Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > A propos de la faim dans le monde

A propos de la faim dans le monde

1 200 000 000...

Oui, vous avez bien lu : selon un rapport publié par les Nations unies, ce sont 1 milliard 200 millions d’êtres humains qui seront touchés par la faim dans les quinze prochaines années. Certains économistes évoquent même le chiffre vertigineux de 2 milliards de mourants potentiels. Un vrai cauchemar ! Une grave menace pour la paix du monde.

L’actuelle flambée des prix des produits alimentaires qui gagne le monde entier, et les émeutes qu’elle engendre dans les pays les plus pauvres (aujourd’hui une trentaine, demain ± 60 ?) ne sont que les prémices de cette crise qui nous menace tous. Crise d’une toute autre importance que nos petites cuisines politiques internes.

La faim dans le monde n’est pourtant pas un phénomène nouveau. Mais c’est bien la première fois qu’elle atteint de telles proportions. Plus grave : personne ne s’y attendait et n’a vu arriver la crise. On se croyait protégé plus ou moins par la mondialisation dont l’un des objectifs était de réduire les inégalités entre pays pauvres et ceux plus riches. Mais ce bouclier est aujourd’hui mis en échec : il y a eu depuis un an ±50 % d’augmentation des prix des matières premières, et notamment d’un certain nombre de nourriture de base qui, dans nombre de pays les plus pauvres, ont même atteint parfois des hausses de 90 %.

La malnutrition, il faut le savoir, n’est pas une situation passagère où il suffirait d’attendre quelque peu pour en effacer les effets : non, elle est un fléau qui laissera, notamment chez les enfants en bas âge, des traces qui se perpétueront leur vie entière. D’où l’urgence de s’en préoccuper.

Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Il y a au moins deux causes principales à ce drame :

a/ l’augmentation de la demande, notamment venant de l’Inde et de la Chine. Ce devrait être une bonne nouvelle en soi, surtout de la part de pays qui étaient, voici peu encore, considérés comme pauvres. En devenant moins pauvres, voilà qu’ils se sont mis à consommer davantage ;

b/ on a ensuite investi massivement dans les biocarburants, et là les écologistes portent une énorme part de responsabilité. Les biocarburants en provenance des cultures céréalières privent de façon croissante les populations de ressources alimentaires vitales.

L’agriculture mondiale n’est plus en capacité...

Aujourd’hui, l’agriculture mondiale n’est plus capable de faire vivre tous les habitants de la planète. Et le développement de l’hygiène et de la médecine ont accru cette crise en faisant croître la natalité et prolonger la durée de vie des populations.

C’est outrageant de devoir dire et écrire cela, mais c’est une réalité que nul ne peut ignorer aujourd’hui.

La population mondiale croît donc aujourd’hui plus vite que l’agriculture est en capacité de se développer et de produire.

Qu’on le veuille ou non, force est donc de constater que les écologistes - je suis obligé d’y revenir - ne sont pas à la hauteur des problèmes posés et leur responsabilité dans cette crise est énorme.

Les questions d’environnement sont choses trop sérieuses pour être laissées entre certaines mains irresponsables. Certains de nos "écolos" ne cessent de nous proposer des gadgets, ou des fausses solutions qui ne prennent pas les problèmes dans leur ensemble. Et les biocarburants se révèlent aujourd’hui une véritable catastrophe, non seulement sur le plan environnemental, mais en raison de la réduction de la capacité mondiale de nourrir l’humanité.

Autre responsabilité, qui découle aussi de cette désinformation insidieuse, les institutions internationales - comme la Banque mondiale, le FMI ou encore l’Europe - n’ont cessé de pousser dans le sens de la réduction de la production agricole. On se souvient encore des discours où l’on exposait que l’Europe était installée sur des montagnes de beurre et qu’on ne savait plus quoi faire des excédents.

Il faut saluer à ce propos l’attitude de la France - et de Jacques Chirac en particulier - qui, certes, pour d’autres raisons tout à fait égoïstes ou électorales, ont toujours été un frein face aux arguments de nos partenaires qui exigeaient avec force des réductions drastiques de notre production alimentaire.

Il va donc falloir faire une “marche arrière toute” par rapport à ces théories et relancer dans l’urgence notre production agricole. Et plus du tout pour faire essentiellement des biocarburants (qui, soit dit au passage, nécessitent aussi l’utilisation de produits pétroliers pour leur propre fabrication), mais pour produire surtout des aliments. Car c’est bien là qu’il y a urgence et priorité.

L’Europe doit changer de stratégie alimentaire

C’est bien un changement de stratégie du tout au tout que va devoir entreprendre l’Europe.

Ensuite, il faut observer aussi qu’on a jeté en France une sorte d’anathème sur les OGM. Or, c’est bien par la recherche, notamment sur cette filière, qu’on parviendra à améliorer sensiblement notre production alimentaire. Car il nous faut produire plus et mieux.

Oh, ce n’est pas pour ça qu’il faut laisser faire n’importe quoi à propos des OGM : la manipulation génétique est toujours fort délicate. Mais l’attitude de certains écologistes, plus assoiffés de médiatisation que d’intérêt général et qui cherchent à diaboliser cette science, relève du fanatisme imbécile. Les OGM, bien maîtrisés par une recherche soutenue, seront demain l’un des éléments essentiels d’amélioration de notre productivité.

Aujourd’hui, la désinformation organisée du public par ces gens à courte vue fait privilégier le court terme sur le long terme.

La France ne peut pas devenir plus longtemps encore victime de ces lobbies anti-OGM. Plus ou moins soutenus d’ailleurs par de puissants groupes internationaux qui trouvent tout intérêt à l’affaiblissement de notre recherche scientifique pour diminuer la place de notre industrie agroalimentaire sur les marchés mondiaux. Et ce serait oublier aussi que c’est par la recherche, entreprise en France depuis le XVIIIe siècle, qu’on a permis à celle-ci de nourrir aisément sa population. Va-t-on rétrograder ?

Le principe de précaution ? Suicidaire !

On agite aussi pour cela le fameux “principe de précaution” pour freiner toute entreprise. Or, soyons clair : le principe de précaution est un principe suicidaire dans la majorité des domaines. Il faut le dénoncer clairement. On marche complètement sur la tête. Ce principe est devenu un système de régression de la recherche, de la science et de tout développement. Il doit surtout inciter à plus de vigilance, mais pas contrer la recherche.

Pour résumer, je crois que nous sommes aujourd’hui à une époque charnière. Nous avons vécu sur la lancée des années 90 où le mot d’ordre était à la réduction des productions agricoles et à la domination écrasante du type de capitalisme anglo-saxon. Cette époque-là se referme avec force et dans la violence.

Nous risquons maintenant d’assister à une sorte de guerre des modèles de capitalismes : on voit par exemple que la Chine - qui ne s’en sort pas si mal que ça dans nombre de domaines - pratiquer une sorte de capitalisme à forte implication étatique. Est-ce que cela n’implique pas de notre part une autre stratégie pour notre production ?

Il est urgent d’y réfléchir.


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 29 avril 2008 11:32

    Je pense qu’il y a une erreur fondamentale, les 1.200.000.000 d’êtres humains, ou bien plus, concernés, ne le seront pas dans 15 ans, mais tout au plus 15 mois, sans doute moins.

    Il y a actuellement une trentaine de pays gravement concernés, avec une grande partie de la population qui ne peut plus se nourrir. Au delà des ces pays à faible revenu, il y a également dans tous nos pays, une part importante de population qui avait déjà des difficultés et va les voir s’aggraver. La crise ne fait que commencer, et le pire est devant nous. Du moins, c’est mon analyse.

    Ce que, personnellement, je trouve consternant, c’est d’entendre tous les intervenants, politiques, économistes, proposer d’augmenter les budgets d’aides, prendre des mesures ponctuelles, mais JAMAIS, s’occuper d’une des causes profondes de cette hausse : LA SPECULATION. Alors que la plupart considèrent que celle ci est responsable d’environ 30 de hausse des prix.


    • Alpo47 Alpo47 29 avril 2008 11:33

      Désolé, lisez "30% de hausse des prix ..."


    • Alpo47 Alpo47 29 avril 2008 11:58

      J’ajoute que votre playdoyer pour les OGM est bien "léger". De plus, ce ne sont pas seulement les écologistes qui n’en veulent pas, mais 80% de la population, plus soucieuse de santé et d’avenir que les apprentis sorciers de Monsanto and Co.

      Voici d’autres chiffres et arguments :

      http://www.alterinfo.net/Le-grand-fantasme-des-cultures-d-OGM-est-mis-a-nu_a19072.html?PHPSESSID=41eeed99c567cf721f9d4e3149c6f393

      http://www.alterinfo.net/Les-speculateurs-financiers-tirent-des-profits-de-la-famine-mondiale_a19227.html

      Beaucoup de choses sont à changer ou améliorer, mais les OGM ne sont certainement pas la solution.

       


    • anuck 29 avril 2008 16:50

      Voila une nouvelle qu’est bonne. Je vais enfin trouver une place pour garer ma bagnole 


    • François VAN DE VILLE François VAN DE VILLE 30 avril 2008 16:16

      OGM, "LA" solution ? Certainement pas. UNE DES solutions quand la recherche aura fini à en maîtriser certains de ses effets nocifs, oui

      80% de la population ? Cà ne veut rien dire quand on sait que celle-ci est largement formatée par les medias, eux-mêmes formatés par des lobbies puissants. La désinformation de la population est en effet un grave fléau. Elle ne doit pourtant pas masquer certaines évidences qui s’imposent à nous dans les faits. Ces 80% ne sont pas un argument recevable. Hélas....


    • Anto 29 avril 2008 11:33

      C’est la meilleure. Combattre la faim dans le monde avec la culture OGM. OGM = brevet. Regardez l’evolution de l’industrie pharmaceutique qui preferera investir ds le viagra que dans une molecule qui combat la malaria, quitte a laisser des millions de gens crever. Ben oui ces millions de gens n’ont pas d’argent et le palu ne sevit pas dans les regions temperees qui abritent ceux qui ont de la thune, des rhumes et des problemes d’erection. Ce sont les realite economiques, c’est pas de pot...


      • Trashon Trashon 29 avril 2008 11:37

        Ben voyons ils ont bon dos les agrocarburants, qui bien que participant à l’augmentation des cours des productions agricoles vous permette d’eluder radicalement les véritables causes de la l’explosion des prix .

        Vous excluez par exemple de votre pseudo analyse la spéculation sur les matières premières, depuis la crise immobilière : http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/04/23/la-speculation-sur-les-matieres-premieres-affole-le-monde-agricole_1037421_3234.html?xtor=RSS-3208

        Pas un mot non plus sur l’autosuffisance alimentaire inexistante dans les pays en voie de développement dont les revenus de l’exportation des productions imposées ne peuvent couvrir ceux des importations de denrées alimentaires vitales.

         

        Vus affirmez : On agite aussi pour cela le fameux “principe de précaution” pour freiner toute entreprise. Or, soyons clair : le principe de précaution est un principe suicidaire dans la majorité des domaines.

        Allez donc dire ça aux victimes de l’amiante, du sang contaminé, de l’hormone de croissance etc etc etc


        • Marc Bruxman 29 avril 2008 19:35

           

          Vus affirmez : On agite aussi pour cela le fameux “principe de précaution” pour freiner toute entreprise. Or, soyons clair : le principe de précaution est un principe suicidaire dans la majorité des domaines.

          Allez donc dire ça aux victimes de l’amiante, du sang contaminé, de l’hormone de croissance etc etc etc

          Toujours la même rangaine. Oui il y a eu des victimes. Et bien désolé mais c’est la vie !

          Des gens sont morts pour traverser les océans, des gens sont morts dans l’aéropostales lorsque les premiers avions volaient. Des gens sont morts en allant dans l’espace. Et je ne parle meme pas des accidents industriels. De tout temps, les activités humaines ont crées des accidents. Et si vous vivez une vie de nanti aujourd’hui et pouvez philosopher sur cette connerie qu’est le principe de précaution c’est justement parce que des tas de gens parmi vos ancétres ne l’ont jamais appliqué. 

           

          Alors oui, aujourd’hui on ne peut pas rouler à 150 sur l’autoroute au motif que cela peut tuer, on ne peut pas faire des sports à risques parce que l’on peut y mourrir, etc, etc... A chaque "accident" il faut trouver un coupable que l’on condamnera à de la prison pour "homicide involontaire" (une ineptie). Une société peuplée de minables bien nourris qui veulent juste pouvoir roter leur kronenbourg devant un match de foot, ne pas se fatiguer, être dorloté par un état providence et attendre ainsi que la mort survienne. Des minables dont la vie est finalement guére différente de celle de mon chien. Des minables qui seraient prêts à vivre en cage, pour peu que l’on leur assure la sécurité dans tous les domaines. Avec ce genre d’idéologie, il ne faudra pas venir se plaindre lorsque l’esclavage sera revenu à la mode. Il y a visiblement beaucoup de volontaires prêts à toutes les soumissions pour un petit peu de sécurité.

          Le risque et la mise en danger font partie de la vie. Le refuser c’est perdre son humanité. Avez vous déja fait du ski hors pistes, vous êtes vous déja baigné dans une mer agitée sur une plage sauvage. Ou tout simplement êtes vous rentré seul dans une forêt la nuit ? Tous ces petits plaisirs sont irremplacables.

          Toutes ces lois pour protéger les gens contre eux mêmes c’est de la merde qui loin de protéger les gens va les mettre dans l’état de devenir des légumes prêts à être exploités. Savez vous ce qui se passe quand on libére un animal en captivité dans un zoo ? Si vous le remettez dans la nature, il clamse ayant perdu toutes ses habitudes. Est ce comme cela que vous voulez terminer ? 

          Enfin concernant le danger que l’on fait parfois courrir à autrui (puisque j’attends déja la remarque), c’est malheureusement inévitable. Mais personellement j’ai pris l’habitude de toujours regretter ce que je n’avais pas fait. Jamais ce que j’ai fait. Des fois on gagne, des fois on perd.

           


        • Marc Bruxman 29 avril 2008 19:53

          L’article bien que contenant quelques éléments à mes yeux déplacé a quand même le mérite de remettre les choses à leur place.

          Le refus des OGM, l’obstination du Bio, correspondent aux besoins des pays riches. Oui on sait très bien que même si la bouffe double de prix on pourra encore bouffer. Et puis on ira faire quelques marches dans Paris entre Répu et Nation pour consommer nos calories en trop, évitant ainsi l’infarctus et protestant contre cette infame famine dans le tiers monde.

          Des organisations écologiques ont remplacées les curés dans le role des rétrogrades. Au XIXème siécle et avant c’était l’église qui jugait que telle ou telle invention était "diabolique". Aujourd’hui les écolos nous disent ne faites pas de nucléaire, ne faites pas d’OGM. Et ils sont aussi dangereux que les curés l’étaient jadis. Non que cela parte d’un mauvais sentiment (tout le monde essaie de polluer le moins possible) mais rien que le nucléaire nous as évité de rejeter des millions de tonnes de CO2 supplémentaires par an. Et petit à petit, on apprend à en maitriser les risques. De même pour les OGM on va petit à petit par l’expérience apprendre à domestiquer la chose. Et il y aura plein d’usages possibles dont certains seront très bénéfiques pour la planète :

          • Diminuer la quantité de pesticides et autres saloperies nécéssaires. (Ca marche plus ou moins déja).
          • Diminuer la quantité d’eau nécéssaire afin d’économiser cette ressource précieuse (en recherche).
          • Améliorer le rendement à l’hectare.

          En conséquence, les OGM peuvent participer aux développement durables en produisant des organismes avec un égal pouvoir nouricier mais moins consommateurs de ressources.

          Si on ne le fait pas, on aura deux choix :

          • Avoir une famine très grave qui tuera des milliards d’hommes.
          • Epuiser très vite toutes les ressources naturelles, et notamment l’eau. Sans compter la pollution des sols via les engrais et pesticides.

          Mais la vérité c’est qu’on ne coupera pas à une utilisation plus intensive de la planète. La démographie nous l’impose. Il va falloir tirer d’elle le maximum. Ce qui impose effectivement de chercher des énergies renouvelables et de tendre vers un développement "durable". Mais développement durable ne veut pas dire je roule à vélo, je me la péte avec mon mais bio et je fume des pétards. Développement durable veut dire, on prend tout ce que l’on a et on améliore les rendements et l’efficacité tout en diminuant la pollution. Et c’est loin d’être impossible ! En ce moment dans l’électronique et l’informatique, le maitre mot est "réduction de la consommation d’énergie". Des progrés considérables sont obtenus. Et même si vous n’en avez rien à foutre de l’écologie, la diminution de conso est suffisamment sensible pour qu’un monsieur près de ses sous comprenne vite ou est son intéret !


        • geko 29 avril 2008 19:58

          "Et bien désolé mais c’est la vie"

          Quelle HONTE de sortir de telles saloperies ! Le danger de l’amiante était connu depuis 20 ans, les industriels ont laissé des employés se contaminer en toute connaissance de cause pour quelques sesterces de plus ! Vous appelez ça de la prise de risque !

          Idem pour le sang contaminé ! Franchement Bruxman vos propos sont orduriers !!! C’est vrai que des gens comme vous ont le gout du risque pour tenir lachement ces propos, bien planqué derrière un écran !!!! Vous appelez faire du ski hors piste de la prise de risque ?....sans oublier d’appeler les secours quand on est dans la merde et porter plainte s’ils ne viennent pas assez vite hein c’est ton style Bruxman ! Bruxman qui se prends pour un aventurier dans la civilisation des loisirs ! CHARLOT !

           


        • geko 29 avril 2008 20:21

          Bruxman décide des risques les autres les assument pour lui ! Ca c’est un homme !


        • Marc Bruxman 29 avril 2008 20:43

          "Et bien désolé mais c’est la vie"

          Quelle HONTE de sortir de telles saloperies !

          J’assumes et je n’ai pas honte. Désolé.

          Le danger de l’amiante était connu depuis 20 ans, les industriels ont laissé des employés se contaminer en toute connaissance de cause pour quelques sesterces de plus ! Vous appelez ça de la prise de risque !

          Surtout parce que dans nombre d’applications on ne savait pas le remplacer. Les mecs auraient bien aimés avoir un remplacement ne serait-ce que pour s’acheter une sécurité juridique. Lorsqu’il est devenu techniquement faisable de remplacer l’amiante (et seulement à ce moment la) le gouvernement l’a interdit. Et encore, on continuait à importer des piéces qu’on avait plus le droit d’usiner en France mais qu’on ne savait pas encore faire autrement.

          Et puis dans les deux cas, il y a la tendence naturelle de l’homme (y compris celui qui est le plus exposé) à dire "mais non c’est pas dangereux". On me l’a dit plusieurs dizaines de fois au sujet des protections auditives dans un environnement pourtant TRES bruyant. Et ben vous savez quoi ? A l’entrée de cet endroit très bruyant il y a un distributeur de boules quies gratos pour que les employés se servent. Ils ont été informés du danger pour leur audition à long terme. Et pourtant nombre d’entre eux refusent de les mettre. Au motif que ce n’est pas agréable. Le non respect des consignes de sécu élémentaire est très fréquent dès lors que le danger n’est pas immédiatement visible.

          Vous appelez faire du ski hors piste de la prise de risque ?

          Ben c’est plus dangereux que ce que l’on croit. Même si l’on peut s’y préparer plus ou moins bien. Comme toute activité à risques d’ailleurs.

          ....sans oublier d’appeler les secours quand on est dans la merde et porter plainte s’ils ne viennent pas assez vite hein c’est ton style Bruxman !

          Non je ne suis pas un grand fan des tribunaux pour régler mes problèmes. Et je n’ai pas encore eu besoin d’appeler les secours à la suite de certaines de mes conneries j’ai toujours réussi à me démerder. Même si j’ai parfois passé de sales quarts d’heures ;)

          Bruxman qui se prends pour un aventurier dans la civilisation des loisirs ! CHARLOT !

          Lol Mdr !

           


        • sisyphe sisyphe 29 avril 2008 22:48

          Traiter Bruxman de Charlot est une insulte à Charlot : paix à son âme et gloire à son éternel génie !

          Bruxman est tout juste un pauvre hère pathétique...


        • sacado 30 avril 2008 00:27

          "Diminuer la quantité de pesticides et autres saloperies nécéssaires. (Ca marche plus ou moins déja)."

          Vous avez des exemples en tête ? Les seuls exemples qui me viennent, c’est le soja roundup-ready (qui suppose un bombardement intense d’herbicide) et les plantes avec pesticide intégrés (certes, on en répand moins : c’est déjà dedans).


        • geko 29 avril 2008 12:09

          "Aujourd’hui, l’agriculture mondiale n’est plus capable de faire vivre tous les habitants de la planète"

          Paroles d’expert ?

          Structurellement le secteur de l’agro-alimentaire a été mondialement organisé pour goinfrer les pays riches du nord au détriment des agricultures locales c’est à mon avis la causalité du a) et b) que vous donnez dans votre article !

          "Etant donné l’état actuel de l’agriculture dans le monde, on sait qu’elle pourrait nourrir 12 milliards d’individus sans difficultés. Pour le dire autrement : Tout enfant qui meurt actuellement de faim est, en réalité, assassiné" Jean Ziegler

          A vienne en Autriche le pain détruit pour maintenir l’offre à un prix interessant pourrait nourrir la 2ème ville du pays !

          Le fanatisme imbécile et le "principe de précaution suicidaire" que vous dénoncez est en réaction aux méthodes des semenciers de la mort ! La recherche OGM devrait être cadrée par des institutions qui travaillent pour l’ensemble de l’humanité et n’ayant pas pour finalité d’engraisser une minorité d’actionnaires sans morale aucune qui souhaitent devenir les rois du monde ! Ces multinationales mènent l’humanité à sa perte !


          • Nicollas Nicollas 29 avril 2008 12:18

            Belle performant que de réussir à écrire autant de stupidités en si peu de phrases ...

            Donc on résume, la faim dans le monde c’est à cause des chinois et des écologistes, et vive Jacques Chirac et le libéralisme pour nous sauver.

            C’est sur que c’est rassurant de se dire que si on est pas chinois et qu’on ne consomme que de l’essence sous forme de pétrole qui lui ma bonne dame est vraiment écologique, on a un peu fait notre part pour la planète ...

            Déjà pour la faim dans le monde, il y a en plus des agro-carburants et de la demande des pays émergents :

            * Mauvaises récoltes (Australie entre autre), qui ont eu des répercussions désastreuses à cause du système libéral que vous semblez louer, qui a mis en concurrence de manière déloyales les agriculteurs du Nord (subventionnés, mécanisés) et ceux du Sud.

            * Spéculation sur les matières première, merci au libéralisme encore une fois

            * Consommation démesurée des pays du Nord (qui consomme une part vertigineuse des sols et céréales pour leur consommation de viande)

            * Destruction des paysans dans le monde, et dépendance alimentaire des nations organisée par le marché mondial.

            Ensuite, il y a une erreur grossière à dire qu’il faut produire plus. Il y a actuellement assez de nourriture pour nourrir tout le monde. Elle est « seulement » mal répartie. Il faudrait peut être songer à arrêter d’oter le grain de la bouche des pauvres en mangeant notre steak quotidien.

            Quant à dire que l’on produire « mieux » grâce aux OGM, c’est tellement stupide ...

            Quant aux « lobbies anti-OGM », il s’agit seulement de 80% de la population française.

            La véritable solution, c’est de revenir à une certaines autonomie et sécurité alimentaire, arrêter de polluer et de détruire les sols par notre industrie et notre agriculture productiviste, consommer des produits locaux et de saison, de réduire considérablement sa consommation de viande (surtout rouge), et de définir collectivement de la direction dans lesquelles les recherches doivent être menées, pour arrêter ce scientisme et ce progressisme aveugle qui caractérise la majeur partie des classes dirigeantes.

            Vous dites que « les questions d’environnement sont choses trop sérieuses pour être laissées entre certaines mains irresponsables ». Abstenez vous de faire de l’environement, alors.


            • LE CHAT LE CHAT 29 avril 2008 12:44

              Les lobbies pro-OGM ne sont t ils pas soutenus par des groupes internationaux qui veulent plomber la recherche française pour placer leur marchandise à eux ( ex Monsanto )

              l’avenir de ces 1,2 milliards d’habitants est donc pour toi de bouffer ces OGM de merde ou de crever de faim ! drôle de choix !


              • Mr Mimose Mr Mimose 29 avril 2008 13:10

                Hé bien, ça donne pas envie de voter Modem quand on lit ça !

                Quel tissu de conneries ! Les OGM vont sauver le monde ! C’est plutot le contraire qui se passe.

                Par contre je suis d’accord sur les agro-carburants, ça aussi c’est pour donner bonne conscience aux bobos soucieux d’écologie, alors que c’est une vraie catastrophe.


                • LE CHAT LE CHAT 29 avril 2008 13:24

                  Bien d’accord avec toi , le Modem fait mine d’acceuillir des écolos pour les poignarder dans le dos en faisant ami-ami avec les lobbies pro OGM !


                • foufouille foufouille 29 avril 2008 13:17

                  il y aurait largement assez pour que tout le monde bouffe si les gvts le voulaient

                  en france des que les quotas (sans ogm) sont depasses la bouffe part a la poubelle. c’est meme interdit de la donner

                  les OGM c’est pas gratuit et ca detruit les cultures anciennes. les graines coutent 4 fois plus cher. en argentine ou au US leur vente est conditionne a l’utilisation du round up.

                  qd on regarde les reportages sur les pays pauvres on voit d’immenses surface non cultives

                  on peut aussi parler de la francafrique qui vend ses produits agricoles moins cher que le prix de revient du producteur

                  les necrocarburants n’ont rien a voir avec l’ecologie mais plutot avec le fric, les etats et le fait que le petrole devienne cher


                  • François VAN DE VILLE François VAN DE VILLE 30 avril 2008 15:59

                    Insincère ? Oh ! Sur les centaines d’articles que j’ai déjà publiés - et lus dans plus d’une centaine de pays à travers le monde - c’est bien la première fois qu’on utilise ce mot à mon égard. Il y a, de votre part, une incompréhension manifeste. Je compatis à votre erreur.


                  • Le péripate Le péripate 29 avril 2008 13:51

                    Le rôle des biocarburants :1% des surfaces cultivés, pas encore de quoi mettre en danger l’alimentation. L’augmentation de la demande, oui, mais surtout qualitative, avec l’arrivée de la viande dans le menu. Or il faut 10 parts de céréales pour faire une part de boeuf. Et surtout, l’abandon des cultures vivrières au profit des cultures destinées à l’exportation, c’est à dire pour notre assiette, sous la pression d’une dette qui est devenue odieuse.

                    Quand aux OGM, c’est vrai que le débat est biaisé : la question est simplement que ceux qui désirent cultiver autre chose ne soient pas contaminés pas des gênes OGM. Le paysan doit pouvoir produire ses propres semences s’il le désire, mais libre à lui aussi de se lier à un semencier : c’est son problème. Pour info, les cultivateurs de maïs bio espagnol viennent se fournir en semences dans le sud-ouest, la pollution par les OGM etant générale en Espagne. La propriété et la liberté doivent tenir compte des externalités.


                    • Mr Mimose Mr Mimose 29 avril 2008 14:28

                      Quand on sait le passif d’une boite comme monsanto, oui il y a bien lieu d’etre méfiant sur leurs motivations à nous donner des OGM à bouffer !

                      Mais peut-etre que je jette la pierre un peu vite ? Monsanto s’est peut-etre reveillée en se disant "Oh ! tous ces malheureux qui n’ont pas de quoi manger, vite trouvons un moyen de les nourrir."

                      Les OGM c’est bon pour la santé, ça va eradiquer la famine dans le monde.

                      Miam Miam y’a bon Monsanto !


                      • Mr Mimose Mr Mimose 29 avril 2008 14:31

                        Il faut reconnaitre que monsieur Van de Ville est courageux pour proner l’utilisation des OGM alors qu’une majorité de français sont contre, ça va pas lui ramener des voix, mais c’est couillu.


                      • MagicBuster 29 avril 2008 15:25

                        Quand il y aura 1 milliard d’humains en moins (morts de faim), c’est certain qu’il y a aura moins de problème de faim dans le monde.

                        Ce n’est qu’un début !!


                        • faxtronic faxtronic 29 avril 2008 17:50

                          D’accord avec toi. D’ailleurs c’est ce qui va se passer.

                           

                          Cela fut, cela est, cela sera


                        • ronchonaire 29 avril 2008 15:26

                          La fin du principe de précaution en Europe comme solution à la crise alimentaire mondiale ? Un peu tiré par les cheveux, non ?

                          Vous avez par ailleurs oublié un point crucial dans votre article : les politiques agricoles extrêmement protectionnistes menées par les Etats-Unis et l’Europe, et qui faussent complètement les prix mondiaux. De nombreux pays préfèrent cultiver du café ou du coton plutôt que du blé parce qu’il est plus rentable pour eux d’agir ainsi compte tenu des prix du blé maintenus artificiellement bas par les subventions versées aux producteurs des pays développés. Les pays en développement font pression depuis des années auprès de l’OMC pour que les pays développés mettent fin à ces pratiques ; il serait peut-être temps de les écouter. Mais le MoDem, que vous représentez, est-il prêt à se couper de l’électorat rural et à demander l’abandon pur et simple de la PAC ?


                          • Demi-lune dav7 29 avril 2008 15:49

                            L’agriiculture mondiale est en mesure de nourrir 12 milliard d’individus.

                            A voir le film "we feed the world"

                            il faut se renseigner avant d’écrires des choses qui sont fausses...

                            La faim dans le monde est un probleme d’acces, les pays pauvres n’ont pas d’argent pour se payer la nouriture qui est en abondance sur notre planete mais très mal répartie. De plus, les pays riches subventionnent leur agriculture, cela s’appelle le dumping, ce qui detruite l’agriculture du sud.

                            50 multinationales produisent 50 % de la nouriture mais ces derniere obeissent a la loi de maximisation des profits...

                             

                            Pas de bon sentiment envers ceux qui crevent de faim : c’est la loi du marché.


                            • kedjey 29 avril 2008 16:12

                              Selon Jean Ziegler, rapporteur de l’ONU sur le droit à l’alimentation, la planète pourrait nourrir sans problème 12 milliards d’humains. Mais la logique de marché empêche une bonne répartition des ressources. Il faut changer de modèle économique.

                              suite de l’article : http://www.naturavox.fr/article.php3?id_article=3866


                              • aurelien aurelien 29 avril 2008 16:23

                                La propagande du lobby proOGM, de l’OMC et de la Banque Mondiale sur le sujet de l’agriculture est sans précédent. Leur bu:t accélérer la libéralisation des marchés agricoles mondiaux, et imposer entre autres les semences brevetées dans tous les pays en voie de développement.

                                Cette manipulation médiatique d’échelle mondiale par les grandes institutions s’accompagne d’une propagande de la peur basé sur le « spectre de’une famine à échelle mondiale ».

                                Leur objectif est d’augmenter les prêts des pays du Sud, et d’augmenter la dette pour imposer la libéralisation des marchés contrôlés par les multinationales semencières.

                                L’introduction des denrées alimentaires et de l’agriculture dans le marché spéculatif mondial est une grave erreur.

                                Les déclarations du président de la Banque Mondiale, élu par l’administration Bush, Robert Zoellick sont pourtant claires :

                                "Pour Zoellick, les réponses à court terme à cette crise alimentaire doivent s’accompagner de solutions au long cours destinées à renforcer le commerce mondial.

                                Les déclarations du patron de la Banque mondiale vont dans le même sens que celles du directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Pascal Lamy, qui a appelé mardi à la conclusion du cycle de négociations de Doha initié en 2001, dont l’un des objectifs est de libéraliser le commerce international, notamment dans le secteur agricole." Yahoo Actualités


                                • Grasyop 29 avril 2008 16:24

                                  « Oui, vous avez bien lu : selon un rapport publié par les Nations unies, ce sont 1 milliard 200 millions d’êtres humains qui seront touchés par la faim dans les quinze prochaines années. »

                                  Source ? Et « touché par la faim », ça veut dire quoi exactement ?

                                  « Certains économistes évoquent même le chiffre vertigineux de 2 milliards de mourants potentiels. »

                                  Source ? Sous quelles hypothèses ?

                                  « Un vrai cauchemar ! Une grave menace pour la paix du monde. »

                                  Réflexion idiote de nanti à l’abri de la faim. Le vrai cauchemar, ce serait les deux milliards de morts en eux-même, et non pas la menace sur la paix dans le monde ! On n’a jamais vu une guerre causer deux milliards de morts, et de loin !

                                  « on a ensuite investi massivement dans les biocarburants, et là les écologistes portent une énorme part de responsabilité. »

                                  Gros raccourci. Les écologistes ont cherché une alternative aux énergies fossiles et ont ainsi lancé l’idée des biocarburants. Une évaluation scientifique de toutes les conséquences, notamment alimentaires, de l’usage massif de biocarburants aurait dû être menée avant de se lancer dans un investissement massif. Manifestement cette évaluation n’a pas eu lieu, ou elle a eu lieu trop tardivement, mais est-ce vraiment la faute des écologistes ?

                                  « Et le développement de l’hygiène et de la médecine ont accru cette crise en faisant croître la natalité et prolonger la durée de vie des populations. »

                                  C’est globalement vrai sur le long terme, et je partage l’avis que mener une politique nataliste est criminel dans le monde actuel, mais il n’y a pas là de véritable rupture par rapport à la situation d’il y a dix ans. Donc ça n’explique pas en soi la crise soudaine que nous voyons aujourd’hui.

                                  « On se souvient encore des discours où l’on exposait que l’Europe était installée sur des montagnes de beurre et qu’on ne savait plus quoi faire des excédents. »

                                  Parce que c’était le cas ! On subventionnait une production qui ne répondait à aucune demande.

                                  « L’Europe doit changer de stratégie alimentaire »

                                  Oui, elle doit couper les subventions aux agriculteurs, car il n’y a aucune raison de subventionner un produit dont la demande est forte ! Les subventions servaient à soutenir les agriculteurs lorsque ceux-ci produisaient trop et n’arrivaient pas à écouler leurs stocks. Maintenant que la demande, et donc les prix, augmentent, les agriculteurs seront payés par la vente de leurs produits et les subventions n’ont plus lieu d’être.

                                  « Ensuite, il faut observer aussi qu’on a jeté en France une sorte d’anathème sur les OGM. Or, c’est bien par la recherche, notamment sur cette filière, qu’on parviendra à améliorer sensiblement notre production alimentaire. Car il nous faut produire plus et mieux. »

                                  Très bien, vive la recherche ! Mais ne confondons pas la recherche et l’industrie, ni les OGM et les plantes-pesticides.

                                  « ces lobbies anti-OGM. Plus ou moins soutenus d’ailleurs par de puissants groupes internationaux qui trouvent tout intérêt à l’affaiblissement de notre recherche scientifique pour diminuer la place de notre industrie agroalimentaire sur les marchés mondiaux. »

                                  Source ?

                                  « Le principe de précaution ? Suicidaire ! »

                                  Difficile de vous répondre car je n’ai jamais vu une définition claire de ce principe de précaution.

                                  « Nous risquons maintenant d’assister à une sorte de guerre des modèles de capitalismes : on voit par exemple que la Chine - qui ne s’en sort pas si mal que ça dans nombre de domaines - pratiquer une sorte de capitalisme à forte implication étatique. Est-ce que cela n’implique pas de notre part une autre stratégie pour notre production ? »

                                  Vous voulez dire qu’on devrait abandonner la démocratie pour produire plus ?


                                  • Anto 29 avril 2008 17:07

                                    C’est bien vu de reprendre les phrases une par une. Dans le monde de Mr Van de Ville, ce sont les economistes qui comptent les morts. Entre son catastrophisme malthusianiste, son capitalisme etatique et son empathie contagieuse pour ces deux milliards de morts potentiels, on distingue plutot les contours d’un conservateur du debut du 20 eme siecle (a droite de la droite) qu’un centriste...


                                    • Farlowella Farlowella 29 avril 2008 16:48

                                      Salauds d’écolos !

                                      Ce sont eux les responsables de la faim dans le Monde.

                                      Ils ont également créé le virus du Sida, incendié le reichstag, attaqué les twin towers et ont activement oeuvré pour que Cindy Sanders puisse sortir un album.

                                      Pour lutter contre la faim, mangez un écolo.

                                       

                                      Sur le fond de l’article, voir le commentaire très pertinent de Grasypop un peu plus haut.


                                      • impots-utiles.com 29 avril 2008 17:36

                                        L’Europe et la france feraient en effet bien de réviser leurs politiques ... La politique agricole commune montre ses limites, et meme si elle est bénéfique pour les petits artisans français, les conséquences pour les pays du tiers monde sont terribles... on ne le constate que trop bien en ce moment avec toutes les manifestations dans les pays sous-développés qui n’ont aucune autre possibilité que de subir la hausse généralisée des prix

                                        http://www.impots-utiles.com/effets-pervers-des-subventions-agricoles-europ-ennes.php


                                        • Innsa 29 avril 2008 17:50

                                           

                                          N’importe quoi cet article !

                                          OU avez-vous vu qu’on ne produisait pas assez pour nourrir toute la planète ?

                                          Savez vous qu’on produit actuellement de quoi nourrir 9 milliards de personnes ? En France par exemple, nous mettons a la poubelle 30 a 40 % de la nouriture que nous achetons (gaspillage) ? Allez vois a la sortie des supermarchés la quantité de nourriture qui est jetée chaque jours.

                                          Si la faim existe aujourd’hui, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de nourriture. C’est parce que les pauvres n’ont pas assez pour s’en acheter !

                                          On a pas besoin de produire plus avec des OGM ou autre… juste de gaspiller moins et de mieux redistribuer !


                                          • MagicBuster 29 avril 2008 18:01

                                            Si on pouvait tous s’empêcher de manger pendant 2 mois, je suis sur que la spéculation s’arrêterait d’elle même. . .

                                            Pareil , si habitait tous sous les ponts pendant un mois .. . (faudrait construire des ponts) mais ça résoudrait le problème de l’immobilier.

                                            il y a juste un petit problème. . . Il en va de notre vie .... c’est du CHANTAGE !!!

                                             


                                            • hurlevent 29 avril 2008 18:37

                                              Un article courageux, à contre-courant de la pensée unique anti-libérale qui règne ici.

                                              Le spectre des OGMs est démythifié.

                                              Merci pour cet article


                                              • Grasyop 29 avril 2008 18:59

                                                C’est l’article qui est anti-libéral : il défend l’agriculture subventionnée et il défend le modèle chinois !


                                              • foufouille foufouille 29 avril 2008 19:38

                                                si le 1 ou 2 milliards sont vrai, ils attendent quoi pour buter leurs dirigeants ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès