Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Vrais chiffres chômage Juillet 2011 301900 radiés - toujours 3 millions de (...)

Vrais chiffres chômage Juillet 2011 301900 radiés - toujours 3 millions de chômeurs « invisibles »

Vrais Chiffres Chômage JUILLET 2011, 8 MILLIONS environ de demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres et précaires, intermittents.

301 900 RADIATIONS en JUILLET juste pour :

- défaut actualisation 197 200 + 4,3 % ( + 2,8 % sur 1 an ) 

- radiation administrative (punis) 47 900 + 25,1 % ( + 7,2 % sur 1 an ).

- mystérieuse rubrique "autre cas" 56 800 - 1,9 % ( + 0,3 % sur 1 an )

Ces 3 seuls motifs de sorties représentent à eux seuls 64,3 % du total des sorties des listes des demandeurs d'emploi, ce mois ci.

Les radiations pour maladie, maternité, retraite 36 600 + 1,1 % ( - 3,9 % sur 1 an ) 7,8 % des sorties totales

Les radiations pour entrée en stage 30 600 - 6,7 % ( - 9,5 % sur 1 an ) 6,5 % des sorties totales

Quant aux sorties des listes pour "reprise d'emploi déclaré", 99 900 + 3,5 % ( - 3,2 % sur 1 an ) et ne représentent que 21,3 % des sorties totales des 5 listes.

Remarque importante : 14 000 Rsastes de moins suivi par Pôle emploi par rapport au mois dernier, alors que les RSAstes n'ont jamais été aussi nombreux, donc ils refilent les Rsastes aux services sociaux etc... si on rajoute ces "invisibles" aux 7 600 chomeurs de +, on comprend mieux l'hécatombe encore ce mois ci.

 

Décryptage donc des vrais chiffres connus ( juillet 2011 ) des demandeurs d’emploi, ceux dont les médias conventionnels ne parlent quasi jamais.

Les Médias "conventionnels" en France c'est une CATASTROPHE, pas plus tard que le 23 mai, ils titraient TOUS suite à interview de Monsieur Christian Charpy, directeur général de Pôle-Emploi, que les radiations administratives ( punitions) étaient d'environ 2 000 par mois, TOUS dans la propagande, sans exception... la réalité etant environ 40 000 par mois ! et vous pouvez toujours leur dire, qu'ils se plantent etc, ils en ont strictement RIEN A FAIRE, ils ne publieront JAMAIS un article, pour rectifier, JAMAIS.

Ils occultent donc, les catégories D et E quasi systématiquement, les DOM TOM quasi systématiquement, et encore pire, une énorme partie des radiés mensuels (des centaines de milliers tout les mois, radiés, pour autre motif que reprise d'emploi ), et ils ne parlent évidemment JAMAIS des centaines de milliers de demandeurs d’emploi qui ne dépendent carrement pas du tout de pôle emploi pour diverses raisons. ( explications plus bas, environ 3 millions en tout ne sont comptés nulle part )

Juilllet 2011, les chiffres sont toujours catastrophiques.
Les chiffres des travailleurs précaires et pauvres toujours énormes, en même temps que celui du chômage de longue durée qui ne cesse d'augmenter + 27,7 % en 1 an, et de très longue durée (+ de 3 ans) + 19,3 % sur 1 an ( pour seules catégories A B C ) donc + dans la réalité.

A noter que 43,3 % des demandeurs d’emploi inscrits, ne sont aucunement indemnisés, ni par les Assedics, ni par la solidarité nationale (RSA ou ASS), ni par rémunération stage, etc, encore pire si l’on compte donc, les non inscrits à Pôle emploi qui ne sont pas indémnisés non plus, pour une énorme partie d'entre eux.

Plus de 8 millions de demandeurs d'emploi et travailleurs précaires par intermittences, soit 25% à 30% de la population active, on est très très très loin des annonces mensongères de environ 9,5% de chômeurs (seule catégorie A, inscrits chez pôle-emploi qui sert à la propagande)

DOM TOM compris en chiffres bruts Pôle Emploi, on est à quasi 5 MILLIONS officiellement. ( 4 986 500 exactement, données bruts ) + 3,2 % sur 1 an

 
Mon analyse :
VRAIS chiffres du chômage JUILLET 2011 : 

+ 36 100 chômeurs disent les médias catégorie A , ou + 24 300 catégorie A, B et C ? 
 
Réalité : résultat net, catégories A, B, C, D et E + 7 900 demandeurs d’emplois inscrits à Pôle Emploi entre Juin 2011 et Juillet 2011 :
 
catégorie A + 1,3 % ( + 2,8 % sur 1 an )
catégorie B + 0,7 % ( + 4,5 % sur 1 an )
catégorie C - 1,9 % ( + 9,3 % sur 1 an )
catégorie D - 5,3 % ( - 11,3 % sur 1 an )
catégorie E - 1,1 % ( - 1,8 % sur 1 an )
 
catégorie A : 2 756 500 
catégorie B et C : 1 371 500 
catégorie D et E : 573 000 

 

catégorie A, B, C, D et E Juin 2011 : 4 693 100 (hors dom-tom)

catégorie A, B, C, D et E Juillet 2011 : 4 701 000  (hors dom-tom) + 3 % sur 1 an

TOTAL : + 7 900 demandeurs d’emploi, par rapport à Juin. 

 LE POT AUX ROSES est toujours là donc (les chiffres JAMAIS JAMAIS JAMAIS mis en avant) : 

sorties des listes de pôle emploi pour autres cas que ces 3 cas là :

  • reprise d’emploi déclaré ( 99 900 )+ 3,5 % ( - 3,2 % sur 1 an ) seules "vraies" sorties.. et encore pour quels emplois ?!
  • ou entrée en stage ( 30 600 ) - 6,7 % ( + 4,1 % sur 1 an ) 
  • ou arrêts maladie, retraite, maternité ( 36 600 ) + 1,1 % ( - 3,9 % 1 an )

 

donc les Radiés qui échappent complètement au 5 catégories, à toutes les statistiques que l'on peut entendre dans les médias "conventionnels"  :

  • disparitions des listes pour cessation d’inscription suite à défaut d’actualisation : 197 200 personnes pour ce mois de Juillet 2011 + 4,3 % + 2,8 % sur 1 an VOILA LA COMBINE ... ce chiffre, il represente à lui seul 42 % des sorties des listes.
  • disparitions des listes pour radiation administrative ( les punis ) 47 900 personnes pour ce mois de Juillet ( + 25,1 % de difference par rapport à Juin, + 7,2 % sur 1 an )
  • sorties des listes inexpliquées, classées dans mystérieuse rubrique "autres cas" 56 800 personnes ( - 1,9 % + 0,3 % sur 1 an ) 

    soit 301 900 demandeurs d’emploi sortis artificiellement des 5 listes A B C D et E ... ce mois ci

 

Ne sont donc pas comptés dans ces chiffres de 4 701 000 demandeurs d'emploi "officieux" : 

  • Des RSastes qui pour une grosse partie ne sont pas inscrits à pôle emploi , (autre suivi) seuls 656 100 inscrits, sur environ 1,85 millions, soit 1 193 900 RSastes environ echappent aux statistiques 
  • Des personnes en AAH ou sous pension d'invalidité, qui ne dépendent pas de pôle emploi, environ un million de personnes 
  • Les dom-tom ( Réunion, Guadeloupe, Martinique et Guyane ) , estimation 500 000 personnes minimum 
  • Des sans droits, car moins de 25 ans, qui ne perçoivent RIEN, incalculable ( les + concernés, par trafics de stup, prostitution, violences, vols, braquages, meurtres par réglements de comptes, ou lors de bavures, engorgement des tribunaux et des prisons ) 
  • Des sans droits radiés ou désinscrits, car dépassement du plafond de ressources dans un couple, qui sont donc privés du RSA ou de l’ASS et qui n’ont droit à rien ( exemple votre époux perçoit 600€ d'assedic, vous n'aurez pas droit vous même au RSA, car vous depasserez le plafond de ressources couple 588€ ) des centaines de milliers de personnes
  • Des retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable
  • Des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires incalculable
  • Des auto-entrepreneurs qui ne gagnent rien ou presque de leur activité et cherchent un emploi

 

Estimation 3 MILLIONS au bas mot à rajouter aux chiffres "officieux", soit en tout, + de 8 MILLIONS de demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres intermittents, ce qui correspond à un taux de demandeurs d'emploi, de 25% à 30% environs de la population en age de travailler ( entre 16 et 67 ans )

Seuls 39% des 55/61 ans sont en encore en activité, je signale en passant, que l'AER (allocation équivalent retraite), les demandes sont rejetées, depuis le 1er janvier 2011, pour les personnes sans emploi en fin de droits, qui ont leurs 161 trimestres validés, mais pas encore l'age légale pour prendre leur retraite à taux plein, soit environ 30 000 personnes concernées, ça sera la misère assurée.

Seuls 32% des 16/24 ans sont en activité en France, j'invite ces jeunes à lire, mon analyse sur le RSA JEUNES : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/rsa-jeune-c-est-du-pipeau-86935

Source ayant aidé au décryptage rapport de 19 pages de la DARES : http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-756bz81.pdf&nbsp ; et non pas simple communiqué de presse de 2 pages, qui entre bien moins dans les détails et qui est envoyé aux médias.

 

Rendez-vous le lundi 26 septembre 2011, après 18h00, pour connaitre les chiffres du chômage de Aout 2011.

-catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;

-catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (de 78 heures ou moins au cours du mois) ;

-catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (de plus de 78 heures au cours du mois) ; 

-catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’un arrêt maladie court, d'un arrêt maternité …), sans emploi, on y trouve des travailleurs gratuits, ou c'est le patron qui est payé 5€ de l'heure ou +. 

-catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (essentiellement bénéficiaires de contrats aidés ou l'employeur peut avoir de 50% jusqu'à 105% du salaire payée par l'état et les collectivités locales) on y trouve très souvant, tri en déchetterie, ménage, repassage, aide à la personne, élimination de gravats, débroussaillage, plonge en restauration collective ou non, mais ça touche aussi parfois des métiers à BAC + 5 dans des domaines divers et variés ( tourisme, commerce, administrations, etc ) !! 


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Garnier Denis Garnier Denis 26 août 2011 10:40

    « Mon analyse :
    VRAIS chiffres du chômage JUILLET 2011 :

    + 36 100 chômeurs disent les médias catégorie A , ou + 24 300 catégorie A, B et C ?

    Réalité : résultat net, catégories A, B, C, D et E + 7 900 demandeurs d’emplois inscrits à Pôle Emploi entre Juin 2011 et Juillet 2011 : »

    Est-ce à dire qu’en fait le gouvernement dramatise puisqu’il en annonce 36 100 et que vous en trouvez 7 900 ?

    Je pense que votre première partie suffisait et que trop de chiffres tue les chiffres.

    Cordialement


    • patdu49 patdu49 26 août 2011 15:00

      salut,

      non le gouvernement ne dramatise pas, car il cache les radiations, et les invisibles au nombre d’env 3 millions.
      il ne parle le + souvent que des catégories A ou au mieux des catégories A, B, C.


    • jako jako 26 août 2011 10:57

      Le navire coule normalement mon capitaine.
      Sans compter les effets de seuil qui s’enclenchent inexorablement à chaque palier franchis.
      Et la météo qui s’y met, tout baigne


      • patdu49 patdu49 26 août 2011 15:33

        ça c’est certains au moins :
         que avec tout les sans-droits toujours plus nombreux
         + tout ceux qui basculent vers les minimas sociaux
         + la multiplication des travailleurs pauvres ( - de 78 h par mois )
         + l’augmentation des clopes
         + l’age de départ à la retraite qui se rallonge, etc etc ...

        que ça ne risque pas de relancer la conso interne, et donc l’emploi.
        sans parler des subventions en moins, pour les associations caritatives, et j’en passe et des « meilleurs » ..

        comme tu dis « tout baigne » ..


      • patdu49 patdu49 27 août 2011 08:38

        +33% : C’est la hausse depuis janvier 2008 du nombre de chômeurs inscrits dans les catégories A, B, C, c’est-à-dire des demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche de job. En près de quatre ans, cette catégorie s’est gonflée d’un peu plus d’un million de personnes.

        +57% : C’est la hausse du chômage pour les plus de 50 ans depuis janvier 2008. Certes, le chômage des jeunes est une plaie en France. Mais ce sont les seniors qui ont le plus souffert de la détérioration du marché du travail et des plans de réduction des effectifs dans les entreprises.

        453 jours : C’est l’ancienneté moyenne des demandeurs d’emplois inscrits à Pole Emploi. En janvier 2008, elle était de 412 jours. Le chômage de longue durée (plus d’une année d’inscription) touche 38% des inscrits, contre 32% il y a quatre ans. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus de deux ans a progressé de près de 27% au cours des douze derniers mois.

        21% seulement des sorties de Pole Emploi concerne des chômeurs qui ont retrouvé un job. Une part extrêmement faible qui illustre du faible dynamisme des recrutements. Les radiations administratives représentent 10% des sorties à Pole Emploi : elles ont bondi d’un peu plus de 7% en un an.

        -16% : C’est la baisse depuis janvier 2008 du nombre d’offres d’emplois durables (c’est-à-dire d’une durée supérieure à 6 mois) reçues à Pole Emploi. La précarisation du marché de l’emploi s’accentue encore. En un an, les propositions de job « occasionnels » (d’une durée inférieure à un mois) ont grimpé de 4,7%.

        source :
        http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-chiffres-noirs-du-chomage_261299.html


      • LE CHAT LE CHAT 26 août 2011 11:26

        de nos jours , de nombreux salariés à plein temps n’arrivent pas à joindre les deux bouts tellement s’aggrave la chute du pouvoir d’achat , il reste de moins en moins de revenu disponible une fois payées les dépenses contraintes , les chiffres truqués de l’ INSEE ne reflètent pas la réalité de la misère qui s’étend inexorablement , et qui s’aggravera après les élections de 2012 , car les candidats mielleux actuellement pourront appliquer avec brutalité les instructions de Trichet et Barroso , pendant 5 ans ils feront ce qu’ils veulent !!!!!


        • wesson wesson 26 août 2011 12:12

          bonjour l’auteur,
          veuillez s’il vous plait laisser ces futilités dans l’oubli et emboiter le pas à la presse mainstream, qui dans sa bienveillance parle des sujets réellement importants :

          en effet, on peut apprendre que Sarkozy et Hulot ont déjeuné ensemble ce Mercredi, que Strauss-Kahn a récupéré son passeport, et que les sondages en faveur de l’euthanasie active se multiplie...

          c’est dire si on y parle des choses importantes ... comparés à vos vrais chiffres du chômage.

          Je ne sais plus qui disait que le rôle de la presse c’était d’informer.. en fait non. Le role de la presse, c’est de sélectionner des informations, et par construction de cacher toutes les autres.

          Merci pour vos chiffres


          • PtitLudo PtitLudo 26 août 2011 15:44

            Effectivement pas un mot sur le chômage à la une du monde d’aujourd’hui (je prend le monde en référence mais n’importe quel journal ou autre média mainstream ferait aussi bien l’affaire).


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 26 août 2011 23:58

            Faut pas fâcher l’abominable Sarkozy pour l’instant. Il est encore au pouvoir jusqu’en mai 2012. Nos « journalistes » ne sont pas encore disposés à prendre des risques. Comme pour la Police en 1944, ils vont attendre que la 2e DB du général Leclerc soit dans Paris pour prendre les armes et devenir des « résistants ».


          • BA 26 août 2011 13:23
            Hausse du chômage : « le pire de la crise est sûrement à venir ».

            Forte hausse du chômage en juillet : 36 100 nouveaux inscrits à Pôle emploi. Il faut remonter au plus fort de la crise en 2009 pour retrouver des chiffres aussi catastrophiques, 2 756 000 (+1,3%) pour ceux qui n’ont exercé aucune activité, et 4 128 000 en incluant ceux qui ont une activité réduite.

            Fléau social, triste invention du XXe siècle, le chômage est-il un paramètre inhérent à la conjoncture économique ou un mal encore plus profond ? À l’heure où les marchés financiers implosent, où certains pays, dont la France, vivent avec un déficit budgétaire pharamineux, le chômage semble être reparti sur des courbes dangereusement ascendantes.

            Professeur d’économie à l’université Panthéon-Sorbonne et directeur de l’Institut des sciences sociale du travail (ISST), Jérôme Gautié nous explique les raisons de cette crise de l’emploi qui plonge de plus en plus de familles dans le désarroi, la débrouille et les petits boulots précaires.

            Orientation scolaire inappropriée, politique active ou passive, mondialisation, progrès technique… Quelles sont les véritables causes du chômage et surtout, une solution visant au plein emploi est-elle envisageable ou du domaine de l’utopie pure ?

            Agents d’entretiens : Quels sont les facteurs qui ont généré l’émergence du chômage à la fin du XIXe siècle ?

            Jérôme Gautié : « L’invention » du chômage, selon le titre du célèbre ouvrage de Salais, Baverez et Reynaud, remonte effectivement au tournant du XIXe et XXe siècle. Mais attention, le « manque d’ouvrage », pour reprendre les termes de l’époque, est une réalité bien plus ancienne, qui touchait périodiquement le monde du travail urbain. Marx évoquait « l’armée industrielle de réserve » qu’avait créée l’extension de la logique du capitalisme au monde rural, provoquant un exode vers les villes. Ce qui est « inventé » à la fin du XIXe, en quelque sorte, ce n’est pas une réalité, mais une nouvelle représentation de celle-ci. Penser en terme de chômage, c’est cesser de représenter les chômeurs comme une simple somme d’individus, mais commencer à raisonner en termes de phénomène économique et social. Cela dit, l’évolution des représentations correspondait aussi à une certaine évolution de la réalité du marché du travail. C’est progressivement l’émergence d’une relation salariée stable (c’est-à-dire à plein temps et continue au cours de l’année) qui permet de penser son contraire, soit la situation de chômage pensée comme accidentelle, et donc comme devant donner lieu à une indemnisation. Celle-ci va apparaître au Royaume Uni dès la première décennie du XXe siècle, en même temps que la catégorie de chômage elle-même.

            Agents d’entretiens : Que penser de l’augmentation de 1,3% des demandeurs d’emploi en juillet ? La fin d’année 2011 s’annonce-t-elle particulièrement noire au niveau du chômage ?

            Jérôme Gautié : On peut effectivement craindre une dégradation dans les mois qui viennent. D’une part, la croissance semble fléchir (la croissance au deuxième trimestre 2011 a été nulle, selon les chiffres que vient de publier l’Insee), et, de toute façon, il est à craindre que les entreprises qui restent en croissance privilégient encore la reconstitution de leurs marges avant de se remettre à embaucher. D’autre part, la population active devrait continuer de croître de façon importante cette année – de l’ordre de 150 000 personnes selon les prévisions de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Pour mémoire, en 2010, environ 130 000 emplois avaient été créés dans le secteur marchand, et près de 50 000 dans le secteur non marchand. Mais, dans ce dernier, la création d’emploi risque aussi de fléchir, étant donné les restrictions budgétaires qui vont peser sur la création d’emplois aidés notamment, et sur l’emploi public.

            Agents d’entretiens : Le chômage des jeunes au sens du BIT était de 22,8% à la fin du premier trimestre. Difficile dans ces conditions de motiver scolairement cette tranche de la population qui, bien souvent, voit le chômage comme une fatalité.

            Jérôme Gautié : Oui, effectivement, mais en même temps, de nombreux jeunes, du fait de la situation dégradée du marché du travail, choisissent de prolonger leurs études (quand ils en ont les moyens). La crise devrait donc se traduire par une élévation du niveau de formation des sortants du système éducatif…

            La lutte contre le chômage passe-t-elle selon-vous par une refonte du système éducatif, de ses formations et de ses débouchés ?

            Le système éducatif peut être amélioré, mais je ne pense pas que son fonctionnement soit la cause majeure des problèmes d’insertion des jeunes. Un taux de chômage des jeunes de près de 23% est certes très élevé, mais il n’est pas « anormal » quand on compare à d’autres pays. Un indicateur plus pertinent est le rapport entre le taux de chômage des jeunes et le taux de chômage de l’ensemble de la population active. Ce ratio est relativement semblable dans les pays européens et aux Etats-Unis (entre 2 et 3). Seule l’Allemagne fait exception. Si dans ce pays, les jeunes sont beaucoup moins touchés par le chômage, c’est effectivement en partie lié à son système de formation (l’apprentissage), mais aussi à sa démographie, reflétant ses très faibles taux de natalité.

            Au total, la France métropolitaine comptait fin juin 4,1 millions de demandeurs d’emploi, si l’on compte les personnes exerçant une activité réduite. Pensez-vous que ce chiffre reflète la réalité, sachant que de nombreuses personnes radiées, en fin de droits ou survivant par des petits boulots non déclarés, n’entrent pas en compte dans cette « estimation » ?

            C’est tout le problème du « halo du chômage » ; en fait, la mesure du chômage repose nécessairement sur des conventions, et donc, inévitablement, trace des frontières arbitraires. Au-delà du chômage stricto sensu, la part des personnes touchées par des problèmes d’emploi est beaucoup plus importante. Si les demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) de catégorie A (la plus proche de la catégorie officielle de chômage au sens du Bureau international du travail [BIT]) a fléchi l’an dernier, le nombre de DEFM en catégorie B et C, qui sont en « activité réduite », n’a lui jamais cessé d’augmenter, passant d’environ 1 020 millions au premier trimestre 2009 à 1 370 million au premier trimestre 2011, soit une augmentation de près 35%. Au-delà, comme vous l’indiquez, il y a les personnes qui n’apparaissent ni dans les personnes inscrites à Pôle Emploi, ni dans les Enquêtes Emploi mesurant le chômage au sens du BIT. Notamment les « chômeurs découragés », c’est-à-dire les personnes qui ont cessé de rechercher activement un emploi faute d’espoir d’en trouver un. Mais on pourrait rajouter aussi les jeunes qui retardent leur entrée sur le marché du travail. Par exemple, il est frappant de constater qu’entre la mi-2009 et la fin 2010, le taux d’activité des jeunes a baissé en France de 1,7 point de pourcentage, ce qui est beaucoup, et a contribué de façon significative à la stabilisation du chômage sur cette période.

            On a parfois la désagréable impression que le gouvernement se focalise plus sur une habile manipulation des chiffres du chômage à l’approche des élections que sur le fait de trouver des solutions visant à tenter d’endiguer ce fléau social qu’est l’inactivité.

            Il faut distinguer manipulation des chiffres et communication opportuniste et biaisée. C’est plutôt le second phénomène qui est plus commun. On se focalise sur certains indicateurs, en oubliant les autres, ou en oubliant de donner les raison exactes des évolutions constatées. C’est par exemple le cas quand on se félicite de la stabilisation du chômage ou de sa diminution, sans mentionner le développement de l’emploi précaire ou le fait que de nombreuses personnes sont sorties du marché du travail. Ensuite, il est vrai qu’à l’approche des élections, on est souvent tenté de déployer des mesures de court terme, notamment des emplois aidés, pour « faire baisser les statistiques du chômage ». Cela dit, le gouvernement actuel est pris dans un cruel dilemme, entre ses tentations électoralistes et les contraintes budgétaires qui ne font que se renforcer.

            En 2008, l’assurance chômage a cessé de verser des indemnités à 726 161 chômeurs (757 000 avec les départements d’Outre-Mer). Est-ce là encore un moyen de biaiser les chiffres ?

            On peut penser que la perte de l’indemnisation chômage entraîne moins souvent aujourd’hui qu’autrefois le retrait du marché du travail. En effet, beaucoup de « fins de droits » basculent vers le revenu de solidarité active (RSA). Or, depuis 2009, les bénéficiaires de ce dernier sont tenus de s’inscrire à Pôle Emploi et de rechercher activement un emploi, ce qui n’était pas le cas pour les bénéficiaires du RMI.

            En 2009, le nombre de chômeurs en fin de droits a augmenté de 35,2%. Le chômage de longue, voir de très longue durée va-t-il malheureusement aller croissant ?

            C’est effectivement ce que l’on peut craindre. Et d’autant plus que les seniors ont vu leur chômage augmenter conséquemment au cours de la crise, et que la tendance ne devrait pas s’inverser, du fait notamment de la réforme des retraites, mais aussi de la suppression annoncée du dispositif de dispense de recherche d’emploi ; ceci va pousser un nombre croissant d’entre eux à rester sur le marché du travail. Or cette population est particulièrement touchée par le chômage de longue durée.

            Comment expliquer qu’aucun gouvernement n’ait réussi à réduire un fléau social qui apparaît pourtant, sur le papier, comme une priorité ? Est-ce dû uniquement au contexte économique qui est le nôtre depuis la fin des Trente Glorieuses ?

            Le fait que l’on soit remonté vers le seuil symbolique des 10% ne doit pas faire oublier qu’à certaines périodes, le chômage a reculé de façon assez sensible en France (notamment entre 1997 et 2000). En 2008, on se rapprochait du taux de 7%. Le contexte économique (la croissance) a joué. Mais le fait est qu’on a aussi tardé à prendre des mesures plus structurelles – comme l’abaissement du coût du travail peu qualifié, qui a enrichi la croissance en emplois depuis la seconde moitié des années 1990. Rappelons aussi que, par rapport à ses voisins européens – et notamment l’Allemagne que je viens d’évoquer –, la France garde une démographie plus dynamique. Toutes choses égales par ailleurs, il faut chaque année créer proportionnellement plus d’emplois en France pour stabiliser ou réduire le chômage que dans la plupart des autres pays européens. Si le dynamisme de la population active est un facteur positif à long terme, il pèse à court-moyen terme sur le chômage.

            Un chômage élevé, une classe moyenne devenue pauvre, un désintérêt marqué pour la politique, une disparité des richesses de plus en plus flagrante, un coût de la vie qui ne cesse d’augmenter… On a l’impression que toutes les données sont réunies pour assister à une véritable explosion sociale. Vous croyez à une révolution possible ?

            Je crois qu’il faut nuancer le diagnostic. Dans les premiers temps de la crise, ceux qui ont eu la chance de garder leur emploi ont pu, pour beaucoup d’entre eux, non seulement maintenir mais accroître leur pouvoir d’achat, du fait du ralentissement de l’inflation. Cela dit, le pire est effectivement sûrement à venir. Les prix semblent repartir à la hausse, les politiques budgétaires restrictives vont contribuer à ralentir la croissance, et la montée du chômage de longue durée va accroître la pauvreté. Et ce d’autant plus que l’on peut s’attendre à une coupe dans les budgets sociaux (elles sont déjà en cours). Je ne pense pas qu’une véritable révolution soit possible, mais on peut s’attendre effectivement à une montée forte des tensions sociales. La crise devrait se traduire plus par un accroissement des inégalités que par une paupérisation généralisée. Ceci explique aussi que la probabilité d’une « révolution sociale » généralisée soit faible.

            Politiques actives ou passives, y a-t-il en dehors des livres d’économie une solution possible afin de baisser le taux de chômage ?

            A court-moyen terme, le retour de la croissance est une condition nécessaire. Cela dit, des interventions plus directes sur le marché du travail peuvent contribuer à desserrer l’étau à court terme. Il faudrait notamment commencer par supprimer l’exonération des heures supplémentaires, qui poussent les entreprises à augmenter les heures de ceux qui travaillent déjà, au détriment de nouvelles embauches. Comme le fait remarquer Guillaume Duval dans le numéro de juin d’Alternatives Economiques, au premier trimestre 2011, le montant des heures supplémentaires équivalait à plus de 380 000 emplois à temps plein ! Évidemment, il serait faux de croire que supprimer les exonérations va supprimer toutes les heures sup » ! Mais ça permettrait en même temps de faire des économies qui pourraient être utilement consacrées aux emplois aidés et à l’indemnisation des chômeurs de longue durée.

            Le niveau élevé du SMIC est perçu par certains économistes comme une des causes principales du nombre important de chômeurs en France. Partagez-vous ce point de vue ?

            Je ne le crois pas. Les exonérations de cotisations patronales sur les bas salaires, mises en place depuis le début des années 1990, ont contribué à stabiliser le coût relatif du travail au niveau du SMIC. Cela dit, elles coûtent cher au budget de l’Etat. Cependant, elles doivent être vues comme une redistribution en faveur des bas salaires, ce qui va dans le sens de l’équité, mais qui contribue aussi à soutenir la consommation des ménages.

            Doit-on retirer l’article 23 de la Déclaration universelle des droits de l’homme ? (« Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage »).

            Même s’il peut sembler inopérant, je crois qu’il faut le garder comme référence. Toute la question est de savoir s’il faut faire du « droit au travail » un droit « opposable », c’est-à-dire une obligation pour l’Etat. À ma connaissance, à part les régimes communistes, aucun pays n’a franchi le pas. Cela dit, il ne faut jamais que les gouvernements oublient que le chômage est un fléau social, et que sa baisse doit rester une priorité.


            • jako jako 26 août 2011 15:30
              Ba, je viens de trouver cela sur CRI, (en ce moment le CAC est reparti pour une plongée en apnée)

              Peter Diamond, un économiste américain, lauréat du Prix Nobel d’économie en 2010, a déclaré mercredi qu’il existait un « deuxième risque pour l’économie mondiale de toucher le fond ». Selon lui, la crise de la dette européenne et l’attention trop faible accordée au problème du chômage sont perçues par de nombreux gouvernements comme les principales sources de risque.

              « Les Etats-Unis et des pays européens sont en train de discuter de politiques de rigueur. Si les principaux pays occidentaux mettent en place des politiques d’une trop grande rigueur, l’économie mondiale sera impactée, que ce soit en termes d’exportations ou sous d’autres formes », a-t-il déclaré lors de la quatrième conférence des lauréats de Prix Nobel d’économie, qui se tenait en Allemagne.

              Sur la crise de la dette européenne, Peter Diamond, sans surprise, l’estime « mauvaise » : « les décideurs doivent osciller prudemment entre politiques à court terme et à long terme », analyse-t-il. Quant au problème de l’emploi, il indique que le marché du travail américain fait face actuellement à un « manque de demande ». Il reste selon lui peu d’espace pour des politiques de stimulation lancées par les gouvernements.

              « Le problème de la dette américaine est un problème à long terme », estime-t-il. « Si le gouvernement américain arrive à créer plus d’emploi, il pourrait faire rentrer davantage de recettes fiscales. Et cela permettrait de réduire le budget alloué aux allocations chômage. Tout cela permettrait de retrouver un budget équilibré. »

              <SCRIPT src="/js/picaddlink_fe.js" type=text/javascript></SCRIPT> <SCRIPT src="/js/picaddlink_fecommon.js" type=text/javascript></SCRIPT>

            • BA 26 août 2011 14:03
              Le SNU Pôle Emploi dénonce le bond des radiations administratives de demandeurs d’emploi.

              Le SNU Pôle emploi a dénoncé le bond des radiations administratives des demandeurs d’emploi, vendredi, au lendemain de la publication des statistiques de juillet, et a mis en parallèle cette hausse avec la récente « dématérialisation » des courriers du service public de l’emploi.

              Selon la Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère de l’Emploi, les sorties des listes des demandeurs d’emploi « pour radiations administratives » ont augmenté « de façon inhabituellement forte » le mois dernier, de 25,1 %.

              Sur un an la hausse est de 7,2 %.

              « On ne peut s’empêcher de mettre en relation cet événement, tout à fait inhabituel au mois de juillet, avec la dématérialisation des courriers de l’institution, proposée par la direction au management en juin 2011, et qui leur a été présentée comme une simple modernisation des services », écrit le SNU dans un communiqué.

              Pôle emploi propose désormais aux demandeurs d’emploi de recevoir uniquement par courrier électronique et non plus par lettres postales les informations les concernant, notamment sur une éventuelle radiation. Ils peuvent aussi, s’ils l’acceptent, recevoir des SMS.

              Le SNU FSU, majoritaire à Pôle emploi avait dénoncé ce nouveau dispositif « insuffisamment sécurisé » il y a deux semaines, disant craindre « une augmentation des radiations abusives » et « un accroissement des conflits entre les publics et le personnel d’accueil ».

              En juin, les radiations administratives avait progressé de 4,1 % sur un mois, mais restaient en baisse par rapport à juillet 2010, de plus de 10 %.

              Le mois précédent, elles avaient même enregistré une forte baisse sur un mois (-23,5 %) et sur l’année (-17,1 %).

              Certains économistes soulignent aussi que des gouvernements passés, en période pré-électorale, ont été tentés par un traitement administratif du chômage.

              Interrogé à l’occasion de la publication des statistiques des demandeurs d’emploi jeudi 25 août, Philippe Waechter, directeur de la recherche économique de Natixis AM, a ainsi estimé qu’il allait être « très intéressant de suivre la gestion administrative des inscrits à Pôle emploi » : 

              « Vous pouvez durcir les conditions, demander aux personnels de Pôle emploi de faire un peu plus de zèle dans le contrôle etc. », a-t-il souligné.

              « On a souvent vu cela par le passé — même si je ne dis pas que cela va se faire, je ne prête aucune mauvaise intention au gouvernement ! », a-t-il ajouté.



              • Georges Kaplan Georges Kaplan 26 août 2011 16:26

                « des gouvernements passés, en période pré-électorale, ont été tentés par un traitement administratif du chômage »

                C’est pas vrai ?! Nous serions gouvernés par des escrocs ? 

                Dépêchons-nous de leur donner plus de pouvoirs pour qu’ils nous défendent aussi bien qu’ils le font depuis 40 ans.

              • BOBW BOBW 26 août 2011 21:11

                @ Kaplan :

                « Pauvre victime Madame Bettencourt !! »
                - Ou bien vous faites un troll au second degré smiley
                - Ou vous êtes un défenseur des minables oligarques voleurs et menteurs : les banksters et les sociétés pétrolières , les marchands d’armes qui poussent l’OTAN aux guerres qui spéculent sur la pauvreté, Beûurk smiley


                Ce soir la Bourse continue à dégringoler (CAC :-1,01%) : C’est de la faute aux pauvres que vous accusez ou aux spéculateurs qui démolissent tout et sont en train de se suicider ??

              • Georges Kaplan Georges Kaplan 26 août 2011 23:55

                BOBW,

                1/ J’ai dit que Bettencourt était une victime ? Non hein ?
                2/ Il faut enlever le mot « liberté » de votre photo de profil : vous ne savez pas ce qu’il signifie.

              • BOBW BOBW 27 août 2011 08:43

                @ Kaplan


                LIBERTA est un mot du pays Occitan où il a gardé toute sa véritable valeur

                 pour l’amour et le respect qu’on lui porte (depuis l’envahissement par le

                 pays d’OIL et ses seigneurs papistes esclavagistes devenus maintenant 

                 oligarques)



                Signé un vrai souchien occitan depuis plus de 5 générations.  smiley

              • Georges Kaplan Georges Kaplan 26 août 2011 14:19

                Mais pourquoi y-a-t’il tant de chômage ?


                • PtitLudo PtitLudo 26 août 2011 14:44

                  Merci pour la mise au point mensuelle. Les médias c’est tellement catastrophique qu’aujourd’hui ils n’en parlent même plus ! Cherchez le mot Chômage sur la une du monde, vous verrez c’est rigolo ... ou pas.


                  • chti595 26 août 2011 15:43

                    Bonjour Patdu49,
                    Et merci pour votre analyse. Je m’inquiétais de ne plus vous lire. Je me disais « peut-être qu’il a trouvé..du boulot ...
                    Et je ne supporte plus d’entendre dire que »la..croissance« soit encore une réponse dans notre pays ou la majorité d’entre nous est »gavée« de consommations multiples.
                    Une croissance infinie dans un monde fini est impossible. Cet axiome ne doit pas vous être inconnu...
                    (J’e n’oublie aussi que dans notre pays certains ont faim et »vivent" difficilement, bien sûr)...
                    Mes salutations respectueuses à ceux qui sont dans la galère d’un système qui s’effondre..


                    • Georges Kaplan Georges Kaplan 26 août 2011 16:23

                      « Une croissance infinie dans un monde fini est impossible »

                      Oh oui... sauf quand on a compris ce qu’était la croissance auquel cas, c’est tout à fait possible. Mais bon... contentons nous de jolies phrases qui sonnent bien n’est-ce-pas ?

                    • Jean-paul 26 août 2011 19:49

                      Apres le RMI ,RSA , Patdu aura le minimum vieillesse a 67 ans .
                      Elle est pas belle la vie ?


                      • foufouille foufouille 26 août 2011 20:13

                        et tu bosseras jusqu’a ta mort en zunie
                        maddoff etant partie avec la caisse


                      • Jean-paul 26 août 2011 22:48

                        Avec les heures qu’il doit passer a ecrire son article mensuel ,il a l’impression de travailler a Pole Emploi et etre paye 460 euros par mois pour - de 35h .
                        Elle est pas belle la vie ?


                        • patdu49 patdu49 27 août 2011 09:16

                          si je compte mon temps passé, en utilité sociale, pour la collectivité, je peux te garantir, que je suis effectivement pas cher payé, en considérant mon alloc de survie, comme un salaire.

                          plusieurs heures par jour, dimanche et jours fériés compris.

                          de part mes activités, entres autres :

                          - je fais faire des économies à la collectivité, exemple quand j’informe des personnes sur leurs droits, etc, je leur évite souvent d’engorger inutilement, des organismes publics ( CAF, pôle emploi, assedic, sécurité sociale )

                          - je fais donc également faire des économies à certains usagers, en leur évitant, des déplacements inutiles, des coups de fils payants, des courriers inutiles, c’est d’autant + d’argent, qui servira à autre chose, dans l’economie du pays.

                          -et enfin, quand il peut m’arriver de « sauver » des personnes, de temps à autres, soit de grosses galères, soit d’envies suicidaires, soit de tomber en dépression, etc même si dans ces cas là, la notion d’argent est bien evidamment secondaire, ça fait quand même des économies aussi à la collectivité. en matière de cout de santé, de cout d’eventuelles délinquances, donc de couts de justice, d’incarcération, etc etc .. quand des personnes au bout du rouleau, commettent des actes irraisonnés ou dangereux, etc ..

                          -et quand modestement, j’arrive un temps soit peu, à apporter un autre son de cloche, que les médias conventionnels, sur tel ou tel sujet, j’estime aussi que ça a une certaine utilité.

                          bref pour conclure, je suis très décontracté.
                          cela dit même si j’en glandais pas une, je le serais tout autant, car je ne m’estimerais en rien responsable de tout ce qui peut merder dans mon pays, faut mieux encore etre inactif paisible, qu’un actif nuisible ..

                          et des actifs, nuisibles, y en a un sacré paquet dans la société.


                        • nilasse nilasse 27 août 2011 10:56

                          @ jean paul


                          votre réaction est pathétique. on vous parle de chiffres truqués,de pauvreté,en définitive de clochardisation d’une partie de la population et vous tentez la culpabilisation de l’auteur. franchement,c’est a vomir. je plusse ton article pat,après avoir donné près de 40 000 euros de charges en micro entreprise en 2 ans,maintenant que je suis handicapé,sans emploi et vivant dans 12m2,ils me font chiés et tentent,tout comme un jean paul,de me faire culpabiliser pour les 400 euros de rsa que je touche tous les mois. c’est un pur scandale. leur but n’est pas de refaire partir l’emploi ou de viser une quelconque amélioration des conditions de vie d’une partie de la population,mais bien de créer un chaos social organisé,de manière a ce que les gens n’aient pas l’idée de se regrouper pour agir. heureusement,l’histoire étant un cycle,cela ne durera pas eternellement.

                        • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 26 août 2011 23:48

                          Toujours excellent. Et grande popularité, c’est un signe. Si vous tapez les mots clés « chiffres chômage » sur Google les articles de « Pat du 49 » apparaissent en premiers résultats juste après ceux de l’INSEE. J’imagine la tête des créatures sarkosystes de la cellule de veille internet de l’Elysée.

                           smiley  smiley


                          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 27 août 2011 00:11

                            Bonsoir Tall.

                            Oui, lui, c’est le chef du flicage. Il a son bureau sous les combles de l’Elysée et fait ses rapports à Sarko en personne chaque semaine.


                          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 27 août 2011 00:15

                            Oups, erreur, désolé. Je pensais qu’il s’agissait de Nicolas Princen. J’ai confondu. C’est Princen qui a son bureau au Palais, pas l’autre.


                          • Tall 27 août 2011 00:24

                            lien instructif, merci ...


                          • patdu49 patdu49 27 août 2011 08:58

                            non si tu tapes juste « chiffres chômage » mes articles n’apparaissent pas DU TOUT.

                            seulement en 3eme page.
                            faut taper « vrais » avant pour qu’ils apparaissent les liens.

                            bref petit à petit, les gens sont informés quand même, car heureusement je ne suis pas seul à dénoncer la mascarade.
                            et quelquels médias « conventionnels » entrent petit à petit aussi, un peu + dans les détails, sous la pression de certains commentaires des internautes.


                          • Tall 27 août 2011 09:50

                            en belgique, ils maquillent aussi les chiffres du chômage


                          • Tall 27 août 2011 00:41

                            Mais de toute façon à côté de ceux-ci la veille française ne pèse pas lourd


                            • kitamissa kitamissa 27 août 2011 10:32

                              Pat du 49 ...


                              tu as 45 ans ,chômeur ..et certainement pour longtemps vu qu’Avox est parcouru par les chasseurs de têtes ( têtes de quoi ? on se le demande...) à la découverte éventuelle de nouveaux talents !

                              vu que c’est mal vu de glander depuis longtemps et que se vanter de gagner 460 € par mois ça le fait vraiment pas,je te suggère d’entrer en contact avec Madame Liliane Béttancour , avec un peu de culot,tu arrivera bien à entrer dans son intimité ( pas dans le sens littéral du mot elle a un Dildo en or de belle taille prévu à cet effet ...) non juste gagner sa confiance ....l’aider à monter les marches, l’accompagner dans le parc,écouter ce qu’elle radote ( pas besoin de changer ses couches Tena ,pas tout de suite en tout cas ) ..

                              la flatter ,lui sortir deux ou trois vannes qui la font se marrer,et puis à la fin de la journée,tu as droit à un chèque,comme elle a la tremblote, elle aligne les zéros !!

                              tu y vas deux ou trois fois,et là c’est le Jackpot ! mieux que l’allocation universelle que tu réclames sur les articles précédents ...

                              de plus comme c’est tout bénéf et pas déclaré ,tu peux mettre de côté toutes tes allocation ASS ,ce qui à la fin te fait un beau pactole !

                              • patdu49 patdu49 27 août 2011 12:43

                                j’ai un peu honte de le dire, et je suis admiratif des personnes qui s’occupent des personnes agées, mais perso, han la la la .. aucune patience, pour un peu qu’elles soient un peu dure de la feuille, et qu’il faille élever le ton, alors là même pu la peine ...

                                sinon avec les contrats aidés, et les domestiques des riches remboursés à 50% par les impots, le travail au black à de la concurrence ..


                              • Rémi Manso Manso 29 août 2011 10:31

                                Cessons de subventionner la natalité et nous aurons, à terme, beaucoup moins de chômeurs : le cas de l’Allemagne est à ce titre très probant.


                                • babadjinew babadjinew 1er septembre 2011 19:17

                                  En premier lieu, un grand merci de nous éclairer quant aux réalités d’un chaos que bien des personnes cherchent à minimiser. En termes d’utilité sociales, cela est bien plus efficient que bien des postes de haut rang qui jalonnent plus qu’inutilement nos institutions « démocratiques » Un petit clin d’œil aussi aux esclaves du pôle emploi. Si, si, sont juste 10% à être méchant la bas, les autres subissent tant bien que mal restructuration et assimilation à des auxiliaires fascisants. Mais, comme beaucoup d’entre nous ici, ils n’ont qu’un souhait joindre les deux bouts, ce, quel que soit le prix !

                                  Pourtant, cela me rend un peu triste de constater que depuis bien 35 années que ces chiffres existent, nous n’en sommes qu’a enfin commencer à percevoir qu’ils sont de la propagande pur et simple. En gros, si l’on reprend ces mêmes chiffres sur cette période de 35 ans, le constat est accablant pour tous les gouvernants et gouvernements. La courbe du chômage, de l’exclusion, de la misère ne cesse de progresser alors que les richesses produites dans ce même laps de temps n’auront cessé de progresser ! Coluche dans sa tombe doit se retourner, lui qui a l’orée des années 90 créait les restos du cœur et était l’un des moteurs du RMI qui en ces temps concernait 100 000 personnes.

                                  Bref, ceci pour dire que s’il est important d’avoir une approche d’une certaine forme de vérité, cela ne change en rien la donne actuelle. Cela ne change en rien l’hypocrisie dont sait faire preuve la gauche et la droite sur ce sujet. En gros juste un chiffre de plus qui en temps d’élection se doit de ce paré de beau attrait avant de s’en retourner dans l’oubli ou le fatalisme pour 4 ½ années.

                                  Quand l’on peut constater un échec patent sur une période aussi longue, il est peut-être temps de remettre en question ou de remettre à plat les fondements même de ce que le chômage signifie ou signifiait. En gros, et pour la réflexion inverser, remettre à plat la question du sens et de l’utilité du travail. Celui-ci (Le travail) ce doit-il d’être encore et toujours le pivot de base de nos valeurs sociales ou sociétales ?

                                  Alors quitte à mettre les pieds dans le plat, quitte à en prendre plein les dents, autant s’y rendre franco. Car honnêtement, ras le bol de croiser partout, des personnes sur les genoux ou à terre pour cause de sentiments d’inutilités, d’exclusions, de non appartenance à quoi que ce soit. Encore plus ras le bol par ailleurs de rencontrer les biens pensants qui en rajoutent des couches par tonnes avec leurs propos infectes du genre qui veut du taf en trouve, tous des fainéants, tous des parasites etc, etc…. Soyons clair, la véritable souffrance de l’exclusion, du chômage, de la misère est bien plus psychologique que matériel en tous les cas sous l’hexagone ! Ces propos souvent diffamatoires de la part des bien-pensants sont de véritables missiles de destructions massives pour malheureusement plus de 90% des sans-emplois, qui n’arrivent pas à comprendre qu’ils ne sont que la garantie de l’opulence d’une minorité, et le moyen de pression par excellence sur un troupeau lobotomisé !

                                  Pourtant pour peu que l’on arrive à s’arracher du carcan du bien comme il faut le non travail est en soit une véritable chance voir aubaine. Certes, il faut oublier la BM, le LCD de 500 pouce en 1080p/i, le dernier Iphone, et alors ? En ce bas monde même si trop de personnes l’on aujourd’hui oubliées, le temps, pour soi, pour sa famille pour les autres est notre seule et véritable richesse, notre seul et véritable moyen de grandir, d’apprendre d’évoluer. Le temps de lire, le temps de comprendre quand et comment nous en sommes arrivés à notre mode de vie actuel, le temps de voyager, et même pour les plus téméraire le temps d’affronter son ennemi le plus terrible : soi-même !

                                  Il est d’ailleurs assez intéressant de constater que la courbe évolutive du non emploi dans l’ensemble des pays dit développés suit de près la courbe croissante du nombre de quidams sur les routes d’Asie, d’Amérique du Sud ou encore d’Afrique. Une forme de délocalisation à l’envers qui fera sans aucun doute bondir les biens pensants mais qui est aussi une des réalités de ces 20 dernières années. Un minima social sur les continents cités étant d’une tout autre dimension que ce même minima en état de déprime profonde en France. Avis aux amateurs, tant qu’à avoir tous le temps du monde autant en profiter. D’autant que le voyage permet de pas mal relativiser sa situation propre, mais également et surtout de comprendre les folies utopiques dans lesquelles nos politiques et économistes veulent absolument nous embarquer. Pour exemple un ingénieur en informatique débutant à Bangalore touche moins qu’un RSA en France. Alors les bien-pensants à 4000 euros/mois et plus feraient peut être bien d’en prendre conscience.

                                  Et que nenni il ne s’agit pas de f aire comme nos requins des finances ou des industries, c’est-à-dire de venir profiter de mains d’œuvre pas chère de bénefs potentiels mirobolants, mais de simplement partager d’autres cultures, mais aussi de mettre en garde quant aux écueils et aux mensonges de notre mode de vie. Il n’est pas accessible à un si grand nombre de personnes, ceci est un fait avéré que pourtant peu de monde cherche à diffuser, alors que notre mode de vie est justement le fondement même du moteur psychologique des BRIC !

                                  Petit info vital au passage pour ceux qui ce chemin aimeraient suivre histoire d’avoir un peu de recul vis-à-vis des lobotomisés ne vous connectez jamais à un site social frenchi (pôle emploi, service sociaux et autres) ils sont tous dotés d’un cookies de localisation et c’est une radiation assuré. D’ailleurs si l’emploi est encore l’un de vos soucis, n’utiliser pas le net ou le mobile pour ce type de chose ces outils n’étant que sources de non remplacement de personnel, ou de non embauche. D’ailleurs quelqu’un aurait il les effectifs en personnels depuis 5ans au Pôle emploi ? Suivent-ils la même courbe ascendante que le nombre de demandeur d’emploi ??? J’en doute fort, mais bon je peux me tromper.

                                  N’allez pas croire non plus qu’il est plus glorieux d’aller informer l’ex tiers monde de nos loi global stupide tel l’interdiction de vendre ou d’échanger de vrais graines, de mettre en garde fasse aux banquiers qui la bas aussi cherchent à endenter le plus possible les ptits quidams, que de voyager dans nos maisons de retraites, nos écoles ou nos assos bien françaises. A chacun son espace d’utilité social à chacun selon son feeling propre de trouver un sens au temps de son existence. Force est de constater que bien souvent le monde des « exclus » des sans emploi, des marginaux est bien plus riches, bien plus humains, voir bien plus évolué que celui des drogués du taf qui estiment en rentrant le soir qu’ils ont accompli et réaliser leur vie. Rarement de remise en question, rarement de réflexion, juste TF1 pour meubler le peu de temps de cerveau dispo.

                                  Nous sommes en guerre, l’une des plus terribles que jamais nous ayons connus, et même si elle se nomme guerre économique, elle a déjà fait des millions de victimes. Mais ne nous méprenons pas, l’ennemi n’est ni dans le regard du sans emploi, ni dans les mains de l’esclave Chinois ou Philippins, ni même dans l’obscurantisme des lobotomisés mais simplement en chacun d’entre nous. Nous voulons tous toujours plus, et ce toujours plus est en train de nous ruiner ! C’est déjà bien triste, mais surtout il est en train de remettre gravement en question la survie même de nos propres enfants ! Et cela, est  inacceptable de la part d’un animal qui se prétend autre chose car il aurait inventé la philosophie, l’art, et la pensée. Alors à nos neurones et cherchons ensemble une utopie plus réaliste que celle qui nous est aujourd’hui imposer de manière fasciste !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès