Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Y a-t-il un économiste dans la salle ?

Y a-t-il un économiste dans la salle ?

C´est parce qu´il n´était pas très attentif aux débats et croyant avoir entendu « y a-t-il un communiste dans la salle ? » que le Che a levé le bras et s´est retrouvé en février 1963 ministre de l´industrie. Médecin de formation, il a donc naturellement échoué dans la transformation de l´appareil productif et l´industrialisation de l´économie cubaine. Situation compréhensible dans le tourment d´une révolution, il n’en va pas de même lors d´une transition démocratique issue des urnes. Et pourtant…. A moins qu´effectivement les élections de 2006 n´aient masqué une révolution sarkozyste.
Sur les douze ministres et secrétaires d´Etat chargés des questions d´économie, seul un, Jean Louis Borloo (1), a vraiment étudié l´économie, et encore, jusqu´en Licence. Tous les autres, en gros, sont sortis de l´IEP-Paris (Sciences Po) et quelques-uns de l´ENA ; pardon j´oubliais, Erick Woerth (2) qui a fait HEC (waow !) et le gestionnaire Martin Hirsch(3). Donc des juristes, un gestionnaire et un commercial pour traiter des questions économiques et sociales, voila peut être une des raisons pour laquelle le gouvernement ne s´est pas rendu compte de l´entrée de la France dans la crise, qui n´en sortira pas de si tôt. En octobre 2008, l´oracle Lagarde (4) affirmait avec force et conviction : « Je pense qu’on a le gros de la crise derrière nous  » ; pareil pour Woerth qui à la même date nous disait : « la France n’est pas en récession  ».
Vous me direz, Dominique Strauss-Kahn (5), directeur du FMI n´est pas mieux avec son : "Les pires nouvelles sont derrière nous" de Mai 2008. Enfin, il a été choisi par Sarkozy pour ce poste (….) conseillé par le désormais clownesque Alain Minc (6) pour qui la crise est « grotesquement psychologique  ».
Donc voilà ; on a une bande de bras cassés (31% du gouvernement) qui s´occupe de gérer la France, sans vraiment savoir ce dont ils sont en charge et de quoi ils doivent s´occuper. C´est une situation unique au monde. Nous avons, en effet, une ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, Christine Lagarde, bardée de son secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, Laurent Wauquiez (7) et un ministre du Travail, des Relations Sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville (ouf) le fiel Hortefeux (8). Soit 3 personnes chargées de la même chose. A moins qu´on m´explique la différence entre l´emploi et le travail… Ayant un peu étudié l´éco à la fac je crois me souvenir que c´est en gros la même chose. Sauf que chez les néo-classiques on parle de facteur Travail, alors que chez les keynésiens on parle de la variable Emploi, parce qu´il est théoriquement, selon Keynes, impossible de formaliser l´offre sur le marché du travail comme le font les néo-classiques. Autrement dit l´offre de travail des uns est égale à la demande d´emploi des autres. Oulala c´est compliqué tout ça !!!
Restent tous les autres, à commencer par Patrick Devedjan (9), ministre en charge de la mise en œuvre du Plan de Relance, qui, en bon juriste qu´il est, est incapable d´expliquer en quoi consiste ce Plan. La définition qu´il en donne a, du reste, de quoi laisser pantois : « un plan de relance continu qui s´adapte »... Son rôle, finalement, se résume à celui d´un épicier qui fait le compte des milliards alloués aux bénéficiaires privilégiés d´une ardoise chez le gouvernement. Mais pourquoi avoir deux épiciers ? Eh oui, on oublie trop facilement cette nouvelle fonction si chère à Sarkozy. Il y avait déjà un épicier en chef dans la place : Eric Woerth le ministre du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique (ouf). A moins que ce soit pour noyer le poisson….
Tout comme le fourvoyé Martin Hirsch, Haut Commissaire aux Solidarités Actives contre la Pauvreté et à la Jeunesse (ouf), qui refuse d´être considéré comme ministre ou secrétaire d´Etat. Quel révolutionnaire celui là ! En plus si on rajoute Valérie Letard (10), inconnue au bataillon, secrétaire d´Etat chargée de la Solidarité, là aussi, on se bouffe le nez. Quelle est la différence entre une secrétaire d´Etat chargée de la solidarité et un commissaire chargé des solidarités actives ? Et puis c´est quoi d´abord la solidarité ? La seule chose à retenir de tout cela c´est qu´il y a des pauvres en France, ce quart-monde qui meurt de froid chaque année sur les trottoirs.
Et que penser de la galerie de façade, qu´on voit et qui ne dit rien, à commencer par Luc Chatel (11) qui paraît-il n´est pas que porte parole du gouvernement ; il est aussi secrétaire d´Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation. Tout le monde sait que ce sont les industries qui consomment ! Et que dire des deux illustres inconnus, Hervé Novelli (12), secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme et des Services (ouf) et d´Anne-Marie Idrac (13), secrétaire d’Etat chargée (seulement) du Commerce extérieur ? Rien, tout simplement.
L´incapacité du gouvernement à faire face à la crise vient du fait même de ce saucissonnage des fonctions et des charges ministérielles. Plusieurs ministères à s´occuper du même problème sans qu´aucun ne connaisse vraiment les limites de sa juridiction. Pour des juristes ça la fout mal. Mais bon, ça fait rire les américains… Le recteur de Stanford University ne s´en est d´ailleurs pas privé lors de sa rencontre avec Valérie Pecresse et Nathalie Kosciusko-Morizet (14) (en retard), lui lançant un cinglant « nous n´avons pas cette sorte de ministre – de la Prospective et du Développement de l’Economie Numérique (ndlr) – peut être parce que nous n´en n´avons pas besoin ! »
Finalement c´est peut-être Rachida Dati qui nous a donné la réponse : le gouvernement s’occupe de ce qu’on lui donne à s’occuper... Il s’occupe de ce qu’on lui donne à s’occuper avec les gens qui peuvent porter ces affaires à s’occuper. Donc, les ministres en l’occurrence.
Situation parfaitement résumée par le cousin du bled de Jamel Debbouze : « tu s´occupes de rien, je s´occupe de tout  ».

(1) MBA Manchester, Licence philosophie, histoire, sciences économiques et de droit, Avocat au barreau de Paris.
(2) HEC, IEP-Paris.
(3) DEA de neurobiologie, maîtrise de biochimie Ecole Normale Supérieure, ENA.
(4) Diplômée ( ?) de la Holton Arms School à Bethesda (États-Unis), DESS de droit social, IEP-Paris, Avocate à la cour d’appel de Paris.
(5) Docteur en sciences économiques, professeur agrégé de sciences économiques.
(6) Ecole des Mines Paris, IEP-Paris, ENA.
(7) Ecole Normale, agrégé d’histoire, IEP-Paris, DEA de droit public, ENA.
(8) IEP-Paris, Maîtrise de droit public.
(9) Maîtrise de droit, IEP-Paris.
(10)DESS de Développement local et économie solidaire, assistante sociale.
(11)Maitrise de Gestion, DESS marketing.
(12)CAP micromécanique.
(13)ENA, IEP-Paris, Licence de droit.
(14)Polytechnique, Ecole nationale du génie rural, des eaux et des forêts.

Documents joints à cet article

Y a-t-il un économiste dans la salle ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 11 mai 2009 11:20

    Inutile d’aller chercher bien loin, il suffit de savoir que la France a léché les fions des néo-cons et successeurs (les mêmes sous un autre nom) pour avoir l’honneur d’obtenir un strapontin dans la grande salle de commande américaine, pour comprendre qu’il est redondant d’aller fouiner les CV des clowns en place, ce ne sont que les figures d’une seule et même puissance, qui ne sont là parce qu’ils ont su bien lécher aussi.


    • sadri slim cohen sadri slim cohen 11 mai 2009 18:14

      Cher John,
      En partie d´accord avec vous, en ce qui concerne la « lèche », mais peut-être sans aller si loin dans les relations internationales pour expliquer la composition du gouvernement. Je pense en effet que la nomination de tous ces ministres et secrétaires d´Etat résulte d´un long processus de brosse à reluire et d´un copinage certain. Ce ne sont plus les compétences qui font la fonction.
      Mon propos est ici de souligner l´incohérence des charges et fonctions ministérielles et surtout le double emploi répété au sein du gouvernement, qui fait qu´au finale personne n´est vraiment en charge d´un dossier. Les CV exposés servent uniquement à montrer qu´ils sont presque tous issus du même moule (Science Po) et ne sont pas les mieux préparés pour arbitrer des choix de politique économique et sociale capitaux en temps de crise.


    • Ungh Ungh 12 mai 2009 00:27

      @ Sadri slim cohen.

       Je pense que John Lloyds voulait plus parler, comme pour Mme Lagarde d’autre chose que le scolaire, comme par exemple les 7 années passées au dans un think tank aux côté de Zbigniew Brzezinski et Henri Kissinger. Après, on en pense ce que l’on en veut.


    • Forest Ent Forest Ent 11 mai 2009 11:55

      Hélas le problème est plus profond qu’une question de cursus scolaire, et malgré ce qui semble être un pladoyer pro domo, il ne semble pas que la corporation des « économistes » se soit avérée en général particulièrement clairvoyante.


      • sadri slim cohen sadri slim cohen 11 mai 2009 18:25

        Cher Forest,
        Je ne crois pas que les économistes soient corporatistes … bien au contraire. Néanmoins je vous invite a vous lire les chroniques et analyses de Paul Krugman et Nouriel Roubini pour ne citer qu´eux pour vous rendre compte que certains avaient effectivement prévu le coup…


      • herve33 11 mai 2009 13:54

        L’auteur souligne que le cursus scolaire du principaux membres du gouvernement Sarkozy n’est pas très reluisant , qu’ils n’appartiennent pas aux élites de Sciences PO ou de l’ENA .

        Mais cela n’est pas forcément un inconvénient , mais plutot un sacré avantage surtout pour etre élu

        Ils parlent de manière plus proche du Français moyen que les Enarques ou les grosses huiles bardées de diplomes .

        Et surtout c’est cela leur permet de faire une politique qui n’est pas formatée pas ces institutions de l’Etat . En temps de crise , où il faut des idées nouvelles , cela peut etre un sérieux avantage .

        Il est évident que les Socialistes , dont les principaux dirigeants sont presque tous issus de ces hautes institutions sont en totale déconfiture , les modèles qu’ils ont appris , de la globalisation néolibérale dont ils ont été les premiers acteurs , sont complètement hors circuit . Il suffit de voir l’incapacité du PS à se reformer pour comprendre .

        On peut rêver que Sarkozy change sous la pression de la crise mais ce qui est certain , c’est que ce ne sont pas les Enarques Socialistes qui changerons bien trop moulé dans le système .


        • pragma 11 mai 2009 14:16

          L’auteur feint de ne pas voir de différence entre un travail et un emploi.

          L’emploi, c’est l’inscription sur une liste de personnel, qui permet de recevoir à échéances régulières une rémunération, sous une forme ou sous une autre.
          En principe, la rémunération est la contrepartie d’une prestation de service, autrement dit d’un effort physique ou intellectuel, d’une présence active à un poste, et du respect de règles du jeu d’un groupe : une fonction effective et un travail.
          Mais le principe n’est pas généralisé, et on observe de plus en plus de personnes qui n’ont retenu que l’aspect rémunération, qui ne fournissent que peu ou pas de travail et qui considèrent qu’ils ont une rente à vie que la société se doit de leur délivrer, sans qu’ils prennent le moindre risque.

          Chacun aura des exemples...

          Le niveau d’études n’y est pour rien, d’ailleurs.
          Le système français veut que les diplômes acquis dans sa jeunesse soient déterminants pour la vie entière - dans le milieu public tout au moins -.
          Il est donc des gens qui ne f...rien, mais qui touchent peu, d’autres qui n’en f... pas davantage, et qui s’en mettent plein les poches.


          • sadri slim cohen sadri slim cohen 12 mai 2009 05:23

            Si j´ai bien compris votre propos la fonction d´Hortefeux serait donc de veiller à ce que chacun accomplisse effectivement sa tâche… venant du ministère de l´immigration etc, c´est logique.

            Plus sérieusement en Economie travail et emploi représentent la même chose sauf qu’idéologiquement ce sont deux concepts diamétralement opposés. Les associer dans deux ministères prouve l´ignorance flagrante de celui qui a formé ce gouvernement. De même pour Hirsch et Létard qui ont en charge la « Solidarité », peut être active pour l´un et passive pour l´autre.
            Quant à l´association industrie-consommation je m´interroge….


          • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 11 mai 2009 18:36

            Je le préférais sur la pochette de Rage against the machine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès