Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > A Evry, les rénovateurs ont la dalle

A Evry, les rénovateurs ont la dalle

Depuis quand, les milieux intellectuels et universitaires : sociologues, architectes, urbanistes..se laissent-ils infiltrer au point de débiter dans leurs amphis des inepties aussi grosses que l’Arche de la Défense et ses tours improbables présentes à l’identique dans toutes les capitales de la mondialisation ?

Evry, architecture sur dalle ?

L’un de ses quartiers « d’avant la ville nouvelle », le Parc aux Lièvres, est peut-être une erreur que les tenants du concours international d’architecture et d’urbanisme (UCY, 1972) ont pris en compte dans la conception retenue pour Evry1 (quartier Dragon Pyramides) en le considérant comme un contre-exemple.

En effet, au Parc aux Lièvres, 2 fois 2 voies et des places de parking de part et d’autre et en central sur 150 à 200 mètres, sous une voûte de 10 mètres environ, sont situées sous un malheureux îlot sur dalle de quelques centaines d’habitations.


Le quartier d’Evry1, communément appelé les Pyramides n’a pas reproduit ce schéma.
Classé en fin d’année dernière « architecture remarquable du XXème siècle », le quartier bénéficie des fameux « gradins-jardins » créant des façades poétiques, végétalisées bien avant les utopies actuelles, offrant à ce quartier un habitat écologique et durable, aux avantages de maison individuelle dans de grands immeubles collectifs, en zone de très forte densité urbaine.
En effet, à l’aplomb de chaque appartement, accessible par ascenseur, se trouve l’emplacement dédié d’une place de parking dont les entrées et sorties sont situées à la périphérie extérieure du quartier.

Les façades aux couleurs étudiées (coloriste Lassus) disparaissent par pans entiers selon l’heure du jour ou les facéties météorologiques, laissant une sensation de respiration et de liberté au cœur d’immeubles de 12 étages.
 


A Paris : des places de parking obligatoires sous les immeubles nouvellement construits


Si la population est dense à Evry 1, les nappes de parking sont imposantes en sous-sol. Le traitement des problèmes que pose une telle densité doit être réfléchi et raisonné. Dirait-on que les parkings publics et privés à Paris, désormais réglementaires, sont une utopie et transforment la ville en architecture sur dalle ? Un traitement intelligent en surface permet aux piétons de prendre possession d’espaces jusque là occupés par les voitures et de bénéficier de grands espaces arborés.
 


 
A Evry, les espaces entre les immeubles étaient traités en pleine terre recouverte notamment de la sculpture monumentale du Dragon destinée autant que faire se peut, à rendre au piéton un espace paysager et de qualité (briques, chicanes, plantations en pleine terre…) remplacée par…une dalle de béton lors de la « rénovation » !

Seule la tête du Dragon a été restaurée il y a quelques mois. Celle-ci est pourtant déjà partiellement détériorée par une gestion calamiteuse d’un lieu de passage piéton hautement fréquenté, envahi par des camions de livraison qui devraient circuler, comme tous les véhicules, en périphérie et en sous-sol.



Une amélioration en forme d’ouverture sur un boulevard, aurait permis le développement harmonieux d’un espace considéré par les habitants comme le plus spectaculaire et le plus emprunté de la ville d’Evry et pourtant, actuellement le plus menacé.

Evry1 Dragon Pyramides : un quartier piéton


 
La seconde partie du quartier dispose pour quelques semaines encore, d’un passage souterrain de 2 fois 1 voie sur 20 mètres tout au plus, réservé aux transports en commun en site propre et dont la voûte ne dépasse pas les 5 mètres. Ces quelques mètres en souterrain assurent la tranquillité des quelques milliers d’habitants dont les fenêtre donnent en surface, la sécurité des déplacements des enfants du primaire et des collégiens et un espace potentiellement paysager jamais vraiment réfléchi, bordé de pleine terre sculptée et arborée. Les parkings privés sont sous les immeubles, comme partout ailleurs, attribués à l’aplomb de chaque appartement.


 
Il ne s’agit en rien de ce qu’on appelle une architecture sur dalle.

Lorsque ces voies seront à hauteur des rez-de-chaussée des immeubles alentours, il faudra imaginer une traversée piétonne pour les milliers d’écoliers et de collégiens.

Les riverains, pour la plupart en logements sociaux sont raisonnablement opposés à ce projet mais leur statut ne les porte pas à revendiquer. Ceux qui s’y sont essayé plus ou moins adroitement ont du quitter le quartier, d’autres ont subi des tentatives de déstabilisation calomnieuse.

Rénover ou détruire ?



L’un des bâtiments, « la caravelle », dont les occupants appréciaient particulièrement la qualité des appartements dits « traversant » (double exposition est et ouest) bénéficiaient des levants et couchants très spectaculaires à Evry situé sur un plateau, s’est retrouvé dans un contexte de copropriété inextricable, nécessitant sans pouvoir en gérer les difficultés, une rénovation de fond en comble.

Au lieu d’aider et de trouver des solutions pérennes à partir de l’existant, respectant l’aspect piéton de ces quelques dizaine de mètres au dessus du site propre des autobus, ce bâtiment de 20-25 ans est en cours de démolition.

Au pied de cet immeuble, la pleine terre sur laquelle repose entre autres une charmante petite école maternelle pédagogique, entièrement rénovée il y a peu, va disparaître au profit de 3 tours (une « hérésie » pour ce quartier de « gradins-jardins ») sous lesquelles il faudra bien prévoir plusieurs nappes de parkings…

Une rumeur sans fondements
 
Alors, de grâce, professeurs et enseignants, élus et fonctionnaires, et autres « perroquets » au plumage multicolore ou argenté, cessez de proclamer que Evry est une utopie car elle est conçue en architecture sur dalle !
 

Venez visiter, découvrir, aimer comme des milliers d’habitants ce quartier fantastique avant qu’il ne soit trop tard et que cette rumeur sans fondement ait totalement détruit leur réalité et leur imaginaire au travers des œuvres des artistes et fondateurs de la ville.
Vous souhaitez visiter le quartier ? Adressez-vous à ses habitants !


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • clostra 15 novembre 2010 14:00

    Allez Popu ! un petit effort ! (Evry on l’aime ou on la quitte ?) vous confondez tout !
    Il faudrait vous prendre par la main pour vous faire découvrir des choses insoupçonnées (même le kitch c’est au moins marrant, quoi !)
    Ce qu’il fallait, c’est « faire aimer » sa ville et non pas montrer qu’on n’aime pas en détruisant sans vraiment reconstruire...
    C’est vrai quoi ! qui songerait à dire que ces petits morceaux de bout de carrelage qui constituent le dragon de la Sagrada familia de Gaudi à Barcelone ne méritent qu’un coup de balai !


  • kemilein 15 novembre 2010 15:12

    en tous cas les photos (ce qu’on voit dessus) sont d’une laideur...
    c’est laid, mais laid.


  • clostra 15 novembre 2010 18:12

    C’est vrai Courcouronnes, c’est chouette, y’a jamais d’embrouilles


  • clostra 15 novembre 2010 18:15

    Donc vous n’aimez pas Evry et vous n’êtes pas le seul.

    Y a-t-il dans la salle un maire potentiel qui puisse aimer Evry ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès