Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Vous êtes dynamique ? Ben non ! J’adore glander comme tout le monde (...)

Vous êtes dynamique ? Ben non ! J’adore glander comme tout le monde !

  Jeudi matin, je réponds à une annonce de préparateur de commandes. J’indique pour ceux qui ne connaissent pas le merveilleux monde de la logistique, que le préparateur de commandes est celui qui travaille dans les dépôts, recevant et expédiant toutes sortes de produits stockés. L’annonce à laquelle je postule est émise par une petite société d’intérim, près de Nation. Comme souvent de la part des sociétés d’intérim, il n’y pas d’indication sur le type de produit. Vous faites dans les pièces automobiles et ensuite vous vous retrouvez à faire les fruits et légumes ? Ce n’est pas grave, l’important est d’appeler la société d’intérim, et de leur demander si vous avez une petite chance de trouver ce que vous demandez. Vous pensez qu’avoir un patron sur le dos ce n’est pas suffisant ? Appelez la société d’intérim et comme ça vous en aurez deux pour le prix d’un !

 Peu après avoir envoyé ma candidature, une des secrétaires de la société d’intérim m’appelle, me dit que je peux venir avec tous les papiers nécessaires. Cela faisait un petit moment que je n’ai pas eu recours à l’intérim, j’en faisais quand j’avais 20 ans dans l’événementiel. Je me méfiais des sociétés d’intérim, parce que je trouve que généralement elles n’ont aucun respect des individus et elles répandent des comportements indécents. Depuis que je me suis remis à rechercher du travail, c’est la troisième société d’intérim qui me demande un certificat de travail. Génial ! Une nouveauté ! C’est vraiment la méfiance généralisée aujourd’hui et je vais m’éclater dans ce petit monde-là. La prochaine étape, déjà sûrement franchie, est le dossier médical, puis regarder si le travailleur a des bonnes dents et des yeux en bon état. On ne sait plus quoi faire des chômeurs aujourd’hui, au moins auparavant il y avait l’esclavage, on pouvait les faire travailler gratuitement.

 Le lendemain matin, j’arrive à la société, une des secrétaires m’accueille, je lui donne les papiers, et dans un « grille » elle coche des cases en me demandant si j’ai le permis, une voiture, le certificat. Plus je remplis de cases, plus je suis compatible avec l’ensemble de leurs offres d’emploi, ils n’ont pas à se casser la tête. Ensuite elle donne mon CV à une de ses collègues avec qui je devais avoir un entretien mais qui à son tour le donne à celle qui centralise les appels avec les employeurs, autrement dit la « chef » du groupe, gardant un casque audio sur la tête. Jusque ici, je ne sais toujours pas si l’annonce à laquelle j’ai postulé est toujours d’actualité. La « chef » regarde mon CV et ses collègues s’arrêtent de travailler. C’est magnifique le capitalisme, toute cette précaution inutile et coûteuse pour justifier les inégalités. Je ne serais même pas étonné de savoir que le total du fric investi dans l’intérim est plus important que le total du fric nécessaire au plein-emploi. Tout ce gaspillage bureautique qui se repose sur lui-même, ce marché suspendu en l’air qui ne tient qu’au flux-tendu et s’effondre dès qu’un petit caillou vient dans ses rouages. En l’occurrence, ici le petit caillou c’est moi, et l’ensemble du personnel de la société d’intérim (4 ou 5 personnes) s’est figé pendant un moment face à mon cas. Elle commence son interrogatoire, avec le ton d’une infirmière qui s’adresse à un sujet psychiatrique, et étant à une certaine distance, elle parle fort et ses collègues assistent au spectacle :

 « Monsieur, vous avez travaillé à Geliflux ? (J’ai changé le nom de l’entreprise)

 – Oui. Me disant que le certificat n’est certainement pas une condition suffisante.

 – Vous avez fait quoi depuis une année ?

 – J’ai préparé des concours de la fonction publique.

 Ce qui est vrai d’ailleurs, j’ai quitté mon dernier emploi pour cette raison, mais avec cette question et voyant qu’elle ne cherche pas en savoir plus, je me dis que c’est mal engagé. En plus les mots « fonction publique » sont assez connotés et la fille avait l’air de droite, et au-delà dans son comportement. Ceci dit, ils m’ont quand même appelé et je reste curieux de ce qu’elle va me dire ensuite.

 – Vous êtes dynamique ?

 – Oui, dis-je sans tiquer, mais plus tard j’ai regretté de ne m’être pas moqué d’elle en lui répondant : « ben non, je préfère dormir, même au travail ». À ce moment, je sais que cette conversation n’en est pas une, qu’elle fait un rejet catégorique et tient à le faire savoir aux autres. C’est une pure démonstration de force, à laquelle je suis complétement étranger. Après coup, je me suis dit que son attitude est du micro fascisme à l’état pur, et avec le peu d’expérience que j’ai acquis en la matière, je sais reconnaître maintenant ces cristallisations haineuses sans rapport avec leur objet, où un stimulus agressif se déclenche sans raison, et dans un espace aussi petit qu’un salon d’appartement. Et le mot « dynamique » dans ce cas précis, trahit l’image qu’elle se fait du travail et du travailleur, ne faisant plus qu’un avec le collectif, soumis corps et âmes au patron (par ailleurs le mot dynamique est souvent utilisé dans les sites de rencontres, les filles le mettent souvent en critère de sélection, appliquant aux relations matrimoniales des schémas venant du monde du travail, ce n’est pas une critique mais un simple parallèle). Et la cible de son attaque n’est pas moi en réalité, elle vise ses collègues qui ont cru bien faire en m’appelant et en me recevant. Elle marque son propre territoire comme un animal, où moi je représente le danger et elle la protectrice, et donc la prédatrice, qui surveille l’espace de travail – le fait que je sois assez diplômé a peut-être renforcé cette sensation de détresse. Absorbée dans ses appels et ses dossiers, elle m’a vu et elle a paniqué, d’où sa réaction agressive, car autrement elle aurait été complétement indifférente et ne m’aurait pas posé autant des questions. Elle dirait gentiment : « Bon, ben, euh… Merci et au revoir, monsieur ! ». Mais elle est tellement plongée dans son travail qu’elle ne prend plus le temps de voir ce qu’il se passe autour et ne cherche plus à le comprendre. Elle est en situation de stress et de survie. Quelle tristesse ces agences d’intérim ! De la racaille qu’on a laissé se répandre pour recruter aux emplois dont personne ne veut et afin de mettre la pression à ceux qui sont bien installés à leurs postes.

 D’habitude j’arrive à détecter ce genre de comportement, signe de faiblesse et de stupidité le plus souvent, mais là je me suis fait avoir. Au cours d’un entretien cela ne m’était pas arrivé depuis plus de dix ans, et donc j’ai été surpris de le subir à nouveau. Sur le fait, je n’ai pas compris ce qui m’est arrivé. Elle a quand même continué en me demandant si j’ai tel ou tel certificat, et m’a remercié en me disant : « Je vous appellerai ».

 Évidemment j’en suis ressorti agacé. J’ai mis plus d’une journée pour analyser ce phénomène, à interpréter son langage et le message subliminal qu’elle a inconsciemment transmis aux autres. Parce que ce qui me met hors de moi plus que tout, c’est de ne pas comprendre. Qu’ils me refusent, je m’en fiche, je ne les connais pas et apparemment ils n’ont rien d’intéressant à me proposer. Ils m’appellent, j’arrive et je me fais « engueuler », c’est quand même étrange. Soudainement, idée ! Un peu comme dans les bandes dessinées où une petite ampoule apparaît dans une phylactère, je comprends « d’un coup » ce que la « responsable » de la boîte d’intérim m’a vraiment dit et je l’ai traduit de la manière suivante : « On est déjà dans la galère, on travaille les uns sur les autres, alors ne viens pas nous embêter avec ta galère. En plus, toi, tu n’as pas assez trimé, ça se voit, reviens vers nous avec la larme à l’œil et peut-être que nous allons consentir à t’intégrer dans notre main-d’œuvre. » Quelle bonté ! C’est presque chrétien, ce sacrifice de soi dans la pauvreté et l’humilité. Je suis encore trop riche et ingrat, voilà tout.

 Je signale au passage que j’ai deux à trois années d’expérience, des certificats pour conduire des machines, que le travail consiste en gros à mettre des cartons sur une palette et à voyager avec celle-ci dans un entrepôt. Alors ce genre de comportement, c’est tout simplement de l’incompétence. En France, quand tu veux faire un métier assez simple, on te prend la tête, on te demande des certificats, le permis, une voiture, trois années d’expérience, connaître tel logiciel et savoir utiliser la commande vocale pour un salaire à 1300 euros. Moi qui pensais me simplifier la vie en choisissant un niveau de qualification assez bas, je me suis totalement trompé ! C’est l’inverse car plus vous visez bas, moins vous avez les moyens d’y parvenir, sans compter que le nombre de candidats potentiel est d’autant plus élevé que le statut est plus bas. La précarité est par définition ce qu’il y a de plus coûteux.

 J’ai jugé utile de l’écrire et de faire connaître cette petite tranche de vie, au cas où certains se posent des questions ou ont des problèmes avec les agences d’intérim. Je vous dis : Ne vous inquiétez pas ! C’est de l’escroquerie organisée sur le dos des travailleurs et qui rabaisse leurs qualifications. Plus vous en êtes éloignés, et mieux vous vous en porterez, si bien sûr vous n’y êtes pas encore inscrits. Par rapport aux employeurs, vous êtes dans la même situation qu’eux, les employés des agences d’intérim passent leur temps à supplier les employeurs de leur donner quelques offres. Et en ce qui me concerne je privilégie le contact direct. Sauf qu’une fois leur accord conclu, les agences s’entendent avec les entreprises pour exploiter ensemble la main d’œuvre. Le chômage fait donc parti du fonctionnement normal de ce type d’organisation du marché du travail. Sans chômeurs, pour de nombreux secteurs, pas besoin d’intérim. Ce serait bénéfique à tous que les travailleurs comprennent enfin qu’il n’existe aucune raison, ni financière ni morale, pour que l’intérim, qui aujourd’hui capte la moitié des offres d’emploi dans le secteur de la logistique, ne s’étende pas à l’ensemble du marché, en diminuant la masse salariale tout en augmentant les bénéfices à court terme, en jouant sur la variable du chômage. Plus ce dernier monte, plus il y a de bénéfices pour les agences d’intérim et les entreprises qui y recourent.

 La rentabilité à tout prix s’exerce aussi dans les entreprises de formation, qui sont prêtes à vendre des certificats au rabais pour accroître leurs chiffres d’affaires. Car tout est lié dans ce monde ambiant de l’argent-roi. Plus les formations sont courtes et les diplômes faciles, plus l’argent rentre dans les caisses. Étant donné que les professionnels le savent, vous vous retrouvez avec une demi-compétence et les employeurs auront tendance à se méfier lors du recrutement. Certains se méfient tellement qu’ils externalisent leur recrutement aux agences d’intérim pour filtrer à distance. Et la méfiance éventuelle entre le recruteur et l’employeur se répercute dans la relation entre l’intérim et la main d’œuvre, qui elle-même passe des formations dont la plupart les acteurs se méfient parce qu’ils savent pertinemment que la plupart des écoles sont des boîtes à fric qui vendent plus du rêve que de l’apprentissage de compétences. Et en théorie, plus on monte dans la hiérarchie, moins il y aurait d’incompétence, plus ce serait sérieux et responsable. Mais à partir du moment où la base de la pyramide socioprofessionnelle est organisée par la rentabilité à court terme, il n’y a aucune raison pour qu’il n’y ait pas de répercussions au sommet. La déqualification est générale, et ce n’est pas un philosophe postchrétien reconverti dans la finance, le ministre de l’économie Emmanuel Macron, qui pourrait concrètement changer la donne.

 Est-ce que la rentabilité à tout prix et à court terme qui règne dans la société française est un prélude à l’établissement d’un régime autoritaire ? Ne sommes-nous pas, quelque part, déjà entrés dans celui-ci ? La politique aura-t-elle besoin de s’appuyer sur les éléments les plus agressifs dans le monde du travail, pour résister à une véritable austérité économique qui pourrait désorganiser complétement le tissu socioprofessionnel français ? C’est le risque d’une dérive autoritaire en cas d’urgence critique.

 Et même avant d’être contrainte par des causes externes, une réforme du marché du travail français est-elle possible sans violence, déjà latente dans les rapports professionnels ? C’est la seule et unique question cruciale à laquelle la France sera confrontée dans les vingt prochaines années. Pour le moment, le gouvernement Hollande ne fait que de la surenchère grotesque, en excitant tous les autres qui veulent en découdre et détruire le système existant, parce trop vieux et pas assez rentable. La finalité de ce « dynamisme » se révèle lorsqu’y on y oppose un contre-mouvement : détruire tout simplement, et ne rien laisser derrière.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.63/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Rascar-Capac 21 septembre 2015 08:50

    « une réforme du marché du travail français est-elle possible sans violence »


    réponse : non

    « détruire tout simplement, et ne rien laisser derrière. »

    réponse : non
    plutôt mettre autre chose à la place.


    • Boogie_Five Boogie_Five 21 septembre 2015 18:56

      @Rascar-Capac


      « plutôt mettre autre chose à la place. »

      réponse : oui, mais carrément, si c’est possible...

      deuxième réponse : ben, non, banane, faudrait trois guerres mondiales pour changer tout ça...

    • foufouille foufouille 21 septembre 2015 09:02

      ben oui, faut être un bon larbin de moutons à cinq pattes.


      • leypanou 21 septembre 2015 10:14

        Excellent article qui analyse bien les marchands de « viande » que sont les sociétés d’intérim (les sociétés de service en informatique c’est exactement pareil, avec un minimum de protection).

        J’ai surtout apprécié ce passage : "Ce serait bénéfique à tous que les travailleurs comprennent enfin qu’il n’existe aucune raison, ni financière ni morale, pour que l’intérim, qui aujourd’hui capte la moitié des offres d’emploi dans le secteur de la logistique, ne s’étende pas à l’ensemble du marché, en diminuant la masse salariale tout en augmentant les bénéfices à court terme, en jouant sur la variable du chômage. " .

        Car n’oublions jamais que la tendance de fond de ce que veut la majorité actuelle, avec E Macron et M Valls en particulier et LR/UMP d’avant c’est la précarité généralisée, comprendre pas pour ceux qui ont fait l’ENA comme Macron mais les autres. Et la promotion de autoentrepreneuriat va exactement dans le même sens.


        • gogoRat gogoRat 21 septembre 2015 11:07

          à retenir aussi :

          " la plupart des écoles sont des boîtes à fric qui vendent plus du rêve que de l’apprentissage de compétences. Et en théorie, plus on monte dans la hiérarchie, moins il y aurait d’incompétence, plus ce serait sérieux et responsable. Mais à partir du moment où la base de la pyramide socioprofessionnelle est organisée par la rentabilité à court terme, il n’y a aucune raison pour qu’il n’y ait pas de répercussions au sommet. La déqualification est générale, [...]

           Est-ce que la rentabilité à tout prix et à court terme qui règne dans la société française est un prélude à l’établissement d’un régime autoritaire ? Ne sommes-nous pas, quelque part, déjà entrés dans celui-ci ? La politique aura-t-elle besoin de s’appuyer sur les éléments les plus agressifs dans le monde du travail, pour résister à une véritable austérité économique qui pourrait désorganiser complétement le tissu socioprofessionnel français ? C’est le risque d’une dérive autoritaire en cas d’urgence critique."


        • gogoRat gogoRat 21 septembre 2015 11:27

          Glander ?

          Manger des glands (en parlant des cochons), ramasser des glands ;
           Rester à ne rien faire, ou dans un sens plus large, à ne pas travailler, ne pas être productif
           
           
           « La machine a gagné l’homme, l’homme s’est fait machine, fonctionne et ne vit plus » - Gandhi
           alors : ça ou glander ...
             
           ________ 
           
           Vision physicienne du travail (’dynamique’ smiley ) :

          • "First of all : what is work ? Work is of two kinds : first, altering the position of matter at or near the earth’s surface relatively to other such matter ; second, telling other people to do so. [...]« 
           (ce serait dommage de ne pas prendre le temps de relire la suite , pas piquée des vers ... )

           Approche humaine (cf Pensées) :

          •  »quand je me suis mis à considérer les diverses agitations des hommes, les périls et les peines où ils s’exposent à la Cour, à la guerre, dans la poursuite de leurs prétentions ambitieuses, d’où naissent tant de querelles, de passions, et d’entreprises périlleuses et funestes ; j’ai souvent dit, que tout le malheur des hommes vient de ne savoir pas se tenir en repos dans une chambre. « 
            [...]
             »L’homme qui n’aime que soi ne hait rien tant que d’être seul avec soi. Il ne recherche rien que pour soi, et ne fuit rien tant que soi ; parce que quand il se voit, il ne se voit pas tel qu’il se désire, et qu’il trouve en soi-même un amas de misères inévitables, et un vide de bien réels et solides qu’il est incapable de remplir."


        • Boogie_Five Boogie_Five 21 septembre 2015 18:57

          @leypanou

          Je savais pas pour l’informatique, c’est désolant de voir que ces pratiques s’étendent dans tous les secteurs. 

          Bon courage l’ami ! 

        • gogoRat gogoRat 21 septembre 2015 11:56

          « Le risque d’une dérive autoritaire » tient, avant tout, à cette lapalissade :
           
           plus on est ignorant, plus on l’ignore !

          (donc plus on est sûr de soi et imbu de soi-même
          cf B. Russell :
          « L’ennui dans ce monde, c’est que les idiots sont sûr d’eux et les gens sensés pleins de doutes »
           
           ce qui vient contrarier cette belle espérance :
            « la racine de tout mal est l’ignorance et l’ignorance peut être vaincue. » - Robert Oppenheimer (Science & bon sens) -
          )


          • Boogie_Five Boogie_Five 21 septembre 2015 19:00

            @gogoRat

            Pas mal la phrase de Russel, ça correspond bien à notre époque : le recrutement des idiots permet de faire taire toutes les critiques. 

            Heureusement, il reste plein de gens intelligents ! 

          • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 2015 12:46

            Quand je vois a la télé les sénateurs j’ai comme une baisse de tension , je suis obligé de noyer ma camomille de gnôle .....


            • Alex Alex 21 septembre 2015 13:48

              J’espère qu’ils n’ont pas oublié de vous demander l’indispensable lettre de motivation !


              • Boogie_Five Boogie_Five 21 septembre 2015 19:02

                @Alex

                Non, mais par contre, et j’ai oublié de le mettre dans ma chronique, elle m’a demandé si je savais filmer les palettes - c’est à dire les enrober d’un film plastique protecteur. Le truc qui s’apprend en une heure ! Elle est pas mal celle là ? 

              • Philippe Stephan Christian Deschamps 21 septembre 2015 14:02

                Boogie_Five bon article ; j’ai apprécié 
                il réclame du dynamisme mais dans le sens qu’ils souhaitent ,parce-qu’une bonne tarte dans la tronche c’est aussi du dynamisme. smiley
                à votre prochain entretient ,quelques conseils .
                faite 2 heures de jeu vidéo de tir en mode difficile sur cal of ou autre + 1 café/30mn
                refuser poliment de vous assoir et déplacez vous un peu comme si vous n’aviez pas que cela à foutre
                répondez comme si cela n’allais pas assez vite.
                fixer dans les yeux votre interrogateur sans le dévisager,style bon on y va ou je me casse.
                .
                les mains pas trop propre et quelques égratignures peuvent aider.
                .
                si c’est trop long, demander à revenir plus tard..
                si la porte de sortie n’a pas de groom, la fermer un peu fermement ;sinon la tirer de force en maugréant.

                 smiley


                • Boogie_Five Boogie_Five 21 septembre 2015 19:06

                  @Christian Deschamps

                  C’est sûr que le prochain qui me fait ça prendra pour les autres, j’hésiterai pas à le traiter d’imbécile. C’est des gens faut leur faire comprendre que tout n’est pas permis sous prétexte qu’on donne du travail. 

                • arthes arthes 21 septembre 2015 18:39

                  @L’auteur : Bonjour, je n’ai pas bien compris où se situait l’agression, la haine etc...dans ce récit ?

                  C’est le ton sur lequel la responsable a posé sa question ?

                  Est ce la question elle même ? Le nombre de questions ? Trop de questions ? De ne pas avoir été pris ?

                  Parce que je signale quand même que si vous postulez dans la fonction publique, des comportements standardisés et hiérarchisés vous allez en rencontrer beaucoup, ainsi que des questions comme : Pourquoi choisir la fonction publique plutot que le privé ?

                  Sinon oui, les agences intérims considèrent l’humain comme du bétail, mais...Si il n’y avait que eux !!! Et à l’humain il convient de ne justement pas agir comme un élément du troupeau qui croit s’en détacher en interprétant les agissements de ses pairs à l’aune de son propre ressentiment (frustration) , en intellectualisant avec des poncifs lus dans les innombrables études sociologiques...

                  • Boogie_Five Boogie_Five 21 septembre 2015 19:31

                    @arthes


                    « Des poncifs lus dans les innombrables études sociologiques ? » 

                    Mais connaissez-vous le marché du travail dans le secteur de la logistique ? Non, je crois pas. Cela fait un petit moment que je peux voir l’évolution du marché sans lire un seul bouquin de sociologie. 

                    Je pourrais dire la même chose de ce que vous dites : vos propos ne sont que des poncifs d’études néolibérales qui ne prennent pas en compte la réalité du monde du travail. Donc, à ce petit jeu là, on peut s’amuser longtemps ! 

                    Je n’ai jamais prétendu m’écarter du troupeau, c’est plutôt ceux qui sont dangereux qui le devraient, c’est pas pareil.

                    L’objet de l’article n’est pas la fonction publique, mais pourquoi je choisis la fonction publique ? Parce qu’il y a tout simplement des métiers spécifiques qui m’intéressent, pas parce que c’est public. Je n’idéalise pas la fonction publique où il y a autant de problèmes que dans le privé. 


                    Sur « l’agression », c’est plutôt du mépris si vous préférez. Mépris dans le ton, le regard et la pose. Mais à la rigueur, je m’en fiche de cela, c’est hélas assez courant de nos jours. Ce qui est contrariant, c’est que derrière la pose, il n’y a que du vent, aucune discussion ou proposition concrète. Alors après je n’ai pas pris en vidéo la scène, je ne peux pas vous prouver avec pièces à conviction que cette histoire s’est déroulée comme je l’ai décrite. Ce n’est que ma parole contre la sienne. Vous pouvez effectivement croire qu’elle dit la vérité et moi je reste dans l’erreur. Et dans ce cas là, vous vous mettez justement sur la même position qu’elle : quoique je puisse faire ou dire, ce sera faux. A partir de là, si les uns et des autres ne s’ouvrent pas, il n’est pas possible de négocier. Tout est déjà décidé à l’avance, alors qu’on vous a fait quand même venir. C’est pour cela que je suis parti, quasiment sans dire au revoir. 




                  • Simple citoyenne Simple citoyenne 21 septembre 2015 19:49

                    Bonjour à vous auteur, déjà bravo pour votre article ; les intérims et leurs comportements inadmissibles qui ne font que perdurer, accueils déplorables ; tout y est déplorable ; non pas parce que c’est vous, mais parce que ce sont eux, vous n’êtes pas le premier et ne serez pas le dernier !
                     les agences d’intérim comme le pôle emploi travaillent pour eux et plus pour nous depuis longtemps !


                    • Ruut Ruut 22 septembre 2015 08:00

                      Essaye d’émigrer, si tu a quelques compétences, tu devrais tripler ton salaire en 1 ans.
                      Belgique Québec, sont francophones et offrent vraiment plus d’opportunité que la France qui est en pleine désindustrialisation massive par délocalisation par sous traitance.

                      Si tu veux un bon job, évite les grosses boites et cherche du coté des artisans.
                      N’intègre que les boites non coté en bourses, cela te permettra de travailler au même endroit toute ta vie et d’avoir une hiérarchie qui pense au futur de l’entreprise.

                      Évite les contacts virtuels, présente toi en personne, c’est bien plus efficace. (Surtout pour les postes dans l’IT)

                      Ton futur et ta vie sont dans tes mains, ne le confie pas a d’autres.


                      • Boogie_Five Boogie_Five 22 septembre 2015 11:28

                        @Ruut

                        C’est marrant que tu dises cela, j’y pense de plus en plus à l’expatriation. Parce que si je ne trouve pas dans la logistique, ma vie n’a plus vraiment d’issue en France. Et puis il y a vraiment quelque chose d’inquiétant dans ce pays : 
                        - L’augmentation forte du chômage depuis dix ans
                        - La montée du Front National, accompagné d’un mouvement social anti-moderne important dans toutes les couches sociales, et xénophobe dans ses marges.
                        - La conservation à tout prix d’un système social hérité des Trente Glorieuses

                        Ces trois dynamiques s’alimentent les unes les autres et bloquent les acteurs économiques et politiques, qui n’osent plus agir en raison d’une imprévisibilité à moyen et long terme. 

                        Pour l’expatriation, je veux bien, mais il y a quelques conditions à remplir. D’abord, l’apprentissage d’une langue, ce qui prendra un certain temps. Puis il me faut un peu d’argent avant de partir, et ensuite faire des contacts dans le pays d’accueil. 

                        J’aimerais bien éviter les grosses boîtes, mais dans la logistique les boulots à la fois les plus nombreux et les plus intéressants se trouvent dans les grandes entreprises, ou les grosses PME. Pour travailler dans l’artisanat, il faudrait que je me forme à un métier, du style « luthier » ou « boulanger ». Or là-dessus je n’ai pas vraiment réfléchi et je n’ai pas d’idée précise. 

                        En tout cas, si je me retrouve encore bloqué en fin d’année, je vais penser très sérieusement à l’expatriation, et peu importe le métier que je ferais, car même si je ne l’aime pas et je n’ai pas de perspectives d’évolution professionnelle, au moins je découvrirai une autre culture et une autre langue. J’avoue que la culture et société françaises, qui ont bien décliné dans un chauvinisme communautariste inégalitaire, me déçoivent de jour en jour. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès