Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : François Hollande doit tenir ses (...)

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : François Hollande doit tenir ses engagements et suspendre le projet !

Près de 15 000 manifestants, 1 000 cyclistes et 300 tracteurs ont défilé samedi dernier sur le périphérique nantais pour s’opposer au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et prévenir toute expulsion d'agriculteurs du site du projet, dans le département de Loire-Atlantique.

Situé à 30 km de l’agglomération nantaise, ce projet d'aéroport reste une aberration économique, sociale et environnementale que le gouvernement s’obstine à soutenir… 

 

Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale du groupe Vinci concessionnaire du projet d'aéroport, entend réclamer au tribunal de grande instance de Nantes l'expulsion de paysans installés sur la "zone d'aménagement différé" (ZAD).

Cette audience devait se tenir entre les deux tours des dernières élections régionales mais a été ajournée après la conclusion d'un accord entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts sur la réalisation d'une "étude indépendante" concernant l'optimisation de l'actuel aéroport de Nantes. La défaite du vice-président sortant Christophe Clergeau (PS), battu par Bruno Retailleau (Les Républicains), a rendu caduc cet accord.

Les opposants au projet réclament donc aujourd'hui au chef de l'Etat, François Hollande, une table ronde et la réalisation de cette même "étude indépendante".

La demande d'expulsion des paysans fait suite au rejet, en juillet 2015, des recours environnementaux des opposants au projet. Mais une expulsion serait contraire aux engagements du gouvernement, qui a subordonné en 2014 la construction de l'aéroport à l'extinction de tous les recours en justice, y compris ceux en appel et les pourvois en cassation.

Un projet inutile et coûteux

Ce projet d'aéroport infligerait des nuisances graves à plus de 80.000 habitants de la banlieue nord de Nantes. Les diverses structures de raccordement nécessaires (routes, voies ferrées, pont sur la Loire) causeraient également des nuisances à des milliers d'autres personnes, sans compter les problèmes graves liés aux expropriations nécessaires.

Alors que l’actuel aéroport de Nantes Métropole voit son trafic stagner depuis de nombreuses années, la construction d'un nouvel aéroport ne se justifie pas. Les promoteurs de ce projet espèrent voir le trafic aérien doubler mais comme d'habitude, les hypothèses de trafic sont surévaluées et servent à justifier un projet inutile. Ce projet est d'autant plus inacceptable qu'il y a déjà un aéroport à Nantes, un à Rennes, un à Angers et un à Saint-Nazaire !

De plus, alors que les partenariats publics/privés se soldent systématiquement dans tous les pays du monde par une privatisation des bénéfices et une nationalisation des pertes, ce projet va nécessiter l'engagement de l'État, à hauteur de plus de 250 millions d'euros. Un coût colossal pour cette infrastructure qui pèserait lourdement sur les impôts des habitants du département.

Avec le dérèglement climatique qui est désormais incontestable, la destruction des écosystèmes qui s’accélère, l’artificialisation des terres agricoles qui se poursuit, il est déraisonnable d’investir autant d’argent public pour aider une multinationale à saccager l’environnement.

Le trafic aérien représente entre 3 et 5% des émissions globales de gaz à effet de serre et chaque infrastructure supplémentaire crée donc un appel d'air, incitant les usagers à utiliser l'avion plutôt que d'autres modes de transport plus écologique.

Des espèces animales menacées

Le projet menace 1600 hectares de terres agricoles bocagères d'une biodiversité exceptionnelle. Le secteur où doit être transféré l'aéroport est un bocage humide, avec des haies sur talus, d'une grande rareté en France. Pendant 40 ans, du fait du projet d'aéroport, il a échappé à l'agriculture intensive, aux remembrements et aux engrais.

Des rivières y ont leurs sources. On y trouve des espèces animales rares et menacées mais toutes ne figurent pas dans les inventaires du dossier environnemental de l'aéroport. C’est le cas notamment du triton de Blasius, découvert par Arthur de l'Isle du Dréneuf, près de Nantes en 1858, de la musaraigne aquatique, très rare, ou encore de la loutre qui est pourtant protégée au niveau européen.

Pour les insectes, des naturalistes ont compté 600 espèces, alors que seulement 71 figurent dans les dossiers officiels. Un nombre conséquent de plantes n’y est pas non plus.

Ce constat s'appuie sur les travaux de 200 spécialistes, tous bénévoles, qui se sont mobilisés depuis plusieurs années et ont entrepris un inventaire le plus exhaustif possible du bocage de Notre-Dame-des-Landes.

Aujourd'hui, à l’heure d’une très grande perte de biodiversité et des menaces climatiques induites par une consommation effrénée de ressources énergétiques, la véritable urgence est de s’engager dans des programmes d’efficacité et de sobriété énergétique. 

Mais après l’épisode du barrage de Sivens et la mort de Rémi Fraisse, le feu vert donné au projet de liaison TGV Lyon-Turin, le vote des socialistes au Parlement européen en faveur du chalutage profond ou la toute récente autorisation gouvernementale donnée pour le rejet de produits chimiques en plein cœur du Parc National des Calanques, François Hollande semble bien faire peu de cas de l'environnement et ce malgré les engagements pris lors de la COP 21... 

 

Photo Creative commons par Yahoo Images

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 12 janvier 08:38

    François Hollande ne peut pas tenir tous ses engagements, puisque les uns sont le contraire des autres.


    • fred.foyn Le p’tit Charles 12 janvier 09:07

      bof...c’est un menteur qui en plus travaille pour les patrons pas le peuple.. !


      • devphil30 devphil30 12 janvier 09:25

        Moi président , je ferais le contraire de mes promesses que vous seuls pouvez croire...


        La finance est mon ami , le cumul des mandats est une manne financière , la probité est une promesse électorale etc ......

        Philippe 

        • Gasty Gasty 12 janvier 09:45

          « Le projet menace 1600 hectares de terres agricoles bocagères d’une biodiversité exceptionnelle. Le secteur où doit être transféré l’aéroport est un bocage humide, avec des haies sur talus, d’une grande rareté en France. Pendant 40 ans, du fait du projet d’aéroport, il a échappé à l’agriculture intensive, aux remembrements et aux engrais. »

          Ce que je trouve stupéfiant, par chez moi se termine une quatre voie qui relie Rennes à Redon. Ce n’est pas rien si vous prenez la distance qui relie Rennes à Redon et le multiplier par la largeur de cette quatre voie. Je vous invite à faire le calcul de la superficie totale en hectares.
          Et bien savez-vous que le long de cette quatre voie il y a quelques pancartes« Non à NDDL »« la terre aux agriculteurs ». Pour la quatre voie tous est OK ! Çà baigne...
          Vous dites que pendant 40 ans c’est le projet d’aéroport qui a permis cette protection et cette diversité écologique ? C’est vrai, contrairement au lac de Grand lieu, réserve naturelle protégé qui visiblement ne mérite aucune attentions.


          • Gasty Gasty 12 janvier 10:40

             « se termine la construction d’une quatre voie »


          • Doume65 12 janvier 14:31

            « François Hollande doit tenir ses engagements »

            Cette blague est éculée. smiley


            • Doume65 12 janvier 14:34

              « les hypothèses de trafic sont surévaluées [...] »
              C’est pas grave, s’il y a des bénefs ils seront pour Vinci, sinon les pertes seront payées par les contribuables.


              • bernard29 bernard29 12 janvier 16:51

                Sans aucun doute le transport aérien n’est pas « écologiquement responsable ». Néanmoins, ce n’est pas un argument contre l’Aéroport Notre Dame des Landes. 

                a) La réalité est que ce transport se développe continûment , non seulement au niveau mondial mais aussi en France. Pour en avoir confirmation, voici un article de « La Tribune » ; Le gestionnaire des aéroports parisiens a accueilli 92,7 millions de voyageurs en 2014 dans les aéroports de Roissy et d’Orly, en hausse de 2,6% par rapport à 2013. Sans la grève la croissance aurait été de 3,6%«  http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/20150115trib05f3dcfa8/aeroports-de-paris-trafic-record-malgre-la-greve-des-pilotes-d-air-france.html . 

                D’ailleurs les Aéroports de Paris ont lancé des projets pour de nouveaux terminaux supplémentaires .

                Fabius, Ministre , ne vient ’il pas de déclarer que la France devait recevoir de plus en plus de touristes et garder à tout prix sa pôle-position en la matière. 

                b) Par ailleurs, il est évident pour tout le monde que l’industrie aéronautique est un des fleurons de l’économie française et que chaque vente d’appareils, et que chaque salon du Bourget continuent à faire grandir, avec raison ou pas, « notre fierté nationale », à défaut d’emplois. (voir le dernier salon du Bourget). Le combat écologique contre la prolifération aérienne devrait donc vous inciter à remettre en cause le développement de l’industrie aéronautique ? ? 

                c) Je rappelle aussi que le développement à l’international d’un aéroport pour le Grand Ouest, est une question d’aménagement du territoire national.

                Ce projet a été relancé lorsqu’il a été question de la création d’un 5 éme aéroport dans la région parisienne dans les années 1970-80. A cette époque, une des alternatives était donc le renforcement des plates-formes régionales. Si ce cinquième aéroport parisien n’a pas été construit, il n’en demeure pas moins que le trafic sur Paris augmente et que les aéroports parisiens s’agrandissent, puisque le développement est aussi dépendant d’un passage quasi obligé par Paris. Considérant, la réalisation concomitante des lignes TGVs vers Paris, l’engorgement de Roissy-Orly, va se poursuivre en raison du non-service rendu à l’international par les grands aéroports régionaux. C’est donc aussi une question environnementale et écologique pour la région parisienne. De fait, nous persévérons dans la construction en étoile vers Paris des réseaux de notre territoire national, sans laisser à nos territoires périphériques la capacité de s’en extraire, et la chance d’en faire bénéficier leurs économies.

                La réalisation d’un véritable aéroport à vocation internationale dans le »Grand Ouest« , outre qu’elle permettrait de désengorger les plate-formes parisiennes (pollution sonore et de l’air), limiterait les déplacements aériens intempestifs des provinciaux vers Paris, serait l’opportunité pour remettre de l’ordre dans la surabondance d’aérodromes locaux et pour construire un aménagement du territoire interne responsable, des régions concernées. Dans le Grand Ouest , il y a 16 aéroports dont

                 - 7 qui sont largement au dessous des 5 000 passagers ( laval, Ancenis, Saumur, la Roche sur Yon, Vannes, Morlaix, Saint Brieuc,) 

                - Angers à 7000., Saint Nazaire à 22 000.

                - trois qui ont aux environs de 100 000 passagers (Lorient, Quimper, Dinard)

                - et trois qui dépassent le 1/2 million (Rennes à 500 000, Brest à 1 million, Nantes à 4,2 millions).  

                Hormis Nantes et Brest, de 2010 à 2014, les petits aéroports subissent une décroissance, peut être légère, mais constante, de leur fréquentation respective. Ils coûteront de ce fait, d’une manière ou d’une autre, de plus en plus cher aux contribuables, aux CCIs, aux voyageurs.. »Le contribuable est également mis à contribution. « Malgré certaines exceptions notables, en deçà d’un certain seuil de trafic, aucun des aéroports décentralisés n’équilibre son exploitation sans subvention », rappelle la Cour des comptes dans un rapport de 2008. Au-dessous d’un million de passagers (soit pour 138 des 155 aéroports français), il est en effet presque impossible pour un aéroport d’être rentable. Ainsi, « dans plusieurs cas, les subventions d’exploitation ont représenté chaque année des montants supérieurs à 100 € par passager en moyenne entre 2000 et 2006 », précise la Cour« . (même article dans l’écho du tourisme). Certains peuvent être tenter de résister en attirant, rarement gratuitement, mais pour des durées aléatoires, des compagnie »low-cost", ou en vivant d’expédients tels les charters touristiques

                La question d’un Grand Aéroport pour le Grand Ouest peut donc être vue comme une possible réorganisation du paysage aéronautique de ces régions, avec une réflexion sur l’existence même de certains de ces aéroports qui aussi occupent des espaces agricoles .. 


                • Trelawney Trelawney 13 janvier 08:38

                  @bernard29
                  Votre commentaire très intéressant présente la façon dont nos politiques considèrent le transport aérien. mais la réalité est tout autre.

                  Vous dites comme beaucoup de politique que le transport aérien français est centralisé autour de Paris avec des aéroports engorgés. Et que si l’on veut réguler ce transport, il faut construire des aéroports de grande taille dans les régions, afin que les français aient moins de trajet à faire pour se rendre à l’avion. En fait le politique pense à tort qu’en ramenant une parti du trafic aérien vers sa région, il amènera avec une partie de l’activité économique.

                  C’est l’activité économique ou touristique qui crée l’activité du transport aérien et pas l’inverse. Donc on construit ou agrandi un aéroport parce que le besoin s’en fait sentir, ce qui est très loin d’être la cas pour la région ouest où le trafic aérien est à son maximum et il n’augmentera plus pendant des décennies. Pour info : Nantes est la 6ème métropole de France. Il y a Paris ile de France avec 13 millions d’habitants, viennent ensuite 3 métropoles Lyon, Marseille et Lille (compris partie belge) avec 1.5 millions d’habitants, ensuite vient Nice Monaco avec 1 millions d’habitante et ensuite Nantes, Bordeaux, Toulouse avec 600 000 habitants. Parmi ces métropoles combien ont des aéroports avec plus de 10 millions de passagers par an (ce qu’envisage NDDL la première année, on croit rêver) ? 2 régions : Paris avec Orly et Roissy et ensuite Nice et c’est tout. Lyon Lille et Marseille Toulouse Mulhouse, Bordeaux sont tous à moins de 10 millions de passagers et vont rester dans cette situation pendant encore très longtemps

                  Les nantais et bretons vont se doter d’un « jouer inutile » qui va leur couter 300 à 400 euro de plus par an et par foyer en impôts locaux, taxes immobilières ou frais administratifs divers (carte grise, PC etc). Des régions comme l’Aquitaine plus au sud et la Normandie plus au nord, n’auront pas à se trainer ce boulet économique qu’est NDDL et pourront ainsi facilité l’accès de leurs régions à l’activité économique. Comme le gâteau a une taille limité, ils le feront au détriment de la Bretagne et de la régions pays de Loire.


                • TSS 12 janvier 18:18

                   Un avion au decollage et à l’atterissage pollue à peu près comme

                   3000 automobiles ,nos grosses tetes n’en ont pas beaucoup parlé

                   à la COP21 ,un oubli sans doute... !!


                  • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 12 janvier 18:46

                    Expulsions de plusieurs familles de paysans « historiques » de NDDL ! Sans respecter la trêve hivernale des expulsions, avec saisie des terres et des cheptels ! Et des astreintes de plusieurs milliers d’euros par jour de retard. Au final, des familles spoliées ignominieusement, dépossédées de tous leurs biens, de leur patrimoine et réduites à la misère. Avec la construction de l’aéroport, des hectares de zones humides mises à mal par un bétonnage offensif, si d’aventure ce projet voyait le jour !

                    Derrière ce projet inutile et vorace, VINCI une multinationale qui pousse le gouvernement à agir vite, pour commencer les travaux dès février 2016. Comment, dans ce cas le gouvernement tiendrait ses promesses, puisque VINCI, le maître, a parlé. Plus qu’à se soumettre urgemment devant le rouleau compresseur du lanceur d’ordre !

                    J’espère que les opposants à ce projet ne plieront jamais devant le chantage et l’aberration.

                     


                    • bakerstreet bakerstreet 12 janvier 18:48

                      J’étais sur le pont de Cheviré, et j’y retournerais demain s’il le faut. Plus on s’implique dans ce mouvement, plus on le trouve inique, une caricature incroyable de la rencontre elle même de plusieurs scandales à rallonges. 


                      • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 12 janvier 19:04

                        @bakerstreet

                        Eclairez moi, vous dîtes : plus on s’implique dans ce mouvement, plus on le trouve inique. Vous voulez parler du projet, je suppose ?

                        Merci.


                      • bakerstreet bakerstreet 12 janvier 19:47

                        @Nicole CHEVERNEY
                        De lutte contre l’installation contre l’aéroport bien sur. Sans doute n’ai je pas été clair dans ce billet minuscule. Je m’en voudrais de donner mon aval à cette infamie ! J’ai écrit d’ailleurs il y a quelque jours ce article qui ne laisse aucun doute sur mon état d’esprit. Car il est faut laisser de l’espoir aux jeunes, et l’illustration que tout n’est pas clôturé par les lobbies financiers à courte vue. La désespérance qui mène au pire passe par cela : Ce rouleau compresseur au service des puissants, et de décisions iniques. 


                      • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 12 janvier 20:15

                        @bakerstreet

                        Je n’avais pas au l’occasion de lire votre article. Cette précision étant faite, tous les médias mainstream continuent de relayer l’affaire NDDL avec toujours la même partialité, en diabolisant les zadistes et en ventant les pseudo avantages d’un ènième aéroport dans cette région qui n’en manque pas. Pour du lowcoast qui plus est.

                         Mais c’est peine perdue car le scandale est bien trop visible, au jour d’aujourd’hui ! Il sera difficile dès lors pour le gouvernement de se dédouaner de ses responsabilités.

                        C’est du même tonneau que la très scandaleuse affaire Lardayat, où un pauvre homme (région lyonnaise) se bat depuis des années pour obtenir réparation du préjudice causé avec l’expropriation de ses terres, pour la construction d’un immense stade de l’Olympique lyonnaise.

                        C’est également de la même eau que le barrage de Sivens et n’oublions jamais la mort de Rémy Fraisse.


                      • JMBerniolles 12 janvier 20:33
                        Apparemment ce mouvement est très minoritaire en Bretagne et à Nantes puisque Le Drian, par ailleurs criminel de guerre, et Ayrault on été largement élu et réélu....

                        L’opinion locale est qu’il faut déplacer l’actuel aéroport. On peut discuter de l’ampleur du projet, mais est ce qu’il atteint le fiasco imposé des navires Mistral, plus d’un milliard d’euros, les 3 à 6 milliards d’euros des projets d’éolien offshore dans les prestigieuses baies bretonnes, par ailleurs inutiles sinon pour alimenter la bulle financière des EnR éolien et PV.... ? et l’emplacement....

                        Mais les villes elles-mêmes mangent aussi les campagnes. C’est vrai pour l’agglomération nantaise. Et la dernière Loi sur les collectivités locales favorise les grande métropoles, alors qu’il faudrait faire le contraire.

                        Ce n’est pas ce projet qui liquide l’agriculture bretonne, ni l’agroalimentaire maintenant, et la mise en œuvre des traités transatlantiques, en cours d’établissement, achèvera de détruire ce qui reste de l’agriculture bretonne, les élevages des deux sèvres,... 

                        On voit qu’il y a d’autres priorités de luttes.

                        • bakerstreet bakerstreet 12 janvier 21:01

                          @JMBerniolles
                          Ben voyons...Circulez, allez contestez ailleurs...Une remarque, les agriculteurs étaient extrêmement nombreux, plus de 200 tracteurs et des paysans très remontés, à l’heure où chaque années disparaît en surface bétonnée tout un département agricole. 

                          Faut il rappeler l’abstention vertigineuse des régionales, et la désinformation totale entretenue par les médias. L’intérêt de la cop 21 n’est pas passé par un référendum, que je sache.
                           il existe des intérêts majeurs d’une nations, supérieurs à ceux du portefeuille des actionnaires de Vinci, qui exige simplement l’abandon d’un projet totalement inepte, et stalinien, venant tout droit des années 50. 
                          La France est déjà le pays européen où il y a le plus d’aéroport, et celui de Nantes n’est absolument pas saturé, de l’avis des experts, et même des avionneurs, comme Airbus, ce qui est un comble. Le canard enchainé avait fait tout un dossier la dessus. Mais je ne vais pas me répéter, ni tenter de convaincre ceux qui veulent rester sourd, ou ont mis des boules Kies, fabriquées par Vinci, dans leurs oreilles. 

                        • JMBerniolles 13 janvier 11:59
                          @bakerstreet

                          Vous faites erreur. Je ne veux absolument pas interdire les manifs.
                          Au contraire j’aimerais qu’elles se recentrent sur les vrais problèmes.

                          Ce n’est pas le béton qui tue l’agriculture bretonne et l’agroalimentaire mais le système et cela sera pire avec le Tafta...

                          NDDL est un foyer d’agitation entretenu sciemment, vous citez le canard enchainé (précisément ce journal est un instrument de propagande a sa manière et de pression. Jamais ce canard n’ira dire par exemple que la France envoie des soutiens logistiques à Al Qaeda au Yémen, où que Hollande avec ce fou d’Erdogan a cherché à faire tuer Assad, d’où la rupture des services secrets liés de longue date) c’est justement un élément qui montre que cette affaire est boostée par le pouvoir, avec l’envoi d’agitateurs professionnels...

                          Que vient faire la COP21 dans cette affaire ? oui les avions polluent, mais les camions encore plus et les tracteurs.... Est ce qu’un seul parti a le ferroutage dans son programme ?

                        • Doume65 13 janvier 20:43

                          @bakerstreet
                          Les bretons, ils n’ont jamais voulu de centrales thermique (dont nucléaire) chez eux, n’ont pas de barrage, et maintenant, ils ne veulent pas non plus d’éoliennes, même loin sur la mer (pourtant favorable aux poissons), mais ils veulent bien de l’électricité fournie par les autres régions. smiley


                        • alinea alinea 12 janvier 21:22

                          Il y a la pollution, des avions, des aéroports, ces hectares bétonnés, leur laideur, mais surtout, la question qu’il ne se multiplie pas comme les petits pains de Jésus les « usagers » !!!
                          Une fois l’engouement passé, même les riches n’auront plus envie d’aller passer leur WE à Malte !
                          Et les riches qui suivent et qui auraient envie d’y goûter, se réduisent comme peau de chagrin.
                          Basta : Oui au bon sens, Non à la démence !


                          • bakerstreet bakerstreet 12 janvier 23:33

                            @alinea
                            Pourquoi ne pas traîner l’état français devant les juridictions internationales, les conventions au niveau de l’Europe protégeant normalement les espèces protégées et les bassins versants, hors celui de N.D.D. landes l’est doublement. Les responsables devront rendre des comptes, tant au niveau juridique qu’au niveau éthique, environnemental. 

                            Qu’est ce à dire de cette foutue COP ? Juste un exercice oratoire pour les énarques ! Hollande, les deux pieds devant les plaques commémoratives, reste muet comme une carpe... 
                            Pourtant partout des voies divergentes. Même Nicolas Hulot vient de décrocher courageusement de son mandat d’ambassadeur de la planète, pourtant surement plein d’avantages, pour retrouver sa liberté. La première chose qu’il a déploré, c’est l’acharnement des politiques, trop lâches pour oser mettre Vinci en échec....
                            Quand au tourisme, les projections sont tout aussi douteuses. Comment croire que les gens auront envie de se déplacer dans un monde de plus pareil, d’un bout à l’autre, avec des risques d’attentats et de violence concomitants à cette mondialisation, qui brouille les esprits. 
                            Nous sommes dans des paradigmes des années 60, des postures d’has been, et d’actionnaires cramponnés à leur contrat hautement lucratif, concédé par un état complice !
                            Le futur, et son exotisme : Cultiver, récolter en vase clôt, faire fructifier l’économie locale, mettre un coup d’arrêt aux transports, source d’une gabegie et d’une pollution invraisemblable, ce projet en étant une expression flagrante. 
                            La lenteur plutôt que la vitesse, et le durable plutôt que le jetable. Voilà le seul avenir possible, en plus il est harmonieux, et rendrait les gens moins cons...C’est peut être ça le danger, pour ceux qui pensent qu’après eux,...Bof, la fin du monde peut arriver.

                          • bakerstreet bakerstreet 13 janvier 00:10

                            Je me permet d’ajouter ce copié collé déniché sur le site de médiapart, excellent journal comme chacun sait, dont je me désole qu’il n’y ait pas une sortie papier.


                            Conçu dans les années 1960 d’euphorie des trente années dites « glorieuses », l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes a été relancé dans les années 2000 dans un contexte de mondialisation non moins euphorique, avec le sentiment que le trafic aérien serait irrémédiablement croissant, que la course à la vitesse allait devenir la seule loi planétaire, incitant à construire de plus en plus de grands aéroports internationaux. En même temps, les centaines de millions d’euros investis aux frais des contribuables devaient servir à créer quelques poignées d’emplois temporaires, dans un pays qui ne sait gérer que par saupoudrage ou effets d’annonce la question structurelle du chômage. Comme s’il n’y avait pas des moyens plus soutenables de s’atteler au problème, en réfléchissant à d’autres modèles de sociétés.

                            Dans un contexte post-COP21, et de doute face aux dérives de la mondialisation, les responsables politiques devaient admettre qu’un tel projet est désormais surdimensionné et nuisible. Sauf à vouloir faire de Nantes un nouveau Pékin ou Shanghai, l’actuel aéroport serait tout à fait suffisant.

                            Face aux graves menaces du réchauffement climatique, même s’ils tardent encore à le reconnaître après des décennies de promotion d’une croissance aveugle, les dirigeants de la planète vont devoir acheminer leurs pays vers des économies plus sobres et moins émettrices en gaz à effet de serre. Cela passera notamment par l’arrêt des grands projets mégalomanes et par la réduction des secteurs ayant un mauvais bilan carbone, dont le trafic aérien. Certes, cela ne fera pas forcément plaisir au triangle ABC : Airbus, Boeing et Comac (le nouvel émergent chinois), mais on ne pourra pas continuer à avoir toujours plus d’avions dans le ciel, sous peine de rendre la planète invivable pour les générations futures.

                            Alors, la sagesse voudrait que le gouvernement abandonne au plus vite Notre-Dame-des-Landes et réaffecte l’argent prévu à des projets vraiment favorables à l’emploi et respectueux de l’environnement. Mais les politiques sont aussi piégés dans leurs querelles inter-partis, où la majorité préfère la plupart du temps s’arc-bouter pour défendre des décisions obsolètes ou contre-productives, plutôt que de concéder, avec intelligence et modestie, qu’un nouvel examen dépassionné des projets a montré qu’il y avait bien mieux à faire.

                             Faudra-t-il donc que l’absurdité devienne criminelle ? Faudra-t-il que des morts s’ajoutent aux nombreux blessés avant que le gouvernement ne fasse preuve de discernement en mettant un terme au projet dépassé de Notre-Dame des Landes ? Comme à Sivens...


                            • LOKERINO LOKERINO 13 janvier 07:57

                              «  »Ce projet d’aéroport infligerait des nuisances graves à plus de 80.000 habitants de la banlieue nord de Nantes«  »« 
                              déjà ca c’est complétement faux !!
                              Par contre cela ne vous dérange pas que les avions survolent en permanence la ville de Nantes 500000 habitants et/ou agglomération 1 000 000 d’habitants ?

                              Les manifs operations escargots, blocage du pont em....rdent grandement les Nantais et les habitants de la region ( j’en fais parti) dans un quotidien déjà difficile au niveau des transports et ne rendent pas populaire votre mouvement , c’est peu de le dire !!!

                              L’exposé de »Bernard 29«  un peu plus haut dans le fil est très bien sur la réorganisation nécessaire des dessertes aéroportuaires en Bretagne et Pays de Loire, vous vous en foutez complétement, comme le cout et l’impact ecologique de la multitude de desserte peu frequentées dans le secteur.

                              Des dizaines d’années de procédures ont toujours maintenu les décrets d’utilité publique,
                              le projet est portée par nos représentants politiques de droite comme de gauche

                              Vous ne respectez pas ca , vous ne les respectez pas c’est votre choix, vous avez qu’a vous faire élire à leur place si vous en etes capable et si vous representez autre chose que vous même ou alors degager de pays
                              Dans vos mouvements, vous n’avez aucune légitimité autre que la votre personnelle, l’état de droit ici comme ailleurs doit s’appliquer point final

                              Et vos arguments écologiques de circonstances sont t pathétique et risible, les »écolos vert dehors et rouge à l’intérieur ont perdu toute crédibilité en la matière depuis bien longtemps
                              Ne vous faites pas d’illusion, ils ne perdurent au niveau national que comme force d’appoint pour faire élire les socialistes
                              Les paysans qui manifestent avec vous n’ont absolument rien d’écologiste, ils utilisent au quotidien tout les pesticides habituels, il n’y a aucune production bio sur le secteur concerné
                              Voss alliés de circostance sont le contraire de ce que vous prônez


                              • CN46400 CN46400 13 janvier 08:24

                                Je note que les arguments sérieux font , enfin, surface. Manque seulement celui du coût qui, tel que l’affaire est engagée avec Vinci, pas Léonard, l’autre, le capitaliste, sera le même que la chose se fasse ou pas..... Reste à savoir s’il faut, ou non, négliger les centaines d’emplois que peuvent générer les travaux ?


                                • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 13 janvier 08:42

                                  « Aucune demande de permis de construire n’a été déposée, il n’y a pas de plans de travaux. La seule chose envisageable, c’est le projet de débroussaillage, qui ne nécessite pas de faire partir les occupants. » A ses yeux, les pouvoirs publics veulent faire de ce dossier un « symbole », quitte à raviver les tensions avec les opposants au projet d’aéroport.

                                  http://www.liberation.fr/france/2016/01/13/notre-dame-des-landes-des-expulsions-avant-le-chantier_1425975


                                  • TSS 13 janvier 10:18

                                     Le Drian ,l’empafé qui à l’epoque de l’Amoco cadix avait proféré

                                    « les ecologistes je les emmerde ! » l’homme cheri de toute la Bretagne

                                     qui la tue à petit feu et la transforme en poubelle... !!


                                    • jef88 jef88 13 janvier 12:25

                                      « François Hollande doit tenir ses engagements »

                                      J’exige ! avec insistance ! que dans son prochain discours notre président nous précise ce qu’est un engagement !
                                      Cela lui fera le plus grand bien, car actuellement il l’ignore ..........


                                      • JMBerniolles 13 janvier 20:48
                                        En regardant les arguments de ceux qui se prononcent avec une certaine véhémence ici contre le nouvel aéroport de NDDL et qui, au passage écartent d’un revers de main les problèmes de sécurité et de nuisances de l’actuel aéroport, étant même prêts à en augmenter le trafic, on voit combien les arguments contre sont faibles :

                                        * le dimensionnement de NDDL a fait certainement l’objet d’études, fondées sur des hypothèses. Dont celle d’un trafic augmenté. On peut le discuter , mais il faut tout de même un peu que « il est surdimensionné ». Cela veut dire que l’on ne voit aucun essor économique et touriste pour plusieurs régions... NDDL est pourtant un facteur favorable pour le tourisme, d’un intérêt certain pour les chercheurs et les bureaux d’études dont beaucoup ont une envergure internationale

                                        * des marais deviennent des zones humides à préserver impérativement, alors que des terres maraichères sont goudronnées régulièrement... Je vois aussi beaucoup de terres cultivables qui sont surmontées de panneaux PV qui ne produisent pratiquement pas de courant, et ne sont qu’un tiroir caisse pour un paysan qui veut rentabiliser sa terre. Et on ne va tout de même pas exagérer l’emprise de l’aéroport et de ses parking (qui sont d’ailleurs fonction des désertes)

                                        * C’est Vinci, un symbole du capitalisme moderne, qui doit le réaliser. Mais il y a un cahier des charges pour les terrassements, drainages, bétons, asphalte.... auquel n’importe qu’elle entreprise locale (dont il n’est pas dit qu’elle exploite moins ses employés) ne peut répondre. Je citerai le cas du chantier ITER qui a essayé de faire appel à des entreprises locales pour les terrassements et drainages (point sensible à cause de l’utilisation du Tritium). Le résultat est que pratiquement toutes se sont faites virer du chantier. Inutile de dire que pour assembler la machine on va utiliser des entreprises ultra spécialisées. N’y a-t-il pas des intérêts financiers importants du système actuel derrière Libé et Le Monde ?

                                        *.....

                                        L’amusant est que ceux qui, ici, critiquent la manière dont les médias traitent de l’affaire NDDL répètent précisément les arguments que l’on trouve dans ces journaux, reportages.... On évoque ainsi la COP21 d’une manière candide. Le texte final est complètement bidon et non contraignant.... On ne fait pas au MO la guerre du gaz naturel (puits et transport) pour arrêter d’en consommer.
                                        Et puis nos gouvernants ne sont pas très forts, mais ils ont compris que la théorie du réchauffement anthropique était tombée à l’eau depuis un certain temps déjà. Bien sûr on ne risque pas de voir cela dans Libé, Le Monde et sur Arte. Médiapart ne fera pas d’enquête sur ce sujet....




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès