Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Vous aussi, avez-vous la « subprimes attitude » ?

Vous aussi, avez-vous la « subprimes attitude » ?

Comment s’étonner que le contexte actuel de taux américains si bas ne contraigne littéralement la masse de liquidités créé de se loger et de contribuer décisivement à la relance de l’activité économique ? En effet, les heureux détenteurs de cash sont quasiment forcés de prêter aux entreprises, de financer de nouvelles hypothèques en faveur des privés et même d’investir et de spéculer dès lors que les T-Bills américains offrent un rendement de … 0.15%. La Réserve Fédérale force ainsi littéralement la main de ces parieurs, « comme au bon vieux temps » serait-on tenté de dire. Cette époque dorée de la spéculation effrénée est donc de retour puisque – et vous ne le croirez pas – les subprimes sont de retour !

Effectivement, ces prêts immobiliers qui se sont révélés toxiques, coupables de la pire crise financière et de la récession la plus cauchemardesque en un siècle, font aujourd’hui leur grand « come back ». Oubliée la panique qui s’était emparée dès le printemps 2007 des investisseurs internationaux grands amateurs de ces titres pourris : la crise du crédit et les pertes massives du secteur financier mondial sinistré par ces subprimes appartiennent bel et bien passé… Doit-on leur pardonner parce qu’ « ils ne savent pas ce qu’ils font » ou se montrer tolérants vis-à-vis de leur mémoire qui leur joue des tours ? Toujours est-il – et c’est un fait incontestable – que la valeur de ces subprimes a plus que doublé depuis leur niveau le plus bas atteint à l’automne 2008 et que cet engouement renouvelé pour ces investissements ayant quasiment provoqué la banqueroute de l’Occident est entièrement imputable à la Réserve Fédérale…

Comment et pourquoi s’attarder à canaliser l’épargne et l’investissement vers des placement sécuritaires quand ils offrent une rentabilité nulle ? Ces taux zéro sans aucun précédent historique aux Etats-Unis ne sont-ils pas précisément là pour motiver même le plus vulgaire spéculateur et pour l’allécher de placer ses deniers dans des pans entiers de l’économie donnés pour morts il y a encore quelques mois ? Car, non contente d’avoir redonné vie aux subprimes, la Fed peut aujourd’hui se targuer d’avoir également relancé les « subprimes des subprimes », à savoir ces obligations qui ne pas garanties par Fannie Mae ou Freddie Mac – les « non agency bonds » – dont la valorisation est adossée sur … sur rien du tout ! Et pourquoi s’en priver puisqu’elles procurent actuellement un rendement de l’ordre de 5 à 7% ?

Enfin, voilà l’inflation qui s’invite et qui contribuera immanquablement à compliquer davantage la donne car, à mesure que le pouvoir d’achat sera rogné par le cherté de la vie, les investisseurs et épargnants – toujours rémunérés à hauteur de 0% sur les placements sûrs – seront forcés de prendre encore plus de risques afin de compenser l’érosion de leur niveau de vie par des profits encaissés sur des placements à hauts rendements. Ne constate-t-on pas déjà un afflux de liquidités en direction des obligations pourries (junk bonds) ainsi que vers les fonds spéculatifs à fort effet de levier (hedge funds) ? Les bourses ne bénéficient-elles pas d’une ascension défiant toute logique ?

Pourtant, ces quinze dernières années fourmillent d’épisodes dramatiques relatant des effondrements boursiers et des faillites spectaculaires de hedge funds mais qu’à cela ne tienne puisque c’est la Réserve Fédérale elle-même qui encourage ce type de comportements… Elle a ainsi totalement réussi sa mission consistant à rendre totalement inintéressants et inattractifs les placements peu ou pas risqués en précipitant toute la gamme des investisseurs dans des classes d’actifs potentiellement dévastatrices.

De fait, le temps est compté – des années voire des mois – avant que de nouvelles bulles n’implosent car le programme des baisses de taux quantitatives – c’est-à-dire les injections de liquidités – se conclura au mois de Juin prochain. La Réserve Fédérale a en effet prévu de se retirer graduellement et se prépare même à inverser la vapeur via une remontée de ses taux d’intérêts … quitte à laisser sur le carreau l’investisseur de base et le spéculateur persuadés que les arbres peuvent atteindre les cieux.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 11 avril 2011 10:35

    pour ceux qui ne l’on pas vu voici unPPS sur les subprimes....

    http://2ccr.unblog.fr/2011/01/09/pps-les-subprimes/


    • BA 11 avril 2011 19:51

      Le Fonds Monétaire International a compris qu’il allait devoir payer pour sauver plusieurs Etats européens en faillite : Grèce, Irlande, Portugal, Espagne, Italie, Belgique, France, etc, etc (liste non exhaustive).

       

      Le FMI a compris que plusieurs Etats européens allaient continuer à s’effondrer, les uns après les autres, comme des dominos.

       

      Problème : le FMI n’a plus assez d’argent pour sauver tous ces Etats européens. Le FMI ne dispose que de 671 milliards de dollars. C’est très insuffisant pour sauver tous les Etats européens en faillite.

       

      Pourtant, de 2009 à 2011, les 187 Etats membres du FMI avaient triplé les ressources du FMI. Malgré ce triplement, le FMI n’arrive plus à sauver de la faillite les Etats qui s’effondrent les uns après les autres. Les sommes nécessaires deviennent trop énormes.

       

      Conclusion : jeudi 7 avril 2011, le FMI a demandé à pouvoir emprunter directement des dizaines de milliards sur les marchés financiers.

       

      Conclusion numéro 2 : les Etats européens sont en faillite. Ils sont écrasés sous des montagnes de dettes. Le FMI va donc s’endetter lui-aussi ! Le FMI va rajouter des montagnes de dettes par-dessus les montagnes de dettes déjà existantes !

       

      Conclusion numéro 3 : le système financier international est mort.

       

      Lisez cet article :

       

      Le FMI prêt à aller emprunter directement aux banques.

       

      http://www.lexpress.fr/actualites/1/economie/le-fmi-pret-a-aller-emprunter-directement-aux-banques_980692.html


      • Pilule rouge Pilule rouge 12 avril 2011 09:31

        INCROYABLE, et attention.

        *PIMCO le plus grand Hedge Funds de la planète vient de prendre un parie à hauteur de 3% de leur fond (75 milliards de dollars), que les bons du trésor U.S.A s’écrouleront à la fin du Q.E v2.0.

        *A mettre en parallèle avec cette info de ZeroHedge, qui nous signale un volume d’action échangé, le plus faible depuis le krach de 2008.

        La confiance est rompue, et le système financier tel qu’il existe aujourd’hui vit ses derniers instants. Je vous rappel que Pimco n’est pas une petite société qui fixe ses paries en regardant Bloomberg. Ils ont leurs entrés (indiques) dans les plus hautes sphère de la finance. Et même si les bons du trésor ne s’écroule pas (grâce à un Q.E 3 par exemple) vers le mois de juin (estimation de la fin du Q.E 2), il n’en reste pas moins que Pimco ne se cache plus pour défier le dollar. Pour rappel, Pimco avait vendu tous ses T-Bonds américains, et Bill Gross (PDG) avait signalé quelques semaines plus tard que les U.S.A serait en défaut de paiement prochainement. A qui le tour ?


      • Leo Le Sage 17 avril 2011 21:42

        @Par BA (xxx.xxx.xxx.142) 11 avril 19:51
        La France n’est pas encore en faillite loin de là.
        Le FMI n’aura pas besoin de sauver tous les pays car cela coûtera cher à tous, y compris aux USA.
        Vous croyez que ces derniers ont envie de payer la facture ?
        Le FMI a demandé à pouvoir emprunter parce que pour le moment elle n’a pas de dettes...
        Or, en micro-économie, les dettes permettent de faire un levier financier...
        A ma connaissance le FMI n’a pas le droit d’emprunter...elle ne fait que recevoir des cotisations. non ?

        « Conclusion numéro 3 : le système financier international est mort. »
        Je ne sais pas mais je vois les banques encore entrain de fonctionner normalement.
        La plupart des banques empruntent et embauchent d’ailleurs...

        @Par Pilule rouge (xxx.xxx.xxx.30) 12 avril 09:31
        « Bill Gross (PDG) avait signalé quelques semaines plus tard que les U.S.A serait en défaut de paiement prochainement. A qui le tour ? »
        Les USA en défaut de paiement ?
        Je n’ai pas vérifié l’info suivante : 3/4 des « T.bonds » ont été racheté par les USA.
        Si tu peux racheter 3/4 de tes dettes cela veut dire que tu seras au contraire en position de force.


      • ZenLo 12 avril 2011 11:19

        Il est où le bouton reset ?


        • pmxr pmxr 15 avril 2011 15:55

          Le seul qui truc qui prend de la valeur c’est le pétrole ! L’or, si tout le monde se mettait à en vendre, le prix s’effondrerait !


          • BA 17 avril 2011 10:06

            Vendredi 15 avril 2011 :

            BONDS EUROPE/Nouveau record sur les taux grecs et portugais.

            Paris (awp/afp) - Les taux grecs et portugais dépassaient à nouveau vendredi leur plus haut historique depuis la mise en place de l’euro et les rendements longs irlandais continuaient à se tendre alors que les pressions pour restructurer les dettes de ces pays se multiplient.

            A 18H00 HEC (16H00 GMT), les taux grecs à 10 ans grimpaient à 13,712 %, contre 13,156 % la veille à la clôture.

            Les taux portugais à 10 ans montaient pour leur part à 8,868 %, contre 8,767 % la veille.

             »De plus en plus de personnes très écoutées par les marchés évoquent une restructuration de la dette pour plusieurs pays de la zone euro" a="a" patrick="patrick" obligataire="obligataire" chez="chez" bnp="bnp">

            Ainsi, pour Mohamed El-arian, PDG de Pacific Investment Management Company (PIMCO), le plus gros fonds de gestion obligataire au monde, une restructuration des dettes grecque, portugaise et irlandaise est inévitable, alors que l’Espagne devrait être épargnée, selon un entretien accordé jeudi soir à la chaîne américaine CNBC.

            Italie : taux des obligations à 10 ans : 4,732 %. 

            http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

            Espagne : taux des obligations à 10 ans : 5,417 %.

            /www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG10YR:IND">http://www.bloomberg.com/apps/quote ?ticker=GSPG10YR:IND

            Portugal : taux des obligations à 10 ans : 8,997 %.

            http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

            Irlande : taux des obligations à 10 ans : 9,709 %.

            http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

            Le plus hallucinant, c’est la Grèce : 

            Grèce : taux des obligations à 2 ans : 18,504 %.

            http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

            Grèce : taux des obligations à 3 ans : 19,597 %.

            http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB3YR:IND

            Grèce : taux des obligations à 5 ans : 15,696 %.

            http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB5YR:IND

            Grèce : taux des obligations à 10 ans : 13,826 %. 

            http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND


            • Leo Le Sage 17 avril 2011 21:43

              @auteur (Michel Santi)
              Je ne sais pas si j’ai mal lu mais les taux à zéro pourcent çà existe par exemple au Japon.
              Le but de ce taux est de faire baisser le dollar pour lancer l’économie américaine quitte à ce qu’il y ait un risque d’inflation.
              Ce risque est faible car tout le monde sait que dès qu’il est probable qu’une inflation à deux chiffre pourrait survenir alors la FED augmentera ses taux.
              Je ne m’inquiéterais pas trop donc pour les américains.

              Ce sont les Européens qui ont tout à craindre.
              Cependant, je rappelle que si l’amérique tousse, l’Europe s’enrhume...

              Les « junk bonds » sont là pour rassurer et faire monter la Dow Jones...
              (nous savons bien sûr que cela va engendrer une nouvelle crise. Quand ? Je sais pas ...2011 ou 2012)

              « Elle [la FED] a ainsi totalement réussi sa mission consistant à rendre totalement inintéressants et inattractifs les placements peu ou pas risqués en précipitant toute la gamme des investisseurs dans des classes d’actifs potentiellement dévastatrices »
              C’est une bonne nouvelle qui va peut-être mettre par terre les entreprises pourries ?
              Mais si ces entreprises pourries ont un poids important comment on fait ?

              Du moment qu’on injecte de la liquidité, une banque centrale (la FED) doit augmenter ses taux, c’est obligatoire pour éviter un risque inflationniste.
              Mais en fait si elle augmente ses taux c’est pour pouvoir attirer des capitaux et pour éviter l’inflation tout en maintenant le dollar suffisamment bas (augmentation artificielle de la masse monétaire).
              C’est pour cela que la FED avait acheté [d’après ce que j’avais compris] au prix le plus bas (dollar faible en fait) les bons du Trésor américain.
              Cette politique adroite va permettre de faire des USA un pays capable en théorie d’honorer ses dettes (sovabilité à 100%).

              Au final, les USA sont gagnants apparemment et vont faire d’une pierre deux coups...
              Surtout s’ils réussissent à se débarasser des gros spéculateurs perturbateurs de l’économie mondiale, choses que je leur souhaite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès