Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > A quoi doit servir l’argent récolté par la taxation carbone (...)

A quoi doit servir l’argent récolté par la taxation carbone ?

L'annonce, dans le pacte de compétitivité du gouvernement Ayrault, de la mise en place d'une contribution carbone a ravi les écologistes même s'ils regrettent qu'elle ne se mette en place que dans deux ans.

Mais à quoi doit servir l'argent récolté dans le cadre d'une nouvelle taxation carbone ? Trois possibilités s'offrent à nous.

Walter Bouvais, directeur de Terraéco, explique que "pour nous désintoxiquer des ressources fossiles ... nous savons que la fiscalité écologique peut être un puissant levier." Les sommes récoltées peuvent être très importantes. Rappelons qu'une augmentation d'un centime de la fiscalité sur les carburants rapporte 500 millions d'euros.

1-la première solution est d'intégrer cet argent au budget de l'Etat. On voit immédiatement l'avantage pour les gouvernements en place. Dans le contexte budgétaire actuel, la diminution de la dette publique est une priorité pour eux.

La tentation est donc grande d'utiliser cet argent pour combler les trous du financement public. 

Mais cette solution n'avantage pas la transition écologique. Certes, le coût croissant de la taxation carbone peut dissuader les consommateurs en les forçant à accroître leur sobriété. Mais cette dissuasion à l'immense désavantage de forcer à la modération les populations les plus en difficulté et de moins toucher les populations plus favorisées qui, en général, polluent davantage.

De plus elle n'améliore pas l'efficacité énergétique des appareils utilisés dans le logement ou les transports. 

2-la taxation du travail

De nombreux experts défendent cette idée. Nicolas Hulot affirme qu'il faut taxer "moins ce que l'on veut davantage (le travail) et plus ce que l'on veut moins (l'utilisation à outrance des ressources)".

C'est une idée séduisante car elle doit permettre de réduire les "charges" des entreprises et d'améliorer leur "compétitivité". On a donc l'impression de régler deux problèmes en même temps : la crise écologique et la crise économique.

Mais cette belle mesure se révèlera-t-elle aussi efficace ?

 Nous avons vu plus haut les limites de la simple taxation du carbone. Mais il n'est pas sûr que l'utilisation de cet argent pour payer les charges des entreprises améliore la compétitivité. Celle-ci ne dépend pas forcément du coût du travail mais plutôt de la capacité des entreprises à innover avec pertinence et à investir dans de nouveaux projets porteurs pour l'avenir. 

3-les investissements :

 La fondation Hulot estime, à 600 milliards sur 10 ans, les investissements nécessaires pour réussir la transition énergétique. Le Grand emprunt de Sarkozy ou la banque publique d'investissement de Hollande ne peuvent distribuer que quelques dizaines de milliards.

Alain Grandjean, estime que les coûts d'investissement pour les énergies renouvelables pèsent pour 80%. C'est l'inverse pour les énergies fossiles où c'est le combustible qui pèse pour 80% du coût !

La transition énergétique réclame donc des investissements préalables très importants. C'est le véritable frein à la réussite de la transition.

Pourquoi alors ne pas consacrer l'essentiel de l'argent récolté par la taxation carbone au profit du financement de la transition ?

On gagnerait en cohérence car la taxation aurait une utilité immédiate pour les contributeurs : leur financer leur propre transition en leur permettant d'investir dans des appareils plus efficaces ou dans les ENR. 

Séparer taxation et investissement ne nous aide pas à régler nos problèmes. Utiliser l'un pour l'autre, au contraire, va faciliter la transition.

Pour les deux autres problèmes économiques que nous connaissons -la dette publique et la compétitivité des entreprises- cette démarche aidera à y répondre.

Les entreprises seront incitées à investir et innover, ce qui favorisera leur compétitivité. La reprise économique qui en résultera permettra de faire rentrer des impôts supplémentaires qui limiteront la dette publique.

Taxer le carbone est une bonne idée si la transition énergétique réussit. Or, elle ne pourra se faire que si nous trouvons les ressources financières pour la réaliser. Voilà le seul usage pertinent de l'argent récolté par la taxation carbone : financer la transition énergétique.


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • joletaxi 3 décembre 2012 11:36

    Mais à quoi doit servir l’argent récolté dans le cadre d’une nouvelle taxation carbone ?

    ben principalement à gaver la clique des opportunistes dans votre genre,qui croit encore plus vite que le taux de CO et qui vivent ,et pour certains très bien, de cette arnaque.
    ,


    • Le péripate Le péripate 3 décembre 2012 12:26

      Heu.... à boucher un trou ? A en creuser de nouveaux ?


      • urigan 3 décembre 2012 13:19

        Il ne nous reste plus qu’à ce mettre un tuyau la où je pense, et on pourra recueillir du méthane.
        Voilà une énergie qui se renouvelle. Comme la c....... de nos gouvernants d’ailleurs.


        • Croa Croa 3 décembre 2012 13:26

          Qu’une taxe carbone serve essentiellement à financer la transition écologique est une excellente idée en effet. Remercions l’auteur de se faire l’avocat d’une telle perspective ! smiley

          Mais il faudra aussi que cette taxe soit juste. Elle doit toucher tous les consommateurs d’énergie, d’abord les plus gourmands et ce, à la source. Autrement dit il ne faudra pas d’exceptions et aussi pas de récupérations possible comme avec la TVA, ce truc qui n’est payé que par les consommateurs et les modestes gens ! Si la taxe est juste elle sera acceptée, soyons-en persuadés !


          • jymb 3 décembre 2012 14:01

            Dans un pays écrasé de taxes, d’impôts et d’interdits, certains défendent la création de ...nouvelles taxes !
            Si vous aimez les coups de trique, il y a des boîtes spécialisées pour cela !
            La France doit d’abord se désintoxiquer de la folie vide-poche.
            J’ignore qui va « bénéficier » de ces nouvelles ponctions potentielles, mais je sais déjà qui va devoir, encore et toujours passer à la caisse.
            Il est amusant ( ou navrant) que tant de benêts gobent les arguments servis pour faire passer tout et n’importe quoi, des radars aux impôts galopants. Il se trouvera toujours un gogo dans un micro trottoir télévisé pour opiner du bonnet.


            • Eurasie 3 décembre 2012 14:50

              Elle servira à financer le béton Duflot, les colonies capitalistes ...
               

              Surface bétonnée, +19% en 10 ans,

              En 40 ans +18 millions de « français » dus à l’immigration ...

              2006 : 25% de naissances immigrées (hors UE)
              2040 : 50% AMERICANISATION REUSSIE !
               
              vidéo du Grand Remplacement

              (30s de Michel Godet C dans l’air)
               
              D’après l’OCDE, les deux tiers des immigrés arrivant en France ont un niveau d’éducation inférieur au premier cycle des collèges, contre 30% seulement pour la Grande-Bretagne et 22% pour les Etats-Unis. En 2005, il n’y a eu que 11.500 cartes de séjours délivrées au titre de l’emploi, soit 7% des flux.


              • Le péripate Le péripate 3 décembre 2012 16:05

                Je propose de porter en seule fois le niveau des taxes à 100% des revenus.


                C’est le seul moyen de calmer ceux qui en veulent toujours plus.

                 smiley smiley smileysmiley )

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès