Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Après la malbouffe, la malfringue !

Après la malbouffe, la malfringue !

La malbouffe, tout le monde connaît. La malfringue, c’est le même concept appliqué à la mode. Comment peut-on produire et acheter de meilleure qualité et dans le respect du développement durable, voilà la combat mené par Carlo Petrini, sociologue à l’origine du concept.

225.2.jpgEt c’est le même sociologue italien qui se cache derrière ces 2 concepts critiques de nos modes de consommation de l’aliment, et désormais, de l’habillage. Carlo Petrini, déjà créateur du concept de "Slow Food", qui s’oppose de manière frontale au fast food, rempile en s’en prenant au secteur de la mode, qui lui aussi doit se plier aux exigences du développement durable, et pour ce faire, il évoque notamment la piste des fibres naturelles (organic textile en V.O).

Car comment fonctionne la mode aujourd’hui, finalement ? Eh bien ce n’est pas glorieux. Entre les matériaux utilisés (plastiques, synthétiques), souvent issus de l’industrie pétrochimique, les lieux de fabrication (pays en voie de développement et/ou peu respecteux du droit du travail), le transport nécessaire jusqu’au boutiques (bateau, avion, camion), c’est peu de dire que la mode est au dernier rang du développement durable. Certes, nombreuses sont les initiatives qui visent à produire localement, dans le respect de l’environnement (nombreuses marques bio), mais leurs prix sont plus cher que la moyenne, les points de ventes sont moins nombreux, bref, c’est une économie qui ne peut pas (encore ?) satisfaire un marché de masse.

Aussi l’initiative de Carlo Petreni est-elle intéressante. "S’habiller est un acte agricole comme manger est un acte agricole, juge-t-il. Nous ne devons plus nous vêtir avec du pétrole et faire en sorte que les fibres naturelles ne voyagent pas à travers le monde et servent d’abord à habiller la population locale et pas simplement les riches." (Le Monde).

Les fibres naturelles, kézako ? C’est assez simple, il s’agit de fibres textiles issus de deux grandes familles (Wikipédia) :

  • Les fibres naturelles d’origine animale : laine et soie, avec leurs dérivés (cachemire, alpaga)
  • Les fibres naturelles d’origine végétale : le coton, évidemment, mais mieux vaut qu’il soit bio, lin, chanvre, jute pour les plus connues

L’histoire de l’homme est parsemée de vêtements, de cordages et de papiers en fibre naturelle, ce n’est qu’à partir de l’après-guerre que les fibres synthétiques (à base d’hydrocarbures et d’amidon). La lutte contre la malfringue menée par Carlo Petrini peut tout de même trouver sa place : avec les variations du prix du pétrole, l’exigence du développement durable et des conditions législatives plus strictes (avec REACH, peut-être avancera-t-on un peu sur les risques des produits synthétiques), l’époque est propice à la redécouverte de ces fibres naturelles qui sont un acte de consommaction. Et la France est plutôt bien placée puisqu’elle est le premier producteur européen de fibres de chanvre, par exemple.

Luc, Consommaction


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • licorne 5 janvier 2009 10:57

    lorsque l’on veux pouvoir changer la mode a la vitesse de l’eclair, il faut que le prix soit faible... et donc peut importe la qualité puisque un vetement n’est a la mode que peu de temps (6 mois ?)

    si on faisait des vetement de qualité on en vendrai moins est donc la mode n’irait pas aussi vite, aujourd’hui il est plus important d’etre a la mode que d’etre bien (confort) dans ses fringues...

    ah la belle société de consomation, il faut consomé du fast food, de la mode du disign de voiture, et surtout il faut que cela ce vois.... sinon a quoi bon consomé avec autant de frenesie...

    mais il faudrai accelerer la mode afin de relancer la consomation, a quand le vetement a usage unique ?

    les plus rapide pour changer de mode sont les magasin du type ZARA pour qui c’est le fond de commerce... achetez aujourd’hui car demain ce ne sera plus en rayon... mais revenez demain voir nos nouveauté !!!
    et surtout depensé l’argent que vous n’avez pas on vous fait un credit a la consomation a la sortie...

    Ah la mode c’est comme le reste, si y a plus d’argent ca va vite se calmer...


  • Fergus fergus 5 janvier 2009 11:52

    La mode existe depuis l’antiquité. Et elle a toujours été lancée par deux catégories de personnes : les snobs et les marchands. Toutes les autres composantes de la population ne sont que les dindons de la grande farce consumériste !


  • foufouille foufouille 5 janvier 2009 12:25

    @ haddock

    on peut acheter des fripes
    ou si on veut neuf, gamm vert. c’est des fringues de culto mais c’est plus solide


  • Antoine Diederick 5 janvier 2009 10:49

    Bonne Année Archibald,

    Tout à fait d’accord, l’illusion du prix.....

    Comme aurait dit une de mes vieilles arrières grandes tantes qui ralait souvent  :" Je ne suis pas assez riche pour acheter bon marché ! "

    La merde cè de la merde et elle a aussi un prix.


    • Antoine Diederick 5 janvier 2009 10:54

      A l’auteur, un bon petit article pour commencer 2009 en beauté !

      La mode du destructuré cache la malfaçon (ce n’est pas votre article que je critique) .

      En plus, certaines fibres synthétiques pourraient s’avèrer être cancérigènes. smiley


      • Fergus fergus 5 janvier 2009 11:49

        Article intéressant. Cela dit, le coton pose un réel problème : il consomme des quantités colossales d’eau. Une eau dont la rareté va très vite poser de gros problèmes aux populations africaines dans les régions productrices de coton.


        • Bigre Bigre 5 janvier 2009 22:47

          Oui, le coton consomme de l’eau, ... l’eau de la mer d’Aral par exemple. Le coton est aussi un grand bénéficiaire de produits phytosanitaires ! A hautes doses ! Il n’entre pas dans l’alimentation (du moins l’huile de coton n’entre pas ou peu dans l’alimentation humaine) mais qu’est-ce que ça peut pulvériser sous les tropiques ! Et partout ailleurs !

          Bigre !


        • lowlow007 lowlow007 5 janvier 2009 12:53

          Ma grand-mère avait un dicton :
          le bon marché est toujours trop cher.
          à méditer !
          c’est vrai , je me suis payé une paire de weston ; il y a quinze ans, elles sont toujours là...
          de plus, si vous avez un souci, weston , comme beaucoups de grandes marques d’ailleurs, assurent un réel service apres vente. 
          mon sac lancel n’a pas pris une ride,
          mon portefeuille le tanneur a dix ans et il est toujours dans ma poche !
          en revanche, les merdes que j’ai acheté ont fini tres vite à la poubelle, étrange, non ?
          c’est vrai qu’on achète ces produits souvent plus cher, mais sur le long terme , on s’y retrouve vraiment et on n’entretient pas un marché pourri.


          • vic 5 janvier 2009 13:18

            Pour ce qui est de Zara, je ne critiquerais pas si vivement, car ils ont fait le choix de produire en Europe, principalement en Espagne et je en sais plus quel autre pays. Ils restent compétitifs justement par leur réactivité aux goûts des gens.
            Je regarde toutes les étiquettes de ce que j’achète et les made in France ou même made in un pays européen sont devenus presque des pièces de collection... smiley


            • totogore 5 janvier 2009 15:11

              et encore reactivite au gout des gens , c’est ce qui me saoule car le super futal, par exemple, que j’ai achete il y a 2 ans que je porte souvent et bien je peux toujours me brosser pour retrouver le meme modele maintenant. Ben oui mon bon monsieur la mode ca bouge. Tu m’etonne que ca bouge, t’as voir les boutiques de fringues pof, c’est annee la couleur c’est le mauve, et vlan du mauve partout..et ca tourne et ca tourne.
              J’ai un mal de chien a trouver quelque chose de convenable et je hurle quand je vois le prix des Jean un mini 70 euros made in china. A mourir de rire ce sont les djin diesel a 150 euros mini, je sais pas ou c’est fabrique mais bon...
              me reste plus que le gamm’vert de foufouille


              • foufouille foufouille 5 janvier 2009 15:30

                tout est fabrique en chine, maroc, tunisie, roumanie ..........
                les finitions du luxe sont des fois faites en france, uniquement pour mettre made in france
                idem pour la plupart des godasses

                meme les fringues de travailleurs de gamm vert sont moins solides qu’avant
                en tout cas l’epaisseur du jean, ca vaut pas ceux d’il y a 20a


              • Internaute Internaute 5 janvier 2009 19:57

                Je vois qu’on est déjà 3 à s’habiller chez Gamm-Vert. C’est vraiment le truc tendance.  smiley


              • babz 5 janvier 2009 19:02

                @foufouille

                Et encore Gam’vert.....excellent client à Monsanto....pas tres sain tout ça,des fibres naturelles desherbées au Roundup ....ça craint  :->

                <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script> <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script> <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script> <script type="text/javascript" src="http://shots.snap.com//client/inject.js?site_name=0"></script>

                • docdory docdory 5 janvier 2009 19:03

                   @ Lucdelporte

                  Le coton ne poussant pas en France , il n’y a pas d’autre moyen pour se vêtir confortablement que de l’y faire parvenir ! En effet , les chemises en lin provoquent en quelques secondes des démangeaisons rapidement insupportables , la soie est trop chère et n’est guère produite en France , et par ailleurs est moins agréable et moins facile à laver que le coton ( elle provoque une hypersudation ennuyeuse , et est d’un contact glacial en hiver ) . Quant à la perspective de mettre des chemises ou des pantalons en chanvre , qui doit gratter atrocement , je ne saurais m’y résoudre , j’en frémis d’horreur !


                  • Antoine Diederick 6 janvier 2009 10:08

                    Ben, nos ancêtres n’avaient pas le choix, lin a courtes fibres pour dormir....d’ou la fortune des marchands du nord, le long de la Lys...il y avait des champs de lin


                  • Antoine Diederick 6 janvier 2009 10:21

                    a Docdory, des fibres de coco, la cela gratte comme un paillasson smiley

                    La soie est une fibre chaude et respirante , très bon comme sous vetement de sport en hiver... smiley


                  • Marc Blanchard Marc Blanchard 6 janvier 2009 04:52

                    Idées reçues ou enseignées par le marketing.

                    "la soie est trop chère et n’est guère produite en France , et par ailleurs est moins agréable et moins facile à laver que le coton ( elle provoque une hypersudation ennuyeuse , et est d’un contact glacial en hiver )"

                    La soie est principalement produite en Asie du Sud Est, La raison est que les vers ou "Bombryx du murier" produisent des fils beaucoup plus fins. La differrence entre le diamètre des fils est de 19 à 32 millémes de centimetres en fonction des climats. Ce qui fait que l’asie produit les meilleures soie (depuis toujours) ce qui a d’ailleurs fait la fortune de nombreux colonialistes.
                    Il existe de nombreuses soies,une soie standard ne coute pas plus cher que du coton. Une soie / viscose (fibre de bois) coute 30% moins cher que du coton.
                    Une soie 100% fine et naturelle est au même prix.
                    Une soie épaisse 100% naturelle coute le double.
                    100% naturelle, la soie ne provoque pas de sudation (au contraire elle l’aténue et je sais de quoi je parle) et est trés chaude quand il fait froid.

                    La soie dont vous parlez doit contenir du polyester.

                    La soie est le textile le plus naturel de la planéte et un des plus ancien (imaginez la geule des vers si on les arrosait de pesticides). Elle ne supporte pas les traitements chimiques que ce soit au traitement à la coloration ou au lavage.

                    Le problème de la soie est qu’il faut la laver à la main. A l’eau, sans détergent (à la limite un shampoing bébé neutre de PH). Certes moins de consommation d’eau, d’electricité, de pollution, ...

                    Mais du travail !!!!.

                    Son autre problème, les requins qui en ont exploité son image en vous vendant des trucs hors de prix avec la dénomination "en soie" tout en la coupant avec n’importe quoi. La vraie soie, celle qui en a fait sa réputation mondiale, n’a rien à voir avec ça.

                    Pas de bonnes soie en Europe, alors on préfére vous vendre du coton d’affrique dont la principale société d’exploitation (Dagris) utilisant pesticides à outrance, développant à grand pas les cultures OGM est française.
                    C’est marrant, c’est aussi Dagris qui produit le coton biologique notamment ce lui de "Max Havelaar" ????

                    Marc, producteur de vêtements au Vietnam.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès