Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Vers une destruction d’emplois dans l’informatique (...)

Vers une destruction d’emplois dans l’informatique ?

Depuis la fin des années 1990, nous avons enfourné, dans l'appareil de formation, via les contrats de qualification et de professionnalisation, de nombreux jeunes munis d'un simple bac professionnel, dans les métiers de l'informatique, au prétexte qu'ils maitrisaient parfaitement le jeu vidéo. Les entreprises avaient alors besoin de bras et l'objectif était de disposer d'une main d’œuvre pas chère, abondante et accessoirement corvéable à merci.

En 2008, l'APEC reconnaissait que le secteur informatique avait créé 700 nouveaux emplois cadres dans notre pays. C'est bien peu. Aux Etats-Unis, 46% des entreprises IT ont décidé de réduire leurs effectifs en 2009. Alors que le chômage dans le secteur informatique a atteint les 6% dans notre pays en 2012, régulièrement le patronat français crie à la pénurie d'informaticiens. Même si la contradiction a de quoi surprendre, la réalité est que les patrons français aimeraient disposer de personnels compétents et maîtrisant des savoirs fondamentaux payés au SMIC. Ils ne sont d'ailleurs pas loin d'y arriver. Une femme de 44 ans disposant de plus de 10 années d'expérience me révélait, gagner 1700 euros net en région parisienne. Désormais, les entreprises recrutent dans l'informatique sur le boncoin.fr.

Les écoles dont les frais de scolarité s'élèvent à 5000-7000 euros l'année continuent - dans le déni de réalité le plus absolu - de promettre l'eldorado à des jeunes qui prétendent à être des chefs de projets dans un secteur à l'avenir incertain. Ce sont au total 20000 jeunes qui sortent chaque année des filières de formation de l'informatique et nous sommes en capacité d'en absorber seulement 15000, selon la DARES. Il y aurait au total 530000 informaticiens dans notre pays.

Les raisons structurelles de la destruction de l'emploi informatique

A la lecture des évolutions du secteur, la prévision de 15000 emplois créés en rythme au cours des 8 prochaines années semble relever de personnes qui ont dû voir des éléphants roses. L'accélération de la destruction de l'emploi informatique dans les entreprises utilisatrices n'a pas été compensée par des recrutements dans les sociétés de service. L'augmentation du taux de chômage, à son zénith depuis 2006, semble d'ailleurs très largement corroborer cette hypothèse, alors que les SSII sous-traitent pour partie leurs activités dans les pays de l'Europe de l'Est et du Maghreb.

Il y a 3 facteurs structurels à la destruction de l'emploi informatique.
Le 1er, c'est l'augmentation des débits Internet combinée à la mobilité, même si la France reste un très mauvais élève en matière de connexions via fibre optique. La généralisation du très haut-débit provoquera l'accélération du départ des métiers de l'informatique des entreprises utilisatrices, perçus comme de simples centres de coûts, alors que nous sommes dans l'incapacité de mesurer la productivité induite par le développement de l'informatique. C'est le paradoxe révélé par l'économiste Robert Solow. Avec le SAAS (Software As A Service), nous louons la messagerie et la bureautique à Google ou Microsoft. Les informaticiens qui restent sont alors cantonnés à faire de la relation fournisseur, du helpdesk ou à retourner aux métiers de l'entreprise. Cruel destin pour des ingénieurs disposant de bac +4 ou bac +5, auxquels les chambres professionnelles et autres organismes de formation avaient pourtant promis monts et merveilles !

Le 2e facteur, c'est la baisse des prix des composants électroniques combinée à l'augmentation de la puissance. En 1986, le prix d'un micro-ordinateur était de 32000 francs, soit 4878 euros. Un micro-ordinateur 1000 fois plus puissant coûte aujourd'hui moins de 300 euros. Autrement dit, en cas de panne, il est économiquement plus intéressant de remplacer le matériel à obsolescence programmée - même partiellement amorti - que de faire intervenir un salarié français à 30 euros de l'heure pour chercher à le réparer. Certains économistes parlent, pour la Chine devenue l'usine du monde, d'un avantage compétitif absolu du fait de réserves de main d’œuvre surnuméraires. Malgré la hausse du pétrole et la déplétion des ressources, les prix resteront à la baisse durant de nombreuses années encore !

Le 3e facteur, c'est l'émergence des technologies de virtualisation. Du fait de la loi de Moore, une partie de la puissance des microprocesseurs (loi de Wirth) a permis la mise en œuvre de nouvelles techniques logicielles depuis le début des années 2000. La virtualisation des systèmes d'exploitation à la base du fonctionnement de nos ordinateurs les a rendus indépendants des matériels sur lesquels ils sont installés. Elle a accru la tolérance de pannes par la mise en place de solutions à très haute disponibilité. Elle a simplifié l'administration des parcs de serveurs des entreprises. Du fait de la globalisation et du nomadisme rendus possible par l'Internet, les techniques de virtualisation permettent d'exécuter nos systèmes et nos applications à partir de serveurs en Inde que nous pouvons basculer en quelques minutes sur les Etats-Unis, la Chine ou la France.

Quelles perspectives ?

Raspberry Pi™ Model BQue ce soit dans le domaine des réseaux, de la fabrication de composants électroniques ou des technologies en matière de virtualisation, la France ne possède plus d'industries en capacité de concurrencer les Etats-Unis ou la Chine. Nous importons tous nos matériels ou presque, mais aussi l'essentiel des logiciels commerciaux que nous utilisons. Or, la valeur créée en informatique réside avant tout dans le service induit par l'utilisation des logiciels. Le prix de la suite bureautique Microsoft Office Professionnel 2013 est annoncé à 539 euros. C'est le prix de deux ordinateurs d'entrée de gamme chez LDLC !

La question qui se pose à nous est de savoir quel pourrait être l'impact de la généralisation du logiciel libre dans l'informatique. Durant de nombreuses années, nous avons payé un lourd tribut à des entreprises peu scrupuleuses, dont les commerciaux sillonnaient la France du haut de leurs 4x4. Nous y avons sans doute perdu en compétitivité et en destruction d'emplois du fait de la captation de marges abusives. L'emploi généralisé du logiciel libre, comme le préconise le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, permettrait de ralentir la destruction d'emplois en les finançant par les économies sur le coût des licences sur l'utilisation des logiciels. Mais ne rêvons pas. Les directions administratives et financières des entreprises, des administrations et autres collectivités, voient avant tout dans le logiciel libre un moyen pour continuer d'abaisser les coûts.

Avec le RaspBerry PI, les Anglais viennent d'inventer un ordinateur à 35 dollars, là où nous attendions qu'il naisse d'un pays émergent. Un bien curieux signe des temps qui en dit long sur la réalité de l'Occident...

Source : Voie Militante


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

132 réactions à cet article    


  • Croa Croa 22 octobre 2012 10:47

    Cet article nous donne un exemple de l’évolution du marché du travail, tout simplement ! 
    En effet ce qui se passe en informatique (et en électronique puisque qu’en fait l’auteur ne parle pas que des logiciels mais aussi des ordinateurs) est largement valable également presque partout ailleurs.


    • lsga lsga 22 octobre 2012 19:51

      oui, ça été théorisé par Marx au milieu du 19ème siècle : c’est la mise en concurrence de la classe ouvrière au niveau international.


      Bref, c tout nouveau... 

    • Tresorauto 11 mars 2013 07:35

      les informaticiens peuvent toujours travailler à leur compte, il y a beaucoup de débouchés.

      Voir en ligne : http://pcservices-idf.com/?page_id=48


    • goc goc 22 octobre 2012 11:21

      @ l’auteur

      votre analyse sur les cause de destruction des emplois, est bonne mais incomplète. Vous avez oublié deux points

      1 - les langages de programmation sont fait pour un nivellement par le bas. Depuis l’assembleur (historiquement, 1er langage de programmation) chaque « progrès » a consister a aider le programmeur a faire son job, or cette aide ainsi que l’augmentation de puissance des ordinateur, a permis à des programmeurs moyens (voir mauvais) de « pisser » des lignes de code en se prenant pour le nouveau steve job. d’où l’abondance de programmeurs se croyant capable de ré-ecrire Windows. Ce phénomène s’est accrue avec l’arrivée d’internet et des pseudo programmeurs tout juste capable de faire une page Web, mais imbus de leur personne et allant jusqu’à se mettre en auto-entrepreneur, dans un métier tout juste capable de financer la facture d’électricité.

      2 - l’arrivée dans l’entreprise du BYOD (bring your own device -apporter votre propre appareil), c’est à dire la tendance des employés à venir avec leur propre PC (et donc leurs propres applis). Cette tendance qui sème la panique dans les services informatiques des entreprises, permet aux employé de se prendre pour des programmeurs (parfois avec succes) et de « développer » sa petite application répondant forcement (puisque c’est lui qui l’a fait) à ses besoins et donc en nécessitant plus de passer par un développeur pour pondre un programme generique et fort cher répondant aux différents besoins de l’entreprise.


      • titi 22 octobre 2012 11:32

        J’ajoute que si l’informatique est vue comme un centre de cout c’est aussi par le manque de réactivité des informaticiens.

        Jadis j’étais intervenu dans une entreprise détenue par la Caisse de Dépot.
        Je devais intervenir sur des demandes client d’évolution qui dataient de plus d’un an et demi....

        Quel client peut attendre 1 an et demi pour être servi ?


      • The jester 22 octobre 2012 11:44

        @titi ce genre de remarque est d’une bêtise affligeante.

        Le problème de l’informatique c’est que tout le monde se crois capable de bidouiller dans son coin. Que beaucoup font des choses rapidement dans un tableau un traitement de texte ou une base de donnée personnelle. Mais ces « génies » ne se rendent pas compte qu’entre la bidouille pour soi et l’industrialisation il y a un grand pas.

        Oui certaine demande peuvent prendre un certain temps car il faut que cela réponde a tous, que ce soit sécurisé etc. ... Et je ne vous parle même pas des cas ou une demande est tout a fait valable et réalisable, mais où la direction (ou un chefaillon quelconque) ne veut pas que les utilisateurs y ait accès officiellement, et ce bien sur sans l’officialiser.

        Si l’informatique était mise en oeuvre comme l’industrie avec de vrai cahier des charges des utilisateurs qui ne change pas d’avis parce qu’Apple fait comme ca et qu’il faut tout changer, beaucoup de projet ne partiraient pas en sucettes


      • Denis Szalkowski Denis Szalkowski 22 octobre 2012 12:47

        Vous posez la question de la compétence et de la qualité du code. Quel impact sur l’emploi ? Difficile à évaluer. D’un côté, il y a des développements communautaires qui peuvent impacter sur l’informatique marchande et de l’autre la facilité à faire du code, comme vous le souligner. J’évoquais sur mon blog, parlant de l’article, des SSII qui sous-traitaient avec les pays d’Europe de l’Est et du Maghreb.

        Sur le BYOD, je crois qu’il pose plus de problèmes qu’il n’en solutionne, en mobilisant beaucoup d’énergie et de temps au niveau des services informatiques dont les techniciens règlent les smartphones et tablettes des personnels d’encadrement. Pour l’instant, je ne vois pas d’impact réel sur l’emploi. C’est la raison pour laquelle je n’en ai pas parlé.


      • goc goc 22 octobre 2012 13:50

        @ l’auteur

        Vous posez la question de la compétence et de la qualité du code. Quel impact sur l’emploi  ?

        justement, c’est l’une des raisons de la dégradation, d’une part à cause du sureffectif d’informaticien incompétent et donc de la baisse des salaires pour tout le monde
        et d’autre part à cause du sur-coût obligatoire d’un projet (dû à la mauvaise qualité du travail exécuté) est compensé par le salaire d’embauche

        si pour un projet A, vous mettez 3 bons informaticiens même payé 5 fois le SMIC mais qui vous sortent le projet ficelé et fonctionnel en 3 mois, cela coutera moins cher que de prendre
        10 informaticiens de base qui ne vous coutent que 3 fois le SMIC mais qui mettrons 6 à 8 mois pour vous sortir un programme incomplet, plein de bug et anti-ergonomique.
        Mais si vous ne trouvez pas les 3 informaticiens chevronnés, vous faites quoi ?, et bien vous embauchez les nuls en les payant 2 fois le smic
        CQFD.

        et puis en règle général, si vous regardez les offres d’emploi, vous voyez de suite que les rémunérations proposées sont inversement proportionnelles aux langages : on propose toujours moins à un informaticien connaissant php/html qu’à un informaticien connaissant le C

        Quand au BYOD, on commence déjà a voir les premiers effets sur les SSII à l’embauche


      • titi 22 octobre 2012 13:56

        @The jester

        « Oui certaine demande peuvent prendre un certain temps car il faut que cela réponde a tous, que ce soit sécurisé etc. ... »

        Quand on fait poirauter son client un an et demi, on est mauvais un point c’est tout.

        L’informatique n’est pas là pour que les informaticiens se fassent plaisir.
        L’informatique est là pour aider les non informaticiens à travailler mieux.

        Lorsqu’on répond avec un an de retard, il vaut mieux ne pas répondre du tout.


      • titi 22 octobre 2012 13:57

        « on propose toujours moins à un informaticien connaissant php/html qu’à un informaticien connaissant le C »

        Et c’est tout à fait normal.


      • titi 22 octobre 2012 14:06

        « Si l’informatique était mise en oeuvre comme l’industrie avec de vrai cahier des charges des utilisateurs qui ne change pas d’avis parce qu’Apple fait comme ca et qu’il faut tout changer, beaucoup de projet ne partiraient pas en sucettes »

        Et vous ? êtes vous capable de me rédiger le cahier des charge d’une nouvelle voiture en définissant les valeurs du réglage de l’avance à l’allumage ? les jeux aux soupapes ? le couple de serrage du filtre à huile ?

        Non bien sûr parce que vous n’êtes pas mécanicien auto.

        Lorsque vous regardez une voiture vous en percevez l’aspect extérieur et quelques données techniques les plus connues : consommation, etc...

        Pourquoi les utilisateurs informatiques devraient ils faire mieux que vous ?


      • JP 23 octobre 2012 13:31

        dans les moyennes/grandes entreprises, il existe la fonction de correspondant informatique, souvent un ancien informaticien, qui fait interface et aide à la rédaction du cahier des charges.


      • titi 22 octobre 2012 11:22

        « Or, la valeur créée en informatique réside avant tout dans le service induit par l’utilisation des logiciels. Le prix de la suite bureautique Microsoft Office Professionnel 2013 est annoncé à 539 euros »

        Vous vous placez du point de vue du vendeur de service.

        Du point de vue de l’utilisateur la valeur créée par l’informatique c’est le gain de compétivité.

        Mais votre erreur est celle de la plupart des informaticiens. Ils n’ont pas compris que l’informatique n’est qu’un outil. Comme une clef de 13 chez un garagiste.


        • eresse eresse 22 octobre 2012 23:44

          Bonsoir,

          « Du point de vue de l’utilisateur la valeur créée par l’informatique c’est le gain de compétivité »

          Il y a eu un excellent article « It doesn(t matter » [ http://www.nicholasgcarr.com/articles/matter.html ] qui defendait l’idée que si l’informatique avait apporté un gain à ses débuts, cela était fini maintenant.
          Avec le BYOD, c’est même tout le contraire.

          Racontez moi quel est le gain réel entre Office 2010 et Office 2013.
          Vous allez produire le même document de m.., insipide, normé, estampillé ISO 9 et des brouettes dont le contenu sera toujours aussi indigent et qui finira au mieux sur un bout de papier sous une pile de documents de même valeur.

          Effectivement, l’informatique est un outil et rien de plus.


        • titi 23 octobre 2012 18:56

          « Racontez moi quel est le gain réel entre Office 2010 et Office 2013 »

          Je ne connais ni l’un ni l’autre : j’en suis resté à Office 2007. Donc je ne saurai vous indiquer les gains de productivité entre ces deux versions.

          Par contre pour avoir utiliser les deux, je connais le gain de productivité d’un Office (toute version) par rapport à un OpenOffice...
          Et y’a pas photo.


        • gogoRat gogoRat 25 octobre 2012 14:57


          Qu’apportent à la question des destructions d’emploi des pétitions de principe du genre :

          •  « Du point de vue de l’utilisateur la valeur créée par l’informatique c’est le gain de compétivité. »

          >>> du genre : jeux ? , réseaux sociaux ? ... rencontres matrimoniales virtuelles, ou pire ?
           Il serait intéressant de trouver une évaluation du temps relatif global que les « utilisateurs » d’informatique consacrent aux différents « outils » proposés !
           Pour ce qui est d’une restriction à des « utilisations » professionnelles, pas sûr non plus qu’il soit très parlant d’assimiler à un « gain de compétitivité » le terme « informatique » qui évoque pêle-mêle des technologies, des techniques, des normes, des procédés, des outils, des conceptions, pratiques, usages et réalités culturels ...

           ( Nota Bene  : quel gain de compétitivité est censé apporter - à quoi et à qui ?? - l’idée que l’on peut se passer du garagiste dès qu’on dispose d’un clé de 13 ? ... Ou l’idée que seuls les incompétents peuvent se retrouver au chômage ? Voir cet autre actualité sur ce site : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-septembre-124759

           8 500 000 Français incompétents ? ... et pas un problème pour un peuple de 65 Millions de bricoleurs ? ....
           )

          • Mais votre erreur est celle de la plupart des informaticiens. Ils n’ont pas compris que l’informatique n’est qu’un outil. Comme une clef de 13 chez un garagiste.

          >>> dans le même ordre d’idées, pourquoi alors ne pas tenter d’expliquer au monde que l’imprimerie n’est qu’un outil, que l’art de l’écriture n’est qu’une clé de 13 ? ...

        • titi 28 octobre 2012 00:51

          « dans le même ordre d’idées, pourquoi alors ne pas tenter d’expliquer au monde que l’imprimerie n’est qu’un outil »

          Je n’ai aucun doute que le fait l’essort des tablettes et des livres électroniques vous démontreront que l’imprimerie n’est qu’un outil.
          Outil qui sera remplacer par un autre outil, comme la photo argentique a été remplacée par la photo numérique.


        • titi 28 octobre 2012 00:53

          « Qu’apportent à la question des destructions d’emploi des pétitions de principe du genre : »

          Il s’agit d’une réponse au message d’un intervenant...


        • chmoll chmoll 22 octobre 2012 11:33

          si t’es un très bon hackers ta du boulot, dans la sécu informatique


          • titi 22 octobre 2012 11:33

            J’ajoute pour répondre à votre chapitre sur l’ordinateur « low cost », que ce n’est pas la première fois que les anglais « invente » l’ordinateur personnel « low cost »

            http://fr.wikipedia.org/wiki/ZX81


            • raoulblier raoulblier 22 octobre 2012 14:03

              L’auteur se trompe lourdement en affichant la Rasperry pi comme un ordinateur lowcost.
              Ce type de matériel est avant tout conçu pour développer des projets et affiner ses connaissances en Langage (python ou c). Elle est avant tout conçu pour l’embarqué, les robots et la domotique. Son concepteur était affligé du niveau en programmation des informaticiens qu’il rencontrait. Ceux ci lui rétorquait que le matériel professionnel de programmation était hors de prix, d’où l’idée d’une plate forme de développement relativement peu coûteuse.
              Citons les plus populaires
              Arduino : http://www.arduino.cc/
              APC : http://apc.io/
              Rasperrypi : http://www.raspberrypi.org/

              Possesseur de ce type de carte, elle fait bien son office : évolutive, pas cher, intégrant des fonctionnalités intéressantes pour la domotique ou l’embarqué.
              J’ai essayé d’en faire un desktop digne de ce nom ou un multimédia avec XBMC : C’est très poussif.
              De plus le prix n’intègre pas l’alimentation (25/30€) et une carte SD de bonne Qualité (15 à 20€)
              Il n’y a pas de sata pour mettre un disque SSD ou un Disque 2.5.
              J’attends de voir les capacités de l’APC qui parait sur le papier plus modulable. A voir


            • BlackMatter 22 octobre 2012 15:21

              Il me semble que sur le raspberry il y a un port usb donc possibilité de connecter un drive sata via un convertisseur sata/usb.


            • raoulblier raoulblier 22 octobre 2012 15:52

              On parle d’informatique et non de bricolage.
              Une intégration avec un disque dur USB. Du beau bricolage


            • eresse eresse 22 octobre 2012 23:51

              Pour ma part, j’ai toujours utilisé les routeurs « bon marché » style wgt634s ou MR3220 dotés d’un port USB2 pour en faire un serveur maison (fichiers, courier, accès distant) sur lesquel je claque soit une debian soit une openwrt.
              C’est extremement peu onéreux en achat autant qu’en frais de fonctionnement. Et en plus, ca supporte un 2,5«  » externe.
              L’inconvenient, ca rame...


            • celui qui maugréé celui qui maugréé 22 octobre 2012 11:42

              les délocalisations vers de l’offshore ont fait mal aussi, en asie au début, puis au maghreb et maintenant dans les pays de l’est roumanie, Ukraine qui fournissent des ressources d’un très bon rapport qualité/cout.


              • BlackMatter 22 octobre 2012 12:03

                Ayant travaillé 15 ans en SSII, je vous confirme la tendance que j’avais détecté déjà il y a quelques années.


                Le développement du SAAS, du cloud, et de la virtualisation initié par Microsoft, Citrix et vmware (et quelques autres) tendent à faire du poste de travail un simple terminal d’affichage. Les serveurs peuvent être désormais n’importe où dans le monde et avec le développement du haut débit, on peut y accéder comme si on était au bureau. Il y a un vrai risque de disparition des services informatiques au profit d’une poignée d’entreprise qui fournissent les services de base (fichiers, mail, erp). Sauf cas particulier, les entreprises ont besoin de moins en moins d’avoir leur propre infrastructure.

                Il n’y a pas pénurie d’informaticien en France. Il y en a trop et beaucoup trop qui n’ont pas l’âme de ce métier. Alors que je programmais déjà en assembleur en 1986, aujourd’hui certains informaticiens ne savent même pas ce que c’est (un comble, c’est juste le langage naturel de la machine).

                J’ai quitté ma boite parce que je ne supportais plus le fonctionnement des SSII (qui pour moi sont la plupart du temps à quelques exceptions près, menteuses, voleuses, hypocrites, inconscientes). Je me suis mis à mon compte en tant qu’auto-entrepreneur. En revanche, je tiens à préciser que cela n’est pas parce que je suis imbu de ma personne (et je reconnais que sur certaines technologies, je suis has been) mais parce que ce monde là devenait à mes yeux de plus en plus insupportables en considération de certains principes moraux, ce qui a conduit à un burn out assez grave dans mon cas. Mais vous avez raison : ça paie à peine la facture d’électricité. Mais je ne regrette rien. Certes, je gagne 4 fois moins qu’avant, c’est dur, c’est très dur mais je n’ai plus envie de me pendre le soir en rentrant du travail.

                • gogoRat gogoRat 23 octobre 2012 11:03

                  Merci 1000 fois à l’auteur de cet article
                   et merci aussi « MatièreNoire » pour ce témoignage perso : nous sommes donc au moins deux à être strictement dans le même état d’esprit ... et à vivre la même réalité  ! Il n’en faudrait pas beaucoup plus pour amorcer un vrai ’changement’ ...
                   
                  Juste une remarque concernant ce passage très vrai :
                  les « SSII ... sont la plupart du temps à quelques exceptions près, menteuses, voleuses, hypocrites, inconscientes »

                   Je ne suis pas certain, malheureusement, qu’Elles soient inconscientes (à vrai dire même, le contraire ne m’étonnerait pas ) , mais Elles sont, à coup sûr, inconséquentes !


                • Valas Valas 28 octobre 2012 13:30

                  Il n’y a, malheureusement, pas que les SSII qui sont pour la grande majorité d’entre elles menteuses, voleuses, hypocrites, inconscientes... Regardez autour de vous !


                • foufouille foufouille 22 octobre 2012 12:06

                  un PC a 300€ est une grosse crotte
                  si tu le montes toi meme, c’est hors ecran


                  • Denis Szalkowski Denis Szalkowski 22 octobre 2012 12:49

                    Pour en avoir utilisés et vendus, je n’ai pas vraiment eu cette sensation.


                  • foufouille foufouille 22 octobre 2012 14:10

                    et tu faisais quoi avec ?
                    tout ceux que j’ai vu, avait une alimentation insuffisante et mal ventile


                  • Croa Croa 22 octobre 2012 22:08

                    FAUX,

                    Il existe des PC à moins de 200€ qui n’ont que des louanges ! smiley


                  • foufouille foufouille 22 octobre 2012 22:31

                    200 ?
                    pour ce prix c’est diskless
                    ou un rasperry avec clavier et cie
                    mais toujours hors ecran
                    sinon c’est un pour surfer et donc pas un PC


                  • foufouille foufouille 22 octobre 2012 22:35

                    sans ecran
                    et sur que l’alim est pourri
                    genre sans ventilateur interne
                    la carte video integre est a evite
                    faudra aussi voir si les condensateur sont pas trop pres du socket


                  • Croa Croa 23 octobre 2012 09:48

                    Il faut aller voir au bout du lien ! smiley

                    ça vous éviterait de dire des bêtises !

                    Et j’ai moi-même à la maison un LDLC de plus 5 ans d’âge et d’entrée de prix (un peu plus de 300€ parce que les prix baissent ) encore très fonctionnel et pas seulement pour surfer : Bon, d’accord il y a Le Gimp qui rame un peu et si je voulais faire de la vidéo il faudrait penser à changer de machine d’autant que KDE4 serait sûrement mal supporté (je suis passé à xfce pour faire durer encore.)


                  • foufouille foufouille 23 octobre 2012 12:32

                    c’est donc bien une crotte sans ecran
                    un PC doit tout faire sans griller

                    pour 300€, tu le montes toi meme et tu as un PC puissant avec carte video puissante a 30€, un ancien modele suffisant pour faire tourner des jeux video datant de 2a
                    CM 40€
                    3 giga de ddr3 ou 2
                    un CPU
                    une CV ati
                    un boitier bas de gamme ou poubelle, recup
                    une alim avec un gros ventilateur interne juste au dessus du cpu
                    un hd le moins cher + dvd

                    toujours hors ecran

                    sinon d’occase c’est 50 a 100 pour surfer avec un PIII


                  • Gaetan de Passage Gaetan de Passage 23 octobre 2012 16:06

                    @edelweiss

                    C’est un peu dommage de n’avoir que ce disque dur avec votre Intel core i5.
                    Car votre processeur est très rapide, mais votre hdd ne peut pas en profiter.

                    Si vous en avez l’occasion un jour, essayez des ssd ( dans le genre de ceux-ci par exemple ) et mettez-les en couple ou même en trio dans une même unité logique en configuration « raid 0 » qui, je pense, est disponible sur votre carte-mère Asus.

                    Le principe du« raid-o », est que que les disques y sont lus/écrits en parallèle. En trio, ça va donc 3 fois + vite.

                    Pour vous situer un peu la chose : rien qu’en duo ( 2 ssd Patriot ), le bureau de Win7 64 bits s’affiche en 10 secondes après la sortie du bios.


                  • foufouille foufouille 23 octobre 2012 20:36

                    et ca te sert a quoi, un PC aussi rapide ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès