Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Agroalimentaire : Vous reprendrez bien un peu de saucisse de glu de porc (...)

Agroalimentaire : Vous reprendrez bien un peu de saucisse de glu de porc malaxée ?

Le site Bastamag nous livre cette semaine, un article sur les idées et manipulations des « petits génies » de l'agroalimentaire, que vous trouverez un jour ou l'autre dans votre assiette. A ne pas lire avant de passer à table !

Alors qu'on ne cesse d'expliquer aux gens qu'il est nécessaire d'avoir une nourriture saine, les labos de l'agroalimentaire ne cessent de travailler à l'élaboration de nouveaux produits ou substances, arguant que ces recherches n'ont qu'un but : Nourrir une population de plus en plus nombreuse, face à une planète dont les ressources seraient insuffisantes.
 
On pourrait ajouter, et obtenir une rente, en maîtrisant l'alimentation par les manipulations génétiques ou dans certains cas avoir recours au recyclage de rebuts vendus sous des emballages appétissants et surtout ultra lucratifs !
 
Car : Saviez- vous que le chiffre d'affaires de l'agroalimentaire représente deux fois celui de l'automobile ? Alors, pour continuer à prospérer, il faut être, comme on aime à le dire dans cette industrie : Créatifs et inventifs !
 
En mai 2010, Slovar vous présentait la thrombine : L'additif Colle à viande. C'est la Commission européenne qui avait proposé : « (...) d'autoriser la thrombine, une enzyme d'origine bovine ou porcine, dans la fabrication de produits carnés (...) la thrombine aurait permis de mettre sur le marché des produits carnés moins chers, puisqu'issus de morceaux de viande bas de gamme, ce qui au final aurait été à l'avantage des consommateurs les moins aisés (...) »
 
En août de la même année, nous évoquions la viande « cultivée » artificiellement. « Une équipe de chercheurs néerlandais a franchi un cap au sujet de la viande en laboratoire en améliorant les études sur la manipulation des cellules musculaires (...) Ces chercheurs des Pays Bas ont extrait des cellules de muscle d'un cochon vivant. (...) Elles ont été incubées dans une solution dérivée du sang de foetus d'un animal. Le résultat ressemble à une sorte de steak détrempé. Malgré tout : Les chercheurs tablent sur une échelle de 10 ans avant de commercialiser la viande artificielle (...) »
 
Hé bien, nous étions des petits joueurs si l'on en croît le très informé site BastaMag qui publie cette semaine un article sur certaines études et recherches de la nourriture du futur.
 
Qu'y apprend-on ?
 
Yabon les saucisses !
 
« (...) Cette mixture de viande est obtenue en passant les carcasses de poulet ou de porc dans une centrifugeuse à haute température, ce qui permet de récupérer le moindre morceau de barbaque. Les tendons, graisses, tissus conjonctifs sont transformés en pâte. À l’arrivée dans l’assiette, le « lean finely textured beef » (bœuf maigre à texture fine) est utilisé depuis quinze ans « sans restrictions » aux États-Unis.

Petit détail : ce hachis liquide provient des parties les plus prédisposées à la bactérie E.coli et aux salmonelles. Ce qui rend nécessaire, pour tuer tous les éléments pathogènes, un traitement à l’ammoniaque, substance considérée comme non dangereuse par les autorités sanitaires, et utilisée par ailleurs pour la fabrication d’engrais, le détartrage des métaux, ou la fabrication d’explosifs… Aux États-Unis, le produit est ajouté depuis des années à la viande hachée ou aux hamburgers. Vous en reprendrez bien un peu ?
 »
 
Le bon fromage ... sans lait !
 
« (...) Son aspect, son goût et sa texture correspondent parfaitement à ceux du fromage à base de protéines laitières, vante le géant de l’agroalimentaire. Ils sont semblables à ceux des traditionnels fromages à pâte dure, comme le gouda, le cheddar ou le gruyère, assurant ainsi les mêmes plaisir et satisfaction aux consommateurs. » Ce fromage chimique, le Lygomme™ACH Optimum, est composé de trois amidons, d’un galactomannane (E410, 412, 417), d’un carraghénane (E407) et d’arômes (...) Il : « (...) permet de ne pas dépendre des fluctuations du marché du lait (...) le Lygomme est 200 % moins cher que la mozzarella ou l’emmental ! Et même 60 % moins cher que le « fromage analogue », autre produit de substitution en circulation. Ce dernier, à base d’huile de palme, d’amidon, de sel et d’exhausteurs de goût – et 15 % seulement de protéines de lait –, a déjà inondé le marché européen (...) » 
 
Et pour demain ?
 
« (...) Dans les laboratoires se multiplient les expériences pour produire des animaux génétiquement modifiés aux propriétés intéressantes pour l’industrie agroalimentaire. Aux États-Unis, les cochons « Enviropig », génétiquement modifiés pour moins polluer, et les saumons « Frankenfish », qui grandissent deux fois plus vite, attendent leur autorisation de mise sur le marché (...) La Chine est à la pointe de la recherche sur la transgenèse animale. Et l’Europe se prépare discrètement à suivre le mouvement (...) »
 
Pas de ça en France puisque comme disait le président du Syndicat national des industriels de la nutrition animale, lors d'un Salon international de l'alimentation : « (...) ce n'est pas parce qu'un poulet mange du maïs génétiquement modifié qu'il devient à son tour un poulet génétiquement modifié (...) »
 
Et puis quoi encore ?
 
Dans la mesure où : « (...) la production animale devrait doubler d’ici à 2050, estime la FAO (...) pour réduire l’impact écologique de l’élevage : développer les cultures d’insectes. Certes, la quiche au vers ou la tarte à la chenille risquent d’avoir du mal à trouver des adeptes en France (...) » Et Bastamag de conclure : « (...) En attendant les élevages intensifs et la future pâte d’insectes que ne manquera pas de nous concocter l’industrie alimentaire, il est toujours possible de déguster une sucette scorpion aromatisée à la myrtille, des raviolis de criquets ou des brownies aux vers »
 
« Quel que soit le produit, son mode de production ou de fabrication, le consommateur doit pouvoir acheter en toute confiance » peut-on lire sur le site du ministère de l'agriculture Alimentation.gouv.fr. Pour le futur de nos assiettes, c'est a priori mal engagé ...
 
Source et crédits
BastaMag : La nourriture du futur que nous concocte l’industrie agroalimentaire

Moyenne des avis sur cet article :  4.94/5   (72 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • pepin2pomme 28 juin 2012 09:18

    200% moins cher que ... signifie que non seulement le produit est gratuit, mais qu’on vous offre en plus son prix. Autrement dit, le beurre, l’argent du beurre et le c.. de la cremière.


    • BlackMatter 28 juin 2012 11:30

      J’allais écrire la même chose.

      Dans ces conditions, je vais en commander 10 tonnes que je jetterai directement dans la rivière.

    • mrdawson 28 juin 2012 14:17

      Non en réalité la comparaison de 2 chiffres à travers un pourcentage ne fonctionne pas comme cela. Quand on augmente de 100% un prix, effectivement il double.

      Par contre lorsque l’on compare 2 Chiffres (par exemple « le produit A moins cher que le B ») le pourcentage utilisé pour la comparaison va de 0 à l’infini car le calcul utilisé pour obtenir ce pourcentage utilise un des 2 chiffres en dénominateur.

      Par exemple : le produit A vaut 10€ et le produit B en vaut 30 ==> le produit B est (30-10/10 * 100) = 200% plus cher que le produit A.

      Tout ça pour dire que 200% moins cher ou non, ça ne donne pas très envie ces nouvelles méthodes de production de la viande.


    • kriké 28 juin 2012 09:26

      Dans le genre bien horrible reste plus qu’à installer la table de camping et inviter
      les enfants,regarde titi la gentile cot.cot. et hop....la cot..cot
      j’aime bien la campagne


      • bigglop bigglop 28 juin 2012 13:04

        Bonjour à tous,

        Excellentissime article @Jean-Claude.

        Pour le compléter, prenez le temps de regarder ce documentaire « Vos enfants vous accuseront » sur l’agriculture.


      • appoline appoline 28 juin 2012 19:22

        Comment ça la cot-cot, couic ?


      • kriké 28 juin 2012 21:30

        oui j ’aime bien les petites poules
        et le coq qui défend la basse cour.


      • kriké 28 juin 2012 21:35

        pardonner moi d’avoir mis ce lien


      • alinea Alinea 28 juin 2012 23:58

        Oui Kriké : il y a des hommes qui font ça : il faut bien vivre n’est-ce-pas !


      • Txotxock Txotxock 28 juin 2012 10:52

        Ne pas oublier comme responsables, les con-sommateurs qui n’utilisent plus qu’un faible pourcentage des animaux. Le poulet se résumant à d’horribles filets secs et sans goût. Le reste devenant sous-produit et servant soit à ruiner les producteurs africains à grands coups de restes surgelés, soit à permettre à des apprentis sorciers à jouer à la viande en kit.


        • Spip Spip 28 juin 2012 14:18

          Effectivement, la perte par non transmission des recettes traditionnelles fait que beaucoup ne sauraient plus par quel bout attraper un poulet, au cas où ils en croiseraient un...

          L’ignorance, là comme ailleurs, a un prix et pas que financier, écologique aussi.


        • appoline appoline 28 juin 2012 19:29

          Il est sûr qu’il vaut mieux ne pas trop regarder la composition de certains produits. Ah de temps en temps il y a un loupé quand l’échérichiacholie se met dans la partie ; ça fout deux ou trois mômes au sol alors là, l’opinion publique s’offusque, la cellule de nos grands branleurs de la santé publique s’active et laisse la pause café de côté. Mais la plupart du temps, ils s’en tamponnent le coquillard, bien trop peur de heurter à l’agro alimentaire. Pourtant s’ils étaient recadrés ceux-là, nous ne nous en porterions que mieux.


          Voyez les grandes épidémie, qu’on a bien vite étouffées, d’après vous, ça venait de qui ?


        • Ariane Walter Ariane Walter 28 juin 2012 10:56

          Achetez tout chez les marchands du coin. Fruits, légumes c’est très facile.
          Bio pour le reste en petites quantités : le chocolat, hélas ne se cultive pas autour de chez nous !


          • foufouille foufouille 28 juin 2012 11:04

            il y a aucune garantie que ca vienne pas de rungis
            le bio est trop cher pour la plupart


          • kane85 kane85 28 juin 2012 11:19

            @ Famine

            C’est quoi cette réaction ? Vous pouvez pas passer le stade de la politique ?

            Le sujet c’est : on va nous vendre de la merde à manger qu’en pensez vous et que croyez vous qu’il est possible de faire pour éviter cela... Qu’est ce que vient foutre votre vidéo là dedans ?

            C’est vraiment pénible ces commentaires qui attaquent les gens simplement parce qu’ils n’ont pas les mêmes idées politiques alors qu’on est sur tout autre chose !

            Hé ho ! On peut parler d’autre chose et ne pas tout ramener systématiquement au même sujet ?

            Merci !


          • bergerlotois 28 juin 2012 12:00

            Je ne partage pas forcement les vues de Miss Walter, des fois je moinse, des fois je pluse. L’attitude qui consiste à dénigrer quelqu’un sur la simple base de ses vues politiques me paraît de nature uniformisante, et l’uniformité est un des maux de nos sociétés occidentales. Il faut de tout pour faire un monde, faut-il le rapeller. Au passage les petites joutes n’apporte rien au débat. Foufouille, je suis de condition modeste, les économies que je fais sur le portable que je n’ai pas je les transfère sur mon budget alimentaire (du reste, étant paysan, j’en produit aussi une bonne part), le budget de l’alimentaire n’ a jamais été aussi bas (20%) en part de revenu que de nos jours, c’est donc aussi une question de priorité. En revanche, le bio n’apporte pas toutes les garanties, les haricots rouges cenat qui viennent de chine par exemple c’est un peu limite...


          • kane85 kane85 28 juin 2012 12:01

            @ Famine

            La personne au béret et à l’écharpe rouge serait Ariane Walter ? OK ! Et alors ?

            Le fait d’être avec Jean-Luc Mélanchon au moment de cet incident lui enlèverait toute possibilité de donner son avis sur un sujet qui n’a rien à voir avec ce personnage et la politique ?

            Le fait de voter pour lui lui enlève, à vos yeux, toute crédibilité quant il s’agit de donner une possible solution pour éviter de manger n’importe quoi concocté par nos chères entreprises agro-alimentaires ?

            Je peux comprendre que cet incident vous ait choqué mais je ne vois pas le rapport entre le conseil d’Ariane en alimentation et ses préférences politiques !

            Donc, pour vous, si quelqu’un est du Front de Gauche et soutient Jean-Luc Mélanchon, il ne peut en aucun cas avoir de bons avis ? C’est un crétin fini dans tous les domaines ?

            Pfuit ! Que je suis contente de n’être d’aucun parti et de ne pas me mêler de politique !!!! Cela me permet de donner des avis sans que quelqu’un d’un autre parti décide que je n’ai pas à en donner parce que je ne suis pas du « bon côté » !! 


          • kane85 kane85 28 juin 2012 12:41

            @ Famine

            Je comprends votre propos... Et dépose la « hache de guerre » smiley

            Ce fut un plaisir de communiquer.


          • Traroth Traroth 28 juin 2012 14:03

            Je ne vois pas où la contradiction entre soutenir Mélenchon et vouloir éviter que le peuple ne bouffe de la merde imposée par Big Agro...


          • Croa Croa 28 juin 2012 20:25

            à Kane85

            Tu dois cliquer sur le bon « Réagir à ce message »...

            Vu que là nous ne comprenons rien à ce que tu nous raconte !  smiley


          • alinea Alinea 29 juin 2012 00:07

            Croa : il y a eu une sérieuse censure !


          • Dupont Georges Dupont Georges 1er juillet 2012 13:12

            il est tout à fait possible de manger des produits de qualités sans pour autant ruiner son budget.


            Une alimentation à base de céréales, fruits et légumes frais et légumes secs bio, plus des poissons gras et semi gras sauvage (maquereau, sardines, harengs pas la peine que ce soit bio - si on veut manger du saumon, prendre du saumon du pacifique - toujours sauvage, plus cher, il suffit d’en manger moins souvent ), avec des herbes aromatiques qu’on peut cultiver soi même facilement même en appartement, en achetant occasionnelement de la viande (bio aussi ou au minimum fermière) pour se faire plaisir ne coûte pas plus cher qu’une alimentation à base de produits préparées et de viande low cost. Il faut aussi oublier les produits laitiers qui contrairement à ce que prétend le lobby laitier ne sont pas bon pour la santé (bon on peut tjrs se faire plaisir en en mangeant de tps en tps, mais il faut privilégier les produits à bas de lait de brebis ou chèvre, le lait de vache étant le pire)

            Ca prend plus de temps que d’argent et votre santé en sera la grande bénéficiaire !

          • kane85 kane85 28 juin 2012 11:13

            Je sens que je vais relire soleil vert ! Parfaitement d’actualité !...

            Comme Ariane : acheter le plus possible aux producteurs et tout cuisiner soi même...

            Mais si ! Mais si ! Faire la cuisine est un plaisir ! D’autant plus quand on voit la mine réjouie de sa famille ou de ses invités quand ils dégustent un plat fait maison avec autre chose que des additifs dedans smiley


            • NeverMore 28 juin 2012 11:20

              Et tous ces vieux qu’on enterre ou qu’on incinère sans rien récupérer.

              Et les retraités, pourquoi attendre que leur cuir durcisse inutilement. Ce n’est pas la retraite à 60 ans (et même avant), qu’il faut déclarer, mais l’obsolescence.

              Je pense que les chômeurs aussi pourraient se rendre utiles.

              La réincarnation n’aurait jamais si bien porté son nom.

               


              • Constant danslayreur 28 juin 2012 11:28

                 smiley
                Des retraités et des chômeurs oui, mais attention, nourris-élevés à la bonne saloperie made in espritmaladeland ... vous êtes cerné


              • bergerlotois 28 juin 2012 11:24

                Ce type d’agriculture n’apporte rien à l’humanité, repose sur des systèmes pyramidaux et concentrationnaires qui implique pour fonctionner une énergie pas chère et le non payement des désastres environnementaux et biologiques associées.

                On finit par se demander où tout cela souhaite aboutir ; si ce n’est à réussir à ne faire manger aux gens que des déchets.

                L’histoire (si nous survivont à notre époque) jugera sévèrement notre temps comme la période où l’humanité à sombré dans la sotise abjecte de ce que l’on nomme progrès et qui n’est rien d’autre que de la décadence.

                Si la réincarnation existe, peut-être reviendrons-nous sous la forme de saucisse de glu de porc malaxée ; ainsi, la boucle sera bouclée.

                 


                • stanh 28 juin 2012 15:20

                  Mais rien ne nous permet de penser qu’il est possible pour l’humanité de croître indéfiniment sur cette planète. La Réalité n’a que faire de nos « envies » et de nos besoins. Y’a t’il une solution saine a ce problème ?
                  Pour l’instant je n’en vois aucune.
                  Cependant je n’ai pas envie de manger ce genre de merdes non plus.

                  Que faire ? Pour combien de temps ? Avons nous réellement le « droit » (la possibilité) de prétendre manger comme nos ancêtres alors que nous sommes de plus en plus nombreux ?

                  Ah les défis du futur ne se relèveront surement pas sans leur lot d’horreurs en tous genres.

                  Limiter la croissance humaine...ou tous se transformer en drones esclaves nourris par intraveineuses.


                • bergerlotois 28 juin 2012 15:57

                  Contrairement à ce qu’on croit, l’agriculture produit moins aujourd’hui qu’hier. Les rendements en blé plafonnent en france depuis 1990 par exemple. Nous jettons énormément aussi. Il y a encore 50 ans, rien ne se perdait. Les gens avaient une certaine forme de respect pour les aliments. Les fermes étaient de grands centres de recyclage : un écosystème utilisant les déchets des diverses productions pouren faire une nouvelle. Exemple : le lait de la vache fait du fromage et un déchet (le petit lait), le blé fait de la farine et un déchet (le son). Avec le petit lait et le son, vous élevez ds cochons. Aujourd’hui, le petit lait part presque totalement à la fosse et le blé est directement transformé en aliment du bétail.

                  « Mais rien ne nous permet de penser qu’il est possible pour l’humanité de croître indéfiniment sur cette planète. La Réalité n’a que faire de nos »envies« et de nos besoins. Y’a t’il une solution saine a ce problème ? »

                  D’après un rapport de la FAO, l’agriculture bio (comprendre autonome) peut nourrir 12 miliards d’individus, à condition de relocaliser la production. Aujourd’hui, l’afrique crève des productions bon marché du nord alors qu’elle pourrait être exédentaire. La planète porte plus de un miliard d’individus mals mourris. En chiffres absolus, ça n’a jamais été pire.

                  L’agriculture moderne ne donne pas à bouffer aux habitants de cette planète, et ce qu’elle donne, c’est de la merde.


                • stanh 28 juin 2012 16:13

                  12 milliards hein... désolé de ne rebondir que sur ce propos mais.... 12 milliards c’est dans combien de temps ? 50, 60 ans ? Alors qu’on a quelques millions d’années de « prospérité » derrière nous, cela fait très maigre .


                • bergerlotois 28 juin 2012 17:24

                  C’est vrai, mais c’est déjà 12 miliards de gens qui pourrait manger correctement. Après, c’est le grand flou...


                • foufouille foufouille 28 juin 2012 11:43

                  « les AMAP pour ceux qui peuvent !!! »

                  souvent trop cher

                  « quand vous faites cuire la viande, regardez la flotte dans la poêle après cuisson et vous comprenez ce que vous avez acheté... »

                  a part le poulet PAC ?


                • bergerlotois 28 juin 2012 12:02

                  Les amap sont dans une situation délicate, l’état souhaite les taxer fiscalement comme étant une stucture de vente. Encore un point pour la grande distri.


                • Croa Croa 28 juin 2012 21:53

                  à Bergerlotois,

                  Pour le moment, la situation est nullement délicate. Les AMAPs sont des associations sans but lucratif où les partages sont réservés aux membres. Pour taxer ça ils faudraient qu’ils votent une loi (un décret ne suffirait pas). Cela engendrerait aussi des modifications dans les budjets de toutes les associations ou des services sont mis à prix coûtant à la dispositions des membres tels que les clubs sportifs par exemple...

                  Le parti politique qui vote ça est mort !  smiley

                  Donc ça ne se fera pas !


                • cevennevive cevennevive 28 juin 2012 11:42

                  BEURKKK !

                  Quelle ignominie...

                  Oui Ariane, acheter bio ou au paysan du coin. Mais qu’en est-il si l’on est invité ou si l’on mange au restaurant, à l’occasion des vacances ou des voyages par exemple ?

                  D’autre part, le paysan du coin, ou le producteur bio, ne peut pas trouver de la semence non trafiquée. C’est fini cela ! J’en sais quelque chose, moi qui cultive mon potager... Croyez-vous que tous les producteurs bio se fournissent en semence chez Kokopelli ?

                  De plus, lire les étiquettes au supermarché est de plus en plus difficile, soit qu’elles soient composées de numéros et de lettres, soit qu’elles soient invisibles tant elles sont minuscules.

                  Et Monsanto qui a fait un chiffre d’affaires effarant cette année (j’ai oublié le chiffre, dit sur FR inter ce matin, tant il était élevé...) !!!

                  Je suis bien pessimiste (et pourtant, je me soigne...)

                  Cordialement à tous.

                  PS : je vous en veux un peu Jean-Claude de nous avoir dégoûtés à jamais des saucisses. Un reste d’enfance peut-être, où mes parents élevaient un cochon pour la viande de l’année : j’ai toujours un peu d’attrait pour les saucisses grillées. Mais je m’en prive le plus possible ! La seule viande que je consomme avec confiance, c’est celle des lapins de mon clapier.


                  • bergerlotois 28 juin 2012 12:04

                    On a encore des semences paysannes...


                  • Leo Le Sage 28 juin 2012 15:12

                    C’est comme le droite de vote, il faut continuer à combattre...

                    Vous êtes souffrante ? Si c’est le cas alors une bonne partie de ceux d’Agoravox devraient aller se faire soigner dans un asile... smiley


                  • Croa Croa 28 juin 2012 22:03

                    Il existe des restaurants bio et même des restaurants végétariens.... au moins dans les grandes villes et dans des villes moyennes aussi .

                    Ces établissements réservent presque toujours de bonnes surprises ! smiley


                  • NeverMore 28 juin 2012 11:54

                    A la ferme oui ...

                    « Oh la ! Marie ... ! Faudrait qu’ tu r’passes au supermarché pour racheter des oeufs, on a tout vendu ceux que t’as acheté la semaine dernière ... »

                     


                    • foufouille foufouille 28 juin 2012 12:47

                      faut regarder le code sur la coquille
                      y compris dans un marche


                    • cevennevive cevennevive 28 juin 2012 13:47

                      Hé Foufouille !

                      Les poules de ma voisine qui courent dans les près ne pondent pas des oeufs avec un code !

                      Elle m’en vend une douzaine par semaine : 3,20 euros la douzaine. Plus cher qu’au supermarché, mais il faut voir le goût (et la grosseur des oeufs). Et les gâteaux avec lesquels je les fais sont délicieux (et sans huile de palme).

                      En parlant des oeufs, cela me rappelle l’histoire que m’a racontée une vieille dame d’Alençon (du temps où j’y exerçais le métier d’enseignante). Durant la seconde guerre, comme elle était jeune maman, elle allait à vélo dans les fermes pour chercher des oeufs, du beurre et des légumes, parfois au péril de sa vie !

                      Avec les moyens dont nous disposons, ne pourrait-on pas faire un peu pareil : aller à la campagne chercher une partie de sa nourriture ?

                      Vous avez peur de vous faire « arnaquer » par certains paysans ? Mais les supermarchés ne vous arnaquent-ils pas mille fois plus ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès