Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Voulez-vous vraiment boire le calice jusqu’à la lie ?

Voulez-vous vraiment boire le calice jusqu’à la lie ?

Si la crise financière fut, comme on le sait, la combinaison gagnante résultant de manipulations révélées dès l’été 2007 et ayant atteint leur climax à l’automne 2008, la période présente qu’il est de bon ton de qualifier de manière consensuelle de « sortie de crise » est loin d’être en reste tant il est manifeste que les Etats-Unis affaiblissent délibérément leur monnaie.

Les autorités US, qui doivent constamment trouver des liquidités afin de maintenir à flots leurs établissements bancaires dinosauresques - ces Too Big To Fail -, s’emploient effectivement à persuader les investisseurs étrangers qu’un Dollar bas leur permettrait d’acquérir des actifs Américains à bon prix ! Le billet vert est en effet - au moins pour cette raison - condamné à se déprécier davantage car la seule parade d’autorités US devant impérativement financer leurs déficits est d’afficher ostensiblement la pancarte des "soldes" sur l’ensemble de leurs avoirs... Du reste, cette manipulation est pour le moment couronnée de succès puisque l’ascension des Bourses US est inversement proportionnelle à la déchéance du billet vert, signe de la confiance (encore) accordée aux Etats-Unis par les investisseurs étrangers ... à moins que cet engouement pour les actifs US ne soient tout simplement l’effet mécanique de pressions - ou d’un chantage - exercées par des autorités Américaines conscientes de leur pouvoir sur certains intérêts étrangers déjà lourdement investis dans leur pays ? 

Toujours est-il qu’une dichotomie ne manquera pas d’apparaître très prochainement entre des taux d’intérêts US à court terme ( déterminés par la Réserve Fédérale ) et des taux longs qui reflètent la confiance du marché en la politique monétaire et financière Américaine et en sa capacité à maintenir - ou à soutenir - un Dollar plus ou moins stable. Le différentiel entre ces deux taux est condamné à se creuser dans un contexte où les Banques, qui empruntent de l’Etat à court terme, seront privilégiées tandis que les titulaires de prêts hypothécaires, dont le taux se calque sur celui à long terme, et autres débiteurs sur cartes de crédit seront naturellement pénalisés et que les épargnants devront se contenter d’un intérêt ridicule sur leurs dépôts...

Ne vous y trompez pas : C’est la dîme que paie le citoyen pour éponger les égarements du système financier et absoudre la déficience de l’Etat.

C’est pourtant les fondations même du système financier qui doivent être abattues et reconstruites sur des bases qui ôteront tout espoir aux Banques d’être à l’avenir secourues en cas de fautes graves de gestion ou de prises de risques inconsidérées ! Qui contraindra ces Banques à détenir plus de capitaux ? Qui osera les laisser en faillite dès lors qu’elles auront perdu au casino de la spéculation ? La collusion étroite du pouvoir - et pas seulement aux Etats-Unis - avec le système financier se traduit en une paralysie politique qui garantit virtuellement à nos élites financières le soutien dont elles ne manqueront pas d’avoir besoin demain dans le gestion de la bulle et des excès à venir qu’elles nous concoctent.

Le pillage de l’économie réelle par un système financier entièrement ego centré ne cessera que si "quelqu’un" aura le courage de briser ces mastodontes bancaires !


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 18 novembre 2009 11:12

    les pays se porteront garant et se retrouveront en faillite


    • fredleborgne fredleborgne 18 novembre 2009 11:36

      Reprendre aux banque le pouvoir qu’on leur a donné par la Loi. Ne leur autoriser que les bénéfices permettant de couvrir les frais de gestion de crédits d’une part, de valorisation des dépots de l’autre, et de gestion de compte.
      Bref, ne leur donner que le droit d’être une banque, non un rouage pour l’enrichissement des spéculateurs professionnels. au dépens des épargnants.
      Je parlerai bien de nationalisation si j’avais confiance en l’état. Or l’état aujourd’hui, c’est un parti d’ultra libéralistes qui trahit la confiance des citoyens.
      Et l’opposition : des arrivistes eux aussi.
      Avant les banques, il y a un autre combat à mener : la démocratie propre


      • YVAN BACHAUD 18 novembre 2009 17:02

        Il n’y a pas de démocratie propre ou pas sir les CITOYENS n’ont de disposent pas du référendum d’initiative citoyenne pour ABROGER tout ou partie d’une loi OU pour en élaborer de nouvelles qui sont soumises directement aux citoyens pour qu’il leur donnent force de loi .
        Il existe à 100% en SUISSE, en Allemagne au niveau local et des Länder , en Italie abrogatif seulement, et dans 50% des états des USA.

        C’est pour cet outil démocratique et très efficace qu’il faut se battre.. smiley

        Les citoyens en font bon usage quelques exemples.

         Quelques exemples de RIC

        - Les Italiens qui en disposent avec - 500.000 signatures- ont pu - le même jour, 10.06.1995,- soumettre à abrogation 12 textes de lois, dont 5 ont été abrogés.

        Le 18.04.93. 8 lois soumises 8 lois abrogées dont 6 avec 80 à 90,3% de OUI..

        - Les Suisses ont refusé la privatisation de l’électricité en 2002 et voté un moratoire de 5 ans sur les OGM en 2005.

        - Les Allemands :

        +A Leipzig : .avec 87% de NON ont refusé la vente à GDF ! de49,9% du capital de la société fournissant l’électricité à la ville.

        -+A Fribourg-en-Brisgau,
        En 2006, 70% de non à la privatisation des logements municipaux ce qui, en plus, a amené quelques maires à retirer leur projet.. !
        + A Dresde
        Une initiative citoyenne était en cours pour empêcher la privatisation rampante d’hôpitaux publics.
         Et les citoyens ont voté pour un pont contre un tunnel préconisé par l’UNESCO…

         


      • plancherDesVaches 18 novembre 2009 13:08

        Monsieur Santi.
        J’en discutai avec un autre économiste, tout aussi pointu que vous, en octobre 2008.

        Nous en sommes arrivé conjointement à la conclusion qu’il était impossible que le système se corrige de lui-même.
        Lui, par sa connaissance du secteur, moi, par la connaissance de la géo-politique et des rapports de force entre pays.

        Constat d’abandon de volonté de réforme... ??? Non. Mais d’impuissance, cela ne fait aucun doute.
        Et depuis un an, nous voyons se dérouler ce que nous avions prévu.

        Il faudra que le système aille jusqu’au bout de sa logique suicidaire pour que l’humain, dans la souffrance, puisse retrouver une place.

        Mais bon : il paraît que les meilleures périodes économiques sont celles des aprés-guerres....


        • lechoux 19 novembre 2009 15:25

          « Non. Mais d’impuissance, cela ne fait aucun doute. »
          Vous avez raison, c’est un gros monsieur avec des cheveux, une moustache et une barbe blancs toujours habillé en rouge, que l’on ne voit et n’entend qu’’un seul mois dans l’année qui détient tous les pouvoirs. D’ailleurs il ne va pas tarder à réapparaître.


        • YVAN BACHAUD 18 novembre 2009 16:45
          Voulez-vous vraiment boire le calice jusqu’à la lie ?
          • La réponse est NON et en militant pour le référendum d’initiative citoyenne je fais le maximum à mon niveau pour l’empêcher...

          L’analyse est très juste. Tout les citoyens l’ont compris.

          Ce qui est étonnant c’est que ce soit un SUISSE qui pose la question de savoir QUI prendra les mesures qu’il décrit !
          C’est pourtant simple.Après 30 ans d’échec et 6 alternances il n’y a pas de doute à avoir.

          Ce ne peut être que LE PEUPLE mais pour cela il faut qu’il dispose du référendum d’initiative citoyenne (RIC) qui existe justement en Suisse.. !

          Et il est souhaité par 82 à 88% des Français et probablement à peu près autant de citoyens dans les autres pays européens. Mais on l’attend toujours..

          Le référendum d’initiative citoyenne européen était la proposition phare des listes « Europe et Démocratie » du rassemblement pour l’initiative citoyenne.voir www.ric-france.fr dans « archives »

          C’est l’outil démocratique et efficace pour lequel tous ceux qui VÉRITABLEMENT souhaitent des REFORMES allant dans le sens de l’intérêt général doivent se BOUGER..

          Lors de l’AG 2004 de ATTAC FRANCE 90% de OUI à une motion « AGIR pour le référendum d’initiative citoyenne » mais depuis les dirigeants n’ont jamais fait la moindre action en sa faveur..

          Il n’y a pas d’autre solution qu’une place fait à la DEMOCRATIE DIRECTE pour mettre la finance internationale au pli.

          Il ne s’agit surement pas de " briser ces mastodontes bancaires !" il suffira de les placer sous un contrôle strict. Nul doute que les économistes,les fonctionnaires de BERCY et les syndicats des banques sauront les mesures efficaces à soumettre à référendum..


          • goc goc 18 novembre 2009 17:33

            @ l’auteur

            bravo pour l’article

            toutefois je me pose une question

            si les USA poussent le dollar vers le bas, alors que la chine le repousse vers le haut en abaissant d’autant sa monnaie, ne va-t-on pas directement vers une course a l’inflation a 2 (voir 3) chiffres, solution qui permettrait de se debarraser de la dette.
            En effet ne risqu’on pas de voir au final les deux géants se mettre d’accord sur le dos d’un troisieme (ceux qui ont acheté la dette)

            d’ailleurs l’annonce ce jour de la part de Roccard que notre emprunt sera réservé aux pros et non au grand public, ne va-t-il pas dans ce sens (a moins qu’il en soit qu’un cadeau aux riches comme l’a ete l’emprunt giscard annexé a l’or dans les années 80 quand il a fallu le rembourser)


            • pierrot123 19 novembre 2009 09:32

              Michel Santi :
              "Le pillage de l’économie réelle par un système financier entièrement ego centré ne cessera que si « quelqu’un » aura le courage de briser ces mastodontes bancaires !"

              Tout simplement inenvisageable, de « briser ces mastodontes bancaires », comme vous dites...
              Personne ne le peut, car les banques ont TOUS les pouvoirs en main  (Politique, militaire, financier, industriel, policier ) TOUT dépend de leur bon vouloir.

              Obama a été mis en place par la finance de Wall Street ...Il n’y a qu’à voir QUI Obama a mis en responsabilités aux postes-clés du Trésor Américain : les ex-dirigeants de Goldman-Sachs et de la FED, les monstres absolus, les plus gros acteurs financiers des States.

              TOUTES les ficelles de nos sociétés sont tirées par ces monstres bancaires, et il n’y a aucune raison que ça s’arrête demain.
              Je crains que tout cela ne cessera qu’une fois la planète à genoux, bouffée par cette folle logique d’un profit en expansion croissante, à n’importe quel prix.

              Alors, oui, je rejoins le titre de votre article :
              « Il faudra boire ce calice, jusqu’à la lie »...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès