Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Agenda 21 Le Havre, compte rendu de la conférence de la saison (...)

Agenda 21 Le Havre, compte rendu de la conférence de la saison 2

Invité par mon frère, j’avais participé au débat organisé sur le site de l’Agenda 21. Donc lorsque la conférence fut organisée pour le 25 février, nous avons décidé d’y aller. Ainsi à 18h30, avec mon frère et mon cousin nous sommes arrivés aux Docks. Nous sommes passés devant le buffet d’entracte puis nous avons été aiguillés vers la salle 10. Quelques dizaines de personnes regardaient l’écran de cinéma où le responsable de la ville du Havre pour l’Agenda 21 était projeté. En effet seuls les « invités » avaient le privilège de voir les intervenants, la plèbe dont je suis fier de faire partie devant se contenter de regarder la conférence sur écrans interposés.

Je m’attendais à assister à une campagne en bonne et due forme pour les régionales, où les candidats de l’UMP seraient les plus beaux, les meilleurs et les plus écolos ; ce ne fut pas le cas. On nous avait promis une introduction du maire, ce ne fut pas le cas non plus. Antoine Ruffenach ne pouvait être là car il finissait l’apéro à Rouen. La question la plus posée sur le blog de l’Agenda 21 avait été : « que fait concrètement l’Agenda 21 en terme d’environnement ? ». On pouvait donc s’attendre à une présentation détaillée de la mouture 2010. Le responsable de la ville nous a rapidement expliqué que la ville faisait des pistes cyclables et prévoyait de réduire les quantité de pesticides et engrais utilisés par deux. Le projet de location de vélos longue durée précéda la conclusion où l’intervenant se félicita des 3000 visiteurs du blog.

Voila on avait terminé de parler de l’Agenda 21. Le guide nous a été distribué à l’entracte pour ceux qui venaient pour cela. Les deux intervenants suivant n’ont pas du tout parlé de l’Agenda. Mme Bettina Laville de manière décousue a tenté de nous expliquer pourquoi Copenhague n’était qu’un demi échec, comment le président Sarkozy avait pourtant essayé, elle nous a détaillé ses liens avec le gouvernement, pourquoi les étudiants en master de développement durable se trompent d’objectif et vont droit au chômage. Mme Laville nous a aussi vanté les mérites des décroissants tout en disant qu’ils se trompaient parce que les pays pauvres ne veulent pas décroitre. Son intervention fut soporifique et décousue, dommage car Bettina Laville a pourtant approché des sujets importants. Son intervention a été ponctuée de quelques bons mots, j’en ai relevé deux qui m’ont semblé représentatifs. Le premier pendant son discours sur la décroissance :

« Diogène était un décroissant ! ».

Je ne ferai aucun commentaire, l’auteur nous montre son degré de culture, à part que Diogène vivait dans un tonneau elle n’a pas détaillé non plus sa remarque. La deuxième citation est plus consternante car représentative du courant de pensées de nos dirigeants : « Le développement durable, c’est d’abord du développement »…

L’intervention de Vincent Mascré, pdg d’Aircelle, deuxième équipementier de moteur en aéronautique n’a pas non plus été au sujet de l’Agenda 21. Pour autant ce fut très intéressant, et au contraire de ce que l’on aurait pu penser, la présentation de son métier et de ses efforts environnementaux était passionnante. Fort de 1500 employés sur le site de Gonfreviller l’Orcher, l’entreprise Aircelle, aidée par un président sensible à l’écologie, tente de minimiser son impact sur l’environnement.

A la fin de cette intervention, juste avant l’entracte, monsieur le maire est apparu. Sans doute attiré par les petits fours et le cidre, Antoine Ruffenach nous a expliqué que le premier ministre Fillon étant à Rouen, il ne pouvait le laisser pour venir nous parler plus tôt. Il nous a gratifié d’une blague expliquant pourquoi les produits phytosanitaire ne pouvaient être totalement éliminés puis il a disparu. La séance de question a laissé la parole à quatre intervenants, une femme du parti écologiste du Havre et un représentant des objecteurs de croissance. Tout deux ont tenté d’expliquer qu’ils n’étaient pas d’accord. Avec quoi ? Ce ne fut pas très clair.

Après le buffet où effectivement le cidre était bon, nous sommes retournés dans la salle de cinéma pour assister au film de Jaques Perrin, Océans. Très bon film, surtout sur un grand écran. Heureusement qu’il y eut ce film car la conférence par elle même ne fut pas très intéressante, à part l’intervention de M Mascré, les discours furent ennuyeux et hors sujet si l’on espérait parler de l’Agenda 21 qui décidément a du mal à nous dévoiler son programme. Reste le livret de 60 pages imprimé sur du papier en provenance de forêts développement durable mais très épais. Entre les belles images on peut déceler quelques projets. Pour conclure ce fut une soirées sympa avec mon frère et mon cousin où nous avons pu manger, boire et regarder un bon film gratuitement…

source : LGV

 
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès