Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Alors, ces fameuses BOUES ROUGES, késako ?

Alors, ces fameuses BOUES ROUGES, késako ?

Dans les derniers jours de l’année passée, les me(r)dias mènestrime nous ont parlé de boues. Pas ragoutant la boue… Et rouges de surcroit ! Dangereux le rouge… Et à ce sujet il y a eu bagarre entre deux poids lourds du gouvernement, Valls (le patron délégué) et Ségo (l’Ex). De quoi s’agit-il ? Du déversement en Méditerranée de millions de tonnes de déchets toxiques.

Un communiqué à mis le feu aux poudres : « Stéphane Bouillon, préfet de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, préfet des Bouches-du-Rhône, a signé le lundi 28 décembre 2015 un arrêté autorisant la société Altéo (ex-Péchiney) à continuer à exploiter à compter du 1er janvier 2016 ses usines sur le site de Gardanne et autorisant, pour une durée de six ans, le rejet dans la mer d'effluents aqueux dépassant les limites réglementaires. » Pas contente Ségolène : « L'ordre est venu du Premier ministre au préfet, direct ».

Explications de Matignon : « Le Conseil supérieur de prévention des risques technologiques - un conseil indépendant composé d'experts rattaché administrativement au ministère de l'Ecologie - a planché le 22 décembre et a soumis l'arrêté d'autorisation au vote ». La réunion s'est conclue par « un vote assez large d'une autorisation pour six ans du processus industriel proposé par Altéo » et le rejet en mer, pour 6 ans, d'effluents résultant de la production d'alumine dans le Parc national des Calanques. Bonjour l’image des parcs nationaux !

Voilà l’épisode ministériel. Mais les « boues rouges », késako ? L’affaire est ancienne. En 1893, le groupe Péchiney a construit en Provence, à Gardanne, entre Marseille et Aix, une usine afin d’exploiter le minerai de bauxite très présent dans la région. La bauxite (étymologiquement « terre des Baux ») ça sert à faire l’aluminium. Seulement les divers processus pour passer du minerai à l’aluminium génèrent des montagnes de déchets solides et liquides particulièrement toxiques. Oui mais, depuis cette époque, l’usine apporte emplois et relative prospérité dans ce coin de Provence séché par le soleil et battu par le mistral. Et depuis, l’Etat s’est toujours montré très « compréhensif » avec l’usine, particulièrement au sujet de ses déchets. « Á l’heure où l’opinion française redoute les délocalisations », il est impératif de « sauvegarder plusieurs centaines d’emplois », avaient justifié les commissaires chargés de l’enquête. L’écologie, la préservation de l’environnement, mouais… Mais les emplois, c’est autre chose. Le site de Gardanne, plus grand site mondial de production intégré d’alumines, emploie 400 salariés et 250 personnes sous-traitantes. On est dans le cas typique, caricatural du chantage à l’emploi.

Qu’est-ce qu’elle fait de ces déchets, l’usine ? Ben, au début, elle les a stockés sur des terrains alentour, « agrémentant » la région de poussières rouges ou blanchâtres… Puis, quand ça a dépassé les bornes, des têtes d’œuf ont planché sur le problème et crié « Euréka ! » Ils avaient trouvé la solution miracle : balayer les poussières sous le tapis ! En l’occurrence : foutre discrètement toute cette merde au fond de la Méditerranée. Cette brillante décision date de 1966, une époque où les soucis d’environnement n’étaient pas primordiaux…

Ainsi fut fait. Une énorme canalisation serpente depuis sur 47 km à travers la garrigue provençale de Gardanne à Cassis ! Puis ce merdoduc pénètre sous l’eau et continue sur 7,7 km encore jusqu’au fossé sous-marin dit « de Cassidaigne » où il chie ses estrons toxiques par 320 mètres de fond. Vingt millions de tonnes de sédiments toxiques se sont accumulées dans cette fosse au cœur du parc national des Calanques, sans compter tout ce qui a débordé et, au gré des courants, s’étale en couche plus ou moins épaisse du golfe de Fos à la rade de Toulon. Et le robinet à merde n’est pas prêt d’être fermé puisque Alteo a déposé en mai 2015 une demande de renouvellement de la concession d’occupation du domaine public maritime pour trente ans. Avec de fortes chances de l’obtenir… Chantage à la délocalisation en cas de refus qui signifierait arrêt de l’usine.

Ces boues rouges sont-elle dangereuses ? Actuellement, les poissons de fond ont déserté les abords de la fosse de Cassidaigne et ceux que l’on pêche sont bourrés de mercure, d’arsenic, de titane et autres délicates épices : thorium 232, uranium 238, cadmium, vanadium, plomb, soude, chrome, nickel, etc.. Et que dire du plancton, nourriture de base de la chaine alimentaire marine ? Les pathologies éventuellement liées au mercure sont très variées : psychologiques (dépression, troubles de l’humeur, etc.), neurologiques (maladie d’Alzheimer, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, épilepsie, handicaps de naissance, etc.), dermatologiques (eczéma, etc.), immunitaires (infections à répétitions, allergies, maladies auto-immunes : maladie de Crohn, maladie de Gougerot-Sjögren etc.), digestives (colite), cardio-vasculaires (tachycardie, artériosclérose, cardiopathie cardiaque dilatative) rénales, rhumatismales, et même cancers (tumeurs cérébrales : glioblastomes, plus fréquents chez les dentistes).

« Elle est fraiche ma rascasse ! Elle est bonne ma bouillabaisse ! Elle est claire mon eau ! » Ben voyons…

Bon. Mais ça – si l’on en croit les responsables d’Alteo, l’usine en question – c’est le passé. « Ça va changer ! Objectif Zéro déchet » qu’ils disent les « communicants » de l’entreprise, premier producteur mondial d’alumines spéciales entrant dans la composition de céramiques pour l’électronique, les cristaux liquides, etc. Et de fait, l’usine a cessé de balancer la totalité de ses boues rouges en Méditerranée, sauf un reliquat annuel de 84 tonnes, loin du million de tonnes annuel précédant. Mais elle veut continuer à y balancer ses effluents liquides chargés de métaux lourds dissous et de soude. Pour pouvoir cesser de balancer ses boues rouges, Alteo s’équipe de trois filtres-presses permettant la déshydratation des boues. Reste alors une matière sèche, stockée désormais sur le site de Mange-Garri (mange-rats), proche de Gardanne, balayée par les vents et lessivée par les eaux de ruissellement, que l’entreprise voudrait valoriser sous le nom de Bauxalite. A Mange-Garri, l’eau des puits est interdite non seulement à la consommation, mais encore à l’arrosage et au remplissage des piscines. Bauxalite ! C’est joli comme mot. Même l’Europe met du pognon dans ce projet au titre du soutien à « l’économie circulaire ». Pour quoi faire ? Qui lo sa… Des remblais parait-il. Mais un peu radioactifs… Les routes seront lumineuses !

Ces filtres-presses représentent un investissement de 30 millions d’euros, financés à moitié par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, donc de l’argent public ! Et – cerise sur le gâteau – Un amendement taillé sur mesure s’est glissé dans une loi rectificative de finances en 2012 qui fait que la redevance d’Alteo à cette agence, qui était de 13 millions, a été réduite à 2,6 millions en 2014.

Résultat de tout ce micmac, depuis le 1er janvier, Alteo est autorisé à rejeter en Méditerranée ses effluents liquides toxiques pour six ans… Un sacré revers pour les défenseurs de l’environnement et un coup de pied au cul à la ministre de l’écologie, Ségolène Royal.

Alteo, c’est le dernier avatar d’une cascade d’achats et de ventes plus ou moins claires. L’entreprise appartenait à Péchiney, acheté en 2003 par Alcan, lui-même acheté en 2007 par Rio Tinto, acheté en 2012 par le fond de placement étazunien HIG Capital, proche des pires politicards Républicains étazuniens…

Oui mais que la COP 21 fut belle, qui met la France à la tête des défenseurs de la planète !

 

Sources :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/08/22/le-dossier-noir-des-boues-rouges-de-gardanne_4475340_3244.html

http://www.europe1.fr/politique/boues-rouges-matignon-repond-a-segolene-royal-2642451

http://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/LANDREVIE/52952

 

 Illustration X - Droits réservés


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • Laulau Laulau 4 janvier 10:53

    Cher Victor,

    En général j’apprécie vos articles, mais là je serai un peu critique. Je connais bien la région puisque j’y suis né et que j’ai pêché pas mal aux alentours de Cassidaigne. C’est un des coins les plus poissonneux de la rade et des alentours.
    Balancer des déchets à la mer, ça n’est pas l’idéal mais cela n’autorise pas à dire des bêtises.
    Vous parlez de thorium 232, uranium 238, cadmium, vanadium, plomb, soude, chrome, nickel....
    Mais en quelle quantité ? A l’état de traces, vous risquez de retrouver la même chose dans votre jardin, si vous en avez un. Ces boues ne sont que des résidus de Bauxite, minerai très courants en Provence. Notre terre serait-elle empoisonnée ? Que je sache, la bauxite est traitée par de la soude qui une fois dans la mer ne fera qui augmenter la quantité de sodium .....bref un peu plus de sel dans la Méditerranée ........Et puis la fameuse couleur rouge (forcément maudite) provient pour l’essentiel d’oxyde de fer, de la rouille quoi !


    • Abou Antoun Abou Antoun 4 janvier 13:09

      @Laulau
      de la rouille quoi !
      Qui, comme chacun sait, est excellente avec la bouillabaisse.


    • benyx 4 janvier 19:34

      @Laulau

      Je vous conseille de regarder l’excellent reportage d’Arte « Planète Alu » qui donne le résultat de la pollution à Barcarena au Brésil, le plus gros fabricant d’alumine.

      http://www.dailymotion.com/video/xymfms_planete-aluminium-thema-2013-partie-1_tech


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 20:49

      @benyx
      L’aluminium, est un puissant neuro-toxique, responsable d’une grave maladie appelée « Myofasciite à macrophages », le Ministère de la Santé a décidé qu’elle n’existait pas, donc pas de recherches... sur ce qui n’existe pas.


    • sls0 sls0 4 janvier 23:35

      @Fifi Brind_acier
      Dans un vaccin je n’apprécie pas du tout l’aluminium, pour la cuisine j’emploie du papier aluminium.
      Faute d’avoir plus d’éléments dans la relation entre l’aluminium et l’homme dans ce cas, il est difficile de trancher.
      L’oxyde d’aluminium est un des éléments les plus courant sur terre.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 janvier 06:47

      @sls0
      Bonjour,
      C’est bien parce que l’aluminium est en grande quantité, donc pas cher, qu’on en retrouve partout..., et pas seulement dans les vaccins !


      L’aluminium est partout dans votre cuisine : farines, laits pour les bébés, charcuteries, pâtisseries industrielles, pain, emballages de surgelés, eau du robinet etc etc

    • Yanleroc Yanleroc 5 janvier 10:24

      @Fifi Brind_acier


      Et surtout ,il est très présent dans ces pu...tains de Chemtrails  !!

      La fiche WIKI est finalement pas si mal, bien qu’incomplète, 
      il suffit de remplacer, le conditionnel par le présent !

      Meilleurs voeux !
      Le Nombre.

    • sls0 sls0 5 janvier 15:08

      @Fifi Brind_acier
      L’aluminium est le métal le plus présent dans l’écorce terrestre et le troisième élément le plus représentatif sur terre, il faut faire avec tout comme l’oxygène et le silicium qui le devancent.
      Ca fait 3,5 milliards d’année que la vie est sur terre et fait avec.

      Bon jusqu’à ces dernier temps on avait pas trop tendance a se le foutre directement dans le sang ou sur le peau sous forme de sels dans les cosmétiques.
      Il y a des limites à tout.


    • chantecler chantecler 6 janvier 07:56

      @Fifi Brind_acier
      Non l’aluminium utilisé comme principal adjuvant (catalyseur) dans une grande quantité de vaccins est bien plus sujet à caution que l’aluminium alimentaire et autre .
      Un vaccin est injecté par voie parentérale , c’est à dire directement par l’organisme sans passer par le tube digestif .
      Et donc se diffuse partout .
      D’où la critique de certaines vaccinations car cet aluminium n’est pas anodin et explique certains accidents ou effets indésirables des vaccins . D’ailleurs certains vaccins sont faits sans aluminium mais pas facile de savoir lesquels . Nous avons su cela quand il y a eu la vague de vaccination contre la grippe (H1N1,je crois).

      L’autre aluminium a probablement des effets mais ses conséquences sont moindres ...
      Mais par exemple si vous faites une analyse de sang on trouve des traces d’aluminium dans le sérum, comme d’ailleurs de la plupart des atomes connus ....
      Maintenant je suis incapable de dire quelle est la part naturelle et celle imputable à l’industrie dans notre organisme .

      C’est un peu le même problème avec le plomb dentaire qui a été utilisé pour faire des plombages pendant des siècles .
      Pendant longtemps celui-ci a été déclaré anodin par les professionnels .
      En attendant les plombages aujourd’hui sont interdits remplacé pars des résines composites .


    • Abou Antoun Abou Antoun 4 janvier 11:03

      Le problème, dans sa généralité (déchets toxiques en Méditerranée) date en fait de 1972 voir cet article historique.
      Il ne s’agit donc nullement d’une affaire franco-française, cela concerne tous les pays riverains. A supposer qu’on trouve une solution dans le cadre européen, qui empêchera, par exemple, l’industrie chimique tunisienne de polluer le golfe de Gabès et le restant de ’mare nostrum’ ?

      Abou Bobo


      • fred.foyn Le p’tit Charles 4 janvier 11:18

        La pollution est connue depuis très longtemps, mais tous les politichiens s’en foutent royalement.....Ils prennent le peuple pour des « CONS »...vous savez ceux qui votent pour eux... !


        • mmbbb 10 janvier 11:43

          @Le p’tit Charles le port de Marseille est une verirtable poubelle Il y a eu un reportage de Greenpeace : 2 metres d’ordures entasses sous les eaux Un peu plus un peu moins Ces personne vivant des des endroits superbes ont cette negligeance de polluer Marseille est une ville sale comme beaucoup de villes tel Cannes ou seul le littoral donne une image carte postal Derriere la ville c’est un depotoir Qu ils vivent avec leur merde


        • petit gibus 4 janvier 11:23
          Victor
          les marseillais ne se régalent plus de boues-llaibaisses
          ils la laisse aux touristes smiley

          • Daniel Roux Daniel Roux 4 janvier 11:42

            Ces comités d’experts dont se servent les hommes politiques au pouvoir pour justifier leurs décisions anti-humaine sont à l’image de l’arbitrage Tapie. C’est celui qui paie le plus qui a raison.

            Rappelons-nous les comités d’experts sur l’amiante, l’alcool, le tabac, les médicaments, les produits chimiques, les OGM.. Tous composés d’experts triés sur le volet du même type que le célèbre ancien ministre Allègre, celui qui a fini par avouer ses liens avec les pétroliers pour produire des études anti-réchauffement climatique causé par les activités humaines.

            Tous ont rendu des décisions dans le sens des industriels, ou plutôt dans le sens des riches actionnaires finançant les campagnes électorales.

            Valls ne surprend donc personne lorsqu’il s’abrite assez cyniquement et tout à fait lâchement derrière ses experts.


            • Abou Antoun Abou Antoun 4 janvier 13:25

              @Daniel Roux
              Tous composés d’experts triés sur le volet .
              Nous venons d’avoir un cas semblable sur les Côtes de la Manche, plus précisément dans un Parc Naturel
              A Boulogne sur Mer l’industrie principale et celle de la transformation des produits de la pêche maritime. une immense zone industrielle (Capécure) est dédiée à cette activité. Des déchets importants sont produits qu’il faut bien gérer. Auparavant ils étaient tout simplement rejetés à la mer, jusqu’à ce que des directives européennes interdisent cette pratique. Une filiale de Suez, Terralys, propose l’épandage des boues sur des terres agricoles. dans de nombreux pays cette pratique est interdite (concentration en métaux lourds, etc...) dans d’autres pays les industriels de l’alimentation refusent dans leur conserverie les produits poussés sur des sols ainsi amendés.
              Terralys courtise les maires et les agriculteurs pour pouvoir se débarrasser de ses saloperies à moindre coût (la solution idéale, l’incinérateur, étant considérée comme trop chère). Le préfet nomme des ’experts’, mais qui sont ces ’experts’ ? la plupart du temps des militaires ou des fonctionnaires en retraite n’y connaissant rien à rien. Leur but est de faire des enquêtes d’opinion, en somme de tâter le terrain et de mesurer le degré de résistance des populations.
              Dans notre cas, au niveau de la commune il y avait unanimité contre le projet à l’exception d’un agriculteur voyant la possibilité d’un ’engrais’ pas cher.
              Le rapport pondu par l’expert était atterrant ! En fait ces gugusses, s’ils ne pondent pas un texte allant dans le sens de ce qu’on leur a demandé, perdent tout simplement leur qualité d’expert et les indemnités qui vont avec. Dans la mesure où il ne s’agit pas d’un véritable travail mais de prébendes, ils savent ce qu’ils doivent faire.
              Voilà la compétence des experts, il ne s’agit en fait que d’une couverture, de justifier qu’on a pris les précautions d’usage.
               

               


            • oncle archibald 4 janvier 12:00

              Si tout se passe comme d’habitude cette entreprise va pendant encore six ans continuer à polluer, ne plus investir un centime, laisser son matériel et ses bâtiments vieillir jusqu’à devenir obsolète, puis devenue moins rentable et en tout cas pas assez rentable pour satisfaire l’appétit des actionnaires, elle trouvera un « repreneur » miracle à qui revendre son affaire, lequel repreneur six mois après enverra tout le monde voir s’il fait beau à pole emploi . En attendant pas de licenciements à Gardanne jusqu’à la date fatale, mai 2017. Du classique en quelque sorte, et des exemples du même genre on va en avaler encore pendant au moins un an et demi.


              • Electric Electric 4 janvier 13:59

                A la grande époque, Cousteau plongeait avec ses soucoupes une fois l’an dans la fosse de Cassidaigne pour venir certifier que les boues rouges ne posaient pas problème et prendre un petit billet, avant de se reconvertir dans l’écologie.

                Cousteau est très peu apprécié dans le milieu de la plongée sur la côte. Tout le monde sait qu’avant de se convertir à l’écologie, il a copieusement vidé la mer de ses mérous ou autres langoustes. Le père Poulain au Cap Croisette en avait les lèvres gercées. Quand Cousteau a battu le premier record du monde de plongée à 65m au sud de l’île Maire, Poulain était descendu avec une vieille bombonne et un détendeur bricolé avec des chambres à air à 70m, pour voir s’il n’y avait pas par hasard de la joncaille, Cousteau était déjà réputé pour son côté carnassier sous marin. Voilà pour l’anecdote.

                Autour du phare de Cassidaigne, les fonds sont superbes, poissonneux, notamment le site des « petits fonds », un sec à 35m, un petit coin secret. J’ai été moniteur de plongée à Cassis dans les années 80.

                Les problèmes potentiels sont donc à chercher dans les grands fonds, en face du canyon de Cassidaigne.

                On y retrouvera sans problème les millions de tonnes de bouillasse déversées depuis 100 ans, et une probable zone morte de chez morte.


                • cathy cathy 4 janvier 14:09

                  @Electric
                  Ce sont des boues très lourdes, donc ni vu ni connu.


                • mmbbb 10 janvier 13:29

                  @Electric son fils est pire il a laisse pourrir la Calypso I fut mele a des histoires d’ heritage petitesse d’esprit de famille ordinaire qui se battent tels des carnassiers autour d’une carcasse De surcroit Cousteau s’est attribue l’invention du detendeur alors qu il ne fut pas le precurseur In fine Cousteau etait de la meme veine que Nicolas Hulot : un opportuniste. Desormais le contre effet , j’arrive a douter de tout et je ne donne a aucune association L’ecologie a vraiment de mauvais precheur et elle est mal defendue


                • colere48 colere48 4 janvier 14:25

                  Bel exemple de la tartufferie de nos dirigeants

                  Moins d’un mois après la couteuse et totalement inutile Cob 21, hardi toto des millions de m3 de merde dans la grande bleue !!!!

                  La gerbe, voila ce que cela m’inspire , la gerbe !!!


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 20:52

                    @colere48
                    730 millions d’euros, c’est ce qu’a coûté la petite sauterie de la COP 21.
                    Heureusement qu’il y avait des sponsors....fortement polluants !! 


                  • Electric Electric 4 janvier 15:06

                    NB : le collecteur des égouts de Marseille sort toujours dans les calanques, un parc naturel parait-il.

                    Mais à Marseille, on préfère construire des stades pour les neuneus plutôt que des stations d’épuration.

                    Et tout l’été, vous avez les écolos bobos, en général des gamins de moins de 25 ans avec des tronches de ravis de la crèche sûrs de leur bon droit et de leur science forcément immense, qui viennent expliquer aux plaisanciers ou autres qui naviguent depuis 25 ans qu’il ne faut pas jeter ses poubelles dans la mer, pas mouiller dans les posidonies, ce qui permet de mettre sur le dos des dits plaisanciers les milliers de sacs en plastoc de merde qui sortent du collecteur ou autres ravages des pollutions sur le biotope.

                    Et tous les ans au début de l’été, les inénarrables reportages qui viennent charger les plaisanciers de tous les maux en matière de pollution pour leur coller sur le dos l’incurie de la gestion des déchets en PACA, sous contrôle de toutes les mafias.

                    Cela dit, le Parc National de Port Cros étendu aux autres îles a été plus que bénéfique à tout le monde.

                    La mer, c’est l’affaire de chacun, à son petit niveau quand on pratique une activité nautique.

                    Bref, du bon sens quoi !

                    Quant à ceux qui sont à terre, éliminez le plastoc jetable de vos vies, et ça ira mieux pour tout le monde. Une bonne partie finit dans les mers et donc retourne à nos estomacs.

                    Restent les métaux lourds. Là, c’est au-secours. Perso, j’ai banni tous les thons, ou autres espadons, chargés à mort.

                    Au fait, Fukushima a fait crever le Pacifique :

                    http://lesmoutonsenrages.fr/2015/12/30/carnage-inimaginable-fukushima-tuant-locean-pacifique/

                    Pour le Pacifique Nord, c’est trop tard, c’est foutu !

                    Hécatombes animales dans le monde 2015 :

                    http://lesmoutonsenrages.fr/2016/01/04/hecatombes-animales-en-2015-828-morts-de-masse-dans-96-pays-anglais/#more-90769

                    Tu veux que je te dise ? On a rompu les fragiles équilibres environnementaux. Les espèces « nobles » vont toutes disparaitre de la terre dans les 20 prochaines années. Ne resteront que les espèces moins nobles, adaptées à cet environnement impossible comme les méduses.

                    Quand on aura fini de construire toutes les stations d’épuration, on regardera une mer vide de ses anciens occupants, remplacés par on se sait quoi, entre soupe de méduses et plancton muté ou autres espèces proliférant sur les niches écologiques laissées libres par leurs gloriex prédécesseurs.


                    • Shawford sHAW42 4 janvier 15:09

                      @Tof

                      Tu diras à DEEP BLUE de muscler son jeu, mais de penser surtout un peu plus à sa famille, sa vraie et unique famille bien vivante et présente sur cette petite pomme qui nous sert de berceau à tou(te)s smiley


                    • Laulau Laulau 4 janvier 15:36

                      @Electric
                      le collecteur des égouts de Marseille sort toujours dans les calanques, un parc naturel parait-il.

                      Oui, après être passé par une station d’épuration. Maintenant si vous ne voulez pas que cela s’écoule dans la mer on peut essayer de pomper les eaux résiduelles jusque chez vous. Il faudrait peut être arrêter un peu avec les histoires marseillaises. Nos édiles font assez de conneries, pas la peine d’en inventer.


                    • Electric Electric 4 janvier 15:59

                      @Laulau

                      Tout le monde sait que le niveau d’épuration de la station de Marseille est très insuffisant. Je ne parle même pas des gros orages pendant lesquels la station rejette cash les effluents, ce qui rend les plages impropres à la baignade.

                      Un petit bain à la sortie du collecteur ? Ou dans le vieux port ? Cet égout à ciel ouvert même pas digne d’un bas de décantation. Pendant des années j’ai été courtier en bateaux de plaisance, et Marseille détient la palme hors concours du port le plus crade de la côte.

                      Autre chose : les stations ne filtrent pas les molécules médicamenteuses. Les poissons marseillais (les autres aussi d’ailleurs) prennent donc la pilule et se féminisent tout en bénéficiant d’une chimio et d’une antibiothérapie gratuite.

                      Ah, y’a aussi les trimballe-couillons géants qui viennent faire escale à la Joliette et crachent du fuel lourd équivalent à 1 000 000 de bagnoles en particules pas fines du tout.

                      Maintenant pour finir sur une bonne note : oui, les choses s’améliorent, et on va dans le bon sens. Mais y’a encore du boulot.

                      La Mairie marquerait des points en draguant le port et en le débarrassant de ses immondices. Pour commencer.


                    • Fergus Fergus 4 janvier 16:16

                      Bonjour, Electric

                      « Un petit bain à la sortie du collecteur ? Ou dans le vieux port ? »

                      Euh... même pas besoin : il suffit d’aller à la plage du prophète où, en prime, l’on a droit à quelques sacs en plastique, canettes rouillées, vieux mégots, et à l’occasion capotes usagées. Le bonheur ! Même aux Goudes ou à Callelongue, mieux vaut prévoir une pommade contre les irritations dermatologiques.


                    • Electric Electric 4 janvier 16:39

                      @Fergus

                      Ouaip, et faut voir ce qu’on trouve dans la flotte en traversant le courant ligure entre le continent et la Corse !

                      Une marée de bouts de plastiques microscopiques !

                      Pour faire bonne mesure et ne point trop fâcher nos amis marseillais, on peut aussi parler de la baie de Cannes : à 30m, les roches sont couvertes d’un tapis de merde qui tue tout, un espèce de voile gris, comme dans ces vieilles baraques abandonnées.


                    • Fergus Fergus 4 janvier 16:58

                      @ Electric

                      « ne point trop fâcher nos amis marseillais »

                      S’ils n’ont pas les eaux les plus pures, du moins les Marseillais disposent-ils avec les calanques* d’un formidable espace naturel, unique en Europe au sein d’une commune urbaine ! Idem pour les îles du Frioul. De pures merveilles !

                      * J’en profite pour rappeler ici qu’il est impropre d’attribuer les Calanques à la commune de Cassis, cette ville n’en possédant que deux : la très jolie Port-Pin et le garage à bateaux qu’est devenue Port-Miou. Toutes les autres, d’En-Vau à Callelongue (au moins 8 heures de marche et près de 1000 m de dénivelée cumulée par les sentiers côtiers !) sont situées sur le territoire municipal de Marseille.


                    • oncle archibald 4 janvier 17:02

                      @Electric : les sacs plastiques de supermarché sont une plaie pour tous mais notamment pour les plaisanciers car malheur à celui qui s’en approche de trop près. Ils viennent se coller sur la prise d’eau de refroidissement et si vous n’avez pas l’oeil sur le thermomètre pour déceler l’anomalie à temps c’en est fait de votre moteur ... Je dis ça mais bon, moi je navigue à la voile et le problème ne se pose que lors des manœuvres de port ou pour rentrer un jour de pétole ... mais il se pose quand même ! Faut avoir l’oeil bien ouvert. Sans parler des animaux marins médusophages qui les avalent en espérant se délecter et se retrouvent avec une occlusion mortelle de leur système digestif.


                    • Electric Electric 4 janvier 17:18

                      @oncle Archibald

                      Oh que oui ! le plastoc pris dans la crépine, et adieu le moulin !!

                      J’attends de voir avec la nouvelle réglementation qui supprime les sacs à usage unique.

                      Y’a une directive européenne.

                      Déjà ça, mais ça lambine.


                    • Laulau Laulau 4 janvier 17:33

                      @Fergus

                      Vous pouvez toujours essayer d’aller vous baigner dans la Seine.
                      Plus sérieusement, avoir des plages au sein d’une agglomération de la taille de Marseille n’est pas une chose simple. Il n’y a pas, ou plus de mauvaise odeur sur le littoral marseillais. Allez faire un tout sur la cote à quelques encablures de Monaco, vous pourrez y humer la suave odeur de la merde de riche.


                    • Electric Electric 4 janvier 17:38

                      @Fergus

                      Ouaip, j’ai même fait ma déclaration à ma douce à Sormiou devant un loup grillé.

                      Je connais plus le dessous que le dessus, plongeur et voileux oblige. Y’a encore des coins superbes. ça râle un peu pour le parc naturel, mais il le fallait.

                      J’ai passé au début des années 80 un mois d’encadrement à Cassis, à plonger entre les Goudes et le Cap Canaille.

                      Que du bonheur !

                      A Cassidaigne, à 40m, y’avait un énorme homard qu’on avait estimé à 7kg qui nous attendait bien sagement à chaque plongée.

                      J’y ai aussi fait mes plus belles plongées de nuit, sous Castelvieil.

                      On se faisait aussi des pique-niques nocturnes sur le rafiot de plongée à En-Vau.

                      Je te raconte pas !


                    • Fergus Fergus 4 janvier 18:00

                      @ Electric

                      N’étant pas plongeur, mais randonneur, je ne connais pas l’univers sous-marin du coin, mais j’imagine facilement le plaisir que l’on peut ressentir dans ce secteur de la côte. Le plateau de Castelvieil est superbe !


                    • Electric Electric 4 janvier 18:29

                      @Fergus

                      En fait, le grand massacre a commencé avec l’industrialisation sauvage du XIXème siècle (usines de soude, ...) pour culminer dans les années 70.

                      On pêchait le mérou dans 5m d’eau dans les calanques dans les années 50. Sont arrivés les chasseurs sous-marins qui ont commis le grand massacre, dont Cousteau et tous ses copains.

                      Depuis, et grâce à tous les efforts collectifs, aux parcs, aux protections d’espèces (mérous) ça va de mieux en mieux, mais la pression humaine est dantesque autour de la Med.

                      On est maintenant confronté aux pollutions « invisibles » : micros déchets qui pénètrent la chaîne alimentaire et molécules chimiques et médicamenteuses.

                      C’est le nouveau dossier à démerder.

                      La côte peut aussi dire merci au mistral qui envoie la merde au large.

                      En revanche, on dit pas merci à la merde qui arrive d’Italie par vent d’est. C’est marqué sur les étiquettes des emballages plastique.


                    • petit gibus 4 janvier 23:16
                      @Fergus
                      Ca alors !
                      Le monde est bien petit pour rencontrer sur AV des amoureux des calanques,
                      c’est mon terrain de jeux préféré smiley
                      J’voudrais pas faire de peine à Eric,
                      mais dommage que du haut des sentiers elles soient un peu trop polluées
                      par les bateaux à moteur l’accès par la mer ne devrait être autorisé
                      que par les voiliers ou les canoés smiley


                    • petit gibus 4 janvier 23:19
                      @petit gibus
                      scusez j’voulais dire Electric et pas Eric

                    • Yanleroc Yanleroc 5 janvier 10:50

                      @Electric


                      C’ est plus c’que c’était, mon bon monsieur, le Mistral a bien changé, lui aussi, dans la mesure ou s’il nettoyait le ciel AVANT,il ne ramène plus maintenant que la « bouscaille » qui stagne sur la France et l’Europe en quasi-permanence.
                      MAINTENANT, que le vent vienne du N-O ou N-NO, ou S-E, 
                      le ciel est (presque) toujours pourri ! 

                    • Doume65 5 janvier 14:51

                      @Electric
                      « y’avait un énorme homard qu’on avait estimé à 7kg qui nous attendait bien sagement à chaque plongée. »
                      Alors là, résister à le passer à la casserole, chapeau bas !


                    • Electric Electric 6 janvier 14:52

                      @Doume65

                      C’est l’essence même de la plongée de loisir : on regarde mais on touche pas. Tous les clubs de plongée ont « leurs coins » avec leurs sédentaires qu’on visite dans leur trou, dans les ragues (pour les sars), les roches plates (pour les corbs), les failles pour les mérous, .....

                      Les plongées au retour c’est souvent : t’as vu le mérou, il a grossi depuis l’an dernier ?!

                      Hélas, parfois un abruti se « fait » le mérou, le homard, on n’empêchera jamais la connerie. Toujours des mecs hors clubs, souvent des locaux. Les locaux se sentant plus légitimes que le parigot ou le lyonnais se permettent souvent des écarts et sont les premiers massacreurs de leur environnement, et les mieux placés pour pratiquer le braconnage en professionnels (oursins, épaves, thons rouges, ...). Dans les années 60, la dynamite a fait des ravages dans les calanques. Ensuite la « chasse sous-marine », comprendre le massacre des espèces nobles dans 5m d’eau, a vidé la tranche 0-30m de toutes ses espèces dépassant 2kg.

                      A la Ciotat, entre l’île verte et le « canonnier nord », il y a sous l’eau à 15m un tunnel qui était tapissé de corail rouge. C’était une plongée marronnier. Un beau jour, des corailleurs pirates se sont fait la grotte et n’ont laissé que la roche.

                      Alors, les boues rouges, oui c’est pas la joie, mais le vidage de la Med en 15 ans à peine est le fait exclusif des chasseurs sous-marins, dynamiteurs et autres aigrefins qui viennent aujourd’hui jouer les repentis ou les écolos d’opérette (Falco l’a reconnu avant sa mort). 3 chasseurs sous-marins peuvent vous vider une crique de tous ses sédentaires nobles en moins de 2 heures, et la poiscaille prend le chemin des restaus du coin sous le manteau, un grand classique.

                      Si la mer est vide, c’est pas les boues rouges, c’est clairement la pression humaine de Monsieur toutlemonde, (rejets) et le braconnage, la véritable plaie de la côte.

                      On peut aussi se régaler sans détruire :

                      Recette facile : ramasser 4 ou 5 anémones de mer dans 50cm d’eau en décollant le pied. Passer au vinaigre (ça tue le venin et élimine les gravillons). Couper en dés. Rouler dans une pâte à beignet ou dans la farine mélangée avec 1 pointe et d’ail et de persil. De l’huile dans une poêle, un aller retour et miam miam.

                      Goût : iodé, entre l’oursin et le violet. Sublime ! Un vrai bonbon des mers !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès