Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > A la découverte du blaireau dans nos campagnes

A la découverte du blaireau dans nos campagnes

Avec un championnat international organisé à partir du 25 mai 2006 dans l’Allier, la chasse sous terre au blaireau fait couler beaucoup d’encre ! Mais l’on ne connaît scientifiquement que bien peu de choses sur cet animal nocturne tant les études sont rares... L’association Serre vivante, au travers d’une série de manifestations proposées fin 2005 et début 2006, s’était fixé comme ambition d’apporter au grand public une information aussi large que possible. Réalisée en collaboration avec Jura nature environnement, une exposition éditée par Serre vivante présente en neuf panneaux couleur (60cm x 80 cm) l’animal, son habitat, ses mœurs, sa reproduction, son régime alimentaire, l’état des connaissances, ses relations avec l’homme ... Monsieur Emmanuel Do Linh San, universitaire suisse, spécialiste du blaireau, invité à Dampierre dans le Jura (France) vendredi 6 janvier 2006 a par ailleurs apporté à l’occasion de sa conférence de précieuses informations. Les nombreuses précisions sur le cycle de reproduction de l’animal, ou sur ses pratiques alimentaires, sont venues par exemple décrire le fragile équilibre des populations en Europe, menacé par la pression de l’homme (routes et chasse).

Figure 1 - 7.5ko
Figure 1
Variation latitudinale du régime alimentaire en Europe

Le blaireau sur le plan alimentaire est un animal opportuniste : il ne s’agit pas d’un chasseur et les vers, campagnols et autres ravageurs dont il fait son festin semblent bien plus nuisibles à l’agriculteur que le blaireau lui-même. (Voir figures 1 et 2).

figure 2 - 5ko
figure 2
Variations saisonnières de la composition du repas du blaireau

On pourrait sans doute facilement le dissuader à moindre frais de se servir dans les maïs en lait par quelque répulsif ou barrière électrique... Leur période d’appétence est en effet très brève, et contrairement aux sangliers qui n’hésitent pas à faire de longs parcours pour contourner les obstacles, le blaireau ne force pas a priori le passage ! Concernant les éboulements provoqués par les terriers dans les champs, Denis-Richard Blackbourn, naturaliste qui connaît bien cet animal, s’interroge : il semblerait que l’on soit souvent en présence d’une “approche inversée”... Ne serait-ce pas bien souvent l’agriculteur, qui après avoir détruit les haies et bosquets, abritant des terriers, va rouler (avec du matériel de plus en plus lourd) sur des galeries, parfois fort anciennes ?

Une maternité très originale... Après l’accouplement, l’implantation de l’œuf fécondé est différée et son développement ne débute qu’au bout de 10 mois. La durée de gestation étant d’environ 2 mois, les naissances auront lieu au début de l’année suivante, en février-mars. Cependant des mises bas sont possibles plus tardivement. Le développement embryonnaire décalé (ovo-implantation différée) permet aux jeunes blaireaux nés au début du printemps d’aborder dans de meilleures conditions leur premier hiver. Le nombre moyen de blaireautins par portée varie selon les pays et les années. La moyenne européenne équivaut à 2, 43 jeunes par femelle. En moyenne, 30 % des jeunes âgés de plus de 8 semaines ne passent pas le cap de la 1re année.

Certaines études montrent que, dans des conditions normales (hors mortalité liée aux tirs, aux piégeages et au trafic routier) les blaireaux maintiennent des effectifs constants. Cette régulation des effectifs dépend de la densité d’animaux sur un même territoire. Le délai important entre la fécondation des blairelles et l’implantation des œufs permettrait cette limitation des naissances. Par exemple, en cas de diminution des ressources alimentaires, il y aurait une résorption des embryons chez les femelles fécondées pour réduire le nombre de jeunes.

figure 3 - 5.2ko
figure 3
natalité

D’ autre part, des relations hiérarchiques et de dominance interdiraient à des femelles de s’accoupler certaines années pour maintenir l’équilibre entre la population de blaireaux et le milieu. Pour conserver leurs effectifs ou aller se reproduire dans d’autres familles, les blaireaux se dispersent ; ces changements de territoire sont néanmoins assez rares.

figure 4 - 23.8ko
figure 4
Le cycle reproductif
On remarquera la grande différence entre le taux de natalité chez le blaireau (0,31) et chez le renard (0,65) : ceci explique que la reconstitution des populations de blaireaux soit bien plus lente alors qu’ont cessé les campagnes d’éradication pour cause de rage (figures 3 et 4).
figure 5 - 31ko
figure 5
Densité des populations de blaireaux en Europe

Pour ce qui concerne la densité des populations, il faut reconnaître qu’il existe de grandes différences entre les divers départements français. Mais l’étude de la situation à l’échelle européenne (carte figure 5) montre clairement, par exemple en Angleterre, où la densité est pourtant jusqu’à 40 fois supérieure à celle de la France, qu’une cohabitation entre l’homme et la faune sauvage est possible : l’espèce y est protégée.

figure 6 - 2.5ko
figure 6
Effectifs du blaireau en Europe
L’évaluation à 100 000 individus pour la France (figure 6) est peut-être approximative. En effet, il existe très peu d’études sur le sujet. Il faut être très prudent sur les comptages effectués par certaines fédérations de chasse qui multiplient allègrement le nombre de terriers par un nombre moyen estimé d’individus, ignorant par le fait qu’un même blaireau utilise un grand nombre de terriers différents sur son territoire, en ne les occupant jamais simultanément (voir figure 7)...

figure 7 - 10ko
figure 7
Caractéristiques des terriers
... quand l’ignorance ne les conduit pas à confondre terrier et gueules... Dans le Jura, on peut même dire que certains s’appuient sur des sondages d’opinion auprès des agriculteurs ou des chasseurs : "Pensez-vous que les populations augmentent ? Souhaiteriez-vous être indemnisé pour les dégâts ? "... C’est pourquoi toute autorisation préfectorale de destruction du blaireau devrait s’appuyer préalablement sur une étude de terrain rigoureuse, conduite de manière scientifique, plusieurs années durant !
figure 8 - 7.6ko
figure 8
Effectifs du blaireau en Suisse

Le tableau présenté figure 8 montre qu’après une très forte régression entre 1967 et 1985, il aura fallu près de 15 ans pour que les effectifs retrouvent un niveau équivalent. Il est pratiquement de même en France. A l’échelle d’une vie humaine, c’est long ! Et si l’on commence à revoir compère tesson, cela ne signifie pas forcement qu’il y en a trop !

Mais cohabiter avec la faune sauvage sous-entend peut-être quelques contraintes... Si l’on veut éviter les collisions avec les automobilistes par exemple, il faudra prévoir des aménagements spéciaux. En effet, s’il est une population qui croît de façon continue (et mal contrôlée ?) c’est bien celle des véhicules automobiles (et les kilomètres de bitume qui vont de pair !) même si je ne vous fournis pas ici les tableaux statistiques...

Pour conclure, le scientifique tire la sonnette d’alarme. La situation du blaireau est critique en Turquie et dans la plupart des pays balkaniques : il faut le protéger d’urgence (voir figure 9).

figure 9 - 8.6ko
figure 9
Statut du blaireau en Europe

Ailleurs en Europe, une gestion cohérente et efficace passe obligatoirement :

-> par une estimation fiable de l’état des populations

-> Recensement des terriers, tableaux de chasse, mortalité routière • Une chasse « éthique » et convenablement réglée ne doit pas menacer les populations animales exploitées

-> Bannir l’utilisation de poison, gaz et pièges divers

-> Surveiller le braconnage, interdire le déterrage

• Dans les régions où hommes et blaireaux sont en conflit

-> Trouver des solutions pragmatiques qui excluent l’élimination des animaux !

Pour compléter vos observations de terrain, je vous invite à la lecture de références scientifiques, par exemple la monographie consacrée au blaireau chez "eveil nature/belin" intitulé "le blaireau" ou bien le tout denier ouvrage du même Emmanuel Do Linh San chez Delachaux et Niestlé, Collection « Les sentiers du naturaliste », intitulé Le blaireau d’Eurasie (Prix eyrolles.com : 23,75 euros).

Les nombreuses réactions des uns et des autres, chargées d’une grande émotion, montrent combien il est nécessaire de travailler à faire connaître davantage au grand public cet animal nocturne, victime encore de nos jours de l’imagerie d’Epinal ...

Merci à vous tous de nous inviter à cette tâche !-------------------------
Pascal Blain,
Président de Serre vivante

Notre exposition est visible en ligne ! http://www.cpnbrabant.be/blaireaux.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.39/5   (77 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Daniel Milan (---.---.168.77) 18 mai 2006 13:08

    On ne manque pas de blaireaux ! Çà commence à nous raser... Enfin, à nous déplumer ! Mais pour ce qui est de la localisation des blaireaux et des chiffres, ils sont à revoir ! Cela dit. Merci pour ces recherches. Elles n’avaient pas encore été faites jusqu’à présent, il ne reste qu’à les affiner !


    • rm (---.---.141.33) 18 mai 2006 14:57

      N’importe quoi.


    • Karl (---.---.37.208) 18 mai 2006 22:30

      Bonjour,

      Je souhaite vous aider dans votre course aux blaireaux : vous en trouverez un spécimen hors du commun au 55 rue du faubourg Saint-Honoré 75 008 Paris.

      Cordialement.


    • Daniel Milan (---.---.168.77) 18 mai 2006 22:36

      Oui, mais l’auteur de l’article, ne nous parle pas des blaireaux des villes, mais ceux des champs !


    • B Warrior (---.---.233.2) 18 mai 2006 14:24

      Je ne vois pas l’intérêt de cet article ; il existe des quantités de sites intéressants sur les animaux, dont le blaireau, bien plus documentés que ça.

      A moins que ce ne soit que pour étaler sa science et montrer qu’on sait lire et faire du copier-coller smiley


      • Grégory (---.---.252.241) 18 mai 2006 14:49

        « il existe des quantités de sites intéressants sur les animaux, dont le blaireau, bien plus documentés que ça. »

        Certainement, mais l’avantage de publier un tel article sur AgoraVox, c’est que des lecteurs comme moi. Qui ne sont pas spécialement passionné par le blaireaux mais qui sont des lecteurs habituels d’AgoraVox. Découvre un sujet auquel on se seraient jamais intéressés si on nous avaient pas interpelés. En fait, je crois que c’est ça, faire de l’information.

        On peut toutefois regrétter le manque de lien vers ces sites documentés pour ceux qui veulent approfondir leurs cultures. Mais rien ne vous empèche de le faire dans un de vos commentaires.


      • (---.---.224.225) 18 mai 2006 15:29

        Très bel article pour ceux qui aiment vraiment les animaux en liberté et la nature....

        Merci à vous...

        Marc P


        • Alexandre Santos (---.---.183.195) 18 mai 2006 16:18

          Je pense qu’il serait utile d’avoir un peu plus de tolérance pour les articles proposés.

          Si un article ne m’intéresse pas, et bien je ne le lis pas, je ne prétend pas qu’il n’intéresse personne et qu’il n’a pas ça place sur Agoravox.

          Qu’est ce que j’en sais, et qu’est ce que j’y gagne, à part montrer que je prends mon cas pour une généralité ?

          Personnellement je trouve cet article intéressant et j’espère que d’autres du même acabit seront publiés.


          • Daniel Milan (---.---.168.77) 18 mai 2006 21:53

            Moi, je dis que tous les articles sont intéressants, d’autant qu’il y a toujours matière à les commenter !


          • rmk (---.---.174.124) 18 mai 2006 21:22

            L’usage du blaireau et du savon à barbe est ce qui est de plus économique, bien plus que les mousses ou gels à raser. Faites le calcul.

            Vive le blaireau.


            • Daniel Milan (---.---.168.77) 18 mai 2006 21:58

              Si on a découvert le blaireau dans nos campagnes, c’est une avancée écologique... Et dire que dans les villes, ils en sont encore au rasoir électrique !


            • Zam (---.---.52.196) 18 mai 2006 22:24

              Article passionnant.

              ça change ! Et ça fait du bien !

              Ce genre d’article manque , beaucoup, sur Agoravox. Tous ces français d’aujourd’hui son beaucoup trop nombriliste et égocentriques. Les blaireaux aussi ça fait parti du monde réel !

              Enfin un souffle de grand air ! au milieu de ces éternels remugles qui sentent le renfermés (et plus souvent qu’à son tour du renfermé de droite et de plus en plus propagandiste)


              • Jojo2 (---.---.200.232) 18 mai 2006 22:27

                Ca m’a beaucoup appris. Merci.


                • Léon IV (---.---.179.108) 18 mai 2006 22:53

                  D’après la carte l’Angleterre est le pays où il y a le plus de Blair ... eaux !


                  • Ener Atnac (---.---.106.61) 29 mai 2006 14:13

                    J’observe les blaireau de lorraine depuis prés de 25 ans, et je confirme que cet article est intéressant à plus d’un titre. Il peut apprendre beaucoup de choses à ceux qui ne connaissent pas cet animal difficile à observer autrement que mort sur le bord des routes (environ 15 à 25% de la population). Cependant j’en observe régulièrement de 15 à 30 minutes avant le couché du soleil à un terrier installé dans une ancienne carrière de gypse, orientée ouest et éclairée par le soleil couchant. Bon courage aux ignorants.

                    Ener


                    • marie laurence (---.---.153.76) 29 mai 2006 20:15

                      texte tres interessant .Sous ma maison, un blaireau vit dans des tunnels creusés pour le passage de l eau.( enceinte d’ un chateau)et j en suis ravie !!!!! contrairement a d’ autres.C est aussi un site protége LPO.


                      • Daniel Milan (---.---.168.10) 29 mai 2006 20:20

                        Chère Marie-Laurence, méfie-toi quand même du blaireau qui squatte ta cave. Je n’irai pas pas dormir chez toi... Rien qu’à savoir qu’il y a un blaireau dans ta cave !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès