Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Aller à la rencontre de la faune

Aller à la rencontre de la faune

Vous pensez peut-être tout connaître des animaux ? Réfléchissez-y, quels sont ceux que vous connaissez réellement ? Je ne parle pas des connaissances théoriques acquises dans la lecture d’ouvrage spécialisés, films ou documentaires mais de la réalité. Pourriez-vous mettre à profit en situation réelle l’acquis ? Qui serait capable de faire appel à ses acquis en situation réelle face à un ours ou à une guêpe ?

Quels sont les animaux que vous avez déjà fréquentés ? Comme beaucoup d’entre nous vous avez eu l’occasion de caresser des chiens et des chats, peut être le hamster du voisin…

Prenons un exemple commun à presque tous : les vaches, vous les avez aperçus en passant en voiture, à vélo, du train…

Est-ce suffisant ? Vous pensez que voir de loin l’animal, cela vous permet de l’appréhender ? C’est comme si vous me disiez connaître les nombreux passants que vous voyez défiler dans la rue en marchant.

Même si vous avez déjà été à la ferme pour assister à la traite des vaches ou bien vous avez eu l’occasion de visiter un haras cela ne permet pas d’anticiper les réactions naturelles de l’animal car celui-ci est confiné dans un endroit clos. Les plus téméraires, à l’abri derrière la barrière, auront osé une caresse sur le flanc ou la tête de l’animal…

La visite des zoos n’échappe pas à cette idée commune : les animaux privés de liberté ne sont bien souvent que l’ombre d’eux-mêmes et paraissent bien léthargiques : nous nous risquons d’une petite approche pour les moins dangereux et lorsque cela nous est permis. 

La sombre réalité est là : pour une grande majorité, l’organe qui fréquente le plus les animaux c’est notre estomac. Triste constat, n’est-ce pas ? Triste de savoir qu’on nous avons plus mangé que vu ou touché des animaux !

La liste est longue : bœuf, vache, veau, cheval, mouton, cochon, poule, poulet, oie, canard, lapin, saumon, lièvre, brochet, carpe, sardine, maquereau… Requin, grenouille, poulpe, autruche, crocodile, bison… Chenille, criquet, sauterelle, larve… Quasi tous les animaux en fait.

Mon intention n’est pas de vous entraîner sur le chemin du végétalisme.

Non, simplement, j’aimerais mettre en avant le fait que la majorité ne connaît presque rien des animaux, que nos enfants ont bien souvent du mal à visualiser l’apparence de l’animal qui lui est servi dans l’assiette sous forme de carré , rectangle, et apparaît totalement inoffensif (enfin…), n’est-ce pas ? Avez-vous déjà côtoyé l’animal original ? Les vaches sont des êtres énormes, qui peuvent vous encorner puis vous piétinez sans que vous ne puissiez rien y faire. Pourtant ce sont des animaux qui ont une crainte innée de tout. Elles sont curieuses, viennent rapidement à votre contact, mais si vous tentez une approche trop rapide, elles vont fuir en courant ! Même si vous les laissez s’avancer elles auront tendance à garder leurs distances vous privant du plaisir de les caresser ou de les toucher. 

Et les chevaux ? Certains d’entre nous les perçoivent via les lasagnes, et d’autres les connaissent uniquement pour les monter et les « éduquer ». Quid du compagnon pour l’être humain ? Quid de ses mœurs ?

Le cheval tout comme la vache est un animal social qui vit en troupeau. Chez les chevaux c’est le mâle qui domine et les altercations sont nombreuses sans conséquence pour ces derniers ; pour l’humain c’est une autre affaire…

L’image du cheval c’est le cheval monté, sellé, ferré, parqué dans un haras et condamné à trotter en rond. Le cheval est beau sans tous ces accessoires souvent inutiles (même les fers, et oui) Sa grande taille lui permet de dominer l’homme, il est d’une grande agilité et impressionne par sa présence lorsque nous sommes amenés à le côtoyer. Bien que craintif il se laisse approcher. 

Chèvres et moutons ressemblent aux chevaux et aux vaches, mais leur taille fait qu’ils sont moins impressionnants. Les voir gambader ou brouter permettrait d’en apprendre plus sur leur existence que la consultation des livres, des écrans ou pire la représentation inerte d’une côtelette, sans oublier leur odeur, bien différente et tout autant, voir plus agréable que celle de votre assiette.

Pour ce qui concerne les oiseaux sont-ils plus abordables ? Tout dépend de l’espèce … Il est possible de faire manger les oiseaux dans sa main, mais avant d’en arriver là il faut de la patience. Pour les plus pressés il y a des solutions plus rapides avec des oiseaux plus téméraires.

En tête de liste les canards et les cygnes. Il est facile d’aller se promener au bord d’un cours d’eau ou d’un lac pour les trouver. En hiver vous pourrez les attirer avec quelques quignons de pain ils vous approcheront sans trop de peine.

Vous aurez alors l’occasion de réaliser que le fameux canard colvert paré de ces si belles couleurs pour le mâle ne vole pas la vedette à la femelle dont la beauté est plus subtile avec une élégance bien cachée, globalement grise avec son petit bandeau bleu aux reflets magnifiques, plus difficile à percevoir.

Je n’évoquerais pas les pigeons, l’oiseau « commun » envahissant capable de venir vous manger dans la main se faufilant partout dont la présence est courante à l’intérieur des grandes gares attirés par les miettes perdues par les voyageurs pressés. Leur gourmandise est connue de tous, c’est un fait mais qui peut dire que leurs mœurs nous sont familières ? Qui a déjà vu les petits ? Quel type de nid font-ils ? Quand couvent-ils ? Vivent-ils en couple à vie ou changent-ils de partenaire ?

Corbeaux, corneilles, moineaux, pies sont des oiseaux un peu plus familiers et très faciles à voir surtout l’hiver et si vous les nourrissez. Avez-vous pris la peine de les regarder attentivement ? Les moineaux sont des oiseaux très sociaux. Le spectacle qu’ils donnent à voir lorsqu'ils s’invectivent, s’affairent pour finir par s’envoler de concert est réjouissant et instructif.

Corbeaux et pies sont plus solitaires, leurs prises de bec restent intéressantes à voir surtout contre d’autres espèces, leur taille les rend très téméraires.

Pour les insectes, les beaux jours étant arrivés leur observation s’en trouve facilitée. Toutefois il faudra faire peu preuve d’un peu de patience et rester immobile faute de quoi notre présence risque de provoquer leur fuite.

Coccinelles, abeilles, guêpes, sauterelles, araignées… Il y a de quoi observer, c’est toujours intéressant de les voir s’affairer. Si vous êtes un peu plus téméraire vous pourrez même vous approcher des nids et ruches, notamment pour les guêpes et les abeilles mais attention à ne pas les déranger pour éviter les piqûres.

Pour les poissons l’observation et l’approche sont plus difficiles, le milieu dans lequel ils évoluent n’est pas le nôtre. A part quelques rivières à l’eau claire et dégagée, il est difficile de les voir évoluer ou alors de façon très sporadique.

Toutefois les cours d’eau recèlent d’autres vies, notamment oiseaux, insectes, mammifères et batraciens. Vous pourrez notamment y découvrir têtards, crapauds et grenouilles, ou en tout cas les entendre surtout au printemps.

Vous l’aurez compris après ce rapide tour d’horizon : mieux connaître des animaux est très accessible, encore faut-il le vouloir. Et pourquoi refuser de côtoyer des êtres qui nous servent de façon quotidienne ? Bien sûr, il y a l’aspect nourriture, mais ce n’est clairement pas tout…

Les chevaux et bœufs peuvent encore être utiles aux travaux de la ferme. Faites donc un rapide tour d’horizon de quoi sont faits vos porte feuilles, pulls, violons, montres, canapé, encore une fois, la liste est très longue. Tous ces éléments proviennent d’animaux ! Bien souvent à leur détriment, par ailleurs.

La libération animale ne passerait-elle pas, d’abord, par leur approche ? Ce n’est pas en ignorant l’odeur, le toucher et même le visuel d’un animal que nous pourrons faire évoluer les mentalités. Ce n’est pas de façon virtuelle, derrière nos pc, que les choses vont bouger.

Alors, pour mieux appréhender l’environnement, vivons-la ! Vivez la, et redécouvrez faune ainsi que flore : vous n’en vivez que mieux, loin du béton et de nos sociétés stressées.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • alinea Alinea 24 juin 2013 10:41

    Pour vivre avec les animaux, il faut s’oublier soi-même ; je veux dire l’être social, le kéké, même le timide ! Ce n’est pas une observation mentale qu’il faut mais une empathie ; certains en ont le don, d’autres, abîmés par le désir ou la crainte, ne savent pas.
    Déjà avoir la curiosité de savoir ce qu’est un chien, un chat, avant d’en adopter un ! Et ne pas céder au désir de « posséder » un cheval, parce que l’on a un terrain de mille mètres carré !! Oui,s’oublier et savoir renoncer ! C’est pas demain la veille ; mais quelle misère de voir et entendre ces chiens seuls toute la journée, ces chevaux seuls dans leur paddock, ces oiseaux en cage, ces poissons en bocal !!
    L’homme offre la prison par amour et il croit que la prison est dorée !
    Quant aux animaux sauvages, ils se passent de nous ! volontiers !!


    • Kelimp 24 juin 2013 12:17

      J’ajouterai respecter l’animal quelque soit sa taille, ne plus le considérer comme un meuble et être conscient que la nature n’est pas un paradis idyllique.
      Je me souviens d’avoir assisté, cet hiver, à cette scène : alors que je regardais des dizaines d’oiseaux se nourrir dans mon jardin, un faucon s’est abattu sur une pauvre mésange qui ne l’avait pas vu arriver. Après l’avoir tuée d’un coup de bec, il s’est perché sur un mur et l’a tranquillement déchiqueté et mangé. Le tout a duré 10 minutes...
      C’est aussi cela, vivre avec des animaux...


    • foufouille foufouille 24 juin 2013 10:46

      il faut vivre avec, il suffit pas de les approcher
      ils ont peur, car l’humain inconnu est une menace, un prédateur comme le lion
      une lionne peut adopter une petite gazelle, ce qui l’empèche pas de manger les autres


      • nemotyrannus nemotyrannus 24 juin 2013 13:41

        A y’être vous auriez réellement dû nous dire quoi faire face à un ours , c’est toujours bon à savoir ^^.


        • alinea Alinea 24 juin 2013 14:50

          Lever les bras et ne pas bouger ; c’est bon à savoir si vous balader seul dans le Parc d’Alaska !!


        • alinea Alinea 24 juin 2013 19:39

          Mais baladez avec un « z », c’est mieux !


        • alinea Alinea 25 juin 2013 11:56

          Selena : ce principe de « laisser faire » ( la nature) est très pertinent aussi dans l’éducation, des bêtes et des enfants ; à faire tout pour faciliter la tâche, on fait des handicapés de la vie !


        • ecolittoral ecolittoral 25 juin 2013 14:02

          Vous rêvez mon ami ! Avez vous le temps ? 

          Les 10 fois 20 minutes, pour rechercher, localiser ATTENDRE la métamorphose de la cigale ?
          Etes vous prêt à sortir de la montre et de la micro seconde ?
          La minute et l’agitation pour se croire vivant. Ne pas perdre SON temps.
          Juillet : Est ce que le crabe que le gamin vient d’attraper est difforme ? Combien de pattes ? Pourquoi une petite et les autres grandes ?
          Pas le temps, c’est l’heure de l’aquagym, de la danse du club.
          Heureusement qu’il y a toutes ces animations, les mini clubs, la séance de yoga, la séance d’UV. Le planning est bien charger. Heureusement sinon...

          Le temps de vivre légal que l’on donne à 10% de réduction cette année. Les vacances !
          Le temps confisqué et légal, celui qui doit être rentable de 8 à 12 et de 14 à 17.

          Grimpez à un arbre et j’appelle les flics.
          Payez 200 euros la nuit, dans la cabane à dix mètre du sol, au milieu des branchages et vous voilà devenu écotouriste avec N° de SIRET.

          - Qu’est ce que tu a fait cet été, ce WE ?
          - J’ai observé les fourmis, une mante religieuse...
          - J’ai pris le train de banlieue à 8 heures dimanche matin. Direction la campagne pour observer les jonquilles, les primevères et un nid de fauvette.
          - OUAWWWW ! Tu te fait chier à ce point dans ta vie ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

POlivier


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès