Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Y a-t-il un avantage à entrer le premier sur un marché ?

Y a-t-il un avantage à entrer le premier sur un marché ?

Voilà une question qui paraît d’importance stratégique. Vaut-il mieux observer attentivement un pionnier frayer la voie et, si celle-ci s’avère prometteuse, investir massivement pour le joindre et le dépasser ou bien se lancer soi-même avec la conviction que l’avance prise se rattrape difficilement ?

Si vous êtes convaincu qu’il y a un first mover advantage, alors vous êtes d’accord avec… la plupart des entrepreneurs et des capitaux-risqueurs qui ont mordu la poussière au moment de l’éclatement de la bulle internet en 2000. À cette époque, cette expression agissait comme un sésame, et plus encore si vous la mélangiez avec des network effect et des winners take all en l’assaisonnant des exemples de Yahoo !, Amazon ou eBay.

Si vous êtes convaincu du contraire, et citez pour cela les exemples de Microsoft ou des firmes automobiles japonaises, n’annulez-vous pas toute entreprise nouvelle ?

En fait, quand on considère comme ces exemples sont à la fois probants et contradictoires, force est de se dire qu’à défaut de facteurs supplémentaires, il n’est pas possible de trancher la question.

Plusieurs recherches ont été conduites pour tâcher d’identifier ces facteurs. Selon une intéressante étude américaine, pour qu’un pionnier maintienne son avance après l’entrée d’un concurrent, il est nécessaire (mais pas suffisant) qu’il bénéficie au moins d’un des quatre avantages suivants : la possession d’une technologie propriétaire, le contrôle de ressources peu abondantes, les barrières à la sortie pour le client (switching cost) et l’effet de réseau (network effect). Si ces facteurs sont absents, la question demeure pendante. Ces résultats sont précieux, mais selon moi ne font pas assez la part aux personnes, à la culture d’entreprise, etc. Je vais y revenir.

Que faire alors ? En fait, il me semble qu’en tant qu’entrepreneur la question ne se pose en des termes aussi abstraits. Il s’agit d’abord d’un pari. J’ai une idée et j’y crois. J’ai réuni assez d’argent pour constituer une équipe, mener à bien le projet puis éprouver sa viabilité pendant un an : pourquoi ne pas y aller ?

Si le pari échoue, alors mes associés comme moi en serons quitte pour notre argent - et cet argent n’est pas notre chemise. En revanche, si le succès se présente, c’est là que la question revient, mais en des termes bien plus concrets et pressants : “Dans six mois, un acteur fortuné, renommé et puissant entre sur le marché avec une copie de ton service. Tu as six mois pour construire un avantage compétitif durable. Lequel ? Comment ?


On voit déjà que se faire connaître et avoir une large base d’utilisateurs est un minimum, et ne constitue en rien la réponse à la question.

Il me semble que la réponse à la première question doit naître de l’étude des forces des entrants potentiels et de celle de nos propres forces.

Dans le premier cas, il s’agit d’imaginer le type d’acteur qui pourrait survenir et de définir ses atouts. Il faut ensuite, comme un joueur d’échecs, prévoir des ripostes.

Dans le second, il y a bien sûr le brevet. Dans le cas de notre société, il y a des chances pour que nous puissions en déposer un aux États-Unis. Aussi cette protection est-elle incomplète.

Il y a également le verrouillage de l’utilisateur, soit par politique commerciale (abonnements annuels avantageux…) ou technique (format d’export spécifique…). Ces pratiques peuvent avoir leur utilité, mais sont d’abord tactiques et présentent des risques à l’heure de la data portability et de l’Open Source.

En somme, ces approches sont défensives, et les offensives me paraissent supérieures. Il y a d’abord la vision de l’entrepreneur. Cette vision permet de galvaniser les personnes, de concentrer les efforts et les ressources. Elle permet également de semer tôt pour récolter tôt.

Il y a ensuite le karma positif induit par l’attention portée aux utilisateurs, à leur satisfaction. C’est ce karma qui va nous permettre de gagner attachements, coopération et recommandations.

Enfin, il y a la connaissance de l’utilisateur. Pendant six mois, nous avons l’opportunité exclusive d’apprendre d’eux : c’est considérable ! Aussi la collecte et l’analyse des données utilisateurs est-elle primordiale. Assurément, le web analytics avec ses usability tests, ses enquêtes clients, l’analyse des messages utilisateurs, ses heat maps, etc. sera roi !


Mais que faire de ces atouts, et surtout de cette connaissance ? Innover bien entendu, innover avec pertinence. Comment ? Nous abordons à la seconde question. Trois choses sont indispensables : culture, organisation et talents.

Il faut instituer une culture de l’innovation, ce qui signifie favoriser liberté, connaissance, expérimentation, échange et compétition. Il faut également mettre en place des outils et des procédures pour canaliser et faciliter les initiatives. Quant aux talents, les détecter, les recruter et les stimuler, ce doit être une obsession du dirigeant. Voyez par exemple comment Google s’y prend !

Gardons toutefois à l’esprit que toute innovation ne procède pas de la connaissance client. Comme le dit Steve Jobs (BusinessWeek, 25 mai 1998) :

A lot of times, people don’t know what they want until you show it to them.

La connaissance de ses forces, l’observation et l’étude de ce qui se fait dans d’autres secteurs, fussent-ils apparemment éloignés, et la volonté d’imaginer l’avenir sont importants.

Entrer le premier sur le marché offre la primeur de la relation et de la connaissance clients. Cependant, pour que cet avantage résiste à l’entrée de concurrents, il ne suffit pas d’avoir conquis notoriété et utilisateurs, il ne faut pas se limiter à une approche défensive : il faut avoir institué une culture organisée de l’innovation au sein de laquelle les talents pourront apporter le maximum.

Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 10 octobre 2008 21:33

     Et bien, voilà un article qui n’attire pas la foule avoxienne ! "Faut-il être le premier sur un marché" n’est visiblement pas une question qui intéresse le lecteur d’Avox. Quelques pistes pour susciter l’intérêt : comment conserver son rang dans la file d’attente du chômage, en attendant un emploi protégé ; ou comment écarter un concurrent potentiel, une fois l’emploi protégé obtenu ; ou, comment faire financer les études de mes enfants par les pauvres, au nom de la gratuité pour tous. Voilà des questions qui ont bien plus de succès.


    • Dudule 10 octobre 2008 23:56

      Tu es vraiment bien sûr que tu n’auras jamais à te poser ce genre de questions ? Je vais être méchant, mais vraiment, sincèrement je ne te le souhaite pas. Pour être très claire, je ne souhaite vraiment pas que tu n’es jamais à te poser ce genre de questions, pour que tu ais vraiment ce que tu mérites.

      Et oui, tout à fait, cet article, par les temps qui courent, me semble très hors de propos.

      Et je suis bien sûr que tout un tas d’ex-winners (ton futur statut social, péripathe : ex-winner et néo-looser) pense comme moi.

      Au fait, ton pseudo reflète t-il quelque chose, de plus ou moins conscient ? Je veux dire, je connais l’éthymologie du mot, pas la peine de me faire la leçon, mais je me pose des questions : tu es vraiment près à faire n’importe quoi pour du fric ?


    • Philou017 Philou017 11 octobre 2008 09:41

      On l’emmerde, le marché.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès