Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Alors Yannick Jadot suggéra un consensus de 99% des scientifiques sur le (...)

Alors Yannick Jadot suggéra un consensus de 99% des scientifiques sur le réchauffement climatique

Ceci est mon premier article sur le réchauffement climatique, et il faut avouer que dans la rubrique "foutage de gueule généralisé", le sujet serait dans le top 10 en la matière. Je ne vais pas aborder dans un premier temps l'aspect scientifique, dont 99% des gens qui croient au "Réchauffement Climatique" (i.e. un réchauffement anormal de la planète, dont la cause essentielle est l'activité humaine) se fichent éperdument. La science elle, n'est pas aussi affirmative que la politique concernant ce fameux réchauffement, et il est intéressant de voir comment procèdent les grands prêtres de l'Apocalypse pour vous persuader du contraire.

Le 10 Septembre 2015, sur itélé, Olivier Galzi reçoit en particulier François Gemenne et Yannick Jadot dans son émission "Le Grand Décryptage". Nonobstant les récactions insultantes et outrancières, voire anti-démocratiques de nos deux compères à l'égard d'un scientifique (qui d'ailleurs prétend juste que la science n'a pas les moyens aujourd'hui d'être aussi affirmative), ceux-ci revendiquent unilatéralement un consensus scientifique unanime et incontestable, allant jusqu'à le suggérer tout au long du débat à hauteur de 99%. Comprenez : "99% des scientifiques pensent que l'activité humaine provoque un réchauffement climatique, et les quelques miettes de pourcentage restantes sont le fait d'hurluberlus". A les écouter, on devrait décemment, en 2015, les ostraciser.

Interpellé par ce chiffre si élevé (et donc potentiellement bidon) de 99%, je me suis permis de demander à l'un des deux la source de cette affirmation via Twitter.

La réponse s'est faite attendre. S'abaisser à répondre à un "climatosceptique" (comme ils disent) leur est sans doute insupportable, mais je me suis permis d'insister.

Alors j'ai obtenu le Graal, la réponse tant attendue.

Puis ces quelques échanges :

François Gemenne s'appuie donc sur une étude qui prélève 928 articles de presse scientifique qui traite du sujet. L'enquête conclut que 75% des articles actent l'impact de l'activité humaine sur le réchauffement climatique, les 25% restants ne prenant pas position.

1. Je vous laisse apprécier l'objectivité de la méthode.
2. Plus encore, je vous laisse admirer leur conclusion à la lecture cette étude : consensus des scientifique à 99% (en fait, ça devrait être à 100%, soit 75 + 25)... Jusqu'ici, le maximum que j'avais entendu était de 97%, s'appuyant sur une étude avec un procédé similaire (donc tout aussi bidon). Ici, le record est battu.

 

Splendide.
Magnifique.
Extraordinaire.
La science repassera.


Moyenne des avis sur cet article :  2.47/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 23 septembre 2015 17:40

    « Je ne vais pas aborder dans un premier temps l’aspect scientifique »
    C’est bien dommage parce que c’est la seule chose qui importe vraiment.
    Vous ne vous occupez pas de la matière noire ou de des progrès sur l’énergie solaire, ou des causes du trou d’ozone, n’est-ce-pas, vous laissez les scientifiques se débrouiller entre eux et se mettre d’accord.
    Et bien, pour le réchauffement climatique c’est la même chose, fichez leur la paix !


    • LetUsComment LetUsComment 23 septembre 2015 17:43

      @Gilles Mérivac :

      Ca justifie de bidonner les chiffres et de mentir sur les plateaux télé ?
      Ah...

    • njama njama 23 septembre 2015 19:36

      @Gilles Mérivac
      pour les données scientifiques et pour les passionnés de climatologie il y a cet excellent site :
      http://www.pensee-unique.fr/

      je vous recommande les dernières mises à jour car là est le noeud du problème et de la controverse sur le réchauffement climatique
      Divergences modèles/observations ( 28/08/15)
      Août 2015 : Analyse statistique de la divergence entre les modèles numériques et les observations.
      De là vient la fracture entre les alarmistes dits réchauffistes, et les stoïciens, nommés climato-sceptiques, bien que le scepticisme n’ rien à voir avec le débat


    • njama njama 23 septembre 2015 17:57

      Que l’activité humaine aurait un impact sur le réchauffement climatique, ma foi comme toutes causes ont des conséquences, c’est dans l’ordre de la logique par effet thermodynamique, puisque jamais dans l’histoire l’homme n’a consommé autant d’énergie de sources variées pour ses besoins domestiques ou industriels.
      Le GIEC néglige les causes naturelles (le climat n’a jamais été constant dans l’histoire) - et on ne saurait lui reprocher vu que sa seule mission définie par ses statuts est de valider l’impact de l’activité anthropique sur le climat sur la base d’interprétations de publications scientifiques sur le sujet - Le GIEC n’étudie donc pas le climat, et comme ses experts sont mandatés pour démontrer cet impact ... ils œuvrent pour prouver que cette cause serait significative, alors que la controverse tend à démontrer qu’elle est très négligeable.
      En fait d’indépendance le GIEC souffre d’un vice congénital puisqu’il pose déjà dans ses statuts les conclusions auxquelles il faut aboutir !
      Le deuxième point remarquable qui fausse les appréciations, est que l’on attribuerait la cause de ce réchauffement à l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère dont les combustions d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) seraient hautement coupables, négligeant que dans l’ensemble des gaz à effets de serre il ne représente pas même un seul petit %. Les centrales nucléaires « polluent climatiquement » certainement autant puisqu’elles dégagent d’importantes masses de vapeur d’eau, principal gaz à effet de serre. Par ailleurs le volume de pollution atmosphérique par effet de serre générée l’activité anthropique est assez négligeable par rapport au volume de l’atmosphère terrestre, les océans jouant le rôle de radiateur


      • Layly Victor Layly Victor 24 septembre 2015 17:05

        @njama

        Puisque vous êtes thermodynamicien, les centrales nucléaires rejettent de la chaleur dans l’atmosphère exactement comme les centrales au fuel, au gaz et au charbon puisque l’étage turbine-condenseur, qui est identique, a le même rendement (30%). En revanche, elles ne produisent pas de gaz à effet de serre.
        La vapeur d’eau qui se dégage des tours réfrigérantes est exactement la même que pour les centrales thermiques, à puissance égale, puisqu’elle évacue la même chaleur. Contrairement à ce que pensent les écolos, ce n’est pas de l’eau qui est produite par la centrale mais de l’eau qui est vaporisée dans la tour par échange avec l’eau de refroidissement du condenseur, puis qui se re- condense sous forme de gouttelettes dans l’atmosphère ; c’est pour ça qu’on voit un panache. En admettant qu’une fraction de la vapeur parte finalement dans l’atmosphère, de toute façon, pour les centrales thermiques, il y a les gaz de combustion en plus. Le raisonnement des écolos sur ce point est donc biaisé, et ils le savent très bien.

        Les écolos, toujours de mauvaise foi quand il s’agit de nucléaire, prétendent que les Allemands de Siemens réalisent des rendements de 60% avec un réacteur à gaz, mais ils trichent, car il s’agit de cogénération.
        La cogénération consiste à utiliser l’énergie perdue au condenseur pour produire de la chaleur. Les centrales nucléaires en sont bien sûr capables, puisque le circuit de refroidissement du condenseur est totalement indépendant de la partie nucléaire et n’a aucune chance d’être contaminé. Ainsi, toute cette eau chaude aurait pu servir au chauffage urbain, mais ce principe de bon sens s’est heurté au diktat des écolos et à la lâcheté des politiques. Imaginez les économies que nous aurions pu faire et les gaz à effet de serre économisés !
        Mais non, les « sauveteurs de la planète » préfèrent jeter dans les rivières ou dans l’atmosphère 70% de l’énergie..

      • Alain 24 septembre 2015 18:22

        @Layly Victor
        Si « les « sauveteurs de la planète » préfèrent jeter dans les rivières ou dans l’atmosphère 70% de l’énergie » les pro-nucléaire (comme toi) préfèrent rejeter les déchets radioactifs où ? Rappelle-moi donc où on les met ? Ca fait plaisir de relire les pro-nucléaires forcément plus écologistes que tout le monde et surtout.... pour des milliers d’années.


      • Ruut Ruut 23 septembre 2015 18:04

        C’est a l’image du nuage de Tchernobyl qui c’est arrêté aux frontières de la France.
        Science et TV c’est souvent du bidon.
        Mais lorsque pour avoir des crédits un scientifique doit mentir, il n’hésite que rarement.


        • Layly Victor Layly Victor 24 septembre 2015 17:21

          @Ruut

          Insulter les scientifiques, c’est très tendance.
          Si la Science c’est du bidon, vous devez avoir peur à chaque instant de votre vie car beaucoup de ce que vous utilisez dans votre quotidien repose sur la Science.

          D’abord, il n’y a jamais eu de nuage de Tchernobyl, mais un panache. En mécanique des fluides, c’est très différent. Renseignez vous.
          Ensuite, le panache de Tchernobyl a très peu pénétré en France, du moins pas assez pour justifier une panique générale (et une utilisation politique comme en Allemagne). La suite a donné raison aux autorités. Il suffit de regarder les courants aériens et les tourbillons de l’époque pour s’en convaincre. Ceci n’a pas empêché que l’on continue de cracher sur la tombe du professeur Pellerin et que les ignares du genre Ruut continuent de faire les beaux.
          La seule retombée de Tchernobyl en France a été le saccage du réacteur SuperPhénix par la fine équipe de la gauche plurielle de Jospin (réacteur qui est considéré aujourd’hui dans le monde entier comme le plus avancé et qui avait trente ans d’avance : jeté à la poubelle pour complaire aux ânes)


        • sylvie 25 septembre 2015 18:54

          @Layly Victor
          « Insulter les scientifiques, c’est très tendance. » et suite au problème VW cela va devenir la règle....


        • jef88 jef88 27 septembre 2015 18:26

          @Ruut
          Le nuage de Tchernobil a passé la frontière !
          à l’époque j’habitais le faubourg d’un petit village vosgien : un vallon avec 7 maisons étallées sur un bon km...
          j’ai eu de la chance :
          - mon travail me faisais me déplacer et je n’étais jamais à la maison
          - mon épouse travaillait à 20 km
          - mes filles étaient pensionnaires.
          Mais mes deux plus proches voisins sont morts du cancer dans les 2 ans suivants, celui qui habitait tout en haut du vallon également, un papy d’en bas l’année suivante et une voisine un an encore plus tard....
          EXPLICATION officielle (?) les deux premiers picolaient, le suivant avait une « drôle de vie », la papy, bof, il était vieux et la voisine n’avait plus rien à voir avec Tchernobyl ........
           


        • jacques 27 septembre 2015 20:32

          @jef88
          Bonsoir Jeff, cela mériterait un article non ?


        • Alain 23 septembre 2015 18:38

          Ca commence sacrément à faire chier tous ces articles climato-sceptiques tapés sur des ordinateurs alors qu’il suffit de faire un tour dehors dans son jardin pour constater sans aucune erreur possible que les choses changent et à grande vitesse.
          Mais bon, encore une fois, pour ne rien voir, 2 solutions :
          - taper des conneries sur son clavier et les diffuser
          - fermer les yeux sans embêter personne.

          L’auteur pourrait-il appliquer la deuxième solution histoire que l’on n’ait à lire QUE des choses intelligentes et raisonnées sur ce site ? Merci d’avance.


          • LetUsComment LetUsComment 23 septembre 2015 19:53

            @Alain
            L’auteur vous décerne surtout la palme du commentaire le plus stupide jusqu’ici.


            Merci en tout cas de confirmer que les grands prêtres (et leurs serviteurs comme vous semblez l’être) se fichent éperdument de toute rigueur scientifique.

          • SamAgora95 SamAgora95 23 septembre 2015 20:12

            @Alain

            « - taper des conneries sur son clavier et les diffuser » Il me semble que cette remarque te concerne également.

            Nos politiques cherchent à profiter d’un phénomène naturel pour imposer des contrôles et des taxes à l’échelle mondiale.

            L’humanité est une mouche insignifiante pour la planète à coté des changements solaire l’humanité une goutte d’eau dans l’océan. C’est le réchauffement induits pas le soleil qui crée une plus grande teneur en CO2 et non l’inverse, l’historique des températures et de la teneur en CO2 le démontre de façon flagrante.

            Si cette histoire d’impact de l’activité humaine sur le climat était sérieuse, nos politiques ne chercheraient pas la croissance à tout prix, ils ne posséderait pas 3 maisons secondaires, ne voyageraient pas en avion pour un trajet de 100 km etc.. etc..

          • sls0 sls0 23 septembre 2015 21:31

            @Alain
            Je le trouve pertinent votre commentaire.

            L’auteur : Un adepte de twitter, avoir un avis sur tout, ça doit être le pied twitter si on veut avoir l’impression d’exister.
            Si on se base sur la sagesse asiatique, celui qui a un avis sur tout on évite si on ne veut pas perdre son temps, il met son égo en avant, c’est tout.

            Beaucoup de gens donnent leur avis sur le climat, mais peu foutent le nez dans un rapport du GIEC.
            Le principal pour la plupart c’est d’avoir un avis, pas de comprendre, avoir un avis c’est exister, comprendre c’est un travail, c’est moins gratifiant.

            On peut et je dirai on doit être sceptique, mais il ne faut pas en faire une religion. Il faut passez par la case « comprendre » si on veut garder un peu d’objectivité.

            Dans un rapport du GIEC il y a différents scénarios, il y a de quoi faire plaisir à des climato-sceptiques comme au plus pessimiste. Je regarde l’évolution entre chaque rapport, avec la puissance de calcul qui augmente, le maillage augmente et la précision augmente, d’ici 5 ans ils devraient être pas mal.

            Plus haut j’ai vu un lien pour « la pensée unique », c’est bien de laisser la parole à ceux qui ne font pas partie d’un consensus. Galilée ne faisait pas l’unanimité à l’époque.

            Dans un chapitre du GIEC, un sixième de la surface du chapitre c’est les références aux auteurs, s’en fait du monde, de mémoire c’est 90% des climatologues qui font partie de ce consensus.

            Quand j’ai mal au ventre je vais voir le docteur mais pas un docteur en science de l’art.
            Le responsable de la pensée unique son boulot c’était la physique quantique, ça demande un sacré bagage intellectuel qui est peut être différent de celui d’un climatologue.

            Les politiques et le GIEC.
            Le boulot d’un politique c’est de se faire réélire, si le GIEC peut servir, on s’en sert.
            La peur est un bon outil pour se faire réélire. D’un autre coté, les décisions qui devraient être prises risque de modifier sérieusement le style de vie et déplaire énormément.
            Ils y a de grandes chances que les discours vont continuer sans passer aux actes.


          • LetUsComment LetUsComment 23 septembre 2015 21:40

            @sls0
            Je suis adepte de Twitter (pour la forme) et j’ai des avis sur plein de sujets.

            Certainement pas sur tout. En l’occurence, sur celui-ci, j’ai un avis et je l’exprime.
            J’ai mis le nez dedans et plus que du scepticisme, ce sont les procédés employés que je dénonce. Qu’on n’hésite pas à me donner tort, je suis ouvert a la critique...

          • Alain 24 septembre 2015 08:09

            @LetUsComment

            Commentaire stupide pour article idiot ? Comme quoi....

            Enfin bon, toi grand auteur ouvert à la critique, encensant la rigueur scientifique, peut-être te serait-il utile de lacher twitter pour aller faire un tour dans la nature et comprendre l’empirisme ou... si tu ne veux pas quitter ton clavier te décider à regarder l’excellent documentaire de 6 heures (bien loin des 3 mots twitter pour s’exprimer) : « Un siècle de progrès sans merci ».

            http://www.voiretagir.org/UN-SIECLE-DE-PROGRES-SANS-MERCI.html

            Mais le mieux serait quand même que tu observes la nature, car :
            L’influence d’une société pétrolière depuis un peu plus d’un siècle ne peut être sans conséquences globales, la déforestation en cours à plus de 2000 arbres à l’heure ne peut être sans conséquences, l’érosion des sols ne peut être sans conséquences.
            A part çà, tout va bien : le permafrost ne fond sans doute pas, la mer ne monte sans doute pas non plus. Il en est de même pour les insectes, les oiseaux et les poissons ; leur populations ne s’effondrent pas. De même, il n’y a pas de pollution des sols par les pesticides, pas de pollution de l’air par les moteurs à essence, pas de pollution des eaux par les rejets toxiques. Il n’y a donc pas de problèmes globaux générés par une société humaine qui court à bride abattue vers son effondrement.En fait, tout va bien pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ne serais-tu pas Pangloss ?


          • LetUsComment LetUsComment 24 septembre 2015 10:00

            Cher @Alain


            1. Mon article part d’une donnée brute, en vérifie la consistance, et constate qu’elle n’en a pas beaucoup. Je ne vois ni ce qu’il y a d’idiot, ni ce qu’on peut reprocher sur l’objet de cet article.

            2. Donc ce qui vous gêne, c’est que potentiellement je contesterais la réalité scientifique du réchauffement climatique. Et pour me donner tort, vous me parlez de plein de choses qui n’ont rien à voir avec le réchauffement. On peut épiloguer sur « mais attendez c’est sûr et c’est évident », les scientifiques ne peuvent pas être aussi affirmatifs, et même ceux qui brandissent leur certitude, quand on les lit dans le détail, ils rappellent la complexité de l’analyse scientifique de ce sujet. En l’occurence, ils s’en servent surtout pour dire : « c’est trop compliqué pour vous, faites-nous confiance... »

            « Lol... »

            3. L’environnement est une question sérieuse. Sans doute que je la trouve trop sérieuse pour qu’on perde notre temps et notre argent sur des pseudo théories qui, elles, ne le sont pas du tout. Et si elles l’étaient, je m’étonne que ceux qui prédisent le réchauffement climatique s’appuient si peu sur la science et autant sur la politique, la communication, la manipulation et le dénigrement.

            4. Il n’y a donc pas un camp du bien, et un camp du mal. Juste des citoyens qui doivent s’enquérir de comprendre les sujets dont on parle. Ce que j’essaie de faire. Modestement. L’environnement contient plein de vrais sujets (pollution, nécéssité de préservation des faunes et flores, déforestation, agriculture intensive, etc.). Pas besoin de l’encombrer de faux sujets, qui sont, comme par hasard, ceux que nos lâches politiques invoquent en premier lieu.

          • Alain 24 septembre 2015 12:50

            @LetUsComment
            tu dis « L’environnement est une question sérieuse. »

            J’en conviens. il faudrait donc que certaines personnes (comme toi) ne nous abreuvent de pseudo-articles à base de liens internet twitter à n’en plus finir afin de fausser la donne sur un sujet sérieux.

            Il n’y a pas de camp du bien et de camp du mal (quoique...) mais il y a ceux qui voient et ceux qui se perdent dans des conversations twitter dont nous n’avons pas grand chose à faire et qui ne relèvent sans doute pas d’une perception juste pour sujet SERIEUX.

            Écrire est une chose, faire des articles intéressants et intègres en est une autre. Tu t’illustres pour le premier, tu te perds dans le deuxième. Et tu fais perdre un temps précieux à l’humanité.


          • gnozd 24 septembre 2015 16:12

            @Alain
            Mettre le nez dehors et se rendre compte que le climat change, c’est pas difficile.

            Le tout est de savoir si l’activité humaine a une influence réelle sur tout ça.
            Le doute subsiste.

            Par contre, ce qui est sûr, c’est l’influence considérable de nos modes de vie sur la biodiversité, sur l’eau, sur les nappes phréatiques, sur la qualité de l’air. Là on le sait.

            J’ai vraiment l’impression que cette histoire de dérèglement climatique, c’est pour nous enfumer et nous vendre du tout nucléaire.


          • gnozd 24 septembre 2015 16:20

            @Alain

            Je re-réponds : "la déforestation en cours à plus de 2000 arbres à l’heure ne peut être sans conséquences, l’érosion des sols ne peut être sans conséquences.« 
             » Il en est de même pour les insectes, les oiseaux et les poissons ; leur populations ne s’effondrent pas. De même, il n’y a pas de pollution des sols par les pesticides, pas de pollution de l’air par les moteurs à essence, pas de pollution des eaux par les rejets toxiques.« 

            Là on est OK : responsabilité humaine

             » le permafrost ne fond sans doute pas, la mer ne monte sans doute pas non plus..."

            Là, la question se pose.

            Ceci dit, ça n’empêche pas d’agir sur ce dont on est sûrs. Question : que sommes-nous prêts, les uns et les autres, à abandonner du mode de vie actuel ?


          • Layly Victor Layly Victor 24 septembre 2015 17:24

            @Alain

            Toujours aussi vulgaire et bête, le Alain.

            Il ne se rend même pas compte que ce qu’il demande à l’auteur, c’est de ne pas se poser de questions et appliquer les dogmes, exactement ce qu’il fait lui.

          • Alain 24 septembre 2015 18:27

            @Layly Victor
            Et toi tjs aussi rapide à fourguer tes mensonges nucléaire. Voilà donc que tu nous explique le fameux nuage de Tchernobyl en France dans un mensonge sans commune mesure.

            De toutes façons, les climato-sceptiques et les pro-nucélaires sur ce site s’illustrent jour après jour dans le mensonge et prennent la SCIENCE comme dogme qu’on ne saurait remettre en cause, surtout quand leur discours sont si faciles à démonter.

            Des dogmes ? Sors dehors et oublie ton clavier, camarade. Regarde donc ? tu ne vois pas ? Non ? tu ne vois rien ?


          • Alain 24 septembre 2015 18:30

            @gnozd
            Ben mettre le nez dehors et se rendre compte que le climat change, certains ne savent même pas le faire. Alors de là à leur faire comprendre que les rejets dans l’atmosphère et la déforestation ainsi que la minéralisation des villes ont des influences.... faut pas leur demander de comprendre. Sont trop agrippés à leur modes de vie. Faut rien changer. On entend çà tous les jours... C’est bien dommage.


          • gnozd 24 septembre 2015 22:32

            @Alain

            Et justement la question qui se pose est : que sommes-nous capables de lâcher de ce mode de vie auquel nous sommes agrippés ?


          • sarcastelle 24 septembre 2015 22:41

            @Alain


            Quelle connerie, la science ! 

          • Layly Victor Layly Victor 25 septembre 2015 11:12

            @Alain

            oui, je maintiens, le coup du « nuage de Tchernobyl », c’était de la propagande hystérique des média. Il y a eu un panache qui a suivi les courants aériens. Comme tout panache, il s’est dilué et une partie a pénétré en France, mais sans commune mesure avec ce qu’on dit les journalistes et pas au point de cracher sur la tombe du professeur Pellerin.

            Il n’y a pas de climato-sceptique et il ne peut pas y en avoir, au sens scientifique (pardonnez ce gros mot), puis qu ’aucun modèle actuel n’est capable de faire des prédictions crédibles, contrairement à ce qu’affirment les gangsters du GIEC.
            Ceux que, avec votre haine d’excité, vous appelez les climato-sceptiques, sont simplement des gens qui rappellent ce fait.

            C’est quand même curieux, vous maudissez la science et les scientifiques mais, quand ça vous arrange, vous faites appel à la haute autorité scientifique du GIEC.
            Rendez nous service : si vous avez connaissance d’un seul rapport contenant un seul calcul crédible du GIEC, faites le savoir !

            Vous allez dire : pas besoin de calcul, il suffit de regarder dehors. Et bien, justement, je me souviens de mon enfance. Il y avait des étés bien plus chauds que maintenant. Et même il y a trente ans. Je me souviens de vraies canicules. Au point que je me demande si nos braves journaleux n’en font pas un peu trop.
            Une chose est certaine : la température moyenne de la terre est plate depuis maintenant plus de quinze ans, ce qui est très significatif à l’échelle du climat et laisse présager une décroissance vers un minimum aux environs de 2030, prévu par Zakharova. Les journaleux n’en parlent pas, bien sûr.

          • Alain 25 septembre 2015 13:12

            @Layly Victor
            Ah ben, oui, c’est vrai ce fameux « nuage de Tchernobyl » sans grandes conséquences....
            Mais enfin, vous voyez bien que la France, c’était pas grand chose... Merde, alors que veut donc dire cette carte ?
            http://fr.cdn.v5.futura-sciences.com/builds/images/rte/RTEmagicC_8006_nuage_tchernobyl_irsn_tx dam21523_9dd4e4.jpg

            Tu te rappelles des canicules quand tu étais petit, c’était plus chaud....Voici donc le résumé depuis 1947 :
            En remontant dans l’histoire, les épisodes caniculaires depuis 1947 sont situées en 2013, 2012, 2006, 2005, 2003, 1998, 1995, 1994, 1992, 1990,  1989, 1983, 1976, 1975, 1964, 1957 et 1947.

            Ta mémoire semble bien défaillante... Ou plutôt serait-ce le mensonge qui te pousse à dire le contraire des faits ? Quels lobbies soutient-tu donc ? Qui te paye ? Personne ? C’est dommage tu loupes une belle affaire. L’union européenne paye des personnes à faire du lobbie internet pour contredire des vérités. Je suppute que ce site en contient plein.


          • Rémy Mahoudeaux 23 septembre 2015 20:37

            merci pour cette démonstration éloquente ... non pas sur un fait scientifique mais sur l’amateurisme de ceux qui sont sensés nous informer ou nous gouverner. Même si ce n’est pas un scoop. 


            • christophe nicolas christophe nicolas 23 septembre 2015 22:10

              Cela s’appelle le mensonge par omission. Avec un bon travail de fond c’est strictement l’équivalent d’un bon gros mensonge, pire c’est un mensonge hypocrite, un mensonge en état d’esprit sans mentir explicitement.




              • Croa Croa 23 septembre 2015 23:38

                Il y a longtemps que des savant voulaient alarmer les gens mais personne ne voulaient les entendre et surtout pas ceux qui n’osaient se présenter ’’Élites’’ de la nation. Le premier candidat à une élection osant ce thème fut René DUMONT, vite tourné en ridicule par ceux que nous ne nommions pas encore « chiens de garde ».
                Longtemps la thèse du réchauffement fut farouchement nié mais pourtant notre auteur croit que c’est une invention du monde politique ! Par quel paradoxe ?
                La vérité c’est qu’à force de tergiverser la chose est devenu si évidente qu’il n’y avait rien de plus urgent que d’en perdre encore plus et donc de missionner un groupe de travail, non pas pour agir mais bien pour vérifier encore que nous allions dans le mur. Ce fut le GIEC.
                Le GIEC a fait son travail mais il y a encore des autruches (!)... Ou plutôt des avares qui bien sûr crèveront avec tout leur or lorsque le monde s’écroulera autour d’eux. Ce serait rigolo si ces cons devaient en crever tout seuls mais ce ne sera hélas pas le cas !  smiley


                • Chuck Maurice 24 septembre 2015 12:36

                  @Croa

                  Hé vouais, c’est comme avec les mayas, la fin du monde en 2012 !

                  On arrête pas de nous promettre la fin du monde chaque année, mais on l’a toujours pas (et on est pas près de l’avoir), c’est ballot hein !?!


                • Layly Victor Layly Victor 24 septembre 2015 18:03

                  @Croa

                  Personne ne nie le réchauffement climatique. Vous n’avez rien compris.
                  Ce que de nombreux scientifiques réfutent, et ils sont pourchassés par la Police de la Pensée du prix Nobel de la paix«  jouzel, ce sont les calculs foireux de cet équipe de gangsters du GIEC, qui veulent à tout prix établir une corrélation entre la température de la terre et les gaz à effet de serre.
                  Alors que des calculs réalistes sont strictement impossibles à réaliser.
                  Personne n’en sait rien, mais les gangsters du GIEC veulent imposer leurs thèses par la terreur intellectuelle.
                  Je puis vous dire, en connaissance de cause, que les calculs que le GIEC prétend faire sont infaisables (trop de paramètres) et que d’ailleurs dans aucun des rapports du GIEC il n’y a de présentation du moindre calcul vérifiable.
                  Pire, les scientifiques qui, eux, présentent des modèles de climat, pas aussi prétentieux que les soit disant prédictions du GIEC mais des modèles décrivant des mécanismes élémentaires, comme Svensmark ou Zakharova, sont qualifiés d’escrocs. La bande à Jouzel a même voulu faire exclure Vincent Courtillot de l’académie des sciences pour »mauvaise science« . On se croirait revenu à l’époque de l’inquisition. 
                  Mais rassurez vous, cette bande bénéficie du soutien unanime de la presse et des média. La cop21, c’est trop important pour les futures présidentielles, et tout le monde va aller à la gamelle.

                  Donc, personne ne nie l’évolution du climat. Ce que nous nions, ce sont les conclusions hâtives et le refus de toute recherche sérieuse d’une compréhension réelle du climat. Il est déjà établi que la fameuse courbe »en crosse de hockey" est complètement bidonnée. L’évolution sur une longue période et sur la période actuelle semble bien coller avec la courbe d’Afanasu, qui montre des oscillations avec une élévation moyenne naturelle de un degré en cent ans.
                  C’est d’ailleurs ce que vient de reconnaître le grand chef , alors que le pitre Fabius continue de parler de cinq, voire six degrés.

                  Même si l’activité humaine a un rôle néfaste, ce que personne de sensé ne peut nier (mais dans quelle mesure ?), il semble que ce soit avant tout l’activité solaire, les cycles solaires et à plus long terme les cycles de l’orbite terrestre (cycles de Malankovic) qui modulent le climat.
                  Pour l’instant, les calculs de Zakharova prédisent que l’on a passé le maximum et qu’on se dirige vers un minimum de Mauder et une mini ère glacière vers 2030. 
                  Il faut préciser que ces calculs sont sauvagement réfutés par l’équipe du GIEC.

                • Henry Canant Henry Canant 24 septembre 2015 00:03

                  Dans un premier tps, j’ai voulu pondre une intervention intelligente, mais si c’est clair dans ma tête le coucher par écrit est difficile.

                  Pour faire bref, je pense que l’on sort d’une ère glacière, et que nos émissions de gaz à « effet de serre » ne font qu’augmenter le processus.
                  Mais seul Maître Cabanel est capable de nous l’expliquer intelligemment.


                  • Layly Victor Layly Victor 24 septembre 2015 18:06

                    @Henry Canant

                    Cabanel est en déplacement
                    Je l’ai croisé à la station spatio-temporelle de Bugarach

                  • krapom.deviantart.com krapom.deviantart.com 24 septembre 2015 13:49

                    Ils sont de plus en plus rares, ceux qui parlent de « réchauffement climatique. Il faut dire »changement climatique« , sinon personne ne comprend que plus il fait chaud plus il fait froid.

                    Le GIEC fonctionne de la manière suivante : Les conclusions du rapport sont publiées puis soumises à l’approbation des gouvernements (le G de GIEC). Ensuite les livres constituant le rapport sont écrits - d’où les délais parfois importants entre la parution des volumes.
                    Changement, il y a. Mais les bons peuples attendent pour preuve véritable de voir les eaux monter de trois mètres. Hors l’alerte au changement climatique remonte déjà aux années 80 (les anciens pourront se replonger dans leur collection du magazine Actuel, par exemple).
                    Le problème, ce sont les écolos qui montent en épingle des »preuves« trop mal choisies car se dégonflant un an ou deux plus tard (je pense par exemple à ce glacier népalais qui avait illustré leur propos il y a quelques années, malheureusement ce glacier a retrouver sa condition initiale trois ans plus tard - c’est le propre des glaciers d’avoir »des hauts et des bas".



                    • Trelawney Trelawney 24 septembre 2015 15:39

                      A tout ceux qui pensent que le réchauffement climatique est un phénomène anthropique et que seule la réduction du CO2 nous sauvera du désastre, je leur dédie ceci

                      https://www.youtube.com/watch?v=w90GUVy_16E


                      • gnozd 24 septembre 2015 16:28

                        Pour résumer, je dirais que le fait d’émettre des doutes sur les effets de l’activité humaine sur l’évolution du climat, n’empêche pas le fait d’être absolument sûr des effets néfastes de l’activité humaines sur l’environnement : pollutions diverses et variées, eaux contaminées aux métaux lourds et aux médicaments, déforestation, etc etc...

                        J’ai l’impression que les gouvernements se servent d’un problème pour évacuer les autres.

                        Ce serait-y donc si étonnant ?


                        • Layly Victor Layly Victor 24 septembre 2015 18:12

                          @gnozd

                          Ceux qui lancent des cris d’alarmes, peut être justifiés, personne n’en sait rien, sur la responsabilité humaine dans le réchauffement hypothétique, ne semblent pas du tout se soucier de ce qui me paraît être une catastrophe celle ci bien réelle et actuelle : la déforestation massive (qui est par exemple en train de ruiner l’Afrique).

                        • Alain 24 septembre 2015 19:29

                          @gnozd

                          Quand tu mets le doigt sur un pb, on noie le poisson en te parlant d’un autre pb. C’est un principe qu’on applique depuis longtemps.
                          Donc, tu parles des dérèglements climatiques, au début, on te réfute, ce n’est pas vrai, c’est des mensonges, ca se refroidit même... et puis devant l’évidence qui se fait jour, ils concèdent, mais quand tu dis que la responsabilité est en grande partie dû aux activités humaines, on te dit, on ne sait pas, on n’est pas sûr, c’est pas démontré et hop... on saute une marche et on t’emmène sur un sujet plus grave, histoire de noyer le poisson : la déforestation.
                          Et puis quand ils ne pourront plus réfuter l’influence des activités humaines, bang, ils trouveront autre chose. Leur but, c’est un peu comme Georges Bush en son temps : contredire tout, ne rien changer et continuer Business as usual.
                          Discours qu’on retrouve fréquemment dans les commentaires de Laly Victor, grand défenseur des industries polluantes françaises, tjs près à raconter n’importe quoi sur l’Allemagne avec un discours tellement scientifique qu’on peut s’y laisser prendre...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès