Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Volkswagen : déshabiller Pierre pour habiller Paul

Volkswagen : déshabiller Pierre pour habiller Paul

Volkswagen a négocié avec le syndicat IG Metall un accord d’entreprise qui lui permette d’améliorer la compétitivité de ses installations de production en Allemagne.

Pour ce faire, la logique de base, parfaitement comprise par les syndicats allemands et que ceux qui lisent ce blog reconnaîtront comme celle que je defends également, consiste à diminuer les coûts en augmentant les horaires de travail à salaire égal. Le contraire de la politique des 35 heures à la française...

En 2006, la constructeur allemand a donc négocié l’augmentation des horaires de travail, très faibles chez Volkswagen à 29 heures en moyenne, sans aucune augmentation de salaire. Par contre, il accepta une contrepartie demandée par IG Metall pour "faire passer" l’accord à ses adhérents, celle de s’engager sur le maintien des effectifs en Allemagne au besoin en y rapatriant certaines fabrications effectuées sur des sites étrangers.

Le résultat en a été une relocalisation vers Wolfsburg de fabrication de différents véhicules dont essentiellement des Golf. Les perdants de cette opération "déshabillons Pierre pour habiller Paul" ont été l’usine de Bruxelles et, plus récemment, celle de Uitenhage en Afrique du Sud (6 600 salariés) en attendant peut-être celle du Portugal (2 900 salariés) et du Mexique (13 500). Les postes sauvegardés sur le site de Wolfsbourg ont été estimés à 1 000 à 1 100 emplois. Par contre sur le plan économique et compte tenu des différences de salaires entre ces différents pays et l’Allemagne, il n’est pas évident que Volkswagen n’y perde pas, d’autant plus que les fabrications rapatriées étaient destinées à l’Asie du Sud-Est.

La mondialisation se traduit dans certains cas par le repli sur soi et la réémergence du protectionisme. Force est de constater que ce protectionisme peut avoir des effets pervers...


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 21 août 2007 13:49

    Y’a aussi des entreprises qui ont relocalisé leur production partie en Chine pour cause de mauvaise qualité ( on en a pour son argent )et de non protection des secrets industriels


    • jpv 21 août 2007 14:47

      je suppose qu’il fallait lire 39 heures et pas 29. ceci dit, même en corrigeant, l’article reste toujours aussi indigeste.

      au fait, s’il ont augmenté à 39 heures, ils étaient à combien avant ? ils ont testé les 35 aussi ?

      quand même, ces allemands sont de sacrés bosseurs. en gardant 1100 salariés chez eux, ils ont remplacé 23000 autres virés ailleurs dans le monde.

      mince, rien ne tient debout dans cet article .... smiley


      • FAUST FAUST 21 août 2007 16:05

        Il faut regarder de plus près ce dossier VW. L’article est trop lapidaire et ne rappelle pas assez quelle était la situation à Wolfsburg avant ces accords, et le contenu précis de l’accord mérite sans doutes un détour. Je ne pense pas qu’IGM ait signé sans soit avoir subit un chantage à l’emploi (c’est ça ou on ferme) ou sans avoir obtenu des garanties sur les années à venir, incluant de sérieuses revalorisations salariales. La VW en Allemagne, c’est Renault chez nous. Pour IGM, un recul trop évident serait désastreux d’un point de vue reconnaissance de sa mission syndicale. Pour VW, il y a des obligations « nationales ». Merkel n’aurait pas laissé passer une nouvelle casse surtout à Wolfsburg, après les scandales des précédents CEO du groupe (affaires de corruption qui ont défrayé la chronique l’an dernier). Contextuellement, aujourd’hui l’Allemagne connaît une période très critique socialement, contrairement à ce que les abrutis qui ne voient que les chiffres de la croissance pensent. Le retour d’un Lumpen proletariat et de lourdes restructuration après celles encaissées du fait de la réunification ont fait empiré la situation de l’emploi. La précarité a augmenté à tout va et les plus grosses branches de métier se sont mises en colère : IGM d’abord, en faisant une simple démonstration de force au printemps 2007 (suite à Airbus, Siemens etc.) puis ce fut IGBau dans deux länders (grève des chantiers de construction) et récemment les transports (rail, DB). Il ne manque que quelques gouttes pour faire déborder le vase (une grève générale). Et l’on verra sans doutes si nos sarkosiens énarques voient toujours d’un oeil friand la croissance outre-rhin. Notre soeur allemande est un peu notre miroir. Ce qui se passe là bas ne se passerait il pas aussi ici, en ce moment, là, ...


        • ZEN ZEN 21 août 2007 18:15

          C’est quoi cet article ? une brève de comptoir ?...


          • Oliver Trets 22 août 2007 01:11

            Y’a un concours de la pensée Agoravoxienne la moins bien construite du moment ?

            Ou alors... le commité de lecture local est en vacances....

            Je vais opter pour la seconde solution. Et... dites à M.CaDérange de licencier les porteurs de son bagage intelectuel : on manque de main d’oeuvre qualifiée, c’est pas le moment de payer des gens à rien faire. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès