Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > 21 août 2010 : le jour du dépassement

21 août 2010 : le jour du dépassement

Le 19 décembre 1987, pour la première fois de son histoire, l’humanité vivait au-dessus de ce que la terre pouvait lui offrir en un an. Selon l’ONG Global Footprint Network, le jour du dépassement (Earth Overshoot Day) aura lieu cette année le 21 août.

L’humanité aura consommé le 21 août 2010 les ressources que la nature peut produire en un an. Incroyable non ?

JPEG - 41.3 ko

L’an passé, c’était le 25 septembre, la capacité de la biosphère à se régénérer et à absorber nos excès fout le camp de plus en plus tôt.

« Il aura fallu moins de neuf mois pour épuiser le budget écologique de l’année 2010. Si vous dépensez votre budget annuel en neuf mois, vous allez probablement être extrêmement inquiet : la situation n’est pas moins grave quand il s’agit de notre budget écologique  », précise le président de l’ONG, Mathis Wackernagel (Global Footprint Network). Pour inverser la tendance, il n’y a qu’une solution, « arriver à ce que la population mondiale commence à décroître. Les gens pensent que ce serait terrible, pour nous ce serait en fait un avantage économique. Mais c’est un choix. On n’en veut pas encore ».

Un patrimoine socio économique et environnemental qui se dégrade salement

Actuellement, notre planète surexploitée, avec une consommation d’énergie toujours plus grande, dans un contexte d’accroissement des dérèglements climatiques ne parvient plus à suivre le rythme effréné de consommation des ressources naturelles et la demande dépasserait de 40% la capacité de la Terre.

Il est plus que temps d’agir car la date d’épuisement des ressources annuelles naturelles de la Terre tombe de plus en plus tôt en raison de notre consommation qui ne cesse d’augmenter.

La course frénétique de mobilité des capitaux, des outils de travail, des marchandises et des personnes dans une guerre économique impitoyable, a pour effet de concentrer des fortunes démesurées, et une puissance financière, politique, médiatique, et technologique considérable entre les mains de quelques uns, tout en compromettant les capacités de survie d’une frange de plus en plus importante de la population mondiale laissée sur le quai de ce train de vie infernal, et cette guerre économique sans pitié.

Cette puissance concentrée a tous les moyens de manipulation tout autant des règles du jeu international, des politiques d’Etats, que des opinions publiques.

Elle entraine dans ce jeu pervers de croissance sans fin d’augmentation leur propre fortune, l’humanité toute entière en une voie sans issue de mobilité et de consommation croissance.

Croissance ou décroissance ?

gravedocteurCette croissance de consommation, est en réalité décroissance de la capacité de l’humanité à assurer globalement son propre bien-être, un déveppement socio économique et environnemental harmonieux et à transmettre aux générations futures un patrimoine socio économique et environnemental enrichi.

La prise de conscience de cette augmentation sans fin de l’agitation et de la boulimie humaine amène à changer tout autant nos modes de penser, nos modes de vie, nos modes de production, de locomotion, de consommation. Une recherche CROISSANTE de libération personnelle et collective de cette aliénation à la course de mobilité et de consommation sous toutes ces formes, vers une libération des puissances politico financières qui nous maintiennent dans cet enfermement suicidaire permettra le virage à 180% de l’orientation de notre économie, virage nécessaire à la survie de l’humanité.

L’espoir est entre nos mains ?

Plus de croissance dans les relations et la coopération humaine de proximité, plus de simplicité existentielle en harmonie avec notre environnement, plus d’énergie créative dans l’amitié, et la solidarité, et par voie de conséquence, sans avoir l’impression de nous priver, nos besoins en mobilité, en consommation, notre boulimie maladive d’énergie et de marchandises vont décroitre et nous vivrons tous bien mieux ensemble !

Concilier changement personnel de mode de vie et résistance politique collective

Cette volonté de coopération écocitoyenne grandissante s’affirme déjà dans les résistances citoyennes de plus en plus conséquentes (15 000 manifestants à Hendaye en janvier 2010) contre les projets pharaoniques de LGV (ligne à grande vitesse) destructeurs de l’environnement au seul profit des gros groupes financiers, industriels et BTP (Bouygues, Eiffage, Vinci, etc) ... et dans la sage décision du parlement vietnamien de refuser d’investir dans un projet LGV aberrant imposé par son gouvernement sous pression des lobbies étrangers.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • liberta 20 août 2010 10:53

    Il y a une autre dégradation de la nature qui s’opère par le biais de la géoingéniérie (chemtrails, etc...) et qui n’est relayé par aucun média national

    Il y a pourtant plusieurs plaintes de déposées : -une à la cour de la Haye , une autre à Bruxelles contre les chemtrails et jamais en France il n’y a de reconnaissance officielle de ce que tout un chacun peut vérifier dans le ciel

    La pollution au sol à travers ces chemtrails est faite de sels de baryum, d’aluminiums ,fluor, et bien d’autres métaux lourds

    L’association ASCEIPICA dont beaucoup sont producteurs bio s’inquiètent de ces phénomènes depuis 10 ans et il y a un fin de non recevoir des autorités qui sont pourtant censés nous protéger-------C’EST UNE HONTE !!!!!!---

    même son de cloche si vous demandez des explications à la DGAC (Direction Générale de l’aviation civile)

    L’Ingénieur agronome Caude Bourguignon a dénoncé dans une vidéo qui s’appelle « BABYLONE » l’empoisement de notre planète

    Il est temps de se fâcher et demander des comptes sur ce que les militaires nous déversent sur la tête et empoisonnent nos sols






    • rastapopulo rastapopulo 20 août 2010 11:59

      L’Ingénieur agronome Caude Bourguignon a dénoncé dans une vidéo qui s’appelle « BABYLONE » l’empoisement de notre planète

      Est ce que cette ingénieur se plaint spécifiquement des chemchems ?

       J’y crois pas à part les épandages archi-connus (d’argent je pense) pour provoquer la pluie. 


    • Cogno2 20 août 2010 16:12

      La pollution au sol à travers ces chemtrails est faite de sels de baryum, d’aluminiums ,fluor, et bien d’autres métaux lourds

      Alors la, sans quantifications, je ne me prononcerai pas la dessus, surtout par rapport aux emission des bagnoles et des industries.
      L’électronique est extrêmement polluante également, il y a plein de sources de pollutions graves autres que les trainées des avions.

      ps : le fluor n’est pas un métal mais un hallogène.


    • Traroth Traroth 20 août 2010 18:20

      @liberta :

      « Il y a une autre dégradation de la nature qui s’opère par le biais de la géoingéniérie (chemtrails, etc...) » : Vous avez des preuves ? Et ensuite, vous avez un mobile ? Et comment font ceux qui ont décidé de cette pollution volontaire pour y échapper ? Parce que j’imagine qu’à moins d’être complètement masos, ils doivent y échapper d’une manière ou d’une autre !

      Si vous ne devez répondre qu’à une seule de mes questions, répondez à la deuxième : Polluer volontairement la Terre avec des métaux lourds, POUR QUOI FAIRE ???


    • Micheton 20 août 2010 11:11

      Bonjour Coopain des bois,

      L’homme est une maladie que la terre a malheureusement contracté. A l’instar du cancer, il se multiplie chaque jour et gangraine un peu plus son environnement sans se préoccuper du lendemain. Même si nous en arrivions, comme dans « Ravage » de Barjavel, à un retour forcé aux sources, tant qu’une souche de cancer existe, elle recommencera inlassablement son travail de destruction ... pas très gai tout ça ...


      • Coopain des bois Coopain des bois 20 août 2010 12:11

        L’homme est par définition indéfini. Il a le sens qu’il se donne.

        Cela signifie, qu’il a la possibilité de se redéfinir et donc de modifier son comportement social et environnemental.

        De gré ou de force, l’homme sera obligé de changer de comportement ou sinon disparaitre.
        Il a les moyens de changer VOLONTAIREMENT, prendre à coeur ce nouveau challenge, par amour pour ses propres enfants, par exemple.

        Etre pessimiste ne sert à rien ! Se considérer soi même comme une cellule cancéreuse, autant se flinguer tout de suite !


      • Micheton 20 août 2010 14:07

        J’admire votre optimisme Coopain des bois ...


      • Cogno2 20 août 2010 16:07

        De gré ou de force, l’homme sera obligé de changer de comportement ou sinon disparaitre.
        Il a les moyens de changer VOLONTAIREMENT, prendre à coeur ce nouveau challenge, par amour pour ses propres enfants, par exemple.

        Ce sera forcément de force, la prise de conscience générale est impossible pour différentes raison.
        - Déjà, c’est tout le monde ou personne. Qu’un pays tente de faire cavalier seul dans ce sens, et il cours à la catastrophe économique, avec tout le bordel qui s’en suit.
        - L’humain est gérable individuellement, mais dans sa globalité, il faut bien reconnaitre qu’il n’y a aucun pilote, l’humanité avance en aveugle.
        - Les religions, souvenez vous du « multipliez vous, soumettez la Terre » ou une idée dans le genre. Aux USA, tout est fait selon la volonté de dieu, y compris donc le saccage à grande échelle. Sachant que la richesse économique est considérée la bas comme une récompense divine, il y a du boulot.
        - Il va falloir aussi contrer la mondialisation, l’économie et son fantasme de « croissance » infinie... et la, bon courage.

        En résumé, il va falloir combattre les erreurs de la nature que sont les rapaces à face humaine pour qui la vision s’arrête à leur compte en banque, c’est gens la doivent changer de mentalité, ou disparaitre, avec ou sans les autres, mais à terme, ils disparaitront.

        Honnêtement, je pense que cela va se traduire par des Guerres de plus en plus nombreuses pour capter les dernières ressources, ainsi que pour l’eau douce.
        Ca a déjà commencé, même si elles ne sont pas présentées comme ça bien sur.

        Une fois la surface pourries par les métaux lourds, les produits chimiques industriels, les retombées de toutes les armes qui seront utilisées, je plains les survivants.


      • Kerca 20 août 2010 16:36

        Merci !!! C’est vrai ! C’est l’arbre des possibles !


      • Traroth Traroth 20 août 2010 18:34

        @Micheton :

        « L’homme est une maladie que la terre a malheureusement contracté » : Je suis désolé de vous le dire, mais vous n’avez rien compris à l’écologisme et à ses motivations. Autant balancer tout de suite un gros pavé dans la mare : la Nature n’est pas, je répète, N’EST PAS en danger. Ce n’est pas du tout l’enjeu. On peut bien exterminer les 3/4 des espèces, elle ne s’en portera pas plus mal. Elle a la patience de l’éternité. Elle reconstituera la biodiversité quand l’Homme aura disparu.

        Parce que c’est là que se situe l’enjeu : la capacité de la Nature à permettre la vie humaine ou au moins la civilisation.
        Les dérèglements que nous induisons par notre stress environnemental peuvent nous anéantir : épuisement des ressources naturelles, empoisonnement de l’air, des sols et de l’eau, diminution des surfaces cultivables par érosion, salinisation ou épuisement des sols, diminution de la biodiversité provoquant des chocs biologiques comme des épidémies ou des invasions de nuisibles, montée des eaux, destruction de la couche d’ozone provoquant un niveau d’UV insupportable, événements climatiques catastrophiques, et je ne parle même pas des « possibilités » des OGM et des nanotechnologies !

        Les motivations écologistes sont d’abord égoïstes. Il s’agit de notre propre survie, de notre intérêt bien compris, pour que la Nature ne nous détruise pas en un soubresaut que nous aurons nous-même induit. Ce n’est ni l’amour des animaux, ni la protection des paysages (même si ça n’empêche pas).


      • Traroth Traroth 20 août 2010 18:37

        Pour dire les choses plus simplement : il ne s’agit pas de protéger la Nature contre l’Homme, mais de protéger l’Homme contre la Nature et les effets que notre comportement a sur elle.


      • aberlainnard 20 août 2010 19:29


        Je vous rejoins malheureusement totalement dans votre analyse.

        Pour comprendre le concept de décroissance qui nous sera imposée dans les faits si elle n’est pas choisie et maîtrisée par nous autres humains, les lecteurs d’AGORAVOX peuvent consulter le site : http://www.manicore.com/index.html  mentionné par Manusan

        et voir aussi la vidéo qu’on trouve sur ce site et qui me semble donner des éléments essentiels pour se faire une opinion réaliste des enjeux de ces prochaines décennies http://storage02.brainsonic.com/customers2/entrecom/20080227_Spie/session_1 _fr_new/files/index.html

        (soyez patients ; le chargement du fichier est un peu long avant la vidéo)


      • Micheton 21 août 2010 12:01

        Merci Traroth de m’avoir corrigé,

        Effectivement ce n’est pas la terre qui a contracté la maladie de l’homme, c’est l’homme lui-même qui s’empoisonne. La nature, elle, reprendra ses droits malgré les piqûres de ce misérable insecte. Et dire que nous nous prenons pour le sommet de l’évolution ...

        (rassurez-vous je ne suis pas aussi triste à vivre que mon discours, mais au fond de moi, il est bien le reflet de ce que je pense...).


      • Anthropolis 20 décembre 2010 18:40

        A Micheton

         

        Bonjour !

         

        Nous avons eu plaisir à découvrir sur Agoravox votre définition de l’homme (« L’homme est une maladie … »), que nous mettons en lien sur notre site Anthropolis, l’Homme en question(s), www.anthropolis.org.

         

        Ce site francophone d’échanges et de réflexion collective fait appel

        à « l’intelligence collective » (ce qu’il y a d’intelligent en chacun de nous)

        et au questionnement tous azimuts des hommes ...

        sur eux-mêmes, sur la vie, sur la société, sur le monde et son avenir ...

         

        Nous pensons que cette exploration collective de l’humain et de son questionnement est susceptible de vous intéresser.

         

        Le lien vers votre définition se situe dans l’espace (bleu)

        QU’EST-CE QUE L’HOMME ?

        http://www.anthropolis.org/index.php?display=commentaires&questionId=918&sthemeId=498&themeId=497&sespaceId=50&espace=49

         

        Nous vous souhaitons bonne réception de ce message

         

        Bien cordialement,

        l’équipe d’Anthropolis

         

        Anthropolis l’Homme en question(s)

        www.anthropolis.org

         

         

        ************

         

        PS - Dans cette période d’ouverture du site, merci d’excuser (et de nous signaler) les erreurs et dysfonctionnements éventuels que vous pourriez constater.


      • paul mohad dhib 20 août 2010 11:11

        Salut....
        dernier mot avant de quitter avox....
        pour moi il est clair que cet humain, nous est un échec, un malade mental et fier de l’être...
        tout était la pour nous, vivre est le miracle, mais ca ne suffit pas a cet ego démoniaque...car il ne voit pas le miracle, lui qui n’est qu’un outil ou un moyen pour survivre...perdu entre le passe et le futur, il n’est pas vivant...et ne peut capter le « sel » de cette vie..c’est la que se situe le libre arbitre de l’humain, pas ailleurs.
        on croit que le libre arbitre est ce :oui je veux ou non je ne veux pas..pas du tout, ceci est une fonction cérébrale de survie, l’origine de tous nos problèmes , car il y a un seul problème : NOUS ! et notre fonction cérébrale, mentale, cet ego est un outil et sa capacité a imaginer le fait vivre dans l’imaginaire qui aboutit a des désastres alors que sa capacité a cet ego est telle celle de l’oiseau qui sait faire un nid, s’occuper des petits ,chercher de la nourriture.( plus étendue mais du même ordre)..ca non plus on ne voit pas...
        on a une vie de machine-outil, une machine ca écrase sans problèmes...
        cet humain ne trouvera pas la solution , il la cherche en dehors, alors que tout commence et finit dans le cerveau....
        a tort ou a raison je considère qu’il n’y aura pas de solutions globales, seuls des millions d’humains ayant d’abord dépassées ce stade de machine pourront peut être, être une base pour dépasser la violence ordinaire ..mais sans comprendre ce qui se passe en chacun..... ??
        la technologie fait rêver, attention le cauchemard arrive.....
        je salue plein de gens sympa rencontres ici......
        a un de ces jours
        amicalement votre !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès