Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Yen Carry Trade : Quand les Hedge funds jouent avec le monde

Yen Carry Trade : Quand les Hedge funds jouent avec le monde

Le monde économique est complètement globalisé... les hedge funds toujours à la pointe de l’innovation financière ont su profiter de l’opportunité que présente cette mondialisation économique pour faire des bénéfices avec les devises... Faire de l’argent avec de l’argent, rien de plus simple, enfin avec le risque de perdre, ou plutôt de faire perdre à ses investisseurs beaucoup plus d’argent...

 Le processus est simple est basé sur la différence les taux d’intérêt entre les différents pays. L’application la plus connue et la plus prisée par les hedge funds en ce moment est le yen carry trade. Profitant des taux d’intérêt extrêmement bas au Japon, les hedge funds achètent énormément de yen. Ils rachètent ensuite des bonds dans d’autres monnaies dans d’autres pays (Brésil, Malaisie, Turquie) où les taux d’intérêt sont beaucoup plus élevés. Ce système, purement spéculatif, contribue fortement à la comparaison par de nombreux économiste, dont Kenneth Rogoff ancien économiste en chef du FMI, entre le boom des hedge funds et la bulle Internet.

 Ces économistes considèrent ce « yen carry trade » comme une faiblesse dans le système complexe mise en preuve par les hedge funds. En effet, ce système repose uniquement sur la différence entre les taux d’intérêt et de change entre les pays. Tant que le yen reste faible, le système tiendra. Mais si le yen remonte fortement, ce qui est fortement envisageable au vu de l’énorme excédent des comptes courants au Japon, le système implose. Et là, les risques sont très importants sur différents niveaux :

 - Un risque sur les économies nationales dans lesquels les fonds ont pris des bonds. Le fort reflux de liquidité nécessaire aux remboursements des emprunts japonais pourrait engendrer une crise monétaire dans ces pays. Pour mémoire, la crise qui a frappé l’Asie en 1997 est partie d’une crise monétaire en Thaïlande suite à la dévaluation du baht. Imaginons qu’à la suite d’une forte remontée du yen, des milliards de real investis par les hedge funds au Brésil repartent au Japon. La conversion de ces bonds pourrait engendrer une dévaluation de la monnaie brésilienne. On imagine facilement la crise qui pourrait s’en suivre au vu des relations entre le Brésil et certains de ces partenaires d’Amérique du sud, en particulier les producteurs de pétrole. Le prix du baril pourrait exploser et continuer à alimenter la crise économique.

 - Un risque sur les investisseurs des hedge funds. Les hedge funds achètent à crédit, des banques leur prêtent les milliards de dollars utiles à leurs montages financiers. Si le système implose, les banques perdraient leurs investissements ce qui par effet domino pourrait déstabiliser l’ensemble de l’économie et déstabilisant le système bancaire mondial.

 Cette nouvelle bulle spéculative attise les tensions au niveau des nations, entre principalement l’Allemagne d’un côté et les Etats-Unis et l’Angleterre d’autre part, preuve de l’interaction complète entre l’économie et les relations entre états. Mais aussi du poids, déjà important et croissant, des hedge funds dans cette économie où leur innovation financière, permettant de soutenir cette économie pour les uns, risque de faire imploser un système mondialisé et pourtant  vulnérable...

 
 Les économistes ont détecté l’appariation de signaux de crise possibles, peut-être certains gouvernements devraient y prêter une oreille attentive pour éviter une crise monétaire puis économique globale.

 

Source

http://www.investopedia.com/terms/c/currencycarrytrade.asp

http://www.lorient-lejour.com.lb/page.aspx?page=article&id=336132


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • (---.---.142.245) 15 mars 2007 12:33

    Bravo l’auteur ! Le simple et efficace !

    L’argent effectivement rapporte bien plus que le travail.

    Et puis,

    Un beau jour... Une nuit peut-être,

    Prés d’un lac, je m’étais endormi...

    Tout, le monde connaît la chanson !


    • SimonD (---.---.224.41) 16 mars 2007 21:01

      Merci pour tout ces commentaires...

      Le but de cet article n’est pas d’expliquer ce qu’est le yen carry tradr mais de comprendre les risques de son utilisation à grande echelle par les hedge funds. Si un investisseur privé peut perdre rapidement son capital,le même phénénomène à plus grande echelle peut déstabiliser des économies nationales et c’est bien plus grave...

      Bonne soirée


    • Forest Ent Forest Ent 15 mars 2007 12:33

      L’humilité est une vertu cardinale que j’apprécie beaucoup chez les autres et ... n’ai malheureusement que fort peu. Je suis fier que agoravox ait prévenu ses lecteurs en temps utile du fait qu’il était plus que temps de sortir de la bourse avant la crise immobilière US :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=20247

      Je ne m’étais par contre pas prononcé sur le risque systémique et la possibilité d’un krach majeur. Je suis tout à fait d’accord avec l’auteur : même si je ne sais pas l’évaluer, le risque systémique existe.

      A mon avis, le boom des hedge funds en 2006 répondait à trois motivations.

      La première est celle décrite par l’auteur : le besoin de recycler un excès de liquidité provenant d’une prise de risque un peu excessive sur les marchés asiatiques.

      La seconde est le fait que les hedge funds restent le mailleur moyen pour l’investisseur d’échapper à la loi Sarbanes-Oxley, et donc de masquer les effets de bulle. Cette raison est liée à la première.

      La troisième va me faire sans doute traiter de paranoiaque : je pense qu’il s’est agi aussi d’un moyen de recycler du dollar avant que celui-ci ne s’effondre : les invests des hedge funds ont été en bonne partie en Europe et en particulier en France et en Allemagne.


      • Internaute (---.---.129.190) 15 mars 2007 14:20

        Au sujet du « Carry trade » vous trouverez des informations un peu plus précises sur le site suivant.

        http://www.gold-eagle.com/editorials_05/dorsch031307.html

        J’ai toujours la même question. Le principe du Carry Trade est simple et trés rémunérateur (45,5% de bénef par an). Il n’est nullement besoin d’être un gourou de la finance pour comprendre comment cela marche. Malheureusement, quand je vais voir mon agence du Crédit Agricole pour qu’ils m’achètent des Yen à crédit et les replacent en bons du trésor en dollars aux USA, je m’aperçois que le « conseiller financier » sait à peine que le Japon existe. Cependant, le CA fait 50% de son chiffre à l’international.

        Qui tient les clefs de la porte d’entrée de cette corne d’abondance, de ce Loto gagnant-gagnant-gagnant-gagnant ?


        • wired (---.---.92.11) 15 mars 2007 14:36

          Trés intéressant...N’importe qui peut spéculer et se faire 50% d’intérêts par an ??? Mais à quoi celà sert de bosser ?


          • Internaute (---.---.74.93) 15 mars 2007 16:21

            Mais non justement, et c’était le point ironique de mon message. La mondialisation est à sens unique. Lorsqu’elle permet de vous mettre en concurrence avec un hindou à 20 euros par mois vous la subissez sans problèmes et les démagogues de tous bords sont là pour vous expliquer que c’est l’avenir. Lorsque vous voudriez en profiter pour faire du Carry Trade, comme par hazard il n’y a plus de mondialisation.


          • Guilhem (---.---.91.97) 15 mars 2007 14:40

            Au fait vous avez remarqué ça fait une dizaine de jours qu’on ne voit plus Jdch, y aurait il un lien ?

            Difficile de faire de la propagande pour le néolibéralisme quand le système part en cou****...

             smiley


            • Internaute (---.---.74.93) 15 mars 2007 16:26

              JDCH est devenu un produit dérivé sur le marché indiciel des valeurs flottantes smiley


            • (---.---.28.230) 15 mars 2007 16:47

              Petit correctif : les hedges fund empruntent du yen et achetent des dollars avec (et moi aussi smiley tout le monde peut faire ça) apres quoi ils pretent leur dollars. Donc en fait ils vendent du Yen et pas « achètent »


              • Guilhem (---.---.91.97) 15 mars 2007 17:13

                Par ou vous passez pour emprunter du yen (aux taux japonais) ?

                Parce que moi j’ai essayé rien que d’acheter de l’or à ma banque, ils m’ont dit oui oui on vous rappelle puis rien...

                Du coup je suis allé chez un bijoutier que je connait qui m’a fourni l’adresse de son fournisseur (et celui de ma banque).

                Les banques à part vous escroquer pour juste utiliser votre argent et vous proposer des crédit elles ne servent à rien.

                Vous avez des solutions sur les net pour emprunter des yens ?


              • (---.---.28.230) 15 mars 2007 19:49

                il faut aller voir du cote des brokers forex (google). Attention c’est loin d’etre sans risque suivant le levier que vous utilisez. VOUS POUVEZ PERDRE TOUT VOTRE CAPITAL EN UN RIEN DE TEMPS


              • Forest Ent Forest Ent 15 mars 2007 19:31

                Une précision pour ceux qui s’étonnent du fait qu’il existe des placements très rentables et que les banques de détail ne les proposent pas : ce sont aussi des placements très risqués. Le rôle des banques de détail n’est pas de vendre des placements hyper-spéculatifs. Heureusement.

                Sauf délit d’initié, plus un placement est rentable, plus il est risqué. Les produits dérivés d’arbitrage sont très rentables et très risqués quand on utilise fortement leur effet de levier.

                Il est facile de comprendre ce qu’est l’effet de levier et pourquoi il est risqué. Supposons que vous pouviez jouer un euro, avec une chance sur deux de gagner ou perdre 5 centimes : ce n’est ni très rentable, ni très risqué. Supposons maintenant que vous n’ayez que 5 centimes. Vous pouvez emprunter 95 centimes pour parier, que vous rendrez après. Du coup, vous jouez à quitte ou double. Vous avez multiplié les gains potentiels et les risques. C’est cela, l’effet de levier, appellé habituellement en anglais « leverage ».

                Les produits dérivés sont au départ des produits d’assurance. Les vendeurs doivent pouvoir couvrir les « sinistres potentiels ». Mais contrairement aux banques et assurances, les hedge funds ne sont pas soumis à des ratios de solvabilité, c’est à dire à une limite de leverage.

                Vendre des assurances n’est pas risqué si tous les sinistres sont indépendants les uns des autres, car les risques s’annulent entre eux : aucune raison que toutes les voitures aient un accident le même jour. Pour la bourse, c’est différent, car il existe de noirs moments où tout va mal. C’est ce que l’on appelle le « risque systémique » : le jour où l’on perd sur tous les tableaux à la fois. Dans ce cas, un investisseur trop leveragé peut perdre beaucoup plus que ce qu’il a. Les assurés ne sont alors plus assurés et tout le système se casse la figure, sauf intervention des états.

                Un dicton boursier usuel dit « c’est quand la marée se retire que l’on voit qui n’a pas de maillot de bain ». La faillite emblématique de hedge fund trop leveragé a été celle de LTCM en 1998 après les crises successives asiatique, russe et brésilienne, au terme de 4 ans de profits spectaculaires.

                Y a t il un risque systémique aujourd’hui ? Clairement oui. Est-il important ? Je n’en ai pas la moindre idée. Si un lecteur a des données là-dessus, ça m’intéresserait bien.


                • Forest Ent Forest Ent 16 mars 2007 00:15

                  C’est vrai. Mais il y a sans doute des facteurs qui augmentent cette probabilité. A mon avis, l’invest massif de hedge funds en 2006 est par exemple un facteur de risques dans la mesure où ils n’ont aucune obligation de publication ni de couverture. En gros, tout ce qui favorise les bulles globales.


                • Guilhem (---.---.91.97) 16 mars 2007 08:37

                  J’ajouterais que actuellement il y a une montagne de liquidité comme jamais.


                • Forest Ent Forest Ent 16 mars 2007 11:21

                  « L’ancien président de la Réserve fédérale américaine refait parler de lui en pleine crise des »subprimes" aux Etats-Unis, ces emprunts à hauts risques qui ont enregistré des taux de défaut de paiements historiques, faisant craindre la diffusion d’un risque systémique au sein de la première économie mondiale et ayant provoqué de forts remous sur les places boursières du monde entier en début de semaine.

                  L’ancien président de la Réserve fédérale américaine, qui s’exprimait devant la Futures Industry Association à Boca Raton, a estimé que les problèmes induits par l’augmentation des défauts sur le segment du crédit immobilier à faible garantie risquaient de se propager à d’autres secteurs de l’économie"

                  http://fr.biz.yahoo.com/16032007/155/les-problemes-de-subprime-peuvent-se-propager-selon-greenspan.html


                • gem gem 15 mars 2007 23:40

                  Vous auriez pu décrire ça plus proprement et plus completement, quand même.

                  Je suis tombé il y a peu sur un truc génial sur internet, faudrais que je vous le retrouve : la caisse d’épargne (oui, oui, l’écureil !) qui propose du « carry trade » sur le franc suisse aux collectivité territoriales (mairies, conseil généraux, etc. ) :-0

                  En gros, il leur propose d’emprunter en franc suisse, de vendre le franc suisse pour de l’euro pour l’investissement, puis de rembourser en couvertissant progressivement leurs euros en francs suisses...

                  Du coup, le taux d’intérêt réel de l’emprunt à une bonne probabilité d’être significativement plus bas... tant que le franc suisse ne grimpe pas. Il peut même devenir négatif, si le franc suisse baisse !

                  Bon, évidememnt ils ne sont pas completement fous : pour sécuriser les collectivités, il ajoutent une assurance sous forme d’une option d’achat de francs suisse à un prix correspond au plafond supportable du franc suisse (vous suivez toujours ?), de sorte que si jamais il monte au delà de ça, l’impact est nul. Et, inversement, une option de vente de franc suisse à un prix plancher (vous êtes toujours là ?), de façon a se mettre dans la poche (la banque, pas la collectivité smiley ) une baisse éventuelle du franc suisse.

                  La finace, c’est vraiment génial, des fois smiley


                  • Forest Ent Forest Ent 16 mars 2007 00:18

                    C’est bien légal ce truc là ? Que les collectivités territoriales prennent un risque de taux, c’est normal. Mais je ne savais pas qu’elles avaient le droit de prendre d’elles-mêmes un risque de change. C’est quand même dingue la mondialisation ...


                  • armaggedon (---.---.237.85) 18 mars 2007 17:04

                    ok pour parler de la finance mondiale donc du dollard donc des euro petro et « asio » dollars ,donc des hedges funds et en ce moment du yen . C est le maillon faible. le yen monte a cause du debouclage du carry trade et non l inverse. ca deboucle pour colmater les breches sur le systeme bancaire us suite au krach immobilier.Shema classique d une grande crise financiere type 1929 sauf que cette fois le systeme n a plus de filet : la chine ne sera pas au monde ce que les us ont ete suite a la chute de la livre sterling et de l empire british.et c est une bonne nouvelle meme si l accouchement se fera en douleur.


                      • www.jean-brice.fr (---.---.173.115) 15 avril 2007 16:39

                        Cette pratique qui est la CONSEQUENCE du système actuel ne pourra être résorbée que par un retour à l’ETALON/OR... ainsi que l’institution des PRODUITS DERIVES, véritable CANCER de l’ECONOMIE. Bien sûr, les anglo-saxons ne veulent pas en entendre parler, car cela ferait disparaître leur IMPERIUM Mais on ne peut continuer à vivre sous ce système ou la planète sera à feu et à sang ! ce qu’elle commence à être ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

SimonD


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès