Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Alors dangereux ou pas dangereux, l’ours ?

Alors dangereux ou pas dangereux, l’ours ?

C’est l’argument principal des anti-ours, qui résonne comme un écho au fond des vallées ariégeoises. Ainsi, Augustin Bonrepaux, président du Conseil général de l’Ariège, sur Europe 1, n’hésite pas à le qualifier de « fauve ».

Commençons par des remarques générales sur l’ours : il ne faut pas confondre l’ours des Pyrénées (ours brun) avec le grizzly vivant principalement au Canada et en Alaska... Le nôtre fait entre 100 et 200 kilos, le grizzly adulte pèse entre 500 et 700 kilos... Leur tempérament n’est en rien comparable : le grizzly est régulièrement le sujet de faits divers au Canada... Tout ça pour rappeller que, pour tenter d’expliquer la supposée dangerosité de l’ours, il vaut mieux se concentrer sur nos ours.

Le régime alimentaire de l’ours brun est constitué à environ 60% de plantes (myrtilles, faines, glands, etc.), 30% d’insectes, petit rongeurs... et 10% de viande (aussi bien des charognes que des proies vivantes). Le régime alimentaire des ours réintroduits dans les Pyrénées (ours brun de Slovénie) est quasiment le même que celui des ours de souche pyrénéenne : le Slovène a besoin d’une fraction carnée légèrement supérieure à celle de son proche cousin pyrénéen. (14% contre 10%). Bref, on ne peut pas dire qu’il ait un régime alimentaire à dévorer les petites filles qui se promènent dans les sous-bois...

Je vois déjà certains Ariégeois en train de vociférer : "Ce sont des beaux discours des gens des villes, mais s’il me met un coup de patte, je suis mort !"... Il est vrai que si l’on ne s’en tient qu’à l’aspect physique, l’être humain présente des capacités nettement inférieures. Remarquez que la comparaison avec une vache est aussi largement défavorable. Il est toutefois légitime que dans certaines situations très particulières (dérangement d’une femelle suitée, présence intempestive de chiens), on pourrait imaginer que l’ours ait le même comportement que n’importe quel autre animal et se montre agressif envers l’homme. Alors, examinons les chiffres !

Il n’existe pas un seul récit documenté d’une personne tuée par un ours dans les Pyrénées depuis plus de 150 ans... argument massue. Et pourtant les populations d’ours et de montagnards étaient toutes deux bien plus importantes que maintenant, lors du siècle passé.

Plus précisément, l’ours est étudié depuis dix ans. Alors, combien de fois pensez-vous que l’ours ait été vu, sachant qu’il y a une petite vingtaine d’ours et beaucoup d’éleveurs, de promeneurs, etc. ? D’ailleurs, est-ce que vous, éleveur émérite qui sillonnez la chaîne des Pyrénées en toute saison, avez déjà vu l’ours ?... Eh bien l’ours a été vu seulement 60 fois... Inutile de dire que pour le voir, il faut se lever tôt, et ce n’est pas le touriste citadin en randonnée familiale qui risque de le croiser lors de ses promenades !

Et dans ces 60 fois, qu’a-t-il fait ?
Dans 78% des cas, il est parti en vitesse.
Dans 19% des cas, il a continué comme si de rien n’était.
Et dans deux cas, il a chargé. Je vois déjà certains bondir et protester : "Vous voyez bien que c’est un danger !"... Eh bien non ! Le premier cas concerne les deux agents qui pistaient Ziva et ses deux oursons d’un peu trop près... Mais ce ne fut qu’une charge d’intimidation... Pas de contact. Le deuxième cas concerne la mort de Mellba, encore aujourd’hui assez obscure.
(A noter, pour ceux qui suivent encore, que cette étude est antérieure à la mort de Cannelle et donc ne recense pas ce cas-là). La faiblesse du nombre de ces rencontres homme-ours s’explique par le fait que l’ours est un animal essentiellement nocturne...

Je pourrais vous trouver les chiffres des personnes qui ont été tuées par des vaches, des frelons, des vipères, des sangliers, des cerfs, mais je ne crois pas que cela soit nécessaire... Je ne partirai pas non plus sur les 135 morts (au cours des cinq dernières années) parmi les chasseurs (il est vrai, nettement plus nombreux que les ours) qui, eux, ne font peur à personne en Ariège. L’ours n’est pas un animal plus dangereux qu’un autre. C’est un fait.

En conclusion, je dirai donc que si vous avez encore peur de l’ours des Pyrénées, après avoir lu ces quelques lignes, votre problème, ce n’est pas l’ours.


Moyenne des avis sur cet article :  4.7/5   (135 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • Adolphos (---.---.59.170) 29 mai 2006 10:42

    Je n’ai toujours pas compris pourquoi on introduisait des ours dans les pyrénés.

    Certainement une nouvelle lubie écolo de bobos vivants dans les beaux quatiers des villes. Enfin, je comprend que les habitants du coin (Tous des ploucs de paysans incultes et rustre incapable de comprendre la grandeur de la pensée écolo : gauche caviard vaincra !) ne veuillent pas de cette saleté, surtout qu’en plus ca coute un fric fou au contribuable. Quand à savoir si l’ours est dangereux, étant un animal sauvage, il l’est évidement, et c’est d’ailleur pour cela que nos ancétres l’on exterminé, comme les loups.

    J’admire d’ailleur la cohérence de la pensée écolo : on est pour la nature, donc on fait égorger horriblement des centaines de brebis ! -payer par le contribuable, qui plus est ! Et le jour ou ce sera un gosse, ils feront les surpris en déclarant que ce n’est pas représentatif, qu’il ne faut pas généraliser, et que ce n’est pas la faute des écolos, qui eux on une pensée complexe (celle d’emmerder les autres, visiblement). On devrait bien sur lacher des animaux sauvages autour des habitation des écolos, pour qu’on examine scientifiquement leur réaction..

    Bref, on devrait tuer ces ours qui menacent : On a besoin de l’argent public gaspillé pour des choses sérieuse, comme de sauver des vies, et surtout les habitants ne sont pas une attraction de Zoo.


    • (---.---.64.55) 29 mai 2006 13:30

      savez vous qu’il y a des éleveurs qui sont pour la réintroduction de l’ours ?

      Ooops ! vous qui parlez au nom de tous les éléveurs ! vous devriez vous renseigner avant de répéter tel un mouton de parnuge des vérités toutes faites !


    • Hakim I. (---.---.29.83) 29 mai 2006 14:18

      C’est effrayant ! Faut vraiment etre siphoné pour penser qu’exterminer une race animale a une quelconque utilité. La biodiversité c’est un truc qu’on commence a apprendre en 6ème non ?

      Vraiment n’importequoi !!!!


    • Gnole (---.---.192.187) 29 mai 2006 22:05

      Sérieusement... vous devriez consulter un psychiatre cela vous serait certainement de la plus grande utilité ;P


    • Juliane (---.---.176.59) 29 mai 2006 11:19

      * gros soupir *

      Pourquoi REintroduit-on des ours dans les Pyrénées ? Les raisons en sont multiples. L’ours a en effet plusieurs valeurs :
      - une valeur écologique. Comme il est expliqué dans l’article, l’ours se nourrit aussi des charognes. Les proies vivantes qu’il consomme sont généralement malades (à la course un ours pyrénéen c’est pas une fusée). Il a donc, un peu comme le vautour (même si toutes proportions gardées hein) un rôle d’éboueur. Non seulement il va éliminer les carcasses, qui sont des foyers d’infection potentiels, mais il va assainir les populations animales en éliminant tout ce qui est malade, vieux ou malformé.
      - une valeur patrimoniale. L’ours est un animal pyrénéen, et les anciens en sont fiers. Ceux-ci sont nés avec l’ours, ont appris à le connaître et à le respecter. C’est une particularité : comme on est fier qu’une telle personne célèbre vienne de notre coin, on est fier d’avoir des ours. Histoire de frimer auprès des amis :) Il ne faut pas oublier que cette décision ne vient pas « d’en haut » comme on l’entend partout. Il y a eu un vote et les citoyens se sont prononcés en majorité POUR l’ours. Je rappelle que la France est une démocratie... Et il ne faut pas négliger l’énorme apport économique qu’il engendre. Tous les produits dérivés (peluches, gadjets en tout genre, cartes postales...) se vendent comme des petits pains. Et là, personne ne s’insurge !

      L’ours coute un fric fou au contribuables ? 5 centimes par an et par français. Je ne suis pas radine à ce point là :)

      Qu’on lache un ours autour de ma maison, je m’en fiche, je sais très bien que sa seule réaction sera de prendre ses quatre pattes à son cou. L’ours est un animal sauvage, donc comme tout animal sauvage, il a peur de l’homme. Et pour d’excellentes raisons (inutile de rappeler POURQUOI les ours ont disparu ?). On te donne des chiffres, prouvés, calculés, objectifs (c’est la notion même de science) et tu continues à croire que l’ours est dangereux ? Je suppose que les racontars et les « on-dit » sont nettement plus fiables.

      Je m’amuse une fois de plus de voir quelqu’un s’insurge rcontre ces pauuuvres brebis « égorgées horriblement par centaines ». Un steack sous cellophane ne choque personne pourtant ?. Une brebis souffre moins d’une attaque brutale et d’une morsure que de tout le transport puis de sa mort dans un abattoir. C’est par milliers que les brebis meurent de maladie ou d’accident, voire de la morsure d’un chien errant. Est-ce pour ça qu’il faut abattre tous les chiens ? Est-ce pour ça qu’il faut passer au karcher leur pature histoire d’éliminer tous les microbes ? Est-ce pour ça qu’il faut les élever en hangar histoire qu’elles ne risquent pas la foudre ou les chutes ? On vit dans un monde ou le danger existe. Comme le dit très bien l’article, les chasseurs tuent bien plus de gens chaque année que l’ours n’en a tué en 150 ans (pour cause, il n’en a tué aucun !). Et personne n’en demande la peau.

      Alors inutile de déjà la vendre, l’ours est bien vivant. Et longue vie à lui dans les Pyrénées.

      Juliane, étudiante en biologie (Eco-éthologie Evolutive).


      • Adolphos (---.---.59.170) 29 mai 2006 12:10

        « -une valeur écologique. Comme il est expliqué dans l’article, l’ours se nourrit aussi des charognes. »

        Bein voyons ! C’est sur ca, les ploucs du coin étaient infesté par des épidémies avant les ours ! Malaria, fiévre jaunes, Sida, tous ca à cause du manque d’ours !

        « L’ours est un animal pyrénéen, et les anciens en sont fiers. Ceux-ci sont nés avec l’ours, ont appris à le connaître et à le respecter. »

        Ca doit être pour cela qu’ils l’ont tué. Et puis ce sont des ours étrangers, pas pyréenen. Bon, donc, dans les maisons de retraite, on est pour l’ours. La belle affaire. Dans les année 50, les prolos élevaient des poules dans leur baignoir. Leur fils sont né avec les poules et en sont fiéres. Donc faut balancer des poulet vivant par tone dans les villes, pour réintroduire !

        « Il y a eu un vote et les citoyens se sont prononcés en majorité POUR l’ours. Je rappelle que la France est une démocratie... »

        Le principe de la démocratie, c’est que tout le monde vote. Pas vu de référundum nationale sur cette question..

        « L’ours coute un fric fou au contribuables ? 5 centimes par an et par français. Je ne suis pas radine à ce point là :) »

        Certainement bien plus chere, et c’est de l’argent emprunté, mais l’on doit cacher le cout réel au contribuable. Enfin, si tu meurs d’un cancer non detecté à temps faute d’investissement en matériel dernier cris, tu sauras qui te tue.

        « On te donne des chiffres, prouvés, calculés, objectifs (c’est la notion même de science) et tu continues à croire que l’ours est dangereux ? »

        Un ours mort est à 100% inoffensif, c’est prouvé. Tes chiffres ne prouve pas une inocuité de 100%.

        « Comme le dit très bien l’article, les chasseurs tuent bien plus de gens chaque année que l’ours n’en a tué en 150 ans (pour cause, il n’en a tué aucun !). »

        Exacte, donc ma solution est la bonne : pas d’ours = 0% de probléme.

        « Une brebis souffre moins d’une attaque brutale et d’une morsure que de tout le transport puis de sa mort dans un abattoir. »

        C’est sur, être dévoré vivant, ca ne fait pas souffir, ni même le troupeau. Bein un ours mort ne souffre plus non plus.

        LES OURS, AU ZOO !

        « Juliane, étudiante en biologie (Eco-éthologie Evolutive). »

        Et futur chomeur ou parasite social... Tu ne pouvez pas choisir un métier sérieux qui apporte quelque chose à la société ? Bon enfin, c’est un peu attaque perso, mais franchement, combien de brevet, d’emploi, de part de marché ce truc va permetre de gagner ?


      • (---.---.245.93) 29 mai 2006 14:37

        @Juliane

        C’est bien de tenter la pédagogie mais là, avec ces différents commentaires, Adolphos vient de remporter le premier prix du Troll Bête et Méchant du jour.

        Il n’y a qu’une seule chose à faire :

        « Do not feed the troll »


      • Saint-Hubert (---.---.207.50) 29 mai 2006 15:26

        @Adolphos

        Désolé, mais vous ne savez pas de quoi vous parlez ; vos propos sont des propos de comptoir.

        Un chasseur


      • Z (---.---.107.65) 29 mai 2006 18:41

        « Tu ne pouvais pas choisir un métier sérieux qui apporte quelque chose à la société ? (..) combien de brevet, d’emploi, de part de marché ce truc va permetre de gagner ? »

        Bien qu’en ayant grande envie à la première lecture, il m’est impossible de contrer ce point de vue par des arguments, puisqu’il émane d’une personne ayant une vision du monde basée sur des valeurs semble-t-il opposées aux miennes.

        Tout ça pour dire que, personnellement, en tant que membre (ni meilleur ni pire qu’un autre) de la société, je trouve que ça m’apporte plus que quelqu’un travaille à l’étude des comportements animaux plutôt qu’à une conquête forcenée de marchés (surtout que le pigeon qui ferait partie du marché à conquérir en question, ce serait peut-être moi).


      • ilios.c (---.---.217.32) 29 mai 2006 23:42

        Malheureusement, je ne le crois pas assez intelligent pour être un Troll !

        S’il l’est, c’est bien malgré lui !


      • Pibou (---.---.97.91) 30 mai 2006 08:40

        « pas assez intelligent pour être un troll » ..juste un chasseur avec ses vieilles rengaines simplistes et butées. Inutile dans ce cas d’essayer le raisonnement, inutile de parler d’écologie, ou de respect de la nature, ou de bio diversité.


      • (---.---.67.204) 29 mai 2006 11:25

        Merci de remettre les choses en place - une fois de plus. De même que la plupart des brebis égorgées attribuées au loup ont en fait été tuées par des chiens errants, il est plus que probable qu’il en soit de même pour celles attribuées à l’ours. On attend toujours des études vétérinaires sérieuses et officielles sur le sujet, mais la pression locale est telle que personne ne veut les financer.

        Pourquoi remettre des ours dans les Pyrénées ? C’est simplement une question d’équilibre naturel. L’homme a beaucoup trop joué à l’apprenti sorcier en modelant la nature à l’image de ce qui l’arrange, ou tout au moins semble l’arranger à court terme - avec une vue très courte. Et en oubliant qu’il est locataire des lieux, un locataire comme un autre qui va bien devoir payer la facture un jour ou l’autre.

        Dans d’autres régions le renard est accusé de tous les maux. Les chasseurs s’en donnent à cœur joie sur les renards. Et ensuite on fait semblant de ne pas comprendre pourquoi les lapins prolifèrent et détruisent les cultures (sans parler des rats, des ragondins etc.). Alors bien entendu on s’en donne à cœur joie sur les lapins aussi. C’est marrant, ça fait des cibles - en tirant sur ces bêtes on a un agréable sentiment de puissance, on peut même imaginer une seconde qu’on tue le patron détesté/la belle-mère/le voisin grincheux - sans risques et sans conséquences (tiens, ça rappelle autre chose). Elle est pas belle, la vie ?


        • Jojo2 (---.---.158.64) 29 mai 2006 12:10

          L’équilibre naturel n’en a rien à faire de 5 ours.


        • Adolphos (---.---.59.170) 29 mai 2006 12:15

          « L’homme a beaucoup trop joué à l’apprenti sorcier en modelant la nature à l’image de ce qui l’arrange, ou tout au moins semble l’arranger à court terme - avec une vue très courte. Et en oubliant qu’il est locataire des lieux, un locataire comme un autre qui va bien devoir payer la facture un jour ou l’autre. »

          AMEN. L’APOCALYPSE ARRIVE MES FRERES ! L’HOMME VA PAYER ! IL VA SOUFFIR ! NATURE LE VEUT ! REPENTANCE ! COUVREZ-VOUS DE CENDRE ! ARRACHEZ VOS VETEMENT ! SEUL LE PRETRE ECOLO PEUT ENCORE NOUS SAUVER ! AVEC DES OURS ! VIVE LE PRETRE ELCOLO !


        • ilios.c (---.---.217.32) 29 mai 2006 23:49

          « L’équilibre naturel n’en a rien à faire de 5 ours. »

          Voyez-vous JOJO, à mon humble avis, l’équilibre naturel est surtout en grand danger à cause la prolifération grandissante du virus de la bêtise humaine, bien sûr !


        • Thirqual (---.---.132.96) 30 mai 2006 03:37

          Tout à fait d’accord avec jojo2, c’est plutôt une centaine de bestioles qu’il aurait fallu importer si l’objectif était autre chose que cultiver l’image de la région.


        • Mathieu (---.---.212.160) 29 mai 2006 12:06

          La présence de l’Ours slovène dans les Pyrénées me fait peur. J’ai peur pour ces ours. Je ne me fais pas trop d’illusions, je sais très bien quel va être leur sort, le même que celui de leurs prédécesseurs.

          Mais je me pose la question de l’intérêt de cette réintroduction. Alors bien sûr il y a l’intérêt économique pour les villages proches du lieu de réintroduction, il y a aussi le fait que les pyrénées sans l’ours ce n’est pas la même chose alors c’est vrai que c’est joli de voir un ours en liberté pour ceux qui auraont la cance de l’appercevoir en vie. Et puis ? Rien d’autre.

          On a enlevé des ours de leur milieu naturel en Slovénie où ils étaient bien tranquilles. Pourquoi ? Pour jouer aux apprentis sorciers, pour se donner bonne conscience en croyant faire un geste pour la nature. ces pauvres ours n’auront donc jamais la paix, ils auront toujours des hommes sur le dos pour leur faire faire ce qu’ils veulent.

          Pendant ce temps-là, une autre espèce d’Ours, l’Ours polaire, est en train de disparaitre. Mais tout le monde s’en fout. On a ala solution. Quand ils auront tous diparus, on enverre des Ours slovènes sur la banquise (enfin s’il en reste encore un peu) et nous pourrrons nous auto-satisfaire de prendre une nouvelle fois bien soin de la nature.


          • Adolphos (---.---.59.170) 29 mai 2006 12:12

            Si au moins ils organisaient des chasses à l’ours payantes.. Ca ca développerait vraiment le tourisme. Il suffirait de faire un laché d’ours 1 ou deux semaine avant la chasse. Comme ca les écolo seraient heureux, et les habitants (ploucs paysans incultes etc..) aussi.


          • Philippe VIGNEAU 29 mai 2006 12:14

            je comprends tout a fait vos craintes et c’est vrai que cette reintroduction est bien derisoire par rapport a tout ce qu’il faudrait faire pour conserver la biodiversite de cette petite planete mais c’est quand meme un geste dans le bon sens...

            sinon pour vous repondre sur le destin de ces ours slovenes : ces ours sont deduits d’un quota de chasse a l’ours fait en Slovenie... En effet les ours slovenes pullulent (!) et la Slovenie fait un commerce assez lucratif de cette chasse a l’ours... en fait ces 5 ourses seront deduites du quota a abattre (environ une cinquantaine)... bref meme si elles ont ete deracinees et ballottees dans cette operation, c’est tout de meme mieux que la mort...


          • Mathieu (---.---.212.160) 29 mai 2006 12:19

            Parce que vous croyez que ces ours ne vont pas être chassés ici ? L’histoire des pots de miel avec du verre dedans n’est qu’un début. Certains chasseurs ne connaissent que la loi de leur fusil.


          • Philippe VIGNEAU 29 mai 2006 12:26

            La mort d’un ours c’est 5 ans de prison ferme plus une grosse amende : ces gens ne sont pas si betes que ca...

            ils ont un vrai probleme de manque a gagner qui s’est cristalise sur l’ours... c’est dommage...

            en fin tous les eleveurs ariegeois ne sont pas contre l’ours : beaucoup plus qu’on le croit, ont adopte toutes les aides financees par l’etat (voir ici par exemple : www.agneaubroutard.com)


          • Adolphos (---.---.59.170) 29 mai 2006 12:37

            « La mort d’un ours c’est 5 ans de prison ferme plus une grosse amende : ces gens ne sont pas si betes que ca... »

            Et bruler une voiture, c’est combien ?


          • Mathieu (---.---.212.160) 29 mai 2006 13:04

            « La mort d’un ours c’est 5 ans de prison ferme plus une grosse amende : ces gens ne sont pas si betes que ca... »

            Là je vous trouve bien pessimiste sur les capacités de la bétise humaine (vous avez lu Adolphos ?). D’ailleurs il ne me semble pas que les assassins du dernier ours pyrénéens aient été inquiétés

            "ils ont un vrai probleme de manque a gagner qui s’est cristalise sur l’ours... c’est dommage...

            en fin tous les eleveurs ariegeois ne sont pas contre l’ours : beaucoup plus qu’on le croit, ont adopte toutes les aides financees par l’etat (voir ici par exemple : www.agneaubroutard.com)"

            Je suis bien d’accord tous les éleveurs ne sont pas contre les ours, tout comme tous les chasseurs ne pense pas qu’à tuer ces ours. Mais je peux comprendre la colère des ces éleveurs qui voient l’Etat dépenser beaucoup d’argent pour ces ours alors qu’il ne les aide pas suffisament.


          • Philippe VIGNEAU 29 mai 2006 13:18

            c’est vrai que quand on lit certais propos il y a de quoi etre pessimiste ! smiley

            concernant la mort de Cannelle, le proces de marqueze doit avoir lieu prochainement mais les autorites ne sont pas tres pressees...

            concernant les revenus des agriculteurs : l’etat et l’europe financent 80% des revenus des eleveurs de montagne (sans parler des degats et moyens de protection alloues pour l’ours)... pour ceux qui trouvent que les depenses de l’ours sont astronomiques, je me demande bien ce qu’ils pensent de ces depenses autrement plus dispendieuses !... c’est vrai que l’Etat pourrait mieux aider ces eleveurs... mais helas c’est ce a quoi servaient les reunions de concertation qui ont ete boycottees par les eleveurs... tout le probleme de ces pauvres eleveurs c’est d’avoir d’ete representes par des extremistes (l’ASPAP)... dommage...


          • Jojo2 (---.---.158.64) 29 mai 2006 14:29

            Je vais émettre une hypothèse.

            Il n’y a pas eu d’ours pendant des dizaines d’années dans les Pyrénées. Qui s’en plaignait ? Personne. Les brebis égorgées l’étaient par des chiens errants, et basta.

            Maintenant, il y a des ours. Les brebis égorgées le sont par les ours. Il faut donc dédommager. Qui paie ? Pour empécher les ours de s’attaquer aux brebis, on les regroupe le soir. Ca fait de la main d’oeuvre en plus. Qui paie ? Pour éviter que les ours attaquent les troupeaux on met des patous. Qui bouffent comme quatre. Qui paie ?

            Etc...

            Qui bénéficie le plus des ours ?


            • Philippe VIGNEAU 29 mai 2006 14:36

              :tres gros soupir :

              il a toujours eu des ours dans les Pyrenees... avant les reintroductions, on evaluait leur nombre a une petite vingtaine d’individus... (je vous recommande de lire par exemple cet article : http://paysdelours.com/fr/ours/ursus-arctos/ours-brun.html ou en general partout sur le net)

              pour vos reponses a « qui paie » c’est l’etat, qui prend en charge toutes les depenses auxquelles vous faites allusion. A noter que les brebis tuees par les chiens errants (95 % des pertes tout de meme) sont toujours tuees et ne provoquent aucune colere chez les eleveurs...


            • Jojo2 (---.---.158.64) 29 mai 2006 15:19

              Il y en avait zéro dans les Pyrénées centrales depuis les années 80 et moins d’une dizaine dans les vallées d’Aspe et d’Ossau. Enfin, c’est ce que j’avais lu. Tout celà n’a aucun sens. Vouloir à tout pris déplacer des animaux d’un endroit où ils étaient au calme pour les parachuter là où ils risquent de se faire plomber, c’est vraiment faire de l’écologie à la mord moi le noeud. Pour ce que j’en dis...


            • Philippe VIGNEAU 29 mai 2006 15:48

              l’ours n’a pas ete signale de maniere permanente dans les Pyrenees centrales dans les annees 80. A cette epoque il ne restait qu’une dizaine d’individus dans les vallees d’Aspe et d’Ossau, c’est juste. Mais suite aux premieres reintroductions (Mellba, Ziva, Pyrros,...), l’ours a de nouveau ete signale dans les Pyrenees centrales et en Ariege.

              maintenant si vous lisez juste quelques remarques plus haut, vous verrez que les ours introduits cette annee avaient beaucoup plus de chances de se « faire plomber » comme vous dites que dans les Pyrenees... mais peut importe..

              vous savez, ca ne sert a rien d’inventer des faux-arguments (personne n’est dupe de ces discours alambiques), vous ne servez pas la cause des eleveurs... tout le monde est d’accord sur le fait qu’introduire des ours pose un certain nombre de problemes en plus pour les eleveurs... ce que l’etat veut c’est de vous aider du mieux possible !... alors essayez de reagir serieusement !...


            • Jojo2 (---.---.166.73) 29 mai 2006 17:18

              Je ne suis pas éleveur...

              LOL

              Je suis plutôt un scientifique écologiste réaliste. Mes questions sont simples.

              1. Combien faut-il d’ours pour pérenniser leur présence ? 2. Quel sera leur réel role écologique (ce dont on nous rebat les oreilles) ? 3. Seront-ils acceptés ? 4. Qui en bénéficie vraiment ? 5. Combien ça coûte vraiment ?

              A mon avis, c’est une histoire de pub pour les hôtels restaurants. Les Pyrénées « PAYS DE L’OURS » ! Ca fait chouette.


            • Mathieu (---.---.177.128) 29 mai 2006 22:14

              « 1. Combien faut-il d’ours pour pérenniser leur présence ? 2. Quel sera leur réel role écologique (ce dont on nous rebat les oreilles) ? 3. Seront-ils acceptés ? 4. Qui en bénéficie vraiment ? 5. Combien ça coûte vraiment ? »

              Voici mon avis :

              1. Je dirai au moins une bonne trentaine.

              2. Le même que n’importe quel animal dans son lieu naturel (parce que oui, même si y’en a plus, c’est quand même un lieu où a vécu des ours à un moment donné), sauf l’homme qui lui détruit tout.

              3. Oui par une majorité, malheureusement il pourrait être mis en danger par une minorité imbécile.

              4. Pas grand monde je pense, je ne suis aps convaincu que ça attire énormément de touristes, contrairement à ce qu’on dit

              5. Aucune idée mais beaucoup moins que chirac !


            • Jojo2 (---.---.205.123) 29 mai 2006 22:25

              - 1. C’est basé sur quoi ?
              - 2. Une niche écologique abandonnée est souvent réoccupée par une autre espèce. En l’occurrence l’ours a été si rare si longtemps que le renard a du faire l’affaire.
              - 3. J’en doute vu les réactions. Il ya aura toujours un imbécile pour en tirer un et ne rien dire.
              - 4. Ben j’ai cru comprendre que le tourisme était une motivation importante. « La dynamique créée autour de la présence et l’image de l’ours par une part croissante des acteurs du pastoralisme et du tourisme »
              - 5. Chirac n’est une référence en rien.


            • Philippe VIGNEAU 30 mai 2006 10:56

              je vais faire semblant de croire que vos propos soient des propos de scientifiques !... en tout cas je suis persuade que ce sont des propos d’une personne qui s’interesse a la chose !

              1/les scientifiques sont divises sur le nombre d’individus a reintroduire pour sauver l’espece (problemes de consanguinite)... en fait cela depend aussi du comportement des femelles reintroduites : si elles arrivent a mettre fin au celibat des ours des vallees d’Aspe et d’Ossau, c’est une partie du patrimoine genetique de l’ours des Pyrenees qui pourra etre sauve et il faudra donc reintroduire moins d’individus (c’est ce que semble faire Franska)... si elles restent dans les Pyrenees centrales, il faudra reintroduire plus d’individus...

              2/le renard s’aventure peu en montagne et peut difficilement remplacer les predations de l’ours sur le grand gibier (cerf, sanglier)... vu la rarete du lynx et du loup dans les Pyrenees, je ne pense pas que la place de l’ours ait ete remplacee... sur ce point les scientifiques sont unanimes : l’ours a sa place dans les Pyrenees

              3/la population pyrénéene est plus partagee que ne le laisse croire les medias... mais si l’on regarde par classe d’age, l’avenir est aux ours !...

              4/c’est sur que l’ours represente un vrai atout touristique...

              5/j’ai trouve 380 000 €...pour le cout voir ici : http://www.paysdelours.com/fr/reintroductions/debat-pour—contre-reintroduction.html


            • Philippe VIGNEAU 30 mai 2006 11:00

              je vous laisse en prime un petit lien sur la reintroduction reussie des ours dans le Trentin, puisque vous semblez interesse ! : http://ours-loup-lynx.info/article.php3?id_article=317

              si les Italiens y arrivent, je ne vois pourquoi on n’y arriverait pas.


            • Jojo2 (---.---.192.107) 3 juin 2006 12:25

              Je n’ai lu nulle part que l’ours brun était un prédateur de grands ongulés sauvages. Ce n’est pas un grizzly !

              De toute façon, les moutons étant des proies beaucoup plus faciles et abondantes, je doute qu’il se donne du mal à cavaler après un cerf ou même un chevreuil...

              Quand aux charognes, le renard à mon avis l’a remplacé. Les cerfs et chevreuils ne s’aventurent pas très haut non plus.

              Je ne suis pas vraiment convaincu que cette réintroduction ait un quelconque intérêt, autre que touristique.


            • Saint-Hubert (---.---.0.25) 29 mai 2006 15:22

              L’appellation de fauve pour l’ours n’a rien d’erroné.

              L’ours peut être dangeureux dans certaines circonstances précises, mais un chat forestier, un furet ou un renard aussi.

              Mais ce n’est pas une raison pour exterminer les fauves ou pour ne pas les réintroduire.

              Il n’a pas à être utilisé dans un sens péjoratif pour les animaux.

              Pour les hommes on dit alors « un véritable fauve ».


              • Philippe VIGNEAU 29 mai 2006 15:28

                le terme de fauve est un mot qui designe dans son sens strict des felins (voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fauve)


              • yvick (---.---.225.28) 29 mai 2006 16:00

                de plus on ne peut pas etre choqué lorsque des africains tue des éléphants ou des chinois des pandas, et vouloir exterminer l’ours des pyrénées. One peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Même si l’ours est dangereux c’est un devoir de le sauvegarder.


                • albo (---.---.63.162) 29 mai 2006 16:10

                  En tant qu’ardéchois, et prenant appui sur ce qui se passe dans les Pyrénées, je demande la réintroduction des ours, bisons, rhinocéros, lions, panthères, sans oublier aurochs et mégacéros...

                  En effet, les peintures et les restes osseux retrouvés dans la grotte Chauvet prouvent que ces animaux ont peuplé l’Ardèche il y a « quelques » années.

                  J’attends que notre ministre de l’environnement, dans un souci de cohérence, fasse preuve d’autant de fermeté pour soutenir ma demande.

                  PS : Pour la réintroduction des incapables dans les ministères, pas de danger, ils n’ont jamais disparu.


                  • Gnole (---.---.192.187) 29 mai 2006 22:14

                    L’ours à TOUJOURS peuplé les Pyrénées... la connaissance de votre « pays » laisse particulièrement à désirer.


                  • albo (---.---.63.162) 30 mai 2006 07:35

                    L’ours a TOUJOURS peuplé les Pyrénées ??? Alors pourquoi on le réintroduit s’il est déjà là ?

                    Quant à la connaissance de mon « pays » qui laisse à désirer (comme certaine orthographe...) je ne vois pas le rapport.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès