Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Zone Euro : Pourquoi le plan Junker/Macron échouera, et ce qu’il (...)

Zone Euro : Pourquoi le plan Junker/Macron échouera, et ce qu’il faudrait vraiment (enfin) faire

300 milliards ! Si elle était destinée à faire tout plein d’effet, la double annonce par Jean-Claude Junker et Emmanuel Macron, à quelques jours de distance, d’un plan d’investissement ou d’un « new deal » européen, sera une nouvelle manière de ne rien régler sur le fond. La solution est pourtant là, à portée de main. Et depuis des années. Explication.

A quelque chose, malheur est bon. Si elle n’engendrait pas d’innombrables malheurs individuels et collectifs, la crise économique et sociale qui n’arrête pas de ronger l’Europe – même l’Allemagne semble touchée à son tour – serait une excellente chose : car elle met les dirigeants européens sous pression.

Une pression qui devrait conduire ceux qui nous servent d’ubuesques chefs à réviser la constitution européenne, afin de mettre fin immédiatement à l’indépendance de la Banque Centrale Européenne (BCE), actuellement dirigée par un transfuge de Goldman Sachs, Mario Draghi. En effet, d’un point de vue républicain, rien ne justifie que la BCE échappe au(x) peuple(s), ni a fortiori qu’elle soit entre les mains de ses ennemis. La monnaie, instrument régalien par excellence, doit être soumise au pouvoir politique, lui-même émanation de la volonté populaire. Si tel n’est pas le cas, alors c’est le début de la tyrannie, pardon, de la technocratie. Laquelle n’est nullement légitime à détenir ce pouvoir exorbitant, puisqu’elle n’est pas représentante du peuple qui, lui, est source de toute souveraineté.

Ce sont là des évidences, du moins lorsqu’on est républicain et démocrate. De là à en conclure que ceux qui nous gouvernent, et qui sont partie prenante dans cette situation aberrante qui veut que la BCE soit indépendante, ne sont ni démocrates, ni républicain, il n’y a qu’un pas. Un pas que permet de franchir la façon dont a été voté par le congrès UMPS, sous la houlette de Sarkozy, le traité de Lisbonne en 2008, au mépris de la volonté populaire exprimée clairement par référendum en 2005. Faut-il vraiment s’étonner qu’un traité voté au mépris de la volonté populaire dépossède le peuple de la maîtrise d’un des principaux outils de sa souveraineté : la monnaie ?

A quelque chose, malheur est bon, disions-nous. La politique désastreuse de la BCE conduit l’Union Européenne au naufrage économique et social. Et en retour, à force de durer, la crise accroît chaque jour un peu plus ses désastres. Au point que les dirigeants européens, bien qu’ultralibéraux, finissent par se sentir acculés à envisager, enfin, une politique de relance. Jean-Claude Junker parle d’un plan de grands travaux financé à hauteur de 300 milliards d’euros. Et dans la foulée, l’ineffable Emmanuel Macron d’appeler de ses vœux un « new deal » (en anglais dans le texte, forcément) européen. Au passage, on apprend qu’il faut être très intelligent (puisque Macron l’est, nous a-t-on rabâché) pour être un perroquet.

Evidemment, je ne puis que concéder que le principe d’un plan de relance en est bon, puisqu’il conduit la Commission Européenne (CE) à se rapprocher des préconisations que j’ai exposées dans Rue89 puis dans AgoraVox depuis bientôt cinq ans.

Au demeurant, ce projet Junker/Macron est très insuffisant, et par conséquent mauvais. Il ne permettra, au mieux, que de limiter la casse, et non pas de relancer l’Europe dans une grande dynamique qui lui permette de résoudre non seulement ses difficultés économiques, mais aussi ses impasses sociales, idéologiques et civilisationnelles. Je reviendrai plus loin sur ces derniers points.

Que faudrait-il donc faire, pour qu’un plan de « relance » soit efficace ?

Je vais livrer ici la réponse que j’avais déjà livrée en 2010 et au cours des années suivantes (voir ici : 1, 2, 3), légèrement affinée, bien entendu. Elle tient en peu de mots.

Le Plan, en trois phases et deux théâtres d’opération

D’une part, il convient de tirer les milliards d’euros qui financeront le plan sans bons du trésor en échange. Il ne s’agit même pas d’imprimer l’équivalent en billets de banque. Il convient simplement de créer des lignes de crédits garanties par la BCE. L’injection de ces liquidités provoquera une hausse (ou plutôt une réapparition) de l’inflation : tant mieux, l’inflation est trop basse. Elle provoquera une dévaluation de l’euro : tant mieux, l’euro est trop haut.

D’autre part, les montants injectés doivent être bien supérieurs à ceux annoncés par Jean-Claude Junker. De l’ordre de 2000 à 3000 milliards d’euros au total au cours des vingt prochaines années, selon un calendrier qui aura vocation à être ajusté en fonction des événements. Car aucun économiste sérieux ne peut prétendre pouvoir anticiper de ce qu’il résultera de l’application des deux premières phases du plan.

Première phase (2014-2019). Création immédiate de lignes de crédit à hauteur de 500 milliards d’euros.

Une grosse moitié de la somme (350 milliards) devra être consacrée à une politique de grands travaux et de développement de la recherche.

Une deuxième partie (150 milliards) devra être consacrée au développement de l’Afrique avec des pays africains partenaires et volontaires, avec une triple priorité : l’éducation, la santé, les transports. On postule que ces trois postes étant satisfaits (alors qu’aujourd’hui ils sont très loin de l’être), le développement des pays partenaires, notamment du point de vue économique, en découlera.

Deuxième phase (2019-2024) : Création de lignes de crédit à hauteur de 500 milliards d’euros affectés selon les mêmes modalités. Cette somme devra, bien entendu, être ajustée en fonction de l’effet produit par la première phase du plan. Les affectations devront également être modulées en fonction de la situation (inflation, parité de l’euro, croissance, chômage, dette, etc.).

Troisième phase (2024-2034)  : Création de lignes de crédit à hauteur de 1000 à 2000 milliards d’euros, selon les mêmes principes qu’au cours des phases précédentes.

Mais cette dernière période (2024-2034) étant lointaine, et on me pardonnera donc de ne pas détailler...

En revanche, plus proches de nous, la première et la deuxième phases se solderont probablement par une forte chute du chômage. En effet, les grands travaux en Europe et, tout autant voire davantage, le développement de l’Afrique impliquera non seulement l’équipement de l’Afrique en bien divers dont l’Europe est productrice (elle qui dispose d’un appareil productif en état de sous-production permanent depuis de nombreuses années), mais encore l’envoi sur place de nombreux coopérants, notamment dans l’enseignement et la santé (de nombreux diplômés actuellement sous-employés pourraient ainsi trouver un emploi à la hauteur de leurs qualifications, et libérer les postes qu’ils occupent actuellement au détriment de moins diplomés). Les enseignants et les personnels de santé européens, en liaison avec leurs collègues africains enfin dignement rémunérés et bénéficiant de conditions de travail dignes, seront amenés à incarner une fraternité qui permettra d’en finir avec le complexe de culpabilité, d’ailleurs pleinement justifié actuellement, de l’Europe (de ses Etats, non de ses peuples qui en sont victimes) à l’égard de l’Afrique (de ses peuples, non de ses Etats, eux aussi responsables et complices du désastre). Beaucoup de rancœurs alors pourront s’apaiser, tandis que le développement économique et social permettra, au nord comme au sud de la Méditerranée et du Sahara, de faire reculer la misère, mais aussi l’obscurantisme politique, religieux ou superstitieux (étant bien entendu, sur ces derniers points, que l’argent et le développement social ne suffiront sans doute pas, mais ce serait l’objet d’un autre article). Au passage, on pourra espérer endiguer le tsunami de l’immigration de masse qui, dans le contexte social mais aussi idéologique actuel, menace de tourner à la catastrophe, au détriment de tous.

Soulignons : cette double imbrication, économique et humaine, de l’Europe et de l’Afrique dans le plan ici préconisé, est essentielle. Non seulement parce qu’elle répond à des impératifs politiques (au sens le plus large du terme) immédiats, mais aussi parce qu’elle s’inscrit dans un héritage historique jusqu’à aujourd’hui essentiellement masqué et dont les effets sont délétères, comme je l’ai expliqué en 2006 dans Histoire occultée de la décolonisation franco-africaine, Imposture, refoulements et névroses (L’Harmattan).

Hélas, la Commission européenne et ceux qui nous tiennent lieu de chefs ont-ils vraiment pour dessein de nous affranchir de nos obscurantismes et de nos misères de toute sorte ? Pour déposséder l’homme de sa faim insatiable de (vraie) démocratie et de (vraie) République, pour l’empêcher d’être un adversaire acharné et actif de tous les esclavages et de toutes les exploitations, n’est-il pas bon de l’affamer, d’en faire un « sans-dents », et en même temps de l’abrutir, d’en faire un « illettré », théoriquement incapable de se révolter efficacement contre le Maître ?

A défaut de ce grand plan euro-africain, espérons contre Tocqueville que la révolte viendra tout de même, « sans-dents » ou pas, « illettrés » ou pas. Avant qu’il ne soit trop tard…


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 octobre 2014 07:44

    Bonjour l’auteur,
    L’UE et l’euro n’ont jamais été mis en place pour les peuples, mais CONTRE les peuples.

    Tous les autres pays du monde sont des pays souverains, avec leur monnaie nationale, leurs lois, leurs frontières etc.


    Pourquoi 28 pays, qui ont tous des intérêts différents, se retrouvent ligotés ensemble, avec des Institutions hors de contrôle des peuples, des Commissaires européens non élus qui décident (article 121 du TFUE) des politiques économiques des Etats, et une zone euro avec une BCE totalement indépendante des citoyens ?
    Plus l’ OTAN, et ses guerres illégales, gâteau sur la cerise (article 42 du TFUE) ?

    Parce que c’est ainsi que les USA conçoivent une colonie à leur service pour sauver leur économie en chute libre et leur dollar en perdition.
    « Pourquoi l’ Europe est comme elle est ? »

    La zone euro, c’est encore pire !

    De l’aveu même de son inventeur, Robert Mundell :
    « Il ne s’agit pas du tout de faire de l’ Europe une puissante unité économique unifiée, mais de réaliser une révolution conservatrice Reagan- Tchatcher, en clair, envoyer les Etats providence aux égouts ! »

    Entretien de Robert Mundell au Journal The Guardian :
    « Les ravages sociaux de l’euro : une stratégie délibérée »


    Si vous voulez réaliser vos projets, il faut sortir de l’ UE, de l’euro et de l’ OTAN,( article 50)

    Pour que la France retrouve la souveraineté, la démocratie, les leviers de commande, et ensuite signer des accords de coopération, en particulier avec les pays francophones. Dont nous sommes bien plus proches que de la Lituanie ou des Chypriotes...
    C’est l’ UE qui nous sépare du reste du monde.


    « Programme de Libération Nationale » de l’ UPR.

    • christophe nicolas christophe nicolas 18 octobre 2014 19:19

      Oui c’est la mise en place de /www.smartgrids-cre.fr/index.php?p=supergrids">supergrids par mes ex-copains. La cupidité leur fait perdre la lucidité.

       
      Ce n’était pas idiot mais le problème du climat est relié au champ magnétique en nette décroissance depuis un siècle. L’ennemi est donc la ligne haute tension. Ces messieurs préparent un massacre pour nous sauver car car les 4 paramètres suivants sont reliés :
      • le champ magnétique nord/sud, 
       
      • le champ électrique de 100 V/m vertical entre la ionosphère et la surface de la terre
       
      • l’accélération engendrée par la rotation de la terre
       
      • la gravitation
       
      Les trois premiers paramètres forment une sorte de générateur homopolaire de Faraday. La gravitation est fortement liée car les orientations magnétiques jouent sur les densités d’interactions. Il existe aujourd’hui deux types d’expériences qui émergent, malheureusement étouffées par le système car cela remet en cause beaucoup de théories qu’on considèrent justes, à tort :
       
       
      • les expériences à »énergie libre« , notamment l’appareil d’Andréa Rossi qui produit des réactions nucléaires basse énergie, le rapport tierce partie de confirmation datant de 10 jours. Bien sur, il a des »couacs" dans les explications de l’énergie libre, c’est une affaire en cours qui bouleversera forcément la physique puisque la nucléosynthèse des éléments chimiques en début de Big-bang est déjà controversée.
       
      Un changement de l’équilibre gravito-magnétique aurait forcément de terribles conséquences.

      Prenons un cas tout bête, les lignes de champ plongent sur le Japon. La densité des particules cosmiques augmente au dessus du Japon et c’est le déluge d’eau, plus des tsunamis, des volcans, une variation du niveau des eaux, des orages solaires, etc... ce n’est qu’un exemple, ça pourrait être l’Europe, la Californie ou New-York...
       

      • christophe nicolas christophe nicolas 18 octobre 2014 19:26

        Le premier paragraphe est mal passé, le problème vient du projet desertec et des supergrids qu’il implique.


        • zygzornifle zygzornifle 20 octobre 2014 12:46

          Macron est un petit coq de droite qu’Hollande à fait rentrer dans son poulailler, peut être espère t’il qu’il fasse de l’ombre à son Valls devenu trop important à ses yeux ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès