.

                Pour 17 jours supplémentaires le salaire annuel passe de 30 000€ à 32 573,39€ ; soit 30 000 + (17 * 151,38). Globalement, 3 semaines et demi (en jours ouvrés) de travail supplémentaire pour un mois de salaire en plus.

                Pour 64 jours de plus, en théorie, hors toute majoration spécifique des jours fériés (je n’ai pas lu l’intégralité du texte), le salaire annuel passe de 30 000 + (64 * 151,38), soit 39 688,07€. Globalement, 13 semaines (en jours ouvrés) de travail supplémentaire pour 4 mois de salaire en plus.

                Pour les puristes, le salaire journalier moyen fluctue de 137,61 (0), 138,61 (+17) et 140,74 (+64).

                Bien entendu, pour les cadres ayant actuellement moins de 218 jours de travail, aucune majoration ne serait appliquée tant que le nombre de jours de travail de référence ne sera atteint. Le salaire annuel progresse de façon linéaire jusqu’à ce point de 218 avec un taux journalier constant.

                Il va y avoir du boulot de négociation pour savoir, pour ceux ayant moins de 218 jours, si leur salaire journalier de référence est calculé par la fraction salaire annuel/Nombre de jours travaillés ou salaire annuel/218. il va de soi que si nous posons l’hypothèse d’un temps de travail annuel de 212 jours, il est plus favorable pour le salarié de faire 30 000/212 que 30 000/218. La majoration venant ensuite s’appliquée sur ce salaire journalier de référence.


                • JPC45 9 juillet 2008 14:37

                  Dans les faits à mon avis, une entreprise qui est à 212 jours pour ses cadres va rester avec ces 212 jours (pour la majorité). Ensuite s’il y a des entreprises qui souhaitent passer de 212 à 218 voir 235 (on peut se demander pourquoi elle ne l’ont pas fait avant car elles pouvaient passer à 218 jours), elles devront passer par des négociations avec les syndicats.


                • surfy surfy 9 juillet 2008 14:35

                  Pour moi le calcul est le suivant :

                  Salaire brut annuel : 30000€

                  Je divise mon salaire brut annuel (30000 €) par le nombre de jours travaillés (235) pour avoir un salaire brut journalier (30000/235 = 127 €).

                  Salaire brut journalier = 127 €

                  Je multiplie cela par mes 17 jours travaillés pour savoir la "quantité salariale" qu’ils représentent
                  127 x 17 = 2159 €

                  Je multiplie par 110% pour avoir la fameuse augmentation sur ces 17 jours (ceux-ci sont déjà payés hein, ils vont pas les payer 2 fois !) :
                  2159 x 1,1 = 2375 €

                  Mon augmentation brute représente donc 2375 - 2159 = 216 €

                  Augmentation brute annuelle = 216€

                  Soit environ 216 x 0,78 = 169 € nets annuels pour 17 jours travaillés en plus.

                  L’adage travailler (beaucoup) plus pour gagner (ridiculement) plus est donc vrai. CQFD


                  • JPC45 9 juillet 2008 14:38

                    je comrpends le raissoement mais ce n’est pas comme ça que cela se passera


                  • Fatah 9 juillet 2008 14:41

                    Espérons que Surfy et moi ayons tort ...


                  • JPC45 9 juillet 2008 14:50

                    oui vous avez tord. D’ailleurs vous savez qu’il est possible de se faire "monétiser" les RTT non prises (dans certaines conditions) et heuresement d’ailleurs.
                    Qq qui ne prends pas ses RTT par exemple peut se les faire payer et pourtant on pourrait dire qu’ils le sont déja dans leur salaire de base.
                    Dans les faits ce n’est donc ce que vous dites qui va se passer mais bien ce que je dis : on paiera les jours suplléménetaires avec en plus une majoration de 10%.

                    Il y aura des négociations ds les entreprises (et à mon avis il y aura peu d’évolution car cela a un coût et serait mal venu ds certaines entreprises).
                    Au niveau national, les syndicats vont s’opposer à cette mesure et essaieront d’obtenir une majoration plus importante de l’ordre de 25%

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès