Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > A Copenhague, la (petite) sirène d’alarme a été tirée...en (...)

A Copenhague, la (petite) sirène d’alarme a été tirée...en vain

Toutes les craintes soulevées avant ce nouveau sommet sont aujourd’hui fondées. Ceux qui espéraient des actes n’ont eu que de vagues promesses

Le 11 mai 1971, 2200 scientifiques de 23 pays criaient déjà dans le désert, nous mettant en garde « contre le danger sans précédent que fait courir à l’humanité la civilisation industrielle ».

René Dumont, premier candidat présidentiel écolo, avait lancé dès 1974 un cri d’alarme.

Il nous a quitté en 2001, et doit se retourner dans sa tombe, en découvrant les pitoyables soubresauts mondiaux de ceux qui prétendent sauver la planète.

A l’époque les messages écologiques faisaient sourire, et Dumont n’avait récolté qu’1,32% des voix. lien

Il demandait, il y a 40 ans : « quelle terre laisserons-nous à nos enfants » ?

Aujourd’hui, les sarcasmes ont fait place à l’inquiétude, et tout le monde, à part Claude Allègre, qui aime marquer sa différence, commence à redouter les conséquences du réchauffement planétaire. lien

Le GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution climatique) a élaboré un certain nombre de modèles afin de comprendre ce qui pourrait arriver si nous n’agissions pas tout de suite. lien

Une étude parue dans la revue «  Nature » en janvier 2004 estime que 15 à 37% de l’ensemble des espèces sont menacées d’extinction à cause de la modification de leur habitat naturel si la température s’élève de 1,8° à 2°, ce qui représente près d’un million d’espèces végétales et animales. lien

Une augmentation moyenne de 2 degrés est suffisante (lien) pour provoquer une montée des eaux jusqu’à 70 à 80 mètres s’il y a fonte totale des calottes glaciaires, et des glaciers.

L’OMM (organisation météorologique mondiale) s’inquiète : « le nombre de ces phénomènes n’a cessé de croître ces dernières années » évoquant la canicule, la pénurie d’eau douce, les tempêtes et inondations un peu partout dans le monde et les 562 tornades qui ont touché les Etats Unis.

A Copenhague, le débat portait sur 4 points :

Réduire les GES (gaz à effet de serre).

Mais limiter les GES au seul gaz carbonique est une erreur, puisque le méthane est 23 fois plus actif en qualité de GES que le gaz carbonique.

La taxe carbone (son prix espéré de 40 € /la tonne à chuté à 10 €) n’est pas de toute façon une réponse écologique acceptable : comment peut-on « acheter le droit de polluer » ?

La tonne de co2 était envisagée à 45 euros. lien et aujourd’hui elle voisine les 10 €.

Et même sur le seul carbone, les promesses de réductions sont plus que modestes.

Une diminution de 40% d’ici 2020 par rapport à 1990 était le minimum visé.

On le voit, on est très loin du compte.

Autre point évoqué : arrêter la déforestation.

Il faut savoir qu’elle entraîne la progression des GES de 20%.

Or, non seulement aucune décision de programmer cet arrêt n’a été prise, on a seulement évoqué la possibilité de mettre en place une autorité de surveillance, afin de contrôler cette déforestation.

Là aussi on est loin du compte.

Ensuite, il était question de permettre aux pays pauvres le remplacement des énergies fossiles polluantes par des énergies renouvelables et propres.

Pour cela une aide mondiale de 100 milliards annuels était le minimum.

Le résultat obtenu est pitoyable : 30 milliards !!

Et pour finir, il fallait surtout décider que le nucléaire n’était pas une réponse adaptée au réchauffement climatique.

Tout d’abord, il s’agit d’une énergie fossile, et ensuite, il produit du CO2. lien

Si l’on ajoute à cela l’impossibilité aujourd’hui de traiter le problème des millions de déchets produits (en France 2 millions de tonnes) et les retombées dramatiques d’un éventuel nouveau Tchernobyl, on comprend qu’il fallait à tout prix la bannir comme solution.

Copenhague est donc un échec.

110 pays ont promis, comme ces sportifs en panne d’imagination, « de faire mieux la prochaine fois », et de se revoir dans un an, à Mexico.

De toute façon, il aurait fallu réagir il y a 40 ans.

Sarkozy, vert de colère feinte, a tapé de ses petits poings sur la table, mais à défaut de faire tomber les murs à Berlin comme il a tenté de le faire croire, il essaye surtout de faire tomber les verts, dans le seul espoir de permettre à son parti, l’UMP, un score acceptable au prochain scrutin régional, en grappillant quelques voix aux écolos.

Car comme disait un vieil ami africain : « Le tronc d’arbre à beau séjourner longtemps dans l’eau, il ne deviendra jamais crocodile ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

101 réactions à cet article    


  • Deneb Deneb 19 décembre 2009 02:50

    vos proverbes africains se repetent un peu, achetez vous un nouveau bouquin


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 07:47

      oui, vous avez raison, depuis quelques temps j’ai l’impression d’avoir fait un bon tour de la question,
      je crois que je vais m’intéresser aux Chinois,
      car comme disait mon vieil ami chinois, « le fruit mur tombe de lui même »
       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 14:18

      Franck
      je suis pas sur qu’il faille mettre un s à vomi ?
      histoire de ne pas avoir a vomir deux fois ?
       smiley


    • Marc Viot Marc Viot 19 décembre 2009 14:58

      >car comme disait mon vieil ami chinois, « le fruit mur tombe de lui même »

      Tout à fait : pourquoi s’échiner à faire entendre raison à des cons ? Par définition, un con ne VEUT pas entendre : c’est d’ailleurs ce qui cause sa perte ! et il lui sera toujours plus facile de trouver mille arguments pour ne pas quitter le confort de sa position plutôt que d’admettre ses erreurs ...

      Depuis son apparition, la vie est une suite d’erreurs comprises, c’est d’ailleurs ce qui en a fait la pérennité. Faisons comme elle, tirons donc les leçons de Copenhage et laissons aux « cons », leurs certitudes confortables

      Sinon, un adage européen en réponse au votre chinois pour vous montrer que les « bonnes » observations ne connait pas de frontière : « La vérité ne triomphe pas toujours, mais les cons finissent par en crever ... »


    • Marc Viot Marc Viot 19 décembre 2009 16:28

      >..dans ce cas je ne suis pas moins armé qu’un autre !

      Génétiquement parlant, sans aucun doute

       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 16:49

      Marc Viot,
      je retiens aussi votre proverbe,
      on pourrait penser qu’il a été signé par le parolier des tontons flingueurs : le grand Michel Audiard qui disait :
      « les cons çà ose toujours, c’est d’ailleurs à çà qu’on les reconnait »,
      merci de votre commentaire.
       smiley


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 décembre 2009 06:36

      franck2012,
      c’est pas moi qui vais vous le reprocher, car il m’arrive plus qu’à mon tour d’en semer au gré des articles...


    • manusan 19 décembre 2009 05:08

      L’Asie aujourd’hui plus gros polluer que les US + UE refusent le minimum c’est à dire la transparence dans les contrôles de mesures.

      L’Inde et la Chine superpuissance en 2050 ?
      Sans eau potable ? inondé régulièrement par les typhons ? désertification galopante ? surpopulation à nourrir ?

      Ces empires finiront comme Xian et la vallée de l’Indus, au milieu d’un désert.


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 07:51

        bien sur Manusan,
        sauf que, nous ne sommes pas innocents dans tout ça,
        l’Europe et les États Unis ont délocalisé en masse leur production direction la Chine, pour profiter des salaires plus bas, donc augmenter leur marge, et du coup ont donné un sérieux coup d’accélération à l’économie chinoise,
        laquelle fait tourner à fond ses centrales à charbon, multiplient le nombre de véhicules, et relâchent du CO2 en bien plus grande quantité.
        il serait temps que nous nous intéressions à la décroissance,
        mais le système capitaliste n’est pas en mesure de l’accepter...


      • manusan 19 décembre 2009 08:53

        Qui est contre une production/consommation plus local aujourd’hui ? certainement pas les gouvernement US et l’UE. Les pays-usines, la Chine en tête, ont choisi le dumping salarial comme base de leur développement, qu’ils en assument les conséquences, les US et l’EU sont prêt à produire l’énergie de leurs usines plus proprement si elles reviennent. Durant cette conférence nous n’avons entendu parler que de la pollution générée par chaque américains ou australiens. C’est un raisonnement absurde, la pollution doit être calculé en fonction de l’espace vital du pays concerné, la planète ne change pas de taille en fonction de la population, ce qui signifie contrôle de la démographie. Par exemple, les canadiens et les russes devraient avoir le droit de plus polluer que les autres étant donné que leurs forêts aspirent le CO2, les pays à forte démographie doivent faire plus d’effort, d’ailleurs ils en seront les premières victimes étant donné leur situation géographique souvent au bord de l’océan et en région cyclonique.


      • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 09:04

        Manusan,
        c’est la logique même du capitalisme,
        produire le moins cher possible pour s’enrichir toujours plus,
        si vous faites un tour dans la hotte du père noel, vous constaterez que de l’ordinateur, au mobile, en passant par tous les jouets, les habits, une bonne partie provient de Chine.
        les entreprises qu’elles soient Européennes ou Américaines délocalisent à tour de bras,
        et moraliser le capitalisme revient à le faire disparaitre.
        je crois que c’est Marx qui disait çà.


      • andqui 19 décembre 2009 07:41

        Bien fait. Confondre CO2 et pollution est une imbécilité et il est clair que les responsables le savent.Il n’y a que les bobo écolos en veste de velour et moustache tombante pour croire à ces fadaises.
        La lutte contre la pollution est une activité rationnelle ; elle n’a pas besoin de se référer à l’idéologie quasi religieuse de l’écologie politique. Les progrès réalisés depuis 30 ans dans ce domaine sont évidents, ce qui ne veut pas dire qu’il faut s’arrêter, au contraire.
        Mais laissons le CO2 à sa place, car le considérer comme un polluant conduit à prendre de mauvaises décisions et à gaspiller les sous qui pourraient être utilisés pour de bonne raisons.
        Copenhague n’était que mauvaises raisons


        • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 07:54

          Andqui,
          il n’y a pas de confusion,
          il y a d’une part les GES (CO2 et surtout méthane) qui sont parmi les facteurs du réchauffement planétaire,
          et d’autre part la pollution :
          elle est multiple ; pesticides, tensio-actifs, pcb, electro-magnétique, nucléaire...etc
          les conséquences ne sont pas les mêmes :
          féminisation des espèces animales, donc a terme leur disparition,
          cancers, leucémies etc...
          il n’y a donc pas de confusion, n’est-ce pas ?
           smiley


        • spearit 19 décembre 2009 22:35

          @ Olivier C.
          « pesticides, tensio-actifs, pcb, electro-magnétique, nucléaire...etc »
          Pas de confusion, juste un canyon il est où le CO2 dans la liste ci dessus ??

          « CO2 28 moins actifs que le méthane comme GES »
          Le seul critère retenu contre les plus nombreux avantages du CO2 et vous avouez vous même qu’il un pitre élève comme GES, confusion quand tu nous tiens...

          Le CO2 est l’arbre qui cache la forêt et sur lequel on attire tous les regards et le jour où on se rendra compte qu’il faille lever les yeux, la forêt aura disparu...

          Confusion ??? aucune, une cagnotte grâce à la bourse au carbone et toujours les mêmes qui en profitent
          Tromperie et mensonge et toujours les mêmes qui détruisent la planète, si vous les chercher, ils étaient à Copenhage...


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 décembre 2009 06:26

          évidemment le CO2, je ne l’ai pas fait figurer, puisqu’il est déjà le centre des préoccupations,

          j’aurais pu ajouter l’ozone atmosphérique, et tant d’autres agents polluants,

          je vous confirme que le méthane qui s’échappe à gros bouillon de sous le pergélisol de l’arctique est 23 à 24 fois plus polluant en terme de GES que le CO2,

          alors oui, même si le CO2 est un facteur du réchauffement planétaire, il est aussi, comme vous l’écrivez, l’arbre qui cache la forêt.

          pour le méthane, ce qui est le plus idiot, c’est que si nous le récupérions, ce serait une source énergétique formidable, avec le double avantage qu’une fois brulé il ne dégage que très peu de pollution, et ralenti le réchauffement planétaire.


        • andqui 19 décembre 2009 08:31

          Il n’y a au contraire que confusion dans votre esprit, et peur aussi
          Le rôle du CO2 ne peut avoir que le statut d’hypothèse, sans plus, car rien n’est scientifiquement prouvé ; il ne suffit pas de dire que la majorité des scientifiques sont d’accord pour que cela constitue une preuve au sens scientifique. De plus, le prédictions de la pseudo théorie du réchauffement anthropique se sont révélées toutes fausses depuis 10 ans.
          Il y a des hypothèses alternatives tout aussi légitimes et solides
          Laissez l’apocalypse au vestiaire et optez plutôt pour la connaissance et la raison. Vous y trouverez la paix et relisez Bachelard et Popper


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 décembre 2009 06:29

            Anqui,
            j’ai peur que la confusion soit dans votre esprit,
            vous pouvez seul contre tous continuer à nier l’évidence, mais votre conviction ne reporte sur rien,
            les liens que vous avez proposé ne sont pas crédibles,
            et face à çà, vous avez des montagnes de rapports d’experts, de scientifiques qui disent tous la même chose : le réchauffement planétaire est bel et bien là, n’en déplaise à claude allègre... et à vous.
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 09:01

            andqui,
            faites vous partie de ceux qui décrètent :
            « j’ai raison et les autres sont des c...s » ?
            c’est la position de claude Allègre,
            celui ci s’est suffisamment couvert de ridicule, et je trouve étrange ou inconscient de suivre ses pas.

            je vous encourage a donner des arguments construits, car affirmer sans preuve me semble limité pour construire un débat.
            c’est ce que j’ai essayé de faire en proposant des liens, pour confirmer ce qui était écrit,
            j’en attend de même de votre part.
            sinon il ne peut y avoir débat.

            en attendant, le réchauffement est déjà là,
            vous avez certainement entendu parler des cheminées à méthane, et des milliers de tonnes de celui ci qui sont actuellement relâchées en Arctique ?
            on ne peut nier les évidences confirmées par toutes les expéditions scientifiques en Arctique.


            • andqui 19 décembre 2009 13:11

              Quelle confusion : je n’affirme rien, je dis qu’il y a plusieurs hypothèses dont aucune n’est confirmée au sens scientifique ; donc il y a débat ouvert. Au contraire, vous dites : « en attendant, le réchauffement est là » C’est vous qui affimez. Quelle est la validité d’une température globale de la terre ? Aucune.
              Votre position est idéologiqie voire religieuse, donc étrangère à la réalité qui ne se donne pas à voir facilement.
              En matière de liens, et pour vous initier à la matière scientifique, allez voir « pensee-unique.fr » et faites l’effort de lire les différentes rubriques sans parti pris


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 14:21

              Andqui,
              en matière de lien, il est facile de piocher dans ce que nous offrent les moteurs de recherche,
              vous ne faites pas cet effort,
              cliquez sur réchauffement climatique, et vous n’aurez pas d’annonces discordantes,
              a part vous et claude allègre,
              avouez que c’est un peu court.
               smiley


            • andqui 19 décembre 2009 15:22

              Vous êtes un doctrinaire opaque à la raison ; vous tomberez de haut. Je vous plains, sincerement.
              Ne me répondez pas, je ne viendrais plus sur vos articles.


            • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 16:54

              andqui,
              ce ne sera pas une grosse perte,
              vous avez un sens du débat plutôt limité,
              çà finira par vous jouer des tours,
              l’idéal pour vous, c’est de discuter avec un miroir,
              en espérant qu’il ne viendra pas vous contredire.
               smiley


            • JL JL 19 décembre 2009 09:13

              Se quitter sur un objectif de limiter de 2°C la température c’est comme dire qu’on va aller à l’île de Pâques sans utiliser ni cartes marine ni instruments de navigation !

              C’est ce qu’on appelle un vœu pieux : le contraire d’une résolution.


              • JL JL 19 décembre 2009 09:16

                J’ai fait un petit calcul ce matin que j’ai déjà posté sur un autre fil, et que je vous propose également à vous, Olivier

                le dégagement de CO2 par chacun des 6,5 milliards de terriens est de 1.8 tonnes, soit environ 12 milliards de tonnes de CO2 par an d’origine anthropique.

                Chaque m2 de la planète supporte un poids d’air de 10 tonnes. Compte tenu que le pourcentage de CO2 y est de 0.035%, cela fait 3500 tonnes de CO2 par km2 terrestre.

                La superficie de la Terre étant de 510 millions de km2, le rapport entre le CO2 existant et l’apport annuel anthropique est de 150.

                En 15 ans nous augmentons le CO2 fossile de 10%. Soit ! Mais il faut « raison garder », comme on dit : en effet, le pourcentage de vapeur d’eau dans l’air varie en dessous de 4%.

                De sorte que, 10% de CO2 en plus cela fait passer le rapport CO2 / vapeur d’eau, de 0.85% à 0.95%.

                Je ne crois pas que cela suffise à réchauffer significativement la planète mais en revanche, cela peut perturber le climat. Mais beaucoup moins que la pollution qui en déposant une pellicule noirâtre sur les glaces les fait fondre dramatiquement plus vite que ce qu’a prévu Dame nature.


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 09:37

                JL,
                c’est aussi mon avis,
                hier dans l’émission de canal +, le petit journal de yann Barthes a été très cruel, mais très lucide, envers sarkozy et sa colère feinte, son bla-bla...
                c’était un moment à ne pas rater.
                j’ai le sentiment que les chefs d’états n’avaient pas envie, dès le début de prendre des décisions contraignantes,
                çà fait un bout de temps qu’ils repoussent d’année en année les bonnes décisions,
                j’ai l’impression qu’ils ne les prendront que lorsqu’ils auront les « pieds dans l’eau »,
                c’est a dire bien trop tard.
                pourtant ne dit-on pas « gouverner, c’est prévoir ? »


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 09:43

                oui JL,
                je crois comme vous que les modèles ont été trop optimistes.
                la pellicule noire que vous évoquez, mais aussi, la glace en train de fondre aux deux pôles assombrissant la couleur du sol, et augmentant d’autant le réchauffement.
                je suis surpris de constater qu’un élément essentiel est rarement, ou pas du tout, évoqué.
                les 256 cheminées à méthane découvertes l’an dernier par plusieurs expéditions conjointes, Russes, Anglaises et d’autres.
                le méthane qui était piégé depuis des milliers d’années sous le pergélisol est en train de s’échapper à gros bouillons par milliers de mètres cubes.
                comme je l’ai évoqué dans l’article, le méthane est 23 à 24 fois plus dangereux que le CO2 comme gaz à effet de serre.
                je crois que les modèles sont à revoir,
                comme disait je ne sais plus qui :
                « l’optimiste, c’est celui qui n’a pas toutes les informations ».


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 16:56

                franck2012
                si vous intéressiez un peu à l’histoire, vous découvririez qu’il n’y a rien de nouveau,
                le problème, c’est que l’homme n’en retient pas les leçons.


              • spearit 19 décembre 2009 22:43

                Mais oui Franck2012, apprenez vos leçons et le méthane ne s’échappera plus, c’est simple non ??


              • stefano 19 décembre 2009 09:33
                La muse des climatosceptiques ? Un scientifique au service des industries polluantes
                Contre Info | Vendredi 18 Décembre 2009 à 14:01 | Lu 2358 fois

                Vincent Courtillot et Claude Allègre ont une référence majeure en commun, Fred Singer. Ce prétendu Prix Nobel et climatologue reconnu est surtout connu dans le milieu scientifique pour ses activités antérieures. Le Site Contre-Info a mené l’enquête.
                 
                Invité le 3 décembre sur le plateau de « Ce soir ou jamais » par Frédéric Taddeï pour représenter les climato-sceptiques qui doutent de la responsabilité des émissions de CO2 dues à l’homme dans le changement climatique, le géologue Vincent Courtillot a mentionné à l’appui de ses thèses Fred Singer, qu’il a présenté comme un scientifique sceptique, ayant participé à la rédaction du rapport du GIEC, et qui à ce titre se serait vu décerner le Nobel de la Paix 2007, attribué à Al Gore et au GIEC. Quelques jours plus tard, lors d’un entretien publié par Paris Match, Claude Allègre le cite également en référence et lui attribue le titre de « climatologue ».
                Problèmes. Fred Singer est depuis de nombreuses années l’une des figures centrales des réseaux lobbyistes au service des industries polluantes, et sa participation aux travaux du GIEC, on ne peut plus anecdotique, ne lui permet décemment pas de se prévaloir de la récompense attribuée par l’Académie Nobel.

                Les informations que nous avons réunies montrent que Fred Singer a joué un rôle constant dans les campagnes de désinformations financées par les cigarettiers américains pour retarder l’adoption de lois anti-tabac, en remettant en causes les résultats des études médicales établissant un lien entre tabagisme passif et cancer.
                Le «  Science and Environnement Policy Project  » (SEPP), qu’il dirige, s’est également mobilisé dans les années 1990 pour nier la dangerosité de l’amiante, des pesticides, ou la réalité du trou de la couche d’ozone, et le SEPP a été partie prenante de l’élaboration d’un plan d’action contre le Protocole de Kyoto organisé et financé par l’industrie pétrolière.

                Quant au prix Nobel dont Singer pourrait se prévaloir selon Courtillot, rien ne lui permet de s’en réclamer.
                Fred Singer n’a aucunement été impliqué dans l’élaboration du rapport 2007 du GIEC, ni en tant qu’auteur, ni en tant que membre des comités de lecture. Il n’a en réalité jamais participé en qualité de scientifique aux travaux du GIEC. Sa seule apparition dans les archives des rapports d’évaluations de l’organisation mentionne une participation au titre d’ « ONG », dans une liste dont la quasi-totalité des membres sont des entreprises, et où les secteurs du pétrole, du gaz, et du charbon sont largement représentés.
                M.  Courtillot affirme vouloir « démêler » ce qui relève de la science et d’autres motivations moins désintéressées. Louable préoccupation.

                Mais on ne peut que s’interroger sur la validité de ses critères - ou de ses motifs - lorsqu’il utilise comme premier argument en sa faveur le nom d’un professionnel du lobbyisme. Et la même question se pose concernant Claude Allègre, son collègue de l’Institut de Physique du Globe de Paris, qui cite lui aussi les travaux de Singer comme preuve du bien fondé de sa démarche. [2]

                Car les implications nombreuses et répétées de Fred Singer et des réseaux auxquels il participe dans des opérations de manipulation et de désinformation, visant à retarder ou empêcher l’adoption de réglementations environnementales, sont non seulement incontestables mais aussi largement connues de la communauté scientifique des climatologues, et de quiconque se penche sur ce sujet et ses controverses.
                MM. Courtillot et Allègre sont-ils à ce point mal informés pour n’en avoir jamais eu vent ?
                Si c’est le cas, leur peu d’empressement à vérifier la qualité des références qu’ils mettent en avant ne plaide pas en faveur de leur rigueur intellectuelle.

                Ce soir ou jamais, 3 décembre 2009, verbatim
                Vincent Courtillot : Je voudrais, puisque j’ai la chance d’être le « climato-sceptique » de service, minoritaire, et que l’on ne nous entend pas beaucoup... je voudrais faire passer trois mots et trois messages et trois idées.
                Le premier mot, c’est démêler, le second mot c’est incertitude, le troisième mot c’est consensus.
                Démêler pourquoi ? C’est très difficile dans les débats comme celui que nous allons avoir ce soir, de démêler le débat scientifique du débat politique ou citoyen. Les deux sont également nobles. Quand on passe trop vite de l’un à l’autre sans avoir eu le temps d’exposer les arguments, c’est très difficile d’aller plus loin, on verra si on peut le faire ce soir.
                Le second mot, c’est incertitude. (S’adressant au climatologue Jean Jouzel) Le prix Nobel de la Paix - pas de Science - qu’a eu Jean Jouzel avec des centaines d’autres scientifiques, dont des climato-sceptiques ....
                Frédéric Taddei : Et Al Gore...
                Vincent Courtillot  : Al Gore, mais aussi Fred Singer et quelques autres...
                Source : Ce soir ou jamais

                [1] 16/12/2009 : Mention de l’entretien de Claude Allègre
                [2] Claude Allègre : Entretien avec Paris Match
                 
                Dossier Singer
                •  Fred Singer, lobbyiste professionnel
                •  Fred Singer, « Prix Nobel » ?


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 09:48

                Nicoloco,
                je remercie Stéfano d’avoir répondu à ma place pour dire tout le mal que l’on pouvait penser des théories nauséabondes de Courtillod, et de claude Allègre.
                Allègre s’est déjà enferré dans un débat ou il s’était ridiculisé dans les colonnes du canard enchaine, montrant les limites de ses connaissances.
                il défendait une fois de plus l’indéfendable.
                a savoir qu’une boule de pétanque et une balle de tennis tombant de la même hauteur arrivaient exactement au même moment sur le sol.
                la plaisanterie a durée près d’un mois dans les colonnes du canard.
                il avait bêtement oublié que sa théorie ne fonctionnait que si le vide d’air avait été fait,
                mais pas dans la réalité.


              • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 09:57

                Stefano,
                merci d’avoir répondu à ma place,
                j’ai beaucoup apprécié votre contribution au débat, bien construite, avec des liens sérieux,
                encore merci.
                de plus la référence à l’émission de ThaddéÏ est bien venue,
                je suis en train de travailler un article, suite à la derniere émission (du 17 décembre) qui était passionnante,
                j’ai retenu cette phrase attribuée à Marx :
                « le capitalisme ne peut pas se moraliser, car s’il le faisait, il perdrait toute raison d’être »
                je crois que c’est jacques Marseille, le célèbre économiste qui l’a évoqué...
                désolé d’être un peu sorti du sujet, mais au fond, je n’en suis pas si éloigné.
                encore merci.


              • spearit 19 décembre 2009 22:50

                Une fois de plus , à court d’arguments on attaque les gens, on fait des amalgames par rapport aux sources et ça se prétend sérieux et scientifiques...
                Pathétique


              • Marc.M Marc.M 19 décembre 2009 09:42

                Comme toujours lorsque NSarkozy fait son numéro de grand fanfaron international, la montagne accouche ... d’une grossesse nerveuse

                Merci à Elie Domata pour l’expression.

                le roi Midas transformait tout ce qu’îl touchait en or.
                le roi Sarkozy transforme tout ce qu’il touche en fumier.


                • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 09:51

                  Marc M
                  bien vu.
                  « grossesse nerveuse » c’est tout a fait adapté.
                  l’optimisme béat de sarkozy, tant sur la crise, que sur la moralisation attendue (en vain) du capitalisme, ou sur le sauvetage de la planète, ne trompe plus personne depuis quelques temps.
                   smiley


                • JL JL 19 décembre 2009 10:26

                  Dans le même registre : là où passait Attila, l’herbe ne repoussait pas. Là où passe Sarkozy, les mots n’ont plus de sens.


                • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 10:42

                  JL,
                  bien vu pour Attila,
                  je profite de cet échange pour donner un lien,
                  le commentaire de josé Bové est tout à fait judicieux :
                  http://www.latribune-online.com/evenement/27001.html
                  à+


                • lesdiguières lesdiguières 19 décembre 2009 10:44

                  Monsieur olivier cabanel

                  Rien n’y fera, la destinée de l’homme est l’autodestruction, mais la Nature elle survivra ...

                  Voir cette petite nouvelle humoriste et prémonitoire (écrite en début d’année)

                  L’Apocalypse de Jean

                  http://sites.google.com/site/sflesdiguieres/home


                  • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 10:56

                    Lesdiguière,
                    merci pour cette magnifique fable,

                    j’avais écrit il y a quelques temps une histoire qui allait dans le même sens,
                    une nouvelle très courte,
                    je vous la résume de mémoire :

                    dans un tgv, un passager s’étonne ,au moment de monter dans le wagon,de voir le nom plutôt banal donné au train : « le progrès »
                    le train se met en route, et atteint assez vite la grande vitesse,
                    mais à la surprise du voyageur, il continue d’accélérer,
                    le compartiment se met à vibrer dangereusement, et la vitesse continue de monter,
                    les voyageurs s’affolent,
                    des enfants pleurent,
                    seul un homme, lit tranquillement son journal sans s’affoler...
                    le passager lui demande la raison de son calme :
                    « oh, comme vous avez pu le lire, ce train s’appelle le progrès, et comme vous le savez, on n’arrête pas le progrès »
                    ce fut les dernières paroles qu’il entendit.


                  • je passe 19 décembre 2009 11:21

                    A Cabanel,
                    Entre celui et son contraire avec des connotations politiques, si je vous répondais que je me fiche du réchauffement ou pas.
                    Bientôt, nous aurons droit au basculement de la terre par l’arctique ou l’antarctique avec le grain de sel des régions.

                    A Vilistia,
                    Je sais que tu consultes ce site et, la petite fille grandit mais le code d’accès de ton blog privé ne fonctionne pas. En alternative, tu prendras celui de Bernard. Je vois que tu es connue ici, je l’ai vérifié par idnavertance.
                    Toujours la même, sémillante.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 19 décembre 2009 14:01

                      Je passe,
                      basculement des pôles, bien sur, c’est possible
                      de nombreux scientifiques l’envisagent, d’autant que cela s’est produit par le passé, comme je l’ai relaté dans quelques articles,
                      avec liens, et références,
                      mais le réchauffement planétaire est autant préoccupant,
                      et je pense, à la lecture des informations connues qu’il sera bien plus rapide que prévu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès