Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Animaux à moitié exploités

Animaux à moitié exploités

Dans les pays d’Amérique, le bétail est grandement utilisé pour se nourrir. Pourtant, une grande partie de celui-ci est jeté par habitude ou même par dégoût. En effet, la moitié des animaux que l’ont tue pour le manger est composée d’organes internes tout à fait comestible mais inutilisé dans notre coin de pays.

C’est en écoutant l’émission de télévision Bizarre Food with Andrew Zimmern que je me suis rendue compte que les pays d’Amérique gaspillent énormément le bétail utilisé comme nourriture et ce, sans excuses réellement valable autre que le dégoût. Et c’est lorsque ma cousine préadolescente a plissé le nez devant un plat de ragoût de pattes de cochons au repas de Noël que je me suis mis à me pencher sur la question. 

Dans certain pays, il n’y a pas autant d’animaux qu’ici où aller chercher toutes les protéines essentielles à l’humain. Par exemple, au Cambodge, ce sont des tarentules frites que les cambodgiens mangent pour acquérir ces vitamines. Dans ces pays, plus pauvres que le nôtre, les animaux qui servent de nourriture sont utilisés à leur quasi-totalité. On y mange autant la viande tirée des tissus musculaires de l’animal que les organes internes, la tête et les organes génitaux de femelles et de mâles. De plus, pourquoi tuer un animal pour en manger seulement la moitié ? Si on doit l'abattre, nous devrions entièrement l’utilisé et une fois bien apprêter, ces parties pourraient être aussi délicieuses que les autres que l’on consomme déjà. Le coeur d'un poulet peut être aussi bon que sa poitrine une fois bien cuisiné.

Je comprends bien sûr que la plupart des gens ne sont pas habitués à manger toutes les parties d’un animal mais ce serait un bon moyen de réduire notre empreinte écologique qui est de plus en plus importante. En effet, lorsqu’on est carnivore, notre empreinte écologique est plus grande que celle d’un végétarien car elle inclut l’animal, la place que celui-ci prend lorsqu’il est encore en vie et toute la nourriture qu’il consomme. Bref, manger toutes les parties comestibles d’une bête pourrait diminuer l’empreinte écologique des américains car plus on mange de l’animal qu’on vient d’abattre, moins on en utilise, et si on en utilise moins, il y aura de moins en moins d’abattoirs qui eux aussi font grimper l’empreinte écologique en flèche.

En somme, les américains devraient manger toutes les parties des animaux qu’ils abattent pour se nourrir, que ce soit les parties internes ou encore les muscles qui ne sont pas utilisés, car elles renferment autant de protéines que les parties que l’on consomme habituellement. Cela pourrait aussi participer à la réduction de notre empreinte écologique qui se doit d’être revu au plus vite.


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Folacha Folacha 9 mars 2013 08:46

    Le mieux, c’est de ne plus consommer d’animaux . 


    Mais pour ça , il faudra attendre que l’humanité ait atteint un niveau supérieur de conscience, si elle n’a pas tout bousillé d’ici-là .

    • foufouille foufouille 9 mars 2013 15:23

      ta nourriture est certainement sans produits chimiques, c’est tout
      jeanne calment a vecu 122 ans, sans etre vegetarienne


    • ergdor ergdor 9 mars 2013 16:11

      Tout à fait d’accord et je dirais même plus : pour cesser d’être barbares ne consommer aucun produit animal.
       
      Tout le monde sait que pour obtenir du lait tous les mammifères doivent faire des petits. On n’y pense jamais mais que croyez-vous qu’on fait des chevreaux, des agneaux et des veaux dont la naissance a permis la production de lait ?
       
      De plus en plus de médecins admettent que la consommation de produits laitiers est une aberration pour des mammifères adultes. De nombreuses études publiées le confirment. C’est la cause de nombreuses maladies comme certains cancers et les problèmes cardiovasculaires pour ne citer que ceux-là.

      C’est vrai quoi, on est pas des veaux !


    • foufouille foufouille 9 mars 2013 16:24

      comme la « femelle » humaine, vaches et chevres ont besoin d’etre traites

      elles produisent moins de lait, bien sur


    • foufouille foufouille 9 mars 2013 16:51

      dans un docu, la fermiere qui elevait ses chevres dans la montagne leur faisait faire un petit tous les 5 ans
      dans la nature, c’est tous les ans


    • alinea Alinea 9 mars 2013 18:04

      J’aime beaucoup les poules rousses , foufouille ! Et je ne crache pas sur leurs oeufs ; mais ne fais rien des coquilles !


    • foufouille foufouille 9 mars 2013 18:41

      @alinea
      c’est un coq sans grande queue avec le bec tordu tout petit
      croise poule naine et je sais pas quoi


    • alinea Alinea 9 mars 2013 19:56

      Oh pardon : tu m’excuseras auprès de lui, j’espère qu’il ne sera pas vexé que je l’aie pris pour une poule/ J’ai hésité remarque, mas je trouve qu’il a la crête un peu molle ! De toutes façons pour moi ce n’est pas une injure !


    • foufouille foufouille 9 mars 2013 20:28

      je l’ai pris pour une poule jusqu’a ce qu’il fasse cocorico
      je meme pas comment il fait pour manger ou grimper sur les poules avec son bec tordu
      en plus, il tres petit avec des petites pattes pour un coq


    • BOBW BOBW 9 mars 2013 21:50

      Alinéa : Il existe un vieux médicament naturel riche en calciférol (Vitamine D),qu’utilisait certaines grand mères : ces coquilles d’oeuf des poules qui couraient librement dans les champs (et sur le fumier) broyées avec un peu de jus de citron ou de vinaigre de vin naturel. smiley


    • Txotxock Txotxock 9 mars 2013 11:31

      « En somme, les américains devraient manger toutes les parties des animaux qu’ils abattent pour se nourrir »

      Et les européens devrait arrêter de tuer des volailles pour simplement garder les filets et refiler sous forme congelé le reste à l’Afrique où cela ruine les aviculteurs locaux.. Ce n’est pas que les industriels qui poussent au gaspillage mais aussi le mode de consommation.

      On en viendrait presque à tresser une couronne aux fast food qui mettent même les os dans leur pâte à nuggets.


      • foufouille foufouille 9 mars 2013 11:52

        « En effet, lorsqu’on est carnivore, »

        ou ???

        manger les abats, ca depend de la culture et de la religion

        a nairobi, on ne gardes que la carcasse, le reste finit par terre et est mange par les cigognes ou les charognards


        • jef88 jef88 9 mars 2013 12:03

          dans le cochon tout est bon !
          signé yacub


          • ecolittoral ecolittoral 9 mars 2013 13:12

            Pourquoi montrer du doigt l’Amérique ? Ici, c’est la même chose !

            La moitié, d’un animal est converti en pâté pour chien ou chat et en farines animales !
            Ici on veut la cuisse, le rumsteck, le filet, du jambon...ou cette bouillie de nature indéterminée qu’on appelle à tord « steak » haché.

            Comment changer les choses ?
            Il y a au moins deux solutions. 
            La première : baisser les revenus pour obliger à acheter les bas morceaux.
            La deuxième : insinuer le doute quand à l’origine, la qualité des produits « venus d’ailleurs ».
            ....Mais que je suis c..., ça a déjà commencé.

            Problèmes !!!
            Il va falloir acheter un panier, passer au marché, chez le boucher...directement aux producteurs.
            Mettre au travail des centaines de milliers de chômeurs pour produire, transformer, distribuer toutes ces productions.
            Mettre au chômage quelques dizaines d’intermédiaires et spéculateurs.
            Faire la cuisine. Mais une terrine, un boeuf bourguignon, une daube, des pieds de cochon farcis, du foie à l’échalote, ça se fait comment ?

            Finalement, les solutions à « nos crises » sont peut être dans les obligations que ces crises nous imposent. 
            Nous, Américains, Européens, Asiatiques etc...

            • alinea Alinea 9 mars 2013 18:09

              ecolittoral : quand les femmes étaient à la maison et savaient cuisiner, il n’y avait pas de pertes ! Le meilleur morceau de sanglier a toujours été la tête ! Mais bonjour le boulot !
              Que l’on nourrisse les animaux avec ce qu’on appelle aujourd"hui les bas-morceaux, ne me choque pas ; ce qui me choque c’est que tous soient infestés de saloperies !
              Dommage pour les gourmets qui ne mangeront plus jamais de tripes faites maison, ni de joues, ni de langue...
              C’est le progrès que voulez-vous ; l’homme n’y peut rien ! C’est comme ça.


            • sonearlia sonearlia 9 mars 2013 16:15

              Je préfère encore devenir végétarien que de manger des abats.


              • foufouille foufouille 9 mars 2013 16:53

                ca se mange bien si c’est de la qualite. sinon c’est dur comme du bois


              • urigan 9 mars 2013 18:28

                Eh bien, manges des céréales..........Monsanto !


              • xana 9 mars 2013 22:48

                Je ne suis pas d’accord avec la réaction des végétariens sur ce fil. Pourquoi rejeter cet article plein de bon sens : En effet, si les mangeurs de viande arrêtaient de gaspiller la moitié de la viande des animaux, cela diminuerait de moitié leur consommation globale de viande. Et par conséquence tout ce qui va avec : Empreinte écologique, élevage concentrationnaire, etc...
                Pour que ceux qui se sont convertis à l’alimentation végétarienne obtiennent un résultat identique, il faudrait qu’ils soient imités par la moitié des mangeurs de viande !
                Ce n’est pas aux végétariens que l’article s’adresse, mais à ceux qui souhaiteraient continuer à manger de la viande. Certains végétariens semblent ici vouloir IMPOSER leur régime aux autres, cela ne semble pas très malin. Même s’il y a urgence écologique, des carnivores qui acceptent de réduire leur consommation de viande sans contrainte, juste par bon sens, sont sur une meilleure voie, et sont pour les autres un exemple plus convaincant que les extrémistes aggressifs. Vous êtes végétarien ? Bravo, mais laisser les autres aller dans la bonne direction sans les pousser avec un fusil dans le dos. Moi aussi je suis végétarien, mais je n’’interdis pas à mes voisins de tuer le cochon et je sais qu’ils ne laissent rien se perdre. Le beefsteak, et le gaspillage à l’occidentale sont des luxes qu’ils voient à la télé mais qui restent inabordables pour eux.


                • amipb amipb 10 mars 2013 09:08

                  Parfaitement d’accord avec vous. L’éducation doit déjà passer par une meilleure optimisation de la nourriture récupérée sur le corps des animaux, et ainsi permettre qu’on en abatte moins.

                  J’ai longtemps été dégoûté par les tripes, mais lorsque l’on mange une soupe vietnamienne Pho, les tripes apportent une saveur très agréable.

                  Sinon, il ne faut surtout pas devenir végétarien brutalement, c’est le meilleur moyen pour vite être attiré de nouveau par la viande.

                  Signé : un végétarien.


                • foufouille foufouille 10 mars 2013 12:09

                  fais carnivore un an, tu chopperas le scorbut
                   


                • ecolittoral ecolittoral 10 mars 2013 14:52

                  Alinéa ! « C’est le progrès que voulez-vous ; l’homme n’y peut rien ! C’est comme ça. »

                  Si, justement ! Et nous y sommes. 
                  Les tripes et tout le reste ne peuvent pas disparaître. Ces mets de choix(pour moi), sont les moins chers,...et les plus nutritifs.

                  « Finalement, les solutions à « nos crises » sont peut être dans les obligations que ces crises nous imposent. ». C’est ce que j’ai écris dans le premier commentaire.
                  Ça n’amuse personne mais nous n’avons plus le choix.
                  De moins en moins de revenus, beaucoup de risques alimentaires =>agissons.
                  Il y a le progrès illusoire...et il y a toujours la permanence de la vie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

sabrinad

sabrinad
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès